Archives de catégorie : Littérature

Littérature tunisienne et révolution

La journée d’étude intitulée « Littérature tunisienne et révolution », co-organisée par l’IRMC et le CERMOM-INALCO, s’est tenue le 6 novembre 2014 au CREDIF, à Tunis. Elle a réuni des chercheurs et des acteurs culturels, tunisiens et français, pour poser les jalons d’une réflexion sur les changements de la création et du champ littéraires depuis 2011 en Tunisie.

Karima Dirèche a introduit la journée en soulignant que la littérature dit aussi des choses sur les situations politiques et sociales. Cette journée est le prélude à une manifestation plus ambitieuse destinée à profiter de l’ébullition éditoriale qu’on observe depuis 2011. Le champ littéraire et culturel maghrébin étant bilingue, il est nécessaire de donner davantage de visibilité à la production en langue arabe. L’IRMC s’emploie à accroître la place de la traduction arabe/français. Un ouvrage bilingue vient de paraître, Farah Hached, Wahid Ferchichi (dir.), Révolution tunisienne et défis sécuritaires, Tunis, IRMC-Med Ali ; et deux autres projets bilingues sont engagés pour 2015. De même, l’IRMC met en place en collaboration avec l’INALCO le 1er cycle d’un stage d’apprentissage de l’arabe appliqué aux sciences humaines et sociales.

Kmar Bendana, historienne et coorganisatrice de cette journée, a ouvert les débats sur une note optimiste : la multiplication des publications, le développement de nouvelles formes de discours et de la critique littéraire sont le signe de la vitalité de la littérature tunisienne. Il faut à présent prendre la mesure des changements opérés et s’interroger sur leurs aspects concrets : comment conçoit-on un livre, que sont une œuvre, un auteur, un lecteur, un éditeur aujourd’hui en Tunisie ?

Sobhi Boustani, professeur de littérature moderne et directeur du CERMOM (INALCO), a tenu la conférence inaugurale de cette journée. À partir de trois romans tunisiens, il a analysé les choix esthétiques suivis par les auteurs pour exprimer les événements politiques ; il s’est également intéressé à la place de ces événements dans la symbolique et la structure du récit en comparaison avec la production égyptienne. Le dédoublement et l’anonymisation de l’écrit, la fragmentation ou la disparition de la narration, le jeu d’intertextualité avec les textes classiques sont autant de moyens de s’interroger sur le rôle des discours depuis la libération de la parole et sur les mécanismes du pouvoir. Néanmoins, il n’y a pas de véritable rupture du champ littéraire. Alors que dans les romans égyptiens, la révolution est un véritable sujet autour duquel varie l’écriture, elle s’inscrit en filigrane dans la production tunisienne.

Séminaire « Démocratie et territoires : Les enseignements deLa première table ronde présidée par Sobhi Boustani avait pour thématique « Littérature(s), langue(s) en révolution ? ». Samia Kassab-Charfi et Aladel Khidhr, respectivement professeure de littérature francophone et professeur de littérature arabe, ont fait une intervention commune pour présenter leur ouvrage à paraître en 2015, Cent ans de littérature tunisienne. 1860-2014. Refusant les cloisonnements traditionnels entre littératures arabophone et francophone, cette anthologie propose un renouvellement de l’approche des textes et des corpus. Samia Kassab a ensuite développé une réflexion sur la question des critères de la littérarité depuis 2011. Face au foisonnement des publications autour de la révolution, qu’est-ce qui fait encore œuvre ? Elle a également proposé d’adopter une retro-lecture de la production tunisienne pour réfléchir au concept de littérature révolutionnaire, de lire à la lumière des événements de 2011 des textes antérieurs où on découvre déjà une puissance de résistance, comme dans les ouvrages de Béchir Khraïef. La communication d’Aladel Khidhr a porté sur l’application du concept politique de révolution dans le domaine de la littérature. Pour dire la révolution, la littérature n’aurait-elle d’autre alternative que de trahir les faits ou perdre sa poéticité ? À partir d’une analyse du roman Le Gorille de Kamel El-Riahi, membre du groupe littéraire Décaméron qui s’est attaché à cette problématique, Aladel Khidhr a montré comment la littérature tunisienne contemporaine cherche à transmuter les faits politiques dans une langue qui lui est propre. Cette table ronde a également été l’occasion d’aborder la question de la traduction. Samia Kassab-Charfi a regretté que si peu d’ouvrages tunisiens en langue arabe soient traduits et a soulevé la question des corpus qui, aujourd’hui, devaient pouvoir être transmis dans d’autres langues. Elisabeth Daldoul, éditrice, a partagé ce constat tout en rappelant les difficultés matérielles et administratives auxquelles se heurtent les éditeurs.

La deuxième table ronde animée par Kmar Bendana était consacrée à l’ouvrage Tunisie. Fragments de révolution (édition El Kasbah) avec Riadh Sifaoui et Shiran Ben Abderrazak. Riadh Sifaoui, ingénieur, fondateur du blog Al Kasbah et éditeur, a partagé avec le public l’expérience de la création de son ouvrage, reprenant les textes publiés sur le blog. Ecrire fut d’abord un acte de structuration de la pensée face au tourbillon des événements ; ce fut aussi un acte pour exister et résister face aux discours dominants. L’auteur a ensuite analysé les effets de l’utilisation des nouveaux médias sur l’écriture ; l’espace de l’écrit se trouve dématérialisé, les formes d’expression se démultiplient pour atteindre une profondeur parfois inattendue, la frontière classique entre auteur et lecteur est abolie, floutant les contours de l’identité auctoriale. L’intervention de Shiran Ben Abderazzak a permis d’éclairer le processus de création de l’ouvrage, de texte sur un blog à un livre, et de dévoiler le sens de son organisation. Car ce livre répond justement, d’après l’intervenant, à un désir vif de revenir au sens et de capturer le réel. Sa structure reprend la métaphore du passage de la voix unique à une multiplicité de voix. Cette polyphonie orchestrée par l’auteur s’accompagne d’un éclatement des genres : entretiens, analyses, critiques culturelles, textes fictionnels, poème, autobiographie permettent au lecteur de regarder les événements sous de multiples points de vue. La fragmentation le replonge dans l’émotion du moment tout en le poussant à assumer un rôle actif dans la re-création de ce réel. Les questions de la salle ont porté pour l’essentiel sur la question des genres et de la position de l’auteur dans ce type d’ouvrage inédit.

La troisième table ronde, « Écrire et éditer depuis 2011 », a réuni Azza Filali et Abdelaziz Belkhodja autour de la modératrice Elisabeth Daldoul. Dans une intervention toute en poésie, l’écrivaine Azza Filali a défendu le droit de la littérature à rester en retrait, en décalage par rapport aux faits. L’écriture n’a pas pour mission d’expliquer le réel, mais de le transfigurer en captant l’essence de l’événement. C’est ce qui garantit sa liberté à l’égard des idées et des hommes. La liberté d’expression n’a donc pas véritablement modifié la façon d’écrire de l’écrivaine, l’imaginaire étant, selon elle, toujours libre. Abdelaziz Belkhodja, écrivain et éditeur (éditions Appolonia), a insisté sur le rôle croissant de l’écrit de façon plus large depuis 2011. Il a joué un rôle fédérateur par le biais d’internet ; le besoin de se réapproprier l’histoire et de réécrire les bases politiques et constitutionnelles a entrainé un retour aux textes fondamentaux. La révolution tunisienne a fait renaître la nécessité de l’écrit, sous des formes et des structures nouvelles. Les débats ont permis de poursuivre cette réflexion sur l’écrit et ses lecteurs. Selon Azza Filali, les bouleversements politiques n’ont pas provoqué un regain de la lecture et les formats et médias actuels font perdre à l’écrit sa dignité. D’autres ont soutenu qu’il fallait considérer la lecture dans ses nouvelles pratiques qui se rattachent à des textes plus courts. Enfin, la salle et les intervenants ont débattu du rôle des réseaux culturels étatiques et de l’enseignement dans le développement d’une lecture comme forme d’interaction et de socialisation.

« Le dialecte dans la création contemporaine » a fait l’objet de la quatrième table ronde avec Mourad Ghachem, vice-président de l’association Derja, Majd Mastoura, poète et un des fondateurs du collectif Klam Chera3 et Insaf Machta, enseignante de littérature française et critique de cinéma. Mourad Ghachem a présenté l’histoire du dialecte tunisien, ses modes de diffusion, ses usages politiques et culturels. L’association Derja, a-t-il expliqué, vise à promouvoir le dialecte comme langue démocratique, puisque parlé et compris par tous, mais aussi à défendre son statut de langue de culture et de création au même titre que l’arabe littéraire. Majd Mastoura a analysé l’expérience du collectif Street Poetry et détaillé les principes qui orientent sa pratique. Ce collectif s’est donné trois grands objectifs : la promotion de la littérature en dialecte tunisien, l’expression de l’identité, la réappropriation de la rue. Il s’agit de valoriser la littérarité de la langue dialectale, que certains perçoivent comme une menace pour l’arabe littéraire. Ce complexe lié à la maîtrise de la langue dépassée, l’arabe, peut redevenir un moyen d’expression accessible à tous. La littérature réinvestit l’espace public, lui redonnant le sens et la valeur dont l’avait privé la dictature. Cette expérience rétablit le lien intime entre le poète et son auditeur qui peut, à son tour, se faire poète. La question du clivage entre arabe classique et arabe dialectal était ensuite au cœur du débat. Pour clôturer la journée, Majd Mastoura a joué devant le public un de ses textes.

Ophélie ARROUES

Pour citer ce billet : Ophélie Arrouès, « Littérature tunisienne et révolution », Le Carnet de l’IRMC, 7 mai 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1815.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

Depuis 2008, date de la signature d’une convention avec le CRASC (Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle) d’Oran, l’IRMC entretient d’étroites relations avec la recherche et l’Université algérienne. Depuis fin 2008, les actions menées ont été soutenues par le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France d’Alger.

État de la recherche en Algérie

Le paysage algérien de la recherche a été structuré dans la dernière décennie par deux lois quinquennales, celle de 2002-2007 qui a précisé le statut des enseignants-chercheurs et des centres de recherche, puis celle de 2008-2013 qui a instauré une structure permanente et autonome de coordination de la recherche (DGRST, Direction générale de la recherche scientifique et technique ; CNRST, Conseil national de la recherche scientifique et du développement technologique ; CSNER, Conseil scientifique national d’évaluation de la recherche). Chaque ministère est doté d’une unité sectorielle permanente constituée d’experts. Les services actuellement en place toutes disciplines scientifiques confondues concernent 803 laboratoires de recherche repartis sur 36 universités, 15 centres universitaires, 16 écoles nationales, 5 écoles normales supérieures, 10 écoles préparatoires et 25 centres de recherche hors université. 25 000 étudiants sont actuellement inscrits en thèse, mais seulement 800 sont soutenues chaque année. On relève une difficulté qui est celle du manque d’enseignants de rang magistral, soit 11 000. De 2002 a 2007, l’Algérie a enregistré une forte croissance du nombre de ses chercheurs, alors que celui-ci déclinait parallèlement en Europe et aux États-Unis (4 %). Le secteur des sciences sociales occupe la 3e place après les sciences et techniques et les sciences fondamentales. En règle générale, on constate une désaffection de la présence des SHS dans la réponse aux appels d’offre proportionnellement à la part des autres sciences. En matière d’édition, le livre y représente un enjeu fort alors que les autres sciences privilégient la publication d’article. Notons la difficulté des chercheurs algériens à trouver une place dans des revues indexées.

Les partenariats scientifiques

AlgérieEn matière de recherche institutionnalisée, les deux principaux interlocuteurs de l’IRMC ont été le CREAD (Centre de recherche en économie appliquée au développement), partenaire d’un programme FSP avec le LISE CNAM (Paris) sur l’entrepreneuriat maghrébin, et le CRASC à Oran qui noue dès 1992 une pratique de recherche collective dans un contexte d’isolement international et de lent accompagnement des jeunes chercheurs. L’IRMC s’est attaché ces dernières années à construire un réseau multilatéral tenant compte des coopérations collectives entre chercheurs et institutions multiples, sur la base d’organisation de journées d’études et de séminaires débouchant sur des publications, et d’accueil régulier de boursiers et chercheurs. Un partenariat scientifique, soutenu par l’AUF a permis d’organiser des réunions internationales avec le CRASC d’Oran en avril 2009 et février 2010 sur la thématique de la crise du travail et de l’employabilité, en septembre 2012 sur le chômage et l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Il a permis de mettre en relation, sous l’égide de l’IRMC, l’équipe oranaise avec des enseignants chercheurs tunisiens de l’Université de Sfax, de l’ISSHT de Tunis, de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, de l’Institut national du travail et des études sociales de Tunis (INTES) et du LISE-CNAM/CNRS Paris. Dans cette perspective, un projet d’ouvrage est à l’étude sur les questions du chômage et de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, devant s’élargir prochainement aux chercheurs marocains. Enfin et simultanément, une autre collaboration de l’IRMC et du CRASC a donné lieu à l’automne 2012 à la publication conjointe (coédition) d’un ouvrage sur Le Maghreb et l’indépendance de l’Algérie, sous la direction de Amar Mohand-Amer et Belkacem Benzenine, à l’occasion de la célébration du cinquantenaire (1962-2012). Cet ouvrage, saisissant le « moment historique » dans un éclairage rétrospectif sur son devenir, traite de l’indépendance nationale et des processus de transitions politique et juridique, syndicale, économique et culturelle. Il en évoque les enjeux nationaux (position des Ulémas, statut des femmes, reconversion du mouvement national…). Il en questionne la confrontation et le devenir des valeurs coloniales et nationales – les anticolonialismes juifs et européens et l’idée de nation algérienne, l’exode des rapatriés, le devenir des Harkis. Outre l’originalité de son approche pluridisciplinaire – de l’histoire à la sociologie et à la littérature, en passant par les sciences juridiques, politiques et économiques –, ce travail s’inscrit dans un échange générationnel novateur. S’y font écho les analyses de chercheurs confirmés spécialistes des questions traitées, avec celles de nombreux doctorants qui livrent les conclusions de leurs premières recherches. Il s’agit là d’une innovation communicationnelle et éditoriale qui a pris la forme d’une publication simultanée. Grace à l’accord des deux centres et éditeurs, et sur la base d’un même manuscrit fabriqué par l’IRMC, cet ouvrage a pu sortir aux éditions Karthala en France, et aux éditions du CRASC en Algérie (sous le titre Les indépendances au Maghreb), ce qui lui garantit la meilleure diffusion de part et d’autre.

Une importante collaboration universitaire a été engagée en 2010 avec l’Université d’Alger 2 Bouzarea et son département de sociologie, avec le soutien du service de coopération universitaire du SCAC de l’Ambassade de France en Algérie. La thématique retenue en a été la question de la jeunesse et des violences scolaires au Maghreb. Une première rencontre s’est tenue à Tunis les 8 et 9 mars 2011. Celle-ci a associé l’IRMC, le Département de sociologie d’Alger, l’Université de Franche-Comté, avec le laboratoire C3S (Culture, Sport, Sante, Société) coordonné par Gilles Ferreol. Elle a réuni 15 chercheurs, dont 6 Algériens, 3 Français, 1 Libyen, 1 Mauritanien et 4 Tunisiens. Une seconde rencontre a eu lieu les 17 et 18 décembre 2011 à Alger, dans un partenariat renforcé avec les chercheurs tunisiens, par l’implication de membres de l’INTES). Ce colloque a rassemblé sous l’égide de l’IRMC une équipe de 7 communicants tunisiens, quatre français et un libyen. 5 communications ont été présentées par l’Université d’Alger 2. En présence d’un public d’enseignants chercheurs, d’étudiants, et de praticiens, évalue entre 100 à 200 personnes/jour. Les Actes de ces manifestations sont sous presse aux éditions Inter-communications (Fernelmont, collection « Mondes méditerranéens »).

Mises en réseaux et échanges scientifiques

En 2010, une importante mise en réseaux scientifiques a été conduite par deux chercheurs boursiers de l’IRMC. L’une sur « L’histoire de la nationalité algérienne et la constitution d’une nationalité post coloniale dans les pays du Maghreb » (Noureddine Amara), avec d’une part les Archives Nationales d’Algérie et d’autre part les Archives de Wilaya à Oran et à Constantine, en relation avec les Archives diplomatiques de Nantes ; dans ce cadre, a été organisé à l’IRMC le 30 avril 2011 une journée d’échanges scientifiques sur les « Nationalités et empires au prisme de la question de la souveraineté », par la mise en réseau d’historiens et de politologues sur « Etats et nationalités au Maghreb ». L’autre sur « Les artistes peintres et la guerre d’Algérie de 1954 à nos jours » (Emilie Goudal), avec le CCF d’Alger, le centre des Glycines, la bibliothèque du Musée national des Beaux-arts d’Alger, et le Centre des Archives du ministère algérien de la Culture. À ce titre, des contacts sont régulièrement entretenus avec le Centre d’étude et de recherche Les Glycines à Alger qui a reçu à plusieurs reprises des chercheurs de l’IRMC. Dans le cadre de l’animation et de la création de liens scientifiques depuis l’IRMC, notons de réguliers échanges visant à la construction de réseaux par la valorisation et la connaissance des travaux algériens à partir des programmes de recherche, des animations et des productions scientifiques de l’IRMC. Ainsi les rencontres sur Le Maghreb et ses africanités, l’identité nationale au regard de ses altérités coordonnées par Stephanie Pouessel, ont permis de mieux connaitre les travaux du CNRPAH d’Alger sur la negrophobie en Algérie, ou de l’Université de Birzeit a Ramallah (Palestine) sur l’intégration des Noirs en Algérie. De même les journées sur Les mouvements sociaux en ligne, cyberactivisme et nouvelles formes d’expressions en Méditerranée coordonnées par Sihem Najar, ont contribué à interroger « les mouvements sociaux en ligne et les nouvelles formes d’expression contestataire à travers l’exemple algérien » (Université d’Annaba), et « les jeunes et l’usage politique de l’Internet en Algérie » (CRASC d’Oran). Des contacts avec l’Université de Bejaïa ont de même été amorcés, notamment avec les Départements communication, économie managériale et sociologie sur les thèmes de l’entrepreneuriat transméditerranéen ainsi que sur les usages de l’Internet. À ce titre l’equipe de Bejaïa fait partie du projet de GDRI présenté par l’IRMC au CNRS sur les pratiques des NTIC en Méditerranée. Citons aussi les présences invitées de représentants du LISODIL Laboratoire de Linguistique, Socio-linguistique et Didactiques des Langues d’Alger 2 (programme Dire en langues coordonné par Myriam Achour-Kallel), et de l’Institut d’Archéologie d’Alger 2 (cycle tourisme et patrimoine). Outre l’accueil de nombreux chercheurs du CRASC, mentionnons l’invitation régulière de conférenciers algériens autour des animations scientifiques, telles les conférences de Mme Hallouma Cherif (Université d’Oran), sur « La construction de l’identité personnelle chez les algériennes », ou de M. Youcef Fatès sur « l’histoire des usages sociopolitiques et associatifs du sport en Algérie ».

Les formations doctorales

Poursuivant l’objectif d’encourager les jeunes chercheurs algériens, déjà maitres assistants à l’université, à finaliser leur thèse et à développer la méthodologie de la soutenance, l’IRMC a organisé en partenariat avec le Consortium des Universités de l’Est-algerien (universités de Skikda, Annaba, Constantine, Guelma, Oum el-Bouaghi) et avec le soutien du SCAC d’Alger, du 7 au 12 décembre 2009 à Hammamet, des « Doctoriales en sciences humaines et sociales : formation à la méthodologie et aux techniques de recherche ». Puis une seconde session s’est tenue à Sousse en décembre 2010, rassemblant sur cinq jours trente doctorants et 8 encadrants autour de deux objectifs : « la finalisation de la thèse » et « l’écriture des articles scientifiques », en collaboration avec le Consortium des universités de l’Est algérien et le CERES de Tunis et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Ces actions visent à assurer un soutien et un accompagnement méthodologique et théorique aux doctorants, en les aidant à dépasser les blocages, à s’intégrer dans le monde de la recherche et à valoriser leurs compétences en matière de rédaction d’articles scientifiques à partir des thèses en cours. Dans la même perspective, s’est tenu à Oran les 17-21 janvier 2013 une école doctorale algero-tunisienne (16 doctorants dont 8 Algériens, 8 Tunisiens et 6 encadrants) ayant pour thème « Les représentations sociales : théories et approches méthodologiques », co-organisée entre l’IRMC et la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Oran (Département de psychologie), la Maison du Doctorant (Universite d’Oran), l’Institut Supérieur des sciences humaines et sociales de Tunis, avec une conférence du Pr. Denise Jodelet, directrice d’études à l’EHESS Paris. Notons aussi dans le cadre de l’atelier doctoral Les méthodes d’observation en démographie et sciences sociales, Hammamet (Tunisie), 18-20 juin 2012 co-organisé par l’ED-FSHST-Tunis – INED Paris- IRMC-Tunis, CRASC-Oran, AMER-Maroc, la prise en charge et la formation de 5 étudiants du CRASC-Oran.

L’accueil des boursiers

Outre l’accueil d’une dizaine de séjours scientifiques de courte durée (avec le CRASC d’Oran, l’Université Abderrahmane Mira de Bejaïa), l’IRMC a mis en place avec le soutien du SCAC de l’ambassade France à Alger une coopération transversale Sud/Sud en matière d’accueil (un à trois mois), de boursiers francophones. À ce titre en 2010, 2011 et 2012, 12 bourses ont été accordées sur l’Algérie pour une durée de 27 mois. Leurs profils se décomposaient ainsi : résidents en Algérie sur un terrain de recherche situé en Algérie et en séjour dans une université française (cotutelle), résidents en Algérie et en séjour de terrain (comparaison) en France, résidents et inscrits en France ou en Europe et en bourse de terrain en Algérie, résidents en Algérie et inscrits dans des échanges Sud/Sud d’Algérie vers la Tunisie, dans une approche comparative et en séjour de thèse à l’IRMC, résidents en Tunisie et en séjour de terrain en Algérie. Les thématiques des travaux proposés recouvraient de vastes thématiques disciplinaires : le projet de vie des adolescents marginaux en réinsertion sociale à Oran (psychologie), les violences scolaires en milieu urbain sensible à Constantine (sociologie), les centralités périphériques des villes de l’Est-algérien (géographie urbaine), les associations féminines en Algérie, en Tunisie et au Maroc (sociologie), les petites et moyennes entreprises algériennes (socio économie), le colonialisme dans les relations franco-algériennes (sciences politiques), les politiques publiques et l’espace commémoratif de l’Algérie coloniale (histoire), les proverbes kabyles (socio anthropologie), les systèmes oasiens en Algérie (géographie rurale), la femme ibadite dans la région du Mzab (anthropologie), étude comparative de l’histoire des archives tunisiennes et algériennes (histoire)…

De manière à capitaliser et à valoriser les aides ici évoquées, l’IRMC étudie actuellement un projet de « seminaire-atelier d’écriture » rassemblant 15 boursiers algériens suivis par lui en 2010, 2011 et 2012, en vue de l’écriture d’un article synthétique et à paraître dans un collectif consacré à la jeune recherche, Penser la société algérienne aujourd’hui. Enfin, il importe de souligner que les actions conduites par l’IRMC ne s’inscrivent pas seulement dans une relation bilatérale entre la France et l’Algérie. Les chercheurs algériens reçus à l’IRMC ou invités dans des programmes en réseaux y découvrent notamment leurs homologues tunisiens ou marocains. L’IRMC devient alors un passeur, assurant en corollaire de sa présence francophone, une position de coordinateur scientifique international et de relais intra maghrébin.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013 », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1245

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La formation de la littérature arabe moderne dans et par la presse

Journaux tunisiens

La presse tunisienne, bien qu’ayant déjà suscitée l’attention des chercheurs, reste aujourd’hui encore un champ d’interrogation sous-exploré pour l’Histoire littéraire et culturelle du pays. C’est dans cette optique que nous avons choisi de mener nos recherches sur la question de la formation de la littérature arabe moderne (fin XIXe première moitié du XXe siècle) dans et par la presse : cette dernière nous est apparue comme un « laboratoire poétique »[1] d’où ont surgi de nouvelles formes et pratiques d’écriture et qui a façonné non seulement la figure, mais aussi la pensée de l’intellectuel tunisien. La question de la relation entre littérature et social se posant avec plus de force encore lorsque le journal est choisi comme médium, notre recherche se veut transdisciplinaire et associe analyse littéraire, analyse du discours, sociologie et Histoire.

Dans le cadre de notre master[2], nous nous sommes intéressés plus particulièrement à l’évolution des genres littéraires dans la presse satirique à partir du journal al-Chabab (La Jeunesse, 1936-1937) créé et rédigé entièrement par le poète et journaliste égyptien Mahmud Bayram al-Tunisi (1893- 1961) lors de son exil en Tunisie. Comme d’autres périodiques de cette époque où champs littéraire et journalistique se confondent, al-Chabab peut être compris comme une œuvre littéraire, dans laquelle l’écriture expérimente ses limites en investissant une multiplicité de formes (poésie dialectale, nouvelle, maqâma, éditorial, courrier du lecteur…).

Cette circularité des écritures journalistique et littéraire qui se « contaminent » l’une l’autre dissout les frontières entre les genres. Elle renégocie les partages entre fiction et réel et conduit la littérature à prendre pour objet le quotidien. Le dialecte devient la langue poétique et prétend réintroduire « le peuple » au cœur de l’écrit. Les figures des marginaux qui essaiment le journal expriment les fractures de la société coloniale tout en renvoyant aux personnages classiques d’al-Hamâdani ou d’al-Jâhiz : en parodiant les genres classiques, l’auteur revendique paradoxalement la réinvention du patrimoine arabe pour expliquer la modernité. Bien que « prolétaire intellectuel » n’ayant pu vivre de sa plume, Bayram n’en avait pas moins une conscience professionnelle du journalisme dont les contours commençaient tout juste à se préciser. Le journaliste a des devoirs à l’égard du peuple qu’il doit éveiller et réintroduire dans le débat politique. En son nom, il vient demander des comptes aux personnages publics et faire tomber les masques en analysant les positions à partir desquelles les discours sont formulés.

Nous menons à présent nos recherches de doctorat sur le journal Abu Nazzara Zarqa (L’homme aux lunettes bleues, Le Caire, 1878 – Paris, 1910) fondé et rédigé par Yaqub Sanua (Le Caire, 1839-Paris, 1912), journaliste et pionnier du théâtre égyptien.

Nos interrogations portent toujours sur le lien fondamental entre presse et littérature, mais également sur les stratégies littéraires de l’ironie, le rapport entre l’écrit et la caricature ainsi que sur l’écriture en exil et la représentation du peuple dans la langue.

D’autre part, dans le cadre de notre collaboration avec l’IRMC, nous poursuivons aux côtés des chercheurs Kmar Bendana, Alain Messaoudi et Stéphanie Pouessel notre réflexion sur la presse tunisienne selon les axes suivants :

– la presse comme source pour une nouvelle approche de l’Histoire intellectuelle et culturelle (la critique d’art, la formation et les parcours des intellectuels, le développement de la publicité et de l’imagerie populaire)

– Histoire et sociologie du journalisme tunisien

– Sciences sociales, information et journalisme.

 

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

Ophélie ARROUES

est doctorante en littérature arabe moderne au laboratoire du CERMOM à l’INALCO. Elle est chercheure associée à l’IRMC où elle conduira un programme de recherche et organisera une journée d’étude.

crédit d’illustration : © World Association of Newspapers and News Publishers

 

Pour citer ce billet : Ophélie Arrouès, « La formation de la la littérature arabe moderne dans et par la presse », Le Carnet de l’IRMC, 25 septembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/524

 


[1] Concept emprunté à Marie-Eve THERENTY, La littérature au quotidien, Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Poétique, Paris, Seuil, 2007.

[2] Genre, généricité et transgénéricité dans un journal arabe du début du XXe siècle : al-Shabab de Mahmûd Bayram al-Tunisi, sous la direction du professeur Luc-Willy Deheuvels, Paris, INALCO, 2011.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Post-révolution : le citoyen sans l’Etat

Depuis la chute de l’ancien régime, un phénomène indicible est en train de se généraliser : les Tunisiens sont devenus allergiques à toute forme d’autorité, quelle qu’elle soit, comme si l’autorité était en soi un abus de pouvoir. L’autorité politique a été trop associée à l’exercice de l’arbitraire. En conséquence, le politique est devenu l’objet de toutes les méfiances. Après avoir été trop longtemps dociles, les Tunisiens ont développé le goût immodéré de la protestation révolutionnaire, du refus  systématique, de la négation de l’ordre établi. Dans un certain sens, c’est légitime. Après avoir tout accepté, on veut tout repousser. Mais à présent qu’on a été victorieux de la tyrannie, avec un panache qui a fasciné le monde entier, à présent que chacun a droit au chapitre, veut obtenir réparation, et que ce dont on a été privé, la citoyenneté, tente de prendre corps dans la vie réelle, hic et nunc, c’est à chacun qu’échoie le sens de l’État, le pouvoir d’agir. Il faut que chacun réalise que l’autorité est désormais de sa responsabilité, de son fait. Chacun est une incarnation active du nouveau pouvoir. Désormais, tout ce qui se fait au sommet de l’État est une illustration de la société dans ses remous et ses courants immédiats. Si la vision des citoyens n’est pas claire, celle de l’État ne le sera pas non plus. Si cette nouvelle responsabilité n’est pas menée avec une haute conscience des intérêts collectifs, si ce sont à nouveau les calculs individuels qui prévaudront dans la conquête de l’alternance, l’État, au diapason du peuple, risque d’anéantir la promesse de la nouvelle république. La tyrannie est rejetée par tous, mais la démocratie n’a encore été trouvée par personne.

Le fait d’avoir séparé le Parti de l’État, dont la fusion stalinienne s’est enracinée durant 50 ans dans tout l’espace social, a été salutaire. Mais en même temps, l’État se trouve privé de ses principales courroies de transmission avec le corps social, et comme privé de ses racines. Il n’en a pas l’habitude. L’immense organe tentaculaire sur lequel il s’appuyait a disparu. L’État est désormais comme suspendu aux aléas des mouvements de rue, et il tangue au gré des inquiétudes, des pressions, des désirs, des désordres nés de ce bouleversement. Gouverner des rebelles chroniques est une acrobatie ardue pour un système politique accoutumé à des sujets débonnaires. Maintenant, les politiques ne tirent leur autorité que de l’expression populaire, et ils ne savent pas très bien comment s’y prendre pour la recueillir et la traduire. Et comme il n’y a pas encore d’organe réellement représentatif, l’État tunisien, dans ce vide créé par la liberté elle-même, cherche dans le peuple ce que celui-ci ne parvient pas à lui donner : la confiance en lui-même. L’État, affaibli et culpabilisé par les fautes du passé, cherche à lire dans les yeux du peuple le signal flou de son avenir. Ne pouvant plus se permettre la moindre coercition, il cherche en tâtonnant les voies de la conciliation.

Ainsi les rôles se sont inversés. L’État ne dicte plus ses ordres d’en haut, il doit s’accoutumer à les recevoir d’en bas. Mais comment les déchiffrer, ces ordres, comment les comprendre, comment les recevoir ? Quelles sont les impulsions réellement légitimes, quelles sont celles qui, au contraire, exploitent les troubles à des fins obscures ? Comment les différencier ? Rude tâche. L’Etat doit marcher la tête en bas, les yeux rivés sur la rue, et cela lui donne un peu

le vertige. Il y a, dans cette période transitoire, dans ce vide institutionnel, dans cet état un peu informe qui succède aux grandes cassures, et qui précède la genèse d’un monde indéfini, un sentiment de forces sans limites, et de faiblesses insurmontables. Tout semble possible, tout insuffle une énergie surhumaine aux initiatives qui poussent partout comme des plantes soudain inondées d’un soleil dont la longue éclipse avait fané les fleurs. Mais tout semble aussi accompagner cette énergie d’une sourde agitation inquiète, face à un présent que la révolution ne parvient

pas à faire entrer dans la maîtrise des choses, dans le contrôle de soi. L’État a dilapidé son capital d’autorité par de trop longues années de pouvoir sans partage, les citoyens se dépensent en mille passions actives, mais qui ne savent pas encore s’incarner dans une promesse claire. Cette gestation est excitante et harassante. Il n’y a pas de répit. L’histoire va plus vite que nos esprits. Tunis est une immense agora où se tiennent des manifestations, des sit-in, des meetings, où se promulguent des chartes et des pétitions, au milieu de quelques empoignades qui jouent à des simulacres de discorde civile. La rue fait un peu la loi, dit-on, c’est vrai. Mais, après tant d’années d’effacement, d’humilité, comment faire autrement ? Pour un oui, pour un non, on descend dans la rue, on savoure son mécontentement, on déguste son irritation. C’est une forme de dilettantisme engagé. La télévision est tantôt un immense cahier de doléances, tantôt un prétoire où se déclament des scènes de catharsis collective, de purgatoire, de châtiment.

Il y a aussi les outrances, les surenchères qui troublent l’entrée en démocratie, les délations, les dénonciations, les calomnies, les nouvelles injustices, et une méfiance généralisée à l’égard des élites. Cela pourrait conduire à une épuration dangereuse du corps créatif de l’État. La Justice tarde à se séparer de l’exécutif. En réalité, elle ne dépend pas seulement de tel ou tel régime, mais de la vie morale de chacun et de sa capacité à se forger son propre sens du devoir. L’avenir se compte désormais par heure, chaque minute fomente un coup de théâtre, chaque nomination, imaginaire ou réelle, est objet de scandale, chaque fonctionnaire est en passe d’être « dégagé », un soupçon pernicieux gâche la solidarité des premiers jours. Mais en dépit des symptômes d’anarchie, nous assistons à une montée de citoyenneté, comme si une communion secrète entre les gens se tramait, pour que cette liberté encore sans visage, sans idéologie, sans discours, sans programme ne se laisse pas gagner par ses propres excès. Que sortira-t-il de notre volonté ? Tout simplement notre volonté, et elle seule. Tout désormais dépend d’elle. Il va falloir pour cela quitter l’ambiance de vacances révolutionnaires et se mettre à travailler. La liberté est un labeur, non un loisir.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Hélé BÉJI

Collège international de Tunis

 

Crédit photographique : © Reuters

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’orientalisme et après?

Séminaire animé par FRANÇOIS POUILLON et ALAIN MESSAOUDI – Tunis – 25 février 2011

 

Ce séminaire organisé à l’IRMC le 25 février 2011, s’inscrivait dans la recherche critique, impulsée par François Pouillon, sur la question de l’orientalisme vu du Sud. L’idée en était de montrer que l’orientalisme ne renvoie pas uniquement à des démarches occidentales ou métropolitaines, et d’analyser alors « la manière dont les acteurs du Sud se sont réappropriés, fut-ce après une critique radicale, les différentes versions (savantes ou culturelles) de l’orientalisme ».
Cette séance animée par François Pouillon, rassemblait des chercheurs tunisiens, en vue de la préparation du colloque L’orientalisme et après ? Médiations, appropriations, contestations, qui se tiendra à Paris les 15, 16 et 17 juin 2011. Les participants ont évoqué les différents cas de figure d’un même processus de construction d’un savoir sur l’Orient, puis sa réception et sa réappropriation par celui qui en est l’objet, et la production d’un autre savoir, comme un orientalisme retraduit, voire réorientalisé, par l’indigène.

De la construction de l’orientalisme à sa réception indigène. Les propositions sur ce thème renvoient plutôt à l’analyse de la construction d’un savoir orientaliste utile et repris par l’indigène. Dans cette perspective, Alain Messaoudi (EHESS, Paris) propose de se pencher sur les usages et enseignements de l’orientalisme savant, à propos de l’Encyclopédie de l’Islam, s’intéressant ainsi au processus de la transmission des orientalistes et de leurs élèves. Sihem Missaoui (Université de la Manouba) a souhaité traiter de la présence des premiers islamologues dans l’enseignement et la recherche universitaire, et voir comment des articles dits « orientalistes » passent dans les encyclopédies, « mais avec des fautes ou erreurs ». Ce qui y est dit sur l’Islam et sur ses usages peut-être récusé ou considéré comme idéologique. Se pose alors la question de l’efficacité de cette information pour des musulmans de culture arabe. Comme l’a rappelé François Pouillon, les intellectuels chinois estiment pour leur part que le travail effectué par les grammairiens orientalistes est sans grande utilité pour eux. Ce n’est pas le cas des grammairiens arabes, qui ont souvent repris les cadres et instruments de la grammaire élaborés sur leur langue par les occidentaux. Il y a ici l’idée d’une réappropriation positive du fait que les travaux des orientalistes ont pu enrichir les approches des grammairiens arabes, connivence résultant sans doute d’un recours commun aux concepts et formalisations aristotéliciennes. Autre réappropriation positive, celle que des intellectuels indigènes peuvent réaliser sur l’analyse des cultures et traditions populaires du Maghreb, souvent méprisées par la tradition savante, mais initiées par les orientalistes. C’est le cas, par exemple avec le recueil du patrimoine musical produit par le baron d’Erlanger et ses informateurs. Selon Ahmed Khoudja (Université de Tunis), ces traditions, jusqu’alors marginalisée dans la culture arabe, ont ainsi été promues par les folkloristes pour les intéressés eux-mêmes. Quelle est l’histoire de cette patrimonialisation : comment cette culture orale a-t-elle été récoltée et auprès de quels informateurs, puis transcrite et traduite ? Quels ont été les enjeux politiques et contextuels de ce savoir colonial à la fois refusé (ou récusé) et pourtant utilement repris durant la période des indépendances ?

D’autres travaux ont abordé la question de l’orientalisme du point de vue du projet de rapprochement avec les intellectuels locaux, qui en sous tend la réception. Pour Clémentine Gutron (EHESS, Paris), il s’agirait, pour illustrer la mise en place du mythe national, d’étudier la production allogène d’une archéologie nationale. Elle s’intéresse notamment à la figure de Paul-Albert Février, militant de la décolonisation, constructeur de la pré-indépendance algérienne et bâtisseur des idées d’on Orient nouveau à l’ombre des États nations. Pour Youssef Cherif (Université de Tunis) il faudrait enquêter à Columbia au centre des études pour la Palestine, dépositaire des travaux sur Edward Saïd, pour un état des lieux de l’influence de cet auteur-phare, de l’histoire institutionnelle des « post-colonial studies », et du projet idéologique qui les structurent.

Réception indigène et reconstruction de l’orientalisme. D’autres analyses nous confrontent à une réappropriation plus conflictuelle. C’est ainsi que Mouldi Lahmar (Université de Tunis) a proposé une réflexion sur « L’orientalisme en Libye : un savoir colonial indigène ? » Le projet est de réexaminer la manière dont les intellectuels libyens ont reçu les études orientalistes sur la colonisation – le grand corpus de De Agostini sur les tribus libyennes – et comment ils peuvent les utiliser pour réécrire la « vraie histoire » de leur pays. Ils remettent en cause tout d’abord les modes de recueil et la véracité de certaines informations qui n’auraient « pas été données correctement par la société locale ». Ils posent par la suite la question de ce que les orientalistes ont fait avec ces informations, ce qui pose problème moins de l’information elle-même que la manière dont elle est traitée et interprétée. Parfois, le traducteur reprend des informations de la source orientaliste et en change les entrées. Parfois aussi, « des choses ne sont pas traduites parce que considérées comme non-conformes ». L’ensemble de ces opérations marque la capacité de réappropriation et de rétablissement du traducteur face à ce qu’il estime être une « dérive orientaliste ». Ce qui soulève la question du droit de l’indigène à contester la réception orientaliste, mais aussi sa capacité à la reconstruire. Dans le même sens, Khaled Kchir (Université de Tunis) entend travailler sur le livre de l’érudit allemand, Welhausen, dont le texte (1924) sur l’histoire du prophète a été traduit en arabe dans les années 1950. Le traducteur utilise alors les notes de bas de page comme lieu de restitution de sa parole, rétablissant les choses comme il les conçoit et selon sa vision d’un pieux musulman. Dans ces différents exemples, le champ de l’orientalisme est limité par ce qui peut se reconfigurer en arabe. Dans son mouvement de réappropriation par l’individu, l’orientalisme est l’objet d’une rectification et d’une conversion ou correction de l’information captée dans celle reconstruite par le traducteur.

De la co-construction orientaliste à la réorientalisation. Il s’agit là de montrer comment l’indigène construit sa propre conscience et identité, indépendamment de la construction qu’en fait l’autre, mais non sans quelque intervention extérieure de sa part puisque cela consiste souvent à en reprendre les productions. Comment se co-construisent les identités collectives après l’orientalisme ? Mercedes Volait (CNRS, Paris) va analyser le projet artistique ou de société qui sous tendrait et regrouperait sur le marché de l’art orientaliste, les achats des collectionneurs du monde arabe à destination de leur société. De son côté Nabiha Jerad (Université de la Manouba) montre, dans le cas du discours publicitaire et de l’image touristique, comment le décolonisé devient sujet et non plus seulement objet du discours, en proposant au touriste sa propre image. Quelle image le tourisme national va t- il restituer au touriste tunisien ou à l’autochtone qui regarde son propre patrimoine ? Est-elle médiatisée par des sources et images produites ailleurs ? Ou est-elle conforme à sa propre représentation de soi (mais n’est-ce pas déjà une représentation médiatisée) ? Il s’agirait là, de voir comment l’orientalisme savant ou folklorique se réorientalise dans les échanges au quotidien (publicitaires, commerciaux) en relation avec l’indigène lui-même.

C’est d’une telle « réorientalisation » qu’ont parlé plusieurs autres intervenants. A ce titre, Charlotte Jélidi (IRMC) souligne des formes d’une « sur erlangidisation » de Sidi Bou Saïd, en référence au Baron d’Erlanger qui, contrairement à l’idée reçue, n’aurait pas imposé par texte de loi le bleu des boiseries de ce village. De son côté, Kmar Bendana (Université La Manouba) a placé ce processus de réorientalisation sur un terrain « Sud/Sud », en retraçant l’itinéraire d’Abdellaziz Talbi qui a réincorporé une culture orientaliste dans son combat politique puis intellectuel. Pur arabophone, sans accès direct aux langues européennes, il a utilisé les orientalistes traduits en arabe, intégrant aussi de nouveaux outils fournis pas la sciences européenne (historiographie, psychosociologie etc…) notamment sur l’écriture de la vie du prophète. Il est ainsi montré que l’orientalisme s’est diffusé et réincorporé dans les milieux arabes même quand ils n’y étaient pas convertis.

Dans le même souci de sortir de la dichotomie orientaliste/indigène, et de rechercher les espaces de négociation où les deux se rencontrent, Abdelhamid Hénia (Université de Tunis) montre que les orientalistes n’ont pas construit leur savoir juridique avec des informateurs qui n’auraient été que des aides et auxiliaires externes. Il donne l’exemple d’un savoir colonial juridico foncier qui a été créé avec la colonisation. Il explique que cette science dite « coloniale » constitue elle-même le produit d’une co-construction interactive entre les juristes français et tunisiens, une alliance entre ces deux élites qui ont construit un savoir juridico-financier dans leur double intérêt. Ils ont alors réagencé, en les reformulant et en les métissant, à la fois les concepts fonciers du droit romain et de la pratique juridique tunisienne. De la même manière, les Turcs, du temps de l’Empire ottoman avaient marié entre eux les droits hanéfite et le malékite pour créer une juridiction foncière avantageuse pour les citadins. Une telle approche conduirait, selon le souligne Hénia, à « banaliser » l’idée d’orientalisme, en montrant que le changement ne se réduit jamais à la seule intervention de facteurs extérieurs venant gommer toute participation des acteurs locaux.

Enfin, les différentes participations à ce séminaire ont bien montré à quel point ces analyses du décalage entre le discours des orientalistes et leur réappropriation ou rectification par les indigènes viennent enrichir la question de l’écriture de l’histoire et la perspective historiographique dans sa forme transcendante de « projet de moi vers l’autre » selon les formules du philosophe Husserl.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Pierre-Noël DENIEUIL

Sociologue, directeur de l’IRMC

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook