Archives de catégorie : Thèmes

Vers la reconquête de nos villes : pour une participation citoyenne au développement urbain local et régional

Le 14 Janvier fût un jour à jamais gravé dans ma mémoire, empreint d’émotions intenses et d’un espoir naissant pour un avenir meilleur. Restent maintenant la fierté et l’impératif de la reconstruction d’un avenir meilleur. Le mouvement de contestation a mis en évidence des disparités multiples, dont le sous équipement et le manque d’infrastructures, de services et de projets structurants dans les régions de l’intérieur du pays.

L’État tunisien a misé, durant les deux décennies écoulées, sur une politique de métropolisation, qui implique un surinvestissement dans des projets structurants dans la capitale et quelques villes littorales[1]. Cette politique est sous tendue par l’impératif d’insertion de la Tunisie dans le mouvement de globalisation, afin de promouvoir une croissance économique et d’attirer les investisseurs étrangers en leur offrant des conditions favorables à leur implantation. Elle a eu pour effet la marginalisation des régions du centre et du Nord-Ouest, de ce mouvement de mise à niveau des villes Tunisiennes, et n’a fait que renforcer les clivages existants. Bien qu’il soit impératif de garantir pour la Tunisie une insertion dans l’économie mondiale par les différents échanges économiques et l’implantation d’investisseurs étrangers susceptibles de créer des emplois, il est essentiel de réfléchir à une orientation stratégique qui garantirait un équilibre dans la répartition des investissements au niveau régional. Des travaux de terrain doivent être entrepris par les chercheurs en sciences sociales et les professionnels de l’urbain, afin de comprendre les processus qui ont mené à ces clivages sociaux et régionaux, et pouvoir ainsi proposer des solutions adéquates afin de les réduire [2].

Il est également de notre devoir de chercheurs de susciter le débat et d’entreprendre des recherches portant sur les processus et les dynamiques institutionnelles liées au développement urbain, mais surtout autour de la question de gouvernance urbaine. Ce concept galvaudé à l’ère de Ben Ali, et utilisé à tort dans une entreprise d’affichage politique, garantit en réalité la concertation et la participation citoyenne au développement urbain. Dans ce sens, selon P. Le Galès[3], la gouvernance urbaine est à la fois la capacité à intégrer, à donner forme aux intérêts locaux, mais aussi à les représenter à l’extérieur, à développer des relations plus ou mois unifiées en relation avec le marché, l’Etat, les autres villes et autres niveaux de gouvernement. Il s’agira donc de réfléchir à l’avenir de nos villes, et à la mise en place d’un réel développement local et régional, basé sur la rationalité procédurale, et l’élaboration de modes consensuels de coordination, aussi bien dans la planification et la programmation des projets urbains locaux, régionaux et nationaux, que dans leur mise en oeuvre.

S’agissant enfin de développement local, il est essentiel de reconquérir l’espace local en participant aux conseils municipaux et régionaux futurs, et d’oeuvrer à leur rendre leur autonomie et leur poids prépondérant dans les processus décisionnels. Il s’agira de proposer de nouveaux modes de gestion urbaine, davantage basés sur la concertation et la transparence et garants d’une démocratie participative. Un développement urbain ne peut en effet être efficient que s’il émane de la population cible, des acteurs privés et de la société civile.

Ces pistes de recherches pourraient constituer un support pour la compréhension des phénomènes urbains et sociaux et contribuer à modeler de nouvelles orientations stratégiques en vue d’un développement urbain local et régional équitable et d’une gouvernance urbaine. Issues de revendications légitimes et populaires, ces réformes pourraient garantir l’adhésion des populations aux politiques mises en place, et une légitimité de l’action publique urbaine.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Hend BEN OTHMAN

Architecte – Urbaniste, doctorante en urbanisme

 

Crédit photographique : © Siba-immobilière.com


[1] Ben Letaief M., 2008, « Quelques réflexions sur les mutations d’une action publique postkeynésienne », Revue Métropoles, n° 4, 133-155.

[2] Des débats sont programmés à l’initiative de l’Association Tunisienne des urbanistes (ATU), afin de réfléchir sur le devenir des villes tunisiennes et la gouvernance urbaine.

[3] LE GALÈS P., 1995, “Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine”, Revue française de science politique, n° 1, vol. 45, 57-95.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’avenue de la libre parole

À Tunis, quelle foule sur l’avenue !

Pas celle des employés qui se rendent à pas pressés à leurs bureaux, ni celle des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur qui commencent leur journée à arpenter le terre plein central, à surveiller et à écouter aux cafés. C’est une masse de visages nouveaux, jeunes filles et jeunes gars qui s’attroupent, s’interpellent, échangent des points de vue, argumentent. La libre parole explose, elle renvoie aux graffitis des façades qui appellent à la démocratie et à la laïcité. D’autres messages rappellent que « la femme est libre et elle le restera ». Cette liberté fragile est toutefois tangible puisque les femmes s’habillent semble-t-il, comme elles le veulent : robes- chemisiers, jeans blousons, robe et foulard, niqab toutes voiles dehors, gants et œillères. J’ai même rencontré une dame en safsari, une mode rare d’un autre temps. Tout est donc possible pourvu que ça dure et, comme disait M. Béji Caïd Sebsi, à l’époque écrivain, en évoquant le statut des femmes : « Regarder le monde sans voile et, sans voile être regardée » (Habib Bourguiba.)

Qu’est ce qu’on cause sur l’avenue ! Debout, en petits groupes décontractés ou bien aux terrasses des cafés où des groupes d’amis se retrouvent ou se forment. Pas de touristes. Le théâtre municipal a été « retourné » « détourné ? », le spectacle est à présent sur les marches, la nouvelle grande scène !

On chante sous cette belle façade Art nouveau d’où jaillissent des chevaux marins, des nymphes et des naïades. Tout à coup, l’hymne national jaillit, des voix s’élèvent, le ton monte, la foule invite « à dégager ». L’avenue plus que séculaire dont les ficus ont vu bien d’autres dégagements de l’histoire, est subitement parcourue par des groupes compacts scandant des slogans que d’autres contestent ou reprennent en chœur

Ces manifestants – 30 ans tout au plus marchent à grands pas sur le terre plein central ; mais subitement, tout s’arrête devant le quadrilatère de fils de fer barbelés qui enchâsse le ministère de l’intérieur, comme si c’était une icône. Ainsi protégé, il n’est plus possible de prendre d’assaut les fenêtres ni de grimper sur le auvent de la porte centrale, comme cela se produisit un certain 14 janvier 2011, entre 14 et 16 heures… N’empêche, les manifestants se massent, saluent les soldats, les slogans fusent encore et encore plus puis toute la foule se disperse, allez savoir pourquoi. Seule demeure une dame âgée, vêtue de guenilles, mal chaussée, rougeaude comme si elle avait dormi dans le froid de la nuit, sur le trottoir, devant la banque. Elle est debout, devant les barbelés ; elle fixe les soldats et les chars.

Debout, immobile, impassible ; le regard perdu devant elle. Elle stationne dans cette position un long moment sans rien dire, comme pétrifiée, scrutant la place du 7 novembre devenue Mohamed Bouazizi. Les soldats sont étonnés, sans doute gênés. Puis elle se retourne et se perd dans la foule. Je l’ai rencontrée au même endroit, plusieurs jours de suite, silencieuse au milieu de toute cette foule qui laissait courir des flots de paroles. J’ai eu envie de lui parler mais je n’ai pas osé l’aborder. Elle avait sans doute quelque chose à dire, mais à l’inverse de tous ceux qui l’entouraient, elle n’a pas jugé utile de s’exprimer. A moins qu’elle n’ait été saisie de stupéfaction par le spectacle inouï de cette avenue d’ordinaire, banalement encombrée par les voitures, reconvertie, Intifadha oblige, en un vaste espace public que le peuple s’approprie pour parler et causer, chanter et danser ! Mais aussi lancer des pierres, casser les vitrines et affronter la police ou les soldats. L’avenue s’est métamorphosée au fil du temps politique. La statue en pieds de Jules Ferry a disparu le beau jour de l’indépendance ; la statue équestre de Habib Bourguiba a subi les outrages du coup d’État médical. Depuis le 14 janvier, l’avenue est le grand salon des Tunisois auxquels désormais viennent se mêler les provinciaux de Sidi Bouzid, Kasserine, Le Kef…y compris les étrangers, désireux de ressentir l’énergie de la révolution, pour qui elle est devenue un passage obligé. Une façon comme une autre de rappeler les émeutes du pain de janvier 1984 et si cela ne suffisait pas, l’insurrection des tribus de 1864.

L’avenue est désormais un espace public national où se jouent toutes sortes de luttes politiques, certaines pacifiques, d’autres violentes. Souvenons-nous d’un certain vendredi ou le hezb Ettahrir a investi l’avenue pour prier et en même temps menacer d’exécuter les femmes du quartier

réservé à l’extrémité de Bab Bhar. Même technique qu’à Alger en 1988 où les jihadistes avaient imposé la séparation des trottoirs pour les hommes et pour les femmes. Les luttes politiques sont également des luttes urbaines. Il faut se battre sur les deux fronts pour construire les institutions de la démocratie et la ville de la liberté. Monsieur Rajhi au temps où il fut ministre de l’intérieur, a été interpellé au cours d’une émission télé par un journaliste qui demandait le déplacement du ministère dans un autre endroit, pas à l’extrémité de cette belle avenue. Le ministre s’est montré favorable en doutant toutefois de la possibilité de réaliser cette belle utopie. Mais la question méritait d’être posée ne serait-ce que pour réfléchir à l’héritage de l’histoire coloniale. Car, ce qui est aujourd’hui le ministère de l’intérieur a été conçu par les autorités du protectorat comme le commissariat central de police, avec une grande cour intérieure surmontant des caves, pour rassembler les manifestants nationalistes et les syndicalistes, notamment les dockers du port de Tunis. Ce bâtiment en position stratégique puisqu’il contrôlait les flux des travailleurs, a été conçu par l’architecte Kyriacopoulos qui s’est fait un point d’honneur de construire la première architecture moderne en béton armé tramé. Achevé en 1954, il a bien résisté à l’usure du temps et à l’enfermement des manifestants.

En 1966, le maire de Tunis Hassib Ben Ammar recevait l’architecte Georges Candilis au moment où O. C. Cacoub, grand prix de Rome, architecte conseiller du Président de la République proposait, froidement, de percer la médina en prolongeant l’avenue Bourguiba jusqu’à la Kasbah. Candilis, étonné, a vu les choses autrement : pourquoi faire une autoroute dans la ville a-t-il demandé ? Supprimons la circulation automobile et créons une vaste avenue piétonnière. La proposition a fait sourire la classe dirigeante qui y voyait un retour à la tradition… si humiliante pour nombre de modernistes acculturés.

A Barcelone, les ramblas qui traversaient la ville ancienne jusqu’au port ont été fermées à la circulation automobile. Un immense succès. L’intifadha a paralysé la circulation automobile sur la grande avenue de Tunis, lui rendant sa fonction première de promenade piétonnière. Une sorte d’exercice grandeur nature dont la municipalité pourrait tirer parti pour concevoir un autre système de circulation, introduire des moyens de transport en commun qui donneraient satisfaction à tous ceux qui manifestent pour une meilleure répartition des droits et des obligations. Marcher à pied, circuler en autobus ou en trolleybus comme au bon vieux temps, est un droit. Le tout-automobile est un abus de pouvoir qui coûte cher, qui discrimine les citoyens, une nuisance sociale. Jean Pierre Vernant, analysant « Les origines de la pensée grecque » a décrypté « le régime de

la cité, qui lui est apparu solidaire d’une conception nouvelle de l’espace, les institutions de la Polis se projetant et s’incarnant dans ce qu’on peut appeler un espace politique. On notera à cet égard que les premiers urbanistes, comme Hippodamos de Milet, sont en réalité des théoriciens politiques : L’organisation de l’espace urbain n’est qu’un aspect d’un effort général pour ordonner et rationaliser le monde humain »

Faisons en sorte que cette pensée grecque soit à nouveau entendue

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Jellal ABDELKAFI

Urbaniste, Tunis

 

Crédit photographique : © Jellal Abdelkafi

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Acquis et défis de la révolution tunisienne

La révolution a révélé les Tunisiens à eux-mêmes. C’est un phénomène nouveau dans la mesure où le régime de Ben Ali a cassé tous les baromètres avec lesquels on pouvait mesurer les tendances de la société tunisienne. Tous ceux qui étaient sevrés de liberté, et d’expression, se manifestent parfois bruyamment. Et le remarquable est qu’ils apprennent eux-mêmes à prendre en compte les opinions différentes exprimées par leurs concitoyens. Il est incontestable qu’il s’agit là d’une conquête très importante, qui aura des répercussions essentielles sur la vie politique, mais également sur la vie sociale dans tous les secteurs d’activité.

Mais aussi, cette révolution a permis au droit, dans le sens large et non technique du terme, d’être une locomotive de la société, de jouer un peu le rôle qu’il a joué au début de l’indépendance avec la promulgation du Code du statut personnel. Le fait que la parité dans les listes électorales soit instituée avec une très large majorité, est révélateur du rôle que peut prendre le droit, et on constate par la même occasion que notre droit n’était pas trop au diapason de la société, voire plutôt en retard par rapport à l’évolution des esprits. Cette question de la parité constitue une avancée dans la reconnaissance des droits des femmes, et une première dans le monde arabe et islamique.

Par ailleurs, la période que vit la Tunisie depuis le 14 janvier n’a pas que des aspects positifs. Parmi les manifestations négatives, il faut voir la surenchère que pratiquent beaucoup de ceux qui étaient plus ou moins impliqués dans l’ancien régime, profitant de cette situation pour s’octroyer une certaine virginité. Il y a là un vrai problème, surtout au niveau des médias et des journaux qui juste avant la révolution ne faisaient que louer l’ancien pouvoir. Dans les mêmes journaux et médias, les rédacteurs mais également d’anciens responsables, deviennent les porte paroles de la révolution, plus révolutionnaires que les révolutionnaires. Au titre des aspects défavorables, on peut également citer les décisions précipitées auxquelles sont acculées les autorités, lourdes de conséquences pour l’avenir. Je pense particulièrement au recrutement de centaines de diplômés chômeurs dans l’enseignement sans s’assurer suffisamment à l’avance qu’ils répondent aux exigences du métier. Quand vous avez un diplômé qui a obtenu son diplôme il y a dix ans et qui a pratiquement tout oublié, c’est dangereux de ne le recruter que pour des considérations sociales ou politiques.

Ces éléments positifs et négatifs caractérisent une période ouverte à tous les scénarii. Personne ne peut avoir de certitude sur la tournure que prendront les évènements après les élections, parce que, en l’absence de baromètres laissés par l’ancien régime, personne ne connaît les tendances d’ensemble de la population. L’on peut tout au moins dire que la Tunisie se confronte à des problèmes économiques et qu’il y a lieu de réfléchir à un autre modèle de développement tenant compte de la réalité tunisienne et des contraintes de l’économie mondialisée. Trois questions se posent à ce propos : le type d’intervention de l’État à définir ; le rôle de la fiscalité qui doit être révisée de fond en comble ; la production des richesses, comment et par quels moyens, en tenant compte des déséquilibres régionaux mais aussi de la rentabilité purement économique. Ces trois aspects sont liés. Il ne s’agit pas seulement de penser la redistribution de la richesse, il faut auparavant penser sa production. Ces défis majeurs sont structurels et non plus seulement conjoncturels.

On peut toutefois être optimistes dans la mesure où les décisions politiques et bureaucratiques seront prises sous les feux d’une communication libre où l’opinion publique, qui était jadis absolument exclue de cette décision, aura son mot à dire. Car en définitive il faudra bien aboutir à un certain consensus, explicite ou implicite, qui ne devra pas être factice, de façade tel celui proclamé sous l’ancien régime. Il sera la résultante des volontés libres, de gens qui adhèrent de leur plein gré et dans leur majorité à ce modèle de développement. Cela ne veut pas dire que d’autres problèmes non moins importants ne se poseront pas dans l’avenir. En particulier des choix d’ordre culturel, non moins importants, et qu’il faut actuellement affronter. On peut résumer les défis qui s’y posent de la manière suivante : comment les Tunisiens apprendront-ils à se tourner résolument vers le futur et ne seront plus obnubilés par le passé quel qu’il soit ? C’est à la base de tout. Par passé j’entends le passé récent, le mouvement national de libération, les réalisations du pouvoir depuis l’indépendance, ou bien le passé lointain, la pratique historique de la religion ou les symboles culturels qui étaient à l’oeuvre dans les mentalités tunisiennes en général, par exemple le rôle des oulémas, le rôle du chef, la hiérarchie au sein de la famille. Tout cela, ce sont des symboles culturels et pas uniquement des réalités.

C’est tout un état d’esprit tourné vers l’avenir qui permettra aux potentialités qui existent chez les jeunes en particulier, de s’épanouir, et notamment pour certains dans la recherche non seulement scientifique et technologique, mais dans les sciences de l’homme et de la société. Autrement dit, il s’agit d’apprendre à se remettre en cause, d’avoir une attitude interrogative au lieu et place de l’attitude dogmatique, savoir se débarrasser de la théorie des complots. Cette éventualité est maintenant possible. Si cette révolution aboutit à un changement profond dans les manières de penser des Tunisiens dans tous les domaines, elle méritera alors le nom de révolution et non d’un simple soulèvement ou évènement conjoncturel.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Abdelmajid CHARFI

Historien de la pensée islamique

(propos recueillis par PND)

 

Crédit photographique : © Fethi Belaïd – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Révolution et rupture(s)

C’est un lieu commun de faire de la rupture avec l’ordre établi une condition sine qua non de la réalisation de la révolution. Mais, la notion de rupture est moins évidente à saisir qu’il n’y paraît. Elle n’est jamais définie définitivement, car c’est dans le feu de l’action qu’on fixe son plafond et toujours d’une manière provisoire en rapport avec le contexte. Il n’est pas exclu d’ailleurs qu’elle débouche sur la notion antinomique de continuité.

En Tunisie, en l’espace de quelques semaines, la rupture a changé plusieurs fois de contenu. Le suicide de Bouazizi a révélé la nécessité de rompre avec une politique de l’emploi aussi inefficace qu’inéquitable. Les réactions maladroites et de toute façon tardives du pouvoir central ont scellé la rupture avec Ben Ali et son clan, avec pour mot d’ordre « plutôt crever que perdre sa dignité ». Au lendemain de la fuite du dictateur, c’est au tour de la dictature, puis du parti qui lui est associé, de tomber dans le collimateur de la rupture. Du coup, avec l’appel à la démocratie, c’est tout le système politique qui est remis en question. Ainsi, la succession en un temps record des mots slogans de la rupture : équité, dignité et démocratie donnent-ils la mesure de l’importance de la cassure entre gouvernants et gouvernés.

Cependant, comme dans la plupart des révolutions, une autre rupture n’a pas tardé à se mettre à l’oeuvre, cette fois-ci entre révoltés et révolutionnaires, entre ceux qui, excédés par la radicalisation de la contestation, entendent maintenant marquer le pas et ceux qui, emportés par l’élan, sont décidés à aller de l’avant. Si la rupture recèle pour ces derniers un contenu positif, elle devient pour leurs contradicteurs synonyme de déstabilisation, voire d’anarchie.

D’aucuns se risquent même à gommer la radicalité de la rupture en réintégrant le phénomène révolutionnaire dans la longue durée. La recherche du temps perdu ou le retour à une période considérée idyllique fournit une autre dimension à la rupture, celle de la continuité. Ce résultat paradoxal est, en fait, le résultat du passage de l’enthousiasme à la peur. Peur de perdre des acquis, mais aussi de provoquer un désordre social, défavorable à l’establishment. Maintenant, il faut dire que rupture en temps révolutionnaire rime aussi avec surenchère, du moins pour une catégorie de personnes, celle qui, par opportunisme ou par peur d’être démasquée lorsque sonne l’heure de la vérification des cursus, n’a pas d’autre moyen que de se saisir de la rupture comme d’une arme de la dernière chance. La notion de rupture se présente alors de plus en plus en filigrane, servant de prétexte à certaines idéologies ou de stratégies de gestion des risques. Aussi, certaines ruptures réclamées apparaissent-elles comme artificielles, voire comme des leurres.

En fait, l’approche de cette notion est inhérente à l’étude des acteurs et des intermédiaires. Elle requiert de la part du chercheur une analyse à la fois du discours et de la pratique des uns et des autres pour distinguer la rupture qui a favorisé une dynamique d’innovation de celle qui a suscité plutôt le besoin de continuité, voire la restauration sous une autre forme d’une situation prérévolutionnaire.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Hassen EL ANNABI

Historien, Tunis

 

Crédit photographique : ©Fethi Belaïd – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Piste pour une lecture sociologique de la révolution tunisienne : les structures, les acteurs et la complexité

Une révolution n’est pas un moment (un point de rupture). C’est plutôt un processus (une tranche d’histoire). L’on gagnerait à la penser comme un long mouvement ou cycle de déstructuration /restructuration qui est loin d’être linéaire et ne s’inscrit pas nécessairement dans un schéma évolutif. De ce point de vue, une lecture sociologique ne doit pas se limiter à une approche descriptive ni se cantonner dans un schéma large décrivant les déterminants historiques structurels régissant le mouvement social.

Face à un changement social brutal, l’analyste collé au sens commun risquerait de faire fausse route tout comme l’acteur, collé à ses idéaux, risquerait la désillusion. Il est donc impératif de saisir les faits dans leur complexité : de quoi, paradoxalement, conforter l’analyste et réconforter l’acteur social et politique. La sociologie tunisienne doit dans le nouveau contexte-pouvoir rendre opérationnel le concept de « complexité » à l’instar de la sociologie italienne d’avant les années 90.

Au sens sociologique, la Révolution est une Crise. Mais le concept de crise a été banalisé et approprié par le sens commun, incluant le discours politique et médiatique, au point de perdre toute valeur opérationnelle pour saisir la « complexité ». Quels sont les déterminants de la révolution tunisienne ? Est-il permis de rechercher des causalités simples et linéaires ?

À priori, les traits structurels et objectifs suffiraient pour camper le schéma théorique : Le blocage relatif du développement ; les inégalités régionales ; la sclérose de l’appareil d’état ; le verrouillage dictatorial de la société civile ; l’absence de libertés ; les menaces de déclassement au sein des strates moyennes ; les faibles perspectives d’ascension voire de fixation socio économique sur un marché du travail valorisant la précarité et la flexibilité de l’emploi …

Ces traits illustrent certes le contexte historique de la mondialisation et de l’extraversion libérale depuis trois décennies mais sont à retenir comme les descripteurs majeurs de la société tunisienne depuis d’indépendance.

Alors, pourquoi la Révolution (la rupture) maintenant et pas plus tôt ou plus tard ? C’est parce que à notre sens le point d’inflexion est intervenu au moment ou tous les paradoxes ont atteint leur point culminant. Je m’explique sommairement : Les régions de centre ouest (Kasserine, Kairouan, Sidi Bouzid) ont « explosé » au moment où elles ont commencé à connaître un processus significatif de développement. Sous plusieurs indicateurs socio-économiques, les régions de l’intérieur et plus particulièrement le Nord et le Centre-Ouest, ont connu au cours de la dernière décennie, des changements significatifs des modes et conditions de vie, illustrés par le développement des petites villes au niveau de « l’axe médian » (bande parallèle à ligne côtière dans une profondeur de 50 a 70 km) : et le recul de l’habitat rural dispersé et des formes anciennes de subsistance et de pauvreté, l’extension du salariat et de l’emploi féminin, une migration « pendulaire » exprimant des stratégies multiformes des ménages ….

Rappelons que le pouvoir déchu a inscrit le développement de régions intérieures comme un thème majeur de sa quête de légitimité socio –politique. Mais dans les limites d’une politique de saupoudrage du développement fortement encadrée par les réseaux clientélistes sous la coupe du RCD, à travers le Programme Régional de Développement, les divers instruments d’appui à l’agriculture, à l’artisanat et à la micro entreprise et les chantiers d’emploi. Dans ces régions à dominante rurales, un peu plus qu’ailleurs l’Etat apparaît comme l’extension du parti plutôt que l’inverse.

Dans la mesure où ce sont là les régions les plus représentées au RCD (Données vérifiables et existantes), l’explosion ressemble à une crise interne de l’appareil socio politique du parti-État au pouvoir dont l’UGTT n’était plus qu’une annexe turbulente et sous contrôle. Cette crise interne est venue amplifier une crise sociale que l’élite politique locale a pour rôle historique de contenir et de retarder. Pour l’anecdote (…), les acteurs institutionnels centraux (UGTT) du mouvement à Sidi Bouzid portent la seconde casquette RCD.

Dans le même sens, les régions défavorisées de l’intérieur ont toujours été les plus grandes pourvoyeuses de policiers. Les passe-droits accordés à la police et aux « militants » du parti et autres pôles satellites de pouvoir, ont impulsé des acteurs et des pratiques qui ont fortement noyauté l’économie informelle et au-delà, et ceci dans l’ensemble du pays. Les rivalités entre les différentes composantes de l’économie maffieuse liée à la gestion du secteur informel approchaient de leur point de rupture. Le jeune marchand ambulant Mohamed Bouazizi, s’est trouvé face à une situation intenable : Il devait distribuer plusieurs « rachouas » à la fois.

Cette crise locale n’était en fait que la manifestation d’une crise générale qui imprégnait l’ensemble du tissu social et institutionnel tunisien. Elle prend son sens dans une crise originelle ou congénitale de légitimité du pouvoir depuis 1987. Une crise liée non seulement au profil personnel du successeur de Bourguiba mais aussi et surtout au profil autoritaire et centralisateur du pouvoir qui prolonge bien l’ancien régime mais selon un modèle nouveau à forte connotation policière (« le changement dans la continuité » est un slogan récurrent). Un modèle nouveau où le parti reste un pole de pouvoir mais doit désormais composer avec l’appareil sécuritaire et le prolonger. Le parti versera le plus souvent dans la surenchère dans la glorification de « Siyadet Errais » pour le rassurer sur sa pertinence incontournable – en comparaison avec la police- dans le quadrillage du pays. En milieu rural, et au niveau des petites villes de l’axe médian notamment, c’est le parti qui assure le mieux la fonction préventive sécuritaire. Il en tire plus d’aura auprès de la police, de meilleures places pour les « militants » provenant de ces régions, davantage de pouvoir et une meilleure part du gâteau national. La machine clientéliste ne doit pas échapper totalement au parti.

Mais les pans les plus viables du « gâteau national » au niveau desquels s’échange l’essentiel des ressources (financières notamment) fait l’objet de convoitises et de traitement particuliers. Il s’agit des activités et des acteurs liés à l’ouverture libérale et à l’émergence du gros capital privé structuré, que la mondialisation a porté à des niveaux inédits en Tunisie (sociétés, entreprises, groupes et holdings au niveau des secteurs clé).

Le pôle politique et le pôle économique entretiennent des relations d’interdépendance sur un fonds de méfiance larvée. Cette méfiance entre ces deux pôles est un processus ancien car depuis d’indépendance, le pouvoir central (développeur exclusif de la nation) a toujours vu d’un mauvais œil l’émergence d’un entreprenariat national qui constituerait l’embryon d’une bourgeoisie nationale susceptible de prétendre au pouvoir (rappelons-nous le traitement réservé par Bourguiba aux acteurs politiques réputés financiers, banquiers, chefs d’entreprises, … et autres héritiers de grosses fortunes ; il ne semblait aimer ni l’argent ni les gens qui en parlent, à commencer par son propre fils) .

Or, le déficit de légitimité du pouvoir déchu (et déjà déçu !…d’être aussi mal aimé) l’a conduit à la dérive maffieuse et à des rapports ambigus avec les pôles de l’argent qui ont ambitionné de se structurer comme pôle de pouvoir prétendant à l’autonomie et à la participation aux processus décisionnels : La caste au pouvoir cherchait tour à tour à rivaliser , à soumettre au chantage, à ravager, à phagocyter ou à se substituer aux détenteurs de capitaux pour peu qu’ils soient suspectés de désir ou des capacité de puissance. Les alliances matrimoniales ont servi parfois à exorciser la peur qui marquait les rapports entre le pôle économique et le pôle politique (mariages entre le clan et le milieu entrepreneurial à commencer par le « patron des patrons »)

Le clan au pouvoir vivait un double déficit de légitimité : D’un coté vis-à-vis de la population, perçu comme un pseudo leadership, et de l’autre coté vis-à-vis de la classe des entrepreneurs, considéré comme acteurs parvenus disposant d’une fortune indue qui se confond avec les ressources publiques.

Une sociologie de la complexité et des paradoxes doit intégrer dans la même unité d’analyse les structures, les acteurs et les processus qui les traversent. De ce point de vue, la tendance totalitaire et la dérive maffieuse en tant que processus, prennent appui sur les comportements stratégiques des divers acteurs mais trouvent leur source dans les structures aussi bien organisatrices qu’idéologiques qui en constituent le support. C’est tout l’enjeu d’une sociologie de la complexité post révolution qui devra analyser la dynamique des acteurs face à un ensemble de processus interdits d’expression : l’islamisme, le régionalisme, le mouvement revendicatif syndical et populaire, la lutte des classes et la lutte des places désignant les enjeux de pouvoir.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Abdelkhaleq B’CHIR

Sociologue, Monastir, INTES, Tunis

 

Crédit photographique : © Fred Dufour – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Facebook, un outil d’identité pour la révolution

Internet offre de plus en plus de services aux particuliers, aux entreprises, aux associations et aux acteurs sociaux de différents âges et catégories sociales. L’utilisation du réseau numérique y est devenue un moyen de participation sur le mode de l’éventuel et du virtuel. A ce propos, qu’est ce que Facebook ? Quelle a été la portée de ce réseau social sur la révolution tunisienne ?

Sur Facebook on crée un compte, une liste d’amis, un profil, on y multiple les données personnelles sur sa page de démarrage. Chaque utilisateur, à partir des informations rentrées dans son profil, y gère une véritable « identité numérique » qui intériorise son « identité individuelle » et favorise l’identification de soi dans la contribution à un champ social virtuel. Chaque site possède un espace de reconnaissance sur lequel chaque membre peut inviter un nouveau contact et ainsi accroître les réseaux des nouveaux adhérents du site visité.

Facebook constitue un espace de soulagement pour extérioriser nos idées, nos émotions, nos attitudes, nos envies, tout ce qui constitue nos identités duales et assemblées. Bref, une identité plutôt schizophrène entre la réalité sociale qui impose un contrôle de l’expression sur des sujets interdits tels les sujets politiques, et une réalité personnelle par laquelle l’utilisateur dévoile et construit sa nouvelle conception de soi dans la réflexivité sociale et sa validation par autrui. C’est dans cette même expérimentation de soi, que l’on observe la vie des autres, et que l’on se positionne par rapport à leur existence.

Facebook a joué un rôle important dans le contexte tunisien. Tout d’abord par les photos qui ont été prises de Bouazizi en train de se brûler devant la municipalité, images partagées sur Facebook par son cousin, et ayant un pouvoir d’influence. Cet incident, historique dans le cadre de la progression des révoltes de jeunes dans les différents gouvernorats, a renforcé l’exaspération et la colère envers l’Etat dictateur. Le courant de manifestation a commencé à prendre de l’ampleur grâce aux vidéos enregistrées par des téléphones mobiles et partagées sur les pages du réseau social. Facebook est ainsi devenu un vecteur de circulation d’une information qui échappait au contrôle des autorités, plateforme d’échange qui a libéré la parole et mobilisé les énergies.

Facebook a été aussi un moyen de coordination d’actions collectives telles les manifestations. Il a de même constitué un outil puissant pour contourner les barrières mises en place par le pouvoir afin d’empêcher les médias étrangers de couvrir les événements. Les vidéos filmées sur le terrain et diffusées sur Facebook ont été massivement exploitées par les télévisons étrangères (France 24 et Al jazeera) pour relater les faits sur le terrain et informer l’opinion publique internationale et nationale sur l’évolution de la situation.

Enfin, Facebook est devenu un exutoire des jeunes tunisiens dans l’intention de s’exprimer et de publier des vidéos, des photos voire des citations personnelles. Il s’est agi de dépasser un monde contrôlé et interdit pour s’ouvrir à un autre monde, virtuel, auquel il est possible de s’identifier plus librement afin de réaliser notre propre liberté, liberté d’expression et de pensée, en vue de construire une nouvelle Tunisie.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6 

 

Sihem TALBI

Étudiante en Master, ISSHT, Tunis

 

Crédit de l’illustration : © rizkallah-d3ale98

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Quand dire c’est faire : la révolution tunisienne, un évènement de langage fait l’histoire

« C’est le langage qui fait de l’homme un animal politique, […] les mots justes trouvés au bon moment sont de l’action […] seule la violence brutale est muette » Hannah Arendt

Au moment où les Tunisiens commencent à parler le langage des partis et des élections, il est bon de rappeler les énoncés de la révolution, ce premier réveil arabe pour la liberté qui a résonné dans toute la région et où les mots clés de ses slogans furent répétés. Initiée par une jeunesse que l’on croyait apolitique, cette révolution a d’abord montré la vertu performative du langage, sa capacité de transformer par le simple fait de dire une situation politique longtemps considérée comme le destin de certains peuples à vivre sous la tyrannie. Aussi, la théorie du langage comme action ne trouvera pas meilleure illustration que dans les propos de Hannah Arendt, et la théorie du clash de civilisations plus juste démenti que dans les mots des slogans qui ont secoué la Tunisie et d’autres pays arabes dix ans après les événements de septembre 2001.

La révolution comme événement de langage et événement politique

Ecrasés sous une chape de plomb de silence pendant 23 ans, les Tunisiens ont accompli une révolution qui a abattu l’une des dictatures les plus sévères de notre temps avec pour seule arme le langage. Brève, pacifique, sans leaders, sans partis, la révolution tunisienne a réuni toutes les classes sociales autour de slogans qui ont catalysé la haine d’un régime policier et corrompu. Lorsque le mur de la peur est tombé, la parole s’est libérée. Et c’est cet événement de langage qui a constitué en même temps un évènement politique. C’est une révolution qui a opposé à la répression policière la performance langagière. Des mots longtemps tus, censurés ont été criés à haute voix dans les manifestations, écrits sur les pancartes et sur les murs de la ville après avoir été écrits sur les murs de Facebook où l’on a pu voir et entendre ce qu’on n’osait pas se dire à soi-même. Ce fut une révélation : l’impensable devient dicible et communicable. Facebook est remercié pour sa contribution à la victoire. Il a anticipé et valorisé le regroupement, la manifestation qui rend au peuple son autonomie en la lui manifestant.

La révolution « pour la liberté et la dignité »

Alors que l’information officielle avait déclaré que l’immolation par le feu de Bouazizi était un « fait divers », la population a mis en mots cet acte comme une déclaration politique, un appel pour dénoncer une vie sans dignité et sans liberté où le citoyen réduit à rien s’anéantit. Les mots qui furent répétés durant les manifestations étaient : « shoghl, horryya, karama wataniyya » (emploi, liberté et dignité de citoyen), des mots justes qui ont sonné l’heure de parler pour tout un peuple humilié par la peur et l’absence de liberté. Le mot « emploi » a une connotation politique avant tout. Il dénonce la corruption et l’inégalité de la répartition des richesses. Il est glosé par cette précision : « Ce n’est pas une révolution des affamés »[1] que nous voyons sur cette image. Nous ne sommes plus dans le cycle des révoltes du pain, comme le souligne l’un des plus célèbres slogans de la révolution: « Khobz w mé w ben ali lé » (du pain, de l’eau et pas de Ben Ali). « Emploi » Ce mot a fini par trouver son sens intégré dans les mots de « liberté » et « dignité » qui sont les seuls marqueurs linguistiques de la révolution tunisienne et ses repères fondateurs : des valeurs universelles. Point de référence à l’islamisme, ni à l’impérialisme, ni au panarabisme.

C’est cette nouveauté dans les mots des slogans des révolutions arabes qui a surpris. Le quotidien français Libération a signalé cette nouveauté dans la couverture de sa livraison du 15 janvier 2011 par le mot « horrya » écrit en arabe et en grands caractères sur une photo de la manifestation de la veille qui a chassé Ben Ali du pouvoir. Sans doute pour la première fois, le mot « liberté » en arabe donne-t-il à voir, dans la lettre que les Tunisiens commencent à écrire avec ce mot, une nouvelle page de l’Histoire[2]. Après eux, au Caire, à Sanaa, à Damas, … les jeunes se sont soulevés pour exiger le départ de leur gouvernant en scandant : « Horrya », ou « ashaab youreed isqat an-nidham » (le peuple veut la chute du régime).

La thèse du clash de civilisations peutelle encore résister ?

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Nabiha JRAD

Linguiste, Université de Tunis

 

Crédit photographique : © DR ; Fethi Belaïd


[1] Jacques Chirac, lors de sa visite officielle à Tunis en 2003 avait déclaré « Le premier droit humain est celui de manger » pour vanter le miracle économique de la Tunisie, crédo de tous ceux qui défendaient le régime.

[2] Certains observateurs se sont empressés de penser que la démocratie peut s’exporter par les mots. « Dégage » « un mot français pour une invitation à la démocratie ». Le Monde. Mensuel Numéro 13. Février 2011. En réalité c’est un mot que la mémoire collective a réactivé pour revendiquer la liberté et la souveraineté du peuple, d’où le symbole du drapeau et de l’hymne national dans cette révolution vécue comme une seconde indépendance voire l’indépendance réelle comme l’ont affirmé les révolutionnaires.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La révolution tunisienne, un miracle des temps modernes

Toute analyse sereine, déchargée de conduits idéologiques ou de perceptions anthologiques de la révolution du 14 janvier 2011 laisse percevoir un certain nombre d’événements qui échappent à l’ordre du rationnel, aux scénarios prospectifs, voire même aux aspirations politiques des partis de l’opposition et des syndicats contestataires. C’est ce qui s’est produit : abattre une dictature, l’humilier, défaire tous ses symboles par des anonymes, par une dissidence informelle, par une jeunesse inattendue qui a fait tache d’huile au milieu des syndicats ouvriers régionaux tout particulièrement dans les régions oubliées, une jeunesse qui s’est emparée d’Internet sans demander l’autorisation à quiconque, une jeunesse qui a inventé « Dégage », un slogan inimaginable quelques semaines auparavant. C’est ce qui a poussé l’opinion publique à se retourner soudainement contre le parti au pouvoir, le RCD, élargissant ainsi la sympathie à tous ceux qui luttaient pour la démocratie. Par ailleurs, l’organisation d’une résistance implacable partout, dans les quartiers, dans les villages et dans les villes a complètement transformé le comportement de la société vis-à-vis de la peur et la servilité. C’est dans cette atmosphère que le régime politique de Ben Ali a été secoué par un mouvement populaire, massif qui affichait au départ des idéaux humanistes, « dignité et justice ».

N’est-ce pas là un miracle ? Certes d’aucuns diront à raison que cette révolution s’inscrit dans l’histoire, en étant la résultante de plusieurs combats et sacrifices assumés par des dizaines de syndicalistes et d’opposants politiques tout au long de la dictature de Ben Ali. Cependant, cette approche historique classique exclut en grande partie la dimension extraordinaire, miraculeuse d’un tel mouvement pour les raisons suivantes :

– Malgré tous les moyens répressifs dont dispose le pouvoir, le rapport de force n’a jamais été en faveur de ce dernier tout particulièrement après les funérailles du jeune Bouazizi qui s’est immolé à Sidi Bouzid :

– La marche des régions sur Tunis est une première dans l’histoire du mouvement social depuis l’indépendance.

– La résistance dans les régions comme dans la capitale s’articulait autour de deux principes : l’autonomie de décision par rapport aux mouvements politiques structurés, et l’engagement collectif de tous les acteurs de la révolution.

– La volonté des manifestants et des résistants d’affronter à tout moment la milice du parti au pouvoir.

– L’impératif politique accompli, qui exige que face à un régime où l’idéologie, la décision, la coercition, le capital, les medias demeurent monopolisés ouvertement par un dictateur et sa famille, seul un soulèvement populaire généralisé soit en mesure de le chasser, l’écrasante majorité des tunisiens ayant participé d’une manière directe ou indirecte au soulèvement.

– Enfin, la résistance s’est trouvée face à une armée faible, désorientée mal préparée, décapitée de ses chefs, tenue à l’écart et isolée par Ben Ali lui-même. En réalité, l’armée tunisienne n’avait ni les moyens humains, ni la logistique nécessaire lui permettant d’affronter la population. Sa neutralité affichée est en fait une forme de revanche contre celui qui l’a humiliée pendant 23 ans, le général Ben Ali issu de ses propres rangs.

Tous ces éléments réunis et en y ajoutant l’éclosion de la chanson contestataire et l’émergence d’un humour pertinent ridiculisant le régime avant même sa chute ont largement contribué à la construction du miracle du 14 janvier.

En conclusion, la révolution a chassé beaucoup plus qu’un dictateur. Elle a mis fin pour le moment à une idéologie populiste maléfique, rituel initié par Bourguiba qui consiste à faire croire à la population que le régime est immuable, éternel, plébiscité par le monde entier… Le miracle s’arrête là. Aujourd’hui la question est de savoir si cette révolution « miraculeuse » sera en mesure de mettre à profit son génie pour réaliser la démocratie et la justice sociale… Rien n’est moins sûr : le miracle n’a jamais été un argument historique et politique irréversible. Le principal facteur de prudence est la faiblesse sociale et intellectuelle du mouvement démocratique lui-même. Quant à la seule certitude que nous pouvons avancer, c’est qu’aucune solution idéologique globale n’est en mesure de l’emporter à elle seule en Tunisie, parce que la transition démocratique est avant tout la construction d’une société civile avec tous ses différents liens sociaux, culturels, économiques et politiques.

Attention, le miracle ne se produit qu’une seule fois.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Ridha TLILI

Historien, Université de La Manouba

 

Crédit photographique : © AFP – Fethi Belaïd

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Des révoltes de Gafsa à la situation révolutionnaire

Bassin minier de Gafsa

La formule « révolution de jasmin » s’est très rapidement imposée chez les commentateurs pour qualifier les protestations qui ont précipité la chute du régime de Ben Ali. Déjà employée pour qualifier le « coup d’Etat médical » de Ben Ali en novembre 1987, l’expression reflète bien le mythe exotique d’une Tunisie de la modération, de la négociation et du compromis. Toute une série de stéréotypes développés ici et là démontrent une incapacité à saisir les dynamiques sociopolitiques affectant le pays depuis de nombreuses années. D’où d’ailleurs une tendance à valoriser les explications de type « spontanéiste » et « conspirationniste », comme si la révolution tunisienne était le fruit de l’activisme cyber-militant (mythe de la révolution Facebook), d’intrigues au sommet entre militaires et « colombes » du régime (mythe de la révolution de Palais) ou encore d’une intervention étrangère discrète (mythe de la « révolution orange » orchestrée par les Etats-Unis). De telles explications ont probablement une part de vérité. Toutefois, elles ont tendance à entretenir le cliché d’une apathie politique généralisée et corrélativement à euphémiser les formes de résistance populaire et de contre-conduites, voire de dissidences[1], dont les manifestations visibles ne sauraient se limiter aux événements de l’hiver 2010-2011 mais qui renvoient à une temporalité bien plus complexe.

Une telle démarche nous incite à réviser la chronologie médiatique de ladite « révolution » et à penser les dynamiques protestataires à l’oeuvre dans la société tunisienne ces dix dernières années, conduisant à un épuisement progressif des sources de légitimité du régime Ben Ali[2] et à un grippage de ses modes de contrôle social, dont la répression policière ne constitue qu’un registre parmi d’autres. En effet, si le phénomène de peur était bien présent dans la population, il n’a pas empêché, le développement d’actes isolés de désobéissance, les critiques larvées des « familles » au pouvoir coïncidant avec un moindre engagement lors des cérémonies officielles comme, par exemple, les célébrations du 7 novembre, commémorant le « coup d’Etat médical » de Ben Ali. Mais ce qui est davantage significatif des dernières années du régime, ce sont les actions collectives de contestation d’une ampleur inédite sous Ben Ali, dont les protestations du bassin minier de Gafsa en 2008 sont l’épisode principal[3].

En effet, depuis les révoltes de 1984, la Tunisie n’avait pas connu de mouvements sociaux aussi importants. A partir du 6 janvier 2008, suite à l’annonce des résultats d’un concours de recrutement de la Compagnie des Phosphates de Gafsa (CPG), des habitants des principaux villages et villes des centres miniers de la région du sud-ouest tunisien se sont massivement engagés dans une série d’actions de protestation qui ont duré plus de six mois, abouti à des centaines d’emprisonnement et fait des dizaines de blessés et trois morts. La dénonciation du mode népotique d’attribution des postes de la CPG avait réuni un nombre important de chômeurs (diplômés ou non), de leurs familles, en bref de « militants » ad hoc de tous bords. Dans la région de Gafsa, ce ne sont pas des ouvriers, comme il a été parfois dit, mais bien une majorité de « jeunes », pour la plupart sans emploi, qui se sont mobilisés.

Les mobilisations à Gafsa sont « ancrées » dans des raisons d’être, des modes d’énonciation et des relations socio économiques spécifiques à la région minière. Mais simultanément l’analyse de ces révoltes[4] et de celles qui vont leur succéder dans d’autres régions de l’intérieur du pays, permet de mettre en exergue les traits saillants de ces protestations fort éloignées des registres militants des activistes des droits de l’homme de la capitale : un registre de dénonciation contre la corruption, une détermination contre la fatalité du chômage, une mobilisation surtout de jeunes déclassés et une action collective peu institutionnalisée, en tout cas en décalage avec la classe politique d’opposition et la direction de la centrale syndicale.

Manifestation à Redeyef, dans la région minière de Gafsa, juin 2008

Un double clivage socio-territorial et générationnel caractérise ces actions collectives. Une géographie politique et économique rapide de la Tunisie montre que la carte des disparités socioéconomiques se superpose à la « carte protestataire » de ces dernières années. Dans les régions paupérisées du bassin minier de Gafsa dans le sud-ouest dès 2008, dans le sud-est à Ben Gardane en août 2010, dans la région agricole de Sidi Bouzid en décembre 2010, ainsi qu’à Kasserine dans le centre ouest du pays en janvier 2011, se sont déclenchés de forts mouvements protestataires. Ces mouvements, les données tangibles sur lesquelles ils reposent et le sentiment de paupérisation qu’ils expriment, dévoilent ce que la Tunisie du « miracle économique »[5] élude : les disparités régionales, la marginalisation économique et sociale de pans entiers de la population, exclus du système de protection car exclus des circuits de l’emploi. Mobilisations de ces régions paupérisées donc, mais aussi actions protestataires de jeunes animés par un profond sentiment de déclassement social et d’indignité.

En effet, lors du « moment révolutionnaire » qui a vu la fuite de Ben Ali, les acteurs protestataires sont majoritairement des « jeunes » de quartiers populaires. Ils sont pour la plupart chômeurs ou occupent des métiers jugés dévalorisant et pénibles : ouvriers à l’emploi non durable dans les sociétés sous traitantes de la CPG, contrebandiers de Ben Gardane se battant contre les aléas d’une économie de survie dépendant des douaniers, diplômés des universités face à la précarité de leur travail dans les centres d’appels des grandes villes, « garçons du quartier » éternels adolescents passant leur journée dans les cafés, « tenant les murs »[6] et condamnés à une économie de la débrouille au quotidien. C’est cette jeunesse humiliée qui a été le moteur des mouvements de contestation contre le régime.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Amin ALLAL

Politologue, IEP Aix en Provence,

Université de Nice

 

Crédit photographique : © Tunisienumérique.com ; DR.


[1] Michel Camau, 2008, « Tunisie : vingt ans après. De quoi Ben Ali est-il le nom ? », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS Éditions, 507-527.

[2] Vincent Geisser, 2008, « Tunisie : la question sociale à l’assaut du régime », L’Encyclopédie de l’état du monde, Paris, La Découverte.

[3] Amin Allal, 2010, « Réformes néolibérales, clientélismes et protestations en situation autoritaire. Les mouvements contestataires dans le bassin minier de Gafsa en Tunisie (2008) », Politique africaine, n° 117, 107-125.

[4] Larbi Chouikha et Vincent Geisser, 2010, « Retour sur la révolte du bassin minier. Les cinq leçons politiques d’un conflit social inédit », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS Éditions, 415-426.

[5] Béatrice Hibou, 1999, « Tunisie : le coût d’un miracle économique », Critique internationale, n° 4, 48-56.

[6] Amin Allal, 2010, « ‘Avant on tenait le mur, maintenant on tient le quartier !’ Germes d’un passage au politique de jeunes hommes de quartiers populaires lors du moment révolutionnaire à Tunis », Politique africaine, n° 121, 53 -67.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Premiers « moments » révolutionnaires

De Gafsa à Sidi Bouzid

On situe généralement l’acte de Bouazizi comme le déclencheur de la révolution tunisienne, en réponse à la marginalisation, à l’injustice et au chômage. Révolution des chômeurs, dont les jeunes ont pris le flambeau, guidés par une volonté de liberté, de dignité et de droit de vivre. Disons plus objectivement que cette révolution a connu deux foyers de déclenchement.

Avant Sidi Bouzid, il faut mentionner les protestations du bassin minier du phosphate à Gafsa en 2008. Les habitants de la région y ont manifesté durant six mois sans que leur action n’ait pu trouver un écho sur le plan national. Ce mouvement de bassin minier visait à lutter contre la situation de chômage croissante dont souffrent les jeunes de la région de Gafsa. Il dévoilait la réelle situation économique et sociale de marginalisation et de pauvreté des citoyens dans une région supposée être riche. Le fait que l’État ait négligé les demandes des protestataires a contribué à politiser le mouvement ainsi passé d’une demande d’emploi vers un mouvement politique contre la gouvernance de Ben Ali et contre la fuite de l’argent de Gafsa hors de l’activité minière. Puis est intervenu le mouvement politique des syndicats et de l’UGTT (l’Union Générale Tunisienne du Travail) visant à abattre une dictature coupable de vol. Il y a eu alors la flambée des slogans réclamant un pays sans Ben Ali. Il s’en est suivi une guerre locale, entraînant victimes et crimes, entre la police et les citoyens de différentes délégations du gouvernorat. A cette époque, une majorité de tunisiens n’était pas au courant de ce qui passait dans la région, voire n’avait pas entendu parler du mouvement du Bassin minier. Les médias tunisiens, contribuant à dissimuler le mouvement, avaient occulté ces manifestations en déclarant seulement quatre meurtres dénoncés comme étant à l’origine des émeutes et comme commis par des irresponsables fauteurs de troubles et menaçant la sécurité… Cette voix de dignité issue du bassin minier, avait été éteinte sous l’usage de la violence et de l’agressivité de la police.

Ces protestations qui ne s’étaient pas achevées en 2008, sont réapparues lors de la déclaration du décès de Bouazizi, dans les gouvernorats de Kasserine, Sidi Bouzid et Gabes. À ce moment là, le mouvement n’était pas encore répandu sur tout le territoire tunisien, et il fut porté par des élites dont les avocats témoins de toutes les corruptions et les criminalités de la famille présidentielle ainsi que de l’usage des armes par la police tunisienne durant les manifestations. Tel fut le début de cette grande éruption volcanique des tunisiens de tout âge et catégorie socioprofessionnelle, guidés par leur patriotisme, leur amour du pays et leur solidarité.

Qui sera le martyr ?

Dès le déclenchement des protestations révolutionnaires, l’acte de Bouazizi a été considéré comme le flambeau de la révolution, son nom a été scandé par tous les Tunisiens comme celui du héros du pays, du sacrifice de la liberté, annonciateur du retour au droit de tout être social : avoir du travail, une vie digne et devenir respecté. L’on sait de ce héros qu’il était un vendeur ambulant de légumes, appartenant à une classe sociale défavorisée et ayant grandi dans un milieu marginalisé situé à Sidi Bouzid au centre ouest de la Tunisie. Il a été sacralisé comme une victime de l’ancien régime de Ben Ali, des inégalités sociales, du chômage, du détournement économique, de la censure des libertés d’expression suite à la gifle reçue d’une femme membre de l’équipe de contrôle municipal, symbole de l’injustice incontournable du pouvoir gouvernemental.

Depuis le 17 Décembre, personne ne savait où se trouve Fédia Hamdi la femme qui a giflé Bouazizi. Il a fallu attendre le mois de Mars pour découvrir qu’elle était prisonnière depuis le début de la révolution, observant une grève de faim afin d’être présentée rapidement devant le tribunal. Plusieurs mouvements solidaires ont voulu défendre cette femme sous le motif que sa gifle n’était qu’une réaction pour se protéger face à l’irrespect des paroles scabreuses utilisées par Bouazizi. Outre l’acquittement rendu le 19 avril par le tribunal, pour une gifle qui n’aurait pas été donnée, Fédia vient en outre d’obtenir un nouveau statut et une nouvelle appellation : « le martyr est encore en vie ». L’interprétation des faits prend désormais un nouveau sens : lors du « moment révolutionnaire », ils étaient considérés comme une réponse à la dictature de Ben Ali et au système politique abusif ; par la suite, ils ne deviennent que la réponse d’une faible créature n’ayant pas trouvé d’autre moyen de se défendre face à une violence verbale, que celui d’une gifle qui a été « représentée » comme la cause de la révolution. Gifle « construite » par les représentations sociales, et finalement infirmée par la confrontation des témoignages.

On constate ainsi la manipulation par une action de politisation d’un incident qui a abouti à la chute d’une dictature et à la légitimité révolutionnaire d’un vendeur de légumes, aboutissant à la dépolitisation et à la stigmatisation d’une réaction conduite par l’instinct protecteur d’une femme devant des provocations blessantes. Il s’agit d’une lecture des faits, et d’une transformation des rôles par la domination d’un groupe social ayant une influence majeure au nom de la voix du peuple. Sous cette instrumentalisation politique des mots et des faits, sera t-il possible de relever la vérité ? Bouazizi demeurera-t-il le martyr de la Tunisie ou bien, avec la réhabilitation sociale de Fédia Hamdi, sa situation changera-t-elle de celle d’un martyr vers celle d’un simple homme mis en défaut ?

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Amira MOKDED

Étudiante en Master, ISSHT, Tunis

 

Crédit photographique : © EPA – Lucas Mebrouk Dolega

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Révolution de l’olivier en Tunisie

Texte extrait de la lettre adressée par l’auteur le 23 janvier 2011 à l’association Alfapsy (et à
son président, Paul Lacaze), en remerciements de son soutien au peuple tunisien

J’étais particulièrement sensible à vos mots ainsi qu’à vos pensées de soutien et de solidarité avec la jeunesse et la population tunisienne de la Tunisie profonde, qui ont construit cette Révolution, ceci sans armes mais avec beaucoup de cran et de courage, face à une gouvernance dictatoriale qui se donnait comme rempart, comme exemple et modèle sécuritaire à suivre contre tout risque présumé « de désordre et de dérive terroriste ».

Cette jeunesse et cette population de la Tunisie profonde a fait preuve d’une maturité politique et culturelle, s’adaptant à l’inexistence, au début, de tout cadre politique classique qui pourrait l’organiser, mais apte à user des moyens modernes de ce que l’on désigne de cyber-résistance… Cette jeunesse et cette population de la Tunisie profonde a dû offrir son lot de martyrs, hommes et femmes, tués pour une grande partie par des tireurs d’élite de la garde présidentielle, corps d’élite sous les ordres directs de Ben Ali et de son bras droit, le Général Ali Seriati. Ce dernier a continué son massacre du peuple en vue de créer le chaos et de justifier la nécessité d’un rétablissement du même pouvoir sécuritaire, ou à défaut, d’une nouvelle gouvernance prenant son fondement à partir du même modèle de maniements sécuritaires des idéologies.

Cette Révolution de l’Olivier, plutôt que du Jasmin (cette Tunisie profonde étant plus une région d’oliviers, de pommiers et de blé), vient à nous démontrer à tous que l’idéologie sécuritaire ne saurait constituer la base d’un mode de gouvernance (autre que fascisant et dictatorial) mais, comme le soulignait déjà Ibn Khaldoun, l’ancêtre de cette jeunesse tunisienne et de notre peuple, la sécurité se doit d’être un résultat, un aboutissement de l’exercice de la justice, dans le sens large de ce concept de ’Adl, c’est à dire la justice dans la répartition des richesses, la justice dans la répartition des valeurs économiques dans le cadre des échanges des produits entre les cités et les campagnes, la justice dans l’exercice pour chacun de ses droits et de ses devoirs. C’est dans ce sens qu’il affirmait « al-’Adl assâs al-’Imran » (la justice est le socle et le fondement de l’urbanisme).

En nous offrant cette Révolution, avec ce qu’il reste à faire pour la structurer et éviter sa manipulation et une éventuelle réorientation…, la jeunesse tunisienne, nos enfants ont créé l’évènement avec sa dimension régionale mais aussi universelle pour nous révéler à tous l’inefficacité, non seulement à long terme, mais même à moyen terme, de toute gouvernance qui se fonde sur les maniements sécuritaires des idéologies, contrairement à ce que pouvait en penser Michèle Alliot-Marie à partir d’une France oublieuse des mécanismes et facteurs ayant engendré la Révolution française et la Commune de Paris (voir l’histoire de la Révolution française par Louis Blanc, ouvrage qu’on a tendance aujourd’hui à refouler sinon à forclore).

C’est aussi en ce sens, mais à un autre niveau que l’on peut comprendre le discours de Kadhafi qui nous priait de l’écouter quand il clame que son ami Ben Ali demeurerait le mieux placé pour gouverner la Tunisie jusqu’à 2014, si ce n’est à vie. Mais, du point de vue des peuples, on comprend que les populations maghrébines et arabes ont organisé et organisent encore des manifestations de soutien pour notre jeune Révolution, au moment où les gouvernements arabes demeurent silencieux.

C’est en ce sens que l’on peut comprendre aussi le silence de tous les gouvernements européens, qui adhèrent en partie au maniement sécuritaire des idéologies comme mode de gouvernance en Europe même, ceci dans leur gestion de la crise économique et de la crise de société en rapport avec l’absence de justice sociale dans la répartition des richesses et avec, chaque fois, la désignation de l’immigré comme s’il était responsable de la crise du capitalisme financier en Europe, et de l’injustice sociale caractérisant (de l’aveu de tous les économistes) la gestion de cette crise.

Cette Révolution a déjà engendré en Tunisie l’émergence d’une extraordinaire liberté d’expression. Nous commençons à assister à des débats particulièrement riches, même si les animateurs de ces débats éprouvent encore beaucoup de difficultés et de savoir-faire dans l’animation de ces concertations de groupe. Mais, et c’est l’apport de cette Révolution, ils finiront par acquérir plus de professionnalisme. Quoi qu’il en soit, quelqu’un me disait au cours d’un entretien : « vous ne pouvez pas savoir ce que c’est la « Hogra » (le mépris doublé d’une indifférence), il faut la vivre pour le savoir… ». Et encore hier, mardi matin, Mr. X. me parlait quant à lui, comment toutes ces manifestations dans les rues de Tunis, comment la gestion des problèmes de sécurité dans les quartiers par des comités de quartiers, cela lui faisait peur et réveillait par moments son angoisse, mais ceci sans panique, au contraire, ajoute-t-il, « je me sens bien, je sens la « Fokhra » (la fierté) ; je me sens fier d’être Tunisien quand, à la télévision, je vois à travers différentes chaînes des manifestations de soutien à la Révolution tunisienne ».

A travers ces discours, cette Révolution a apporté aux Tunisiens les moyens de surmonter la Hogra ainsi que l’insoutenable étrangeté de se ressentir étranger, comme l’aurait dit Tawhîdi dans Ghorbat al-Gharîb (L’Etrangeté de l’étranger), de se ressentir étranger dans sa propre demeure, auprès des siens, et étranger même dans et à son propre corps. Cette Révolution a apporté et nous apporte, à nous autres Tunisiens, la Fokhra, la fierté, de réhabiter notre identité, de réhabiter notre corps, de réhabiter notre demeure, notre environnement, notre culture et notre histoire, ceci pour nous réapproprier un discours historicisé et historicisant, ouvert sur autrui, acceptant la différence par elle-même comme source d’enrichissement.

Je ne peux que remercier la jeunesse tunisienne et, parmi eux, mes propres enfants et petits enfants de m’avoir offert de renouer avec une flamme de militantisme, que j’avais depuis l’âge de 10-12 ans et que je croyais éteinte à jamais. Je les remercie de m’avoir offert aussi de vivre, avec eux, ces moments glorieux sans avoir à prendre la place qu’ils ont conquise, au prix quand même d’une centaine de martyrs, sans compter les blessés, surtout parmi la population de Sidi Bouzid, de Thala, de Regueb et de Kasserine. Mais, restons ensemble tous vigilants pour préserver la dynamique évolutive de nos acquis, et pour éviter les dérives dogmatiques quelles qu’elles soient et, encore plus, pour éviter les dérives sécuritaires.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Essedik JEDDI

Neuropsychiatre et psychanalyste, Tunis

 

crédit cartographique : © Intercarto

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Violence scolaire au Maghreb

Journées d’études – Tunis – 8 et 9 mars 2011

C’est sur cette thématique, très souvent d’actualité dans les médias, que se sont retrouvés à Tunis les 8 et 9 mars 2011, à l’initiative de l’IRMC et du Laboratoire du changement social de l’Université d’Alger, une vingtaine d’enseignants-chercheurs, de jeunes doctorants et de professionnels du monde de l’éducation afin de confronter grilles de lecture et réalités de terrain. Plusieurs points forts ont émergé :

– le caractère pluridisciplinaire des approches retenues, les perspectives démographiques, sociologiques, anthropologiques ou historiques apportant chacune leur pierre à l’édifice ;

– la triangulation des sources et des outils (corpus statistique, questionnaires, entretiens, observations in situ), les paradigmes évoqués se référant à la mobilisation des ressources, aux analyses en termes de don et de contre-don ou, dans une visée plus critique, aux concepts de domination ou de légitimation ;

– des préoccupations d’ordre méthodologique (appréhension et mesure des types de délits, fiabilité des données recueillies dans le cadre de la problématique du dark number) et définitionnel (qu’entendons nous précisément par violence, incivilités… ?)

– le souci de développer, dans une optique tocquevillienne, une démarche comparative prenant appui sur diverses études de cas ayant trait à la Tunisie, à l’Algérie, à la Mauritanie, à la Libye ou à la France (Nord-Pas-de-Calais, Alsace).

Le programme de la manifestation était structuré en quatre grandes parties. Dans un premier temps, étaient proposés des éléments de cadrage portant sur la caractérisation des échanges et des face-à face dans les cours de récréation, conçues comme espaces de jeu et d’opportunités (Tayeb Kennouche), sur la prise en considération de différents registres (physique, psychologique, verbal, symbolique) et de tout ce qui renvoie au subjectif, au ressenti ou à l’intentionnel (Hayet Moussa), ou bien encore sur le décryptage des spécificités socioculturelles (Mohamed Ahbiel) ou de la réception médiatique (Kenza Dali).

Après cet éclairage, place aux pratiques et aux représentations qui les sous-tendent. Les effets maître, classe et établissement occupent ici une place centrale, de même que les mécanismes de sélection ou d’orientation, lesquels peuvent conduire à la construction de l’échec scolaire et à la réactivité des élèves, ces derniers s’efforçant de sauvegarder leur estime de soi, de nier dévalorisation et déclassement en renversant les stigmates dont ils sont porteurs (Dorra Mahfoudh). La perception de l’équité, est-il souligné, apparaît centrale. On retrouve dès lors les débats classiques autour des inégalités ou des injustices, certains privilégiant les références à la « galère », à la « frustration » ou aux « cultures sur macadam », d’autres témoignant de leur intérêt pour les travaux de Pierre Bourdieu, de Christian Bachmann ou de François Dubet, sans oublier les contributions de Amartya Sen, de John Rawls ou de Charles Taylor.

Troisième moment clé : l’examen du rapport à l’autorité, celle-ci impliquant respect et vivre ensemble à travers un jeu de consentements réciproques qui passe par la constitution d’attentes morales conjointes et par la transmission de savoirs reconnus (Bernard Jolibert). La « socialisation des jeunes générations », pour reprendre une expression qu’aimaient à employer Emile Durkheim ou Ferdinand Buisson, n’est pourtant pas chose aisée car on assiste de plus en plus à un « relâchement des valeurs », à un « affaiblissement des normes » ou à un « effacement de la mémoire familiale » (Nourredine Hakiki), les enquêtes réalisées par Saïd Ghedir dans le Constantinois et par Amadou Sall au sein de la communauté Pulaar de Nouakchott étant à cet égard très instructives. La question du pouvoir ou de la gouvernance va ainsi de pair avec celle des styles pédagogiques à promouvoir et, plus généralement, avec celle de l’articulation famille/école/société (Fazia Ferraoune).

Le dernier atelier, consacré aux dispositifs et aux politiques de prévention, a mis l’accent sur les processus de décrochage ou d’absentéisme (Fatma Mediouni), la situation dans les zones d’éducation prioritaires et le poids des contraintes organisationnelles (Gilles Ferréol), la fréquence et le degré de gravité de tel ou tel comportement (Ahmed Mainsi), le sentiment de culpabilité ou de désaffiliation (Toufik Bissekri), les dynamiques d’apprentissage ou les stratégies parentales (Pascal Politanski). Des tensions plus ou moins vives peuvent de la sorte se manifester entre particularismes et universalisme, centralisation et territorialités, tradition et innovation, adaptation et réforme. Quelles que soient les réponses apportées, il ressort que ce n’est pas la multiplicité des actions entreprises qui est gage de crédibilité ou d’efficacité mais la disponibilité et la qualité de l’encadrement, des règles du jeu clairement définies ainsi qu’une volonté d’explicitation, de cohérence et de concertation.

Ces Journées, on le voit, constituent une entrée de choix pour s’interroger sur le lien social et la citoyenneté, la mixité et la sociabilité, la formation et les valeurs de responsabilité ou d’engagement… Autant de pistes qu’il conviendra d’approfondir cet automne à Alger avec comme « feuille de route » la nécessité :

– d’étoffer le matériau empirique (monographies, enquêtes longitudinales…) ;

– de faire montre de plus de technicité tant au niveau conceptuel que sous un angle plus méthodologique ;

– de bien décoder les discours, le plus souvent ambivalents, des différents protagonistes (lycéens, enseignants, personnels administratifs ou de surveillance,

experts, décideurs publics…).

Les Actes de ce prochain colloque devraient faire l’objet d’une publication, sous forme d’ouvrage, au printemps 2012.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Gilles FERREOL

Sociologue, Université de Franche-Comté

 

crédits photographiques : © Reuters ; Pixland/Corbis

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’orientalisme et après?

Séminaire animé par FRANÇOIS POUILLON et ALAIN MESSAOUDI – Tunis – 25 février 2011

 

Ce séminaire organisé à l’IRMC le 25 février 2011, s’inscrivait dans la recherche critique, impulsée par François Pouillon, sur la question de l’orientalisme vu du Sud. L’idée en était de montrer que l’orientalisme ne renvoie pas uniquement à des démarches occidentales ou métropolitaines, et d’analyser alors « la manière dont les acteurs du Sud se sont réappropriés, fut-ce après une critique radicale, les différentes versions (savantes ou culturelles) de l’orientalisme ».
Cette séance animée par François Pouillon, rassemblait des chercheurs tunisiens, en vue de la préparation du colloque L’orientalisme et après ? Médiations, appropriations, contestations, qui se tiendra à Paris les 15, 16 et 17 juin 2011. Les participants ont évoqué les différents cas de figure d’un même processus de construction d’un savoir sur l’Orient, puis sa réception et sa réappropriation par celui qui en est l’objet, et la production d’un autre savoir, comme un orientalisme retraduit, voire réorientalisé, par l’indigène.

De la construction de l’orientalisme à sa réception indigène. Les propositions sur ce thème renvoient plutôt à l’analyse de la construction d’un savoir orientaliste utile et repris par l’indigène. Dans cette perspective, Alain Messaoudi (EHESS, Paris) propose de se pencher sur les usages et enseignements de l’orientalisme savant, à propos de l’Encyclopédie de l’Islam, s’intéressant ainsi au processus de la transmission des orientalistes et de leurs élèves. Sihem Missaoui (Université de la Manouba) a souhaité traiter de la présence des premiers islamologues dans l’enseignement et la recherche universitaire, et voir comment des articles dits « orientalistes » passent dans les encyclopédies, « mais avec des fautes ou erreurs ». Ce qui y est dit sur l’Islam et sur ses usages peut-être récusé ou considéré comme idéologique. Se pose alors la question de l’efficacité de cette information pour des musulmans de culture arabe. Comme l’a rappelé François Pouillon, les intellectuels chinois estiment pour leur part que le travail effectué par les grammairiens orientalistes est sans grande utilité pour eux. Ce n’est pas le cas des grammairiens arabes, qui ont souvent repris les cadres et instruments de la grammaire élaborés sur leur langue par les occidentaux. Il y a ici l’idée d’une réappropriation positive du fait que les travaux des orientalistes ont pu enrichir les approches des grammairiens arabes, connivence résultant sans doute d’un recours commun aux concepts et formalisations aristotéliciennes. Autre réappropriation positive, celle que des intellectuels indigènes peuvent réaliser sur l’analyse des cultures et traditions populaires du Maghreb, souvent méprisées par la tradition savante, mais initiées par les orientalistes. C’est le cas, par exemple avec le recueil du patrimoine musical produit par le baron d’Erlanger et ses informateurs. Selon Ahmed Khoudja (Université de Tunis), ces traditions, jusqu’alors marginalisée dans la culture arabe, ont ainsi été promues par les folkloristes pour les intéressés eux-mêmes. Quelle est l’histoire de cette patrimonialisation : comment cette culture orale a-t-elle été récoltée et auprès de quels informateurs, puis transcrite et traduite ? Quels ont été les enjeux politiques et contextuels de ce savoir colonial à la fois refusé (ou récusé) et pourtant utilement repris durant la période des indépendances ?

D’autres travaux ont abordé la question de l’orientalisme du point de vue du projet de rapprochement avec les intellectuels locaux, qui en sous tend la réception. Pour Clémentine Gutron (EHESS, Paris), il s’agirait, pour illustrer la mise en place du mythe national, d’étudier la production allogène d’une archéologie nationale. Elle s’intéresse notamment à la figure de Paul-Albert Février, militant de la décolonisation, constructeur de la pré-indépendance algérienne et bâtisseur des idées d’on Orient nouveau à l’ombre des États nations. Pour Youssef Cherif (Université de Tunis) il faudrait enquêter à Columbia au centre des études pour la Palestine, dépositaire des travaux sur Edward Saïd, pour un état des lieux de l’influence de cet auteur-phare, de l’histoire institutionnelle des « post-colonial studies », et du projet idéologique qui les structurent.

Réception indigène et reconstruction de l’orientalisme. D’autres analyses nous confrontent à une réappropriation plus conflictuelle. C’est ainsi que Mouldi Lahmar (Université de Tunis) a proposé une réflexion sur « L’orientalisme en Libye : un savoir colonial indigène ? » Le projet est de réexaminer la manière dont les intellectuels libyens ont reçu les études orientalistes sur la colonisation – le grand corpus de De Agostini sur les tribus libyennes – et comment ils peuvent les utiliser pour réécrire la « vraie histoire » de leur pays. Ils remettent en cause tout d’abord les modes de recueil et la véracité de certaines informations qui n’auraient « pas été données correctement par la société locale ». Ils posent par la suite la question de ce que les orientalistes ont fait avec ces informations, ce qui pose problème moins de l’information elle-même que la manière dont elle est traitée et interprétée. Parfois, le traducteur reprend des informations de la source orientaliste et en change les entrées. Parfois aussi, « des choses ne sont pas traduites parce que considérées comme non-conformes ». L’ensemble de ces opérations marque la capacité de réappropriation et de rétablissement du traducteur face à ce qu’il estime être une « dérive orientaliste ». Ce qui soulève la question du droit de l’indigène à contester la réception orientaliste, mais aussi sa capacité à la reconstruire. Dans le même sens, Khaled Kchir (Université de Tunis) entend travailler sur le livre de l’érudit allemand, Welhausen, dont le texte (1924) sur l’histoire du prophète a été traduit en arabe dans les années 1950. Le traducteur utilise alors les notes de bas de page comme lieu de restitution de sa parole, rétablissant les choses comme il les conçoit et selon sa vision d’un pieux musulman. Dans ces différents exemples, le champ de l’orientalisme est limité par ce qui peut se reconfigurer en arabe. Dans son mouvement de réappropriation par l’individu, l’orientalisme est l’objet d’une rectification et d’une conversion ou correction de l’information captée dans celle reconstruite par le traducteur.

De la co-construction orientaliste à la réorientalisation. Il s’agit là de montrer comment l’indigène construit sa propre conscience et identité, indépendamment de la construction qu’en fait l’autre, mais non sans quelque intervention extérieure de sa part puisque cela consiste souvent à en reprendre les productions. Comment se co-construisent les identités collectives après l’orientalisme ? Mercedes Volait (CNRS, Paris) va analyser le projet artistique ou de société qui sous tendrait et regrouperait sur le marché de l’art orientaliste, les achats des collectionneurs du monde arabe à destination de leur société. De son côté Nabiha Jerad (Université de la Manouba) montre, dans le cas du discours publicitaire et de l’image touristique, comment le décolonisé devient sujet et non plus seulement objet du discours, en proposant au touriste sa propre image. Quelle image le tourisme national va t- il restituer au touriste tunisien ou à l’autochtone qui regarde son propre patrimoine ? Est-elle médiatisée par des sources et images produites ailleurs ? Ou est-elle conforme à sa propre représentation de soi (mais n’est-ce pas déjà une représentation médiatisée) ? Il s’agirait là, de voir comment l’orientalisme savant ou folklorique se réorientalise dans les échanges au quotidien (publicitaires, commerciaux) en relation avec l’indigène lui-même.

C’est d’une telle « réorientalisation » qu’ont parlé plusieurs autres intervenants. A ce titre, Charlotte Jélidi (IRMC) souligne des formes d’une « sur erlangidisation » de Sidi Bou Saïd, en référence au Baron d’Erlanger qui, contrairement à l’idée reçue, n’aurait pas imposé par texte de loi le bleu des boiseries de ce village. De son côté, Kmar Bendana (Université La Manouba) a placé ce processus de réorientalisation sur un terrain « Sud/Sud », en retraçant l’itinéraire d’Abdellaziz Talbi qui a réincorporé une culture orientaliste dans son combat politique puis intellectuel. Pur arabophone, sans accès direct aux langues européennes, il a utilisé les orientalistes traduits en arabe, intégrant aussi de nouveaux outils fournis pas la sciences européenne (historiographie, psychosociologie etc…) notamment sur l’écriture de la vie du prophète. Il est ainsi montré que l’orientalisme s’est diffusé et réincorporé dans les milieux arabes même quand ils n’y étaient pas convertis.

Dans le même souci de sortir de la dichotomie orientaliste/indigène, et de rechercher les espaces de négociation où les deux se rencontrent, Abdelhamid Hénia (Université de Tunis) montre que les orientalistes n’ont pas construit leur savoir juridique avec des informateurs qui n’auraient été que des aides et auxiliaires externes. Il donne l’exemple d’un savoir colonial juridico foncier qui a été créé avec la colonisation. Il explique que cette science dite « coloniale » constitue elle-même le produit d’une co-construction interactive entre les juristes français et tunisiens, une alliance entre ces deux élites qui ont construit un savoir juridico-financier dans leur double intérêt. Ils ont alors réagencé, en les reformulant et en les métissant, à la fois les concepts fonciers du droit romain et de la pratique juridique tunisienne. De la même manière, les Turcs, du temps de l’Empire ottoman avaient marié entre eux les droits hanéfite et le malékite pour créer une juridiction foncière avantageuse pour les citadins. Une telle approche conduirait, selon le souligne Hénia, à « banaliser » l’idée d’orientalisme, en montrant que le changement ne se réduit jamais à la seule intervention de facteurs extérieurs venant gommer toute participation des acteurs locaux.

Enfin, les différentes participations à ce séminaire ont bien montré à quel point ces analyses du décalage entre le discours des orientalistes et leur réappropriation ou rectification par les indigènes viennent enrichir la question de l’écriture de l’histoire et la perspective historiographique dans sa forme transcendante de « projet de moi vers l’autre » selon les formules du philosophe Husserl.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Pierre-Noël DENIEUIL

Sociologue, directeur de l’IRMC

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Hata la nansa. Le « festival de la révolution » de Regueb de 2012. Les « régions du centre » de la Tunisie entre relégation sociopolitique et espoir.

Au cœur du gouvernorat de Sidi Bouzid, une région agricole qui fournit 35 % de l’agriculture au pays, la deuxième édition du festival de la révolution s’est tenue dans la ville de Regueb du 23 au 25 mars 2012 sous l’initiative de jeunes artistes de la ville. Ce festival est avant tout un festival apolitique et les organisateurs et artistes n’appartiennent à aucun parti lors du déroulement du festival, ni gauche laïc ni islamiste.
Autour de la thématique générale de l’art et la citoyenneté, différents domaines artistiques comme la musique, le cinéma, la photographie, la vidéo-animation ont trouvé leur unité dans une volonté d’arts alternatifs, novateurs et expérimentaux. Cet évènement a tenu à initier une « rupture », tant avec la conception de l’art véhiculé en Tunisie (et ailleurs) qu’avec l’ancien système politique tunisien. L’objectif était aussi de « réécrire l’histoire », une histoire locale qui mettrait en avant certaines batailles et certains « héros » clés de la région, alors sous-évalués par l’histoire nationale. Pour cela, certains « vieux » de la région, anciens combattants pour l’indépendance du pays, ont relaté l’Histoire, sous une tente au pied de Jbel Gobrar.
La comparaison s’est avérée cruelle avec la première session du festival qui s’était tenue dans l’euphorie de mars 2011 et au sein de laquelle beaucoup de familles de Regueb avaient participé, dans une chaleur, une proximité et une solidarité dignes des jours qui suivirent le 14 janvier 2011. Une critique du festival a pu émaner de certains habitants, alors frustrés de ne pas voir évoluer la situation socioéconomique de cette région, comme le prouve la naissance récente d’une association de femmes travailleuses alors en lutte pour une amélioration de leur condition de travail dans les champs. Mais l’implication des habitants n’en est pas restée moins importante : de la restauration, au logement en familles de Regueb, en passant par le service de sécurité, qui a embauché pour l’occasion des jeunes de Regueb alors repérables par le port d’un tee-shirt  » sécurité – jeunes de la révolution (chabab athaoura) ».
Car les anciens réflexes étaient, eux, bien au rendez-vous : absence des médias tunisiens et internationaux contrairement à la première session qui avait drainé des journalistes d’el Watania 1 et 2, Al Jazeera, Hannibal et Nessma TV, absence de soutien du ministère de la Culture, pied de nez aux promesses de la révolution de s’intéresser et soutenir les « régions de l’intérieur » pour ne pas dire les « régions marginalisées » et de mettre à pied d’égalité les différentes régions du pays. Ainsi, toutes les initiatives du festival ont été personnelles et bénévoles. Souhaitant dénoncer avec humour l’absence de soutien de la part du ministère de la Culture, l’affiche du festival arbore ironiquement un tampon qui annonce « festival certifié non soutenu par le ministère de la Culture ».
La programmation artistique a fait venir des artistes du monde arabe et d’Europe – Égypte (l’artiste Maryam Hassan, Laila Abdelaziz, Ismail Hafedh pour un atelier de vidéo animation intitulé : « Houtafet » (un des slogans de la révolution), Allemagne (l’artiste Monika Witte pour un atelier vidéo animation avec la céramiste Hbyba Harrabi), Syrie (Naissam Jalel, musicienne, soliste) , France (Yann Pittard, luth)- et organisé des ateliers pour les enfants de la région, comme l’atelier photographie qui a exposé les travaux des enfants de la première édition du festival en mars 2011. Le groupe de rap de Bizerte « Armada Bizerte », qui avait l’an dernier participé à la première édition, a écrit une chanson en hommage à la ville de Regueb et est resté trois jours, se produisant à différents endroits comme Jbel Gobrar, dans une ambiance fusionnelle avec les jeunes de Regueb. Cette collaboration symbolique Bizerte/Regueb, une ville du Nord, une ville du Sud, représente un exemple même de démantèlement du régionalisme, des rivalités régionales qui entachent la Tunisie d’aujourd’hui.
Enfin, l’historienne tuniso-française, Jocelyne Dakhlia, a offert une conférence intitulé « les artistes et la révolution : compliquer l’engagement ». Dans un simple café, entre joueurs de cartes et fumeurs de chicha qui tantôt tendaient l’oreille, tantôt reprenaient leurs activités, un public d’artistes et d’intellectuels étaient venus pour l’écouter. Cette conférence est apparue le lendemain, dimanche 25 mars, comme brulante d’actualités puisqu’elle y a évoqué le tandem art-islam, souvent opposé depuis l’Occident (un artiste ne peut être qu’anti-mouvement islamiste), mais qui s’avère parfois solidaire (des œuvres d’art puisent dans le lexique musulman). Jocelyne Dakhlia a soulevé le fait que l’on ne doit pas se demander ce que les artistes peuvent faire pour la révolution mais ce que la révolution peut faire pour les artistes, inversant ainsi la perspective. Elle a aussi relativisé le rôle de l’artiste dans le soulèvement de 2011 (voir l’article à paraître de Lilia Blaise sur Slate Afrique.com).
A long terme, ce festival souhaite contribuer au « développement » de la ville de Regueb, par une plus grande visibilité nationale, un attrait pour le tourisme et des opportunités d’implantation de projets culturels au cœur de cette ville qui a offert les premiers martyrs de la révolution, au nombre de cinq, le 9 janvier 2011.  Parmi ceux là, on compte une jeune femme, Manal Bouallagui, maman de deux enfants, dont un garçon de 4 ans.

Crédit photographique : Rafaâ Lahiani

Quand les jeunes surpassent leurs ainés!

Une analyse rigoureuse, sereine et distanciée des enseignements du soulèvement populaire du 14 janvier serait utile pour comprendre les ressorts de l’évolution de la société tunisienne de ces dix dernières années, et certains de ces enseignements devraient même nous inciter à revoir radicalement les grilles de lecture dominantes jusque là. Pour illustrer mes propos, je me focaliserai sur le rôle des jeunes, toutes catégories sociales confondues, dans la cristallisation et la structuration de ce mouvement. Je constate d’abord que les chercheurs et acteurs politiques, du pouvoir de Ben Ali comme ceux de l’opposition indépendante, ont longtemps sous-estimé les nouvelles formes de politisation qui gagnaient la jeunesse tunisienne et notamment les diplômés de l’université. Avec Vincent Geisser, nous avons souvent voulu tordre le cou à quelques idées reçues à l’instar de celle-ci, que les jeunes Tunisiens étaient devenus matérialistes, voire « khobzistes », sans idéal politique et que leurs seuls désirs étaient de consommer les derniers gadgets à la mode, de regarder les matchs de football, et de n’avoir d’intelligence que pour la débrouille, etc…[1] Cette idée est totalement erronée et pour preuve ; l’intérêt qu’ils ressentent à chaque compétition électorale nationale en France essentiellement, en scrutant, et parfois dans les moindres détails, les joutes oratoires des candidats, leurs programmes et biographies, les débats télévisés qui les opposaient, etc… ; ce qui m’a permis d’affirmer que les jeunes Tunisiens vivaient des élections libres par procuration[2]. Pour la quasi-totalité de ces jeunes, le régime de Ben Ali apparaissait à leurs yeux, totalement archaïque et déconnecté de leurs aspirations de jeunes tunisiens du XXIe siècle. Les modes d’expression et de protestation contre Ben Ali auxquels ils avaient recours, se démarquaient nettement, dans leur forme et dans le contenu des messages qu’ils véhiculaient, de ceux de leurs aînés. Jadis, dans les années 1990, les opposants à Ben Ali s’appuyaient fréquemment sur la rédaction des pétitions, la distribution des tracts, les interventions dans les médias étrangers, la solidarité des organisations humanitaires internationales et, éventuellement, recouraient à la grève de la faim pour alerter l’opinion nationale et surtout internationale sur la nature foncièrement répressive du régime. Et leurs revendications s’exprimaient sous le mode d’un appel à la sagesse, à la responsabilité et au bon sens, pour éviter au pays des crises structurelles aigües, et les mots étaient souvent mesurés, pondérés, voire, parfois, conciliants. Certaines de ces figures étaient mêmes promptes à explorer des formes de négociation, voire, dans certains cas, des compromis avec le régime de Ben Ali. Aujourd’hui, avec l’arrivée d’une nouvelle génération née pour la plupart sous « l’ère de Ben Ali », des changements notoires allaient s’opérer dans ce sens. D’une part, le rôle sans précédent joué par les technologies de communication, essentiellement Internet, à travers les réseaux sociaux, d’un côté, et l’usage de la téléphonie mobile, de l’autre, fut déterminant. En effet, à côté d’un espace public complètement domestiqué par le régime où les espaces d’expression étaient quasi verrouillés, cohabitait une autre Tunisie dite virtuelle dans laquelle se déployaient plus de deux millions d’utilisateurs tunisiens, pour la plupart des jeunes. Grâce aux stratégies de contournement destinées à braver la censure, les jeunes nous apprenaient ainsi à naviguer à notre guise sur les sites interdits, à échanger des informations de toutes sortes entre nous et à diffuser des vidéos, parfois au ton caustique, sur les gens du régime ainsi que sur leurs dernières frasques et les blagues à leur propos. Dans le même temps, et par le truchement du réseau social le plus prisé, Facebook, ils nous apprenaient aussi à aménager des formes d’actions et de mobilisation qui étaient relayées dans la vie quotidienne – réelle – par les manifestations de rue, des mouvements de grève, les attroupements devant des bâtiments publics, la scansion des slogans, etc…. Et pour beaucoup d’entre nous, l’usage intensif et généralisé de ces technologies dans la conscientisation du mouvement et la chute du régime de Ben Ali, nous pousse à penser qu’il s’agit de la première « révolution numérique » dans le monde. D’autre part, l’apparition d’une nouvelle forme de mobilisation comme l’immolation par le feu devant des édifices publics a eu des effets réactifs à travers tout le pays. En effet, les images des corps des jeunes transformés en boule de feu qui circulaient travers les vidéos sur Facebook mais aussi, sur les chaînes satellitaires comme Al Jazeera qui les passaient en boucle, avaient donné plus de prégnance et de visibilité au mouvement populaire qui émergeait déjà. Et de ces nouvelles formes de contestation utilisées abondamment par les jeunes, les messages qu’ils faisaient circuler, s’opposaient nettement de ceux de leurs aînés par la radicalisation des termes, la dénonciation systématique du régime et surtout, par l’appel à la rupture totale et irréversible avec lui. Deux semaines après la chute de Ben Ali, peut-on affirmer que le régime de Ben Ali est complètement aboli ? L’avenir est encore incertain, les défis à relever sont encore énormes et des zones d’ombre persistent entre la politique du gouvernement intérimaire et les choix stratégiques de l’armée. Il serait donc hasardeux de se livrer à des conjectures dans ces conditions – uniques et exceptionnelles – qui caractérisent la Tunisie d’aujourd’hui !

 Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Larbi CHOUIKHA

Politogue IPSI, université de La Manouba

 

Crédit photographique : ©Zohra Bensemra – Reuters.


[1] Larbi CHOUIKHA, Vincent GEISSER, 2010, « La fin d’un tabou : enjeux autour de la succession du président et dégradation du climat social », L’Année du Maghreb, VI, CNRS/IREMAM.

[2] Larbi CHOUIKHA, 2007, « Les élections françaises au miroir de toutes nos frustrations », Attariq aljadid, n°58, mars,  3.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook