Archives de catégorie : Sciences politiques

De la Umma islamique à la nation tunisienne? Penser la dialectique islamisme/nationalisme dans la construction idéologique d’Ennahdha

meeting-de-ennahda-
Meeting du parti Ennahdha, Cité Ezouhour, Sousse.
Octobre 2011.

« Il y a entre islamisme et nationalisme un curieux effet de miroir »,  Olivier ROY[1]

Cette recherche vise à comprendre les partis politiques qui se réclament de l’idéologie islamiste au moment où ils ont été appelés à prendre le pouvoir dans plusieurs pays du monde arabe. La victoire d’Ennahdha lors des élections de l’Assemblée Nationale Constituante en a fait un acteur majeur et incontestable de la vie politique tunisienne. Cependant, lorsqu’il est fait référence au mouvement ou au parti de la « Renaissance », un angle mort persiste dans l’analyse : celui de son histoire politique avant la Révolution de 2011. L’étude rétrospective vise donc à mieux comprendre la formation idéologique du parti, étape essentielle dans l’analyse de la transition démocratique actuelle.

L’islamisme est avant tout une idéologie internationaliste dans le sens où elle s’adresse à tous les pays musulmans composant la Umma dans une forme « d’internationalisme oummiste »[2]. À n’en point douter, à l’instar du chef d’Ennahdha, certains islamistes considèrent le retour du califat comme la consécration finale de leur engagement. Aussi, les acteurs islamistes tunisiens sont souvent accusés de peu s’intéresser à la nation tunisienne voire d’agir en sous-main contre ses intérêts – de ne pas « avoir de patrie ». Il est certain que si l’on en reste à l’analyse d’Ennahdha comme une branche tunisienne de la confrérie des Frères musulmans, le parti apparaît fondamentalement étranger à la nation tunisienne et à toute forme de nationalisme.

Cependant, cette perspective tend à se fonder sur une définition essentialiste et malheureuse de l’islamisme tunisien. De même, l’interprétation de la conversion des acteurs islamistes comme preuve de l’échec de l’islam politique tout comme la perception post-islamiste appliquée au cas tunisien nous ont semblé fortement critiquables. En particulier dans la mesure où, à contre-courant de ces analyses, les islamistes se définissent eux-mêmes comme les seuls acteurs politiques défendant la nation tunisienne authentique, débarrassée du joug culturel colonial. Il ne s’agit pas de corroborer cette analyse mais plutôt de montrer qu’elle a un sens au sein de la réflexion islamisme/nationalisme. Ainsi, les Nahdhaouis ne semblent pas constituer une forme de retour d’un ordre ancien et archaïque mais ils sont partie prenante de la modernité tunisienne. Finalement, il est intéressant d’étudier le parti politique tunisien sous le prisme du passage de l’idéalisme au réalisme, de la nation fantasmée à la nation vécue. Cette redéfinition des rapports entre islamisme et nationalisme nous permet surtout d’interroger plus généralement le rapport d’autres mouvements islamistes à leur propre nation. Inscrite dans le champ des sciences sociales, cette recherche a pour vocation d’établir une réponse relative aux origines des mouvements islamistes.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Souhire MEDINI

est doctorante en science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.

souhire.medini@gmail.com

Pour citer ce billet : Souhire Medini, « De la Umma islamique à la nation tunisienne? Penser la dialectique islamisme/nationalisme dans la construction idéologique d’Ennahdha », Le Carnet de l’IRMC, 13 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1392

 


[1] Olivier Roy, 2003, « Islamisme et nationalisme », Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques, n° 104, « Islam et démocratie », 45-53.

[2] François Burgat, 2008, L’islamisme au Maghreb, Paris, Payot, 42.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La « Révolution tunisienne », ses « objectifs » et la Constitution

1280px-AssembléeConstituanteTunisienne22Nov2011_1Une Constitution peut-elle vraiment répondre aux objectifs d’une révolution ? Une révolution poursuit-elle vraiment des objectifs ? Une révolution est-elle vraiment une révolution ? (Publié simultanément sur Médiapart et sur Le carnet de l’IRMC).

La Constitution tunisienne répond-elle aux objectifs de la Révolution ? En cette période de finalisation du processus constituant, il n’est sans doute pas question plus légitime : hommes politiques, commentateurs et citoyens de toute sensibilité s’emploient, lecture scrupuleuse du texte à l’appui, à répondre à cette interrogation. La Tunisie n’a d’ailleurs sans doute jamais compté autant de spécialistes improvisés de droit constitutionnel et il faut s’en réjouir : le texte de la Loi fondamentale n’est-il pas la propriété de tous ? Mais, si elle est politiquement légitime, la question sur laquelle débute cet article est-elle sociologiquement bien posée ? Rien n’est moins sûr, dans la mesure où y répondre suppose de partager au moins trois présupposés :

– que tous les tunisiens sont convaincus qu’il y a bien eu une révolution en Tunisie en 2010-2011 et qu’ils partagent la même acception de la notion ; cela suppose aussi qu’une définition de la révolution existe ;

– que, s’ils s’accordent sur l’idée qu’il y a bien eu une révolution en Tunisie, que celle-ci a poursuivi des « objectifs » identifiables et que ces derniers sont les mêmes pour tous ; ce qui suppose aussi qu’une révolution poursuive des objectifs ;

– que le contenu de la Constitution répond aux objectifs imputés à la dite révolution ; cela suppose qu’une constitution, cette matière écrite, a le pouvoir, par sa seule existence, d’encadrer et de réguler le pouvoir politique et même de « faire société » !

Une révolution ?

La révolution tunisienne a-t-elle jamais eu lieu ? Toutes les réponses sont sur la table. En fait, cela dépend de la définition retenue. Il n’existe en effet aucune acception universelle et stabilisée de ce qu’est une « révolution ». Entre l’acception théorique de la révolution prolétarienne d’inspiration marxiste et le cas historique de la révolution bourgeoise française, il y a un monde. La révolution est de ces mots-valises aussi commodes que piègeux : comme une valise, on peut la remplir de mille et une choses et la transporter n’importe où. Au fond, une révolution, est-ce l’action et/ou son résultat ? Est-ce le soulèvement déterminé contre l’oppresseur, la confrontation au sang, le peuple debout construisant des barricades et donc une alternative au pouvoir, ce que Charles Tilly appelle une « situation révolutionnaire » ? Ou est-ce la chute du dictateur, le renversement du régime, l’issue ultime de l’action protestataire ? [1] Et si résultat il y a, celui-ci est-il vraiment révolutionnaire ? La chute du dictateur est-elle la chute du régime ? Et si le départ du dictateur n’était qu’une manœuvre de palais ? Par ailleurs, la chute du régime politique se traduit-elle par une transformation sociale ? [2] Pas toujours ! Une révolution politique n’est pas toujours une révolution sociale, loin s’en faut. En Tunisie, les ingrédients d’une situation révolutionnaire sont aisément repérables. Mais les conditions encore obscures dans lesquelles le pouvoir de Ben Ali s’est effondré indiquent que si révolution politique il y eut, les événements du 14 janvier n’en sont pas la meilleure illustration : il faudrait au moins convenir de son étalement dans le temps, relançant les spéculations sur le fait de savoir quels faits entérinent l’issue révolutionnaire (la démission du gouvernement Ghannouchi, les élections du 23 octobre, l’adoption de la Constitution ?)… Quant à la révolution sociale, on conviendra aisément que celle-ci n’est encore aujourd’hui ni un fait, ni un projet majoritaire.

De fait, les débats en Tunisie portent la trace de cette indétermination. Derrière l’affirmation globalement consensuelle selon laquelle il y a bien eu une révolution, les acteurs et commentateurs ne sont pas d’accord entre eux, ni sur le contenu de cette révolution, ni sur sa durée. Les uns restreignent la révolution au tout petit mois qui s’écoule entre le 17 décembre et le 14 janvier, sorte d’acmé révolutionnaire après lequel aurait commencé une phase nouvelle de « transition démocratique » (De fait faut-il rappeler que la notion n’est vraiment mobilisée qu’à partir du 14 janvier). Les autres font durer la révolution jusqu’à la chute du premier gouvernement de transition, afin d’assurer la continuité des mobilisations sociales de décembre-janvier et celles des protestataires des Kasbah 1 et 2. D’autres, enfin, considèrent toujours la période actuelle comme révolutionnaire, celle-ci ne pouvant s’achever qu’une fois les inégalités socio-territoriales disparues et la justice transitionnelle (qu’étrangement ils ne rebaptisent pas justice révolutionnaire) menée à son terme. Malgré cette diversité des attentes et des temporalités révolutionnaires, force est de constater la diffusion quasi-générale du terme « révolution » dans les discours politiques. Si l’on met en effet de côté une partie des destouriens répétant à qui veut l’entendre que « la révolution » est une manipulation par des forces étrangères à connotation islamiste, la grande majorité des acteurs politiques se réfèrent constamment à la « Révolution ». La plupart du temps, c’est pour se référer à ses « objectifs ».

Une révolution poursuit-elle des objectifs ?

Il existe des révolutions à adjectifs (révolution sociale, politique), mais existe-t-il des révolutions à objectifs ? Les enquêtes menées sur le processus contestataire montrent que celui-ci ne relevait pas d’une intention initiale ou d’un projet coordonné et qu’il ne suivait pas une direction définie [3]. Les acteurs ne partageaient pas une conception claire des fins de l’action protestataire. Les premières manifestations, à Sidi Bouzid, donnent lieu à des slogans hétérogènes : si elles sont immédiatement politisées, il ne s’agit pas de mettre fin au régime. D’une certaine façon, ce sont les révolutions qui font les révolutionnaires autant que ce sont les révolutionnaires qui font les révolutions [4]. C’est pourquoi il n’est d’objectifs à une révolution que les objectifs que ceux qui prétendent ou ont autorité à parler en son nom lui assignent… souvent après coup ! C’est pourquoi derrière un accord de façade des acteurs politiques autour du slogan « Dignité, liberté, justice sociale », la sélection des enjeux légitimes de la révolution fait l’objet ex-post d’une lutte symbolique permanente auxquels tous se livrent. Force est de constater la focalisation du débat public sur la signification de la notion de liberté (liberté religieuse pour les uns, liberté de conscience pour les autres) au détriment d’une discussion sur le sens de la notion de dignité ou encore sur le contenu de ce que serait une « justice sociale ». C’est dire aussi que cette compétition se livre aussi au nom des « révolutionnaires » et surtout à la place de ces derniers. Les révolutions n’échappent pas aux logiques d’expropriation symbolique de la parole des dominés que les sociologues ont constaté dans les démocraties stabilisées. Cela ne signifie pas que ces discours soient illégitimes, bien au contraire. Mais chacun projette ses propres attentes sur la révolution et les révolutionnaires et il est bon de le rappeler.

Une constitution est-elle un démiurge ?

Que peut, dans ces conditions, un texte constitutionnel ? En Tunisie, il est courant de prêter au droit, en particulier au droit constitutionnel, des vertus performatives, voire magiques. Dans un pays où l’histoire politique est profondément marquée par le référent constitutionnel (grands textes de 1857, de 1861 et 1959) au point de le retrouver dans le nom des différentes incarnations du parti national (Destour, Néo-Destour, Rassemblement constitutionnel démocratique…), les acteurs politiques font comme si la constitution était une divinité, un démiurge susceptible de « faire société » et notamment de répondre aux objectifs imputés à la dite révolution. Il est vrai que la « force du droit » [5] réside dans sa capacité à objectiver, à « faire entrer l’arbitraire dans l’ordre des choses ». Il contribue en effet à faire accepter le principe de l’impôt ; il contribue aussi à nommer la réalité, à assigner des identités ; il autorise et il interdit. Loi fondamentale placée au-dessus des lois ordinaires, la constitution joue un rôle symbolique évident. Il peut, dans certains contextes – et c’est le rôle qu’il a joué – stabiliser une situation critique, produire de la réassurance, diffuser de la confiance. Il peut aussi unifier, sinon un peuple, du moins ses représentants, autour d’un projet national et mettre fût-ce provisoirement, tout le monde d’accord (sur le mode tunisien du « consensus »).

Mais répond-t-il aux objectifs de la révolution ? Rien n’est moins simple. Certes, la Constitution tunisienne se réfère dans son préambule à la Révolution, à laquelle elle impute les objectifs de « liberté » et de « dignité ». Ce dernier terme est même ajouté à la devise de la République (Liberté, dignité, justice, ordre). Certes il y est proclamé la rupture avec l’injustice, la corruption et la tyrannie. D’un point de vue symbolique, ces innovations sont essentielles. Mais la liberté et la dignité seront-elles en pratique assurées ? Une constitution est-elle dotée d’un pouvoir magique de transformation sociale ? Il faut peut-être relativiser son importance. La sociologie des constitutions nous apprend qu’un texte constitutionnel, conçu par des représentants divisés en compétition, porte les traces des conditions de son élaboration [6]. Il ne peut donc être ni optimal, ni totalement fonctionnel ! Ses ambiguïtés promettent des usages politiques inattendus, des lectures originales, des conflits d’interprétation qui ne pourront être réglés en se référant à la fameuse « intention du constituant », dont on perçoit bien la difficulté à la repérer dans le maquis désordonné des interventions contradictoires lors des séances plénières de l’Assemblée nationale constituante. De ce point de vue, l’article 92 sur la présidence du conseil des ministres est un chef d’œuvre d’ambiguïté : le texte ne tranche pas vraiment sur la question de la primauté entre le président de la République et le chef du gouvernement. En outre, une constitution impose bien sûr des contraintes aux acteurs sociaux mais elle leur donne également des ressources pour l’action : rien n’interdit en effet les hommes politiques à des usages stratégiques de telle ou telle disposition dans la compétition pour le pouvoir. Enfin, un texte constitutionnel, c’est… un texte. Un ensemble de phrases et de mots. Or, un régime politique, ses garanties démocratiques, la stabilité de ses institutions, n’est pas seulement le produit d’un seul texte et de ses interprétations. Il y a bien sûr, ces autres textes qui codifient le jeu politique : lois électorales, lois de financement des partis, etc. Mais ce sont aussi les logiques sociales de sélection du personnel politique, le caractère plus ou moins professionnalisé du jeu politique, le degré d’institutionnalisation des partis politiques, les logiques sociales de valorisation des trophées électoraux, les façons dont les heureux élus, en fonction de leur personnalité et de leurs ressources, habiteront les rôles institutionnels (président, chef du gouvernement, député…) qui feront le régime politique tunisien. D’une certaine façon, c’est moins le texte, par son épaisseur propre, qui produit la vie politique que la politique qui fait le texte et qui lui reconnaît une épaisseur, une légitimité, bref qui fait du texte voté par les constituants un dimanche de janvier, une Constitution, au sens plein du terme.

 

Jérôme Heurtaux

Chercheur à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), Tunis

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « La « Révolution tunisienne », ses « objectifs » et la Constitution », Le Carnet de l’IRMC, 27 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1364

 


[1] Charles Tilly, Les révolutions européennes 1492-1992, Paris, Seuil, 1993.

[2] Theda Skocpol, Etats et révolutions sociales. La révolution en France, en Russie et en Chine, Paris, Fayard, 1985.

[3] Choukri Hmed, « Réseaux dormants, contingence et structures. Genèses de la révolution tunisienne », Revue française de science politique, vol. 62n°5-6, 2012.

[4] Laurent Jean-pierre, « Points d’inflexion des révolutions arabes », Les temps modernes, n°664, mai-juillet 2011.

[5] Pierre Bourdieu, « La force du droit. Éléments pour une sociologie du champ juridique », Actes de la recherche en sciences sociales, n°64, 1986.

[6] Bastien François, Naissance d’une constitution. La Cinquième République (1958-1962), Paris, Presses de Sciences po, 1996

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Economies morales et légitimités politiques au Maghreb. Perspectives comparées sur les sentiments d’injustice et le bien commun

melliti
Photographie de Imed Melliti

Contexte et questionnements

La réflexion et l’enquête collectives que nous comptons initier dans le cadre de ce programme de recherche n’est pas sans rapport avec les bouleversements de ce que l’on appelle désormais, et par commodité, le « printemps arabe ». Elle a pour ambition de croiser les travaux de recherche sur des mouvements protestataires et des enjeux similaires sur la rive Nord de la Méditerranée, comme celui des « indignés ».

L’objectif du programme est d’aller au-delà des manifestations politiques apparentes de ces mouvements, pour interroger leurs ressorts profonds en termes de légitimité politique, à travers la définition d’un seuil de tolérance en rapport aux expériences et à la perception des « injustices ». Les mouvements protestataires qui ont accompagné les « révolutions » du « printemps arabe » et, avant elles, plusieurs mobilisations collectives et émeutes (telles que celles du bassin minier en Tunisie), ont révélé au grand jour la crise du modèle de justice sociale édifié par les États postcoloniaux et articulé autour de la méritocratie scolaire et de l’État-providence (et, dans le cas de la Libye et de l’Algérie, autour de la redistribution des produits de la rente pétrolière). Ce modèle a été progressivement et profondément écorné par les plans d’ajustement structurel et la libéralisation de l’économie, mais aussi par la dérive autoritaire et la corruption qui sévissent sur l’ensemble de la région. Il est paradoxal que la chute grandissante du modèle en question ne l’empêche pas de continuer de structurer, dans plusieurs pays, les attentes des populations vis-à-vis de l’État, « encore vu comme “espérance” et comme planche de salut dans les imaginaires locaux après deux décennies de réformes néolibérales consommées » (Allal, Bennafla, 2011). Les revendications des jeunes et particulièrement les diplômés d’entre eux (Emperador, 2007), en matière d’accès à l’emploi et à une forme de citoyenneté réelle et non seulement juridique, expriment l’ampleur des frustrations générées par ce décalage entre, d’un côté, les imaginaires et les attentes des populations et, de l’autre, les effets désormais limités de l’action distributive de l’État et les conséquences d’un modèle politique clientéliste et népotiste mis en place au fil du temps (Melliti, 2011).

Le malaise collectif qui est à l’origine du tournant politique des « révolutions » arabes et des mouvements de protestation politique et sociale qui lui succèdent (manifestations, sit-in et grèves), ne peut être analysé et compris que si l’on arrive à explorer les représentations collectives, notamment en matière de justice sociale et du rôle de l’État en tant que garant de l’égalité en dignité et de l’égalité des chances entre citoyens. Il est important de savoir sur quelle base et en fonction de quels registres de normativité se construit aujourd’hui la définition du « juste » et de « l’injuste ». Où se situent les seuils de tolérance aux écarts par rapport aux normes de justice ? Quelles sont les représentations du rôle de l’État en la matière ? Dans quelle mesure il continue d’être perçu comme le garant d’un seuil minimum de redistribution des ressources et comme arbitre dans la définition du « bien commun » ? De quel crédit de confiance disposent les institutions, les pouvoirs publics et les élites politiques dans l’exercice de ce rôle ? Il est aussi important d’explorer les situations perçues comme injustes et les émotions qu’elles suscitent.

Leviers théoriques

Deux entrées conceptuelles offrent une assise théorique à notre entreprise : les économies morales et les sentiments d’injustice. L’utilisation du concept d’économie morale, pour aborder les dynamiques de conflit qui traversent l’ensemble du Maghreb et des pays du « printemps arabe », fait sens dans un contexte particulier qui cristallise des enjeux tout aussi particuliers. « Les faits moraux ne sont pas entièrement séparables des autres dimensions de la réalité sociale, notamment politique, et […] l’originalité de la démarche anthropologique ou sociologique peut être de mettre au jour cette impureté de la morale », écrit D. Fassin (2012). Le concept d’économie morale permet, de son côté aussi, de rendre compte de cette impureté de la morale, en l’inscrivant dans des trames de normativités et des logiques d’évaluation situées historiquement et vouées à se moduler en fonction des échelles, des référents et des contextes. Moins centré sur l’analyse des mouvements protestataires en tant qu’événements politiques, le concept d’économie morale, proposé par E. P. Thompson (1963, 1971) et repris par J. Scott (1976), est censé fournir une clef de lecture des « conditions de possibilité » de ces mouvements. Il a pour mérite de réhabiliter le rôle des affects et des émotions dans l’explication des mobilisations collectives et de certains tournants politiques majeurs, sans verser pour autant dans un psychologisme intenable, dans la mesure où il n’aborde pas la dimension psychologique en tant que telle, en braquant l’attention sur des paramètres situés, tantôt, en amont (ce qui provoque l’indignation ou la rage) ; tantôt, en aval de cette dimension (ses retombées au niveau du politique et de la délégitimation de ses institutions).

mid-Moment_historique_de_la_Révolution_Tunisienne_devant_le_Ministère_de_l'Intérieur_(DEGAGE)_-_Avenue_Habib_Bourguiba_-_Tunis_-_14.01.2011.ogg
Manifestants devant le ministère de l’Intérieur, 14 janvier 2011.
© D.R.

La pertinence du concept d’économie morale est d’autant plus grande que la caducité des approches culturalistes rend nécessaire la prise en compte de la diversité des référents d’évaluation aujourd’hui et l’emboitement des échelles analytiques qui s’ensuit : espaces publics national et international, Droits de l’Homme, raison humanitaire, logiques institutionnelles, communautaires ou corporatistes, expérience quotidienne, etc. Dans l’ensemble du Maghreb et des pays du « printemps arabe », la montée de l’hétérogène n’est pas que politique et idéologique ; c’est aussi une montée des tensions morales. Au niveau de l’espace public, à une économie morale de surplomb imposée par la langue de bois officielle, par l’État et une société civile « à la solde », se substitue une autre économie plus éclatée où se télescopent les registres et les répertoires d’évaluation. La prolifération des « affaires » témoigne de l’éclatement et de l’affrontement entre ces registres.

La deuxième voix dans laquelle s’engage ce programme de recherche est celle de l’exploration proprement dite des sentiments d’injustice. Dans quelle matrice sociale s’élaborent les jugements de justice et, plus particulièrement, les sentiments d’injustice : celle des déterminations sociales, celle encore de la subjectivation éthique ou, enfin, celle des « frustrations relatives » générées soit par l’écart entre ce qu’un individu estime devoir avoir et ce qu’il a, soit par la comparaison entre ce qu’un individu a et ce que d’autres ont (Stouffer et al., 1949 ; Boudon, 1995) ? Autour de quelles situations typiques se cristallise l’essentiel des sentiments d’injustice (Guibet Lafaye, 2012) : le non-respect des principes de justice distributive, l’idée d’une anomalie scandaleuse dans le fonctionnement d’une situation ou, plus généralement, de l’ordre du monde, le constat de non-respect de principes formels et procéduraux, le sentiment d’impuissance face à un pouvoir abusif ?

Afin d’explorer les sentiments d’injustice, il faut mettre l’accent simultanément sur trois niveaux d’analyse : (1) les principes qui commandent éthiquement la distinction entre le juste et l’injuste ; (2) la rhétorique sociale à travers laquelle s’expriment ces sentiments ; (3) les situations typiques susceptibles d’être interprétées comme injustes. Il est important au premier chef de comprendre, d’une part, les articulations qui permettraient le passage d’une conception macro sociale (idéal social, convictions politiques et idéologiques, etc.) de la justice à la micro justice et vice versa ; et de saisir, d’autre part, le rapport entre les expériences personnelles ou directes des situations d’injustice et des représentations a priori du juste et de l’injuste structurées autour d’un certain nombre de principes partageables. Les sentiments d’injustice étant d’abord une affaire d’intersubjectivité, comment se décline alors la conjonction entre le réel et sa lecture et l’idéel dans la définition des situations d’injustice et dans la formulation des jugements les concernant ? À quel point les expériences quotidiennes et les parcours personnels (mobilité ascendante ou descendante) jouent un rôle déterminant (Dubet, 2006) dans la formation des conceptions de la justice ? « Les raisonnements immanents aux jugements normatifs et aux jugements de justice sont issus plus ou moins directement d’un entrelacs de principes, d’évidences empiriques, logiques ou morales, dont certains sont universels, tandis que d’autres sont indexés sur le contexte […] », écrit C. Guibet Lafaye (2012). Par ailleurs, il est certain que les sentiments d’injustice ne sont en rien une simple projection des inégalités réelles ou objectives. S’il est intéressant de voir comment des individus en viennent à accepter les inégalités et à construire un sentiment de fatalité qui accompagne cette acceptation, il est aussi pertinent de chercher à comprendre qu’est-ce qui ferait que cette évidence d’un monde « normalement » injuste vienne à se rompre et que certaines situations inégalitaires puissent devenir « inacceptables ».

Approche méthodologique

Les orientations méthodologiques qui sous-tendent l’ensemble des activités projetées par ce programme se structurent autour d’une démarche sociologique et anthropologique attentive à des niveaux d’analyse qui relèvent à la fois du micro et du macrosocial, le juste étant défini tantôt en référence à des situations vécues et, plus précisément, à des « manquements » normatifs repérés à travers l’expérience quotidienne, tantôt en évoquant toutes sortes de dissymétries entre groupes, régions, communautés et en référence à la représentation de ce qui serait un monde « juste ». À dominante sociologique et anthropologique, le programme est néanmoins ouvert aux autres sciences sociales.

Le comparatisme est au cœur du dispositif d’analyse et de réflexion qui sera mis en place dans le cadre du programme. Il représente une forme d’expérimentation in vivo du fonctionnement des jugements de justice. La comparaison entre sociétés différentes du point de vue de leurs structures sociales et ethniques, de leurs expériences dans la transition vers la démocratie et, avant cela, de la construction de l’État post colonial et de la dérive autoritaire, crée les conditions d’une manipulation des paramètres les plus significatifs : l’existence ou non d’une économie de rente, le degré de régulation des inégalités par l’État, l’enracinement des valeurs démocratiques et de l’engagement citoyen, le poids différentiel des valeurs religieuses et séculières, etc. Cela est d’autant plus important que dans la démarche qualitative que nous allons principalement adopter, l’intelligibilité tient, dans une large mesure, à l’articulation et à la confrontation entre systèmes de sens et contextes.

Bien que nous soyons conscients des difficultés qui entourent cette entreprise, la démarche adoptée par ce programme se veut compréhensive et qualitative. Notre objectif n’étant pas de centrer l’analyse sur les jugements de justice produits par les « entrepreneurs de la morale », il est évident que nous aurons assez de peine à les cerner dans l’implicite des discours ordinaires. Malgré cette difficulté, il nous semble primordial de pouvoir focaliser l’investigation sur la subjectivité éthique et sur les cadres évaluatifs mobilisés par les acteurs sociaux ordinaires. Aussi, notre attention portera-t-elle beaucoup moins sur les turbulences politiques et sur les mobilisations collectives majeures que sur l’ordinaire des luttes et des résistances au quotidien et sur la rhétorique protestataire qui les accompagne.

Imed Melliti

Maître de conférence au département de sociologie de l’Institut supérieur des sciences humaines de Tunis – Université de Tunis El Manar

imelliti@yahoo.fr

Bibliographie

Allal A., Bennafla K., 2011, « Les mouvements protestataires de Gafsa (Tunisie) et Sidi Ifni (Maroc) de 2005 à 2009. Des mobilisations en faveur du réengagement de l’État ou contre l’ordre politique ? », Revue Tiers Monde, Hors-série, 27-45.

Boudon R., 1995, Le Juste et le Vrai, Paris, Fayard.

Dubet F., 2006, Injustices. L’expérience des inégalités au travail, Paris, Seuil.

Emperador M. B., 2007, « Diplômés chômeurs au Maroc : dynamiques de pérennisation d’une action collective plurielle », L’Année du Maghreb, III, 297- 311.

Fassin D., 2012, « Vers une théorie des économies morales », in D. Fassin, J.-S. Eideliman, Economies morales contemporaines, Paris, La Découverte.

Guibet Lafaye C., 2012, Le juste et l’inacceptable. Les sentiments d’injustice contemporains et leurs raisons, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne.

Melliti I., 2011, « Les jeunes et le travail en Tunisie », in Vultur M. et Mercure D. (dir.), Perspectives internationales sur le travail des jeunes, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 87-106.

Scott J., 1976, The Moral Economy of the Peasant. Rebellion and Subsistence in Southeast Asia, New Haven, Yale University Press.

Stouffer S. A., Suchman E. A., De Vinney L. C., Star S. A. et Williams R. M., 1949, The American Soldier. Adjustment during Army Life, Princeton, Princeton University Press.

Thompson E. P., 1968, The Making of the English Working Class, Londres, Penguin Books.

Thompson E. P., 1971, « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past and Present, 50, 76-136.

 

Pour citer ce billet : Imed Melliti, « Économies morales et légitimités politiques au Maghreb. Perspectives comparées sur les sentiments d’injustice et le bien commun », Le Carnet de l’IRMC, 24 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1358

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le 23 octobre tunisien. Sociologie des électeurs d’un quartier résidentiel (2/3)

vote
File d’attente devant un bureau de vote à El Menzah (Tunis), 23 octobre 2011.
© Amine Landoulsi – AP/SIPA

Second volet de notre enquête sortie d’urnes réalisée lors des élections à l’Assemblée nationale constituante le 23 octobre 2011 : signification et enjeux des élections. (Publié simultanément sur Médiapart et sur le carnet de l’IRMC – Lien vers le 1er volet).

Deux ans après les élections à l’Assemblée nationale constituante, les tunisiens qui ont participé au scrutin du 23 octobre 2011 retourneront-ils aux urnes si de nouvelles élections sont organisées ? Accepteront-ils le moment venu les candidat-e-s qui leur seront proposées ? S’intéresseront-ils à la campagne électorale ? Celles et ceux qui se déplaceront voteront-ils pour les mêmes options politiques, recompositions de l’offre partisane mise à part ? Le scrutin donnera-t-il lieu à des passions similaires ? Ces questions, auxquelles il est ici impossible de répondre, ne manqueront pas d’agiter les milieux politico-journalistiques à l’approche du scrutin. Il sera alors utile de mieux connaître les électeurs de la précédente consultation, celle du 23 octobre 2011, premier scrutin démocratique de l’histoire de la Tunisie, afin de mesurer les évolutions de l’électorat.

Une enquête sortie d’urnes, première du genre dans le monde arabe, menée le 23 octobre 2011 auprès des électeurs d’un centre de vote du quartier Menzah 8, dans la circonscription de l’Ariana, près de Tunis, a permis de formuler quelques hypothèses sur une fraction spécifique de l’électorat tunisien : l’électorat « bourgeois » d’un quartier résidentiel. A l’heure du second anniversaire de cette élection et dans l’attente de la publication à venir de l’ensemble des résultats de cette recherche, cet article en présente les principaux enseignements.

L’enquête par questionnaires et par entretiens a été menée par l’auteur de cet article et une quinzaine d’étudiants de l’Institut Tunis-Dauphine[1] auprès de 293 électeurs de Menzah 8. La population de ce quartier résidentiel peu éloigné de la banlieue nord et du centre de la capitale, est composée principalement de membres de la bourgeoisie économique et intellectuelle. Cette fraction des classes moyennes et supérieures tunisiennes, exerçant une activité professionnelle dans le gouvernorat de l’Ariana ou les gouvernorats limitrophes est porteuse de valeurs libérales, tant au plan économique qu’au plan des mœurs. S’agissant par exemple du rapport à la religion, une claire majorité de nos enquêtés affirment peu pratiquer (34,1 %) voire ne pas pratiquer du tout (18,8 %). Ses préférences politiques sont minoritaires. Les résultats dans le bureau de vote diffèrent des résultats nationaux mais aussi de la circonscription dont il relève : les partis appelés « modernistes »[2] (Ettakatol, PDP et PDM (cf. glossaire en annexe) récoltent à eux trois plus de 50 % des voix (52,83 exactement, contre 12,99 % au niveau national et 25,97 % dans le gouvernorat, le parti islamiste Ennahdha n’obtenant que 14,43 %, contre 34,81 % à l’échelle nationale). Les résultats de notre enquête ne peuvent donc être extrapolés à l’ensemble du pays mais ils sont significatifs des comportements électoraux d’une frange spécifique de la population du pays.

Signification et enjeux des élections

Si l’ampleur de la victoire annoncée du parti islamiste Ennahdha a été un des aspects du « cadrage médiatique » du scrutin du 23 octobre, une autre lecture a dominé les commentaires : ce jour-là est celui où « le peuple tunisien [part] à la reconquête de sa liberté et de sa dignité »[3], où il exécute rassemblé un « hymne à la démocratie »[4]. L’ampleur de la participation électorale – dont il faut rappeler ici qu’elle a été surévaluée par beaucoup de médias – sera logiquement interprétée comme une volonté unanime des électeurs tunisiens de soutenir la construction de la démocratie par l’apprentissage de l’acte électoral.

Ce n’est certainement pas faux. Notre enquête révèle des électeurs concernés par la campagne : trois électeurs sur cinq disent avoir lu un ou plusieurs programmes, plus de la moitié avoir consulté le site internet d’un candidat ou un parti. Beaucoup d’entre eux rencontrés ce jour-là, dont certains votaient pour la première fois, semblaient en effet à la fête : des attitudes de soulagement, de joie non feinte, rapportées aux enquêteurs lors des passations de questionnaire ou directement observées, peuvent attester de la présence d’émotions parmi ces « foules sentimentales » qui se pressent devant les bureaux de vote. Pour cet électeur d’Ennahdha, cadre supérieur dans une multinationale de 52 ans, « c’est une occasion qui peut-être ne se répète pas, moi j’ai 52 ans et c’est la première fois, c’est un plaisir, c’est un honneur de participer ». Pour cet autre électeur du PDP, « j’étais ému, j’étais agréablement surpris ce matin, lorsqu’à 8h30 je trouve tout le parking plein, c’est une émotion, c’est la première fois que de l’ai ressentie, à part les matches de football lorsqu’on gagne, lorsqu’on participe aux coupes du monde (…) ça c’est déjà un acquis indépendamment de qui va gagner » (homme, 43 ans, GRH dans une entreprise privée). La situation d’entretien dans la file d’attente permet aux électeurs d’intellectualiser leur subjectivité, à l’instar de cette retraitée, ancienne cadre à la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) :

Q : Malgré l’attente, vous gardez le sourire !

R : Ah oui ! Le renouveau donne toujours le sourire, hein. Donc, là je suis vraiment très heureuse, peut-être un peu fatiguée, pas trop puisque de toute façon il fait frais et c’est pas le mauvais temps et bon un peu de patience, c’est tout, c’est occasionnel, c’est pas tous les jours qu’on voit ça, hein.

Q : pourquoi est-ce important pour vous d’être là ?

R : Eh bien pour le changement puisqu’on a vécu 23 années de malaise, de malaise, 23 années d’insécurité, de non-liberté on pouvait pas parler librement même au téléphone.

En outre, l’expérience électorale est en pratique une expérience collective, puisqu’une majorité d’entre eux sont venus voter à plusieurs (68.9 %), entourés d’amis (11.6 %), de parents (28 %) ou plus fréquemment du conjoint (28.6 %). Si ce fait peut s’expliquer par des raisons qui n’ont rien à voir avec l’intention d’accomplir ensemble le geste électoral (poids de la matrice familiale, logiques résidentielles de l’inscription électorale, etc.)[5], on peut néanmoins supposer que la venue des électeurs au sein de groupes affinitaires a pu favoriser la circulation et la consolidation d’une signification historique de l’événement. De fait, certains électeurs reconnaissent être venus voter pour suivre « la vague politique » tout en ne suivant pas « la politique ni de près ni de loin » (Homme, 29 ans, chef de projet).

Mais cette lecture « émotionnelle » du scrutin, qu’on ne discutera pas en tant que récit interprétatif d’un événement en effet « historique », doit être discutée dès lors qu’elle se pose comme explication des comportements individuels. D’abord, parce que le cadrage d’une mobilisation collective ne rend pas nécessairement compte des « motifs » cognitifs et des logiques pratiques de la participation individuelle à celle-ci et écrase la variété des raisons d’agir d’un individu à l’autre. Ensuite, parce qu’il suppose la présence d’une « émotion » ou, à tout le moins, d’une croyance en la dimension historique du scrutin, qui peuvent en effet être présentes, mais aussi très secondaires, voire absentes. Enfin, parce qu’en lisant l’acte électoral principalement comme une affirmation de citoyenneté et l’accomplissement d’un devoir faisant consensus, il conduit de façon paradoxale à dépolitiser des comportements électoraux.

Or, c’est surtout en suscitant, paradoxalement, des attitudes d’auto-contrôle, que l’événement a manifesté sa dimension extraordinaire ou historique. Les longues files d’attente devant les bureaux de vote suscitent peu d’énervement, comme si l’exaspération n’était pas de mise en ce jour particulier, dictant une police d’attitudes dont s’amusent deux jeunes lycéens de 16 et 17 ans, résidant dans le quartier et présents « par curiosité » pour la « première élection démocratique » : « Les gens, même s’ils attendent plusieurs heures, debout, ils sont pas découragés, ils baissent pas les bras, ils sont encouragés les uns par les autres, ils disent pas qu’il y a trop de monde (…) il y a une bonne ambiance », affirme la jeune fille. S’ils se résignent à l’attente, c’est parce qu’« ils savent qu’ils participent à l’histoire de la Tunisie, c’est de la persévérance (…) c’est une sorte de famille, composée de gens qu’on ne connait pas ». L’émotion ne se donne pas à voir sur un mode expressif, visible, bruyant :

Q : Vous êtes venu voter pour la première fois. Avez-vous ressenti quelque chose de particulier ?

R : Quand même, oui, c’est un peu émouvant, c’est la première fois, ça fait chaud au cœur. Ça fait plaisir de voir même si j’ai attendu cinq heures mais ça fait quand même plaisir.

Q : Et vous avez manifesté votre émotion d’une façon ou d’une autre ?

R : Ah non, non, c’est à l’intérieur (Femme, 26 ans, interne en médecine, électrice d’Ettakatol).

Les propos critiques à l’égard des défauts d’organisation matérielle du scrutin ne sont pas absents mais ils sont exprimés sur le mode de l’euphémisme : « j’ai un tout petit regret, à cause de l’organisation tout simplement. Mais en définitive c’est la satisfaction d’avoir participé à cette élection pour que l’avenir soit meilleur, sur tous les plans » (Homme, médecin, la cinquantaine).

Cette police des comportements, empreinte de civisme et de civilité, va jusqu’à renverser la signification habituelle donnée aux files d’attente[6] :

Q : Vous avez déjà connu ce type de situation, de sympathiser avec les gens comme ça ?

R : Bien sûr, en Tunisie on a beaucoup l’occasion d’avoir des queues (inaudible).

Q : Donc, l’attente comme ça, ça n’est pas exceptionnel.

R : Non, ça ne l’est pas, mais bon une attente comme ça juste pour signer un papier c’est exceptionnel et c’est pas quelque chose que tu vas avoir comme de l’argent ou bien un papier important pour toi c’est juste pour l’avenir de ton pays, c’est autre chose.

Q : Ce qui me frappe : j’ai vu des files d’attente devant des bureaux d’aide sociale, les gens s’énervaient et là, je ne vois aucun énervement.

R : Bien sûr, même si quelqu’un passe devant toi y a personne qui parle y a personne qui crie, qui râle, qui dit « non, tu dois prendre la queue », non « vas-y, passe ».

Q : Il y a des gens qui font ça ?

R : Oui, bien sûr, des femmes âgées, des hommes âgés, même sans le dire, ils se faufilent, personnellement je n’ai pas vu quelqu’un qui a râlé depuis trois heures, c’est vraiment étonnant (Homme, 29 ans, chef de projet).

Civisme et civilité électorale vont, on le sait, de pair[7]. Les foules sentimentales décrites dans les médias apparaissent au sociologue polies et contenues. Et si pour une majorité d’électeurs, participer au scrutin est une expérience inédite, le questionnaire révèle qu’1/3 des électeurs au moins ont déjà participé à un scrutin électoral en Tunisie. Si on retranche de l’échantillon ceux qui étaient trop jeunes pour pouvoir voter en 2009 aux élections présidentielle et législative, c’est à peine plus (36 %) qui reconnaissent s’être déplacés aux urnes au moins une fois durant la période autoritaire. La belle image de la nation montée aux urnes et réconciliée avec l’acte électoral s’en trouve passablement écornée. L’apprentissage collectif du geste électorale est donc en partie une fiction : si les taux de participation sous Ben Ali étaient effectivement grossis artificiellement par le régime, une masse critique de citoyens participait bel et bien à la mascarade électorale : parmi eux, on trouve des électeurs de tous partis, y compris d’Ennahdha. Un électeur islamiste sur trois s’est donc prêté au moins une fois au jeu électoral dans le cadre d’un régime qui a réprimé durement les cadres et les militants de ce parti.

Par ailleurs, les enquêtés reconnaissent eux-mêmes s’être déplacés au bureau de vote pour d’autres motifs que la seule volonté de participer à « la première élection démocratique ». Seuls 54,9 % des électeurs se sont mobilisés en ce sens, comme si l’événement n’était pas en soi un levier de mobilisation. En réalité, un nombre important des électeurs étaient motivés par des buts plus prosaïques, qui sont ceux de toute élection « normale ». Environ 1/3 d’entre eux (34,1 %), reconnaissent voter pour « faire barrage à un parti politique » : il s’agit essentiellement d’électeurs de partis modernistes (Ettakatol, PDM, surtout) et du CPR, mobilisés contre le parti islamiste Ennahdha qu’ils soupçonnent parfois de préparer une nouvelle « dictature », cette fois « religieuse » (femme, 26 ans, interne en médecine, vote Ettakatol). En revanche, assez peu d’électeurs Ennahdha (15,2 %) disent vouloir faire barrage à un parti politique.

Ces « électeurs-anti » sont plus nombreux que les « électeurs-pour » : seulement ¼ des électeurs (23,9 %) disent aussi être venus pour soutenir un parti ou une personnalité politique : on les trouve surtout parmi les électeurs d’Ennahdha (36,4 % d’entre eux), indice d’un vote d’adhésion plus répandu parmi les électeurs islamistes. La défiance à l’égard d’Ennahdha est aussi sans doute l’indice d’une croyance des électeurs des partis modernistes dans le caractère historique du scrutin et la nécessité d’en défendre les acquis qu’ils jugent menacés par la montée en puissance du parti islamiste : d’où peut-être le nombre très important d’entre eux (quatre électeurs sur cinq environ) qui répondent avoir voté pour « garantir l’avenir de la Tunisie ». Enfin faut-il ne pas sous-estimer le poids du contrôle social sur le vote, qu’évoquent certains en parlant de « devoir », de la volonté d’être actif, etc. et qui s’exprime sous la forme de comportements mimétiques, niés dans les professions de foi démocratiques lues dans la presse, qui lisent l’acte de vote comme un engagement romantique.

En somme, il s’agit bien d’une élection « politique », d’une certaine façon ordinaire, au sens où les enjeux partisans sont autant présents que le plébiscite pour la démocratie. Si la plupart des électeurs interrogés dans la file d’attente affirment que les discussions spontanées auxquelles l’attente donne lieu ne concernent pas la compétition politique et partisane, la politique surgit dans les interactions, sur un mode plus ou moins indirect ou euphémisé. Un homme de 23 ans, étudiant en médecine, venu voter seul, l’atteste :

Q : De quoi vous parlez dans la file d’attente ?

R : Personnellement, j’ai parlé de tout sauf de la politique.

Q : Vous avez parlé de quoi ?

R : De notre condition sociale, des conditions financières, du travail, de médecine, de tout sauf de la politique (…)

Q : Vous avez le sentiment que les gens, ici, en général, ne parlent pas de politique, mais d’autre chose ?

Q : Oui, oui, d’autre chose, de nos conditions de vie, de notre avenir, de notre avenir après le 23 octobre, on a peur de l’avenir en partie mais bon on tient bon.

L’enjeu constitué par la crainte qu’inspire la victoire possible d’Ennahdha parmi cette fraction de la population suscite prises de parole et conversations :

Q : et vous parlez de quoi ?

R : (malicieuse) D’après vous ?

Q : Je ne sais pas !

R : Eh bien si vous le savez ! Des votes, des opinions des autres, moi je me suis permise de dire ce que je pense, parce que la femme tunisienne est une femme très évoluée aussi bien sur le plan culturel que, sur tous les plans… » (Femme, retraitée, ancienne cadre à la STEG).

De ce point de vue, les électeurs expriment des attentes plurielles de l’élection, qui ne se réduit, pas, loin de là, pas à l’enjeu constitutionnel, qui est pourtant l’objectif officiel de cette élection qui, rappelons-le, est organisée pour composer une assemblée constituante. La question ouverte qui leur a été soumise sur « la mesure la plus importante » qu’ils souhaitent pour eux-mêmes et leur famille a donné lieu à des réponses diversifiées, que nous avons codées en trois catégories d’enjeux : politiques et institutionnels, matérialistes (ou sociaux), culturels. Plus d’un électeur sur deux évoque un enjeu « politique » ou « institutionnel » (52,4 %). Parmi ceux-ci, l’enjeu de la sécurité, de l’ordre et/ou de la stabilité (19,6 % de l’échantillon) prédomine sur celui de la Constitution (11,8 %). Conséquence de la révolution et de l’instabilité politique qui en a résulté ? Ce chiffre traduit surtout le fait que les catégories sociales urbaines et aisées dont sont issus nos enquêtés ont particulièrement ressenti un net sentiment d’insécurité, que celui-soit ou non fondé sur une réalité objective n’y changeant rien. « Je suis pour la sécurité, la sécurité, la sécurité », affirme une femme de 35 ans, hôtesse de l’air, électrice d’une liste indépendante. Cet enjeu est ici catégoriel, il illustre le fait que les motifs de l’élection ne sauraient être ramenés à la construction de la démocratie en général et la rédaction d’une constitution en particulier. En revanche, l’assez faible taux de répondants évoquant la nécessité de défendre l’égalité entre les hommes et les femmes et de lutter contre l’extrémisme est plus étonnant : les enjeux culturels ne sont que faiblement cités par les électeurs (11,4 %) : peut-être faut-il y voir la faiblesse relative de l’emprise du débat modernistes/islamistes sur les électeurs et donc de relative résistance à l’égard du cadrage opéré par une partie des médias et du personnel politique. Contrairement à l’affirmation selon laquelle les citadins francophones de la région de Tunis sont indifférents à l’égard des souffrances populaires, près d’un électeur sur trois (31,1 %) évoque la nécessité de créer des emplois, lutter contre le chômage, réduire les inégalités sociales ou encore assurer le développement économique.

Conclusion

Le scrutin d’octobre 2013 a eu lieu dans un contexte de « fluidité politique » dont beaucoup attendaient qu’il y mette (au moins provisoirement) un terme. De nombreux médias et acteurs sociaux (professionnels de la politique et du syndicalisme, militants associatifs) y compris ceux, peu nombreux, qui se sont publiquement déclarés hostiles au scrutin, ont contribué, entre février et octobre 2011, à constituer ce scrutin différé une fois en enjeu politique majeur dont beaucoup anticipaient qu’il relancerait, une fois les résultats connus, les calculs de l’ensemble des acteurs. Mais compte tenu de l’absence de précédent électoral de même nature, des conditions inédites dans lesquelles s’est déroulé le processus électoral (organisation des élections par une instance indépendante, reconstitution d’une liste électorale actualisée, mise en place d’un dispositif d’inscription volontaire, encadrement législatif de la campagne électorale, abondance de l’offre électorale) et d’une défiance entretenue à l’égard du processus électoral par des acteurs de différente nature sceptiques à l’égard du seul processus de transition politique, le scrutin ne pouvait certainement prétendre stabiliser une situation politique qui est demeurée incertaine après la proclamation des résultats. De fait, dans les mois qui ont suivi le 23 octobre, la scène politique a connu de nombreuses transformations : scissions, fusions, démissions de constituants, émergence de nouvelles organisations politiques, etc. De nombreux électeurs ne se reconnaissent pas dans leurs propres représentants et se défient de partis qu’ils ont pourtant soutenus. Il est très probable que le futur scrutin sera dominé par une multiplicité d’enjeux politiques et partisans qu’il conviendra d’essayer de démêler le moment venu.

Jérôme Heurtaux

Chercheur à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), Tunis

semsoc@yahoo.fr

Glossaire

CPR (Congrès pour la République) : parti politique de centre-gauche fondé en 2001 par des militants de gauche mais aussi des islamistes et des panarabistes et des gauchistes. Parti illégal sous Ben Ali, son président Moncef Marzouki vivait en exil en France.

Ettakatol (Forum démocratique pour le travail et les libertés, FTDL) : Parti politique social-démocrate créé en 1994. Illégal sous Ben Ali.

Ennahdha (La Renaissance) : Parti islamiste créé au début des années 1980 sous le nom de Mouvement de la tendance islamique (MTI). Illégal sous le régime précédent et durement réprimé.

Nidaa Tounes (L’appel de la Tunisie) : Parti politique créé en 2012 autour de l’ancien ministre de Bourguiba et Premier ministre du gouvernement transitoire (2011), Béji Caïd Essebsi.

PDM (Pôle démocratique progressiste) : coalition de quatre partis de gauche autour d’Ettajdid, ancien parti communiste tunisien et appartenant à l’opposition légale sous Ben Ali, et de plusieurs associations.

PDP (Parti démocratique progressiste) : fondé en 2001, parti de centre-gauche. Faisait partie de l’opposition légale sous Ben Ali.

 

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Le 23 octobre tunisien. Sociologie des électeurs d’un quartier résidentiel (2/3) », Le Carnet de l’IRMC, 15 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1350

 


[1] Un grand merci à H. Attia, K. Ben Achour, M. Bouzouita, Z. Chaker, S. Chérif, A. Essid, S. Haddada, S. Jmii, O. Kacem, F. Khemakhem, L. Ketari, A. Khalfallah, E. Makhlouf, M. Messadi, N. Mseddi, M. Saadoun, A. Soltani, G. Tagougui, S. Tarchella, S. Tlili et I. Zarrouk.

[2] Nous continuerons de qualifier par commodité ces partis et leurs électeurs de « modernistes », sans discuter de la pertinence de cette qualification indigène revendiquée par une partie des porte-parole de ces partis, de leurs électeurs et des commentateurs, qui opposent généralement « moderniste » à « islamiste ».

[3] Une du journal La presse de Tunisie, 23 octobre 2011.

[4] Une du journal Le temps, 23 octobre 2011.

[5] Braconnier Céline, Dormagen Jean-Yves, 2007, La démocratie de l’abstention, Paris, Gallimard, « Folio actuel ».

[6] Onze personnes de sexe, d’âge et de statut professionnel différents nous ont accordé un entretien d’une dizaine de minutes environ. Nous nous appuyons ici également sur les entretiens réalisés lors de la passation des questionnaires. Faute de pouvoir observer pas nous-même des « comportements émotionnels » (comme les qualifient les neurosciences), nous avons ajouté, au cours de la journée une question au questionnaire : « avez-vous ressenti quelque chose de particulier en venant aujourd’hui voter ? ». Ces entretiens et nos observations illustrent l’intérêt qu’il y aurait de mener une véritable ethnographie des files d’attente et en définitive, une ethnographie de la citoyenneté (cf. Mariot Nicolas, 2010, « Pourquoi il n’existe pas d’ethnographie de la citoyenneté », Politix, vol. 23, n°92, 167-194).

[7] Deloye Yves, Ihl Olivier, 2008, L‘acte de vote, Paris, Presses de Sciences po.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb

Enriqué Klaus
Photographie de Enrique Klaus

Beaucoup d’avis, plus ou moins bien informés, ont été émis sur le rôle joué par les médias dans les évènements qui ont secoué la région depuis 2011. Du soutien à géopolitique variable de la chaîne qatarie al-Jazeera aux actions « contre révolutionnaires » des chaînes publiques (égyptiennes, tunisiennes et syriennes), en passant par les louanges (souvent béates et absconses) dont ont fait l’objet les réseaux socio-numériques (Facebook, Twitter, YouTube), l’ensemble des médias semble avoir été partie prenante dans ce tournant historique, et continue de l’être[1].

Le programme de recherche « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb » repose sur deux hypothèses générales de travail. Premièrement, face à l’extrême volatilité politique que connaissent les institutions étatiques au Maghreb et au Moyen Orient, les médias constituent l’une des principales arènes du jeu politique et l’un des principaux lieux où se négocient les règles de ce dernier. Secondement, en lien quoiqu’en marge de la transition politique, une transition médiatique est à l’œuvre au Maghreb, et plus encore en Afrique du Nord. Cette transition n’épargne aucun pays de la région et elle se donne à voir, tant dans les pays connaissant une transition politique suite à un soulèvement populaire de grande ampleur (Tunisie, Libye, Égypte) que dans ceux ayant connu des manifestations suite auxquelles des réformes ont été entamées (Algérie, Maroc, Mauritanie).

La transition médiatique se nourrit d’au moins trois phénomènes concurrents, ou presque. Le premier a été initié bien avant 2011, alors que la concurrence des « nouveaux médias » a obligé les professionnels de l’information à faire évoluer leurs pratiques professionnelles pour proposer de nouveaux formats de production. Si ceci ne s’est pas accompagné d’un débat sur la fin programmée du journalisme, comme ce fut le cas aux États-Unis et en Europe[2], cet état de fait a amené les journalistes à faire évoluer leurs pratiques (newsrooms intégrées, multimédia, data-journalism), actant ainsi une transition technologique dans le domaine de la production médiatique.

enrique1
© www.dc4mf.org

Au-delà de cet aspect technique, la parenthèse enchantée de la transition, puis l’arrivée au pouvoir de coalitions intégrant des formations islamistes, ont amené à une redéfinition de la donne médiatique au Maghreb. En Tunisie, 228 titres de presse (dont presque la moitié hebdomadaires et 17 quotidiens) ont vu le jour en 2011, selon le rapport de l’Instance nationale de réforme de l’information et de la communication (INRIC)[3]. Cette catharsis devrait faire long feu, en raison de l’exiguïté du marché de la presse en Tunisie (et ailleurs au Maghreb), mais aussi en raison de la politique que mènera la Troïka (et les autorités marocaines, algériennes et libyennes) en matière de censure (morale et/ou politique) sur ce secteur. En outre, en Tunisie comme en Égypte, au Maroc et en Algérie, un véritable débat a émergé dans le sillage de 2011 autour de la réforme de l’audiovisuel public et de la création d’une institution médiatique d’État véritablement au service du public (cf. infra).

Par ailleurs, la vulgate de la « Révolution 2.0 »[4] a eu pour effet de réalité d’étendre la politique de communication institutionnelle des dirigeants à la sphère des réseaux socio numériques, dans un souci totalement inédit de communication et de transparence. C’est ainsi que, dans le sillage de ces évènements, plusieurs personnalités politiques de haut rang, ainsi que des partis politiques et des institutions d’État généralement peu prolixes (les ministères tunisien et égyptien de l’Intérieur, ou encore le Conseil des forces armées égyptiennes) ont créé (avec plus ou moins de maîtrise et d’audace) des comptes Twitter et des pages Facebook.

La transition politique au Maghreb et au Moyen-Orient se double d’une transition médiatique, pour partie inaugurée par les soulèvements de 2011, et pour autre, suscitée par l’innovation technologique et la concurrence d’acteurs nouveaux (professionnels et semi-professionnels des médias). Pour analyser les ferments et les accomplissements de cette nouvelle donne médiatique, le programme de l’IRMC « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb » ambitionne de topographier le champ élargi des médias, selon la double logique top-down/bottom-up, en anticipation des évènements institutionnels et politiques qu’annoncent la fin de la transition et l’édification d’un nouveau régime politique. Pour ce faire, le programme se structure autour des trois axes suivants :

Axe 1 : Souveraineté nationale et transformations du paysage médiatique

Ce premier Axe est conçu à la fois comme un prérequis nécessaire à la conduite des travaux des deux axes suivants, mais également comme un axe à part entière doté d’une problématique propre. Il constitue un pré requis dans la mesure où l’on considère que les utilisateurs de médias de facture plus récente n’évoluent pas dans un environnement médiatique vierge, fait des seuls réseaux socio-numériques, mais que leurs pratiques se nourrissent en grande partie de leur consommation de médias de facture classique (TV, radio, presse), dont ils relaient et commentent les productions.

Il s’agit d’un axe à part entière en ce sens qu’il ne se résume pas à une monographie du champ médiatique au Maghreb, mais qu’il interroge les nouvelles modalités pratiques de production de l’information au Maghreb. Deux sous-axes sont privilégiés dans cette optique. Le premier concerne les politiques publiques en matière d’information : quelles politiques en matière d’encadrement des médias sont-elles envisagées au Maghreb dans le sillage des soulèvements de 2011 ? Quels mécanismes de régulation sont mis en œuvre ? Quelle(s) identité(s) nationale(s) est(sont)-elle(s) promue(s) à travers la programmation et les cahiers des charges des médias publics ? Qu’entend-on à présent, sur les décombres de médias étatiques propagandistes, par « service public » ? Quel(s) public(s) se prête-t-on et quelle définition de la nation tunisienne est-elle retenue ? Quelles attentes lui sont attachées ? Quelles stratégies sont adoptées pour conserver une souveraineté nationale en matière d’information ?

Le second sous-axe consiste en une sociologie des journalistes privilégiant (sans toutefois s’y limiter totalement) les organes publics en matière d’information (agences, T.V., radios et presse) : de quelle(s) formation(s) ont-ils ou elles bénéficié ? Quelle(s) trajectoire(s) professionnelle(s) ? Quel est leur statut ? Leurs pratiques professionnelles différentielles de celles de leurs confrères et consœurs des médias privés ? Comment ces pratiques ont-elles évolué avec la concurrence des chaînes transnationales et des réseaux socio-numériques, et dans le contexte transitionnel que connaît la région ?

Axe 2 : Les nouvelles modalités de production de l’information sur les réseaux socio-numériques

Complémentaire du premier, l’Axe 2 s’intéresse à la production de l’information par des moyens non conventionnels, pour ainsi dire, principalement les réseaux socio-numériques (Facebook, Twitter, YouTube, etc.). Il s’agira ici d’éviter de se concentrer sur un cyberactivisme mollement défini qui laisserait accroire à l’existence d’un espace numérique arabe entièrement dévoué aux activités politiques. L’objectif est d’élargir la focale aux usages les plus quotidiens qui peuvent être faits de ces réseaux socio-numériques, c’est-à-dire les « cyberactivités » ordinaires et souvent ludiques des usagers[5]. C’est en analysant les liens entre, d’une part, les usages ludiques et récréatifs de Twitter et de Facebook et, d’autre part, ceux à caractère politique que l’on pourra approcher une « transformation plus essentielle du politique, tel qu’il se forge dans la société en conversation du Web arabe » (Gonzalez-Quijano, 2012)[6].

Trois sous-axes alimenteront nos travaux sur les nouvelles modalités de production de l’information en ligne à travers les réseaux socio-numériques. Le premier s’intéresse à un certain type de sources à partir desquelles est principalement produite l’information politique. On s’attachera ainsi à analyser la communication institutionnelle au Maghreb telle que celle-ci se pratique désormais sur les réseaux socio numériques. Comme mentionné en introduction, nombreux sont les hommes politiques – au pouvoir ou dans l’opposition – les partis politiques, ou les institutions étatiques, à s’exprimer directement ou indirectement sur les réseaux socio-numériques[7]. Quels types de communication sont privilégiés sur ces différents espaces en ligne ? En quoi diffèrent-ils de ceux utilisés sur les canaux classiques de l’information institutionnelle (communiqués, interviews, talk-shows, etc.) ? Quelles réactions suscite l’intrusion de l’establishment politique et des institutions étatiques sur ces plateformes dont ils étaient massivement absents jusqu’alors ? La communication institutionnelle sur les réseaux socio numériques inaugure-t-elle une nouvelle ère dans les relations entre gouvernants et gouvernés ?

TV_SCREENS_WHITE_BACKGROUND
© www.madwatch.net

Le deuxième sous-axe porte sur les producteurs d’information non institutionnels, semi-professionnels, collectifs ou individuels, actifs sur les réseaux socio-numériques (en tant qu’instrument connexe à un site ou un blog ou en tant que média en propre). On retrouve ici différents types d’acteurs qui ont gagné en visibilité dans la production de l’information sur ces espaces en ligne : les autoproclamées « agences de presse en ligne » qui ont fait leur apparition dès 2011, les weblogs collectifs (du type Nawaat en Tunisie ou Mamfakinch au Maroc), ou encore les comptes individuels de premier plan. S’agissant de ces derniers (généralement des blogueurs), on ne les considérera pas seulement comme des « leaders d’opinion » mais, au-delà d’une masse critique de followers, comme des médias à part entière dotés d’une audience propre. Quant aux « agences de presse en ligne », il s’agit de grandes structures disposant d’un réseau élargi de correspondants (par ex. @ActuTunisie ou @emouatin au Maroc), et dont certains, comme « Rasd » en Égypte lié au Frères musulmans, sont adossés à des structures politiques préexistantes, sans que cela ne soit forcément « assumé » en ligne. Toujours dans le même sous-axe, un type particulier de production retiendra notre attention. Nombreux sont les comptes Twitter, les pages Facebook et les chaînes YouTube à privilégier une satire apolitique, généralement sur le mode de l’autodérision nationale, pouvant ponctuellement déboucher sur une critique à caractère politique. L’un des exemples maghrébins les plus aboutis de ce type de phénomène est sans conteste la page « Bouzabal » (avec une audience de 931 946 « J’aime » au 22 octobre 2013), qui a fini par créer en 2012 son propre site Internet d’information mêlant le ludique et le politique, « BouzyPress ». Le but est d’analyser la dialectique menant « de la dérision à la subversion » que l’on a pu observer sur les réseaux en ligne en France (Dagneau, 2011) et ailleurs, et qui prend une tout autre dimension lorsqu’elle est projetée en contexte post-autoritaire (et non démocratique), comme celui de la Tunisie et des autres pays du Maghreb. Comment ces différents types d’acteurs produisent-ils de l’information ? Quelle fiabilité leur accorder ? Quels mécanismes de correction sont-ils prévus ? En quoi l’information s’en trouve-t-elle changée, dans sa nature même, notamment en raison du recours simultané à l’écrit, la photographie, la vidéo, mais aussi les enregistrements radiophoniques et les diagrammes analytiques ?

Enfin, le dernier sous-axe compte tirer pleinement profit de l’exceptionnel poste d’observation que constituent les réseaux socio-numériques afin de saisir les pratiques des consommateurs des médias. Jamais un moyen de communication ne nous aura donné un accès aussi direct à des occurrences naturelles (i.e. occasionnées sans la médiation de l’analyste) d’expériences réflexives de consommation des médias. Ainsi, à travers Twitter (et dans une bien moindre mesure Facebook), peut-on voir à l’œuvre un exercice très en vogue consistant à commenter en direct et à réagir à chaud à des productions médiatiques aussi diverses que des débats politiques télévisés ou radiophoniques, des journaux télévisés, des séries T.V., ou encore des rencontres footballistiques, sur le fil de hashtags formulés ad hoc. C’est en ce sens que l’on peut dire que les réseaux socio-numériques, et Twitter tout particulièrement, permettent de saisir à vif les réactions d’auditeurs, de téléspectateurs, ou de lecteurs, sans médiation aucune.

Axe 3 : Émergence et consolidation de médias alternatifs

Le dernier axe de ce programme s’intéresse à certaines formes d’expression artistique qui peuvent être employées en tant que médias. On pense ici aux (web)documentaires, à la bande dessinée[8] (en ce incluses les caricatures)[9], au street art (collages, graffiti, stickers)[10] qui peut être mis à contribution pour diverses campagnes de sensibilisation[11], au hip-hop et à la description qu’il offre d’un engagement politique ou d’un vécu marginalisé[12]. La plupart de ces modes d’expression a connu une évolution antérieure aux mouvements de contestation de 2011. Force est toutefois de constater qu’ils ont pris une nouvelle dimension depuis lors, en partie en raison de la catharsis qu’ont provoquée les évènements de 2011, et en partie en raison du recours aux réseaux socio-numériques pour diffuser ce type de productions.

Ce sont précisément là les deux directions que devront emprunter les travaux de cet axe. L’un s’intéressera à la production artistique en tant que telle : Quels référents culturels et idéologiques sont mobilisés dans ces diverses productions ? Quels acteurs les animent ? D’où viennent-ils ? Quelle est leur formation ? L’autre direction de recherche portera sur l’usage des réseaux socio numériques : comment ces productions, à la lisière de l’artistique et du politique, participent-elles de l’univers symbolique, visuel et culturel, des acteurs sur les réseaux socio-numériques ?[13] S’agit-il d’un choix par défaut ou d’une véritable stratégie visant à rester à l’écart des canaux de distribution « grand-public » ? Quels publics (locaux, nationaux, internationaux) visent-ils ?

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Enrique KLAUS

est politologue, chercheur postdoctoral contractuel du MAEE

Pour citer ce billet : Enrique Klaus, « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, 08 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1342

 


[1] À titre, d’exemple, en Égypte, la contestation s’est tôt déplacée de Tahrir à Maspero, devant les locaux de la T.V. publique. Récemment, le 7 octobre 2013, le transmetteur de la T.V. publique a été pris pour cible par des tirs de roquettes, dans le quartier de Maadi au Caire, dans une opération revendiquée par les Kata’ib al-Forqân . Quelques jours plus tard, le 13 octobre, ce fut au tour de la télévision publique syrienne d’être prise pour cible.

[2] Sur ce point, cf. Scherer Éric, 2011, A-t-on encore besoin des journalistes ? Paris, PUF.

[3] Rapport général de l’Instance nationale de la réforme des médias et de la communication, avril 2012, p. 52. [en ligne (en arabe) : http://www.inric.tn/INRIC%20Rapport%20final.pdf].

[4] Pour reprendre le titre du livre-témoignage de Wâ’il Ghunaym, 2012, Al-thawra 2.0. Idhâ alsha‘b yawman arâda al-haya (= La Révolution 2.0. Si le peuple veut un jour la vie), Le Caire, Dâr al- Shurûq.

[5] J’emprunte ici l’heureuse expression de « cyberactivités » à Myriam Achour Kallel, 2012, « Des écritures ordinaires sur Facebook : cyberactivités et cyberactivismes », in S. Najar (dir.) Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe, Paris-Tunis, IRMC-Karthala, 227-243.

[6] En lien avec ceci, une récente étude du PEW Research Center sur la population américaine montre que l’information sur les réseaux socio-numériques est « une expérience commune mais incidente », alors que 47 % des adultes utilisateurs de Facebook s’enquièrent de nouvelles sur cette plateforme, quand bien même 78 % de ces mêmes personnes y sont pour des raisons autres qu’informationnelles.

[7] Cf. sur ce point l’article de Chirine Ben Abdallah, 2012, « L’engagement politique des internautes tunisiens au lendemain de la révolution : les pages Facebook seront-elles une arme à double tranchant ? », in Najar S., op. cit.,125-140.

[8] Pour illustrer ce point, on contentera de citer Joe Sacco, l’un des pionniers du journalisme en bande dessinée, s’exprimant sur sa conception de l’enquête dans ce type de production : « Quand j’ai recours au témoignage d’un témoin oculaire, je pose des questions visuelles pertinentes : Combien de personnes y étaient ? Y avait-il des barbelés ? Les gens étaient-ils debout ou assis ? A minima, je veux orienter les lecteurs vers un moment particulier, mais mon but est de satisfaire le témoin oculaire de ce que ma description dessinée représente essentiellement son expérience ». Joe Sacco, 2011, Journalism, New-York, Metropolitan Books Henry Holt & Co., p.xii

[9] Avec des caricaturistes très actifs en ligne tels que Ali Dilem en Algérie, Khaled Gueddar au Maroc, Doaa el-‘Adl en Egypte, ou Z en Tunisie.

[10] Cf. la recension de l’anthropologue Vincent Battesti sur les autocollants de la Révolution égyptienne.

[11] On pense ici aux campagnes égyptiennes anti harcèlement sexuel, « les militaires sont des menteurs » (al-‘askar kâdhibûn), « attrape un suppôt de l’ancien régime » (imsik fulûl), ou encore leur usage en contexte électoral en Égypte comme en Tunisie.

[12] Cf. sur ce point les travaux de Nicolas Puig disponibles en ligne, avant 2011 ou ceux de Francesco Mazzucotelli après.

[13] On pense ici à l’adoption de certaines productions visuelles comme identifiant (« avatars ») sur les réseaux socio-numériques, marquant parfois un alignement politique. Un bon exemple est offert par le logo jaune de la main à quatre doigts adopté par les Frères musulmans égyptiens (lequel a fait des émules sur des comptes bien au-delà des frontières égyptiennes), ou encore par les caricatures de Willis from Tunis en Tunisie.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Recompositions et reconversions des élites tunisiennes. Sociologie d’un changement de régime

jerome_heurtaux
Photographie de Jérôme Heurtaux

Les « révolutions du printemps arabe » ont d’ores et déjà suscité un grand nombre d’analyses permettant d’apporter une intelligibilité à un processus « en train de se faire » et qui n’est pas terminé. Plusieurs travaux se proposent d’éclairer les dimensions du processus révolutionnaire, en insistant soit sur les causes de l’effondrement de certains régimes, en particulier en Tunisie et en Égypte, soit, dans une perspective micro-sociologique, sur les dynamiques contestataires. Ainsi, les révolutionnaires ont suscité un intérêt bien légitime, permettant de nuancer la thèse initialement formulée dans la presse de mouvements révolutionnaires spontanés. D’autres travaux, situant leur regard en aval du processus révolutionnaire, se sont focalisés sur les logiques du processus de transition/construction démocratique, en particulier sur les dynamiques partisanes et sur les séquences électorales. Ces travaux, qui se poursuivent aujourd’hui, contribuent à la connaissance fine du processus de changement de régime dans plusieurs pays arabes. Nous voudrions apporter notre contribution à la compréhension de ces évolutions en adoptant une perspective qui n’a été que rarement adoptée depuis le déclenchement des révolutions. Il s’agit d’étudier de manière approfondie les évolutions et transformations des élites, en particulier du personnel politique et administratif et, parmi celui-ci, d’inclure dans l’analyse les élites de « l’ancien régime » [1]. Il s’agit pour nous d’un point aveugle des analyses existantes, alors même que, nous le pensons, les élites sont au cœur des processus considérés. Plusieurs raisons motivent notre choix.

D’abord, parce que certaines fractions des élites ont joué et jouent un rôle majeur au cours du processus de changement de régime, tant pendant la courte séquence révolutionnaire (17 décembre 2010-14 janvier 2011) qu’après (dans les gouvernements de transition, la Haute instance, les partis politiques d’opposition ou les organisations de la « société civile »). Ensuite, les élites sont un enjeu même du processus de changement de régime. Les élites incarnant l’« ancien régime », en particulier celles de l’époque Ben Ali, sont l’objet d’une attention publique particulière et d’un débat au sujet de poursuites et/ou de sanctions possibles. Elles représentent une dimension du débat sur les fins et les moyens de la « justice transitionnelle ». En outre, les élites sont des analyseurs privilégiés pour reconstituer un processus de changement de régime. La littérature sur les « révolutions » en a fait un indicateur clé de l’explication des changements, révolutionnaires. Charles Tilly, par exemple, invite à focaliser l’attention sur la compétition entre groupes d’élites pour le contrôle de l’État : c’est lorsqu’apparaissent des candidats ou des « coalitions de candidats au pouvoir, qui avancent des prétentions concurrentes au contrôle exclusif de l’État, ou d’une de ses composantes », qu’une « situation révolutionnaire » prend forme [2]. Theda Skocpol va encore plus loin en proposant de tenir compte du principe d’autonomie relative de l’État : celui-ci n’étant pas la pure projection des rapports sociaux et économiques, il convient d’introduire dans l’analyse les élites étatiques, susceptibles de former un ou plusieurs groupes d’acteurs, dont on peut supposer qu’ils joueront un rôle significatif au cours du processus [3]. Les travaux sur la « transition démocratique »[4] ont également porté leur attention sur le rôle des élites dans un processus de changement de régime. Si les différences entre les « révolutions arabes » et les transitions démocratiques dans les pays postcommunistes, dont plusieurs ont été fondées sur un pacte entre élites modérées de l’opposition et du régime, sont incontestables, l’expérience postcommuniste incite néanmoins à consacrer une attention nouvelle au jeu des élites et à leurs recompositions. Deux pistes principales sont poursuivies :

1) Sociologie des trajectoires des anciennes élites et gestion publique du passé

Il s’agit d’abord de prendre pour objet les « anciennes élites » politico-étatiques, soit les membres du personnel politique, gouvernemental et étatique durant la période autoritaire (dirigeants du parti-État, ministres, gouverneurs, dirigeants d’entreprises et de banques publiques en particulier). Cette étude comprend trois volets.

Le premier consiste à étudier le rôle joué par les anciens serviteurs du régime de Ben Ali au cours de la séquence révolutionnaire (17 décembre 2010-14 janvier 2011). À la différence des transitions démocratiques à l’Est de l’Europe où les élites réformatrices des partis communistes ont joué, dans plusieurs pays, un rôle premier, elles ont été laissées de côte dans les études menées sur la révolution tunisienne. Or, il s’agit pour nous d’un point aveugle qui peut se révéler un analyseur puissant des transformations en cours. L’érosion des soutiens dont bénéficiait le RCD a, par hypothèse, été un des moteurs de l’effondrement de ce régime : car, en ne cherchant pas à en défendre les structures, nombre de cadres du régime en ont sans doute précipité, par leur passivité, la fin.

Le second volet est une étude de la « gestion publique » des anciennes élites : quelles politiques sont-elles décidées les concernant ? Les autorise-t-on à concourir aux élections, à créer des partis politiques ? Quelles élites font-elles l’objet de procédures judiciaires ? Quelles sont les logiques qui sous-tendent les initiatives prises au nom de la « justice transitionnelle », etc. ? Ce faisant, comment ces multiples initiatives, qui apparaissent comme éclatées, non coordonnées, mais globalement motivées par l’intention de faire justice et de sanctionner, redessinent-elles les contours des « élites de l’Ancien régime » ?

Enfin, le troisième volet propose de mener une étude qualitative (une vingtaine d’entretiens ont déjà été réalisés avec d’anciens ministres, gouverneurs et dirigeants de banques publiques) et quantitative des trajectoires suivies par les représentants de certaines fractions des élites de l’Ancien régime. Il s’agit notamment de retracer les parcours après la séquence révolutionnaire : parcours d’apprentissage des règles du jeu démocratique, à travers la constitution de nouveaux partis politiques par exemple, ou bien parcours de reconversion dans les domaines universitaires, associatifs, économiques ou autres (communication et conseil politiques, fondations, justice transitionnelle, etc.). Il s’agit aussi, par la méthode de l’entretien approfondi, de restituer la tessiture subjective de la séquence post révolutionnaire mais aussi, à travers une étude quantitative, de mesurer le poids respectif des différentes trajectoires afin d’alimenter le questionnement sur l’ampleur du renouvellement des élites au cours du processus de changement de régime.

ghannouchi_mbazaa_560
Le président par intérim de la Tunisie Fouad Mebazaa (G) et son Premier ministre Mohamed Ghannouchi (D).
© RFI

2) Gouverner une/en transition

Un second axe, amorcé en 2011 par plusieurs entretiens réalisés avec d’anciens ministres ou en exercice, consiste en une étude des pratiques gouvernementales dans un contexte de transition. Elle porte sur les équipes des gouvernements Ghannouchi 1, Ghannouchi 2 et Essebsi. Conduite sans visée normative, consistant par exemple à évaluer la pratique gouvernementale en termes d’accountability, cette enquête entend explorer un impensé de la sociologie des changements de régime. Qu’est-ce que « gouverner une/en transition » ? Qui gouverne et avec quel personnel ? Comment les ministres forment-ils leur cabinet et leur entourage ? Comment gouverne-t-on, dans un contexte de forte incertitude et alors que la durée du mandat est limitée dans le temps ? Comment définit-on l’action de son ministère, quels moyens engage-t-on ? Comment assurer la continuité de l’État et de ses engagements (par exemple en matière d’infrastructures) dans un contexte d’effondrement de la légitimité politique et de remise en cause de l’autorité ? Comment les ministres se constituent-ils une légitimité à agir et incarner l’État en dépit des multiples contraintes auxquelles ils doivent faire face ?

***

Le caractère imprévisible et régional des mouvements contestataires qui ont éclaté dans plusieurs pays du « monde arabe » à la fin de l’année 2010 et en 2011, l’entrée de plusieurs d’entre eux (la Tunisie et l’Égypte en particulier), dans un processus de transition démocratique, ont suscité chez nous le projet d’étudier, dans une optique comparée, certains aspects de la « transition tunisienne » à la démocratie. Il s’agit de comparer d’une façon particulière, puisque notre projet est de procéder à l’étude d’un seul cas (la Tunisie) en mobilisant de façon privilégiée le savoir acquis à travers l’étude d’un autre cas, celui de l’Europe centrale et orientale en général, de la Pologne en particulier. D’une certaine façon, notre ambition se fonde sur une des méthodes comparatives telle que définie par Arend Lijphart, qui consiste à considérer une étude de cas comme « génératrice d’hypothèses » (hypothesis-generating) pour analyser une autre étude de cas [5]. La première peut générer des hypothèses, la seconde confirmer la pertinence heuristique de ces dernières[6]. Il convient ici de préciser qu’en aucun cas l’expérience est-européenne n’est considérée comme un modèle : elle représente bien plus une source originale de savoir et offre un ensemble d’outils conceptuels dont certains sont susceptibles d’être mobilisés pour analyser le cas tunisien. Force est de supposer qu’en retour, l’expérience tunisienne contribuera à discuter la pertinence de certains de ces outils et concepts.

Ce projet de recherche, ici décliné sur le terrain tunisien, donnera lieu à la constitution d’un réseau inter-magrébin et à la mise en place de recherches collectives et comparées. Si nous avons choisi de commencer cette recherche en nous intéressant à un segment particulier des élites tunisiennes, nous ne souhaitons pas enfermer l’analyse dans une définition par trop restrictive de ce groupe. Nous estimons en effet devoir nous intéresser tant au personnel politico-administratif qu’aux élites sectorielles (universitaires, juristes, chefs d’entreprise…) et aux groupes sociaux dont elles sont issues.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Jérôme HEURTAUX

est Maître de conférences en science politique à l’Université Paris-Dauphine. Chercheur à l’IRISSO-UMR CNRS 7170 en détachement MAEE comme chercheur contractuel à l’IRMC .

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Recompositions et reconversions des élites tunisiennes. Sociologie d’un changement de régime », Le Carnet de l’IRMC, 06 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1330

 


[1] Si nous avons choisi de commencer cette recherche en nous intéressant à un segment particulier des élites tunisiennes, nous ne souhaitons pas enfermer l’analyse dans une définition par trop restrictive de ce groupe. Nous estimons en effet devoir nous intéresser tant au personnel politico-administratif qu’aux élites sectorielles (universitaires, juristes, chefs d’entreprise…) et aux groupes sociaux dont elles sont issues. Sur les élites tunisiennes sous l’ancien régime : Geisser Vincent, Camau Michel, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences po, 2003

[2] Tilly Charles, 1993, Les révolutions européennes 1492-1992, Paris, Seuil, 289.

[3] Skocpol Theda, 1985, États et révolutions sociales. La révolution en France, en Russie et en Chine, Paris, Fayard.

[4] Heurtaux Jérôme, Zalewski Frédéric, 2012, Introduction à l’Europe postcommuniste, Bruxelles, De Boeck, « ouvertures politiques ».

[5] Lijphart Arend, 1971, “Comparative Politics and the Comparative Method”, American Political Science Review, n° 65.

[6] Sartori Giovanni, 1994, « Bien comparer, mal comparer », Revue internationale de politique comparée, vol. 1, n° 1.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le 23 octobre tunisien. Sociologie des électeurs d’un quartier résidentiel (1/3)

1Deux ans après jour pour jour, les résultats d’une enquête sortie d’urnes réalisée lors des élections à l’Assemblée nationale constituante le 23 octobre 2011. Premier volet : logiques et formes de la politisation des électeurs. (Publié simultanément dans Médiapart et Le carnet de l’IRMC).

Deux ans après les élections à l’Assemblée nationale constituante, les tunisiens qui ont participé au scrutin du 23 octobre 2011 retourneront-ils aux urnes si de nouvelles élections sont organisées ? Accepteront-ils le moment venu les candidat-e-s qui leur seront proposées ? S’intéresseront-ils à la campagne électorale ? Celles et ceux qui se déplaceront voteront-ils pour les mêmes options politiques, recompositions de l’offre partisane mise à part ? Le scrutin donnera-t-il lieu à des passions similaires ? Ces questions, auxquelles il est ici impossible de répondre, ne manqueront pas d’agiter les milieux politico-journalistiques à l’approche du scrutin. Il sera alors utile de mieux connaître les électeurs de la précédente consultation, celle du 23 octobre 2011, premier scrutin démocratique de l’histoire de la Tunisie, afin de mesurer les évolutions de l’électorat.

Une enquête sortie d’urnes, première du genre dans le monde arabe, menée le 23 octobre 2011 auprès des électeurs d’un centre de vote du quartier Menzah 8, dans la circonscription de l’Ariana, près de Tunis, a permis de formuler quelques hypothèses sur une fraction spécifique de l’électorat tunisien : l’électorat « bourgeois » d’un quartier résidentiel. À l’heure du second anniversaire de cette élection et dans l’attente de la publication à venir de l’ensemble des résultats de cette recherche, cet article en présente les principaux enseignements.

L’enquête par questionnaires et par entretiens a été menée par l’auteur de cet article et une quinzaine d’étudiants de l’Institut Tunis-Dauphine [1] auprès de 293 électeurs de Menzah 8. La population de ce quartier résidentiel peu éloigné de la banlieue nord et du centre de la capitale, est composée principalement de membres de la bourgeoisie économique et intellectuelle. Cette fraction des classes moyennes et supérieures tunisiennes, exerçant une activité professionnelle dans le gouvernorat de l’Ariana ou les gouvernorats limitrophes est porteuse de valeurs libérales, tant au plan économique qu’au plan des mœurs. S’agissant par exemple du rapport à la religion, une claire majorité de nos enquêtés affirment peu pratiquer (34,1 %) voire ne pas pratiquer du tout (18,8 %). Ses préférences politiques sont minoritaires. Les résultats dans le bureau de vote diffèrent des résultats nationaux mais aussi de la circonscription dont il relève : les partis appelés « modernistes » [2] (Ettakatol, PDP et PDM (cf. glossaire en annexe) récoltent à eux trois plus de 50 % des voix (52,83 exactement, contre 12,99 % au niveau national et 25,97 % dans le gouvernorat, le parti islamiste Ennahdha n’obtenant que 14,43 %, contre 34,81 % à l’échelle nationale). Les résultats de notre enquête ne peuvent donc être extrapolés à l’ensemble du pays mais ils sont significatifs des comportements électoraux d’une frange spécifique de la population du pays.

Les logiques et les formes de la politisation

Dans la presse et sur les réseaux sociaux, une thèse a dominé l’interprétation du scrutin, avant et après : celle de la tabula rasa électorale. Plusieurs commentateurs se sont enthousiasmés du surgissement d’un électorat soudainement politisé, débarrassé comme par enchantement de toute emprise communautaire et libéré de celle des notables du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) dont le crédit s’est trouvé brusquement démonétisé. Cette lecture idéaliste du changement politique célèbre le fait électoral comme un terrain vierge et ramène la geste électorale à un apprentissage pur de la citoyenneté. De la lecture de la presse tunisienne et internationale ressort en effet l’image d’un électorat subitement et unanimement politisé, soit intéressé par la chose publique, mobilisé – l’image forte des files d’attente interminables a fait oublié la très forte abstention [3]– et motivé par une commune volonté de fonder, par leur participation exemplaire, la démocratie tunisienne.

Cette analyse n’est-elle pas au contraire victime d’un récit qui fait de l’événement révolutionnaire une rupture dans les pratiques et les représentations et lui impute les effets de sa force propre ? Outre qu’elle omet de rappeler que la majorité des citoyens en âge de voter ne sont pas allés aux urnes le 23 octobre 2011, ne met-elle pas trop rapidement de côté l’hypothèse selon laquelle, sans relever d’une simple continuité, les rapports au politique des citoyens tunisiens s’inscrivent aussi dans un passé ? Si effet de la révolution il y a, quel est-il et dans quelle mesure joue-t-il ? Et si les effets de la révolution avaient moins porté sur le fait de la politisation que sur son degré, la recomposition de sa nature et la redéfinition de ses vecteurs ?

Un échantillon fortement politisé

Dans la circonscription de l’Ariana, la combinaison d’une forte participation, d’un faible taux de votes blancs et nuls, de l’échec des listes indépendantes et des petits partis et d’une faible pénétration de formations politiques tribunitiennes dessine une Tunisie « dans le jeu » : une population plutôt acquise au jeu électoral, accomplissant son devoir en plébiscitant les organisations partisanes d’obédience nationale [4].

Compte tenu des caractéristiques socio-démographiques de notre échantillon (plus de 8 électeurs sur 10 sont diplômés du supérieur, un peu moins d’1 électeur sur 2 exerce une profession de cadre d’entreprise, d’enseignant du supérieur ou une profession libérale, 1 électeur sur 5 est étudiant) et de son insertion réussie dans l’économie, on peut aisément faire l’hypothèse selon laquelle cette population est concernée par la politique et entretient un rapport d’adhésion au vote. Il n’est pas très étonnant de constater qu’elle est très politisée et relativement compétente politiquement. L’immense majorité des répondants (96,9 %) déclare « suivre l’actualité politique » et, dans une moindre mesure, s’intéresser à la politique (86,2 %) : « Chez nous, les Tunisiens, tout le monde parle de la politique actuellement (…) Même avec l’épicier » (Femme d’une soixantaine d’années, retraitée de l’enseignement, électrice d’Ettakatol). Si l’intensité du suivi de l’actualité politique est relativement similaire selon le genre, ce n’est pas le cas de l’âge : les jeunes (18-30 ans) sont proportionnellement moins nombreux à suivre « beaucoup » l’actualité politique que toutes les autres catégories (32,7 %), les plus de 60 ans étant proportionnellement deux fois plus nombreux à suivre « beaucoup » l’actualité politique (67,5 %). Si ces chiffres spectaculaires sont très certainement un effet de la conjoncture de haute intensité politique du moment électoral sur cette frange de l’électorat tunisien, ils ne s’y réduisent sans doute pas.

Notre enquête montre que les principaux vecteurs médiatiques de politisation sont la télévision et internet, au détriment de la radio, de la presse et des magazines d’information, qui sont peu nombreux en Tunisie. Les univers sociaux où l’on discute politique sont bien répartis : entre les groupes d’amis, la famille et le travail, avec une relative prédominance de la sociabilité amicale.

Plus intéressant ici, le fort intérêt pour la politique s’accompagne d’une forte acceptation des catégories d’entendement du jeu politique et des organisations partisanes de dimension nationale : quand on interroge les électeurs sur leur éventuelle proximité avec une organisation politique, 77,6 % d’entre eux répondent positivement et citent au moins un parti, l’un des partis modernistes surtout. Une minorité hésitante accorde son soutien à deux, trois voire quatre partis ; ce sont, sauf une ou deux exceptions, des organisations généralement classées dans une même configuration politique et idéologique : indice supplémentaire d’une capacité des électeurs à donner de la cohérence à leurs préférences politiques et à se repérer dans l’univers partisan.

Au-delà de la capacité à se repérer dans le jeu politique, les électeurs étaient invités à se positionner politiquement dans une liste prédéfinie « d’orientations politiques », correspondant aux principales « familles » idéologiques repérables en Tunisie : nationaliste panarabe, socialiste, communiste, libéral, islamique, destourien. Seuls un petit nombre d’électeurs ne se positionnent pas sur la liste d’orientations politiques que nous leur avons soumise. La grande majorité s’est reconnue dans une des catégories proposées (en particulier « socialiste » et « libéral »), les autres proposant leur propre étiquette : « centriste », « démocrate », « humaniste », etc. Une partie d’entre eux ont proposé des combinaisons, associant deux (par exemple « destourien socialiste » ou « nationaliste pan arabe islamique »), trois, voire quatre des items proposés. Les associations a priori contradictoires (socialiste libéral par exemple) ne sont pas rares. Mais sont-elles vraiment contradictoires ? Dans le contexte tunisien, on peut être socialiste en économie et libéral sur le plan des mœurs ; et, autre lecture, on peut être socialiste (au sens où l’on se situe à gauche sur le plan des valeurs) et libéral sur le plan économique ! Certaines catégories, comme « libéral » ou « centriste » ne renvoient pas à un contenu idéologique précis : elles servent ici d’identifications refuges labiles. Les contenus de ces catégories varient d’un électeur à l’autre, comme l’illustre ce dialogue avec une interne en médecine vétérinaire de 26 ans, qui a voté Ettakatol :

Q : Si vous aviez à définir vos orientations politiques, vous diriez-vous plutôt nationaliste panarabe, socialiste, communiste, libéral, islamique, destourien, autre ?

R : (incertaine) « gauche », (dans un rire trahissant une incertitude) « extrême-gauche ».

Q : Vous voulez dire gauche… socialiste ? Communiste ?

R : Non, pas du tout ! Socialiste, euh, la gauche c’est socialiste ? Donc oui, socialiste, pas communiste.

Q : Quand vous dites « gauche », vous pensez à quoi ? Quand vous dites « extrême-gauche », vous pensez à quoi ?

R : Euh, la liberté d’expression, la liberté de… je sais pas, euh, la séparation entre la religion et la politique, surtout ça hein, c’est le plus important.

Ces résultats indiquent pour nous la cristallisation d’univers idéologiques cohérents mais aux contours relativement flous, les significations de telle ou telle étiquette pouvant s’inverser. Reste que l’immense majorité des électeurs consent à s’identifier politiquement, ce qui n’était pas évident dans un tel contexte. Tout laisse penser que ces identifications reposent sur des logiques politiques et sociales qui ne sont pas nées du contexte de transition : elles sont au contraire inscrites dans une trame sociale et politique dont on peut supposer une certaine ancienneté. Une partie des offres idéologiques post révolutionnaires (islamiste, moderniste, socialiste) étaient d’ailleurs portées sous Ben Ali par certains partis politiques d’opposition, diversement tolérés ou réprimés par le pouvoir.

En outre, les électeurs sont plus nombreux à se déclarer proches d’un parti politique (77,6 %) que d’une personnalité politique nationale (58 %). Contrairement à ce qui peut être dit sur la personnification des relations politiques dans les sociétés arabes, quelle qu’en soit la modalité (logiques tribales ici, figure du zaïm [5], là ou, plus prosaïquement, échange politique sur un mode clientélaire), un certain nombre d’électeurs sont capables de se représenter abstraitement l’univers politique, qui apparaît ici moins comme une lutte de personnes et de clans que comme une compétition d’organisations formelles, dotées d’un label et proposant des biens collectifs impersonnels comme des programmes. Cela n’interdit pas, bien sûr, de repérer les logiques matérielles, interpersonnelles, résiliaires qui génèrent les formes d’identification partisane, par exemple la connaissance personnelle de militants et de dirigeants de partis. Mais elles n’apparaissent pas ici centrales dans la construction d’un rapport au politique des électeurs étudiés. D’ailleurs, un nombre peu élevé d’électeurs (16,2 %) est capable de citer le nom de la personne qui conduit la liste de leur choix dans la circonscription dont ils relèvent. La grande majorité (67,8 %) reconnaît ne pas connaître ou tout simplement n’a pas répondu à la question et 15,9 % répondent « mal » à la question, en citant le plus souvent l’un des leaders nationaux du parti correspondant. Il est vrai que la grande majorité de ces têtes de liste sont peu connues, ont dû battre campagne avec des moyens limités et n’ont pas bénéficié de l’attention des médias. Ce n’est pas le cas de tous les partis : la liste PDM était par exemple conduite par un universitaire reconnu, M. Fadhel Moussa, Doyen de la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis. Reste que les partis modernistes, qui sont souvent décrits comme bien implantés dans les milieux sociaux privilégiés des zones urbaines côtières du pays et très peu ailleurs, ne le sont pas nécessairement si bien, y compris dans leurs zones de force. S’ajoute à cela que l’élection du 23 octobre a bien été une élection de dimension nationale, tant par ses enjeux que par ses résultats. Cette nationalisation de l’élection, entendue comme compétition entre offres de représentation portées par des organisations partisanes d’obédience nationale et bénéficiant de relais médiatiques, est une ligne de force de ce premier scrutin démocratique.

Enfin, les membres de notre échantillon sont relativement nombreux à appartenir à une organisation associative, syndicale ou politique : près d’un électeur sur trois ! Et presque 1 électeur sur 10 se dit membre d’un parti politique ! Sur les 29 membres de partis politiques, 15 sont aussi membres d’un syndicat (en particulier d’une des branches de l’Union générale tunisienne du travail – UGTT) et/ou d’une association : cette multipositionnalité, que l’on retrouve aussi dans plusieurs démocraties stabilisées, est sans doute ici en partie l’héritage de l’expérience autoritaire. L’engagement associatif ou syndical était une façon de faire de la politique par des moyens détournés et en tenant des discours politiques implicites. L’engagement partisan, dont tout laisse penser qu’il est postérieur au 14 janvier pour une grande partie des répondants, apparaît ici comme une façon de continuer ou d’actualiser leurs investissements antérieurs, qu’ils continuent par ailleurs.

Une politisation pré-révolutionnaire ?

Ces résultats sont contre-intuitifs, compte tenu du caractère récent du jeu compétitif, du nombre important d’organisations enregistrées comme partis politiques (à propos desquels nombre de commentateurs ont dénoncé l’effet de brouillage du jeu), de la diffusion d’un discours très critique à l’égard des partis politiques et de l’émergence d’utopies politiques fondées sur un rejet des partis [6]. Sans présumer de la généralisation d’un tel résultat à l’ensemble des groupes sociaux du pays, dont tout laisse penser que les acteurs nationaux du jeu politique ne pénètrent pas avec le même succès les différents espaces socio-territoriaux du pays, il est tout de même révélateur d’une certaine appropriation par une partie des électeurs des acteurs du jeu politique.

L’ensemble de ces données suggèrent également une politisation relativement ancienne d’une part au moins de l’électorat tunisien, dont la genèse remonte en-deçà du 14 janvier. L’expression publique d’un positionnement idéologique ou d’une proximité partisane est certes récente, la possibilité de la matérialiser sous la forme d’un vote est pour la plupart une expérience inédite et beaucoup, dans les entretiens réalisés, dénoncent l’apathie généralisée et organisée du régime précédent et le désintérêt alors ressenti pour la vie politique tunisienne. Mais les racines de cet intérêt « nouveau » pour la politique sont plus anciennes, comme le confirme avec éloquence le fait que ce sont les personnes les plus âgées qui satisfont de manière plus certaine les différents indicateurs de politisation.

Cette hypothèse ne doit pas conduire à minimiser les effets du contexte révolutionnaire et post révolutionnaire sur la cristallisation des préférences politiques. Un certain nombre de nos enquêtés décrivent leur intérêt pour la politique comme récent, « après le 14 janvier ». Si plus d’un électeur sur deux (56 %) déclare avoir déjà, au cours de leur vie, participé à une manifestation, l’immense majorité de ces derniers ont fait l’apprentissage du comportement manifestant au cours de la séquence révolutionnaire (mobilisation du 14 janvier, qui précède le départ de Ben Ali, incluse) ou bien après le 14 janvier. Une dizaine seulement de répondants évoque une expérience manifestante, surtout en tant qu’étudiant, au cours du régime précédent ou, pour les plus âgés, du temps de la colonisation française. La manifestation du 14 janvier, à laquelle 38 % des électeurs ayant l’expérience d’une mobilisation disent avoir participé, paraît être un moment inaugural de la « politisation en actes » des citoyens tunisiens [7]. La participation aux manifestations qui ont suivi n’a pas la même signification : elles ont des significations politiques divergentes (Kasbah 1 et/ou Kasbah 2 vs Kobba, par exemple [8], mais s’inscrivent toutes dans la continuité de cette mobilisation inaugurale, et on peut penser qu’elles ont contribué à renforcer des orientations politiques spécifiques. Parmi les manifestations postérieures au 14 janvier, ce sont celles de la Kasbah qui ont été les plus mobilisatrices parmi les enquêtés, puisque 29,3 % des personnes mobilisées affirment explicitement avoir participé à l’un des rassemblements place de la Kasbah (contre 8,7 % à celui de la Kobba). Sans surprise, les manifestations anti-islamistes ou de défense de la liberté d’expression ou de l’égalité hommes-femmes, ont été suivies par un nombre relativement important de la part manifestante de l’échantillon (ainsi 12 % d’entre eux ont participé à une manifestation organisée le dimanche précédent les élections, dite « Aâtaqni » (lâche-moi) et dirigée contre le discours islamiste). Sans surprise non plus, ce sont les plus jeunes de l’échantillon qui manifestent le plus, cette expérience s’affirmant comme un mode d’intégration dans la lutte politique en Tunisie.

Quels seront les effets de la déception – repérable à de nombreux indices – que semble connaître depuis deux ans cette partie de l’électorat lors d’un prochain scrutin ? Va-telle massivement bouder les urnes en se réfugiant dans l’abstention ? Compte tenu de l’intérêt qu’elle portait il y a deux ans à la politique et de sa compétence politique manifeste, dont les racines semblent être plus anciennes que l’épisode révolutionnaire, il est probable que cette fraction de la société qui était alors la plus intégrée au jeu politique lors des élections du 23 octobre 2011, renouvelle malgré tout son adhésion au jeu politique lors d’un prochain scrutin. L’hypothèse la plus probable serait plutôt qu’elle manifeste son franc désaveu pour le parti Ettakatol, arrivé en tête dans ce quartier en 2011 et qu’elle accorde une nette victoire au parti Nidaa Tounes, qui cherche à réunir une partie de l’opposition aux islamistes. Mais c’est anticiper sur les deux prochains volets de cet article…

Jérôme Heurtaux

Chercheur à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (Tunis)

semsoc@yahoo.fr

Glossaire

CPR (Congrès pour la République) : parti politique de centre-gauche fondé en 2001 par des militants de gauche mais aussi des islamistes et des panarabistes et des gauchistes. Parti illégal sous Ben Ali, son président Moncef Marzouki vivait en exil en France.

Ettakatol (Forum démocratique pour le travail et les libertés, FTDL) : Parti politique social-démocrate créé en 1994. Illégal sous Ben Ali.

Ennahdha (La Renaissance) : Parti islamiste créé au début des années 1980 sous le nom de Mouvement de la tendance islamique (MTI). Illégal sous le régime précédent et durement réprimé.

Nidaa Tounes (L’appel de la Tunisie) : Parti politique créé en 2012 autour de l’ancien ministre de Bourguiba et Premier ministre du gouvernement transitoire (2011), Béji Caïd Essebsi.

PDM (Pôle démocratique progressiste) : coalition de quatre partis de gauche autour d’Ettajdid, ancien parti communiste tunisien et appartenant à l’opposition légale sous Ben Ali, et de plusieurs associations.

PDP (Parti démocratique progressiste) : fondé en 2001, parti de centre-gauche. Faisait partie de l’opposition légale sous Ben Ali.

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Le 23 octobre tunisien. Sociologie des électeurs d’un quartier résidentiel (1/3) », Le Carnet de l’IRMC, 23 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1298

 

 


[1] Un grand merci à H. Attia, K. Ben Achour, M. Bouzouita, Z. Chaker, S. Chérif, A. Essid, S. Haddada, S. Jmii, O. Kacem, F. Khemakhem, L. Ketari, A. Khalfallah, E. Makhlouf, M. Messadi, N. Mseddi, M. Saadoun, A. Soltani, G. Tagougui, S. Tarchella, S. Tlili et I. Zarrouk.

[2] Nous continuerons de qualifier par commodité ces partis et leurs électeurs de « modernistes », sans discuter de la pertinence de cette qualification indigène revendiquée par une partie des porte-parole de ces partis, de leurs électeurs et des commentateurs, qui opposent généralement « moderniste » à « islamiste ».

[3] L’Instance supérieure indépendante pour les élections a calculé le taux de participation en fonction, non du nombre d’électeurs qui se sont inscrits volontairement (appelés électeurs inscrits actifs, qui étaient 4, 46 millions), mais en fonction de l’ensemble des citoyens ayant le droit de vote, fixé à partir du registre des cartes d’identité (et comprenant donc ce qu’elle a appelé les inscrits passifs, estimés à 4,27 millions). Le taux de participation a été sans surprise plus important dans la première catégorie (84,1 %) que dans la seconde (12,8 %). Le taux de participation retenu est donc de 49,2 % (51,1 % si l’on déduit les circonscriptions situées à l’étranger). Sources : Rapport relatif au déroulement des élections de l’Assemblée Nationale Constituante, Instance supérieure indépendante pour les élections, février 2012.

[4] Cette intégration dans le jeu politique serait d’ailleurs corrélée au niveau de développement socio-économique des délégations : Alia Gana, Gilles Van Hamme, Maher Ben Rebah, « La territorialité du vote pour l’Assemblée Nationale Constituante Tunisienne de 2011 », Confluences Méditerranée, n°82, été 2012.

[5] Michel Camau, Vincent Geisser, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences po, 2003.

[6] Le grand nombre de listes « indépendantes » dans le scrutin en témoigne. Toutes circonscriptions confondues, 655 listes indépendantes ont été déposées, contre 830 listes de partis, et 34 listes de coalitions. Sources : www.isie.tn

[7] Certains insistent sur la césure que représente le 14 janvier dans leur appréhension du politique, surtout pour les jeunes. Le fait qu’un grand nombre d’entre eux sachent situer dans le temps l’irruption du politique dans leur existence consciente (par une logique d’intellectualisation) illustre leur capacité à mettre à distance la socialisation et les institutions, comme si le processus révolutionnaire avait aussi une capacité à « réveiller les consciences ».

[8] Le mouvement Casbah 1 débute le 23 janvier 2011, celui de Casbah 2 au mois de février. Réunissant des Tunisiens issus des régions de l’intérieur, il articule une occupation de la place de la Casbah, sous les fenêtres du Premier ministère et des manifestations. Celle du 25 mars, qui réunira plusieurs centaines de milliers de personnes, se prolongera par des émeutes violemment réprimées avenue Bourguiba (5 morts) mais qui aboutiront à la démission du Premier ministre Mohamed Ghannouchi. Le mouvement de la Kobba (du nom de la place de la Coupole où se réunissent les manifestants) s’est constitué en réaction à celui de la Casbah 2. Réunissant des membres de classes moyennes, il dénonçait les rêves de rupture radicale des partisans de la Casbah et appelait à la reprise du travail, à la nécessité de soutenir l’économie et à des réformes graduelles.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et la Libye, de 2009 à 2012

Durant les années 2000, les actions de recherche développées par l’IRMC avec la Libye se sont heurtées au fort cloisonnement existant entre les institutions universitaires et les centres de recherche libyens, dû notamment à l’absence d’équipes de recherche permanentes. En marge de séminaires organisés à Aix-en-Provence et sous l’égide de travaux menés à l’époque par Olivier Pliez, deux missions de l’IRMC ont été conduites en Libye en 2001 et 2002, par Hassan Boubakri (géographe à l’Université de Sousse) et Jean-Philippe Bras (directeur de l’IRMC). En 2003 fut signée une convention entre le Markez el Jihad et l’IRMC. Le Markez el Jihad, fondé en 1977 par le Dr Mohamed Tahar Jarrari, possède une importante bibliothèque de cassettes numérisées sur la Libye. Il est devenu en 2010 le Centre des archives nationales et des études historiques de Tripoli. Une mission effectuée en 2005 par Pierre Robert Baduel (directeur de l’IRMC) a pu susciter le projet d’une confrontation d’historiens autour de la question de l’administration française du territoire du Fezzan après la Seconde Guerre mondiale. En mars 2009, l’IRMC a souhaité construire une stratégie de travail dans la durée en mobilisant des chercheurs de diverses disciplines (géographie, sociologie, histoire, sciences politiques, droit), et en confrontant deux types de regards, celui des chercheurs libyens sur leur propre société et celui des chercheurs tunisiens sur la société libyenne, mais aussi sur les relations croisées entre les deux pays et via une approche francophone. L’objectif de ce groupe était, d’une part, de participer à la mise en réseaux de chercheurs de différents pays maghrébins et européens et, d’autre part, d’amorcer un programme de recherche spécifique devant déboucher sur l’organisation d’une manifestation suivie de publications.

Il s’en est suivi en mai 2009 une mission à Tripoli réunissant le directeur de l’IRMC et quatre chercheurs tunisiens : Hassan Boubakri, Fathi Lissir et Mouldi Lahmar, coordonnée par Moncef Ouannès. Un séminaire interdisciplinaire fut alors organisé par l’IRMC à Tunis en décembre 2009 sur l’implantation militaire de la France au Fezzan entre 1943 et 1956. Les années 2010 et 2011 ont été consacrées à des échanges historiographiques et à la finalisation supervisée par Moncef Ouannès, d’un ouvrage en version bilingue (arabe/français) paru en octobre 2012, en coédition Cérès Éditions/Tunis, centre des Archives de Tripoli et IRMC, intitulé : Une histoire méconnue. Les relations libyo-françaises au Fezzan de 1943 à 1956. Regards croisés Libye, France, Tunisie.

couv fezzan
Couverture bilingue du livre édité par l’IRMC

Cet ouvrage retrace les grandes lignes de l’implantation de la France sur le territoire du Fezzan dans le Sud-libyen aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Il en analyse les visées politiques, les conditions d’occupation militaires et administratives, ainsi que le vécu des populations, de l’alliance à la résistance, jusqu’à l’indépendance libyenne et l’évacuation définitive en 1956. Dans un esprit de dialogue intellectuel entre les deux rives de la Méditerranée, ce livre rassemble des regards d’historiens, de sociologues, de politologues et de géographes libyens, tunisiens et français soucieux de croiser leurs savoirs. Du regard français, il ressort que cette période serait moins militaire que politique. Les Libyens de leur côté décryptent les dynamiques nationales et régionales (Algérie, Tunisie) des réseaux de résistance. Et les chercheurs tunisiens forts de leur regard distancié du pays d’à côté, se penchent sur les savoirs construits par la France, sur les stratégies d’alliances avec les dignitaires libyens, et les mémoires politiques.

Cette recherche a permis de livrer à l’actualité le portrait d’une Libye contemporaine comme cible et enjeu international majeur, en interaction constante avec les événements se déroulant aux différentes échelles : méditerranéenne, africaine, arabe et internationale. Il a ainsi été proposé un autre type d’écriture de l’histoire entre la France et la Libye et avec la Tunisie, qui consiste moins à « juger » qu’à « gérer un passé » pour construire un présent et à reconsidérer les faits en confrontant leur pluralité, en questionnant leurs interprétations. Il s’agit là d’une double initiative à poursuivre tant dans le domaine de la coopération multilatérale en sciences humaines et sociales que dans celui de la réécriture de l’histoire coloniale par la confrontation et l’échange interdisciplinaires sur des sociétés témoins et actrices des événements.

Publié en édition bilingue et au Maghreb par l’IRMC, il constitue un précédent historiographique en matière de traduction, et contribue ainsi a toucher un vaste public tant en Europe et dans la francophonie qu’au Maghreb et dans le monde arabe. Il ouvre la voie à une prochaine collaboration de l’IRMC avec le Centre des archives nationales et des études historiques de Tripoli, l’ISHMN (Institut supérieur d’histoire du mouvement national a Tunis), et la Casa de Velasquez à Madrid, sur l’histoire orale, ses techniques et ses méthodes disciplinaires, ses objectifs et ses finalités en matière de préservation des mémoires nationales.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

est sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et la Libye, de 2009 à 2012 », Le Carnet de l’IRMC, 11 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1266

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

Depuis 2008, date de la signature d’une convention avec le CRASC (Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle) d’Oran, l’IRMC entretient d’étroites relations avec la recherche et l’Université algérienne. Depuis fin 2008, les actions menées ont été soutenues par le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France d’Alger.

État de la recherche en Algérie

Le paysage algérien de la recherche a été structuré dans la dernière décennie par deux lois quinquennales, celle de 2002-2007 qui a précisé le statut des enseignants-chercheurs et des centres de recherche, puis celle de 2008-2013 qui a instauré une structure permanente et autonome de coordination de la recherche (DGRST, Direction générale de la recherche scientifique et technique ; CNRST, Conseil national de la recherche scientifique et du développement technologique ; CSNER, Conseil scientifique national d’évaluation de la recherche). Chaque ministère est doté d’une unité sectorielle permanente constituée d’experts. Les services actuellement en place toutes disciplines scientifiques confondues concernent 803 laboratoires de recherche repartis sur 36 universités, 15 centres universitaires, 16 écoles nationales, 5 écoles normales supérieures, 10 écoles préparatoires et 25 centres de recherche hors université. 25 000 étudiants sont actuellement inscrits en thèse, mais seulement 800 sont soutenues chaque année. On relève une difficulté qui est celle du manque d’enseignants de rang magistral, soit 11 000. De 2002 a 2007, l’Algérie a enregistré une forte croissance du nombre de ses chercheurs, alors que celui-ci déclinait parallèlement en Europe et aux États-Unis (4 %). Le secteur des sciences sociales occupe la 3e place après les sciences et techniques et les sciences fondamentales. En règle générale, on constate une désaffection de la présence des SHS dans la réponse aux appels d’offre proportionnellement à la part des autres sciences. En matière d’édition, le livre y représente un enjeu fort alors que les autres sciences privilégient la publication d’article. Notons la difficulté des chercheurs algériens à trouver une place dans des revues indexées.

Les partenariats scientifiques

AlgérieEn matière de recherche institutionnalisée, les deux principaux interlocuteurs de l’IRMC ont été le CREAD (Centre de recherche en économie appliquée au développement), partenaire d’un programme FSP avec le LISE CNAM (Paris) sur l’entrepreneuriat maghrébin, et le CRASC à Oran qui noue dès 1992 une pratique de recherche collective dans un contexte d’isolement international et de lent accompagnement des jeunes chercheurs. L’IRMC s’est attaché ces dernières années à construire un réseau multilatéral tenant compte des coopérations collectives entre chercheurs et institutions multiples, sur la base d’organisation de journées d’études et de séminaires débouchant sur des publications, et d’accueil régulier de boursiers et chercheurs. Un partenariat scientifique, soutenu par l’AUF a permis d’organiser des réunions internationales avec le CRASC d’Oran en avril 2009 et février 2010 sur la thématique de la crise du travail et de l’employabilité, en septembre 2012 sur le chômage et l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Il a permis de mettre en relation, sous l’égide de l’IRMC, l’équipe oranaise avec des enseignants chercheurs tunisiens de l’Université de Sfax, de l’ISSHT de Tunis, de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, de l’Institut national du travail et des études sociales de Tunis (INTES) et du LISE-CNAM/CNRS Paris. Dans cette perspective, un projet d’ouvrage est à l’étude sur les questions du chômage et de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, devant s’élargir prochainement aux chercheurs marocains. Enfin et simultanément, une autre collaboration de l’IRMC et du CRASC a donné lieu à l’automne 2012 à la publication conjointe (coédition) d’un ouvrage sur Le Maghreb et l’indépendance de l’Algérie, sous la direction de Amar Mohand-Amer et Belkacem Benzenine, à l’occasion de la célébration du cinquantenaire (1962-2012). Cet ouvrage, saisissant le « moment historique » dans un éclairage rétrospectif sur son devenir, traite de l’indépendance nationale et des processus de transitions politique et juridique, syndicale, économique et culturelle. Il en évoque les enjeux nationaux (position des Ulémas, statut des femmes, reconversion du mouvement national…). Il en questionne la confrontation et le devenir des valeurs coloniales et nationales – les anticolonialismes juifs et européens et l’idée de nation algérienne, l’exode des rapatriés, le devenir des Harkis. Outre l’originalité de son approche pluridisciplinaire – de l’histoire à la sociologie et à la littérature, en passant par les sciences juridiques, politiques et économiques –, ce travail s’inscrit dans un échange générationnel novateur. S’y font écho les analyses de chercheurs confirmés spécialistes des questions traitées, avec celles de nombreux doctorants qui livrent les conclusions de leurs premières recherches. Il s’agit là d’une innovation communicationnelle et éditoriale qui a pris la forme d’une publication simultanée. Grace à l’accord des deux centres et éditeurs, et sur la base d’un même manuscrit fabriqué par l’IRMC, cet ouvrage a pu sortir aux éditions Karthala en France, et aux éditions du CRASC en Algérie (sous le titre Les indépendances au Maghreb), ce qui lui garantit la meilleure diffusion de part et d’autre.

Une importante collaboration universitaire a été engagée en 2010 avec l’Université d’Alger 2 Bouzarea et son département de sociologie, avec le soutien du service de coopération universitaire du SCAC de l’Ambassade de France en Algérie. La thématique retenue en a été la question de la jeunesse et des violences scolaires au Maghreb. Une première rencontre s’est tenue à Tunis les 8 et 9 mars 2011. Celle-ci a associé l’IRMC, le Département de sociologie d’Alger, l’Université de Franche-Comté, avec le laboratoire C3S (Culture, Sport, Sante, Société) coordonné par Gilles Ferreol. Elle a réuni 15 chercheurs, dont 6 Algériens, 3 Français, 1 Libyen, 1 Mauritanien et 4 Tunisiens. Une seconde rencontre a eu lieu les 17 et 18 décembre 2011 à Alger, dans un partenariat renforcé avec les chercheurs tunisiens, par l’implication de membres de l’INTES). Ce colloque a rassemblé sous l’égide de l’IRMC une équipe de 7 communicants tunisiens, quatre français et un libyen. 5 communications ont été présentées par l’Université d’Alger 2. En présence d’un public d’enseignants chercheurs, d’étudiants, et de praticiens, évalue entre 100 à 200 personnes/jour. Les Actes de ces manifestations sont sous presse aux éditions Inter-communications (Fernelmont, collection « Mondes méditerranéens »).

Mises en réseaux et échanges scientifiques

En 2010, une importante mise en réseaux scientifiques a été conduite par deux chercheurs boursiers de l’IRMC. L’une sur « L’histoire de la nationalité algérienne et la constitution d’une nationalité post coloniale dans les pays du Maghreb » (Noureddine Amara), avec d’une part les Archives Nationales d’Algérie et d’autre part les Archives de Wilaya à Oran et à Constantine, en relation avec les Archives diplomatiques de Nantes ; dans ce cadre, a été organisé à l’IRMC le 30 avril 2011 une journée d’échanges scientifiques sur les « Nationalités et empires au prisme de la question de la souveraineté », par la mise en réseau d’historiens et de politologues sur « Etats et nationalités au Maghreb ». L’autre sur « Les artistes peintres et la guerre d’Algérie de 1954 à nos jours » (Emilie Goudal), avec le CCF d’Alger, le centre des Glycines, la bibliothèque du Musée national des Beaux-arts d’Alger, et le Centre des Archives du ministère algérien de la Culture. À ce titre, des contacts sont régulièrement entretenus avec le Centre d’étude et de recherche Les Glycines à Alger qui a reçu à plusieurs reprises des chercheurs de l’IRMC. Dans le cadre de l’animation et de la création de liens scientifiques depuis l’IRMC, notons de réguliers échanges visant à la construction de réseaux par la valorisation et la connaissance des travaux algériens à partir des programmes de recherche, des animations et des productions scientifiques de l’IRMC. Ainsi les rencontres sur Le Maghreb et ses africanités, l’identité nationale au regard de ses altérités coordonnées par Stephanie Pouessel, ont permis de mieux connaitre les travaux du CNRPAH d’Alger sur la negrophobie en Algérie, ou de l’Université de Birzeit a Ramallah (Palestine) sur l’intégration des Noirs en Algérie. De même les journées sur Les mouvements sociaux en ligne, cyberactivisme et nouvelles formes d’expressions en Méditerranée coordonnées par Sihem Najar, ont contribué à interroger « les mouvements sociaux en ligne et les nouvelles formes d’expression contestataire à travers l’exemple algérien » (Université d’Annaba), et « les jeunes et l’usage politique de l’Internet en Algérie » (CRASC d’Oran). Des contacts avec l’Université de Bejaïa ont de même été amorcés, notamment avec les Départements communication, économie managériale et sociologie sur les thèmes de l’entrepreneuriat transméditerranéen ainsi que sur les usages de l’Internet. À ce titre l’equipe de Bejaïa fait partie du projet de GDRI présenté par l’IRMC au CNRS sur les pratiques des NTIC en Méditerranée. Citons aussi les présences invitées de représentants du LISODIL Laboratoire de Linguistique, Socio-linguistique et Didactiques des Langues d’Alger 2 (programme Dire en langues coordonné par Myriam Achour-Kallel), et de l’Institut d’Archéologie d’Alger 2 (cycle tourisme et patrimoine). Outre l’accueil de nombreux chercheurs du CRASC, mentionnons l’invitation régulière de conférenciers algériens autour des animations scientifiques, telles les conférences de Mme Hallouma Cherif (Université d’Oran), sur « La construction de l’identité personnelle chez les algériennes », ou de M. Youcef Fatès sur « l’histoire des usages sociopolitiques et associatifs du sport en Algérie ».

Les formations doctorales

Poursuivant l’objectif d’encourager les jeunes chercheurs algériens, déjà maitres assistants à l’université, à finaliser leur thèse et à développer la méthodologie de la soutenance, l’IRMC a organisé en partenariat avec le Consortium des Universités de l’Est-algerien (universités de Skikda, Annaba, Constantine, Guelma, Oum el-Bouaghi) et avec le soutien du SCAC d’Alger, du 7 au 12 décembre 2009 à Hammamet, des « Doctoriales en sciences humaines et sociales : formation à la méthodologie et aux techniques de recherche ». Puis une seconde session s’est tenue à Sousse en décembre 2010, rassemblant sur cinq jours trente doctorants et 8 encadrants autour de deux objectifs : « la finalisation de la thèse » et « l’écriture des articles scientifiques », en collaboration avec le Consortium des universités de l’Est algérien et le CERES de Tunis et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Ces actions visent à assurer un soutien et un accompagnement méthodologique et théorique aux doctorants, en les aidant à dépasser les blocages, à s’intégrer dans le monde de la recherche et à valoriser leurs compétences en matière de rédaction d’articles scientifiques à partir des thèses en cours. Dans la même perspective, s’est tenu à Oran les 17-21 janvier 2013 une école doctorale algero-tunisienne (16 doctorants dont 8 Algériens, 8 Tunisiens et 6 encadrants) ayant pour thème « Les représentations sociales : théories et approches méthodologiques », co-organisée entre l’IRMC et la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Oran (Département de psychologie), la Maison du Doctorant (Universite d’Oran), l’Institut Supérieur des sciences humaines et sociales de Tunis, avec une conférence du Pr. Denise Jodelet, directrice d’études à l’EHESS Paris. Notons aussi dans le cadre de l’atelier doctoral Les méthodes d’observation en démographie et sciences sociales, Hammamet (Tunisie), 18-20 juin 2012 co-organisé par l’ED-FSHST-Tunis – INED Paris- IRMC-Tunis, CRASC-Oran, AMER-Maroc, la prise en charge et la formation de 5 étudiants du CRASC-Oran.

L’accueil des boursiers

Outre l’accueil d’une dizaine de séjours scientifiques de courte durée (avec le CRASC d’Oran, l’Université Abderrahmane Mira de Bejaïa), l’IRMC a mis en place avec le soutien du SCAC de l’ambassade France à Alger une coopération transversale Sud/Sud en matière d’accueil (un à trois mois), de boursiers francophones. À ce titre en 2010, 2011 et 2012, 12 bourses ont été accordées sur l’Algérie pour une durée de 27 mois. Leurs profils se décomposaient ainsi : résidents en Algérie sur un terrain de recherche situé en Algérie et en séjour dans une université française (cotutelle), résidents en Algérie et en séjour de terrain (comparaison) en France, résidents et inscrits en France ou en Europe et en bourse de terrain en Algérie, résidents en Algérie et inscrits dans des échanges Sud/Sud d’Algérie vers la Tunisie, dans une approche comparative et en séjour de thèse à l’IRMC, résidents en Tunisie et en séjour de terrain en Algérie. Les thématiques des travaux proposés recouvraient de vastes thématiques disciplinaires : le projet de vie des adolescents marginaux en réinsertion sociale à Oran (psychologie), les violences scolaires en milieu urbain sensible à Constantine (sociologie), les centralités périphériques des villes de l’Est-algérien (géographie urbaine), les associations féminines en Algérie, en Tunisie et au Maroc (sociologie), les petites et moyennes entreprises algériennes (socio économie), le colonialisme dans les relations franco-algériennes (sciences politiques), les politiques publiques et l’espace commémoratif de l’Algérie coloniale (histoire), les proverbes kabyles (socio anthropologie), les systèmes oasiens en Algérie (géographie rurale), la femme ibadite dans la région du Mzab (anthropologie), étude comparative de l’histoire des archives tunisiennes et algériennes (histoire)…

De manière à capitaliser et à valoriser les aides ici évoquées, l’IRMC étudie actuellement un projet de « seminaire-atelier d’écriture » rassemblant 15 boursiers algériens suivis par lui en 2010, 2011 et 2012, en vue de l’écriture d’un article synthétique et à paraître dans un collectif consacré à la jeune recherche, Penser la société algérienne aujourd’hui. Enfin, il importe de souligner que les actions conduites par l’IRMC ne s’inscrivent pas seulement dans une relation bilatérale entre la France et l’Algérie. Les chercheurs algériens reçus à l’IRMC ou invités dans des programmes en réseaux y découvrent notamment leurs homologues tunisiens ou marocains. L’IRMC devient alors un passeur, assurant en corollaire de sa présence francophone, une position de coordinateur scientifique international et de relais intra maghrébin.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013 », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1245

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les Tunisiens souffriraient d’une étrange « maladie politique ». Mais la politique peut-elle vraiment rendre malade ?

jerome
Photographie de Jérôme Heurtaux.
© Jérôme Heurtaux

(Publié simultanément dans Médiapart et sur Le carnet de l’IRMC)

Dans l’édition de La presse de Tunisie du lundi 16 septembre, une « enquête » sur « Les Tunisiens et la « maladie politique » signée Hédia Baraket, journaliste et écrivain. S’appuyant sur le témoignage de plusieurs individus et sur l’analyse d’un sociologue, elle décrit des citoyens « dévastés, mais pas anéantis ». Dévastés par une tempête tropicale, un microbe, l’entrée en guerre de leur pays ? Non, pour l’auteure, les Tunisiens souffriraient d’un mal particulier qu’elle appelle la « maladie politique ». Qu’est-ce que cette étrange maladie politique ? Une sorte de « mal de la patrie », une souffrance née d’un sentiment d’impuissance face à la crise politique et d’une perte de confiance à l’égard des représentants. Les Tunisiens seraient particulièrement « touchés » au sens propre comme au figuré, par ce qui se joue dans l’univers politique, sans que l’auteure distingue « le » politique (les fins et les moyens de l’action publique) de « la » politique (le jeu politique et des luttes partisanes). Et s’ils sont aussi affectés, c’est parce qu’ils sont, toujours selon l’auteure qui ne le dit pas explicitement, particulièrement politisés, c’est-à-dire intéressés par les questions politiques, capables de se repérer dans l’espace politique, voire engagés dans une des organisations politiques et sociales.

L’article a le mérite de poser au moins deux problèmes auxquels les sciences sociales du politique se sont intéressées, produisant des hypothèses et des résultats qui permettent de discuter avec l’auteure.

Le premier problème est la mesure de la politisation. L’apparente passion qu’entretiendraient les Tunisiens, pour le meilleur et pour le pire, avec la politique, est-elle aussi développée que le dit l’article ? L’auteure ne succombe-t-elle pas à l’illusion d’un trop-plein de politique dans la vie quotidienne des individus ? Cette hypertrophie du politique apparaît plutôt comme le symptôme – pour filer la métaphore médicale – d’un impensé de la différence sociale. Impensé voire négation des rapports différenciés à la vie politique en fonction de la position sociale et des ressources culturelles dont les individus disposent. On peut en outre penser, si l’on s’appuie sur de nombreux travaux de sciences sociales réalisés ailleurs, qu’ils ne disparaissent pas dans les contextes turbulents de crise politique. Pour aller vite, on a pu montrer que plus on dispose de ressources sociales et culturelles (un niveau élevé de diplôme par exemple), plus on s’intéresse à la politique voire, plus on est « compétent politiquement ». Par exemple, en France, les analyses de Pierre Bourdieu ou Daniel Gaxie [1] ont montré que les hommes s’intéressaient plus à la politique que les femmes, les personnes mûres plus que les jeunes, les diplômés plus que les non-diplômés, etc. Il n’est pas sûr que ce résultat obtenu sur le terrain français soit généralisable et fonctionne aussi sur le terrain tunisien. Mais on ne peut, non plus, en toute rigueur, affirmer l’inverse. Trop peu d’enquêtes ont été menées en Tunisie sur le rapport au politique des gens ordinaires, mais des hypothèses peuvent au moins être formulées. En particulier, tout porte à penser que le degré d’intimité qu’on entretient avec la politique est lié au degré de compétence politique. Or, par hypothèse, le degré de compétence politique objective (savoir se repérer dans l’espace politique et identifier les principaux acteurs) et subjective (se sentir habilité pour parler politique voire pour participer) varie en fonction des milieux socio-culturels. Compte tenu des inégalités qui structurent la société tunisienne, tout porte à croire que des franges importantes de la société entretiennent un rapport indifférent à la politique (et que celui-ci, nous y reviendrons, n’est pas nécessairement vécu sur le mode de la souffrance). Pour prendre un exemple éclairant, une équipe de sociologues et de géographes a montré que la participation aux élections de 2011, au niveau des délégations, augmentait avec le développement socio-économique [2]. Si l’on projette ce résultat au niveau des individus, on peut supposer que ceux qui sont les moins insérés dans les circuits de redistribution économique ont moins participé que les autres. Bien sûr, il s’agit ici de tendances et on trouvera sans peine des chômeurs sans diplômes très investis dans la vie politique et des diplômés non chômeurs cultiver l’indifférence. De ce point de vue, le phénomène dont parle l’article concerne les couches sociales les plus favorisées socialement et économiquement et leur déception voire leurs désillusions vis-à-vis de la politique seraient paradoxalement le signe d’une position relativement valorisée dans la société. On peut se demander si de nombreux intellectuels tunisiens n’ont pas tendance à projeter à l’ensemble de leurs concitoyens les représentations et les attitudes de leur propre couche sociale.

La lecture de l’article ouvre également un ensemble de réflexions passionnantes sur la question des effets du politique sur les existences ordinaires. Une psychologue interviewée par l’auteure de l’article considère l’individu comme un animal politique pour qui le/la politique apporte une sécurité élémentaire à son bien-être psychique. Or, l’absence de perspective claire, la disparition des normes et des routines propres à l’ancien régime, entraineraient une insécurisation généralisée des individus. On peut s’interroger sur la faiblesse d’une explication par trop psychologisante. Il n’est pas du tout sûr que les psychés individuelles dépendent à ce point des évolutions politiques et juridiques, surtout encore une fois dans les milieux sociaux peu politisés. L’état mental d’un individu n’est jamais l’effet automatique et exclusif des évolutions politiques, fussent-elles dramatiques. En revanche, ce constat rappelle au sociologue l’analyse qu’Emile Durkheim a fait autrefois de « l’anomie sociale » [3]. L’anomie décrit une situation de transition (crise politique et/ou économique majeure, effondrement des valeurs morales d’une société, ou au contraire développement soudain de l’économie) au cours de laquelle les normes structurant le social disparaissent et les nouvelles normes ne sont pas encore stabilisées. D’où le sentiment de perte de repères, l’incapacité à se projeter dans l’avenir et une difficulté à vivre son présent. C’est en se référant à ce concept d’anomie que Durkheim expliquait, à la fin du XIXe siècle, une hausse du nombre de suicides. En Tunisie, l’effondrement du régime de Ben Ali a incontestablement disqualifié les valeurs d’hier et les difficultés de la « transition » perturbent l’émergence et la stabilisation de normes de comportement et de représentations. Le concept d’anomie permet de comprendre comment s’articulent des comportements individuels, des structures sociales et des évolutions contextuelles, sans généraliser ses effets à l’ensemble de la société et sans non plus ramener les comportements aux seules psychologies des individus. De même que nous ne sommes pas nécessairement tous égaux devant une telle situation. D’ailleurs l’anomie peut être déjouée par des stratégies individuelles et collectives, par exemple en développant des attitudes d’évitement du politique. Une sociologue américaine, Nina Eliasoph [4], a montré comment des personnes engagées dans la vie associative et désenchantées par la vie politique officielle s’y prenaient pour contourner le sujet lorsqu’ils se réunissaient, préférant au sentiment d’impuissance, un volontarisme de projet autour de tâches circonscrites et d’objectifs limités.

 

Jérôme Heurtaux

Chercheur à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (Tunis). (mail : semsoc@yahoo.fr)

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Les Tunisiens souffriraient d’une étrange « maladie politique ». Mais la politique peut-elle vraiment rendre malade ? », Le Carnet de l’IRMC, 25 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1230

 


[1] Pierre Bourdieu, 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit ; Daniel Gaxie, 1978, Le cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique, Paris, Seuil.

[2] Alia Gana, Gilles Van Hamme, Maher Ben Rebah, « La territorialité du vote pour l’Assemblée Nationale Constituante Tunisienne de 2011 », Confluences Méditerranée, n°82, été 2012.

[3] Emile Durkheim, [1897] 2007, Le suicide. Etude de sociologie, Paris, Puf.

[4] Nina Eliasoph, Lévitement du politique. Comment les Américains produisent l’apathie dans la vie quotidienne, Economica, coll. « Etudes Sociologiques », 2010.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Tu fais de la politique ? Non de la science politique

Amin Allal
Photographie de Amin Allal

Le chercheur en science politique est souvent amené à répondre à cette question : « tu fais de la politique ? ». La question/défi exprime la curiosité mais rappelle surtout que pour bon nombre de gens, la raison d’être sociale de cette discipline ne va pas de soi. Cette épreuve est partie prenante des contraintes ordinaires de la recherche en sciences sociales et pas seulement en Tunisie. Elle rappelle que la stratégie de l’enquêteur est fragile, qu’elle peut être réduite à néant par les multiples interactions dans les différentes configurations d’enquête. Mais en définitive, ces bricolages et ces incertitudes sont les sciences sociales en actes, et en rendre compte c’est d’une certaine façon déjà faire des sciences sociales. Dans le contexte tunisien de la fin des années 2000, cette question récurrente – angoissée plus souvent qu’amusée – relevait davantage de l’environnement paranoïaque de la fin du régime autoritaire de Ben Ali. La période n’était pas propice pour le développement d’une recherche collective en science politique ni pour des échanges sur celle-ci. Le voisin, l’ami, le cousin et parfois même le collègue chercheur vous suspectaient d’avoir un agenda caché ; un intérêt dissimulé forcement « politique » ou « carriériste » pour vous frotter ainsi au « Pouvoir ». Beaucoup de chercheurs eux mêmes intériorisant la censure, devenaient des « reproducteurs indirects » de celle-ci, consolidant parfois les supposées lignes rouges à ne pas franchir. Les chercheurs étrangers travaillant sur la Tunisie n’en étaient d’ailleurs pas exempts, loin de la.

Dans cette situation, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain auquel j’étais rattaché entre 2006 et 2009 en tant que Boursier a constitué une sorte de refuge. Tout d’abord parce qu’il offrait des moyens matériels enviables et rares (dont ne peuvent – c’est regrettable – bénéficier que les titulaires de la nationalité française). L’IRMC permettait également une forme de protection autorisant une recherche en science sociale du politique désintéressée. La curiosité policière, les mises en garde n’étaient pas suivies d’effets dès lors que l’on m’étiquetait « stagiaire au consulat de France ». Simultanément aucune immixtion notable de la part des autorités de tutelle n’était faite, cela est important lorsque l’on sait le peu d’égard qu’une partie des représentants consulaires avaient pour la recherche et le zèle dont ils témoignaient pour maintenir le statu quo politique en Tunisie. De retour de mes séjours parfois tumultueux d’investigation dans la région de Gafsa, la sérénité de l’IRMC permettait une plongée paisible dans les données glanées lors de mon terrain. Lieu de convivialité tenu par un personnel permanent de grande qualité, l’IRMC est surtout un centre pluridisciplinaire où historiens, anthropologues, sociologues, géographes, économistes et politistes cohabitent. Cela engendre une confrontation des points de vue et des méthodes remettant en cause nos reflexes de travail : un décentrement salutaire par rapport aux ancrages disciplinaires respectifs qui sont souvent davantage des effets de chapelles et de découpages institutionnels. Lieu d’équilibre précaire – site d’observation et d’analyse privilégié – l’IRMC peut maintenant pleinement collaborer avec une science politique tunisienne encore incertaine, pas assez développée, encore moins banalisée pour comprendre les mutations politiques d’importance en cours dans le pays. En ces temps de rétrécissement identitaire, il serait profitable d’ouvrir les vannes… L’illusion « d’autochtonie », de l’identitaire et de l’appartenance nationale propre du chercheur sont des croyances trompeuses et somme toute peu fructueuses.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Amin ALLAL

est doctorant en science politique, rattaché à l’IREMAM et à l’IEP d’Aix-en-Provence. Il a été boursier à l’IRMC de 2006 à 2009.

Pour citer ce billet : Amin Allal, « Tu fais de la politique ? Non de la science politique », Le Carnet de l’IRMC, 12 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1138

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Des ingénieurs aux avocats ou de la dimension politique du fait professionnel

Eric
Photographie de Eric Gobe

Entre 1998 et 2002, l’IRMC m’a permis de coordonner le premier programme collectif de ma vie de chercheur. L’expérience que j’ai pu y accumuler a été déterminante dans ma trajectoire de chercheur. Le choix de mon objet de recherche, la naissance et le développement de l’ingénieur moderne au Maghreb, m’a fait découvrir le vaste domaine de la sociologie et de l’histoire des professions modernes. Politologue de formation, j’ai, depuis lors dans l’ensemble de mes recherches, utilisé les outils théoriques des deux champs disciplinaires, ainsi que l’apport de l’histoire afin de mettre en avant la dimension politique des « faits professionnels ».

Dans un premier temps, à travers la construction de l’objet « ingénieur » au Maghreb, j’ai tenté d’apporter, avec les collègues participant au programme, un éclairage sur la manière dont s’est recomposée l’articulation des enjeux politiques, économiques et sociaux dans un contexte de libéralisation économique. Il s’agissait d’analyser le processus par lequel les ingénieurs sont passés du statut de grands commis du secteur public au service de la construction d’un projet de développement national impulsé par l’État à celui de cadres moyens ou supérieurs se présentant sur un marché du travail de plus en plus ouvert. Ce processus apparaissait lui-même lié à la massification de l’enseignement supérieur et aux transformations économiques et sociales générées par l’application, à partir du milieu des années 1980, des plans d’ajustement structurel du FMI, synonymes d’élargissement progressif du secteur privé. Mais le programme de recherche, initialement axé sur les effets de l’intégration internationale des économies maghrébines sur la restructuration de la profession d’ingénieur, s’est progressivement élargi à des questions de caractère historique. Cela est apparu d’autant plus nécessaire que l’ingénieur tout au long de l’histoire contemporaine du Maghreb a souvent été un acteur social placé par les pouvoirs publics au centre des stratégies de développement tant urbain, rural qu’industriel. Le programme n’a pas pu échapper à l’histoire, marqué qu’il a été par une double césure historique (la colonisation et l’indépendance), sans laquelle il était impossible de penser la genèse de l’ingénieur moderne au Maghreb.

ericLes sociologues qui se sont penchés sur les ingénieurs du Maghreb indépendant ont ressenti la nécessite de recourir à une perspective diachronique pour mettre en exergue les lignes de forces des mécanismes de production et reproduction et d’insertion socioprofessionnelle des ingénieurs au Maghreb depuis les indépendances. In fine, les travaux des uns et des autres ont mis en valeur les trois temporalités historiques qui ont marqué l’organisation de la profession d’ingénieur : la temporalité coloniale (1830-1962), la temporalité étatiste développementaliste (1960-1980) et la temporalité du libéralisme économique et de la mondialisation (depuis 1990).

Les approches scientifiques développées dans le programme « ingénieur » ont marqué mes recherches ultérieures, notamment celles sur la profession d’avocat en Tunisie. Mon passage de la profession d’ingénieur comme objet d’étude à celle des avocats s’est effectué par le biais d’une réflexion sur l’Ordre des ingénieurs tunisiens et sur ses relations avec les pouvoirs publics. Ce travail m’a amené à revisiter les notions de corporatisme et de syndicalisme professionnel et m’a permis de prendre conscience que la seule organisation professionnelle relativement autonome et revendiquant avec succès une certaine indépendance était, sous la présidence Ben Ali, l’Ordre des avocats. Aussi, dans le contexte autoritaire du pays, il m’est vite apparu que l’Ordre des avocats constituait une organisation à part dans la société tunisienne et, par conséquent, que la profession dont il se voulait le représentant était digne d’intérêt.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Éric GOBE

est chargé de recherche (HDR) au CNRS en délégation au Centre Jacques Berque, Rabat. Il a été chercheur à l’IRMC de 1998 à 2002.

Pour citer ce billet : Eric Gobe, « Des ingénieurs aux avocats ou de la dimension politique du fait professionnel », Le Carnet de l’IRMC, 10 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1118

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC ou “ma” révolution tranquille

Vincent
Photographie de Vincent Geisser

Nommé au début de l’année 1996, chercheur à l’IRMC, je débarquais en Tunisie, en ignorant presque tout de la société locale et de ses habitants. Pour ainsi dire, la vision que j’avais du pays était celle de la plupart de mes compatriotes français, imprégnés de clichés exotiques, voire orientalistes : la Tunisie, pays du « juste milieu », à la croisée des civilisations occidentale et orientale, terre de tolérance religieuse, de libération de la femme (merci Bourguiba !), du couscous au poisson (merci les Sfaxiens !) et symbole de l’humanisme méditerranéen (merci Ibn Khaldoun !), dont la douceur de vivre était censée contraster avec la « rugueur » de ses voisins immédiats : l’Algérie et la Libye. En somme, ma représentation de « Tunisie la verte » se limitait à des clichés exotiques, nuancés il est vrai, par quelques bonnes lectures scientifiques sur le pays : LA TUNISIE N’EST PAS UN PAYS ARABE COMME LES AUTRES ! De ce point vue, mon expérience scientifique à l’IRMC a constitué une machine efficace et redoutable à déconstruire les préjugés : confronté aux « réalités du terrain » (comme disent les chercheurs), je découvrais progressivement mais aussi brutalement que la « Tunisie du Jasmin » était celle d’une « douce dictature », certes envahissante et pénible, mais représentant un laboratoire de recherche inespéré pour l’apprenti chercheur que j’étais à l’époque. Sur ce plan, j’aurais au moins tiré un enseignement majeur de mes quatre années passées à l’IRMC : les difficultés de recherche sont parfois plus éclairantes et formatrices que la recherche elle-même. Les fameuses autorisations ministérielles qui n’arrivent jamais (ou très tardivement), l’autocensure, la peur, les réflexes de protection, la discrétion, mais aussi l’humour au second degré, les blagues sur le dictateur (ZABA) et sa femme « Leila », les rencontres clandestines avec mes enquêtés au fond des cafés à chicha, les filatures policières, les jeunes femmes aguichantes employées par « La Dakhilia » (NDLR : ministère de l’Intérieur) ont été surement plus riches pour ma formation de politologue que tous les manuels des sciences sociales de la planète. En ce sens, je puis dire aujourd’hui « merci Ben Ali ! », tu m’as permis de grandir scientifiquement et de comprendre que les peuples ne sont jamais aussi stupides que leurs dirigeants aussi puissants soient-ils.

Plus sérieusement, l’IRMC a représenté, depuis sa création par Michel Camau, ce lieu refuge, cet espace extraordinaire d’échanges et de débats scientifiques, où l’on pouvait se libérer de cette angoisse lancinante à la barbe de nos anges gardiens (ces fameux étudiants moustachus éternellement inscrits en doctorat). C’est aussi à l’IRMC que j’ai fait mes plus belles rencontres intellectuelles avec des collègues universitaires tunisiens, algériens, marocains mais aussi avec ces nombreux scientifiques français de haut-vol. À une époque où pour des raisons de rigueur budgétaire et des considérations géopolitiques, d’aucuns seraient tentés de réduire la voilure de nos centres français à l’étranger (en particulier ceux travaillant sur le monde arabe), je dirais simplement que grâce à l’IRMC, j’ai eu la chance de vivre au moins une RÉVOLUTION dans ma vie, voire d’y participer, sinon de l’anticiper, expérience irremplaçable dans la modeste existence d’un chercheur mortel.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Vincent GEISSER

est chargé de recherche au CNRS, en détachement à l’IFPO, Beyrouth. Il a été chercheur à l’IRMC de 1996 à 2000.

Pour citer ce billet : Vincent Geisser, « L’IRMC ou “ma” révolution tranquille », Le Carnet de l’IRMC, 10 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1113

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Entretien de Pierre-Noël Denieuil avec François Gouyette, Ambassadeur de France en Tunisie

ambassadeur de france en tunisie
Photographie de François Gouyette, ambassadeur de France en Tunisie

À l’occasion de cette livraison de La Lettre consacrée aux vingt ans de l’IRMC à Tunis, je vous remercie vivement d’avoir bien voulu accepter le principe de cet entretien à bâtons rompus autour des Instituts français de recherche et de la mission des sciences sociales à l’étranger. Je sais que vous connaissez bien le monde de la recherche, et je commencerai par une question un peu personnelle. Comment vous êtes-vous familiarisé avec les sciences sociales ?

Cette familiarité est naturelle si je puis dire, dans la mesure où j’ai fait des études de droit à l’Institut d’études politiques de Paris, mais aussi de langue arabe dans le cadre du cursus de l’INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales). Il est clair qu’il y a là une dimension de civilisation déterminante, et qui touche à l’histoire des relations internationales. Et c’est en m’intéressant à ces deux aspects que je me suis bien évidemment familiarisé avec les sciences sociales telles qu’on les conçoit dans le cadre de la recherche sur le devenir des civilisations.

Et avec les Instituts français de recherche à l’étranger ?

Dans le cadre des fonctions que j’ai exercées, j’ai pu me familiariser davantage avec les institutions françaises qui travaillent dans ce domaine et notamment les Instituts. La première expérience que j’ai eue du fonctionnement concret d’un Institut français de recherche, c’est à Damas en Syrie lorsque j’étais n° 2 de l’ambassade de 1990 a 1993, et Jacques Langhade, un arabisant de Bordeaux, dirigeait cette institution. J’ai pu y voir toute l’utilité d’un tel Institut, à la fois académique en terme de connaissance du terrain, mais aussi pour les relations qu’il pouvait entretenir avec les services de l’ambassade. Ma seconde expérience a été en Turquie lorsque n° 2 à l’ambassade en 1996-97, j’ai découvert l’IFEA (Institut français des études anatoliennes). C’est aussi un prestigieux Institut qui a toujours joué un rôle de veille non seulement sur l’époque ottomane mais aussi sur l’époque contemporaine, et qui était aussi étroitement associé à la vie de l’ambassade. Stéphane Yerasimos, aujourd’hui décédé, a été un grand directeur de l’IFEA, où j’ai eu l’occasion de rencontrer des chercheurs. Je me souviens aussi du directeur de l’Institut français pour l’Asie centrale basé à Tachkent, lors d’une visite que j’avais effectuée en Ouzbekistan dans une délégation qui accompagnait le président Mitterrand lors de son dernier voyage dans cette région en 1994. Et puis sur le Maghreb il y a bien sur le Centre Jacques Berque de Rabat et l’IRMC à Tunis.

Quel regard portez-vous sur les travaux de ces différentes institutions et plus particulièrement sur ceux de l’IRMC ?

Son directeur est associé à la vie et au travail de l’ambassade, il assiste périodiquement aux réunions des chefs de service. C’est un signe de confiance bien sûr, c’est aussi un signe qu’il est partie prenante de cette équipe de France que j’ai l’honneur de diriger ici. Et je considère que c’est un élément important de notre dispositif de coopération. Mais au-delà, car on ne saurait réduire la recherche sur le Maghreb contemporain à cette seule dimension, même si elle reste importante, il s’agit d’un observatoire diversifié et multiforme des réalités de l’histoire du protectorat et de la Tunisie d’avant le protectorat, mais aussi de la Tunisie d’aujourd’hui.

Dans la mesure où la mission de l’IRMC couvre « le Maghreb contemporain », peut-on dire que son action dépasse le bilatéral franco-tunisien ?

Je peux me référer à mon expérience récente de la Libye où j’étais ambassadeur et où pour la première fois j’ai pu connaître l’IRMC puisque j’y ai reçu avec vous les chercheurs tunisiens qui travaillaient sur la Libye autour de la relation franco-libyenne.

Aujourd’hui en Libye, la situation est telle que Tunis peut plus que jamais se voir conforté dans son positionnement de centre de veille à l’échelle régionale. De son côté l’Algérie qui est un pays majeur du Maghreb nécessiterait peut-être qu’un Institut lui soit consacré, même si son absence a ce jour s’explique sans doute pour des raisons historiques de la période du terrorisme. Mais que l’IRMC ait une vocation régionale qui couvre la Libye me paraît nécessaire. D’ailleurs les services économiques de l’ambassade couvrent aussi la Libye, et la vocation régionale y est à renforcer.

Vous avez employé le terme de « veille » à propos de la recherche, c’est-à dire… ?

Oui absolument. Je considère qu’un Institut comme l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, et comme d’autres instituts d’ailleurs, a une fonction de veille sur la société, et là on revient au primat de la sociologie dans l’approche du pays où nous nous trouvons. Il est évident que si on ne valorise pas cette fonction, il y aura un déficit dans la manière dont on peut tirer profit de l’existence d’un tel institut.

Vous parliez de l’IRMC comme d’un observatoire de la Tunisie d’aujourd’hui. Que peuvent en dire les sciences sociales ?

La sociologie peut être un angle d’approche particulièrement utile aujourd’hui dans un pays qui depuis la révolution est en train de chercher sa voie pour édifier un État démocratique et une transition, amorcée depuis deux ans maintenant – mais à l’échelle de l’histoire deux ans c’est bien peu – et que la France a choisi d’accompagner avec tous les outils de coopération, dont l’IRMC par sa spécificité. Je pense qu’il faut mettre l’accent sur le suivi, sur les études et la recherche contemporaines, sur l’observation des réalités politiques, économiques et sociales, sociologiques et culturelles de la Tunisie post révolution. C’est un sujet qui peut recouper d’ailleurs des travaux qui sont menés par l’IRD ou par d’autres organismes.

Cela ne signifie pas que les autres travaux sont dénués d’intérêt mais on est quand même aujourd’hui dans une phase qui requiert la mobilisation de toutes les compétences en matière de recherche et d’analyse, et les chercheurs doivent bien évidemment contribuer à cet important travail d’observation.

Par exemple ?

Vous évoquiez l’examen du projet de constitution, mais il peut y avoir d’autres sujets comme par exemple l’Islam tunisien dans sa diversité, les tendances qui le traversent, les mouvements qui le travaillent, et puis au plan sociologique aussi la compartimentation et la fragmentation de la société. On est aujourd’hui au lendemain d’une tragédie de l’immolation d’un jeune marchand ambulant qui rappelle deux ans plus tard celle de l’immolation de Bouazizi qui a été le point de départ d’une révolution encore inachevée, qui n’a pas rempli toutes ses promesses – mais sans doute ne le pouvait-elle pas – en termes de satisfaction des besoins de la population. On voit bien qu’il y a là des questions fondamentales qui mériteraient qu’un Institut comme l’IRMC se penche davantage sur les réalités socio économiques sans préjuger de ce que font d’autres par ailleurs.

Pensez-vous qu’un chercheur puisse se positionner comme un conseiller du politique ou de la diplomatie ?

Cela renvoie à la conception du rapport que l’on peut voir entre diplomatie et recherche. Cela suppose que soient clairement définies les missions de chacun ou que soit affirmé aussi le principe de l’indépendance qui doit s’attacher à la recherche et à la qualité et au statut du chercheur. Le chercheur ne doit pas se considérer ou être considéré comme un auxiliaire de l’État ou de l’administration. En même temps, je dirai que la recherche n’est pas neutre, elle s’inscrit aussi dans un contexte qui est celui de l’action d’un État. Il faut donc trouver un équilibre entre ces exigences : les exigences d’indépendance légitime du scientifique qui ne doit pas être soumis à des contraintes qui iraient à l’encontre de ses convictions et de sa conscience, et en même temps ne pas considérer que la recherche est quelque chose de totalement abstrait et ne s’inscrit pas dans un contexte. De surcroît pour un institut de recherche français, il ne serait pas compréhensible qu’il inscrive son action à l’extérieur de l’État qui le soutient. Je crois que tout est question de gradation.

Que pensez-vous de cette notion de « diplomatie scientifique » ?

Il est tout à fait pertinent de réfléchir à ce que peut être l’apport de ce que l’on appelle diplomatie scientifique. On parle beaucoup de diplomatie économique, la diplomatie scientifique est un concept moins familier mais qui a sa pertinence dans la mesure où la connaissance des pays et des sociétés avec lesquels nous coopérons, est un atout essentiel. Dans un monde extrêmement compétitif, la diplomatie française ne peut négliger aucune piste et aucune perspective pour renforcer sa position. Alors dans un pays comme la Tunisie, il est clair que l’existence d’un centre de recherche ou d’un vivier de chercheurs français et tunisiens doit être mise en valeur.

Pour terminer, que souhaiteriez-vous dire aux chercheurs de l’IRMC ?

Je reviendrai sur les propos que j’ai tenus sur l’utilité de l’Institut telle que je la conçois. Je crois que les chantiers sont nombreux, multiformes et pluridisciplinaires. La synergie avec l’IRD (l’Institut de recherche sur le développement) doit être renforcée, et il faut veiller à ce que plus de liens soit assurés entre ces instituts qui travaillent sur des secteurs et des domaines différents, mais qui peuvent aussi avoir un intérêt commun à travailler ensemble, ainsi qu’avec les autres instituts a l’échelle régionale. Puis sur le fond, le chantier de la révolution est ouvert. Il est d’une extrême richesse et se décline dans tous les domaines que j’ai déjà mentionnés, le politique, la constitution, les institutions, la sociologie, l’économie et la culture. Encore une fois j’insiste sur le principe de l’indépendance du chercheur mais qui ne suppose pas qu’il reste enfermé dans une bulle étanche face aux services de l’ambassade. Au contraire il doit y avoir synergie dans le respect de chacun, mais dans un but de connaissance et de compréhension du pays dans lequel nous vivons.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

François GOUYETTE

Ambassadeur de France en Tunisie.

 

Pour citer ce billet : François Gouyette, « Entretien de Pierre-Noël Denieuil avec François Gouyette, Ambassadeur de France en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 3 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1013

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Sayeb Tounis ! Œillères, fantasmes et héritages autoritaristes en Tunisie

sayeb1Sayeb Tounis[1] ! Œillères, fantasmes et héritages autoritaristes en Tunisie.

Nombre de médias tunisiens affichent leur solidarité à la condamnation jugée unanimement trop sévère du rappeur Weld El 15, arrêté pour son clip « Les flics sont des chiens » (la traduction en français ci-dessous). La chaîne Ettounisiya par exemple lui a consacré, en soirée, une émission (« La bess ») tandis que, sur les réseaux sociaux, se multiplient les appels à la solidarité à l’image de la page Facebook Sayeb 15. La diffusion effrénée des appels à lutter contre les menaces à l’encontre des libertés en Tunisie prouve paradoxalement que la liberté d’expression n’a jamais été aussi forte. Au-delà des circonstances du moment, on saisit cette liberté à chaque coin de rue, de la tenue vestimentaire des citoyens aux manifestations et grèves en tous genres. Il faut aussi peut-être pour cela se souvenir de ce qu’était la Tunisie sous Ben Ali et quel conformisme régnait sous le silence imposé par les hordes policières.

Il a fallu l’affaire de la Femen Amina, dont le paroxysme fut atteint lors de son arrestation le même jour que le Congrès des salafistes de Ansar El Charia à Kairouan, pour que la bombe médiatique explose. « Amina, seins nus versus salafistes », on n’était pas loin du titre provocateur du fameux documentaire de M6, « Touristes contre salafistes », diffusé le 16 septembre 2012 et qui avait particulièrement choqué les Tunisiens, tant il véhiculait une image tronquée du pays. S’en est suivie l’« affaire » Weld El 15 arrivée en France par le truchement de Hind Medded, chroniqueuse sur France Info, créant ainsi un effet d’accumulation après l’affaire d’Amina pour justifier de la grave crise islamo-salafo-sécuritaire dans laquelle serait plongée la Tunisie. L’issue de ces deux affaires a été comparée à celle, jugée bien trop laxiste, des « salafistes » ayant attaqué l’ambassade des États-Unis fin 2012. Des analogies qui relèvent parfois davantage d’amalgames et de « raccourcis » médiatiques. Certains journalistes n’hésitent pas divulguer des informations partiales et invalidées, comme en témoigne l’émission « 28 minutes » sur la chaîne Arte, le 18 juin, qui affirmera que les policiers qui ont commis un viol sur une jeune femme n’ont pas été poursuivis par la justice.

Foisonnent alors les pétitions au nom des « Sauvons la Tunisie », « La situation est grave » ; dans un pays où « les libertés sont en péril », il faut lutter « pour les libertés, toutes les libertés, de la liberté d’expression à la liberté de conscience » ; affluent les soutiens de personnalités extérieures qui se saisissent de toute affaire pour annoncer l’échec de la démocratisation du monde arabe, quand ce n’est pas pour justifier d’une incompatibilité entre islam et démocratie.

Pourtant, cette même référence religieuse, loin de constituer un bien-pensé homogène, est en débat au sein du parti (Quelle place pour cette référence religieuse ? Qu’est-ce que la charia ? Comment lier religion et modernité ? Par la morale ? Qu’est ce que la « laïcité islamique », etc.). D’ailleurs, les actuelles grilles de compréhension du paysage politique tunisien ne permettent pas de comprendre que la nouvelle constitution prévoit, étonnamment pour certains, un État « civil »[2] (dawla madaniyya). Il y a certainement dans ce choix l’héritage des anciens régimes politiques mais aussi une modernité et une adhésion à des codes universels. De plus, les expressions extrémistes de l’« islam politique » mènent le parti politique Ennahdha à se redéfinir en soulignant les frontières qui le séparent des dérives intégristes et en soulignant son propre caractère démocratique. Géré par l’appareil d’Ennahdha, l’État lutte contre le terrorisme islamique ; de AQMI aux frontières algéro-tunisiennes, aux rassemblements salafistes comme à Kairouan le 19 mai dernier, l’État lutte et condamne avec des méthodes musclées.

Le rap de Weld El 15 dénonce une police tunisienne corrompue, violente et toute-puissante. C’est là un des B.A BA du hip-hop venu des États-Unis et symbolisé dans cet acronyme A.C.A.B (« All Cops Are Bastards ») qui a fleuri sur les murs de bien des villes, en Tunisie notamment suite au viol d’une jeune fille par deux policiers, une affaire qui a ému le pays quand il s’est avéré que, dans les premiers temps de l’enquête, c’est la jeune fille qui avait été inculpée. La dénonciation de bavures policières par le rap traduit une révolte de la jeunesse et il s’agit bien là de ce que Yves Quijano-Gonzalez nomme « un nouveau mode d’expression politique » de la part « de ces jeunes générations du numérique ».

acab
© Nawaat.org

La police tunisienne est le produit du régime Ben Ali et sa violence est inacceptable. Elle a donc besoin plus qu’ailleurs d’une réforme en profondeur, tout comme la justice, dont certains verdicts restent difficilement acceptables. Tout réclame du temps. Fonctionnaires de l’État, les policiers se sentent stigmatisés et assimilés au parti Ennahdha, alors qu’ils ne partagent pas nécessairement leur idéologie.

Du côté des citoyens tunisiens, deux sentiments priment : d’une part, la déception post-révolutionnaire (si le dictateur est parti, tout ne change pas du jour au lendemain, pour ne pas citer les « c’était mieux avant ») et d’autre part, argument particulièrement déployée par l’opposition politique, la nécessité d’une vigilance extrême afin de ne pas retomber dans les affres d’un pouvoir autoritaire (« On ne se fera pas avoir une troisième fois »). Les médias aussi se sentent sur la sellette, comme l’évoque l’animateur de « La Bess », une émission très populaire pour son franc-parler sur la chaine privée Attounsiya, le 19 juin dernier : « Aujourd’hui on te fait taire pour ce genre de mots, et demain tu pourras dire « il n’y a plus de pain » et tu iras en prison (…) ça peut empirer et qu’on revienne à … » (à 5’45).

Enfin, afin de ne pas tomber dans des préjugés culturalistes ou tout parti pris politique, il s’agit de replacer la représentation de la Tunisie dans ses deux enjeux du moment, intérieur et extérieur : l’intérieur est une lutte entre des partis politiques dont chacun a sa manière de gérer les problèmes concrets (sécurité, économie, etc.) avec en toile de fond la finalisation de la nouvelle constitution du pays ; le défi extérieur est celui de la question, presque néo coloniale, de la capacité d’un pays anciennement colonisé, de surcroît arabe et musulman et, pour le comble, en partie politiquement islamiste, à être démocratique. Peu importe la manière dont les Tunisiens sont perçus à l’extérieur pourrait-on affirmer, si ce n’est que l’image extérieure impacte évidemment sur la situation économique et sur l’idée que l’on se fait de soi-même. Certaines initiatives privées sont alors mises en place pour casser les clichés ou tout simplement montrer le bon côté des choses.  Il en est ainsi de l’évènement culturel « Barcha » [« beaucoup » en arabe tunisien], qui a présenté le 22 juin dernier des performances artistiques au centre ville de Tunis, rediffusées en direct à Sfax, Hammamet, Djerba et en France. Il est présenté ainsi par le média anglophone Tunisialive  : ““Barcha” strives to restore a positive image of Tunisia to the world at a time when the country is often portrayed negatively abroad. It will celebrate the role of tourism in the Tunisian economy and promote the country as tolerant, modern, and diverse.”

Car comme le regrettait dans « Le Grand journal » de Canal + l’artiste tunisien Lotfi Abdelli, pourtant farouche opposant au régime en place, « c’est facile de filmer ce qui ne va pas ». Et comme un pied de nez au fantasmes de tout genre, il ironise : « il n’y a pas un salafiste qui t’attend devant chez toi et qui te dit comment tu veux mourir aujourd’hui ».

On assiste plutôt à un potentiel de contestations et de mobilisations, à des débats sur les verdicts de la justice mais aussi à l’expression d’opinions divergentes. Brisant le schéma binaire et catastrophiste d’un pays arabe et qui plus est partiellement « islamiste » peinant à entrer dans la « démocratie », souvent définie selon nos critères de « modernité », la lutte politique actuelle augure un renversement de paradigmes, reste à faire tomber les œillères.

Étrange paradoxe de ce 21 juin 2013 avenue Bourguiba à Tunis : pendant que le groupe Tryo joue pour la fête de la musique, quelques mètres derrière la scène se déroulent des altercations musclées entre police et manifestants réunis en soutien au rappeur Weld El 15. © David Thompson, Mourad Mahmoudi.

Traduction de la chanson de Weld El 15 par Stéphanie Pouessel avec une spéciale dédicace à Latifa et Anis :

Les flics sont des chiens[3]

Ils m’ont attrapé pour consommation, ils m’ont embarqué pour le shit

Ils ont fait pleurer ma maman, ils m’ont pris et emprisonné exprès

Ils m’ont mis dans une impasse

J’ai tout donné pour le pays et au gouvernement je lui ai bien mis

Ah donne moi vite un sniff

Ils m’auraient pas attrapé pour un an de prison si mon père s’appelait Bousbii[4]

Je voudrais arrêter de me droguer, j’ai enlevé la drogue de ma poche

Je n’aurais pas vu la prison si j’étais le fils de Slim Chiboub[5]

Hé Président, hé avocats, hé conseillers

Comme vous avez fait pleurer mon père, ton père je vais lui faire la misère

C’est le quartier de Kandahar, il est trop tard

Ma main gauche est le diable, ma main droite Abou Iyadh[6]

Ils ont profité de moi, j’étais à leur merci

Hier j’ai dormi chez moi et ce soir dans un cachot

Maman ne pleure pas, ils ne m’ont pas martyrisé

Je ferai manger du shit à la mère du flic qui m’a fait tomber

Les flics sont des chiens et moi je me demande d’où viennent les aboiements, vas-y dis moi ils viennent d’où ?

Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens

Hé le chien abois, Hé le chien abois, Hé le chien abois,

Les flics sont des chiens,

Hé le chien abois, Hé le chien abois, Hé le chien abois,

Les flics sont des chiens,

Charge ton arme hé flic, tirez sur nous

On est shootés à mort, si tu nous tires dessus on va rien sentir

Tu veux prendre ma carte d’identité, non on vous la donne pas

Et pour l’aïd je veux égorger un flic humm à la place du mouton

Ils nous ont couru après dans quartier, ils ont pas pu nous attraper

La « rafle » ramasse tout, le quartier est noir tellement il y a de serpents[7]

Si tu cherches du shit sur moi tu vas pas en trouver

C’est la génération arrête les études et fume du shit

C’est comme ça qu’on vit hé flic

On n’a rien à cacher

Vous nous avez dégoûtés en civil, il n’y a que Dieu qui connait notre souffrance

Tu veux me faire tomber, tu me passes les menottes

Oublie-moi et lâche-moi putain

Laisse le quartier hé petit serpent

Tu nous fais flipper avec la prison

Tu joue le dur hé guignol

Tu portes un caleçon sur la tête[8]

Je suis un fou moi et je vais t’humilier

Comme tu m’as déjà baisé, aujourd’hui je viens pour te l’enfoncer

Les flics sont des chiens et moi je me demande d’où viennent les aboiements, vas-y dis moi ils viennent d’où ?

Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens

Hé le chien abois, Hé le chien abois, Hé le chien abois,

Les flics sont des chiens,

Hé le chien abois, Hé le chien abois, Hé le chien abois,

Les flics sont des chiens,

De Bouchoucha[9] à la salle de bain des cœurs durs on n’a pas peur

On nique les serpents

Donnes-moi un flingue, je vais les descendre

Vous m’attrapez ou vous m’attrapez pas, je m’en fiche complètement

Je suis toujours défoncé et shooté

Essaie de me faire chier

Les flics sont des chiens ça a toujours été comme ça

Au ministère de l’intérieur il n’y a que des corrompus et des balances

Regarde, regarde, il est debout par respect pour les officiers

On est la génération shootée, la génération pêché[10]

Co co cocaïne, shit, kétamine c’est venu d’où ? C’est vous qui l’avez ramené

Dis-moi d’où vient cette drogue ? C’est vous qui la vendez, c’est vous les fournisseurs

Vous nous avez détruits avec ce poison depuis qu’on est petits

Je vais faire vite, un truc qui me passe dans la tête

On a cru qu’il y avait eu une révolution dans ce pays mais en réalité on s’est fait avoir

Le gouvernement est tombé

On est dans la merde jusqu’au cou

Dédicace aux potes du quartier et aux jeunes opprimés

Les flics sont des chiens et moi je me demande d’où viennent les aboiements, vas-y dis moi ils viennent d’où ?

Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens, Les flics sont des chiens

Hé le chien abois, Hé le chien abois, Hé le chien abois,

Les flics sont des chiens,

Hé le chien abois, Hé le chien abois, Hé le chien abois,

Les flics sont des chiens

Stéphanie POUESSEL
anthropologue et chercheure à l’IRMC-Tunis.

Pour citer ce billet : Stéphanie Pouessel, « Sayeb Tounis ! Œillères, fantasmes et héritages autoritaristes en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 25 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/965


[1] En référence à la campagne Sayeb 15 en soutien au rappeur incarcéré Weld El 15. Expression en arabe tunisien qui signifie « lâche le 15 ! » (laisse le tranquille, libère-le).

[2] « Deux articles sont rédigés d’une façon qui exclut formellement la religion de la définition du caractère civil de l’État : l’article 2 précise que « la Tunisie est un État civil, qui repose sur la citoyenneté, la volonté du peuple et la supériorité de la loi » et l’article 6 indique que « l’État est le garant (râ‘iya) de la religion, il garantit la liberté de croyance, de conscience et du libre exercice des cultes religieux. Il est le protecteur des valeurs sacrées (al-muqaddasât) et garant de la neutralité des lieux de culte et de la foi religieuse quant à leur instrumentalisation partisane », Hmed Choukri, « le projet de Constitution est-il révolutionnaire ? », Le Maghreb émergent, 20 juin 2013.

[3] Le chien représente l’insulte suprême au Maghreb.

[4] Hammadi Bousbii est un homme d’affaire tunisien, notamment président du groupe qui détient la célèbre bière nationale Celtia.

[5] Homme d’affaires tunisien, gendre de Ben Ali.

[6] En Tunisie, il dirige le mouvement salafiste Ansar El-charia.

[7] Animal qui symbolise à la police. La couleur noire réfère aux uniformes des brigades d’interventions

[8] Référence aux cagoules des forces d’intervention.

[9] Centre de détention au Bardo, Tunis.

[10] moubiqat, terme religieux.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook