Archives de catégorie : Sciences politiques

Les partis politiques tunisiens à la veille des élections législatives de 2013

1
© RFI – Reuters

La Tunisie organisera, vraisemblablement en automne 2013, ses secondes élections démocratiques depuis la chute du régime Ben Ali. Entre débats d’idées et violentes diatribes contre les adversaires qualifiés d’islamistes, de gauchistes ou de suppôts de l’ancien régime, la campagne s’annonce donc particulièrement animée. Difficile dans ce contexte de cerner la véritable identité des acteurs et les dynamiques à l’œuvre, d’autant plus que l’offre politique est en constante évolution depuis deux ans. Un état des lieux des forces s’avère donc nécessaire, tâche à laquelle est consacrée la présente note.

Deux approches seront à cette fin privilégiées, considérant l’évolution constante de la scène partisane tunisienne, mais aussi les limites habituelles des outils d’analyse quand il s’agit d’étudier des objets politiques non occidentaux. La première consistera donc à aborder les organisations partisanes sous l’angle de l’idéologie et de leur auditoire (première partie) et la seconde à analyser ceux-ci par le truchement de leurs structures (seconde partie). Ce faisant, nous découvrirons que le système partisan tunisien est moins fragmenté qu’il n’y parait et qu’il obéit à des logiques somme toute assez classiques.

1.         Classification par familles de pensée

Si les partis politiques tunisiens appartiennent à six familles de pensée (islamique, libérale, centriste, nationaliste, socialiste et écologique), l’analyse de leurs programmes révèle en réalité qu’ils s’inscrivent dans seulement trois courants, le conservatisme, le centrisme et la social-démocratie.

a)   Les conservateurs: Ennahda et les laïcs

L’électorat du courant conservateur, fortement majoritaire depuis les élections des 20-23 octobre 2011, à la fois en nombre d’électeurs (près de deux millions de voix) et en sièges à la Constituante (plus de 50%), se partage entre une aile conservatrice de sensibilité religieuse et une aile conservatrice laïque. La distinction entre laïcs et religieux, tout comme celle entre conservateurs et centristes d’ailleurs, ne se laisse pas aisément saisir, notamment parce que le concept de conservatisme peut inclure des projets évolutifs pour ne pas dire contradictoires. Cela étant, la polysémie du terme « tradition » permet également de dresser des ponts entre les courants. Il n’est ainsi pas exclu que certains jeunes Nahdaouis votent à gauche ni que les électeurs socialistes ou centristes soient conquis par la rhétorique d’Ennahda, moins pour le volet religieux que pour la reconquête morale et spirituelle prônée par le principal parti religieux tunisien.   Bien qu’ils hésitent à se réclamer de cette tradition dans une période révolutionnaire, les partis politiques conservateurs religieux sont, d’ailleurs, conscients de l’attractivité de leur message sur les si importants électeurs centristes et c’est notamment dans le but de conquérir leurs voix qu’ils devraient mener une campagne assez modérée, malgré quelques dérapages destinés à rassurer la base militante, comme dans l’affaire Habib Ellouze[1].

ennahdhaL’aile conservatrice religieuse comporte une dizaine de partis, dont les principaux sont Ennahda (R. Ghannouchi), le Parti de la Justice et du Développement (M. S. Hedri), le Parti de la Nation culturel et unioniste (M. El Hamdi), Al Rafah (M. Fakih), la Pétition populaire-El Aridha (H. Hemdi), le Mouvement tunisien de l’action maghrébine (M. Iemnif) ou encore, dans une certaine mesure, Al Amen (L. Bali.) Leur programme porte principalement sur des problématiques sociales (justice, lutte contre la pauvreté), ainsi que sur la question de la reconnaissance de l’islam (pour les radicaux), de l’identité arabo-islamique (pour les modérés), comme le pilier de l’ordonnancement juridique et politique du pays.

Les partis religieux disposent généralement de ressources financières importantes et ont un accès aisé aux médias (les chaînes de télévision Moutawassit, Al Moustaqella et Azzaytouna) ; ils s’appuient sur un large réseau de sympathisants, généralement issus des classes populaires (30-40 % de la population), sans distinction de sexe ni d’âge, parfois regroupés dans des associations très actives (Ligue de protection de la Révolution, Association de la Réforme et de la Prédication.) Ils obtiennent leurs meilleurs résultats dans les campagnes et les quartiers populaires des grandes villes (Tunis, Sfax, Sousse), comme en témoignent les scores obtenus en 2011 dans la circonscription plutôt rurale de Tataouine (59,3 %) et dans la populaire Tunis 1 (Médina, Bab Souika, Bab Bhar) où le vote pro-Ennahda a dépassé de 16 points (46,3 % contre 30,3 %) celui de Tunis 2, une circonscription plus aisée qui regroupe les communes de Carthage, du Bardo ou de La Marsa.

nidaaL’aile laïque, qui représente de 5 à 8 % des voix, se caractérise, pour sa part, par un autre type de conservatisme, de style que l’on qualifiera de « bourgeois », dans laquelle on retrouve souvent des partisans de l’ancien régime, des membres des grandes familles [2], des personnes issues des classes supérieures et de la moyenne bureaucratie. Parmi les partis appartenant à cette seconde tendance, citons plusieurs partis de la temporaire mouvance El Watani Ettounsi [3], le Parti néo-destourien (A. Mansour), de nombreux partisans de L’Appel pour la Tunisie-Nidaa Tounes (B. Essebsi) et de L’Initiative-El Moubadara [4] (K. Morjane) ou encore une partie non négligeable des soutiens aux députés indépendants (33 sièges). Les électeurs qui se revendiquent de cette tendance observent avec nostalgie et quelque amertume l’évolution de leur place dans la société et trahissent, ce faisant, une relative réticence à l’égard de la Révolution et de ses soubresauts. Avant tout attachés à la stabilité, à leur statut voire à l’ordre ancien, ils constituent une cible pour les partis centristes, et avant tout pour Nidaa Tounes.

On perçoit donc l’enjeu des électeurs conservateurs laïcs pour Ennahda. En obtenant le soutien de ces derniers, Ennahda confirmerait son rang de principale force du pays, avec un score similaire à celui obtenu en 2011 (37,04 %) et en en étant privé, il risquerait de se voir dépasser par Nidaa Tounes.  Les sondages révèlent d’ailleurs cet état de fait en attribuant au parti centriste entre 18 et 33 % des intentions de vote, avec de fortes fluctuations en fonction des régions, mais aussi en fonction des instituts de sondage[5].

b) Les centristes : Nidaa Tounes remplace le CPR et Al Joumhouri

cprDe Marzouki à Nidaa Tounes, le courant centriste semble lui aussi avoir les moyens de jouer un rôle sur la scène politique tunisienne, principalement en tant que valeur refuge pour les électeurs généralement issus des familles bourgeoises et des classes moyennes supérieures tournées vers l’Occident et que la fuite en avant, tout comme le retour en arrière, effraient. Mais enserrée entre les conservateurs et les socio-démocrates, une partie des centristes peine à exister à la fois politiquement et médiatiquement. Ses difficultés ne sont pas réellement liées à un déficit de structures (on dénombre une vingtaine de partis centristes), mais plutôt au manque de charisme de ses dirigeants et surtout à la difficulté d’élaborer un projet médian qui serait progressiste sans être révolutionnaire et défendrait les principes démocratiques sans renier les valeurs arabes traditionnelles.

Al-joumhouriOn retrouve dans ce courant quatre grands partis, le Congrès pour la République-CPR (M. Marzouki) et le Parti républicain-Al Joumhouri (M. Jribi) d’une part, et Nidaa Tounes ainsi qu’Al Moubadara, d’autre part, dont les thèses et les sympathisants appartiennent pour partie au courant conservateur. Autour d’eux gravitent plusieurs partis tels que le parti libéral maghrébin (M. Bouebdelli), l’Union patriotique libre (S. Riahi) ou les dissidents d’autres partis devenus l’Alliance démocratique (M. Hamdi).

Autrefois considérés comme les principaux rivaux d’Ennahda, Al Joumhouri et le CPR [6] ont laissé la place à Nidaa Tounes et affrontent aujourd’hui une crise identitaire. En effet, faute d’idée phare, le premier s’est enfermé dans une stratégie stérile de dramatisation du risque islamiste et le second a payé « l’Union sacrée » au gouvernement par le départ de plusieurs cadres (17 députés sur 29), le plus flagrant étant celui de son Secrétaire général Mohamed Abou en février 2013.

Pour ces partis, un aggiornamento s’avère nécessaire. Il pourrait consister à devenir un « swing party » qui appuierait tantôt la droite tantôt la gauche dans la constitution d’un gouvernement majoritaire, à l’image du FDP en Allemagne. C’est en substance ce qu’a réalisé, non sans mal, le CPR depuis 2011 au sein du gouvernement de transition et c’est ce qu’Al Joumhouri tente actuellement de faire en formant une alliance électorale avec Nidaa Tounes. Ce dernier, plus encore qu’Al Moubadara, s’affirme, par contre, comme le grand parti du centre, voire comme le principal adversaire d’Ennahda. Légalisé en 2012 et dirigé par Beji Caïd Essebsi, ministre sous la présidence Bourguiba pendant vingt ans, Nidaa Tounes est en train de réussir là où les autres centristes ont échoué, à savoir se présenter simultanément comme le parti de la rupture (avec Ennahda, avec l’ère Ben Ali) et de la continuité (avec les idéaux de la révolution, avec l’ère Bourguiba.)

En mobilisant à l’envi l’imagerie bourguibienne et grâce à un programme consensuel (pouvoir d’achat, liberté d’expression, justice), Nidaa Tounes se donne aussi les moyens de séduire les sympathisants de tous bords. Le fait que des cadres de Wafa, du Parti socialiste, d’Al Massar, du Parti du travail patriotique et démocratique et d’Al Joumhouri aient décidé de le rallier témoigne, d’ailleurs, de l’attractivité de ce « catch-all party », que l’on situera à mi-chemin entre les conservateurs laïcs et la gauche traditionnelle.

c) Les socio-démocrates : le Front Populaire en première ligne

Animée par une nébuleuse de partis, la social-démocratie tunisienne est un courant politique assez ancien qui a existé d’abord comme sensibilité (à l’origine du parti destourien) puis comme force politique structurée, malgré le monopartisme officiel qui a perduré jusqu’au milieu des années 1980 et en dépit de la droitisation du régime Bourguiba à partir des réformes libérales du long Gouvernement Nouira (1970-1980). Ces partis ont donc fondé leur identité sur une culture souterraine d’opposition au régime ainsi que sur des pratiques non institutionnalisées d’aide aux plus démunis durant les graves crises sociales de 1978, 1980 et 1983-84. La brève politique de la main tendue (1987-89) prônée par le successeur de Bourguiba, Zine el-Abidine Ben Ali et consistant à légaliser certains partis politiques n’a pas modifié cet état de fait.

massarSortie définitivement du bois en 2010, la social-démocratie se retrouve aujourd’hui à livrer contre la Troïka un combat qui rappelle singulièrement les luttes passées. Elle pourrait cette fois-ci sortir vainqueur, à condition de parvenir à incarner seule les idéaux de la Révolution et de s’entendre sur un programme ambitieux mais réaliste, qui éviterait l’écueil de la contestation systématique à l’autorité officielle. De par leur culture de la contestation et les thèmes défendus (justice, émancipation individuelle, développement économique, lutte contre les inégalités sociales et régionales), les socio-démocrates ont les moyens de séduire en dehors de leur cible classique, constituée de jeunes issus des classes populaires urbaines, des personnes exclues du système redistributif sous Ben Ali et également de ceux qui considèrent que le gouvernement n’a pas su saisir la chance historique que représente le processus révolutionnaire.

Ils tenteront pour ce faire de récupérer des voix au centre et chez les partis religieux sur le terrain desquels ils évoluent en partie, d’autant que ces derniers ont su démontrer leur capacité de conquérir une partie de l’électorat de gauche. Ils pourraient, pour ce faire, opter pour deux modes d’action. Le premier, appliqué par le Mouvement des démocrates socialistes-MDS (A. Khaskhoussi) ou le Parti unifié des patriotes (de feu C. Belaïd), consiste à dénoncer l’inefficacité et la dangerosité d’Ennahda et se présenter comme la seule alternative crédible face aux conservateurs, les centristes n’étant, selon eux, que les représentants cyniquement reconvertis de l’ancien régime.

front populaireLe Front Populaire [7] revendique aujourd’hui le rôle de porte-drapeau de ce courant. Crédité de 8 à 15 % [8] selon les sondages, ses ambitions sont légitimes et devrait remporter un certain succès, en récupérant le vote d’une partie des sympathisants du Parti Socialiste (ex-PDM) et d’Al Joumhouri et en capitalisant les tensions liées à l’impasse du gouvernement actuel et à l’assassinat de Choukri Belaïd. Il ne devrait, néanmoins, pas réussir à obtenir des scores identiques à ceux d’Ennahda et de Nidaa Tounes.

L’autre scénario serait, au contraire, de favoriser une alliance plus ou moins sincère avec les partis religieux pour profiter de leur popularité et/ou adapter leur programme à leurs propres idéaux. La participation aujourd’hui d’Ettakatol (M. Ben Jaafar) au gouvernement en est une illustration, tout comme le récent rapprochement opéré vers Ennahda par le Parti des travailleurs tunisiens-PTT, l’ancien Parti communiste des ouvriers de Tunisie (H. Hammami). Envisageable pour la minorité des partis de gauche, cette seconde option ne devrait, cela étant, pas s’imposer. Deux raisons à cela : d’abord, la gauche risquerait, ce faisant, de détourner ses électeurs, ce dont profiteraient les centristes. Ensuite, elle contribuerait à radicaliser le jeu politique, une perspective à laquelle les Tunisiens adhèreront difficilement après deux ans et demi de tumulte révolutionnaire.

Comme on le voit, l’approche des partis politiques par leur courant d’appartenance ne se suffit pas à elle-même. Trop schématique et basée sur une grille de lecture construite pour d’autres traditions nationales, elle ne permet pas toujours d’identifier avec précision la ligne d’un parti et  elle fait fi des stratégies d’alliance. D’où la nécessité de la compléter par une analyse des structures partisanes.

2.   Classification par typologie

Les partis politiques peuvent aborder la compétition électorale de diverses manières, en fonction de leur structuration interne et des éventuelles stratégies d’alliance.

a)   Partis de cadres et partis de masse

La scène partisane tunisienne peut être analysée à travers les typologies classiques de Duverger (1976) ou Sartori (1976) selon lesquelles il existe deux types de parti politique, le parti de cadres ou de notables et le parti de masse. Le premier type de parti a pour but d’obtenir des voix ou de peser sur le processus de prise de décision grâce à des personnalités influentes, alors que le second aspire à conquérir le pouvoir en obtenant l’adhésion du plus grand nombre.

Les partis que l’on retrouve dans la première catégorie sont souvent des partis conservateurs laïcs et des partis modérés ; ceux-ci omettent, parfois, le terme même de « parti » dans leur nom (« Congrès », « Pétition », « Initiative ») et, surtout, ils placent la compétence de leurs représentants et l’historicité (ou l’authenticité) de la formation au cœur de leur programme. Caractérisées par des structures lâches, un nombre réduit de membres et l’âge de ses dirigeants, sexagénaires pour les partis « historiques » et jeunes quadragénaires pour les nouveaux partis [9], ces formations n’ont pas toujours les moyens ou les ambitions de se lancer seules dans la compétition électorale. Elles peuvent alors servir de caution morale ou agir en qualité de groupes de réflexion, des groupes de pression et parfois de relai au service d’un parti de masse, à l’instar de la Pétition populaire avec Ennahda. Ce type de regroupement, que l’on qualifiera de partis de notables, inclut une quinzaine de partis, autonomes ou coalisés, comme le CPR, le Parti libéral maghrébin, l’Union patriotique libre, le MDS, le Parti des Verts pour le progrès (M. Khamassi), la Pétition populaire, Al Moubadara ou Wafa (A. Ayadi.)

Le second type de parti est celui du parti de masse. C’est généralement celui-ci qui connait le plus grand succès dans une période post-révolutionnaire, caractérisée par une expression démocratique paroxystique et liée à la volonté des citoyens, longtemps privés de considération, de participer à l’édification d’un nouvel ordre. Le parti Ennahda est son archétype : son organisation est hiérarchisée, sa direction centralisée avec, à sa tête, un chef de légitimité charismatique (R. Ghannouchi) et son discours, volontariste, parfois caricatural, est relayé par des associations solidement implantées. Peuvent aussi correspondent à cette définition d’autres partis comme Ettakatol, le PTT ou le Parti des Patriotes.

Cela étant, la distinction entre les partis de cadres et de masse n’est pas toujours évidente. Comme nous venons de le voir, il est rare que les partis répondent à l’ensemble des critères précédemment cités. Nidaa Tounes, par exemple, est bien moins centralisé qu’Ennahda, la direction d’Al Joumhouri est collégiale et le Front populaire est composé de nombreux petits partis.  De même, la frontière entre les partis de masse et de notables est poreuse et les connexions nombreuses, soit entre les partis de masse eux-mêmes (Ettakatol avec Ennahda, les partis du Front Populaire), soit entre un parti de masse  et un parti de cadres (la Pétition avec Ennahda ou encore Al Joumhouri, qui compte en son sein à la fois des partis de cadres (Parti républicain) et de partis de masse (Parti démocrate progressiste-PDP) [10].

b)   Partis et coalitions

L’autre angle d’attaque des stratégies d’alliance est celui de la coalition de partis. La fondation de celle-ci dépend, à ce titre, de cinq facteurs dont les trois principaux sont le degré de concurrence dans le courant, la capacité à assumer seul la charge d’une campagne et le souci de légitimité/exhaustivité. S’y ajoutent deux autres critères que sont le type de parti (parti de masse ou parti de notables) et enfin l’ancienneté de ce dernier. Ennahda et désormais Nidaa Tounes sont les deux seuls partis qui n’ont pas véritablement besoin d’une alliance. Ce sont des partis de masse structurés, sans véritable problème en termes de ressources, qui occupent une position hégémonique au sein de leur famille de pensée et qui mettent en scène leur légitimité historique. Pour eux, une alliance avec un autre (petit) parti présenterait cela dit l’avantage d’atteindre davantage d’électeurs. Il existe à ce titre trois formes d’alliance.

La première consiste à favoriser un regroupement autour d’un parti dominant, soit en devenir, à l’instar de l’Union pour la Tunisie autour de Nidaa Tounes, soit en déclin, comme Al Joumhouri autour du PDP ou de la Coalition du 18 Octobre pour les droits et les libertés autour d’Ettakatol.

La deuxième alliance, de type « technique », ou extraverti [11], sous-entend la réunion sous un large parapluie de formations qui ambitionnent de former un gouvernement et de peser dans les processus de prise de décision et de « marchandage » des postes. Ces coalitions extraverties concernent la grande majorité des partis nés après 2010, qu’ils siègent ou non à la Chambre des Députés. C’est le cas du Front Populaire, du Pôle démocratique moderniste (PDM) ou encore de la Voie démocratique et sociale-Al Massar, né de la fusion entre une partie d’Ettajdid, du Parti du travail tunisien et quelques indépendants du PDM [12].

La troisième et dernière alliance, de type « pragmatique », ou introverti, a pour finalité de rationaliser les moyens pour mieux conserver le pouvoir et non le conquérir. Elle est donc une option également pour les partis hégémoniques. C’est selon ce schéma qu’ont été conclues les quatre coalitions parlementaires au lendemain des élections de 2011 (la « Troïka », le Front populaire,  l’Union pour la Tunisie et la Coalition destourienne) [13].

Celles-ci s’avèrent indispensables pour certains partis qui souhaitent créer ou conserver un groupe parlementaire, vu la législation (un minimum de 10 députés est nécessaire), et elles sont aussi un lieu d’apprentissage de la négociation et de production d’idées. Enfin, elles peuvent, en théorie, aboutir à des regroupements plus durables. Il sera, à ce titre, intéressant de suivre l’évolution de l’Union pour la Tunisie, que les bureaux politiques d’Al Joumhouri et Al Massar envisagent, pour l’instant, comme une coalition électorale sous l’étendard de Nidaa Tounes.

 

Ce rapide tour d’horizon des principales forces politiques aura permis de dessiner les grandes lignes de la scène partisane tunisienne. Celles-ci sont au nombre de six.

1. Un mouvement naturel de reconfiguration continue de s’opérer dans le sens d’une réduction du nombre des partis en compétition, de 144 au lendemain de la Révolution à 49 aujourd’hui. Cela s’avère indispensable pour la lisibilité de l’électeur et logique car de nombreux partis politiques partagent le même programme.

2. La scène partisane tunisienne est organisée autour de trois courants que l’on retrouve dans d’autres pays, à savoir  le conservatisme, la social-démocratie et le centrisme, eux-mêmes structurés par trois partis dominants (Ennahda, le Front Populaire et Nidaa Tounes) autour desquels gravitent des petits partis alliés plus ou moins nombreux.

3. Plus concentrée, la scène politique est aussi plus polarisée. L’Union sacrée contre le régime Ben Ali est en train de faire place à un antagonisme de type conservateur-progressiste, arbitré par une « Troisième Force », malgré le fait que les programmes et la cible électorale de ces trois blocs peuvent se croiser.

4. Affaiblis par deux ans d’administration et de recherche du compromis entre les différentes fractions qui le composent, les partis gouvernementaux affrontent une opposition composite mais mieux structurée qui les attaquera sur leur bilan et leur ambition de toujours apparaître comme les seuls représentants légitimes de la transition démocratique.

5. Ennahda semble moins pâtir du bilan du gouvernement. Le report d’une partie des voix de l’électorat conservateur laïc devrait être atténué grâce à une communication maîtrisée, des soutiens solides et, peut-être une certaine démobilisation des électeurs qui lui sont hostiles.

6. Tous les partis souhaitent capitaliser le moment historique qu’a été la Révolution de 2010 et ont ainsi élaboré des programmes autour des valeurs de solidarité, de démocratie et de liberté. Cela fait écho à des convictions profondes, mais aussi au fait que tous devinent que la conquête du pouvoir, comme partout ailleurs, nécessitera de séduire l’électeur centriste.

Skander BEN MAMI

est politologue à l’état-major de l’Armée de Terre du ministère français de la Défense, spécialisé dans les processus de démocratisation dans les pays émergents, actuellement en position de disponibilité au Secrétariat général de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe–OSCE.

 

Pour citer ce billet : Skander Ben Mami, « Les partis politiques tunisiens à la veille des élections législatives de juin 2013 », Le Carnet de l’IRMC, 21 mars 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/848

Sources
DUVERGER Maurice, [1951] 1976, Les partis politiques, Paris, Seuil, « Points ».

SARTORI Giovanni, Parties and Party Systems, New York, Harper&Row, 1976.

http://www.cpsa-acsp.ca/papers-2004/Wolinetz.pdf

http://www.kapitalis.com/politique/14557-tunisie-ennahdha-et-nida-tounes-au-coude-a-coude-dans-les-sondages.html

http://www.newsoftunisia.com/politique/tunisie-sondage-nida-tounes-passe-devant-ennahdha-selon-3c/

http://www.letemps.com.tn/article-74261.html

http://www.webdo.tn/2012/04/08/ces-associations-qui-bossent-pour-ennahdha/

http://www.leaders.com.tn/article/decoupage-electoral-217-sieges-et-33-circonscriptions?id=6042

http://www.partistunisie.com

http://www.fhimt.com/2011/04/23/infographie-les-partis-politiques-tunisiens/

http://blogs.rue89.com/tunisie-libre/2011/09/06/qui-sont-les-nombreux-partis-politiques-tunisiens-220493

http://www.lemonde.fr/tunisie/article/2013/02/13/tunisie-qui-sont-les-principaux-partis-politiques_1831005_1466522.html

http://www.leaders.com.tn/article/quel-paysage-politique-pour-la-tunisie-en-2013-une-analyse-projective?id=7823

http://www.tunistribune.com/15589-quel-paysage-politique-pour-la-tunisie-en-2013/15589.html

http://www.lefigaro.fr/international/2011/10/26/01003-20111026ARTFIG00440-la-percee-surprise-d-un-ancien-allie-de-ben-ali-en-tunisie.php

http://www.tunisienumerique.com/tunisie-ennahdha-en-perte-de-vitesse-dans-les-sondages/167692


[1] Ce membre d’Ennahda a assimilé l’excision à une opération de chirurgie esthétique. Son parti a, évidemment, très rapidement pris ses distances avec une telle déclaration.

[2] Voir l’intéressant article paru dans Jeune Afrique http://www.jeuneafrique.com/Article/LIN17067queresellim0/

[3] Née de la fusion de onze partis dont La Voix du Tunisien et El Watan et désormais scindée au profit d’Al Moubadara.

[4] Ces deux partis ont été fondés par d’anciens ministres sous Bourguiba et des membres du RCD sous Ben Ali, d’où une certaine hésitation quant à leur appartenance au courant conservateur ou centriste. Le contenu de leur programme nous a malgré tout décidés à les classer dans la mouvance centriste.

[5] Il convient, en effet, d’être vigilant sur les résultats affichés par les instituts de sondage et l’usage que l’on peut en faire. Signalons à cet égard que l’institut SIGMA Conseil annonçait en février 2013  un différentiel de 13 points en faveur d’Ennahda (42% contre 29%), contre un différentiel de 1 point selon l’institut Emrhod Consulting en mars 2013 (19% contre 19%). Quant à l’institut 3C Etudes, il plaçait Nidaa Tounes en tête dès janvier 2013 avec 33.4% contre 33% pour Ennahda.

[6] Auxquels nous aurions pu autrefois ajouter le Parti démocrate progressiste, aujourd’hui dissout dans Al Joumhouri.

[7] Issu de la fusion d’une douzaine de partis de gauche, le Front Populaire a été créé en octobre 2012 pour succéder en partie au Front du 14 janvier, lui-même né au lendemain de la Révolution.

[8] 8 % pour 3C Etudes, 11.7 % pour Sigma conseil et 15 % pour Emrhod Consulting entre janvier et mars 2013.

[9] Au-delà de 65 ans pour Bouebdelli, Marzouki, Khaskhoussi et Morjane et moins de 45 ans pour Khamassi ou Riahi.

[10] Par contre, deux partis de cadres à l’identité affirmée trouveront plus difficilement un modus operandi.

[11] L’opposition extraverti/introverti renvoie à la capacité de l’alliance de faire évoluer la ligne du regroupement au fur et à mesure de l’inclusion des nouveaux partis dans ses rangs.

[12] Le Parti socialiste a quitté le PDM et la Voie du Centre et le Parti républicain ont, pour leur part fusionné avant de s’associer avec Afek Tounes et le PDP pour devenir Al Joumhouri.

[13] La « Troïka », composée d’Ennahda, du Congrès pour la République et d’Ettakatol, le Front populaire (Parti des travailleurs tunisiens, Mouvement du peuple, Mouvement des patriotes démocratiques), l’Union pour la Tunisie (Parti républicain-Al Joumhouri, Appel pour la Tunisie-Nidaa Tounes, la Voie démocratique et sociale-Al Massar) et la Coalition destourienne (L’Initiative, Union patriotique libre, Parti Néo-Destourien).

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Et eux là-bas, que pensent-ils de la Révolution ? Pêle-mêle de propos recueillis dans le Kairouannais (2011-2012)

Carte du Gouvernorat de Kairouan
© D.R.

Des campagnes tunisiennes nous parviennent peu d’échos de ce que les gens pensent de la Révolution. Pourtant les habitants des campagnes ne se privent pas de confier leur point de vue à qui veut bien tendre l’oreille. C’est ce que nous avons constaté avec ma « médiatrice linguistique et culturelle », Zakia Jenhaoui (IRD-Tunis)[1], à travers les premières visites de terrain dans le cadre d’une recherche sur les rapports eaux-sociétés dans l’arrière pays de Kairouan. Nous avons recueilli un certain nombre de témoignages qui ne font pas l’objet de nos recherches, mais qui nous semblent devoir être mis en public. C’est d’ailleurs l’une des demandes réitérées de leurs auteurs. Alors que j’hésitais à prendre des notes sur leurs propos très engagés et peut-être compromettants, des agriculteurs m’ont invitée à écrire et, plus encore, à rendre publics leurs propos : « il faut dire ce qui se passe ici, nous on ne nous écoute pas »[2].

Loin d’être crédules, ces agriculteurs me confirment être conscients du risque que je ne sois pas moi-même « entendue ». L’impression d’être inaudibles, oubliés de la Révolution, revient fréquemment dans les discours, comme cette sensation que les réalités des campagnes « reculées » ne sont pas connues dans la capitale, que les dysfonctionnements doivent être dévoilés aux élites de l’État. Cela fait d’ailleurs écho aux discours recueillis auprès des agents de l’Administration : ils souhaitent que l’on relate les difficultés qu’ils rencontrent, notamment pour faire le lien entre ce qui se passe concrètement sur le terrain et les actions proposées « d’en haut ». À les entendre, ce qui existait avant la Révolution ne peut/doit pas se poursuivre : « Il n’y a plus de loi, on ne peut rien faire et c’est pire depuis la Révolution ».

C’est ce désir manifeste d’être entendu qui m’amène à relayer les paroles recueillies entre avril 2011 et mai 2012 dans le Kairouannais. Ce compte-rendu est orienté – on ne peut ici se permettre l’illusion d’objectivité. J’ai choisi deux angles pour restituer le matériau de terrain. L’un est chronologique et suit l’évolution des discours depuis 2011. L’autre focalise l’écoute sur les nombreux propos décrivant les rapports de pouvoir locaux.

De l’exaltation au désenchantement

Lors des premiers entretiens (avril 2011), les personnes rencontrées étaient très enthousiastes, fières et heureuses des changements en perspectives. Il était quasiment impossible de parler d’autres choses que de la Révolution – ce que l’on comprend bien. Tout le monde semblait s’accorder sur le fait que Ben Ali et « la Famille » étaient des escrocs, voire des assassins. Nos interlocuteurs ne mâchaient pas leurs mots, évoquant même la pendaison du président déchu. La Révolution est alors vue comme une bonne chose et les agriculteurs attendent un changement positif de leurs situations. Ainsi, selon eux, la fin du régime annonce une baisse importante des charges qui pèsent sur leurs activités économiques, puisque c’étaient les magouilles de « la famille » qui faussaient les prix de l’électricité, des produits phytosanitaires, etc. Pour d’autres, la société allait pouvoir recouvrer droiture et honnêteté maintenant que le régime avait changé. On notait une grande fierté d’être tunisiens. Après la Révolution, les Tunisiens devaient s’entraider, se soutenir « on est tous des Arabes, non ? ».

En avril 2011, on assistait aussi à des confessions inattendues. Par exemple cet ancien président de GDA[3] nous expliquait en détail le fonctionnement réel de la gestion locale de l’eau : « dans les associations d’eau, si tu veux participer à la prise de décision ou à la gestion, c’est par piston, comme d’ailleurs pour les omdas ». Il nous expliquait avoir participé à ce fonctionnement lorsqu’il dirigeait l’association. « Si quelqu’un te donne plus d’argent, tu lui donnes plus d’eau. Il y a eu de sérieux détournements dans les caisses de l’association. Et l’omda venait prendre chaque année 3000 dinars ». Notre interlocuteur nous confiait avoir lui-même bien profité de tout cela, puisque c’est avec les fonds de l’association qu’il a financé une partie de sa maison. Il relativisait ensuite sa responsabilité en expliquant que tous les gestionnaires de GDA ont profité « ceux qui disent le contraire sont forcément des menteurs ».

Place Abi Zomaa el Balaoui, Kairouan
© D.R.

Ces discours très tranchés sont relativement étonnants pour une anthropologue. Ici, en un seul entretien, les dysfonctionnements sont dévoilés, alors que plusieurs mois d’enquête sont nécessaires partout ailleurs pour avoir ce type d’informations. Effet Révolution ? Comment analyser ces discours ? Que faut-il entendre derrière ces paroles ? Toutefois, l’inquiétude d’avoir « trop » d’informations n’a pas duré. Quelques mois plus tard, les entretiens offraient des discours beaucoup plus stéréotypés, bien moins originaux pour l’observateur, même s’ils n’en sont pas moins intéressants. Il y a d’abord eu des paroles reflétant un certain attentisme. La paralysie des administrations, en particulier, était soulignée par nos interlocuteurs : « le omda, le gouverneur changent tout le temps », « ils ne font rien, ils attendent ».

Puis les discours sont devenus bien plus désenchantés fin 2011, début 2012. Un premier bilan de la Révolution est effectué par les habitants du Kairouannais : « rien n’a changé », « on est toujours les oubliés du pays », « la révolution ce sont seulement des promesses qui n’ont pas été tenues ». Enfin, s’est généralisé un discours réhabilitant l’ancien président. Finalement, nous dit-on, « le problème ça n’était pas Ben Ali, il n’était pas si mal que ça. Le problème c’était sa femme ». Les arguments se multiplient, notamment à propos de l’absence de sécurité. On nous explique également que les Tunisiens ont besoin d’un dictateur ou d’un bâton pour avancer, pour se discipliner : « Nous sommes un peuple qu’il faut diriger, on a besoin d’un chef, regardez maintenant, c’est pire qu’avant, il y a des gens paresseux qui profitent pour ne rien faire, ils font la grève tout le temps… ». En écho à ce discours, on entend aussi des personnes affirmer que pendant la Révolution ils n’ont pas fait de problèmes « nous on est des gens responsables, on voulait travailler ».

De la fin d’un pouvoir à la continuité d’un système de domination

Au fil des visites de terrain, des personnes rencontrées, on se rend compte que ces discours stéréotypés cachent la vraie richesse des points de vue. Sous un simple « c’était mieux avant » ou « rien n’a changé », on s’aperçoit qu’il y a beaucoup plus que cela. Des discussions plus approfondies donnent lieu à des points de vue plus élaborés sur la situation. C’est principalement à travers des questions de pouvoirs que ces discours m’ont étonnée.

Les discours recueillis sont très variés. Il y a d’abord des personnes qui affirment avoir été les précurseurs de la Révolution, avant janvier 2011. Certains nous font un exposé détaillé des modes de contestation qu’ils mobilisaient et des moyens de contourner des réseaux politiques contraignants : bloquer les routes, faire connaître les problèmes de leurs villages par un site web, saboter des élections locales dont le résultat était connu à l’avance, etc. Certes, ces moyens étaient sévèrement contrés par les réseaux d’autorité en place. Pourtant, ils constituent aux yeux de certains une preuve de leur résistance précoce. Mais, bien souvent, les fruits de cette résistance (obtention d’un forage, par exemple) ont été accaparés par les plus puissants : « les pauvres manifestent et les riches profitent », « les gens ici sont comme les plantes : ils poussent et eux [les grands/riches] les coupent… ».

À travers ces récits, nos interlocuteurs dénoncent des rapports de pouvoir asymétriques. Rapports que la Révolution n’a pas (encore ?) permis d’inverser ou d’atténuer : « la Révolution, ça ne change rien. C’est comme à l’Indépendance, des gens se sont sacrifiés et au final, il ne reste que ceux qui profitent ». Ces constats semblent particulièrement prégnants dans le domaine de la gestion de l’eau, comme nous le racontent deux agriculteurs. « L’association [de gestion de l’eau] ce sont des voleurs. La révolution n’a rien changé, avant c’étaient des RCD et maintenant ce sont les grands des familles. Avant l’association donnait le 26/26 du coup ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient personne ne leur disait rien. Maintenant on ne peut pas s’adresser au cheikh ou au omda parce qu’ils sont tous dans la même combine ». Ils m’expliquent ensuite qu’il n’y a pas de démocratie. Les nouveaux responsables de l’association leur ont été imposés, même s’ils ne précisent pas par qui.

Ce constat sur le renouvellement des rapports locaux de domination revient souvent : « Ici tout était noyauté par le RCD, l’accès à l’eau était lié à la corruption. Mais quand ils sont partis, d’autres ont pris leur place, et c’est revenu pareil ». Finalement « c’était mieux avant, au moins quand on avait besoin de quelque chose on savait qui corrompre, maintenant on n’a plus personne, on ne sait plus à qui donner de l’argent pour régler nos problèmes ! ». Lorsque je demande naïvement pourquoi les agriculteurs n’essaient pas de désigner un représentant qui porte mieux leurs intérêts, une analyse déconcertante m’est faite : « Ben Ali est intelligent, parce qu’il a fait un système où les gens sont tellement pris à la gorge qu’ils passent leur temps à chercher de quoi manger. Alors ils n’ont pas le temps pour faire de la politique ».

Face à ces discours quelques rares voix font entendre un point de vue assez différent. Ceux-là expliquent d’abord que : « ceux qui disent que Ben Ali n’était pas si mal, c’est ce qui ont profité et qui regrettent leurs privilèges ». Un instituteur m’explique que les gens ont beaucoup souffert de la privation de liberté d’expression, de parole, de droit, de démocratie. Il essaie, avec ses élèves, d’aller contre le discours actuellement courant (Ben Ali n’était pas si mal), de leur expliquer la situation avec un autre point de vue. Mais il s’avoue assez impuissant : « il faudrait que toute la famille le dise, le père, la mère, les oncles, les cousins… ma parole seule ne suffit pas ». Selon lui, la Révolution est un accouchement difficile, il faut être patient pour récolter les fruits de ce changement. Dans un autre village, une initiative vient des jeunes : « Après la révolution, les jeunes ont monté un groupe, ils essaient de s’associer pour aider les gens ». Si leurs objectifs demeurent assez flous, on sent une volonté de s’investir concrètement dans le changement.

Ce bref aperçu fait état de la diversité et de l’évolution rapide des discours sur la Révolution émis dans l’arrière pays de Kairouan. Ces discours apparaissent tour à tour étonnants, motivants, souvent poignants. Les gens nous livrent beaucoup d’eux-mêmes à travers ces paroles d’espoirs et de désespoirs. Même les discours répétitifs et les plaintes font état d’une détresse, d’un besoin d’être écouté, de parler, de se libérer. Le plus étonnant peut-être est l’analyse très fine et distanciée que certains font de leur propre situation et qui rend les entretiens parfois assez durs. Nos interlocuteurs semblent enfermés dans un cercle sans fin de relations asymétriques que les lendemains de la Révolution semblent avoir déjà contribué à renouveler. Bien sûr, toute poursuite de cette analyse demanderait un travail plus approfondi, notamment pour réduire les biais de l’interprétation et pour bien « entendre » ce qu’il y a derrière chaque mot prononcé.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Jeanne RIAUX

est anthropologue à l’IRD-Tunis et chercheure associée à l’IRMC

Pour citer ce billet : Jeanne Riaux, « Et eux là-bas, que pensent-ils de la Révolution ? Pêle-mêle de propos recueillis dans le Kairouannais (2011-2012) », Le Carnet de l’IRMC, 5 février 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/822

 

 


[1] Je souhaite ici lui exprimer toute ma gratitude. Sans ses compétences, sa proximité avec nos interlocuteurs et sa compréhension des situations, mon travail de terrain serait impossible.

[2] Je n’enregistre pas les entretiens et je ne suis pas arabophone. Les paroles relatées ici sont donc le fruit d’un double passage de frontières : celui de la langue et celui de la mémoire. Les paroles entre guillemets sont une reconstruction des discours par moi-même à partir des notes prises au cours des entretiens.

[3] Groupement de développement agricole, en charge notamment de la gestion de l’eau.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Processus électoraux, révolutions et transitions en Égypte et en Tunisie

Sarah Ben Nefissa a organisé à Tunis le 24 avril 2012, avec l’IRMC, une rencontre scientifique sur Processus électoraux, révolutions et transitions en Egypte et en Tunisie [1] (partenariat IRMC-Tunis, IRD-Paris, MMSH-Aix-en-Provence).

Présentation et contexte. L’analyse des révolutions et des mouvements sociaux dans le monde arabe a fait l’objet, depuis 15 mois, de nombreuses manifestations scientifiques organisées par l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain. Ont été étudiées successivement les questions des hybridités politiques entre autoritarisme et démocratie, du changement constitutionnel et des transitions démocratiques, de l’expression des sociétés civiles et des nouvelles formes de la citoyenneté, du cyberactivisme et des mouvements sociaux en ligne.

En mars 2012, l’IRMC a soutenu un séminaire organisé en partenariat avec le Ladyss (Universités Paris 1 et Paris 10), l’OTTD (Observatoire tunisien de la transition démocratique) et la Fondation Hanns Seidel, sur la géographie électorale et les déterminations territoriales et régionales du scrutin tunisien des élections à la Constituante du 23 octobre 2011. Il a souhaité le 24 avril 2012, en partenariat avec l’IRD (UMR 201, Développement et sociétés) et l’IREMAM (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, UMR CNRS 7310), proposer une première comparaison des processus électoraux, révolutions et transitions dans les deux pays qui ont ouvert les « Printemps arabes » début 2011, l’Égypte et la Tunisie.

Cette rencontre a rassemblé des intervenants égyptiens, tunisiens et français, chercheurs confirmés et post doctorants, doctorants et masters. Elle a permis de mettre en évidence la continuité du processus établi dans les sociétés égyptienne et tunisienne entre les moments de l’effervescence sociale dits de la révolte ou de la révolution, et ceux de l’organisation citoyenne et politique pour la préparation des élections et la réalisation du scrutin. Une publication à eu lieu à l’automne 2012 dans la revue « Confluences méditerranéennes ».

Premiers résultats

1. Le cheminement politique de la révolution aux élections. Les participants ont entériné l’idée, sans charge religieuse dans les deux cas, d’une révolte puis d’une révolution populaires, parties du centre du pays pour la Tunisie, et beaucoup plus localisées au Caire pour l’Égypte. Elles ont été suivies d’une restauration autoritaire appuyée par l’armée en Égypte, et d’une rupture constitutionnelle en Tunisie. Deux clivages politiques majeurs y ont structuré les mouvements sociaux : l’ordre de la dictature comme « rempart » contre l’islamisme ; l’opposition à la dictature et l’alliance ou non des « démocrates » avec les islamistes.

Si en Égypte les premiers résultats électoraux ont vite campé un paysage majoritaire pour les islamistes (60 % dont 24 % salafistes), l’itinéraire tunisien a été jalonné par des gouvernements de transition et des institutions de régulation (Haute Instance, ISIE) chargées de déterminer notamment le mode de scrutin proportionnel, et les lois de parité des candidats, dans la recherche d’un compromis jusqu’au passage aux urnes.

Dans les deux cas, le vote a exprimé une sanction face aux régimes et partis dominants (NDP en Égypte, RCD en Tunisie). Il s’est toutefois agi en Tunisie d’un vote de sanction du passé, de rupture avec l’ancien système et d’identification à ses victimes. Le vote des Égyptiens était plus tourné vers un élan de sympathie avec les futurs dirigeants, leurs idées et leurs valeurs religieuses, pour un nouveau projet de société. Si, en Égypte, le score des partis civils (le « civil » entendu non comme une séparation mais comme une forme de dialogue entre l’État et la religion) a été plutôt faible (11 %), en Tunisie, un débat demeure autour de l’identité tunisienne entre acquis modernistes, islam modéré et Salafisme, dans un contexte de voisinage privilégiant, jusqu’à présent, davantage l’Europe à l’Arabie saoudite ou aux pays du Golfe.

2. La mobilisation de tous les acteurs. La joie et l’enthousiasme de tous et de chacun, pour aller voter, ont bien été signalés. Les participants se sont interrogés sur le « sens » du vote : un projet politique ou des intérêts d’affaires ? Sarah Ben Néfissa (coordinatrice des rencontres) a bien illustré, à ce titre, comment l’électeur est le produit de logiques d’intérêts sociaux et économiques, de dépendances multiples, de luttes et de conflits communautaires exercés sur lui par les institutions et acteurs locaux. Les votes, et ce fut le cas dans les deux pays, y ont toujours été travaillés par des phénomènes de clientélisme administratif, auxquels pourraient aujourd’hui se substituer les réponses des partis islamiques aux besoins de proximité, d’assistance et de service social des populations. Il a été montré que les femmes (45 % des inscrits volontaires), bien qu’ayant obtenu la parité en Tunisie, à laquelle avait aisément souscrit le parti Ennahdha, y étaient rarement têtes de listes et toujours en position de rendre des comptes quand à la légitimité de leur présence.

L’accent a aussi été mis sur le foisonnement des partis politiques. Avant leurs révolutions, Égypte et Tunisie souffraient d’un discrédit des formes partisanes et d’une crise de la représentation politique. Durant la transition la demande d’accréditation de partis a été pléthorique (autour de 120 en

Tunisie). En Égypte, les Frères musulmans, suivis des Salafistes, qui en tant qu’organisations de prédication refusaient les partis politiques, ont été les premiers à en créer un. De leur côté les notables locaux, auparavant présentés comme indépendants, ont eux aussi cherché l’investiture des partis et se sont réclamés de la proportionnelle. Les résultats ont toutefois récusé cette explosion : en Tunisie par exemple, près de 35 % des Tunisiens, ayant voté pour des petites listes indépendantes, n’ont aucune représentation à la Constituante.

3. L’interprétation du vote et le sens des élections. Il a été montré que le principe démocratique « un homme = une voix » remet en question l’idée que le choix électoral serait socialement construit, la fraude apparaissant comme une digression face à la symbolique de la solitude de l’isoloir et de l’urne transparente. En matière de comptage de l’électorat, la seule source fiable aujourd’hui en Tunisie s’avère être celle des inscrits volontaires, à l’été 2011, au nombre de 4 098 888 et dont 86,1 % ont voté. Les 3 470 936 inscrits dits automatiques, sur la base du fichier peu fiable (décès non enregistrés) des Cartes nationales d’identité, ont voté à 16,2 %.

Les analyses des résultats ont donné lieu à trois types de matrices d’analyse du processus électoral :

– L’explication par la recherche des liens entre la géographie de l’implantation des partis et les caractéristiques des territoires. Les inégalités sociales et territoriales ont été présentées comme possibles clefs d’analyses des comportements électoraux. Ainsi en Tunisie les grands partis réalisent de meilleurs scores dans les zones côtières urbaines que dans les zones rurales de l’intérieur. Dans ces dernières par contre, le parti Al Aridha Ecchaâbiya (Pétition populaire pour la liberté, la justice et le développement), s’est particulièrement implanté. On a pu noter, de même, de meilleurs scores des modernistes dans les villes côtières voire dans celles du Nord-Ouest, malgré de fortes dispersions et une concurrence entre ces listes. Enfin, on a noté que le parti islamiste Ennahdha réalise ses meilleurs scores dans les régions où les taux d’emploi féminin sont les plus faibles, avec toutefois une très forte participation dans les zones industrielles et au Sud. On en a conclu que le vote urbain serait un vote de classe et le vote rural un vote d’appartenance territoriale.

– L’explication par les individus leaders. On a insisté sur les aptitudes, les capacités, les compétences et les stratégies de l’acteur électoral. Les interventions égyptiennes ont mis l’accent sur la recherche d’indicateurs d’identification de candidats indépendants capables de battre les partis établis. Il en découle un profil électoral : le prestige scientifique, la capacité d’éloquence, le pragmatisme de la campagne basé à la fois sur la représentation régionale et la représentation du peuple, une bonne utilisation des réseaux sociaux, et la capacité à échapper aux polarisations des islamistes en s’inscrivant dans des formes de continuité idéologique.

– L’explication par l’imaginaire collectif et communautaire porté par un leader. Ce fut le cas en Tunisie du Parti Al Aridha Ecchaâbiya qui a obtenu 256 000 voix et 26 sièges à la Constituante, résultats non prévus et aujourd’hui encore considérés comme une « énigme ». Plusieurs éléments d’interprétation ont été proposés pour expliquer l’impact de ce parti : la figure charismatique de son leader Hechmi Hamdi, dissident du parti islamique Ennahdha et ancienne figure d’opposition à Ben Ali ; le fait qu’il possède à Londres une chaîne satellitaire (Al Mustakilla) émettant depuis plusieurs années ; son projet de programme « clientéliste » et populiste (transports et soins gratuits avec prime de chômage) ; sa présentation comme migrant (exilé) de son territoire (depuis Londres), et s’appuyant sur les NTIC pour défendre un populisme de revanche des exclus et de la plèbe.

Ces rencontres ont permis d’aborder la question des transitions politiques dans les sociétés arabes en mettant en relation les motivations des populations tant dans leurs capacités à renverser les régimes en place, qu’à reconstruire de nouvelles formes de légitimité incarnées dans le processus électoral. Cette première rencontre sera suivie à l’automne 2012 d’une session retour au Caire qui serait l’occasion d’une coopération entre l’IRMC, l’IRD, l’IREMAM et le CEDEJ, prélude d’un plus vaste projet d’observatoire des histoires sociales du vote dans les situations de transition et de recomposition des espaces publics dans les nouveaux mondes arabe et musulman.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Pierre-Noël DENIEUIL

est sociologue et directeur de l’IRMC.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Processus électoraux, révolutions et transitions en Égypte et en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 17 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/771

 


[1] Ont été ici résumés les grands axes des interventions de : Sarah Ben Néfissa, Mohamed- Chérif Ferjani, Michael Lieckefett, Michael Béchir Ayari, Alia Gana, Samer Soliman, Mohamed Kerrou, Sana Ben Achour, Clément Steuer, Myriam Catusse.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’évolution des cultures politiques tunisiennes : l’identité tunisienne en débat

Manifestation du 9 avril 1938
© Ahmed Manai – Nawaat

La révolution tunisienne correspond à un moment de crise au cours duquel se renégocie le pacte national et l’identité de la communauté. Plus que les modalités de la transition démocratique, c’est bien la remise en cause de l’identité collective nationale, qui semblait jusque là faire consensus tant chez les partisans de l’ancien régime que dans l’opposition de la gauche, qui est en jeu.

Notion construite dans la lutte pour l’indépendance, cette identité s’incarnait, depuis l’indépendance dans l’idée bourguibienne de tunisianité. Ce concept se caractérise par son ouverture aux influences successives qu’a connues la Tunisie et ce, depuis la préhistoire. Il s’incarne dans une langue, l’arabe, langue d’expression politique pour le Néo-Destour à l’époque de Bourguiba. Tant le poids de son héritage historique que son appartenance à plusieurs cercles géopolitiques – la Méditerranée, l’Afrique, le monde arabo-musulman – justifient son ouverture vers la modernité : cette modernité s’appuie sur une forte tradition syndicale, sur une tradition constitutionnaliste pionnière ainsi que sur un projet social résolument progressiste (à travers un cadre juridique – le statut personnel – et des réalisations concrètes sur le plan des politiques éducatives, des politiques de santé, des infrastructures et de l’administration).

La nécessité de recomposer l’identité collective nationale s’exprime à travers plusieurs tendances. La première de ces tendances, c’est la demande renouvelée d’une citoyenneté politique et sociale par le peuple, depuis le 14 janvier. C’est ensuite la remise en cause de l’identité tunisienne – telle qu’elle avait été forgée depuis l’indépendance – et sa dilution dans d’autres cercles d’appartenances plus larges tels que l’oumma et le monde arabe, parfois au prix de violences physiques ou symboliques. En témoigne l’occupation de La Manouba, le drapeau noir sur la tour de l’Horloge, la réticence à fêter des fêtes nationales.

C’est enfin une demande de la société civile de retrouver son identité, de convoquer sa mémoire vive, ce que l’on peut observer à travers les ventes de librairies (en particulier avec l’Histoire de la Tunisie de la préhistoire à 2011) dans la création artistique, avec l’exposition Schkoun Nahnou au palais de Carthage en Juin 2012 et dans le monde associatif avec des mouvements tels que Kolna Tounes.

Ces trois tendances questionnent l’identité nationale collective sur sa résilience à la démocratisation du pays – puisque celle-ci avait été élaborée dans un contexte politique autoritaire et volontariste. Elles l’interrogent également sur son ancrage historique et géographique.

Assemblée constituante tunisienne, 22 novembre 2011.
© REUTERS – Zoubeir Souissi

Enfin elles remettent en cause son rapport à deux systèmes de valeurs. Les premières sont les valeurs individualistes et libérales de l’éthique de la citoyenneté politique ; les secondes sont les valeurs holistes à vocation anti libérale des identités collectives nationales. L’enjeu est donc également de recomposer le compromis historique entre une dimension culturelle séculière et une dimension cultuelle religieuse.

Ce sujet cristallise les oppositions dans les débats politiques et en particulier dans les débats de l’Assemblée Nationale Constituante. La gestion de cette crise de transition par les élus et les décisions qu’ils vont prendre dans le cadre de la rédaction de la Constitution, engagent la redéfinition de l’identité collective non seulement du régime, mais encore de la nation. Observer cette gestion de crise permet de voir si elle s’accompagne ou non d’une recomposition des cultures politiques des élus[1].

L’adoption de certaines attitudes politiques, comme celle du compromis – ferment d’une pratique démocratique de la politique – garantirait que le régime soit réellement démocratique et non pas une démocratie de papier qui ne fasse que suivre formellement les règles de la bonne gouvernance.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Déborah Perez

est élève fonctionnaire de l’école normale supérieur d’ULM (Paris). Elle poursuit un Master 2 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales sous la direction de Monsieur le Professeur Hamit Bozarslan. Elle a été accueillie à l’ENS de Tunis et à l’IRMC en septembre-octobre 2012.

Pour citer ce billet : Déborah Perez, « L’évolution des cultures politiques tunisiennes : l’identité tunisienne en débat », Le Carnet de l’IRMC, 7 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/723

 


[1] C’est la thèse développée par G. Almond, S. Verba in The Civic Culture : Political Attitudes and Democracy, in Five Nations, Princeton University Press, 1963 : pour que les démocraties fonctionnent, il faut une adéquation entre les règles formelles du système politique et les cultures qui permettent la mise en pratique de ces règles.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Relations de pouvoir et ambitions coercitives dans la mise en oeuvre des politiques sociales en Tunisie

© D.R.

Longtemps présentée comme un modèle de réussite à travers le monde arabe, la Tunisie s’est surtout illustrée par l’écart qui existe entre une image lisse de puissance moyenne et la fragilité d’un équilibre politique et social aggravée par l’exercice d’un pouvoir autoritaire pouvant être violent.

Après l’effondrement du système politique, à la suite de la fuite du président de la République, Zine el Abidine Ben Ali, le 14 Janvier 2011, il était intéressant de voir selon quelles modalités l’État a continué de fonctionner. Comment s’articule le principe fondamental de séparation entre l’idée d’État et le pouvoir et comment s’applique, finalement, le principe « Le Roi est mort, vive le Roi » en Tunisie, à l’époque contemporaine, via la question des politiques sociales.

Il s’agit de s’atteler à l’analyse de la mise en pratique des politiques sociales dans le domaine de la sécurité sociale, du planning familial et de la politique du logement en Tunisie. L’approche qui sera privilégiée a pour objectif d’identifier la présence et le rôle des multiples acteurs, au sein de la hiérarchie entre l’État central et les régions dans le cadre du déploiement de l’action sociale de l’État.

Ce projet de recherche s’articule autour de la question de l’évolution de la légitimation de l’État en Tunisie par rapport à la mise en oeuvre des politiques sociales. Quelle est l’implication de la société dans le processus décisionnel par rapport à la production des politiques publiques ? Comment s’impose la légitimité de la violence symbolique[1] dans un État moderne ? La démarche centrale consiste à tenter de saisir l’organisation et la solidification des bases du régime en analysant le processus d’application des dispositifs de sécurité sociale, mais aussi des politiques familiales et des politiques du logement.

© Mag14.com

Nous comprenons la production des politiques publiques comme un mode de gestion de la question sociale. Nous nous intéresserons plus particulièrement aux axes suivants :

– Les prestations sociales en matière de santé, de famille et de logement.

– La redistribution et la notion de contrepartie dans l’assujettissement.

– L’articulation entre impératifs nationaux (politiques d’ajustement structurel, réformes économiques liées à l’aide publique et aux emprunts internationaux) et politiques régionales.

– La décentralisation et le clientélisme par rapport à notre sujet d’étude.

L’objet de cette thèse est lié aux politiques publiques en matière sociale dans le secteur de la sécurité sociale et de la santé.

Le sociologue Robert Castel suppose que « la protection sociale a joué un rôle majeur dans la construction d’un individu moderne, indépendant et libre »[2]. Il explique dans ce sens qu’elle a subi, comme d’autres programmes sociaux, des changements allant jusqu’à la remise en question du système de l’État[3]. Cela nous amènera à nous questionner sur la promotion de l’action sociale par l’État, sur sa nature, sur le processus de prise de décision, mais également sur le clientélisme qui est pratiqué, notamment au niveau régional. Ainsi, peut-on qualifier l’État tunisien d’État patrimonial où la paix sociale et le maintien de l’ordre sont « achetés » en échange de droits sociaux ayant permis l’émergence et la consolidation d’une classe moyenne.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Saïda Ounissi

est doctorante en sociologie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous la direction de Blandine Destremau. Sa thèse s’intitule « Relations de pouvoirs et ambitions coercitives dans la mise en œuvre des politiques sociales en Tunisie ». Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière Moyenne Durée (BMD) entre octobre et novembre 2012.

 

 

Pour citer ce billet : Saïda Ounissi, « Relations de pouvoir et ambitions coercitives dans la mise en oeuvre des politiques sociales en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 3 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/716

 


[1] P. Bourdieu et J-C Passeron, La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Éditions de Minuit, Paris, 1970.

[2] Anne-Marie Guillemard (dir.). Où va la protection sociale ? Paris, Presses universitaires de France, Collection Lien social, 2008.

[3] Houda Laroussi, « Le redéploiement du prêt sur gage dans une société en crise : Les mutations vers l’individualisation de la protection sociale », communication au colloque Protection sociale, politiques sociales et solidarités.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

De « l’attentisme politique » à la « maturité démocratique », rôle pré, in et post-révolution de la chaîne satellitaire Al-Jazeera en Tunisie

Al-Jazeera : cause ou moyen des révolutions arabes est le dernier chapitre de notre thèse. Il parle de l’Histoire en cours, d’une Histoire du temps présent, pas encore définitivement écrite et que seules les personnes qui l’ont vécue peuvent relater. La thèse Renaissance du concept de Nouvel Ordre Mondial de l’Information et de la Communication de l’UNESCO : contribution de la chaîne Al-Jazeera traite du déséquilibre des sources d’information internationale et des conséquences de manipulations médiatiques et médias mensonges sur la paix et la sécurité internationale. Elle explique la nécessité d’un rééquilibrage des médias et examine la méthode intergouvernementale (au sein de l’ONU, UNESCO, Mouvement des Non Alignés) pour y remédier et aboutir à un flux libre, équilibré et juste de l’information. Nous arrivons à une des conclusions que le respect par les institutions internationales de la souveraineté étatique est une barrière au développement de la libre expression au sein des régimes répressifs. D’où la pertinence d’un acteur satellitaire comme la chaîne Al-Jazeera, qui passe outre la volonté des gouvernements et s’adresse directement aux peuples.

Dans les mémoires du président américain Eisenhower, ce dernier pressentait que « le jour où les peuples communistes seraient aussi bien informés que les nations libres, le mécontentement, l’agitation et la révolte se mettraient à courir parmi ces centaines de millions d’êtres (…) » L’Histoire se répéta-t-elle avec les peuples arabes dès lors qu’une information non censurée put les atteindre dans les années 1990 ? À la lumière du précédent soviétique, nous nous demandons si, comme les radios américaines Free Europe et Voice of America en ex-URSS, Al-Jazeera a contribué à fissurer de l’intérieur un bloc dictatorial en donnant une tribune à l’opposition et en mettant le projecteur sur les dérives sanguinaires du gouvernant. La propagande des aspirants présidents à vie a fait croire que ce serait « eux ou le chaos », qu’il valait mieux une « dictature pure qu’un chaos qui dure ». Alors que, jadis, les radios occidentales cherchaient à contenir le communisme, Al-Jazeera cassait cette image du paternalisme arabe. Ainsi, seize années de diffusion quotidienne de la chaîne d’information en continu ont-t-elles façonné au jour le jour un homme arabe nouveau ?

Le questionnaire sur la Tunisie concernait quatre branches : les partis politiques, les journalistes, les activistes des droits de l’Homme et enfin les citoyens lambda. Pour les partis politiques, l’objectif de l’enquête était de savoir si Al-Jazeera avait favorisé la visibilité d’un parti avant, pendant ou après la révolution, pour ainsi lui permettre de se construire un électorat ; et si cette chaîne était le seul moyen pour les Tunisiens d’avoir une éducation politique et de connaître les figures de l’opposition durant la dictature.

Concernant les journalistes, nos réflexions se sont portées sur les notions de journalisme de développement et journalisme de crise, puis de savoir si la chaîne qatarie est aujourd’hui encore utile en Tunisie avec l’essor de l’audiovisuel national. Furent également abordées les notions d’« audiences actives » et d’ « input / output » d’un média sur le téléspectateur. Avec les activistes des droits de l’Homme, nous nous sommes demandés si Al-Jazeera pouvait être définie comme locomotive ou suiveuse des changements sociaux et si nous pouvions parler de « télécratie », avec le média comme source de progrès. Enfin, pour les citoyens lambda, les questions ci-dessus étaient reprises dans l’objectif de comprendre l’influence à moyen terme d’une diffusion quotidienne d’Al-Jazeera sur leur prise de conscience politique et le réveil de l’activisme, et enfin de délimiter l’influence réelle de ce soft power par satellite.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Hela Ben Hadj M’Barek

est doctorante en Droits de l’Homme, Paix et Développement durable à la Faculté de Droit de Valencia (Espagne). Elle prépare une thèse sur la Renaissance du concept de Nouvel Ordre Mondial de l’Information et de la Communication de l’UNESCO : contribution de la chaîne Al Jazeera sous la direction de Jorge Cardona Llorens et François-Bernard Huyghe. Elle a été boursière en accueil à l’IRMC en juillet 2012.

 

Pour citer ce billet : Hela Ben Hadj M’Barek, « De « l’attentisme politique » à la « maturité démocratique », rôle pré, in et post-révolution de la chaîne satellitaire Al-Jazeera en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 20 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/701

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Processus électoraux et territoires en Tunisie

Recherche en partenariat entre l’IRMC, l’Observatoire Tunisien de la Transition Démocratique et la Fondation Hanns Seidel, 13-14 juillet 2012.

Comme l’on démontré les mobilisations populaires en Tunisie, c’est à l’échelle des territoires que les inégalités du développement et l’injustice sont plus particulièrement perçues et vécues. Les disparités socio-territoriales croissantes qui ont accompagné les processus de développement figurent en effet parmi les causes profondes des révoltes populaires qui ont embrasé le pays à partir de décembre 2010. Ces disparités ont ressurgi à travers les résultats des élections pour l’Assemblée Constituante Tunisienne, qui se sont traduits par de fortes différences de participation et de choix électoraux entre les métropoles côtières et l’intérieur, ainsi qu’entre différents quartiers au sein des grandes villes côtières. Alors que les interprétations courantes des élections du 23 octobre 2011 n’accordent que peu d’attention à la dimension territoriale du vote, leurs résultats interrogent fortement sur l’importance des inégalités sociales et territoriales comme clé de compréhension des comportements électoraux. D’une part, la géographie des résultats électoraux exprime les inégalités de développement et de structures socio-économiques. D’autre part, cette territorialité du vote tunisien ne peut pas être réduite à ces inégalités socio-économiques et recouvre d’autres dimensions importantes, socio-historiques, culturelles et politiques.

Dans cette perspective, le projet de recherche « Processus électoraux et territoires » entrepris par une équipe tuniso-française, coordonné par Alia Gana (CNRS/IRMC) et Gilles Van Hamme (ULB), s’est fixé trois principaux objectifs :

1. Analyser les liens entre la géographie de l’implantation des partis et les caractéristiques socio-économiques des territoires. 2. Comprendre les processus sociaux localisés qui influencent les choix électoraux. 3. Former des jeunes chercheurs dans les approches de l’analyse électorale.

L’approche de recherche retenue comporte plusieurs volets : 1. une cartographie des résultats électoraux et le croisement de ces résultats avec les caractéristiques sociales, démographiques et économiques des territoires, 2. des enquêtes par questionnaire auprès d’un échantillon de votants permettant d’établir le profil de l’électorat des différents partis (professions, âge, sexe, diplôme etc.), 3. des enquêtes par entretiens et focus group qui favorisent une prise en compte de la dimension collective du vote et sa spécificité territoriale.

Les premiers résultats de l’analyse et les perspectives du projet ont été présentés au cours de deux séminaires, organisés à Tunis en mars et juillet 2012, et réunissant des chercheurs, des experts et des acteurs institutionnels et de la société civile.

Les fondements socio-territoriaux de la géographie électorale de la Tunisie

L’analyse issue du croisement des résultats électoraux et des données socioéconomiques à l’échelle des délégations a fait ressortir que les principaux partis tunisiens réalisent en moyenne leurs meilleurs scores dans les zones urbaines côtières plutôt que dans les zones rurales intérieures, indiquant une corrélation significative et positive avec l’indice de développement socio-économique. En revanche, Al Aridha (la liste populaire) est le seul grand parti à présenter une corrélation négative avec l’indice de développement socio-économique, signe d’une implantation plus forte dans les zones intérieures. Ainsi, la géographie électorale issue du vote du 23 octobre s’est structurée autour de deux oppositions. La première est celle entre les grands partis qui réalisent leurs meilleurs scores dans les zones urbaines et développées et le reste du spectre politique, en particulier Al Aridha, implantée dans les zones les moins développées. Les résultats électoraux font donc apparaître une forte opposition centre/périphérie : les zones métropolitaines votent pour les grands partis dominants, alors que les zones périphériques et peu développées ont participé nettement moins au scrutin, et réfutent tant les partis « modernistes » que le grand parti islamiste, du moins en termes relatifs.

La géographie du vote des 5 premiers partis aux élections de l’ANC, à l’échelle des délégations.
© Maher Ben Rebah

La seconde opposition territoriale se situe entre les partis « modernistes » et Ennahdha. Alors que les partis « modernistes » obtiennent, en termes relatifs, leurs meilleurs scores dans les délégations aisées, Ennahdha est implanté dans des quartiers plus populaires, où il rencontre la concurrence d’Al Aridha. Cette seconde opposition semble donc recouvrir une opposition sociale profonde entre classes dominantes et classes populaires, tant urbaines que rurales. De même, dans les zones intérieures, les partis s’implantent dans des régions différentes en termes relatifs : les partis « modernistes » obtiennent leurs meilleurs scores relatifs dans le Nord-Ouest, mais semblent presqu’inexistants dans le Sud où Ennahdha apparaît presqu’hégémonique.

Enfin, l’analyse fait ressortir que les grands partis « modernistes » (Ettakatol, PDM, PDP, Afek) présentent une certaine homogénéité géographique à la fois parce que leurs meilleurs scores sont obtenus dans les grandes villes côtières mais aussi, pour une part, dans les mêmes quartiers au sein de celles-ci. Cela confirme l’importante dispersion des voix du pôle « moderniste » au sein duquel la convergence idéologique se traduit par une forte concurrence pour capter une base électorale socio géographique commune.

Au-delà des grands partis, il est aussi important de noter que de nombreux autres partis, bien que faibles à l’échelle nationale, montrent une forte implantation à l’échelle locale. Ainsi, s’il semble se dégager une très forte « territorialité » des comportements électoraux, celle-ci n’est pas réductible aux caractéristiques objectives socio-démographiques des territoires. D’où la nécessité de donner un contenu à cette dimension territoriale du vote.

L’approche localisée des processus électoraux

C’est ce à quoi s’attache la deuxième phase de la recherche dont l’objectif est, d’une part de cerner les bases sociales des différents partis et leurs logiques d’implantation, d’autre part de comprendre les processus sociaux locaux qui influencent les comportements électoraux. Dans un premier temps, des enquêtes test par questionnaire individuel ont été réalisées auprès d’un échantillon réduit d’électeurs dans différents quartiers urbains et villages ruraux (à Tunis, Jendouba, Sfax et Zaghouan). Leur analyse a permis d’observer : 1. un vote socialement différencié dans l’agglomération de Tunis, où le vote Ennahdha est plutôt cantonné aux classes populaires et où le vote en faveur des partis « modernistes » découle d’une volonté d’exprimer des convictions personnelles, en rupture avec l’ancien régime, ainsi que de l’adhésion aux valeurs des droits de l’homme et des libertés individuelles, 2. un vote local très homogène, aussi bien dans les quartiers urbains défavorisés qu’en zone rurale, où le vote Ennahdha, pratiquement hégémonique, est un acte d’adhésion collective à un parti considéré comme le parti de Dieu, comme le parti des exclus et des opprimés, tirant sa légitimité de son histoire ancienne d’opposant à l’ancien régime, des sacrifices consentis par ses militants et de sa proximité avec « les gens du peuple ». De manière plus générale, le vote Ennahdha est apparu très discriminant d’un point de vue socio-territorial (lieu de résidence et catégorie sociale). De cette étude préliminaire des localismes électoraux l’équipe de recherche a dégagé trois hypothèses de travail : L’homogénéité locale du vote en milieu rural et les logiques collectives qui le guident ; le rôle du système de notabilité à l’échelle locale et de l’encadrement social et politique dans l’orientation des comportements électoraux ; et enfin la différenciation du vote urbain en fonction du milieu social et du lieu de résidence.

Afin de vérifier ces hypothèses de travail, les enquêtes par questionnaire ont été étendues à un échantillon de 600 électeurs, sélectionnés à l’échelle des centres de votes et dans divers quartiers ou villages en zone urbaine, périurbaine et rurale 1. Destinées avant tout à éclairer les logiques collectives du vote au niveau local, les données d’enquêtes ont été rassemblées dans une base commune permettant un traitement statistique global et une approche comparative entre terrains étudiés. Bien que non représentative de l’ensemble des votants, la base permet tout de même de souligner quelques déterminants socio-démographiques puissants de la participation et du choix électoral, en particulier l’impact du sexe et du diplôme sur les comportements électoraux. Il ressort tout d’abord que la participation est fortement déterminée par le sexe (les femmes participent moins) et le niveau socio-économique : plus le diplôme ou la profession sont élevés, plus on participe. Par ailleurs, les jeunes de notre échantillon ont moins participé mais ce résultat est moins stable et significatif.

En ce qui concerne l’orientation vote, il apparaît que le vote Ennahdha est lié à la fois au sexe et au niveau de diplôme, avec une probabilité de vote plus élevée pour les femmes et les personnes ayant un diplôme (ou une profession) de faible niveau. Par contre, pour le vote « moderniste », seul le niveau de diplôme apparaît significatif : plus il est élevé, plus le vote « moderniste » est élevé.

L’interprétation de ses résultats exige une grande prudence étant donné que les différents partis regroupés sous l’étiquette « modernistes » peuvent en réalité avoir des bases électorales relativement différentes. Ils semblent néanmoins avoir en commun une plus forte implantation au sein des votants à statut social plus élevé. Ces premières conclusions devront être confirmées par des études plus poussées et systématiques mais constituent un complément utile à l’analyse de la géographie électorale et aux analyses plus qualitatives des différents observatoires.

Le deuxième volet de l’approche localisée des comportements électoraux repose sur une approche qualitative au moyen d’entretiens individuels et collectifs auprès d’un échantillon réduit d’électeurs et d’acteurs politiques et de la société civile, sélectionnés également à l’échelle des quartiers urbains et des localités rurales. Cette approche vise à mieux cerner la dimension collective du vote et sa spécificité territoriale, ainsi que les raisons de l’abstention, particulièrement importante lors du dernier scrutin. Il s’agit plus précisément de cerner les processus sociaux (localisés) qui contribuent à la production d’un vote « conforme » dans un espace donné.

L’objectif est enfin de mieux comprendre le vote des jeunes et des femmes et de vérifier les hypothèses suivantes : les femmes s’abstiennent plus et votent moins pour les partis conservateurs ; les jeunes ont tendance à voter comme leurs parents et le groupe familial ou de voisinage.

L’approche qualitative par entretiens individuels et collectifs vise également à mieux cerner les spécificités du contexte socio-politique local, d’affiner la connaissance des réseaux d’encadrement social et politique et de mieux comprendre la stratégie d’implantation des acteurs politiques (partis, listes indépendantes) et des acteurs de la société civile (modes d’action, campagne électorale, difficultés rencontrées, leçons tirées). Ces entretiens sont en cours de réalisation par les différentes équipes associées au projet (Université de La Manouba, Université de Sfax, IRMC, Observatoire de la transition démocratique).

L’ensemble des résultats issus des différentes phases du projet seront présentés au cours d’un colloque international prévu à Tunis le 23 et 24 novembre 2012 auquel seront conviés des chercheurs, des experts en analyse électorale et des représentants de la société civile.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10 

 

Alia Gana

est sociologue et directrice de recherche CNRS UM7533 LADYSS. Elle est actuellement chercheure à l’IRMC en affectation CNRS, où elle coordonne deux programmes de recherche : « Processus électoraux, territoires et légitimités en Tunisie et au Maghreb » et « Disparités socio-spatiales et inégalités écologiques : nouveaux défis du développement territorial en Tunisie et en Afrique du Nord ».

 

Gilles Van Hamme

est géographe et chargé de recherche à l’Université Libre de Bruxelles.

 

Pour citer ce billet : Alia Gana et Gilles Van Hamme, « Processus électoraux et territoires en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 17 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/674

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Regards croisés sur les mouvements sociaux en ligne, les mutations sociopolitiques et les processus de transition démocratique en cours

Soucieux de jouer pleinement son rôle de mobilisateur dans le domaine de la recherche sur des questions prioritaires dans les pays du Maghreb, l’IRMC poursuit sa réflexion sur le rôle des TIC dans les transformations sociopolitiques. Loin d’être une simple thématique de recherche en vogue, cette question s’est imposée en raison de l’évolution intermittente des événements sociopolitiques dans les pays de la région. L’appréhension de cette question nécessite une approche transdisciplinaire couplée d’un regard croisé et d’une synergie entre des chercheurs qui s’intéressent à des expériences de transition démocratique différentes.

La rencontre « Mouvements sociaux en ligne face aux mutations sociopolitiques et au processus de transition démocratique », a été organisée à Sidi Bou Saïd, du 12 au 14 avril 2012 avec le soutien du Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI) canadien. Elle a permis à une trentaine de participants (Algériens, Belges, Canadiens, Espagnols, Français, Grecs, Italiens, Libanais, Libyens, Roumains, Turques, Tunisiens, Yéménites et Sud-américains) de débattre d’une question d’actualité relative aux transformations sociopolitiques qui traversent le bassin méditerranéen, en tirant profit des expériences vécues dans d’autres pays appartenant à des aires géographiques et socioculturelles différentes (en l’occurrence les expériences de l’Europe de l’Est et de l’Amérique Latine).

Les travaux se sont articulés autour de quatre axes thématiques. Le premier concerne la routinisation des usages sociaux des TIC et la socialisation politique et démocratique ; le deuxième a porté sur les mouvements sociaux en ligne, les nouveaux acteurs politiques et les légitimités antagoniques ; le troisième a été focalisé sur l’espace public « virtuel », l’exercice de la citoyenneté et les enjeux éthiques dans un contexte de transition démocratique. Quant au quatrième thème, il était axé sur le rôle des femmes dans les mouvements sociaux en ligne. Par ailleurs, deux ateliers ont été consacrés à la présentation des expériences démocratiques en Amérique Latine (le Chili et le Brésil) et en Europe de l’Est (la Grèce, la Roumanie, la Bulgarie et la Serbie), et du processus de transition démocratique dans certains pays arabes (au Yémen, en Libye et en Syrie). Plusieurs points saillants peuvent être dégagés à l’issu des travaux :

1- L’intérêt de l’approche adoptée caractérisée par l’ouverture au regard extérieur et la comparaison, d’une part, entre des contextes géopolitiques et socioculturels hétéroclites et, d’autre part, entre des champs disciplinaires différents. Cet échange fructueux entre les participants a permis de mettre l’accent sur les caractéristiques communes propres aux usages des TIC dans un contexte de transition démocratique (capacité de mobilisation politique ; démocratisation de la participation politique en dépit de la fracture numérique entre les catégories sociales et les régions ; importance de la dimension émotionnelle, voire utopique ; effervescence révolutionnaire ; circulation des rumeurs ; incertitude liée au processus de transition, etc.). Nous avons constaté également les singularités des contextes et la diversité des expériences : le rôle crucial joué par les TIC dans les transformations politiques en Tunisie et en Égypte, contrairement aux contextes libyen et yéménite par exemple où le nombre de cyberactivistes est encore limité en raison de la faiblesse du taux de pénétration d’Internet. Les mouvements sociaux en ligne y ont suivi, d’une part, l’effervescence sociale et, d’autre part, l’exemple des cyberactivistes tunisiens et égyptiens.

2- Les réseaux sociaux numériques qui ont fait leur preuve (à des degrés variables) au niveau de la lutte contre l’autoritarisme, sont de plus en plus questionnés en tant que moyen efficient pour la socialisation politique et la mobilisation citoyenne dans un contexte de transformation sociopolitique et de transition démocratique. Les expériences latino-américaines et Est européennes ont nourri la réflexion sur cette question. En effet, l’accent a été mis sur le fait que les réseaux sociaux favorisent une conception plus horizontale de la démocratie, fondée sur l’idée d’une organisation politique moins hiérarchique. Un autre point a été évoqué ; il concerne la place tenue par la diaspora au niveau de la transition démocratique (le cas de la Roumanie par exemple).

3- Les mouvements sociaux en ligne ont joué un rôle important sur le plan de la reconfiguration de la sphère publique. Les différents participants ont insisté sur la nécessité de dépasser le déterminisme technologique et de tenir compte de l’articulation entre l’espace public traditionnel et l’espace public médiatisé par les TIC. À ce titre, l’accent a été mis sur l’amplification, c’est-à-dire que les TIC perpétuent des tendances lourdes déjà existantes ou naissantes et renforcent une pluralité de tendances.

4- La Toile numérique assure, dans une large mesure, une meilleure visibilité des nouveaux acteurs impliqués dans le processus de transition démocratique, dont les femmes qui investissent l’espace public alternatif et qui proclament, en tant que citoyennes à part entière, leur droit à la participation politique.

5- Les mouvements sociaux en ligne ont certes joué un rôle important au niveau de la lutte contre les régimes autoritaires, mais il est important aujourd’hui de procéder à une démythification des TIC en s’interrogeant sur les effets pervers des usages de ces nouvelles technologies qui peuvent nuire au processus de transition démocratique et constituer un espace contre révolutionnaire.

De manière générale, les débats ont permis à l’IRMC de contribuer à la réflexion sur des questions d’actualité qui n’ont cessé d’interpeller la communauté scientifique dans le domaine des sciences humaines et sociales et de penser les bifurcations sociopolitiques à l’œuvre dans la région du Maghreb et de la Méditerranée. Une telle manifestation de portée internationale, a ceci d’important qu’elle a été basée sur la comparaison entre des approches propres à des champs disciplinaires différents et entre des expériences démocratiques hétérogènes.

Sur un autre plan, plusieurs participants aux journées sont membres du réseau Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » (initié par l’IRMC dans le cadre d’un projet GDRI). Ils se sont réunis pour la finalisation du projet qui doit être soumis au CNRS.

Enfin, il importe de souligner que cette rencontre a été l’occasion de renforcer et d’élargir le réseau qui a été constitué en 2010. De plus, elle ouvre des perspectives de coopération avec le CRDI. À ce titre, un projet de recherche a été discuté en marge de la réunion pour contribuer à la réflexion sur des questions prioritaires pour la région en rapport avec les transformations sociopolitiques et le processus de transition démocratique au Maghreb. Cette région qui représente un terrain empirique complexe et hétéroclite offre un observatoire de recherche d’un intérêt certain.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10 

Sihem NAJAR

est sociologue et chercheure détachée de l’Université tunisienne. Elle conduit à l’IRMC le programme Stratégies identitaires, mobilités spatiales et nouvelles formes de liens sociaux en Méditerranée.

 

Pour citer ce billet : Sihem Najar, « Regards croisés sur les mouvements sociaux en ligne, les mutations sociopolitiques et les processus de transition démocratique en cours », Le Carnet de l’IRMC, 13 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/663

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Dynamiques nationales et représentations identitaires dans le monde arabe : le cas de la Tunisie

Habib Bourguiba, 1966
© picture-alliance / dpg

En Tunisie, le projet d’une société et d’un État modernes, qui remonte au dix-neuvième siècle et dont le mouvement nationaliste n’est que le prolongement naturel, a progressivement mûri et pris forme au sein même du pouvoir et parmi une élite consciente du caractère impérieux de la modernisation de la société et de l’État. Les notions de progrès et de modernité avaient un double statut, défensif d’une part pour assurer une légitimité et une crédibilité à des sociétés et à un pouvoir déliquescents, et prospectif de l’autre dans la mesure où cette idéologie en gestation ouvrait de nouveaux horizons d’action et de reconnaissance aux individus, aux groupes et aux instances du pouvoir. L’idéologie du progrès a joué un rôle cohésif déterminant dans une société fragilisée mais en pleine mutation et explique pour une grande part l’atmosphère consensuelle et les premiers succès de l’État national. En fait ces premières années étaient aussi des années d’exception au cours desquelles le jeune État national, s’appuyant sur l’élan que le mouvement d’émancipation nationale avait imprimé à la société et sur la vertu cohésive de l’idéologie du progrès et de la modernité, allait instaurer au nom de ces valeurs un mode de gestion autoritaire des affaires de la nation, pour concrétiser sa politique de réforme ; l’État devenant en quelque sorte la conscience supérieure et éclairée de la nation en gestation. D’ailleurs cette politique ambitieuse et autoritaire était clairement présentée par Habib Bourguiba comme une guerre contre les sous-développement, et donc comme la continuation, sous une autre forme et avec des moyens différents, de la lutte pour la reconquête de la souveraineté et de la dignité nationales. La politique des jeunes États nationaux est une politique de guerre, une politique d’exception, leur économie politique aussi. Or un État d’exception qui durerait un demi siècle n’est ni crédible, ni légitime, ni humainement tenable.
Cependant cette gestion verticale de la société a été maintenue sans interruption, ou presque, durant les longues années du très long règne du Président Bourguiba. Il faut reconnaître que durant les premières années, elle pouvait se justifier par la gravité des enjeux nationaux mobilisés, qui étaient d’authentiques enjeux de souveraineté à un moment particulièrement sensible de l’histoire du pays ; l’instruction publique, la santé et la défense, sont le véritable butin de guerre de l’État national.
Cette gestion, qui était probablement nécessaire, et peut-être même inévitable, durant les premières années de l’Indépendance, allait progressivement étouffer et le régime de Bourguiba et la nation, et transformer la vie politique dans les dernières années de la première période présidentielle du pays en un vaudeville grotesque sur fond de règlements de comptes et de sauve-qui-peut général. C’est ainsi le prestige de l’État et du régime, mais aussi la dignité de la nation, qui étaient publiquement bafoués.

L’ancien président tunisien, Habib Bourguiba, en compagnie de Ben Ali, mai 1997
© Reuters/Stringer

L’échec de la première expérience nationale de modernisation de la société et du pays, par déficit de démocratie et à cause d’une gestion de plus en plus aléatoire des affaires de la nation et de l’aggravation des disparités sociales et régionales, a préparé le terrain au coup d’État du 7 novembre 1987, qui s’était imposé même aux plus fervents défenseurs du régime comme nécessaire, ou même salutaire. Certains pleuraient le Bourguiba Père de la nation et fondateur de l’État, mais ils applaudissaient la fin d’un règne qui tournait au cauchemar national.
C’était l’Histoire qui redevenait de nouveau possible ; mais on fait son histoire avec son passé aussi. Comment allait-on gérer cette tradition de gestion autocratique qui avait très profondément imprégné plusieurs générations de responsables, d’intellectuels et de fonctionnaires ? Comment leur faire prendre conscience que l’inertie propre à la gestion autocratique, qui était devenue une seconde nature pour eux, faisait peser sur l’État et sur le pays une menace encore plus pernicieuse que l’occupation étrangère ?
Comment leur faire sentir que la gestion autocratique est une impasse historique qui conduit fatalement à la marginalisation d’un pays qui a tout pour ne pas sombrer dans les oubliettes de l’Histoire ?
En effet, ce piège de la gestion autocratique, héritée des premières années de l’Indépendance a tellement marqué les mentalités officielles et non officielles qu’on en oublie que ce genre de gestion n’engage pas seulement la vie politique des individus et des groupes ; il engage aussi leur capacité à agir et à produire, donc leur compétitivité et leur créativité ; il engage également leur mentalité profonde et leur aptitude à résister devant les problèmes et les difficultés, il engage enfin l’image qu’ils se font d’eux-mêmes et de leur société.
La gestion démocratique est avant tout, pour une société qui se veut moderne et compétitive donc pour une société qui veut rester dans le cours de l’Histoire, un enjeu économique et culturel incontournable. Seule une maîtrise réelle de la culture du travail de groupe, c’est-à-dire de la culture démocratique au sens profond du terme, pourrait libérer le Tunisien des inhibitions et des traditions négatives qui brident à la fois sa créativité et sa dignité.
Après un court moment d’hésitation et de flottement, l’ère Ben Ali allait confirmer d’une manière flagrante les limites de la gestion autocratique des affaires de la nation, en radicalisant les options sécuritaires du régime et en accentuant le caractère personnel et clanique de l’exercice du pouvoir. La ritualisation excessive de cet exercice ubuesque du pouvoir, en contribuant à dénaturer de la manière la plus grotesque l’élan patriotique des premiers nationalistes, condamnait toute la société soit à l’allégeance servile et intéressée, soit à l’exclusion et à l’isolement dans la sphère privée, pendant que des pans entiers de la société, exclus du processus de modernisation, étaient livrés à eux-mêmes et ne survivaient qu’en exploitant les contradictions du système et les réseaux parallèles de trafic et de contrebande.
Il y eut cependant, et cela malgré la quasi perfection des procédures de détournement et de contournement des services publics et des instances administratives, un vrai miracle avec la perpétuation de l’esprit du service public et la préservation de la cohérence et de la pérennité des institutions et des administrations les plus importantes du pays, c’est-à-dire avec la continuité de l’État, en dépit de toutes les menées de dénaturation systématique que nous évoquions, et malgré quelques flottements dus à la situation d’exception que connaissait le pays.
La perversion de la nature même des liens sociaux et des relations économiques culmina avec la mobilisation de l’Administration publique et des biens nationaux au service des ces réseaux parallèles et de cette contre-économie familiale et clanique. La dénaturation de l’État national en État quasi féodal fut le degré ultime de la perversion du projet de modernisation autocratique forcée de la société. Son échec, qui était inéluctable et son implosion qui était dans l’ordre des choses, ne nous ont semblé si imprévisibles lorsqu’ils intervinrent que parce que la machine de guerre de l’État sécuritaire, en nous condamnant à faire de notre sécurité et de notre survie le premier de nos devoirs personnels, avait détourné notre attention des déséquilibres sociaux, économiques et régionaux flagrants qu’elle instaurait et qui creusaient sa propre tombe.
Mais quelle tombe les Tunisiens ont-ils creusé le 14 janvier 2011, celle de la gestion autocratique du projet de modernisation de la société, avec ses dérives claniques et féodales aberrantes, ou du projet de modernisation lui-même ? Qu’est-ce qui dans les réalisations du jeune État national, dans ses institutions et ses conquêtes en matière de santé et d’instruction publiques, de culture civique et d’administration publique peut contribuer à corriger les dérives des pratiques héritées d’un demi siècle de culture et de pratiques autocratiques ? Enfin quels concepts et quels discours politiques nouveaux pour penser ce retour de l’histoire sur elle-même qui nous ramène à la situation de la Tunisie des premières années de l’Indépendance, face aux deux termes d’une alternative qui demeure apparemment actuelle : le projet de modernisation et d’ouverture de la société et du pays sur le monde et sur le progrès – à inscrire nécessairement dans le cadre d’une gestion démocratique des affaires de la nation – ou le paradigme identitaire avec ses différentes versions, nationalisme radical, nationalismes arabes et islamismes fondamentalistes ou modérés ?
Comment les Tunisiens de 2012 se représentent-ils leur appartenance à leur pays et au monde ? Quelle sens donnent-il à l’idée de nation et quel équilibre pour les composantes qui la constituent : la langue, les langues, la religion, l’Indépendance, les droits fondamentaux, les droits sociaux…?
Enfin comment les intellectuels, les sociologues et les historiens analysent-ils le processus complexe de la genèse, de la gestation et de la maturation des jeunes nations issues de leurs histoires respectives et du long processus de la décolonisation ?

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Kamel GAHA
Université de La Manouba, directeur de la BNT.

 

Pour citer ce billet : Kamel Gaha, « Dynamiques nationales et représentations identitaires dans le monde arabe : le cas de la Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 4 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/620

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’autre Tunisie. Les intellectuels de l’opposition défont les mailles de l’islam politique. Réflexions à partir de la conférence d’Hélé Béji « des hommes et des dieux »

Manifestation de Tunisiennes pour la défense de la laïcité.
© Wassim Ghozlani

L’autre Tunisie. Les intellectuels de l’opposition défont les mailles de l’islam politique. Réflexions à partir de la conférence d’Hélé Béji « des hommes et des dieux »[1].

Il est peu dire qu’aujourd’hui en Tunisie, sciences sociales et militantisme politique se télescopent. La réflexion sur la société tunisienne ne lésine pas sur l’utilisation des sciences sociales devenues dès lors réservoir de concepts, de preuves historiques et de gage d’objectivité venus dire au gouvernement et à son électorat qu’ils se fourvoient. Cela semble mener au problème relevé par Vincent Geisser lié au fait de « s’extraire intellectuellement du débat politico-médiatique du moment »[2] ? Même si la crainte de Vincent Geisser concerne le discours scientifique sur l’islam en France qui emprunte un « mode dramatique », elle s’appliquerait sans trop de contorsion au cas de la Tunisie post-2011.

Samedi 17 novembre 2012, quand tout Tunis ou presque bat au rythme du match de l’Espérance, le Palais ouvre la sixième conférence des « dialogues de Carthage ». Le président de la république y accueille le prédicateur salafiste Béchir Belhassen. Moncef Marzouki introduit l’invité en rappelant l’inacceptable décès des deux jeunes salafistes, « Tunisiens avant tout », qui ont menés une grève de la faim durant deux mois suite à leur arrestation durant l’attaque de l’ambassade des États-Unis[3].

L’écrivain Hélé Béji  n’a pas manqué de relever avec ironie ces deux évènements, le match de football et la conférence salafiste, qui ont concurrencé la tenue de sa propre conférence. Pourtant, l’assistance de cette intellectuelle, qui  affirme parler en tant qu’Occidentale et non Orientale, est bien là, traduisant d’elle-même une préoccupation commune, celle d’une révolution ressentie comme usurpée et d’une situation actuelle difficile à accepter. Au-delà de la composition du gouvernement tunisien actuel, c’est le « retour du religieux » (citation de l’auteure) qui perturbe et fait polémique auprès de Tunisiens qui évoquent souvent avec nostalgie la pratique « laïque » de la religion des générations précédentes.

Session inaugurale de l’Assemblée Nationale Constituante.
© Tunisie Numérique

La conférencière attribue ce phénomène au déclin de l’humanisme, symptomatique de la « tyrannie de l’actuel » qu’entretiennent les médias accusés d’être une « culture sans mémoire » (citation). Selon Hélè Béji, la religion musulmane fait, pour la majorité, office de morale humaniste. Elle apparait comme un gage d’humanité, de conscience, de souci de l’Autre. Le choix électoral de l’islam politique est alors explicable par cette injection de morale que les électeurs ont voulu réintroduire dans la sphère du politique souillée par les anciens dirigeants. Mais l’application d’une éthique politique issue du parti Ennahdha est selon Hélé Béji vouée à l’échec ; le texte constitutionnel étant écrit par « des hommes et non par des dieux » et la sécularité de la société tunisienne étant trop avancée pour mener à un despotisme sous couvert du religieux. L’issue est pour la conférencière au « désenchantement du religieux » qui découle du schisme alors dévoilé entre foi et gouvernance de la vie du pays. Conséquence même de la présence du religieux dans la sphère du politique, c’est la politisation de l’islam qui va perdre l’islamisme. Enfin, Hélè Béji constate les fossés qui creusent la société tunisienne (entre « islamisme » et « modernisme ») et appelle au modèle racial américain dont l’actuel président tente de transcender les clivages. Durant le discours d’Obama de 2008 «  a more perfect union », il déclare comprendre les appréhensions de sa grand-mère blanche envers les Noirs. L’effort de synthèse qu’il a su faire entre ses différentes « identités » dans ce discours devrait, selon Hélé Béji, inspirer un nouveau modèle politique tunisien, alternatif et ouvert à la différence.

Le « retour du religieux » qui effraie certains et offre l’apparence d’un clivage grandissant dans la société tunisienne n’est-il pas à replacer dans une fresque historique et sociale dont la révolution participe mais n’en est qu’un « évènement ».

Manifestation suite au viol d’une jeune femme par deux policiers
© Fethi Belaïd / AFP

« J’ai mis le voile le 14 au soir », me confie Asma. Le 14 c’est bien sur le soir de la fuite de Ben Ali. Vers 21h, on a compris qu’il ne reviendrait plus et donc que tout un régime d’oppression s’effondrait avec lui. Cette peur qu’il avait infiltrée dans tous les secteurs de la société était surtout prégnante dans le domaine de la pratique religieuse. Si beaucoup de membres de l’historique parti politique Ennahdha[4] vivaient en exil notamment au Royaume-Uni, en Tunisie, quand ses militants n’étaient pas en prison, toute expression de sa foi était policièrement suspecte. Les mosquées sous surveillance et soumises aux contrôles d’identité de la police se vidaient de leurs fidèles. Les signes « physiques » de religion comme le port de la barbe ou de la jebba (robe) n’avaient pas droit de cité. Du côté des femmes, le port du voile embarquait les femmes dans des justifications et des contrôles lassants voire harcelants. Une étudiante étrangère voilée venue à Tunis pour un stage de langue arabe m’affirmait souffrir des regards inquisiteurs au centre ville de Tunis : « il faut venir dans un pays arabe pour ne pas être la bienvenue en tant que voilée ! » (2009).

Bien que les dernières années du système Ben Ali ont joué sur le registre du religieux, cette mainmise sur l’islam dans l’espace public, jusqu’où intériorisée par les Tunisiens, offrait au visiteur et à l’international l’image glamour d’une Tunisie « laïque » car méditerranéenne[5] donc peu attachée à un islam mondialement stigmatisé. On pouvait dès lors dormir sur ses deux oreilles dans cette « extension récréative, thalassothératique et industrielle de la France et de l’Europe »[6] que fut la Tunisie et qui prit fin en janvier 2011.

Si militer dans un parti islamiste et exprimer sa religion par des signes extérieurs comme le port du voile sont deux choses distinctes, elles semblent avoir été confondues particulièrement depuis l’issue du vote de l’assemblée constituante d’octobre 2011. L’augmentation de la présence physique et publique de jeunes filles voilées, d’hommes portant une barbe taillée à la manière islamiste voire la médiatisation à outrance des revendications « salafistes » (comme à l’Université de La Manouba en décembre 2011) ont mené à une psychose sur l’islamisation en cours de la société tunisienne. Cette crainte d’un « retour en arrière », d’une dégradation du statut de la femme voire de l’avènement d’un khalifa (terme utilisé pour évoquer une gouvernance uniquement religieuse) provient tant des médias étrangers que de médias et intellectuels tunisiens (le voile comme agissement à « comprendre » ou pathologie[7]). Pourtant, au-delà d’un phénomène de « mode » et d’esthétique d’ailleurs bien antérieur à la chute du pouvoir en Tunisie[8], le « retour » au port du voile a représenté pour les jeunes femmes concernées un souffle de liberté sans précédent, une prise en main de leur destinée, une mise en accord avec leur croyance religieuse quant il a pu aussi représenter pour d’autres l’expression d’un choix politique.

Image d’une manifestation à Tunis, extraite du documentaire Laïcité inch’Allah !
© Nadia El-Fani

Aujourd’hui, plus d’un an après la mise en place d’un gouvernement à majorité islamiste du parti Ennahdha, et comme dans toute démocratie qui se respecte, les premières déceptions éclosent et les positionnements se réajustent. Le voile peut en être un signe. C’est le cas d’Asma qui a retiré son voile en novembre 2012 et m’affirme « ne plus jamais vouloir le remettre » par opposition aux Islamistes et aux Salafistes qu’elle juge « kif kif ». Et cette jeune femme attend avec impatience les prochaines élections pour lesquelles elle votera de nouveau communiste (POCT fondu dans la collusion Jebha Cha’abiyya en septembre 2012).

Message politique ou engagement personnel, le voile, et plus largement la place de l’islam dans la société tunisienne, expriment plus qu’ils ne laissent paraitre. Si les lectures linéaire et conservatrice (basées sur des préjugés de ce que peut une religion) mènent à une vision catastrophique du présent et de l’avenir, les parcours individuels, eux, ramènent à la complexité de leurs pratiques, entre la destinée que l’on veut s’offrir et les évènements qui font une société.

Stéphanie Pouessel
Anthropologue, IRMC

 

Pour citer ce billet : Stéphanie Pouessel, « L’autre Tunisie. Les intellectuels de l’opposition défont les mailles de l’islam politique. Réflexions à partir de la conférence d’Hélé Béji « des hommes et des dieux » », Le Carnet de l’IRMC, 29 novembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/611

 

 


[1] 17 novembre 2012, Collège international de Tunis, Tunis.

[2] Vincent Geisser, 2012, « ‘La question musulmane’ en France au prisme des sciences sociales. Le savant, l’expert et le politique, Cahiers d’études africaines, LII (2-3), p.358.

[3] Et dont voici un extrait : « Je protège le droit et surtout les droits de l’Homme, en particulier le droit d’opinion et de croyance et de l’intégrité physique et le droit à un procès équitable, même pour ceux qui ont violé la loi. Il y va de ma responsabilité, en tant que chef de l’Etat, de ne pas accepter qu’un Tunisien soit menacé pour ses croyances ou pour ses choix vestimentaires, je protège les mêmes droits au travail et à l’éducation de la femme tunisienne qu’elle porte le voile, le niqab ou qu’elle rejette l’un ou l’autre ».

[4] Ennahdha découle de la Jama’a islamiyya (créée en 1971) devenue MTI (Mouvement de le Tendance Islamique) en 1979 ;  voir la thèse de Mickaël Béchir Ayari : « S’engager en régime autoritaire. Gauchistes et islamistes dans la Tunisie indépendante », Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, Université Paul Cézanne – Aix Marseille III, 2009.

[5] Driss Abbassi, 2005, Entre Bourguiba et Hannibal. Identité tunisienne et histoire depuis l’indépendance, Karthala-IREMAM.

[6] Jocelyne Dakhlia, 2011, Tunisie, le pays sans bruit, Actes Sud, p.30.

[7] Hélé béji, 2011, Islam pride, derrière le voile, Paris, Gallimard.

[8] Mohamed Kerrou, 2010, Hijab, nouveaux voiles et espaces publics, Tunis, Cérès.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Parcours international de débat et propositions sur la gouvernance : perspectives en Afrique du Nord

Compte-rendu du colloque international de Tunis, IRMC – IRG, 12-13-14 mars 2012, Coordonné par Elisabeth Dau

L’Institut de Recherche et de débat sur la Gouvernance (IRG) a organisé en partenariat avec l’IRMC, la Fondation Hanns Seidel au Maghreb, le laboratoire Diraset-Études Maghrébines, les Éditions Med Ali, le ministère français des Affaires étrangères et européennes, la Fondation Charles Léopold Mayer, l’Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique et l’université de Columbia (SIPA), une rencontre internationale sur la légitimité du pouvoir en Afrique du Nord. S’inscrivant dans un processus pluriannuel initié en Afrique de l’Ouest en 2007, cette rencontre, si elle était programmée depuis plusieurs années, posait une question au cœur de l’actualité de la sous région. Ainsi après les quatre autres sous régions du continent, l’Amérique andine et l’ouverture à l’Europe, c’est la question de ce qui fonde l’adhésion des populations au pouvoir que les participants sont venus discuter à Tunis. Consacrée à cinq pays (L’Algérie, l’Égypte, la Libye, le Maroc et la Tunisie), la rencontre s’est caractérisée, comme pour les étapes précédentes, par le croisement de regards, de cultures, de disciplines et d’acteurs. Une quarantaine de représentants de la société civile, de courants religieux, du secteur privé des universitaires, des personnalités politiques, institutionnelles, etc. sont venus de la sous région nord-africaine, d’Europe, d’Amérique latine, d’Amérique du Nord et d’Afrique pour échanger sur leurs expériences au coeur d’une actualité qui confirme l’urgence d’identifier des processus et des vecteurs de gouvernance démocratique légitime.

Qu’est-ce qui fonde l’autorité ? Comment évoluent et s’institutionnalisent les formes d’organisation du pouvoir au regard des réalités sociales ? La question de la légitimité concerne par conséquent les fondements même des liens entre État et société, par lesquels l’autorité de l’État se justifie. Cette problématique requiert une approche pragmatique, partant de l’observation de la réalité qu’est la diversité sociale, qui se prolonge dans les représentations, les pratiques et les rapports au pouvoir et qui découle des processus de formation dans le temps des États actuels.

Facteur substantiel de la crise du Politique, la rupture dans la dialectique légalité (organisation formelle et officielle) et légitimité est au cœur des analyses développées dans le programme « légitimité et enracinement des pouvoirs » de l’IRG.

Cette question se pose de façon particulière en Afrique du fait de l’histoire du continent marquée par une rupture majeure due aux colonisations arabe et occidentale. Au fil de l’évolution, les apports des colonisateurs se sont croisés avec le passé des sociétés donnant naissance à des systèmes très complexes où se mêlent institutions, coutumes, traditions anciennes, religions mais aussi idéologie et modèle de l’État tels qu’ils sont apparus en Occident ; le tout dans le contexte de mondialisation. Il en résulte une pluralité des représentations et des pratiques du pouvoir. Ainsi, la régulation sociale d’un pays donné passe concrètement par une diversité de canaux et de sous systèmes de régulation (droit, religion, coutumes, etc.). Ce constat est valable pour toute société : pour une situation donnée, il existe une pluralité de systèmes de régulation applicables. Cette pluralité peut devenir problématique pour la gouvernance d’un pays lorsque ces régulations se développent et se mettent en oeuvre en concurrence les unes des autres. Elles peuvent ainsi conduire les États à des situations de fragilité, à savoir, avec une capacité limitée à gouverner ou régir leurs sociétés et plus généralement à développer des relations mutuellement constructives et renforçantes avec elles. De tels États se caractérisent par leur incapacité à être reconnus comme l’autorité suprême (pouvoir légitime) sur leur territoire.

Pour mieux saisir et comprendre ces processus, le Parcours international de débat et propositions sur la gouvernance tente de lire la diversité des sources de légitimité mobilisées par les acteurs ainsi que leurs manifestations dans une région et un moment donnés. Il vise ainsi à comprendre la nature et le rôle que les sources de légitimité jouent, à travers leurs interactions, dans les processus de légitimation du pouvoir.

Dans un contexte très marqué par le printemps arabe, le colloque de Tunis pour la région de l’Afrique du Nord se proposait d’analyser tour à tour quelles pouvaient être les sources de légitimité du pouvoir effectivement mobilisées (légitimité des opposants, légalité et normativité internationale, religion), la manière dont elles cohabitent, les vecteurs qui favorisent leurs interactions (notamment à travers le cas illustratif du foncier) et les aspirations profondes auxquelles elles renvoient (justice sociale, sécurité, stabilité économique, prise en compte de l’opinion publique, etc.), avant de s’interroger sur les enjeux des constitutions et du constitutionnalisme pour intégrer la diversité caractéristique de cette région.

À cette grande diversité, semble s’ajouter un facteur commun, celui d’une période de mutations (révolutions, réformes politiques, conflit armé, échéances électorales décisives, etc.) qui place au cœur des enjeux de la refondation de l’État et de sa temporalité, la question de la recomposition, du repositionnement et du jeu des acteurs.

Ces discussions ont été menées dans un cadre très ouvert à la participation d’interlocuteurs internationaux, favorisant ainsi un certain décentrement et montrant que les défis liés aux révolutions et aux transitions politiques sont partagés dans divers contextes.

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Elisabeth DAU

Institut de recherche et débat sur la Gouvernance. L’IRG est un espace international de réflexion et de proposition sur la gouvernance publique basé à Paris avec un pôle à Bogota. L’IRG travaille en réseau avec des partenaires à travers le monde, dans une perspective interculturelle, interdisciplinaire, inter-acteurs et inter-échelles. L’IRG alimente le débat sur la gouvernance, ouvre de nouveaux axes de recherches et d’expertise et aide à l’élaboration de politiques publiques. Il propose des formations, des publications et organise des espaces de dialogues internationaux.

 

Les interventions vidéo de la rencontre sont consultables en ligne sur le site de l’IRG

crédit d’illustration : © IRG

 

Pour citer ce billet : Élisabeth Dau, « Parcours international de débat et propositions sur la gouvernance : perspectives en Afrique du Nord », Le Carnet de l’IRMC, 28 novembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/604

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Sport, cultures et sociétés au Maghreb

Compte-rendu de conférence, IRMC – 27 janvier 2012, Coordination Monia Lachheb

Dans le cadre du partenariat entre l’IRMC et l’ISSEP de Tunis, un cycle de conférences sur le thème Sport, Cultures et Sociétés au Maghreb a été entamé par la conférence de Youcef Fatès, politologue, portant sur Les usages sociopolitiques du sport dans la reconstruction identitaire et la lutte nationaliste au Maghreb : le cas algérien.

Le conférencier a commencé par analyser les conditions d’émergence du sport en Algérie pendant la colonisation. Il a montré que les compétitions sportives ont constitué des objets de luttes politiques et sociales entre les musulmans et les Français. Dans ce contexte de rivalité « inter-ethnique », l’Administration coloniale a remarquablement limité l’accès des autochtones à la pratique sportive par l’établissement d’un ensemble de règles. À juste titre, une première circulaire parue en 1928 mentionna que les compétitions entre les équipes musulmanes et les équipes françaises étaient formellement interdites.

Une seconde circulaire parue en 1934 obligea les équipes musulmanes à accepter un minimum de cinq joueurs français parmi leur effectif total.

Néanmoins, le sport a été une « arme du colonisé » qui lui assura une visibilité sur la scène sociopolitique. Prenant appui sur l’analyse des sigles et des couleurs, Youcef fatès a pu mettre en évidence l’émergence remarquable des marqueurs identitaires à l’époque coloniale. Ceux-ci se manifestèrent principalement dans l’usage du croissant et de l’étoile à cinq branches comme des symboles qui ornaient les espaces et les vêtements sportifs. Aussi, les couleurs dominantes, vert, rouge et blanc, étaient les plus utilisées pour identifier les associations sportives algériennes, dont les patronymes étaient porteurs de fortes significations symboliques. Au demeurant, les marqueurs identitaires fondèrent la « radicalisation du nationalisme algérien qui opta pour la violence libératrice ». Le sport n’était alors plus ce « jeu frivole, inutile, stérile », cet « objet insignifiant ». Il se transforma en un outil fortement impliqué dans la lutte de libération nationale algérienne et devint « un acte politique » qui intégra le mouvement de mobilisation contre la colonisation.

La glorieuse équipe du FLN en constitue bien un exemple type.

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9


Monia LACHHEB

est enseignante chercheure en sociologie à l’Institut supérieur du sport et de l’éducation physique de Tunis, associée à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.

 

Pour citer ce billet : Monia Lachheb, « Sport, cultures et sociétés au Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, 21 novembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/594

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La question du colonialisme dans les relations franco-algériennes

Les relations franco algériennes ont toujours été et demeurent des relations qualifiées de non naturelles en dépit des efforts déployés en vue d’en faire des relations exceptionnelles et spécifiques.

Depuis l’indépendance de l’Algérie, ces relations ont connu de nombreuses périodes de blocages et de différends restés sans issue.

Bien que les relations franco-algériennes aient connu une certaine embellie, elles restent bien en deçà du niveau requis, du fait des sensibilités historiques qui constituent le principal obstacle et une entrave à toute opportunité de véritable coopération stratégique.

Cette sensibilité a étouffé toute tentative d’édification d’un axe franco-algérien, véritable tremplin de coopération entre le Sud et le Nord.

On peut constater que la question du colonialisme qui n’a jamais été résolue subsiste toujours et forme comme une sorte d’obstacle empêchant l’évolution des relations bilatérales bien que ce problème soit quasi-absent dans le discours politique algérien, et ce depuis l’indépendance jusqu’à la fin des années 1990.

La France a essayé malgré cela, sous la gouvernance du président Jacques Chirac, de jouer un rôle positif en soutenant la remise en forme de la politique algérienne ; et aussi son ouverture politique, et ce malgré les événements et la crise politique au cours de ces dernières années. En outre, la France a constaté qu’à travers ce changement démocratique en Algérie, elle pouvait promouvoir sa présence à travers les rouages du pouvoir algérien et ses institutions.

Bien des pays ont pu surmonter leurs contentieux à l’image des Etats-Unis d’Amérique, du japon, du Royaume-Uni et de l’Égypte… le cas franco-algérien reste donc une exception.

En effet, les sédiments historiques constituent une réelle entrave aux relations bilatérales, en déterminent la nature des relations et hypothèquent leur avenir.

Les mutations territoriales et les changements accélérés qu’a connus le monde auraient du avoir pour conséquences un raffermissement des relations bilatérales, et une remise en cause d’une politique reposant sur des fondements réalistes et rationnels occultant les différends et les dissensions du passé.

Cela ne peut se faire sans un diagnostic approfondi et exhaustif de la nature du contentieux et de ses retombées sur le plan politique, économique, culturel ou militaire.

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9 

 

Abdelmalek HATTAB

est doctorant en sciences politiques et d’information à l’Université d’Alger. Il prépare une thèse intitulée : La question du colonialisme dans les relations franco-algériennes, sous la direction du Professeur Belkacem Boumahdi. Il a bénéficié d’un Bourse Moyenne Durée (BMD) de l’IRMC (Dans le cadre de la convention de partenariat passée entre l’IRMC et le SCAC/Ambassade de France en Algérie).

Crédit d’illustration : © forum-binationaux-algéro-français

 

Pour citer ce billet : Abdelmalek Hattab, « La question du colonialisme dans les relations franco-algériennes », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/540

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La Haute Instance : de l’utopie révolutionnaire à la réalité des élections

Siège de la Haute Instance

Cette enquête s’intéresse au changement de régime en Tunisie, ses logiques et ses cohérences. L’idée de départ était d’étudier la « transition » en cours dans ses particularités qui la différencient des exemples qui servirent de cas d’étude au courant d’analyse « transitologue » (les pays de l’Europe du sud, puis d’Amérique latine et de l’Europe de l’Est). En particulier, il s’agit d’analyser la façon dont « les pactes » entre élites de l’opposition et du régime dans la comparaison des processus déterminants dans ces pays ne semblent pas jouer un rôle prédominant dans les dynamiques qui affectent aujourd’hui le régime tunisien. S’il est possible de démontrer des négociations et des recherches d’accord en Tunisie, c’est avant tout entre acteurs des oppositions (à l’ancien régime) excluant les représentants du régime déchu plus qu’un pacte entre les anciens gouvernants et leurs oppositions constituées ou organisées dans l’insurrection. Nous observons comment s’organisent ces rapports de forces dans un endroit bien particulier, une institution sui generis créée ad hoc dans le but d’assurer le passage du pays de la « révolution » aux élections de la Constituante : la « Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique », composée de 155 membres choisis par divers canaux, créée le 15 mars 2011 et dissoute le 13 octobre 2011.

Étant située au cœur même des activités transitionnelles, parfois présentée comme « quasi-substitut » de parlement, mais non élue, elle constitue à nos yeux un cas d’étude parfait pour analyser les logiques et spécificités du changement de régime tunisien. Trois axes centraux guident cette enquête : d’abord, faire l’historique, étudier la composition et le fonctionnement de cette institution éphémère, dissoute à la veille des élections d’octobre 2011. Ensuite, identifier le rôle que la Haute Instance a joué dans ce processus en matière d’organisation des règles du jeu et de réorganisation de la scène politique. Finalement, étudier la production de la Haute Instance et les débats qui l’ont animée, afin d’identifier les clivages idéologiques, théoriques et pragmatiques qu’ils traduisent.

Pendant son existence, la Haute Instance occupe plusieurs rôles importants. Elle sert avant tout de lieu de préparation et d’organisation des élections à venir. De fait, elle adopte deux lois essentielles, emblématiques de son travail et de sa vocation : la loi électorale et la loi portant sur la création de « l’Instance Supérieure Indépendante pour les Élections (ISIE) ».

Mais elle constitue également un premier lieu de rencontre et de formation démocratique, car sous son toit se rassemblent des acteurs que tout oppose a priori : ses membres proviennent de la gauche et de la droite, du Grand Tunis et des régions du Sud et de l’intérieur du pays, d’un milieu universitaire ou de passé de chômeur.

Elle constitue donc une mosaïque de la société tunisienne, réunie pour se prêter au jeu démocratique et pour s’y habituer. À travers ce travail au quotidien, la quête de consensus ou d’accord, ainsi que les conflits politiques ou partisans qui divisent ses membres, cette institution fait figure de « miracle » pour la plupart de ses ex-acteurs interviewés et à ce titre, présente un poste d’observation remarquable de la fabrication de la norme politique dans un contexte révolutionnaire, ici inscrit dans une histoire récente d’autoritarisme et de réformisme sous contrôle.

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Michael LIECKEFETT

est étudiant en master 2 à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence. Il prépare un mémoire sur la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique, sous la direction de Myriam Catusse. Il a bénéficié d’une Bourse Moyenne durée de l’IRMC.

crédit d’illustration : © Michael Lieckefett

 

Pour citer ce billet : Michael Lieckefett, « La Haute Instance : de l’utopie révolutionnaire à la réalité des élections », Le Carnet de l’IRMC, 25 septembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/529

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Devenir historien pour répondre aux questions du temps présent

Témoignage de Pierre Rosanvallon, Professeur au Collège de France, chaire d’histoire moderne et contemporaine du politique, et directeur d’études à l’EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales). Auteur d’ouvrages sur l’histoire du modèle politique français, puis sur l’histoire intellectuelle de la démocratie en France, ainsi que sur « la société des égaux ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Je suis devenu universitaire pour répondre aux questions que je me posais quand j’étais militant, après un cursus sur la gestion, et sur la base d’un réseau de militants syndicalistes et CFDT. Des théoriciens ont analysé la démocratie à travers ses trahisons et les écarts de sa construction. Mais comment étudier le politique en évitant cet écart entre une réalité enchantée et une réalité à construire à l’épreuve des faits ?

Pour faire cela, j’ai vu qu’il fallait avoir une connaissance empirique de nombreuses périodes : Révolution française, Révolution américaine, histoire de l’Amérique latine. Pour réfléchir à la démocratie, il faut comprendre le système de ses difficultés, qui proviennent de conflits entre ses points de vue, entre ses idéologies. Définir la démocratie, c’est être confronté à ses perplexités : qui est le peuple ? C’est une question sociologique que personne n’a jamais résolue. On rencontre des individus mais pas le peuple. J’ai écrit « Le peuple introuvable ». Dans une société d’individus, on peut difficilement en retracer les corps constitués. On ne sait comment décrire « le peuple ». C’est une indétermination. Puis une autre indétermination est de définir ce que veut dire « exercer le pouvoir » ? J’ai essayé de comprendre le système général de son indétermination en termes institutionnels et de procédures. Le travail de l’historien est donc un travail contemporain.

Je m’intéresse à faire l’histoire vivante du passé comme confrontation à une aporie et à une identité à résoudre. Cette conception fait de l’histoire de la démocratie une expérience vivante, dans laquelle comprendre l’histoire de ce qui a été ces expériences peut nous aider. Et ce n’est pas là l’histoire « occidentalo-centrée ». Il y a un universalisme démocratique qui n’est pas celui du modèle mais qui est celui du problème. La démocratie, cela signifie des élections libres et dans un régime pluraliste, mais aussi bien avec Lénine que Napoléon III, Chavez ou Bush. Ce qui m’intéresse est de savoir comment se pose ou se masque cette indétermination. À Tunis, on m’a posé de nombreuses questions très techniques sur le régime parlementaire ou présidentiel et sur les difficultés et les problèmes. Mais il faut repousser l’idée d’un universalisme du modèle. La promotion de la démocratie ne repose pas sur un modèle que l’on vend clef en main, c’est surtout faire exister une société civile. Il faut bien comprendre l’écart établi entre la démocratie comme régime politique et la démocratie comme régime social. Il faut se référer à la dimension « libérale » de la démocratie française, et comprendre qu’il n’existe pas de « modèle » de la démocratie. Il faut la voir du point de vue de ses expériences et de la perplexité qu’elles suscitent, et non du point de vue de ses modèles. L’historien doit inviter à considérer cette perplexité. La perplexité est une bonne méthode de pensée. On pense lorsqu’on accroît sa perplexité ».

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Pierre ROSANVALLON

Propos reconstitués d’après le débat à l’IRMC

 

crédit photographique : © Haley – Sipa

Pour citer ce billet : Pierre Rosanvallon, « Devenir historien pour répondre aux questions du temps présent », Le Carnet de l’IRMC, 5 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/463

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook