Archives de catégorie : Psychologie

Atelier doctoral CRASC-IRMC

Compte rendu de l’atelier doctoral co-organisé à Oran au siège du Centre de Recherche et d’Anthropologie Sociale (CRASC) par le CRASC et l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) de Tunis, 7-10 décembre 2014.

La première session de l’atelier doctoral co-organisé par l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) de Tunis et le Centre de Recherche et d’Anthropologie Sociale (CRASC) a rassemblé une vingtaine de jeunes chercheurs algériens en sciences sociales à Oran. Historiens, sociologues, linguistes ou psychologues, les doctorants ont fait le déplacement depuis différentes villes du pays afin de participer à cet atelier bilingue (arabe et français) de formation consacré à l’« écriture » d’une thèse. Pour accompagner les chercheurs, l’IRMC a sollicité sept enseignants-chercheurs tunisiens et français, issus de différentes disciplines en sciences humaines, telles que l’histoire, la sociologie et les sciences politiques, venus présenter les outils méthodologiques sur le travail au Maghreb.

OranOrganisées en deux temps, les journées se sont déroulées en séances plénières en matinées et des ateliers d’écriture l’après-midi. Lors des trois séances plénières les chercheurs ont abordé les questions de méthodologie, la question de sources et de documentation, et enfin méthodologie appliquée à un objet d’étude particulier. Lors des ateliers d’écriture, des groupes d’étudiants ont été accompagné à la rédaction d’un document de présentation de recherche en arabe et en français. Nous revenons ici sur quelques unes des interventions :

Intervenant en arabe, Imed Melliti (enseignant-chercheur IRMC, Tunis) a rappelé quelques évidences concernant la centralité de l’écriture et de la fonction de l’auteur dans les sciences sociales. Il est revenu sur l’analyse de la nature des difficultés et des problèmes que pose le travail d’écriture aux chercheurs, notamment les plus jeunes d’entre eux, mais aussi sur les enjeux qui se rapportent à ce travail. Ces enjeux peuvent être ramenés à trois registres différents : la scientificité, la déontologie, la lisibilité.

Aurélia Dusserre (Maître de Conférences à l’Université d’Aix-Marseille) a rappelé la nécessité du respect des normes et des règles de présentation d’une bibliographie, dont la précision met en valeur le travail d’un doctorant et donne de la crédibilité à son travail. Pour l’historien, la bibliographie est le troisième acteur dans la recherche car elle permet d’enrichir la compréhension du sujet. Une bibliographie doit elle aussi être questionnée et analysée. Pour les évaluateurs, la bibliographie permet de déceler l’appareil critique développé par l’étudiant durant sa recherche. Faisant référence à l’ouvrage de l’historien Marc Bloc Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, Aurelia Dusserre est revenue sur l’élément essentiel des notes de bas de pages dans le travail d’un historien : « le plus utile de ces ouvrages, c’est souvent à la cave qu’il le faut chercher »[1].

Fayçal Chérif (historien enseignant-chercheur à l’IHSTC Tunis) a souligné la nécessité de définir un plan d’écriture et a tenté de rappeler ce qu’il faut éviter lors des premiers pas dans la rédaction. Outre la définition des termes du sujet, qu’il faut aborder du centre à la périphérie, il a recommandé aux étudiants de procéder rapidement à la rédaction d’un résumé de thèse avec des mots clefs et d’un plan provisoire. Aussi, il a rappelé que la maitrise de différentes langues conditionne l’accès aux sources des étudiants.

Leila Blili (professeure d’histoire à l’Université de la Manouba) est intervenue en arabe sur l’importance de la comparaison pour l’histoire du Maghreb et de sortir des histoires nationales pour voir ce qui se passe « chez les voisins ». Selon elle, le cadre de l’Etat national oblitère certains faits et veut montrer des particularités qui n’en sont pas. Comparer est aussi enrichissant pour le travail car c’est changer d’échelles, réfléchir aux trajectoires individuelles, à des biographies en les croisant avec des histoires plus macroscopiques.

Kmar Bendana (chercheure à l’ISHTC et associée à l’IRMC) a appelé les doctorants à déconstruire l’usage d’internet en l’investissant par eux-mêmes. Il existe trois manières d’utiliser internet : la collecte de l’information, la recherche de cas comparables et l’écriture. Le risque étant de ne pas tomber dans l’excès de l’usage de cet outil, c’est-à-dire le plagiat. Lors de son intervention elle a fait la démonstration aux jeunes doctorants que l‘outil informatique Wikipedia, pouvait être un espace à investir. En effet, le côté participatif de l’encyclopédie en ligne est un exemple intéressant parce qu’il offre un terrain de rédaction collective, participative, soumise à une veille rédactionnelle. Aussi, elle propose que les notices de Wikipedia qui intéressent le chercheur deviennent objet d’attention et de réécriture. L’exercice est plus profitable collectivement car il peut servir en lui-même d’atelier renouvelable selon le sujet choisi.

Durant son intervention, Sonia Hasnia Missaoui (chercheure à l’IRMC, Tunis) est revenue sur l’observation en tant que technique qui s’inscrit dans une approche dite qualitative et/ou compréhensive. L’observation renvoie donc à la méthode qui consiste à faire un travail de terrain, en se rendant sur place par une présence continue pour assister et éventuellement participer aux faits que l’on veut étudier. Cette présence continue et durable est le gage d’une immersion au sein de laquelle l’observation du quotidien et sa description occupent une place majeure. Le recueil des données se fait par la tenue d’un journal dans lequel sont consignés ces observations, la description des situations, les entretiens, les impressions de l’observateur, éventuellement des dessins, des cartes, des plans, des photos, des documents… Il peut s’agir de l’observation participante, de l’observation directe ou encore de l’observation distante ou flottante.

Lors de la dernière matinée, un doctorant de chaque groupe de travail a pu lire la présentation de ses travaux en deux langues, arabe et français selon les règles méthodologiques qui leur ont été édictées. Cet exercice a permis à des doctorants parfois à un niveau très avancé, de redéfinir les termes de leur sujet ou de circonscrire leur problématique. Plus qu’un apprentissage, cet atelier a permis de réaliser le travail qui leur restait à entreprendre pour finaliser leur recherche.

Sarah ADJEL

est doctorante à l’IMAF (Institut des Mondes Africains) de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et boursière d’aide à la mobilité internationale (AMI) du MAE auprès de l’IRMC.

Pour citer ce billet : Sarah Adjel, « Atelier doctoral CRASC-IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 12 juin 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1859.

———-

[1] Marc Bloch, [1949] 1952, Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, 2e éd., Paris, Armand Colin, « Cahiers des Annales », p. 40.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » Nouveaux supports, nouvelles pratiques

3Projet GDRI « Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » Nouveaux supports, nouvelles pratiques« , labellisé par le CNRS porté par l’IRMC (USR 3077) et le CERLIS (Université Paris 5), sous la responsabilité de Sihem Najar et Pierre-Noël Denieuil. Pays des participants : Tunisie, Algérie, Maroc, France, Espagne. Champs disciplinaires : sciences de l’information et de la communication, sociologie, psychologie, économie, marketing.

Compte-rendu de la réunion du 21-22 juin 2013.

L’objectif de cette réunion visait une première prise de contacts entre les membres de l’équipe constituée lors de l’appel à candidature, puis d’autres membres cooptés depuis,  et un état des lieux des potentialités et des actions projetées pour les années à venir.

– Ont été d’abord rappelés les objectifs généraux du GDRI, sur les points suivants : 1. Initier un réseau de recherche interdisciplinaire transméditerranéen qui croise des institutions et des approches différentes (constituer pendant 4 ans une sorte de laboratoire de recherche  sans murs). 2. Permettre au travers de ce réseau l’échange des connaissances et des expériences. 3. Développer une analyse comparative des usages sociaux des nouveaux médias dans la région méditerranéenne.

– Ont été présentés ensuite les trois ouvrages issus du programme de recherche dirigé par Sihem Najar à l’IRMC, qui est à l’origine du présent GDRI. Ils constituent une trilogie parue aux éditions Karthala/IRMC en 2012 et 2013 : 1. Les nouvelles sociabilités du Net en Méditerranée. 2. Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe. 3. Les réseaux sociaux sur Internet à l’heure des transitions démocratiques.

I. Thèmes prioritaires. Après un tour de table de présentation des équipes et des chercheurs, ont été discutées les thématiques prioritaires et les thèmes fédérateurs pour les prochaines rencontres. Ces thèmes devant se situer dans l’un des 4 axes définis lors du projet de candidature, à savoir :

            Axe 1. Les transformations des liens sociaux en Méditerranée à l’ère des TIC.

            Axe 2. Le processus communicationnel et l’interactivité concepteurs – usagers.

            Axe 3. Le cyberactivisme et les mouvements sociaux en ligne.

            Axe 4. La dimension linguistique dans les échanges établis grâce aux TIC

Les propositions des membres se résument en trois thématiques principales, sur lesquelles pourront s’articuler des sous-thématiques spécifiques. Ces thématiques énoncées ci-dessous ont été développées par le groupe et seront reprises dans l’argumentaire ci-joint pour les journées d’Oran.

1. Repenser l’espace temps du global au local. Incluant les questions de mondialisation des liens et des biens culturels, de liberté/surveillance, et de marchés globaux/espaces locaux.

2. La question des usages (appropriation, représentations…). Incluant les thématiques de la relation technologie/société, des pratiques discursives, des interactions concepteurs/usagers et de l’innovation.

3. Mobilisation des TIC et de l’action dans l’espace public  (politique). Incluant les thématiques des rapports industries culturelles/champ sociopolitique, des usages professionnels et du journalisme, des médias face au pouvoir politique.

Question transversale aux trois thématiques : On a tout d’abord évoqué la nécessité d’organiser des workshops thématiques dans le cadre du GDRI. Constituer des équipes de travail restreintes en binômes ou tripartites, liées aux problématiques et interrogeant les avancées des uns et des autres. Ces workshops alterneraient avec les séances plénières et permettraient de questionner la méthodologie et les modalités de l’approche comparative.

Questions abordées : Méthodes et objets  de recherche. Les bons outils d’observation et la construction d’un appareillage adapté. Quelles différentes méthodes en sciences sociales, appropriées pour aborder les objets numériques multiples, leurs concepts spécifiques et transversaux ?

Autre considération : Il ne faut pas que ce GDRI soit une simple juxtaposition de travaux, de terrains, de points de vue ou de méthodologies mais plutôt une véritable comparaison et un croisement des différents travaux menés. Il faut créer des zones de frontières pour que tout le monde puisse y participer.

II. Les activités du GDRI en programmation. On a évoqué la nécessité de rendre visibles et publics les travaux du GDRI par la création d’un outil de communication pouvant permettre aux membres d’échanger les informations, les documents et les points de vue relatifs à leurs travaux (Google drive, hypotheses.org, Facebook ou autres plateformes). Par ailleurs cet espace peut être ouvert aux publics externes souhaitant suivre nos activités. Abdel Benchenna se propose de prendre en charge la mise en place de cette plateforme avant la fin de septembre.

1. La prochaine activité du GDRI a été présentée par Chirine Ben Abdallah (doctorante). La journée d’études en question s’est tenue à l’IRMC le 28 juin 2013 sur : Transformations sociopolitiques et médias au Maghreb. Les nouveaux paysages télévisuels en Tunisie et les défis du passage à la démocratie. Elle sera suivie par une deuxième journée d’étude à Paris au troisième trimestre 2014. Une publication est envisagée.

2. La rencontre d’Oran. Par la suite ont été discutés les points concernant la prochaine rencontre d’Oran et le calendrier GDRI 2014-2016. Comité d’organisation : Pierre-Noël Denieuil, Aïda Fitouri, Mustapha Medjahdi, Vincent Meyer, Sihem Najar et Zeineb Touati. La date du 24-25 novembre 2013 a été retenue. Le thème de la rencontre intègrera les trois axes proposés ci-dessus et sera intitulé : Communication et recomposition des liens sociaux à l’heure des TIC. Chaque intervention sera commentée par un discutant qui insistera notamment sur la question méthodologique. On pourrait prévoir au milieu du séminaire une séance ou table ronde Workshop sur la méthodologie. 2 ou 3 intervenants extérieurs, susceptibles à terme de rejoindre le GDRI, pourraient être invités à communiquer.

Certains participants évoquent la difficulté d’y présenter un travail achevé et souhaitent que l’on donne plutôt un thème d’intervention permettant de présenter les enquêtes en cours. D’autre part, tous ne pouvant pas toujours assister aux RDV fixes, il faut trouver un moyen permettant le suivi des travaux par tous les membres. L’idée du workshop est à ce titre, intéressante.

 

III. Calendrier GDRI 2014-2015-1016. Fréquence des réunions (nommées rencontres, journées d’études ou colloques): tous les 6 mois.

Calendrier prévisionnel :

24/25 novembre. Oran/Algérie.

29-30 avril 2014. Rabat/Maroc.

Automne 2014. Malaga.

22-23 Avril 2015. Bejaïa.

Automne 2015. Toulon-Nice

Avril 2016. Sousse/Tunisie

Octobre 2016. Tunis ou Paris.

Répartition par groupes thématiques, des participants

Thème 1 : Repenser l’espace temps à l’ère des TIC

Dominique Carré, Professeur en sciences de l’information et de la communication, Labsic Paris 13.

Michel Durampart, Professeur des universités du Sud Toulon Var (UNS) en sciences de l’information et de la communication (SIC), I3M-Toulon

Francis Jauréguiberry, Professeur des Universités, Sociologie, Université de Pau

Vincent Meyer – Sociologue – Professeur des universités, Directeur-adjoint du Centre de recherche sur les médiations, Metz.

Marta Severo, chercheuse post-doc et chargée de communication pour le Groupement d’Intérêt Scientifique Collège International des Sciences du Territoire de Paris

Jean Max Noyer, chercheur I3M Toulon.

Hammad Sqalli, doctorant et chercheur au CESEM

Zeineb Touati ben Ali, Maître de Conférences à l’Université du Havre.

Thème 2 : La question des usages (appropriation, représentations…).

Miguel de Aguilera, Professeur en Communications. Chaire de communication et audiovisuel, Université de Malaga.

Hajer Bellalouna, Maître-assistante Sup’Com Tunis.

Chirine Ben Abdallah, Doctorante – IRMC.

Abdel Benchenna, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Labsic Paris 13.

Sarra Ben Jannet, Institut du cinéma, Université de Carthage.

Rached Ben Khalifa, Institut du cinéma, Université de Carthage.

Dominique Carré, Professeur en sciences de l’information et de la communication, Labsic Paris 13.

Sofiène Chérif, Professeur – Sup’Com Tunis.

Julien Denieuil, doctorant en sciences de l’information et de la communication au sein du LabSic, Université Paris 13.

Pierre-Noël Denieuil, Directeur de l’IRMC

Aïda Fitouri, Docteure en SIC, IRMC.

Francis Jauréguiberry, Professeur des Universités, Sociologie, Université de Pau

Driss Ksikes, Directeur du CESEM, Rabat.

Mustapha Medjahdi – Sociologue – chercheur au CRASC, Division de recherche: Socio-anthropologie de l’Histoire et de la mémoire.

Jean Max Noyer, chercheur I3M Toulon.

Kamel Rezgui, Maître de Conférences – Sup’Com Tunis.

Thème 3 : Les nouvelles formes de mobilisation de l’action et de l’espace public

Myriam Achour, Chercheure associée à l’IRMC

Fatma Aït Mous, CM2S

Dorra Ben Alaya, Directeure du département de psychologie, ISSHT Tunis.

Daim Allah Khaled Warda, Université de Béjaïa.

Hamida El-bour, IPSI Tunis.

Aïda Fitouri, Docteure en SIC, IRMC.

Rym Haloues Ghorbel, Doctorante en sociologie.

Koch Olivier, Labsic Paris 13

Abdelouahab Makhloufi, Université de Béjaïa

Imed Melliti, Maître de Conférences – ISSHT Tunis.

Aissa Merah – Maitre de conférences en Infocom, à la FSHS, Bejaïa

Racha Mezrioui, Maître-Assistante – IPSI.

Hayet Moussa, enseignante-chercheure – ISSHT.

Sihem Najar, Chercheure détachée à l’IRMC,

Robert Panico, Labsic Paris 13

Modération du workshop de Rabat :

Bertrand Cabedoche, Professeur en sciences de l’information et de la communication, Chaire UNESCO et Gresec, Université Grenoble-Alpes.

 

IV. Douze partenaires de part et d’autre de la Méditerranée

COMMED est un réseau de douze institutions universitaires et de recherche dont les membres impliqués dans le projet contribueront à l’approfondissement des cinq axes thématiques en apportant un cadre théorique, un dispositif conceptuel et des outils méthodologiques propres à leur champ disciplinaire.

– Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), Tunis
– Lexiques, dictionnaires, informatique (LDI), Paris
– Laboratoire Société, environnement, territoire (SET), Pau
– Laboratoire des sciences de l’information et de la communication (LabsSic), Villetaneuse
– Centre d’études européennes de Sciences Po (CEE), Paris
– Laboratoire de recherche Communication, signal et image (COSIM), Tunis
– Unité de recherche Traitement informatique du lexique (TIL), Sousse
– Unité de recherche Médias et société, Tunis
– Centre national de la recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC), Oran
– Équipe de recherche Les réseaux sociaux en Algérie, Béjaïa
– Centre d’études sociales, économiques et managériales (CESEM), Rabat
– Centre marocain des sciences sociales (CM2S), Casablanca

Le projet bénéficie du soutien de l’Institut français de Tunisie (IFT), du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de la direction de la Recherche du ministère français de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du Centre d’études et de recherches économiques et sociales (CERES).

 

Aïda FITOURI et Pierre-Noël DENIEUIL

Aïda Fitouri est chercheure en science de l’information et de la communication et chercheure associée à l’IRMC.

Pierre-Noël Denieuil est sociologue et l’ancien directeur de l’IRMC, de septembre 2008 à août 2013.

Pour citer ce billet : Aïda Fitouri et Pierre-Noël Denieuil, « Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » Nouveaux supports, nouvelles pratiques », Le Carnet de l’IRMC, 25 novembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1321

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

Depuis 2008, date de la signature d’une convention avec le CRASC (Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle) d’Oran, l’IRMC entretient d’étroites relations avec la recherche et l’Université algérienne. Depuis fin 2008, les actions menées ont été soutenues par le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France d’Alger.

État de la recherche en Algérie

Le paysage algérien de la recherche a été structuré dans la dernière décennie par deux lois quinquennales, celle de 2002-2007 qui a précisé le statut des enseignants-chercheurs et des centres de recherche, puis celle de 2008-2013 qui a instauré une structure permanente et autonome de coordination de la recherche (DGRST, Direction générale de la recherche scientifique et technique ; CNRST, Conseil national de la recherche scientifique et du développement technologique ; CSNER, Conseil scientifique national d’évaluation de la recherche). Chaque ministère est doté d’une unité sectorielle permanente constituée d’experts. Les services actuellement en place toutes disciplines scientifiques confondues concernent 803 laboratoires de recherche repartis sur 36 universités, 15 centres universitaires, 16 écoles nationales, 5 écoles normales supérieures, 10 écoles préparatoires et 25 centres de recherche hors université. 25 000 étudiants sont actuellement inscrits en thèse, mais seulement 800 sont soutenues chaque année. On relève une difficulté qui est celle du manque d’enseignants de rang magistral, soit 11 000. De 2002 a 2007, l’Algérie a enregistré une forte croissance du nombre de ses chercheurs, alors que celui-ci déclinait parallèlement en Europe et aux États-Unis (4 %). Le secteur des sciences sociales occupe la 3e place après les sciences et techniques et les sciences fondamentales. En règle générale, on constate une désaffection de la présence des SHS dans la réponse aux appels d’offre proportionnellement à la part des autres sciences. En matière d’édition, le livre y représente un enjeu fort alors que les autres sciences privilégient la publication d’article. Notons la difficulté des chercheurs algériens à trouver une place dans des revues indexées.

Les partenariats scientifiques

AlgérieEn matière de recherche institutionnalisée, les deux principaux interlocuteurs de l’IRMC ont été le CREAD (Centre de recherche en économie appliquée au développement), partenaire d’un programme FSP avec le LISE CNAM (Paris) sur l’entrepreneuriat maghrébin, et le CRASC à Oran qui noue dès 1992 une pratique de recherche collective dans un contexte d’isolement international et de lent accompagnement des jeunes chercheurs. L’IRMC s’est attaché ces dernières années à construire un réseau multilatéral tenant compte des coopérations collectives entre chercheurs et institutions multiples, sur la base d’organisation de journées d’études et de séminaires débouchant sur des publications, et d’accueil régulier de boursiers et chercheurs. Un partenariat scientifique, soutenu par l’AUF a permis d’organiser des réunions internationales avec le CRASC d’Oran en avril 2009 et février 2010 sur la thématique de la crise du travail et de l’employabilité, en septembre 2012 sur le chômage et l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Il a permis de mettre en relation, sous l’égide de l’IRMC, l’équipe oranaise avec des enseignants chercheurs tunisiens de l’Université de Sfax, de l’ISSHT de Tunis, de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, de l’Institut national du travail et des études sociales de Tunis (INTES) et du LISE-CNAM/CNRS Paris. Dans cette perspective, un projet d’ouvrage est à l’étude sur les questions du chômage et de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, devant s’élargir prochainement aux chercheurs marocains. Enfin et simultanément, une autre collaboration de l’IRMC et du CRASC a donné lieu à l’automne 2012 à la publication conjointe (coédition) d’un ouvrage sur Le Maghreb et l’indépendance de l’Algérie, sous la direction de Amar Mohand-Amer et Belkacem Benzenine, à l’occasion de la célébration du cinquantenaire (1962-2012). Cet ouvrage, saisissant le « moment historique » dans un éclairage rétrospectif sur son devenir, traite de l’indépendance nationale et des processus de transitions politique et juridique, syndicale, économique et culturelle. Il en évoque les enjeux nationaux (position des Ulémas, statut des femmes, reconversion du mouvement national…). Il en questionne la confrontation et le devenir des valeurs coloniales et nationales – les anticolonialismes juifs et européens et l’idée de nation algérienne, l’exode des rapatriés, le devenir des Harkis. Outre l’originalité de son approche pluridisciplinaire – de l’histoire à la sociologie et à la littérature, en passant par les sciences juridiques, politiques et économiques –, ce travail s’inscrit dans un échange générationnel novateur. S’y font écho les analyses de chercheurs confirmés spécialistes des questions traitées, avec celles de nombreux doctorants qui livrent les conclusions de leurs premières recherches. Il s’agit là d’une innovation communicationnelle et éditoriale qui a pris la forme d’une publication simultanée. Grace à l’accord des deux centres et éditeurs, et sur la base d’un même manuscrit fabriqué par l’IRMC, cet ouvrage a pu sortir aux éditions Karthala en France, et aux éditions du CRASC en Algérie (sous le titre Les indépendances au Maghreb), ce qui lui garantit la meilleure diffusion de part et d’autre.

Une importante collaboration universitaire a été engagée en 2010 avec l’Université d’Alger 2 Bouzarea et son département de sociologie, avec le soutien du service de coopération universitaire du SCAC de l’Ambassade de France en Algérie. La thématique retenue en a été la question de la jeunesse et des violences scolaires au Maghreb. Une première rencontre s’est tenue à Tunis les 8 et 9 mars 2011. Celle-ci a associé l’IRMC, le Département de sociologie d’Alger, l’Université de Franche-Comté, avec le laboratoire C3S (Culture, Sport, Sante, Société) coordonné par Gilles Ferreol. Elle a réuni 15 chercheurs, dont 6 Algériens, 3 Français, 1 Libyen, 1 Mauritanien et 4 Tunisiens. Une seconde rencontre a eu lieu les 17 et 18 décembre 2011 à Alger, dans un partenariat renforcé avec les chercheurs tunisiens, par l’implication de membres de l’INTES). Ce colloque a rassemblé sous l’égide de l’IRMC une équipe de 7 communicants tunisiens, quatre français et un libyen. 5 communications ont été présentées par l’Université d’Alger 2. En présence d’un public d’enseignants chercheurs, d’étudiants, et de praticiens, évalue entre 100 à 200 personnes/jour. Les Actes de ces manifestations sont sous presse aux éditions Inter-communications (Fernelmont, collection « Mondes méditerranéens »).

Mises en réseaux et échanges scientifiques

En 2010, une importante mise en réseaux scientifiques a été conduite par deux chercheurs boursiers de l’IRMC. L’une sur « L’histoire de la nationalité algérienne et la constitution d’une nationalité post coloniale dans les pays du Maghreb » (Noureddine Amara), avec d’une part les Archives Nationales d’Algérie et d’autre part les Archives de Wilaya à Oran et à Constantine, en relation avec les Archives diplomatiques de Nantes ; dans ce cadre, a été organisé à l’IRMC le 30 avril 2011 une journée d’échanges scientifiques sur les « Nationalités et empires au prisme de la question de la souveraineté », par la mise en réseau d’historiens et de politologues sur « Etats et nationalités au Maghreb ». L’autre sur « Les artistes peintres et la guerre d’Algérie de 1954 à nos jours » (Emilie Goudal), avec le CCF d’Alger, le centre des Glycines, la bibliothèque du Musée national des Beaux-arts d’Alger, et le Centre des Archives du ministère algérien de la Culture. À ce titre, des contacts sont régulièrement entretenus avec le Centre d’étude et de recherche Les Glycines à Alger qui a reçu à plusieurs reprises des chercheurs de l’IRMC. Dans le cadre de l’animation et de la création de liens scientifiques depuis l’IRMC, notons de réguliers échanges visant à la construction de réseaux par la valorisation et la connaissance des travaux algériens à partir des programmes de recherche, des animations et des productions scientifiques de l’IRMC. Ainsi les rencontres sur Le Maghreb et ses africanités, l’identité nationale au regard de ses altérités coordonnées par Stephanie Pouessel, ont permis de mieux connaitre les travaux du CNRPAH d’Alger sur la negrophobie en Algérie, ou de l’Université de Birzeit a Ramallah (Palestine) sur l’intégration des Noirs en Algérie. De même les journées sur Les mouvements sociaux en ligne, cyberactivisme et nouvelles formes d’expressions en Méditerranée coordonnées par Sihem Najar, ont contribué à interroger « les mouvements sociaux en ligne et les nouvelles formes d’expression contestataire à travers l’exemple algérien » (Université d’Annaba), et « les jeunes et l’usage politique de l’Internet en Algérie » (CRASC d’Oran). Des contacts avec l’Université de Bejaïa ont de même été amorcés, notamment avec les Départements communication, économie managériale et sociologie sur les thèmes de l’entrepreneuriat transméditerranéen ainsi que sur les usages de l’Internet. À ce titre l’equipe de Bejaïa fait partie du projet de GDRI présenté par l’IRMC au CNRS sur les pratiques des NTIC en Méditerranée. Citons aussi les présences invitées de représentants du LISODIL Laboratoire de Linguistique, Socio-linguistique et Didactiques des Langues d’Alger 2 (programme Dire en langues coordonné par Myriam Achour-Kallel), et de l’Institut d’Archéologie d’Alger 2 (cycle tourisme et patrimoine). Outre l’accueil de nombreux chercheurs du CRASC, mentionnons l’invitation régulière de conférenciers algériens autour des animations scientifiques, telles les conférences de Mme Hallouma Cherif (Université d’Oran), sur « La construction de l’identité personnelle chez les algériennes », ou de M. Youcef Fatès sur « l’histoire des usages sociopolitiques et associatifs du sport en Algérie ».

Les formations doctorales

Poursuivant l’objectif d’encourager les jeunes chercheurs algériens, déjà maitres assistants à l’université, à finaliser leur thèse et à développer la méthodologie de la soutenance, l’IRMC a organisé en partenariat avec le Consortium des Universités de l’Est-algerien (universités de Skikda, Annaba, Constantine, Guelma, Oum el-Bouaghi) et avec le soutien du SCAC d’Alger, du 7 au 12 décembre 2009 à Hammamet, des « Doctoriales en sciences humaines et sociales : formation à la méthodologie et aux techniques de recherche ». Puis une seconde session s’est tenue à Sousse en décembre 2010, rassemblant sur cinq jours trente doctorants et 8 encadrants autour de deux objectifs : « la finalisation de la thèse » et « l’écriture des articles scientifiques », en collaboration avec le Consortium des universités de l’Est algérien et le CERES de Tunis et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Ces actions visent à assurer un soutien et un accompagnement méthodologique et théorique aux doctorants, en les aidant à dépasser les blocages, à s’intégrer dans le monde de la recherche et à valoriser leurs compétences en matière de rédaction d’articles scientifiques à partir des thèses en cours. Dans la même perspective, s’est tenu à Oran les 17-21 janvier 2013 une école doctorale algero-tunisienne (16 doctorants dont 8 Algériens, 8 Tunisiens et 6 encadrants) ayant pour thème « Les représentations sociales : théories et approches méthodologiques », co-organisée entre l’IRMC et la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Oran (Département de psychologie), la Maison du Doctorant (Universite d’Oran), l’Institut Supérieur des sciences humaines et sociales de Tunis, avec une conférence du Pr. Denise Jodelet, directrice d’études à l’EHESS Paris. Notons aussi dans le cadre de l’atelier doctoral Les méthodes d’observation en démographie et sciences sociales, Hammamet (Tunisie), 18-20 juin 2012 co-organisé par l’ED-FSHST-Tunis – INED Paris- IRMC-Tunis, CRASC-Oran, AMER-Maroc, la prise en charge et la formation de 5 étudiants du CRASC-Oran.

L’accueil des boursiers

Outre l’accueil d’une dizaine de séjours scientifiques de courte durée (avec le CRASC d’Oran, l’Université Abderrahmane Mira de Bejaïa), l’IRMC a mis en place avec le soutien du SCAC de l’ambassade France à Alger une coopération transversale Sud/Sud en matière d’accueil (un à trois mois), de boursiers francophones. À ce titre en 2010, 2011 et 2012, 12 bourses ont été accordées sur l’Algérie pour une durée de 27 mois. Leurs profils se décomposaient ainsi : résidents en Algérie sur un terrain de recherche situé en Algérie et en séjour dans une université française (cotutelle), résidents en Algérie et en séjour de terrain (comparaison) en France, résidents et inscrits en France ou en Europe et en bourse de terrain en Algérie, résidents en Algérie et inscrits dans des échanges Sud/Sud d’Algérie vers la Tunisie, dans une approche comparative et en séjour de thèse à l’IRMC, résidents en Tunisie et en séjour de terrain en Algérie. Les thématiques des travaux proposés recouvraient de vastes thématiques disciplinaires : le projet de vie des adolescents marginaux en réinsertion sociale à Oran (psychologie), les violences scolaires en milieu urbain sensible à Constantine (sociologie), les centralités périphériques des villes de l’Est-algérien (géographie urbaine), les associations féminines en Algérie, en Tunisie et au Maroc (sociologie), les petites et moyennes entreprises algériennes (socio économie), le colonialisme dans les relations franco-algériennes (sciences politiques), les politiques publiques et l’espace commémoratif de l’Algérie coloniale (histoire), les proverbes kabyles (socio anthropologie), les systèmes oasiens en Algérie (géographie rurale), la femme ibadite dans la région du Mzab (anthropologie), étude comparative de l’histoire des archives tunisiennes et algériennes (histoire)…

De manière à capitaliser et à valoriser les aides ici évoquées, l’IRMC étudie actuellement un projet de « seminaire-atelier d’écriture » rassemblant 15 boursiers algériens suivis par lui en 2010, 2011 et 2012, en vue de l’écriture d’un article synthétique et à paraître dans un collectif consacré à la jeune recherche, Penser la société algérienne aujourd’hui. Enfin, il importe de souligner que les actions conduites par l’IRMC ne s’inscrivent pas seulement dans une relation bilatérale entre la France et l’Algérie. Les chercheurs algériens reçus à l’IRMC ou invités dans des programmes en réseaux y découvrent notamment leurs homologues tunisiens ou marocains. L’IRMC devient alors un passeur, assurant en corollaire de sa présence francophone, une position de coordinateur scientifique international et de relais intra maghrébin.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013 », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1245

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les méthodes d’observation en démographie et sciences sociales

Compte rendu d’atelier de recherche sur « les Méthodes d’observation en démographie et sciences sociales » Hammamet- Tunisie, 18-20 Juin 2012.

L’École doctorale de l’Université de Tunis, l’Institut National des Études Démographiques (INED-France), Institut de recherches sur le Maghreb contemporain (Tunis) le laboratoire de recherche en Anthropologie de la Santé GRAS (Oran), et l’Association Marocaine de recherches et Études sur la migration (Amerm-Rabat) ont organisé entre le 18-20 Juin 2012 à Hammamet-Tunisie, un atelier de recherche sur le thème, les Méthodes d’observation en démographie et sciences sociales.

En rappel, cet atelier de recherche s’inscrit dans le cadre d’une continuité d’événements scientifiques organisés entre des chercheurs tunisiens et des chercheurs de l’INED et qui ont débuté depuis 2006. Avec l’implication de l’IRMC dans l’organisation, les rencontres scientifiques sont devenues plus consistantes et se sont focalisées essentiellement sur les questions de migration. Les précédentes rencontres avaient pour thèmes :

Migrations : Quelles perspectives. Nouveaux défis, nouveaux axes de recherche, ONFP, 29-30 novembre 2006, Tunis.

Les migrations internationales au Maghreb depuis le XVI siècle, « Colloque international », CERES-INES-EHESS, novembre 2008, Tunis.

Migration en Méditerranée et crise internationale, CERES-IRMC-INED, Colloque de 25-27 Juin 2009, Tunis.

Changements démographiques, territoire des populations et identité au Maghreb et en Méditerranée occidentale, Académie Tunisienne des Sciences, des Lettres, et des Arts-IRMC-INED, Colloque 26-27 Mai 2011, Carthage.

Le choix du sujet de cette année était motivé par le vide dont souffre l’Université tunisienne, notamment, dans les écrits sur la méthodologie de recherche en démographie. Pour cette raison, notre atelier de recherche avait pour objectif de :

1) Créer un courant d’échanges scientifiques entre les différents acteurs de la recherche en démographie au Maghreb et en France

2) Susciter parmi les étudiants maghrébins préparant des Masters et des Doctorats un intérêt pour les études et les recherches portant sur les questions de population.

3) Créer une dynamique de recherche commune autour des questions de population en général et cela en regroupant des chercheurs et des post-doc, ou des étudiants préparant des Master et des Doctorats, aussi bien dans les pays du Nord que ceux du Sud de la Méditerranée (perspective de codirection de thèses et mémoires).

4) Permettre aux étudiants maghrébins et aux jeunes chercheurs d’exposer leurs travaux, et de bénéficier de l’expérience acquise par des chercheurs plus expérimentés.

5) Consolider et étoffer le réseau de chercheurs de différents pays travaillant sur les mêmes axes de recherches.

6) Mobiliser les compétences dans les différentes disciplines (démographie, géographie, sociologie, économie, gestion, statistique, histoire…) et cela afin de converger vers une analyse multidisciplinaire et multiculturelle de la problématique de la population.

7) Fournir aux étudiants et doctorants maghrébins une plus grande ouverture et une formation sur les approches et les méthodes d’analyse utilisées en démographie et plus largement en sciences sociales

8) Apporter aux postulants européens une plus grande connaissance sur les sujets traités aux Sud, d’avoir une plus grande connaissance du terrain et d’élargir leur réseau de contact

9) Faire bénéficier les jeunes chercheurs maghrébins de séjours scientifiques ou d’un apport bibliographique que peuvent fournir une institution comme l’INED.

10) Permettre aux jeunes chercheurs français et éventuellement européens qui travaillent sur des sujets se rapportant au Maghreb, d’avoir un premier contact avec l’environnement universitaire maghrébin pour un éventuel séjour ou une éventuelle coopération de recherche.

11) Aider et préparer les jeunes chercheurs à faire la jonction entre les problèmes sociaux et politiques d’une part, les instruments statistiques et démographiques les plus aptes à leur traitement, de l’autre (modèles, théories, simulations).

Le public concerné était les doctorants intéressés par les questions de population, dans une démarche quantitative (traitement de bases  de données : enquêtes, recensement, etc.) ou qualitatives (entretiens, archives, etc…).

Par ailleurs, cet atelier avait pour objet l’approche des méthodes d’observation en sciences sociales à travers la présentation de différentes sources et différents outils de traitement.

– outils de la démographie (suivi de cohortes, analyse biographique…)

– sources en démographie (statistique publique, archives…)

– méthodes d’enquête (échantillon, questionnaire…)

– analyse des données (multivariée, logistique, …)

– traitement de données textuelles (questions ouvertes, entretiens…)

– méthode d’analyse de données longitudinales

– outils de la représentation cartographique

Cet atelier s’est tenu durant trois jours à Hammamet, et il a vu des interventions variées en fonction des thématiques de recherches des intervenants.  Les participants étaient composés de :

9 chercheurs de l’Institut National des Etudes Démographiques

5 chercheurs de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis

Monsieur le directeur de l’IRMC, lui-même chercheur.

Une doctorante de l’INED

2 Doctorantes de l’IRMC

3 Doctorantes de l’Université Mohamed V – Rabat.

5 Doctorants du CRASC-Oran.

Doctorants de l’Université de Tunis

Doctorants de l’Université de Sfax

Doctorants de l’Université du Centre

La séance d’ouverture a été présidée par le Pr Amor Belhedi. Dans son allocution d’ouverture de l’atelier de recherche M. Noureddine Kridis le doyen de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis a insisté sur l’importance des activités scientifiques réalisées en coopération notamment en sciences sociales. Il a souligné qu’il portera tout son soutien à ce genre d’initiatives qui ne peuvent être que bénéfiques pour la recherche et notamment pour les jeunes chercheurs.

Puis, se sont suivis les représentants des différentes équipes organisatrices, Mme France Guérin-Pace, responsable de l’UR 12 de l’INED, M. Pierre-Noël Denieuil directeur de l’IRMC, M. Adnane Hayder directeur l’école doctorale de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis et M. Hassène Kassar coordinateur de l’atelier de recherche. Tous les intervenants ont insisté sur l’importance de cet atelier de recherche. Aussi, ils ont souhaité que cette initiative devienne une tradition de coopération annuelle entre les différentes structures de recherches.

La première Séance a débuté par l’intervention de M. Ali Hammami, intitulée « L’enquête en sciences sociales : problèmes épistémologiques et de méthode ». M. Hammami part de la problématique d’absence de lien entre le cadre théorique et le travail empirique, entachant certains travaux de recherches, pour ainsi exposer un large aperçu sur les fondements épistémologiques d’une part, les méthodes et procédés scientifiques d’autre part, en sciences sociales. Le débat fondateur des sciences sociales repose sur des questionnements d’ordre ontologique, herméneutique et méthodologique. Il en découle des visions et des perceptions du monde différentes, donnant lieu à des processus et des moyens de travail adoptés diverses et variés.

La deuxième intervention fût présentée par M. Mohamed Ali Ben Zina intitulée « L’analyse par génération et l’analyse intergénérationnelle », M. Ben Zina a défini la notion de génération selon plusieurs auteurs (Auguste COMTE, Karl MANNHEIM…etc.), puis il a relevé l’intérêt de l’utilisation de la dite notion en sciences sociales, qui se situe dans trois faits : la mobilité sociale, la reproduction sociale et la transmission générationnelle. Par ailleurs, il existe plusieurs techniques d’analyse intergénérationnelle et d’analyse par génération : Le diagramme de LEXIS, la table de mobilité (ou table de destinée) et la table de recrutement. En illustration empirique, le professeur a exposé le cas de l’étude sur la mobilité éducationnelle en Tunisie.

La deuxième séance fût entreprise par Mme France Guérin- Pace et F. Maillochon intitulée « Echantillon et questionnaire d’enquête », dans cette communication les intervenantes ont expliqué l’élaboration d’échantillon dans le cadre d’enquêtes quantitatives et en absence de données socio-démographiques sur la population (théorie des sondages, base de sondage, tirage aléatoire et son amélioration par stratification ou par grappe). Dans le cas où les données sur la population mère ne sont pas disponibles, on procède par des enquêtes exploratoires probabilistes sans base de sondage dans le cas des TLS : Time Location Sampling (échantillon lieux-temps) ou les RDS Respondant driving sampling (échantillonnage déterminé par les répondants, boule de neige probabiliste).

La communication suivante de B. Garnier et A. Lebugle était intitulée « Cartographier des données statistiques » cette communication a pu intégrer aussi bien une approche théorique que pratique. Elle avait pour objectif de présenter aussi bien les données quantitatives que qualitatives sur une carte, d’identifier la finalité de la carte, de préparer les données, le fond de carte et les variables, de respecter les règles de sémiologie graphique et de créer une carte avec le logiciel Philcarto.

La communication de S. Hohmann : Recueillir le parcours de vie des migrants présentait une enquête auprès des travailleurs migrants en Asie Centrale par une  approche biographique. La chercheure a étudié la trajectoire de 35 migrants dans 7 villages tadjiks et a essayé de reconstruire l’histoire de l’enquêté ainsi que celle de son entourage. Elle a utilisé la méthode biographique Age-Evénement (ageven) pour retracer les événements marquants dans les parcours de vie des enquêtés.

A. Lebugle : Confronter et traiter des sources de données administratives. La chercheure a essayé d’expliquer comment estimer le taux de fécondité en cas de statistiques imparfaites et les différentes méthodes qui ont été utilisées en Iran pour pallier cette imperfection.

 J. Deauvieau : Traiter les données d’enquête par les méthodes d’analyse factorielle. Le chercheur a montré la logique générale de fonctionnement de la méthode AFC : L’analyse factorielle des correspondances utilisée pour explorer un tableau croisé et la méthode ACM qui est une extension de l’AFC quand le nombre de variables est supérieur à deux. En présence de variables numériques l’analyse en composantes principales ACP est utilisée. La séance a été appuyée sur des exemples concrets, et sur le logiciel libre TRIDEUX.

F. Guérin-Pace et B. Garnier : Traitement statistique de données textuelles. Les deux chercheures ont démontré les étapes du traitement des données textuelles (sélection des mots à analyser, construction des tableaux lexicaux et les différentes méthodes d’analyse utilisées : méthode factorielle, les méthodes de classification …) l’exposé a été appuyé par des exemples de logiciel de traitement de données qualitatives SPAD et ALCESTE

M. Blidon : Ethique, terrain et réflexivité. La chercheure a montré les différentes approches de l’éthique et présentation de quelques articles de la charte de l’Association française de sociologie sur la production des connaissances scientifiques, la propriété, le partage et l’archivage des résultats de la recherche, la diffusion de la connaissance, sur la responsabilités envers les subordonné(e)s et les collaborateurs, la responsabilité envers les financeurs, commanditaires, mécènes, clients…responsabilités envers les enquêtés. A la fin de la présentation la chercheure a exposé les règles de la CNIL/CNRS

Dernière journée de l’atelier

K. Kateb : Traitement statistique des enquêtes boule de neige. Exemple des migrants de retour quels impacts ? Quelle politique possible ? A travers trois enquêtes au Maghreb : 2003: Souss-Casablanca, 2006 : MIREM (Algérie, Maroc, Tunisie), 2008: Amerm (Tanger, Tétouan). Le chercheur a utilisé l’analyse multivariée et l’analyse factorielle, ainsi qu’une classification typologique des profils des migrants de retour appliquée aux enquêtes sur la migration de retour.

F. Maillochon : D’une approche individuelle à une approche relationnelle l’apport de la notion de « réseau social ». Cette approche se base sur un niveau d’analyse intermédiaire entre micro et macro-analyse c’est l’étude des relations plus que les individus. Elle privilégie l’étude des pratiques plus que les institutions et l’étude des processus plus que les formes. La chercheure a présenté quelques logiciels qui permettent de représenter graphiquement les « réseaux sociaux ».

A la fin de l’atelier, Madame France Guérin- Pace et Mr Hassène Kassar, se sont félicités du déroulement des travaux, et ont espéré que cet événement devienne une tradition annuelle qui regrouperait les démographes Maghrébins et Français.

Hassène Kassar, Sawssen Fray, Wafa Baba

 

Pour citer ce billet : Hassène Kassar, Sawssen Fray- Wafa Baba, « Les Méthodes d’observation en démographie et sciences sociales », Le Carnet de l’IRMC, 18 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/776

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Dire en langues : des passeurs au quotidien

Compte-rendu de la réunion du programme de recherche , IRMC – 20-21 janvier 2012 , Coordonné par Myriam Achour Kallel

L’anthropologie du langage : Illustration par un épisode national

Quand Moncef Marzouki a employé le mot sâfirât (le 13 décembre 2011 lorsqu’il a prêté serment devant l’Assemblée Nationale Constituante), des reproches ont fusé dans les journaux comme sur la Toile (Facebook et Twitter [1]) à l’encontre de l’usage de ce mot :

d’abord en tant que critère retenu pour différencier des citoyennes tunisiennes [2] (le degré de couverture de leurs corps : un peu, beaucoup, passionnément) mais aussi à cause du mot lui-même : sâfirât a été compris par des citoyens, hommes et femmes confondus, comme stigmatisant les citoyennes qui ont fait le choix de ne pas porter le voile, un peu comme pourrait être compris le mot mutabarrijât (celles qui dévoilent leurs charmes). Aussitôt, un débat social s’est instauré entre les défenseurs du mot et ses détracteurs. Les premiers lançaient aux seconds leur ignorance : le mot, dans le lissân al ‘arab d’Ibn Mandhûr, l’un des dictionnaires de référence, n’était en aucun cas une volonté de stigmatiser mais une pure description des femmes qui ne portent pas le voile. Les seconds rétorquaient que l’utilisation du mot dans lissân al ‘arab, soit sa définition lexicale, était loin de constituer un argument en faveur du discours de Marzouki et que la catégorie sociale à laquelle il renvoyait était négativement connotée. Pour renforcer leurs arguments, de nombreuses pages sur Facebook ont malicieusement relayé des définitions provenant de ce même lissân al ‘arab de mots répandus et largement reconnus socialement comme étant des « gros mots », rappelant leur racine ternaire et concluant qu’il devenait dès lors, et suivant cette logique « authentificatoire », légitime de les employer normalement puisque leurs définitions n’avaient rien à voir avec les significations qui leurs sont données dans les interactions sociales. Par lissân al ‘arab interposé, les deux clans se sont ainsi lancés des définitions absconses autour du mot sâfirât pour l’un et de « gros mots » pour l’autre, se fustigeant ainsi d’insultes et de railleries.

Cet échange entre deux groupes sociaux n’est finalement rien d’autre qu’un débat autour de la question des sens sociologiques du langage. Il montre que nos usages sociaux des langues ainsi que les enjeux qui leur sont reliés n’ont pas toujours à voir avec leurs strictes définitions dans les dictionnaires.

Les mots, les langues, ses registres etc. ne concernent pas uniquement les dictionnaires et la linguistique mais se définissent, aussi, en fonction du moment où on les utilise, du contexte, de la situation, des « identités » réclamées des groupes dévoilant de la sorte des hiérarchies sociales, des rapports de force, des catégorisations sociales et des visions du monde. Dans la situation décrite ci-dessus, l’objet du litige des acteurs sociaux revient au fait qu’ils ont pris conscience d’une partie des enjeux d’une anthropologie du langage : à travers l’usage du mot sâfirât, compris tantôt comme descriptif tantôt comme dénonciateur. Les réactions des deux groupes montrent au final que dire quelque chose au sein d’une collectivité présente des enjeux qui dépassent de loin sa stricte définition lexicale.

Le programme de recherche « Dire en langues » : des « analyses en anthropologie du langage » aux « passeurs au quotidien »

Cet épisode n’est un cas d’espèce ni du point de vue historique ni du point de vue géographique. Les enjeux sociaux des mots, des registres et des langues travaillent depuis toujours toute société. Les objectifs de ce programme de recherche étaient dès le départ de rendre compte des enjeux sociaux liés aux questions du langage. Les premières réunions scientifiques ont eu lieu les 24 et 25 novembre 2010, intitulées « Dire en langues : Analyses en anthropologie du langage. Une comparaison de terrain ». D’un point de vue anthropologique, l’intérêt d’un tel questionnement était de mieux comprendre, d’une part, les sens et les rapports fabriqués et négociés par les acteurs avec les langues et, d’autre part, ce que ces sens et les usages peuvent dire de la dynamique sociale contemporaine. Trois axes délimitaient les interventions : « Contacts, ‘mélanges’ et métissages linguistiques », « Langues écrites vs langues orales/langues maternelles /langues littéraires » et « Contextes nationaux ».

À la suite de ces premières réunions le souci de dégager une problématique transversale aux différentes contributions de l’équipe de chercheurs a amené à orienter plus précisément nos intérêts vers les acteurs en tant que vecteurs de passage. La deuxième partie de l’intitulé du programme a donc été modifiée en faveur de la formulation suivante : « des passeurs au quotidien » (deuxièmes réunions scientifiques les 20 et 21 janvier 2012). Un triple intérêt justifie ce choix : d’abord, en mettant en avant les acteurs eux-mêmes, « les passeurs », ce (sous-) titre insiste sur l’idée que notre travail ne porte pas sur le langage du point de vue linguistique mais bien du point de vue de ses pratiques sociales (et ce, quelle que soit la discipline impliquée). Ensuite, il problématise nos travaux autour d’acteurs (du commun des acteurs) qui font passer des significations sociales au moyen du langage.

Par leurs usages langagiers, les acteurs deviennent ainsi des « passeurs » : des figures qui font passer d’un espace à un autre des langues (registres, etc.) et qui, volontairement ou non, en reconfigurent les frontières. Enfin, ce sous-titre contient également l’idée que ces pratiques sociales du langage ne sont pas l’apanage de moments particuliers, mais que celles-ci font partie intégrante du quotidien quelque soit le type d’activité considéré : des activités de la vie quotidienne comme parler (Dorra Ben Alaya, Slah Eddine Ben Fadhel, Khaoula Taleb Ibrahimi et Michelle Daveluy) ou pratiquer une religiosité (Katia Boissevain, Nilufar Haeri et Fatiha Kaouès) ; des activités émanant d’interactions avec des acteurs institutionnels comme l’institution littéraire (Kmar Bendana), de justice (Fatima  Zahra Lamrani) ou ministérielle (Myriam Achour Kallel) mais aussi des activités en rapport avec la globalisation (Mohamed  Benrabah, Catherine Miller et Renato Ortiz). Ces trois échelles attestent qu’à quelque niveau que se situent les observations, les acteurs sont indéniablement des passeurs, des gens qui font passer par leurs usages langagiers des sens d’un espace vers un autre.

Au cours des deux réunions, cette démarche d’ensemble a été soutenue par une triple perspective : empirique, comparative et interdisciplinaire. Les contributions sont basées sur des travaux empiriques. Cette perspective a permis de diversifier les échelles d’observations : les terrains sont ainsi compris non pas seulement en tant qu’espaces circonscrits géographiquement mais comme autant de modalités de déploiement d’activités sociales (religieuse, littéraire, institutionnelle, militante etc. tel que développé plus haut) en rapport avec les usages langagiers. D’autre part, d’un point de vue méthodologique, cette diversité des terrains mais aussi des traditions des chercheurs a permis de confronter entre eux des terrains habituellement peu comparés (Algérie, Brésil, Canada, Iran, Liban, Maroc et Tunisie). Enfin, le travail était situé dans une perspective interdisciplinaire : les chercheurs proviennent en effet de différentes disciplines : anthropologie, sociologie, histoire, psychologie, sociolinguistique.

Ce croisement disciplinaire nous a permis de voir, de manières inédites, des aspects de notre terrain desquels nos réflexes monodisciplinaires nous écartent.

En marge des réunions

Ces journées ont été également marquées par des échanges informels importants autour de « la Révolution tunisienne ». Un moment cathartique et stimulant intellectuellement nous a été offert par Kmar Bendana qui nous a présenté son dernier ouvrage, Chroniques d’une transition, publié en 2011 aux éditions Script, un moment marqué par des échanges avec l’ensemble des collègues et notamment algériens en raison la douloureuse expérience de la décennie noire. D’autre part, un court métrage (Les baies d’Alger, Hassen Ferhani, 2006) et un spot réalisé par des jeunes Marocains en différentes langues du Maroc ont été projetés respectivement par K. Taleb Ibrahimi et Catherine Miller. Les deux extraits montrent les enjeux du langage sous une sensibilité artistique comme politique. L’ouvrage issu de ce programme devrait paraître à l’automne 2012.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

Myriam ACHOUR KALLEL

est psycho-anthropologue et maître assistante à l’Université de Tunis. Chercheure associée à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, elle y conduit le projet Dire en langues : pour une approche située des pratiques linguistiques.

crédit d’illustration : © IRMC


[1] Un hashtag sur Twitter a aussitôt émergé s’intitulant safiroun faisant ainsi appliquer aux hommes cette catégorie réservée aux femmes et exprimant la volonté de remettre en doute de la catégorie elle-même.

[2] Muhajjabât (celles qui portent le hijâb), munaqqabât (celles qui portent le niqâb) et sâfirât.

 

Pour citer ce billet : Myriam Achour-Kallel, « Dire en langues : des passeurs au quotidien », Le Carnet de l’IRMC, 20 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/482

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Construction de l’identité personnelle chez les Algériennes

Compte-rendu de conférence, IRMC – 30 septembre 2011

Fidèle à sa tradition scientifique qui consiste à développer une perspective comparative entre les divers champs disciplinaires et les différents pays du Maghreb, l’IRMC a invité Hallouma Chérif, chercheure et enseignante de psychologie sociale à l’Université d’Oran pour donner une conférence sur la Construction de l’identité personnelle chez les Algériennes. Cette conférence a été discutée par la sociologue tunisienne Dorra Mahfoudh-Draoui qui a toujours placé les rapports de genre et le statut de la femme dans la société, au centre de ses intérêts.

Selon Hallouma Chérif, analyser la question de la construction identitaire chez les femmes algériennes est une entreprise complexe qui nécessite la prise en considération de l’articulation « intériorité – extériorité ». L’intériorité, renvoie à l’image de la femme en tant qu’objet et jamais en tant que sujet. Quant à l’extériorité, elle se manifeste à travers tout ce qui renforce l’image de la femme en tant que sujet porteur d’une identité propre et s’affirmant par les études, le travail et l’investissement de l’espace public. Prenant appui sur une étude comparée entre les femmes ouvrières et les femmes médecins, la conférencière a montré que le processus de construction identitaire se fait dans un alliage de dimensions paradoxales : l’affirmation de soi, le rapport au corps et le rapport aux autres ; la modernité et la tradition ; l’intériorité et l’extériorité.

Quant à Dorra Mahfoudh-Draoui, elle s’est basée sur les travaux de Claude Dubar, Jean-Claude Kaufmann et François de Singly, pour montrer que ce qu’il est convenu d’appeler « identité » est une notion floue qui, à force de privilégier le déterminisme social, ne tient pas compte de la réflexivité des femmes.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Sihem NAJAR, IRMC

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Jeunesse et violences scolaires

Compte-rendu du colloque international, Alger 17-18 décembre 2011

C’est dans le prolongement des journées d’études qui se sont tenues à Tunis les 8 et 9 mars 2011 que s’inscrit ce symposium, co-organisé par le Laboratoire du Changement social de l’université d’Alger II et l’IRMC, avec le soutien du service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France en Algérie. Une quinzaine de communications, structurées autour de trois grands axes, ont été retenues, privilégiant une double perspective : pluridisciplinaire et comparative.

Dans un premier temps, un état des lieux portant sur la perception, la fréquence et la gravité des phénomènes de violence et leur cortège de stigmatisation, de discrimination voire d’humiliation est proposé : des enquêtes nationales (comme celle de Latifa Remki consacrée à l’Algérie ou celle de Sleheddine Ben Fradj sur la Tunisie) ainsi que diverses monographies sur les collèges ou les lycées de Tripoli (Mohamed Ahbiel), de Constantine (Saïd Ghedir) ou du Grand Tunis (Moez Triki) font l’objet d’une présentation détaillée. L’accent est mis notamment sur des préoccupations d’ordre méthodologique, la fiabilité et la validité des sources et des productions statistiques étant questionnées. Les bases de calcul, en effet, ne sont pas toujours clairement connues ou varient assez fortement d’une période à l’autre, certaines rubriques sont parfois remplies de façon plus ou moins aléatoire et les mêmes appellations peuvent évoluer au fil des ans et recouvrir des réalités très différentes. Les raisons de ces biais ou de ces insuffisances sont très variées : mobilisation des énergies sur d’autres tâches, pénurie de personnel, nécessité d’aller au plus vite, transmission ou centralisation défectueuse de documents, consignes mal explicitées.

L’heure n’est pourtant pas au découragement et des améliorations ont été récemment observées, quelques établissements s’étant dotés d’outils plus perfectionnés. La prochaine étape, dans l’optique de la création d’un Observatoire centré sur le Maghreb, est celle de l’harmonisation des procédures et des protocoles, des calendriers et des modes de traitement, une plus grande rigueur allant de pair avec un meilleur pilotage des politiques éducatives. Le croisement ou la triangulation des modes d’investigation (questionnaires, récits de vie, entretiens, focus group, autoportrait ou victimisation…), la prise en considération d’échelles de positionnement par rapport aux règles de socialisation ou à la déviance, au degré de tolérance ou de légitimité, au sentiment d’injustice ou à la hiérarchisation des sanctions sont ici essentiels. Les opinions exprimées sont fonction de représentations ou de codes propres à telle classe d’âge ou à tel milieu socioculturel et illustrent bien la relativité des normes et des valeurs.

Après ces éléments de cadrage, place est alors faite au moment interprétatif et à l’analyse des facteurs de risque ou de vulnérabilité, de nature endogène ou exogène, à portée locale ou à résonance plus globale. L’accent est mis sur la perte de prestige, de respectabilité ou d’autorité des maîtres (Fazia Feraoun), sur les effets délétères des jeux vidéo et des films de série B (Dali Kenza) ou bien encore sur le relâchement de la conscience collective et la montée du décrochage ou de l’absentéisme (Nourredine Hakiki). Plusieurs grilles de lecture, relevant de l’anthropologie réflexive (Abdelouahab Matari), des sciences neurocognitives ou de la sociologie interactionniste (Jean-Yves Causer), enrichissent la discussion et mettent en exergue la dialectique intériorité/extériorité, particularismes/universalisme, qu’il s’agisse du paradigme de la transaction ou des approches en termes de structuration ou de frustration relative, de régulations conjointes ou de reliance, de conflictualité ou de bouc émissaire.

Les dernières contributions se réfèrent à l’examen de programmes, de dispositifs ou de stratégies de gestion de ces désordres ou de ces inadaptations scolaires. Il convient, comme le souligne Ahmed Mainsi, d’agir en amont, de manière préventive, de développer confiance, écoute et estime de soi, de valoriser la communication et la capacité argumentative, de créer des centres d’accompagnement, sans oublier la signature de conventions de partenariat pour des actions de dépistage ou de médiation familiale (Atef Bourghida), le renforcement du cadre légal (Moufida Abassi), la prise en charge psychologique (Moez Ben Hmida) ou la mutualisation des compétences, la personnalisation des rythmes d’acquisition et l’individualisation des pratiques et des séquences d’apprentissage (Gilles Ferréol).

On pourrait parler sous cet angle, à la suite de Francis Jacques, de Paul Ricoeur ou de Jürgen Habermas, de lien dialogique ou de philosophie de l’interlocution. Au-delà des moyens humains, logistiques ou financiers, l’adhésion à un projet commun, fédérateur, à tonalité intégrative et inscrit dans la durée, est à encourager, associant élèves, enseignants, équipe de direction, personnel administratif, de service ou de surveillance, parents, responsables associatifs, collectivités territoriales… Cela suppose de s’attaquer à de nombreux blocages ou résistances, dont la lourdeur et la complexité des procédures administratives, le poids des habitudes, des torpeurs ou des corporatismes, le carcan de la réglementation ou la présence d’effets pervers susceptibles de générer des incivilités, du ressentiment ou de l’anomie.

Cela implique aussi, d’un point de vue institutionnel, la constitution et la coordination de réseaux d’informations et d’échanges, la mise en œuvre de chartes de citoyenneté, de procédures d’évaluation harmonisées et de parcours de formation ou d’insertion adaptés aux spécificités de chaque site et correspondant aux pré requis et aux attentes.

Les Actes de ce colloque devraient être publiés au second semestre 2012 aux éditions Intercommunications (Bruxelles, collection « Mondes méditerranéens »).

D’autres rencontres seront également prévues afin d’approfondir ces résultats, d’apporter des précisions et des compléments théoriques tout en prenant appui sur un matériau empirique plus étoffé.

Les pistes ainsi suggérées devraient ainsi déboucher sur des recommandations ou des préconisations encore plus adéquates.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Gilles FERREOL

Professeur de sociologie, Université de Franche-Comté, Directeur du laboratoire C3S (Culture,Sport, Santé, Société)

 

crédit d’illustration : © REUTERS – Charles Platiau

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mouvements sociaux en ligne, cyber activisme et nouvelles formes d’expression en Méditerranée

Deuxième rencontre du programme de recherche de l’IRMC – TUNIS – 24 et 25 juin 2011

La deuxième rencontre du programme de recherche de l’IRMC : « Communication virtuelle par l’Internet et transformations des liens sociaux et des identités en Méditerranée » sur le thème Mouvements sociaux en ligne, cyber activisme et nouvelles formes d’expression en Méditerranée, a été organisée à Sidi Bou Saïd (Tunis), les 24 et 25 juin 2011 avec le soutien du Ministère français des Affaires étrangères et de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF). Elle a réuni une vingtaine de chercheurs appartenant à des aires géographiques différentes (la France, la Belgique, l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, le Canada, l’Espagne et l’Italie) et à des champs disciplinaires divers (la sociologie, l’anthropologie, la psychologie, les sciences de l’information et de la communication, les sciences culturelles et les sciences politiques).

L’IRMC a placé la question des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) au centre de ses intérêts depuis 2000 avec la mise en place de programmes de recherche sur les économies numériques et l’institutionnalisation des NTIC dans la mondialisation. Il privilégie depuis une perspective plus sensible aux pratiques sociales et aux usages des médias de l’information et de la communication, en s’intéressant aux logiques et aux stratégies des différents acteurs sociaux. Cette réflexion s’inscrit dans une mise en réseau avec d’autres institutions universitaires et de recherche, au Maghreb, en Méditerranée et en Europe ainsi qu’au Canada, dans le cadre d’un projet CNRS de GDRI (Groupement de Recherche International) sur : « Communication, médias et identités en Méditerranée. Nouveaux supports, nouvelles pratiques ».

Les questions abordées sont parties de plusieurs constats qui caractérisent la mondialisation et s’appliquent particulièrement aux mouvements contestataires qui ont marqué la Tunisie et l’Égypte, puis le Maroc, la Lybie et l’Algérie. Le premier est que l’Internet, avec sa panoplie de réseaux sociaux, et notamment sa blogosphère, ouvre des espaces légitimes de participation, de revendications ou de protestations. Le second est que les cyber-citoyens parviennent ainsi, en relais des médias, à orienter à distance l’opinion publique et à agir sur la réalité sociale. Le troisième est qu’il en ressort de nouvelles formes d’engagement politique, produisant un nouvel espace public d’expression et de participation au quotidien. Plusieurs résultats ont pu être formulés :

1. Les révolutions et les mouvements contestataires qu’ont connus les pays du Maghreb et du monde arabe portent l’empreinte des NTIC et des réseaux sociaux (par le Net agora, le cyber agora) qui ont favorisé l’élargissement de la sphère publique à la « rue » qui s’est imposée comme un espace d’expérimentation et de reconfiguration du politique auparavant maîtrisé par les seuls régimes en place.

2. L’Internet est apparu comme un espace alternatif ayant favorisé la politisation des jeunes. En ce sens, la censure exercée par les régimes totalitaires a été présentée comme étant l’un des aspects essentiels qui ont largement contribué à la politisation des jeunes internautes (à l’intérieur et à l’extérieur des pays concernés) et au renforcement des mouvements protestataires, certes investis par les jeunes mais toutefois non exclusifs à leur classe d’âge.

3. L’usage des outils informatiques permet aux acteurs sociaux d’accéder à un nouvel espace de liberté d’expression et d’agir en tant que sujet et non plus assujetti. Ainsi l’accent a été mis, à partir de ces dispositifs d’information et de communication, sur le processus de construction de nouveaux univers publics favorisant l’émergence d‘un pouvoir citoyen (empowerment).

4. Tout en admettant que l’Internet (via Facebook ou Twitter) n’est pas le fondateur de la révolution tunisienne et des mouvements sociaux qui traversent le monde arabe, les participants ont toutefois reconnu son rôle de facilitateur et « d’instrument ». Son usage s’est avéré celui d’un nouvel outil pour la mobilisation sociale, correspondant à des formes encore inédites, de revendication, de participation des sociétés civiles, voire de militantisme.

5. Les mouvements sociaux en ligne ont constitué un point de jonction entre le local et le global. En effet, les NTIC permettent aux cyber activistes d’accéder à des réseaux transnationaux de militants et de placer les questions et les revendications locales dans un contexte global et international d’information, d’interpellation et de soutien à leurs mouvements.

Cette manifestation conforte l’IRMC dans ses objectifs de traiter des questions d’actualité qui interpellent les chercheurs en SHS, suite aux mutations politiques et sociales qui touchent la région méditerranéenne et le monde arabe. Outre la richesse des réflexions ci-dessus résumées, cette rencontre a permis d’initier une première mise en réseau de chercheurs méditerranéens appartenant à des disciplines diverses et à des générations différentes autour des questions relatives aux mouvements sociaux en ligne, aux révoltes numériques et au cyber activisme. Une publication des actes et des débats prévue pour 2012, viendra concrétiser cette initiative.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Sihem NAJAR

 

crédit d’illustration : © IRMC ; Khalid Albaih

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Révolution tunisienne : le roi est mort, il n’y a plus de rois!

La chute de la dictature et la disparition de ses référentiels classiques à savoir la personnalisation absolue du pouvoir et la centralisation de l’autorité sociale ne peuvent en aucun cas laisser le psychiatre insensible aux remous symboliques qui agitent aujourd’hui la société tunisienne.

Oui ; la dictature avait un certain côté sécurisant. Le dictateur, personnage déifié, jouait de manière perverse aux yeux de ses sujets, le rôle d’un père, détenteur d’une loi primitive sévère et incontestable. Mais aussi, celui d’une mère nourricière et bienfaitrice. Il maintenait ainsi ses sujets qui ainsi advenaient, dans une position régressive tantôt infantile tantôt avilissante et dégradante.

Il faut se rappeler pour l’anecdote, mais c’est aussi très significatif, que cette dictature, avait activement interdit l’importation puis la fabrication locale des inducteurs d’érection. Comme si un peuple qui avait accès à la sexualité aurait accès à une liberté qui terrorisait le dictateur. Sujets soumis, volontairement maintenus dans une régression infantile, il est uniquement demandé aux Tunisiens de travailler, de consommer et de servir le maître et sa clique. Toute tentative de rébellion par rapport à l’ordre établi était sévèrement réprimée. Pour sortir de l’esclavage, point de salut en dehors de l’immigration ou encore la folie ; l’addiction et le repli sur soi.

Plus sujets que citoyens, les tunisiens se résignaient à leur sort et s’abandonnaient à une dépression chronique avec pour seules défenses quand ils ne voulaient pas s’engager dans les risques terribles de l’opposition, la religion pour les uns et la fuite vers un modèle de vie consumériste pour les autres.

Dans ce contexte, la créativité devenait abrasée, la citoyenneté inexistante. Alors que la majorité des Tunisiens faisaient le dos rond faisant mine de se désintéresser da la chose politique, certains malheureusement s’abandonnaient à la tâche de faire plaisir à ce père pervers et incestueux qu’est le dictateur. En le glorifiant sans retenue et sans relâche, ils le poussaient pourtant au plus haut de la pyramide de la toute puissance jusqu’à ce qu’il eut atteint la hauteur critique où tout bascule et où soudain le roi se redécouvre nu et où les attributs de la royauté redeviennent ce qu’ils sont : des chimères.

Il est d’ailleurs intéressant d’étudier ce moment critique dans le processus du culte de la personnalité quand les forces qui poussent à la déification du dictateur au sein de la population le détachent soudain de tout lien avec les citoyens qu’il est censé représenter et où la seule issue pour lui pour perdurer consiste à prendre toujours plus de hauteur. Mais cet exercice suppose qu’il se prive de ressembler aux autres pour vivre aux côtés des surhommes au sens nietzschéen. Succombe-t-il à la tentation de partager avec les hommes leurs plaisirs terrestres de la fortune, du sexe et de l’argent et le voilà qui dégringole de son piédestal pour revenir homme parmi les hommes. Lacan aimait dire qu’un fou qui se croit roi est fou mais un roi qui se croit roi n’est pas moins fou. Dans cette optique Bourguiba a mieux réussi que Ben Ali dans l’exercice de la Dictature, le premier fut dépossédé du pouvoir par le coup d’état de 1987 alors que le second, le fut suite à la révolution de

Janvier 2011. Entre Bourguiba et Ben Ali, il y a toutefois d’autres différences. Bourguiba, cultivé et patriote justifiait le culte de sa personne par son passé militant et sa sagesse. Il demandait aux tunisiens de lui ressembler, ils devaient se hisser haut et devenir cultivés, sages studieux pour obtenir sa grâce. Ben Ali, inculte, rustre, roublard sur les bords s’adonnait sans frein ni mesure aux plaisirs que procure l’argent. Le Tunisien idéal sous son règne se devait d’être soumis et obéissant et si possible riche et parader de sa richesse. Activité qu’affectionnait particulièrement la famille régnante.

Mais dans un cas comme dans l’autre, que ce soit sous Bourguiba ou sous Ben Ali, le Tunisien n’était pas citoyen, mais sujet d’un tyran éclairé dans un cas, despotique dans l’autre, tyran qui l’a privé du minimum nécessaire pour être et devenir acteur de sa propre histoire. La brusque libération du tabou du roi au sens primitif du terme (rappelé par Freud dans Totem et tabou) s’est accompagnée d’une forme de désorientation chez beaucoup de Tunisiens. Le roi est mort mais il n’y a plus de roi. L’institution est à réinventer. Un laps de temps insupportable pourrait s’écouler entre temps. Un temps où le plus faible est la merci du plus fort et où la loi du groupe prend le pas sur la loi sociale tout court. Le pouvoir fragile né après le 14 Janvier 2011 doit montrer son côté de mère nourricière avant d’être obéi. Partout en Tunisie, on continue à manifester, à exiger ici des aides sociales ; là-bas du travail.

À peine libérée de la dictature, toute une population plutôt que de fêter l’évènement s’engouffre dans un processus de réclamation d’avantages sociaux. Comme si quelques parts, les publicités pour les biens inaccessibles que faisaient miroiter les entreprises de Ben Ali et qui généraient chez les plus pauvres une immense frustration étaient à l’origine du soulèvement populaire et que les nouvelles autorités n’auraient de légitimité que si elles arrivent à satisfaire ce besoin de consommer et ramener cette mère nourricière imaginaire collée dans l’ambivalence à la personne du dictateur.

D’ailleurs ; derrière la révolution se cachent en fait trois Tunisie différentes, qui ont toutes les trois rejeté avec force la dictature. La Tunisie des couches aisées et intellectuelles qui réclame la liberté d’expression et d’entreprendre, la Tunisie religieuse et traditionaliste voire intégriste qui réclame un retour vers les fondements identitaires islamiques, et la Tunisie prolétaire qui demande le droit au travail et à la société de consommation.

À l’échelle des personnes, un vécu d’angoisse et d’incertitude est rapporté chez nombre de consultants. Une insoutenable angoisse par rapport à un lendemain dont les traits restent flous alors que les qualificatifs types démocratie, conseil constitutionnel, élections libres ne signifient pas grand-chose pour le citoyen lambda pour la simple raison que malgré son histoire millénaire le tunisien n’a jamais connu la liberté depuis la Numidie et Jugurtha.

Peut être par ce « meurtre du père » que les Tunisiens sont entrain de commettre, arriveront-ils à faire le saut symbolique nécessaire qui leur permettra de définitivement s’ancrer dans la modernité en devenant la source et les acteurs de la loi qui les organise et non de simples sujets pliés sous le joug du dictateur. Arriveront-ils à répondre à l’appel du destin comme leur hymne national les convoque ? Telle est la question à laquelle les mois prochains répondront ?

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Sofiane ZRIBI

Psychiatre, psychothérapeute, Tunis

 

Crédit photographique : © Reuters

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Révolution de l’olivier en Tunisie

Texte extrait de la lettre adressée par l’auteur le 23 janvier 2011 à l’association Alfapsy (et à
son président, Paul Lacaze), en remerciements de son soutien au peuple tunisien

J’étais particulièrement sensible à vos mots ainsi qu’à vos pensées de soutien et de solidarité avec la jeunesse et la population tunisienne de la Tunisie profonde, qui ont construit cette Révolution, ceci sans armes mais avec beaucoup de cran et de courage, face à une gouvernance dictatoriale qui se donnait comme rempart, comme exemple et modèle sécuritaire à suivre contre tout risque présumé « de désordre et de dérive terroriste ».

Cette jeunesse et cette population de la Tunisie profonde a fait preuve d’une maturité politique et culturelle, s’adaptant à l’inexistence, au début, de tout cadre politique classique qui pourrait l’organiser, mais apte à user des moyens modernes de ce que l’on désigne de cyber-résistance… Cette jeunesse et cette population de la Tunisie profonde a dû offrir son lot de martyrs, hommes et femmes, tués pour une grande partie par des tireurs d’élite de la garde présidentielle, corps d’élite sous les ordres directs de Ben Ali et de son bras droit, le Général Ali Seriati. Ce dernier a continué son massacre du peuple en vue de créer le chaos et de justifier la nécessité d’un rétablissement du même pouvoir sécuritaire, ou à défaut, d’une nouvelle gouvernance prenant son fondement à partir du même modèle de maniements sécuritaires des idéologies.

Cette Révolution de l’Olivier, plutôt que du Jasmin (cette Tunisie profonde étant plus une région d’oliviers, de pommiers et de blé), vient à nous démontrer à tous que l’idéologie sécuritaire ne saurait constituer la base d’un mode de gouvernance (autre que fascisant et dictatorial) mais, comme le soulignait déjà Ibn Khaldoun, l’ancêtre de cette jeunesse tunisienne et de notre peuple, la sécurité se doit d’être un résultat, un aboutissement de l’exercice de la justice, dans le sens large de ce concept de ’Adl, c’est à dire la justice dans la répartition des richesses, la justice dans la répartition des valeurs économiques dans le cadre des échanges des produits entre les cités et les campagnes, la justice dans l’exercice pour chacun de ses droits et de ses devoirs. C’est dans ce sens qu’il affirmait « al-’Adl assâs al-’Imran » (la justice est le socle et le fondement de l’urbanisme).

En nous offrant cette Révolution, avec ce qu’il reste à faire pour la structurer et éviter sa manipulation et une éventuelle réorientation…, la jeunesse tunisienne, nos enfants ont créé l’évènement avec sa dimension régionale mais aussi universelle pour nous révéler à tous l’inefficacité, non seulement à long terme, mais même à moyen terme, de toute gouvernance qui se fonde sur les maniements sécuritaires des idéologies, contrairement à ce que pouvait en penser Michèle Alliot-Marie à partir d’une France oublieuse des mécanismes et facteurs ayant engendré la Révolution française et la Commune de Paris (voir l’histoire de la Révolution française par Louis Blanc, ouvrage qu’on a tendance aujourd’hui à refouler sinon à forclore).

C’est aussi en ce sens, mais à un autre niveau que l’on peut comprendre le discours de Kadhafi qui nous priait de l’écouter quand il clame que son ami Ben Ali demeurerait le mieux placé pour gouverner la Tunisie jusqu’à 2014, si ce n’est à vie. Mais, du point de vue des peuples, on comprend que les populations maghrébines et arabes ont organisé et organisent encore des manifestations de soutien pour notre jeune Révolution, au moment où les gouvernements arabes demeurent silencieux.

C’est en ce sens que l’on peut comprendre aussi le silence de tous les gouvernements européens, qui adhèrent en partie au maniement sécuritaire des idéologies comme mode de gouvernance en Europe même, ceci dans leur gestion de la crise économique et de la crise de société en rapport avec l’absence de justice sociale dans la répartition des richesses et avec, chaque fois, la désignation de l’immigré comme s’il était responsable de la crise du capitalisme financier en Europe, et de l’injustice sociale caractérisant (de l’aveu de tous les économistes) la gestion de cette crise.

Cette Révolution a déjà engendré en Tunisie l’émergence d’une extraordinaire liberté d’expression. Nous commençons à assister à des débats particulièrement riches, même si les animateurs de ces débats éprouvent encore beaucoup de difficultés et de savoir-faire dans l’animation de ces concertations de groupe. Mais, et c’est l’apport de cette Révolution, ils finiront par acquérir plus de professionnalisme. Quoi qu’il en soit, quelqu’un me disait au cours d’un entretien : « vous ne pouvez pas savoir ce que c’est la « Hogra » (le mépris doublé d’une indifférence), il faut la vivre pour le savoir… ». Et encore hier, mardi matin, Mr. X. me parlait quant à lui, comment toutes ces manifestations dans les rues de Tunis, comment la gestion des problèmes de sécurité dans les quartiers par des comités de quartiers, cela lui faisait peur et réveillait par moments son angoisse, mais ceci sans panique, au contraire, ajoute-t-il, « je me sens bien, je sens la « Fokhra » (la fierté) ; je me sens fier d’être Tunisien quand, à la télévision, je vois à travers différentes chaînes des manifestations de soutien à la Révolution tunisienne ».

A travers ces discours, cette Révolution a apporté aux Tunisiens les moyens de surmonter la Hogra ainsi que l’insoutenable étrangeté de se ressentir étranger, comme l’aurait dit Tawhîdi dans Ghorbat al-Gharîb (L’Etrangeté de l’étranger), de se ressentir étranger dans sa propre demeure, auprès des siens, et étranger même dans et à son propre corps. Cette Révolution a apporté et nous apporte, à nous autres Tunisiens, la Fokhra, la fierté, de réhabiter notre identité, de réhabiter notre corps, de réhabiter notre demeure, notre environnement, notre culture et notre histoire, ceci pour nous réapproprier un discours historicisé et historicisant, ouvert sur autrui, acceptant la différence par elle-même comme source d’enrichissement.

Je ne peux que remercier la jeunesse tunisienne et, parmi eux, mes propres enfants et petits enfants de m’avoir offert de renouer avec une flamme de militantisme, que j’avais depuis l’âge de 10-12 ans et que je croyais éteinte à jamais. Je les remercie de m’avoir offert aussi de vivre, avec eux, ces moments glorieux sans avoir à prendre la place qu’ils ont conquise, au prix quand même d’une centaine de martyrs, sans compter les blessés, surtout parmi la population de Sidi Bouzid, de Thala, de Regueb et de Kasserine. Mais, restons ensemble tous vigilants pour préserver la dynamique évolutive de nos acquis, et pour éviter les dérives dogmatiques quelles qu’elles soient et, encore plus, pour éviter les dérives sécuritaires.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Essedik JEDDI

Neuropsychiatre et psychanalyste, Tunis

 

crédit cartographique : © Intercarto

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook