Archives de catégorie : Géographie

Agricultures familiales, territoires et perspectives de développement dans les Suds

Longtemps marginalisée par les politiques libérales de « modernisation agricole » qui ont marqué les dernières décennies, l’agriculture familiale se voit désormais réhabilitée dans les discours des acteurs publics, comme en témoigne le choix de l’Organisation des Nations Unies de proclamer l’année 2014, « Année internationale de l’agriculture familiale ». Le colloque international « Agricultures familiales, territoires et perspectives de développement dans les Suds » qui s’est tenu à Tunis les 11, 12 et 13 décembre 2014, avec le soutien de l’Institut Français de Tunisie (IFT), l’Agence Française pour le développement (AFD) et de l’Union Européenne (UE), s’est justement attaché à approfondir le rôle et les enjeux socioéconomiques de cette forme sociale d’agriculture, et les conditions dans lesquelles elle pourrait contribuer à l’émergence de nouvelles dynamiques porteuses d’un développement durable des territoires.

Alia GanaRepenser les rapports aux politiques publiques, discuter le rôle des agriculteurs familiaux dans les conflits territoriaux, leur place dans les mobilisations, la réappropriation des territoires et la construction de la démocratie, identifier les processus de diversification économique des agriculteurs familiaux et leurs impacts sur le développement local, tels étaient les thèmes des quatre axes qui ont animé les dix sessions de travail de ce colloque, et où plus d’une cinquantaine d’intervenants ont présenté leurs travaux durant trois jours. Au-delà du réseau méditerranéen, le colloque a également permis de s’ouvrir et de confronter les terrains d’Amérique latine à ceux d’Afrique subsaharienne, en passant par l’Asie du Sud-Est et le Maghreb.

En raison du grand nombre de travaux présentés, il ne s’agit pas ici d’en faire un compte rendu exhaustif, mais plutôt de rendre compte des points qui ont soulevé et animé les débats, et de revenir sur ceux qui ont été mis en lumière lors de la présentation des rapports de synthèse de la dernière session, élaborés et présentés respectivement par M. Elloumi (INRAT, Tunis), H. Guétat et N. Rebaï (UMR PRODIG, Paris), J-L Chaléard (Université Paris 1, UMR PRODIG), et H. Cochet (AgroParisTech, UMR PRODIG).

Les présentations de l’axe 1 ont permis d’appréhender dans le temps long, une double dynamique : la réponse apportée par les politiques publiques aux impératifs de développement agricole et les réponses des agricultures familiales à ces mêmes politiques, telles qu’elles s’expriment dans leurs stratégies d’adaptation diversifiées. Alors que certains États cherchent à favoriser les agricultures familiales, d’autres s’engagent dans le soutien des entreprises d’agro-business, ou se caractérisent par une politique du « laisser faire ». Comme l’a souligné M. Elloumi, la diversité des stratégies et des choix politiques révèle la difficulté à penser une alternative, à jeter les bases d’un nouveau contrat social, qui propose une autre vision du développement. Les questions des impacts sociaux et environnementaux liés aux aménagements et aux dynamiques des agricultures familiales face aux politiques publiques ont été abordées au travers de différents exemples : les processus d’accaparement des terres au Mali à la suite du développement d’une politique de grandes infrastructures hydrauliques, les problèmes posés par les périmètres irrigués issus de grands projets étatiques en Algérie et en Syrie, ceux liés aux aménagements hydrauliques en Équateur, ainsi que ceux générés par la réforme agraire avortée en Afrique du Sud. Les discussions ont permis de souligner l’ambivalence de ces grands projets étatiques, souvent à l’origine d’un renforcement des disparités sociales sur les territoires.

Dans l’axe 2, les présentations ont fait ressortir le lien entre les agricultures familiales et les processus de construction-déconstruction des territoires. Ainsi, les agricultures familiales y ont été abordées en tant que forme sociale productrice d’un certain rapport au territoire. Plusieurs exemples sur l’Afrique de l’ouest, mais également en Équateur, ont montré que l’implantation de grandes entreprises agricoles n’avait pas que des impacts fonciers, mais reconfigurait en profondeur les dynamiques territoriales. Ainsi, le modèle « archétypale » de grandes exploitations agricoles présenté a permis de souligner, paradoxalement, la diversité des configurations à l’échelle locale et la primauté de la problématique d’accès aux ressources. En Côte d’Ivoire, le rôle des migrations est au cœur des questions d’accès au foncier ; au Cameroun, on a pu mesurer les conflits d’usage liés à la croissance urbaine et les effets sur les petites agricultures familiales en termes de transformation des systèmes de cultures. De nombreux exemples ont montré la reconversion des petites agricultures à la suite du développement de grandes exploitations ou de cultures commerciales. L’accaparement des terres n’est donc pas le seul moyen d’assujettissement des petits paysans, qui peut prendre des formes plus économiques ou sociales. Au cœur de ces conflits de territoires, les éleveurs itinérants se présentent comme les « parents pauvres » de ces processus de développement rural, fragilisés et marginalisés. Les débats ont souligné le caractère très mobile et évolutif des situations, dans le temps et dans l’espace, contribuant à accentuer la différenciation des types sociaux de l’agriculture. Les politiques de réforme agraire, parallèlement à des mesures de libéralisation accrues ont produit dans un certains nombre de cas, une déstructuration de la paysannerie. Les exemples ouest africains rappellent la violence de la problématique migratoire dans les conflits pour le développement rural et l’instrumentalisation politique qui en est faite. Dans ce contexte, les débats ont également été l’occasion de montrer la nécessité d’une articulation accrue des politiques entre les échelles locale, nationale et globale.

Photo de groupe des participants du colloque de Tunis. © Emna Khemiri
Photo de groupe des participants du colloque de Tunis.
© Emna Khemiri

En conséquence de la pluralité de ces conflits de territoire, et dans un contexte de remise en cause de ces politiques libérales de développement, les mobilisations paysannes attestent du renforcement des revendications pour le droit à la terre et de l’émergence de la figure de l’agriculteur familial comme acteur majeur des processus de démocratisation et de mise en valeur de leurs territoires. N. Rebaï a par ailleurs souligné le fait que la majorité des présentations de cet axe ont concerné des terrains d’Amérique latine et du Maghreb, symbolisant la forte imbrication des revendications paysannes et des dynamiques de démocratisation dans ces ensembles régionaux. L’ancrage territorial des petites agricultures familiales se présente comme un enjeu majeur de la lutte politique dans un contexte libéral ayant pour effet un bouleversement des configurations territoriales historiques. L’alliance symbolique des mobilisations « villes/campagnes » dans un certain nombre d’exemples contribue à la reconfiguration des champs de la mobilisation. Par ailleurs, un certain nombre de présentations se sont attachées à analyser les rouages des organisations collectives et leurs effets sur la gouvernance locale et la justice sociale, en Tunisie en particulier. Il s’en est ainsi suivi un débat animé sur les éventuels effets « positifs » de l’expérience coopérative en Tunisie et une série de réflexions visant à relativiser les vertus de ces expériences de décentralisation de gestion des ressources, lorsqu’elles ne s’inscrivent pas, là encore, dans une articulation entre les différentes échelles de gestion. C’est la problématique de gestion des ressources, hydrauliques en particulier, qui se retrouve au centre des dynamiques de réappropriation des territoires et de construction de la démocratie.

photo irene
© Irène Carpentier

Le dernier axe avait pour objectif de saisir les liens entre diversification économique des agriculteurs familiaux et développement des territoires, lien qui serait a priori vertueux. H. Cochet a tenu à relativiser cette vision idéaliste. Ainsi, dans le contexte d’un accroissement de plus de 80 % des actifs agricoles dans les pays en voie de développement et de plus de 30 % dans le monde, l’emploi agricole représente un enjeu mondial. Alors que les agricultures familiales étaient historiquement pluriactives, les chercheurs et instances internationales ont eu tendance à « redécouvrir » ce phénomène et à en faire un axe actif de valorisation. Cependant, la majorité des présentations de cet axe 4 ont également montré les logiques de spécialisation accrue pour garantir le maintien des exploitations. L’exemple haïtien a ainsi été l’occasion de discuter le concept même de diversification et de stratégies, dans un contexte d’extrême précarité, où la vente de la main d’œuvre à l’extérieur relève plutôt d’une nécessité de survie. Par ailleurs, l’exemple marocain d’agrotourisme, qui entend opérer un rapprochement des milieux ruraux/urbains, a permis de souligner le bilan finalement très contrasté de ces expériences, qui ne relèvent que rarement d’une demande locale. Dans cet axe, une partie des présentations ont en réalité mis en lumière la création de nouveaux produits, de nouvelles filières, comme le commerce du charbon en Haïti, le lait au Vietnam, l’arachide au Bénin, instaurant de nouveaux liens avec les consommateurs et de nouveaux modèles de consommation. Ces produits de « terroirs » créent de nouveaux produits, de nouveaux marchés, parfois ex-nihilo, comme le lait à Hanoï ou l’huile d’Argan marocain. Va-t-on donc vers une spécialisation pour des marchés de niches, plutôt qu’une véritable diversification ? Quelles sont alors réellement les opportunités de développement ? Et pour qui ? Telles sont les questions qui ont animé les discussions concernant cet axe. L’enjeu est alors de cerner les processus de différenciation des territoires, et de mesurer dans quelles conditions ces processus peuvent être porteurs d’un accroissement des inégalités sociales, ou d’une concentration des ressources. Les dynamiques internes aux territoires doivent être remises au cœur des recherches sur les agricultures familiales, afin de ne pas céder aux fantasmes de projets en décalage avec la réalité locale.

Le colloque, qui s’était ouvert sur trois présentations inaugurales, rappelant l’engagement de Marc Dufumier pour le bien-fondé de l’agro-écologie, la place et le rôle de la recherche dans les études sur les agricultures familiales, par Shelley Feldman, et le bilan et la place des politiques publiques agricoles pour le développement dans les suds, par Michel Petit, s’est refermé sur la nécessité d’un travail conceptuel sur le sens même des mots, sur l’examen de la pertinence des différentes échelles de travail, et le besoin de poursuivre l’ouverture du réseau méditerranéen pour confronter les expériences et les terrains, dans une perspective plus large, mieux à même de saisir les dynamiques complexes d’agricultures familiales qui n’en finissent pas de se réadapter et de réinventer les modèles et les façons de penser le développement.

Irène Carpentier

est doctorante en géographie, LADYSS, Paris 1 et doctorante associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Irène Carpentier, « Agricultures familiales, territoires et perspectives de développement dans les Suds », Le Carnet de l’IRMC, 29 mai 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1852.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les oasis de Tozeur et Chenini Gabès : diversité et durabilité des formes de valorisation à l’ère de la mondialisation et des crises du développement

Article paru in Marshall A., Lavie E., Chaléard J-L., Fort M., Lombard J. (dir.), 2014, Actes du colloque international : Les oasis dans la mondialisation : ruptures et continuités, Paris, 16 et 17 Décembre 2013, 105-112 et consultable en ligne sur HALSHS (https://hal-univ-paris13.archives-ouvertes.fr/hal-01024643/document).

Introduction

Les profondes mutations dans les conditions d’accès aux ressources agricoles qui ont accompagné les processus de libéralisation et de désengagement de l’état tunisien ont favorisé la montée des tensions sociales et des revendications dans les régions rurales. La révolution tunisienne a pris corps dans les territoires ruraux délaissés de l’intérieur et du Sud tunisien et les demandes populaires pour plus d’équités sociale et régionale ont fortement remis en cause les modèles de développement territoriaux promus par les politiques publiques. Les fortes inégalités foncières, la priorité donnée au développement des services et à l’ancrage de l’économie nationale dans la mondialisation ont entrainé une forte régression de la contribution de l’activité agricole dans l’emploi et les revenus des ménages ruraux (Gana, 2013)[1].

Les économies oasiennes du sud tunisien n’échappent pas à ces évolutions. En lien notamment avec la mise en œuvre de politiques de modernisation axées sur la promotion de la monoculture du palmier dattier (Tozeur), ou sur le développement d’activités industrielles (Gabès), cette agriculture a subi de profondes transformations qui ont bouleversé les équilibres du milieu et du système économique et social sur lesquels elle était historiquement fondée.

Dans un contexte de transformation profonde des conditions de l’activité économique, des dynamiques contradictoires caractérisent aujourd’hui l’agriculture et les espaces oasiens. Parallèlement à la consolidation du secteur des grandes entreprises de production et d’exportation des dattes deglet nour et à la marginalisation, voire la disparition, d’une fraction importante d’exploitations autrefois basées sur le modèle de l’agriculture familiale oasienne diversifiée, on observe l’émergence de nouvelles formes de valorisation des ressources et des espaces oasiens, parfois liées à l’activité touristique et répondant souvent à la demande d’une clientèle essentiellement internationale. Portées par des acteurs individuels ou associatifs, ces nouvelles pratiques s’inscrivent dans des démarches de préservation du milieu oasien, de valorisation de ses paysages et savoir-faire, et de promotion de la qualité et de la variété de ses produits.

Basé sur les résultats d’enquêtes de terrain réalisées entre 2011 et 2013 auprès d’agriculteurs, d’acteurs associatifs et institutionnels, et l’analyse de bases de données constituées sur les deux terrains d’étude[2], cette communicationrend compte de la diversité des dynamiques qui caractérisent l’évolution de l’agriculture oasienne dans les régions de Gabès et de Tozeur. Elle interroge en particulier la diversité sociale et économique des pratiques émergentes de valorisation de l’agriculture et des espaces oasiens et analyse les formes d’ancrage économique – et leur lien avec les processus de mondialisation- qu’elles impliquent pour les territoires concernés.

Diversité des pratiques agricoles et multifonctionnalité des territoires oasiens

La compréhension des territoires oasiens passe par la mise en lumière de la complexité d’espaces qui coïncident de moins en moins avec les espaces agricoles productifs, mais s’inscrivent de plus en plus dans une multifonctionnalité des territoires et une diversification des pratiques agricoles locales[3]. L’activité agricole se voit de plus en plus attribuer, par les pouvoirs publics mais aussi la société civile, un certains nombre de fonctions extra-productives, associées à la notion de service, tels que les services éco-systémiques, paysagers, sociaux, de loisirs… L’émergence de nouvelles initiatives de valorisation s’inscrit dans cette dynamique de diversification des activités de l’espace local et n’est pas sans lien avec d’insertion de l’économie tunisienne dans la mondialisation.

D’une part, l’agriculture oasienne a subi les effets des politiques de libéralisation (réduction des subventions, renchérissement des coûts de production, nouvelles conditions d’accès aux ressources en eau, etc.…). D’autre part, les changements de l’environnement économique ont imposé des adaptations qui répondent souvent à des demandes extérieures. Nous proposons d’analyser les implications concrètes et dynamiques qu’elles induisent dans les territoires oasiens. Nous formulons l’hypothèse que la diversité des formes d’adaptation du territoire agricole oasien aux crises liées aux processus de libéralisation et de mondialisation exprime un potentiel de résistance du système oasien à un déclin annoncé. Il s’agit alors d’identifier la complexité de ces processus tels qu’ils s’appliquent aux oasis. Les conséquences sur les territoires locaux de la libéralisation de l’économie sont nombreuses et contribuent à redéfinir l’insertion dans les marchés des exploitants oasiens. En particulier, les processus d’urbanisation et de désertification accélérés contribuent à une profonde transformation de la structure même du territoire oasien. Ces dynamiques imposent de fortes restructurations de l’activité agricole et contribuent à l’émergence de nouvelles pratiques basées sur des formes de valorisation patrimoniales des ressources oasiennes.

L’élaboration d’une typologie des formes de valorisation du territoire agricole traditionnel permet de caractériser la diversité des agricultures oasiennes dans la mondialisation. Les différents types d’acteurs du territoire local (acteurs associatifs, investisseurs privés, petits exploitants,…) sont à l’initiative de stratégies de valorisation différenciées relevant d’une modernisation technique de type conventionnel, d’adaptations du modèle traditionnel, ou se réclamant de modèles alternatifs de valorisation patrimoniale.

Le modèle de l’agrobusiness oasien

Dans une première catégorie, les innovations et transformations des systèmes agricoles et territoires traditionnels se font au sein du système moderniste classique qui contribue à la consolidation d’exploitations capitalistes intégrées au marché national et international. C’est le modèle de l’agri-business oasien, présent surtout à Tozeur. Au moyen de forts investissements, les projets des investisseurs privés, parfois de nouveaux oasiens, se développent dans une logique entrepreneuriale. Au sein d’une infrastructure moderne complète, comprenant raccordement à l’électricité, puits, bassins, canaux d’irrigation PVC ou bétonnés, et bâti agricole, les projets visent la conquête de marchés de niches à l’exportation. L’accès à la ressource en eau est généralement assuré par la présence d’un puits ou d’une vanne sur la parcelle permettant une gestion autonome de l’irrigation. La spécialisation des cultures est au cœur de la stratégie de mise en valeur du sol. A Tozeur, cela débouche sur une quasi-monoculture d’un cultivar, le deglet nour. Les exploitations de cette catégorie sont assez grandes (supérieures à 1,5ha), et situées essentiellement le long des axes de communication qui traversent l’oasis ancienne. Elles constituent la norme dans toutes les nouvelles plantations. La rentabilité agricole de tels projets est importante, mais s’inscrit souvent dans le cadre d’une pluri-activité de fait. L’agriculture demeure une activité de complément, pour des entrepreneurs actifs dans d’autres secteurs et d’autres espaces, mais permet, pour ceux qui sont originaires de la région, de conserver un lien au territoire local et de garantir l’appartenance à la communauté oasienne.

irene1
Exploitation spécialisée dans la monoculture de Deglet Nour à Tozeur. © Irène Carpentier.

Ces projets d’agro-business sont pleinement ancrés dans des logiques d’intégration à des marchés porteurs d’exportation s’appuyant sur des réseaux internationaux de clientèles et sur des modèles productifs et paysagers caractérisés par l’élimination de l’étagement des cultures et l’alignement des plantations de palmiers… Ils participent aussi d’une consolidation de positions dominantes dans la compétition pour l’accès aux ressources territoriales.

Souvent, ces mêmes agro-entrepreneurs revendiquent aussi leur contribution à la mise en valeur du patrimoine que représente le palmier dattier et à la durabilité du territoire oasien. Ils soulignent que leurs activités permettent d’éviter l’abandon des terres, mais permettent aussi la sauvegarde du milieu et la préservation de sa fonction agricole productive. Ces discours de valorisation de l’activité agricole en tant que ressource économique locale susceptible de promouvoir la durabilité du milieu s’inscrivent dans un contexte régional de mise en place de nouvelles logiques de valorisation économique. Les labels de qualité ou la conversion en bio des plantations récentes dans le gouvernorat de Tozeur permettent aux exploitants de ces espaces de saisir de nouvelles opportunités et de se positionner sur le marché du « patrimoine » et de « l’alternatif », répondant à une demande internationale en priorité. Ces stratégies sont promues et trouvent un appui auprès des institutions de développement. A Tozeur, le ministère de l’Agriculture prévoit une conversion de l’ensemble des oasis à l’horizon 2030[4], afin de renégocier les marchés d’exportation, et d’optimiser la rente de la datte deglet nour.

Le marketing territorial, une tertiarisation de l’activité oasienne ?

Dans le cadre de cette diversification des formes de mise en valeur, et en lien avec les politiques publiques de développement, se distingue une seconde catégorie d’exploitants[5], qui s’inscrit dans une dynamique de tertiarisation de l’activité agricole et du territoire oasien. C’est le modèle du « marketing territorial », qui tend à produire des activités de services, en particulier de loisirs ou touristiques. Ces activités sont des moyens de mettre en valeur le « décor oasien » auprès d’une clientèle touristique nationale et internationale. Mais dans le cadre de la crise touristique que traversent les territoires oasiens, ces espaces de loisirs et de restauration sont de plus en plus investis par la population locale et les entrepreneurs tentent de s’adapter à cette demande spécifique. C’est le cas du projet « Sahara Lounge » à Tozeur, espace d’accro-branche dans une parcelle de la zone de R’bat qui propose également un espace de café et d’animations. Souvent, une combinaison d’activités est ainsi proposée sur une même parcelle, afin de satisfaire une clientèle plus large: restauration, café, jeux pour enfants, salle des fêtes, projections…

irene2
La zone de Ras el Oued, historique zone des sources à Chenini Gabès. © Irène Carpentier.

C’est le cas du « parc el Berka » à Tozeur, ou du « parc Amine » à Chenini. La fonction productive de l’agriculture devient marginale et se destine à l’utilisation directe pour la clientèle et le personnel (en particulier les productions arboricoles : citronnade, jus d’oranges, dattes pour le jardinier…). Le territoire oasien n’est plus considéré comme nourricier, mais comme espace de loisir et de « marketing ». Le paysage référent est celui de l’oasis traditionnelle. Il est entretenu et recréé dans une logique de jardinage où la dimension esthétique prime, par le moyen de plantes décoratives, parfois stériles et importées. En effet, la plus value du territoire passe par la mise en marché d’un paysage historique et diversifié, d’un cadre paysager de loisir. Les entrepreneurs oasiens sont donc dans une démarche d’ouverture des territoires oasiens à des activités de services diversifiées. La diversification des activités oasiennes, qui répond à une demande internationale mais aussi locale, est un moyen pour saisir les opportunités d’un marché toujours plus restreint, tant sur le plan agricole que touristique.

Une agriculture familiale diversifiée et pluriactive

Aux côtés de ces nouveaux entrepreneurs oasiens, perdurent des formes de mise en valeur « paysanne », basées sur diversification des cultures. Dotés d’une faible capacité d’investissement, les petits exploitants qui les pratiquent déploient leurs projets au sein de la parcelle familiale. Au cœur d’un territoire fortement morcelé, le bien foncier des petits exploitants est soumis à la disparité des conditions d’exploitation en termes d’accès à l’eau, de salinité des sols, et d’accessibilité des parcelles. Les systèmes de cultures sont diversifiés et étagés ; l’arboriculture ou le maraîchage sont privilégiés selon le zonage agronomique local en association avec le petit élevage. Dans la pratique de l’activité, comme dans l’agencement des parcelles et la conduite des cultures, c’est le modèle « traditionnel » qui fait référence malgré l’influence grandissante du modèle moderniste, sous la pression du marché. Les savoir-faire traditionnels (greffes d’arbustes, modifications des méthodes d’irrigation, association des cultures …) sont à la base de l’adaptation aux contraintes qui touchent cette catégorie en particulier : manque d’eau, concurrence sectorielle et difficultés de commercialisation. L’autoconsommation reste une des fonctions principales pour ces cultures oasiennes, en particulier les cultures maraîchères et arboricoles. Les productions ne sont pas toujours rentables sur le plan économique mais permettent de contribuer à la sécurité alimentaire des familles. A Tozeur, ce sont les travailleurs agricoles, les khammès, métayers au cinquième et véritables travailleurs des oasis, qui contribuent au maintien de l’étagement des cultures et de la fonction nourricière des parcelles.

 Mais le maintien à la terre des petits exploitants passe aussi par l’inscription plus poussée dans des logiques marchandes. C’est le cas à Gabès, où la stratégie pluriactive de valorisation du territoire est surtout une adaptation à la conjoncture du marché. Elle se traduit par l’introduction de cultures traditionnellement absentes des oasis, comme le poireau, ou l’aubergine, ce qui permet de faire la différence sur un marché local restreint et saturé, et de s’adapter au stress hydrique. Se développe ainsi une agriculture de spéculation, en particulier pour les maraîchers qui font face à la concurrence toujours plus rude d’autres espaces productifs. La pratique de l’agriculture par ces petits exploitants permet de préserver les fonctions historiques de l’oasis : paysagère, nourricière, socio-économique. L’objectif reste ici de garantir la reproduction du système et des exploitations à l’échelle locale, tout en valorisant un patrimoine familial.

On observe ainsi une différenciation des formes d’agricultures familiales oasiennes: entre marginalisation et repli vers une agriculture diversifiée uniquement vivrière ou de loisir, et intégration progressive au marché pour les exploitants qui se tournent vers l’intensification.

Des exploitations familiales spécialisées et intensives

A la différence des logiques de la catégorie précédente, certains acteurs se tournent vers des modèles d’intensification et de spécialisation des exploitations, sous l’impulsion de programmes étatiques de soutien aux projets d’élevage bovin et de maraîchage (à Gabès). Garantissant a priori une stabilité importante des exploitations avec des productions qui procurent des revenus réguliers toute l’année, de nombreux petits et moyens exploitants, encouragés par les programmes de subventions se lancent, en particulier dans l’élevage bovin.

irene3
Exploitation spécialisée dans l’élevage bovin à Chenini Gabès. © Irène Carpentier.

Certains éleveurs de bovins ou maraîchers s’inscrivent donc dans des logiques d’intensification et de spécialisation des productions. Leur stratégie s’appuie sur une insertion dans des bassins de production. A la différence des petits exploitants diversifiés, c’est sur la spécialisation des productions et l’insertion aux marchés régionaux que ces producteurs fondent leurs stratégies de valorisation des terres. Cependant, le cadre paysager oasien est plus ou moins préservé, notamment au travers du palmier dattier qui joue ici un rôle de maintien de l’écosystème. Si les cultures arboricoles disparaissent presque totalement, la pluralité des cultures fourragères permet de subvenir aux besoins, dans des exploitations qui visent l’autosuffisance en alimentation du bétail.

Dotés d’une capacité d’investissements moyenne, les projets de ces exploitants se développent dans une logique de recherche de rentabilité. Ces exploitants spécialisés ont souvent bénéficié de subventions, en particulier pour l’élevage bovin, avec la subvention à l’introduction de races importées. L’infrastructure hydraulique de base, (canaux d’irrigation en béton), est bien entretenue par les exploitants eux mêmes et permet d’optimiser les ressources disponibles. Les éleveurs de bovins bénéficient d’un robinet complémentaire qui garantit de l’eau à volonté et qui se paye à l’année auprès des associations d’irrigants. L’ensemble de la parcelle est mise au service de l’activité principale, élevage ou maraîchage. Ainsi, la luzerne est cultivée sur l’essentiel de la parcelle dans le cadre des projets d’élevage bovin, et toutes les parcelles sont dévouées aux cultures de légumes dans le cadre des projets de maraîchers.

Les exploitations de cette catégorie sont de taille moyenne (de 0,3 à 0,6 ha), et les exploitants jouent souvent sur le morcellement foncier des propriétés, avec des parcelles réservées à un type de culture selon leur situation et au service du projet de l’exploitation. Dans l’oasis de Gabès à Menzel et Chenini, les programmes d’introduction de l’élevage bovin ont encouragé ces types d’exploitants. On ne les trouve pas à Tozeur. La rentabilité agricole de tels projets n’est pas toujours très importante, en raison de la forte augmentation des prix des aliments pour le bétail. Seuls, les élevages les plus importants sont rentables. La pluriactivité reste majoritaire.

Les militants oasiens

Enfin, la dimension politique et idéologique des choix de mise en valeur apparaît au sein d’une dernière catégorie, celle de « militants oasiens », porteurs d’un projet alternatif de développement fondé sur la réhabilitation du milieu oasien par la mobilisation des savoir-faire traditionnels et la promotion de pratiques agro-écologiques. Les formes d’adaptation à la conjoncture de crise sont profondément ancrées dans une démarche idéologique et politique de remise en cause du modèle moderniste et libéral.

Le modèle s’appuie sur la diversification des activités du territoire, comme la transformation des produits et l’implantation d’activités de tourisme écologique, et s’inscrit dans une dynamique associative, soucieuse d’apporter des réponses aux problématiques locales des petits exploitants, telles que la qualité du sol, la disponibilité de l’eau, les maladies… Pluriactifs, les militants sont souvent représentants syndicaux, enseignants, ou fonctionnaires et font majoritairement partie de classes socioprofessionnelles supérieures. Leurs projets se déploient au cœur de réseaux associatifs diversifiés. Ce sont les associations de sauvegarde des oasis qui les rassemblent, à Tozeur comme à Chenini. Depuis la révolution, la multiplication des associations de protection de l’environnement et de développement local a contribué à la diversification des acteurs concernés[6].

grenade
Grenades BIO à Gabès. © Irène Carpentier.

Bénéficiant d’une capacité d’investissement moyenne, tant sur le plan financier qu’en travail, ces militants exploitants travaillent leurs terres dans un mode de faire-valoir direct, avec une main d’œuvre familiale et parfois quelques salariés. Les parcelles, de tailles moyennes, font l’objet d’une mise en valeur du paysage selon le modèle traditionnel. Les systèmes de cultures sont diversifiés et en étages, du palmier, aux cultures fourragères, industrielles et maraîchères, en passant par les cultures arboricoles. L’association des cultures, la rotation et les techniques de jachères sont utilisées. Les savoir-faire traditionnels sont au cœur des stratégies d’exploitation, de gestion des semences et d’irrigation. Ces exploitations ne se distinguent pas spécifiquement des autres formes d’agricultures familiales paysannes car ce sont moins leurs pratiques propres qui importent que la formulation d’un projet collectif pour le développement territorial.

La conquête d’autonomie dans la gestion des ressources est un des enjeux principaux des projets des associations face à la crise du milieu. La fonction nourricière s’efface devant la fonction pédagogique du jardin oasien, cellule de base pour un nouveau modèle de développement. Ces exploitants tentent de susciter, au travers de projets associatifs, une demande locale et urbaine, soucieuse d’une meilleure qualité des produits, participant à la sauvegarde du milieu. Une meilleure maîtrise des prix par les exploitants, la mise en place de filières bio, ou la transformation des produits doivent permettre de créer un réseau renouvelé autour d’un modèle alternatif de mise en valeur du patrimoine. Les projets se déploient à l’échelle locale, et parfois, via les réseaux associatifs, à l’échelle internationale. C’est le cas de l’exportation des grenades bio de l’oasis de Gabès, gérée par l’association de sauvegarde de l’oasis de Chenini (ASOC). L’objectif est souvent, à terme, le développement d’activités de services liées au tourisme, à la culture ou à l’artisanat dans l’oasis, au moyen d’une multifonctionnalité accrue du territoire. Le tourisme alternatif est au cœur de ces stratégies de diversification. Fermes pédagogiques, accueil à la ferme, éco-logement, restauration bio… les initiatives associatives contribuent à la redéfinition du tourisme oasien au profit de la sauvegarde d’un capital culturel et paysager de l’oasis. L’oasis traditionnelle est sollicitée dans ces zones les plus symboliques : c’est le cas de la zone de Ras el oued à Chenini, ou du pourtour du quartier Ouled el Hej de Tozeur. Les acteurs associatifs oasiens visent une remise en question du modèle moderniste et proposent des innovations dans le cadre d’une recomposition du modèle traditionnel. La durabilité de ce modèle oasien alternatif est centrée sur la diversification de la dynamique agricole, garante de l’intégrité du milieu et du paysage. La capacité de ce modèle à contrecarrer les dynamiques caractérisées par la disparition du milieu semble cependant fortement liée au soutien des pouvoirs publics.

Conclusion

Cette typologie des formes d’adaptation du territoire oasien montre bien que les impacts de ces changements liés aux processus de libéralisation et de mondialisation sont loin d’être uniformes. On observe une diversité de stratégies de valorisation ainsi qu’une différenciation importante des profils socio-économiques des agriculteurs. Les dynamiques observées dans les oasis tunisiennes illustrent ce processus de diversification/différenciation des pratiques de l’agriculture oasienne face à la crise mais attestent aussi de sa résilience et de sa vitalité. Ainsi, les grandes exploitations spécialisées dans l’exportation de dattes deglet nour sont considérés comme les « territoires gagnants » du développement oasien. (Chaléard, 2008[7]) Les petites exploitations familiales morcelées, situées dans des zones périphériques et intérieures, fragilisées par la mise en compétition des territoires et l’externalisation de l’économie, se diversifient sous la pression d’un accès au marché et de choix de valorisation différenciés. Les associations, bien que pleinement insérées dans les nouvelles exigences de l’intégration à une économie globalisée, luttent pour une remise en cause des choix de développement à l’échelle locale et tentent de tisser un réseau territorial oasien.

La situation et l’accessibilité des exploitations se posent comme des critères déterminants de la valorisation du territoire, tout comme le type de marchés en liens avec la spécialisation des cultures. Les oasis du sud tunisien sont un exemple des processus de transformations des territoires ruraux, où la diversité des initiatives de valorisation souligne le potentiel de résistance à un déclin annoncé.

La capacité d’adaptation des territoires oasiens à la crise des modes de développement redéfinit la question de la durabilité d’espaces ruraux profondément dynamiques.

 Irène CARPENTIER et Alia GANA

doctorante en géographie, associée à l’IRMC Tunis, LADYSS, Paris 1 ; sociologue, Directrice de recherche au CNRS en affectation à l’IRMC Tunis.

Pour citer ce billet : Irène Carpentier, Alia Gana, « Les oasis de Tozeur et Chenini Gabès : diversité et durabilité des formes de valorisation à l’ère de la mondialisation et des crises du développement » ? », Le Carnet de l’IRMC, 20 novembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1658.


[1] A.Gana, 2013, « Editorial », Maghreb-Machrek, 2013/1 n°215, p. 5-8

[2] Listes des agriculteurs des Groupement de Développement Agricole (GDA) de Tozeur, (Hafir, R’bat, Abbes, Wassat) et Gabès (Chenini, Menzel, Jara), renseignées avec l’aide des aiguadiers des GDA et des lignes d’eau concernés.

[3] JP Charvet, 2008

[4] Selon le responsable de l’arrondissement agriculture biologique du CRDA de Tozeur, lors d’un entretien en avril 2012

[5] Dans certains cas, les agro-entrepreneurs, et les tenants de projets de valorisation touristiques sont les mêmes acteurs. En effet, le morcellement des exploitations favorise une mise en valeur différenciée : une parcelle est vouée à la production agricole, alors qu’une autre accueille un projet touristique ou de loisir. C’est le cas des plus grands entrepreneurs de l’oasis de Tozeur (Nieffer, Chraïet, …)

[6] ASMT (Association de Sauvegarde de la Medina de Tozeur), Club UNESCO de Tozeur,

Post révolution : ASOT (Association de Sauvegarde de l’oasis de Tozeur) fondée en 2011, Association des Amis du Palmier de Tozeur fondée en 2011 ;

ASOC (Association de Sauvegarde de l’Oasis de Chenini) fondé en 1992,

Post révolution : AFCO (Association Formes et Couleurs Oasiennes) fondée en 2011, Gabès Action fondée en 2011, SOS Gabès Environnement fondée en 2011

[7] JL Chaléard, 2008, « Les grandes mutations des territoires ruraux dans les pays du sud : problèmes et enjeux », in Ruralités Nords-Suds : inégalités, conflits, innovations, H. Rakoto Ramiarantsoa (dir.), B. Thibaud (dir.), D. Peyrusaubes (dir.)

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’eau : objet de recherche, « miroir des sociétés » ?

irrigation Babnet.net
Développement de la gestion de l’irrigation en Tunisie
© Babnet.net

Un atelier sur les approches sociales de la gestion de l’eau agricole en Tunisie a été organisé à l’INAT, le 22 avril 2014 à l’initiative de  Jeanne Riaux (IRD), en coordination avec  Alia Gana (IRMC) et Mohamed Salah Bachta (INAT), dans le cadre du programme ANR AMETHYST. Partant du constat de l’importance des travaux de recherche sur l’eau en Tunisie mais de la faiblesse des échanges à ce propos entre équipes et institutions en Tunisie, l’objectif de cette rencontre a été de mettre en réseau ces chercheurs (INAT, IRMC, INRAT, IRD, Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, Université de Sfax) ainsi que les nombreux étudiants en sciences sociales (Master, doctorants et post-doctorants) travaillant sur les questions de l’eau dans le pays.

IrèneAprès une allocution d’ouverture par le directeur de l’INAT, Elyes Hamza, qui a accueilli cette journée d’étude, la matinée a débuté avec trois interventions sur la gestion sociale de l’eau et son approche historique en Tunisie. Thierry Ruf (IRD, UMR GRED) a d’abord exposé les apports de cette démarche, en rappelant que l’histoire hydraulique est, dès le départ, sociale et politique, du fait des multiples formes d’appropriation et de gestion de l’eau au sein des sociétés. Il a également présenté les différentes écoles de pensée, et les apports disciplinaires proposés par les sciences sociales dans le domaine de l’eau, et l’évolution des thématiques de réflexion – des études locales de systèmes hydrauliques à l’eau comme bien commun. Ensuite, Habib Belaïd et  Béchir Yazidi (Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine) ont rappelé qu’il existe peu d’études en histoire sur la gestion des ressources naturelles, et que l’histoire de la gestion de l’eau a souvent été réalisée dans le cadre d’autres disciplines, et en premier lieu par les sciences de l’ingénieur. Néanmoins, la discipline historique a témoigné d’un récent intérêt pour ce thème, et a notamment montré que la mobilisation de l’eau a constitué l’un des piliers de la colonisation en Tunisie, à travers la domanialisation et l’accaparement de la ressource. Une part importante des sources d’archives étant toutefois produite par les autorités coloniales, la réflexion doit être orientée sur l’évolution des cadres juridiques et administratifs de l’eau, les archives, ainsi que sur les échelles d’analyse.

Par la suite, plusieurs étudiants sont intervenus pour exposer leurs travaux de recherche.  Jamel Ben Nasr (INAT) a ouvert la session « Gouvernance de l’eau et institutions » en explicitant les différentes acceptions du concept de gouvernance et les écoles de pensée auxquelles celles-ci se rapportent. Il mobilise dans le cadre de sa thèse un terrain dans la région de Zaghouan et des modèles de matrice pour analyser les rapports de force locaux, et voir les effets de la gouvernance sur l’efficacité de la gestion de l’eau.

Sameh Rekik Bouguecha (INAT) a expliqué comment elle analyse dans sa thèse les blocages institutionnels et les liens entre innovation, croissance, développement et durabilité, à partir du cas d’étude de deux périmètres publics irrigués dans le gouvernorat de Sfax. Des discussions se sont alors engagées sur les décalages qui peuvent exister entre volonté des institutions et réalités locales, sur les différences d’approches méthodologiques – hypothético-déductive ou inductive – et sur la façon d’articuler terrain et théorie : l’eau a toujours une dimension spatiale, c’est finalement la manière d’aborder cette spatialité qui diffère.

On a retrouvé ensuite cette réflexion à travers l’intervention de  Wafa Ben Fraj (INRAT/INAT), dans la tension entre défense du système écologique et poursuite de l’aménagement du bassin versant de l’Ichkeul dont une partie a été classée parc national. Ce type de questionnement invite à étudier la perception des changements environnementaux selon les différentes parties prenantes et invite à considérer l’emboîtement des échelles. La deuxième session « Gestion de l’eau, pratiques techniques et dynamiques socio-territoriales » a regroupé des travaux centrés sur la dimension sociale de l’eau.

Golf_Gabes_2 www.apal.nat.tn
Golf de Gabès
© www.apal.nat.tn

Irène Carpentier (Paris I / IRMC) a souligné que dans les études sur les oasis, l’eau demeure souvent au centre des recherches et contribue à alimenter un fantasme (l’eau au cœur des crises) qui monopolise les débats. Elle propose dans sa thèse de dépasser cette vision à travers une approche typologique des formes d’utilisation de l’eau et de valorisation des territoires.

L’intervention de Zakia Jenhaoui (IRD) s’est focalisée sur la multiplication des puits de surface dans le Kairouanais et leur rôle dans l’amélioration de l’accès à l’eau. Elle a insisté sur leur valeur symbolique et sur les relations d’alliances et d’oppositions qu’ils révèlent : le puits a un moment unifié les populations mais tend aujourd’hui à les disperser. Une des questions posées a été celle du changement à venir, du fait de l’introduction des forages, qui reposent sur une nouvelle technique d’accès à l’eau.

Par ailleurs, Anne-Laure Collard (IRMC/IRD) a montré comment elle mobilise l’approche de sociologie des techniques, utilisée dans le cadre de sa thèse au Brésil, pour analyser le renouvellement des rapports de pouvoir liés à l’évolution des formes d’accès à l’eau dans le Kairouanais. Elle s’intéresse ainsi à la réinvention des pratiques de l’eau en transposant le lien entre eau, technique et pouvoir pour la zone des eaux pérennes du Merguellil. La troisième session était centrée sur les liens entre eau et foncier, à travers l’étude de l’accès, des usages et des concurrences pour la ressource.

Mathilde Fautras (Paris Ouest/IRMC) a expliqué comment l’irrigation a transformé les espaces ruraux dans la région de Sidi Bouzid, en s’imposant comme une nouvelle norme alors même qu’elle concerne une minorité des espaces cultivés. Elle cherche à analyser les conflits d’accès à l’eau qui entraînent différentes stratégies d’adaptation, en lien avec la question de la sécurité alimentaire.

Dans son Master, Fadwa Saïdani (Supagro/IRSTEA) s’intéresse à la diversité des modes d’accès aux eaux souterraines et leur influence sur l’accès au foncier. Un des objectifs de son travail consiste à élaborer une typologie des formes d’accès à l’eau en lien avec les modes de faire valoir, à partir du cas de Chebika dans le gouvernorat de Kairouan.

Malek Ghilleb (Supagro/IRSTEA), qui travaille en tandem avec Fadwa, a présenté quant à elle son Master sur les liens entre accès à l’eau et vulnérabilité, en mobilisant les concepts de risque, sustainable livelihoods, et adaptation.

Ces présentations, qui témoignent de la diversité des approches de la question de l’eau, ont suscité un débat animé entre les participants sur la place de l’eau dans les recherches en sciences sociales : celle-ci est- elle un objet de la recherche, ou un miroir des sociétés, un alibi permettant de reproduire des conflits, tensions et relations de pouvoir existant par ailleurs ? La discussion s’est aussi structurée autour de la question suivante : les études sur l’eau répondent-elles à une demande sociale ? Quelle est la dimension sociétale de cette thématique, et dans quelle mesure la recherche peut-elle – outre l’évaluation et la critique des modèles dominants – proposer des alternatives, de nouveaux modèles de fonctionnement ? Il est ressorti des échanges que l’eau n’est jamais le facteur unique des tensions, et qu’il est nécessaire de prendre en compte les autres aspects pour comprendre les dynamiques internes, locales. Car l’enjeu réside dans la transformation des systèmes, voire dans leur survie. Aussi, les participants ont longuement débattu de la légitimité du chercheur à construire son sujet : faut-il nécessairement une dynamique locale ou une demande explicite pour justifier la recherche ?

Le dialogue engagé lors de cette journée d’étude pourrait se poursuivre en pérennisant un espace de débat autour des travaux d’étudiants sur les thématiques de l’eau. Plusieurs perspectives ont été évoquées, le groupe a notamment envisagé d’organiser des visites croisées sur les différents terrains. De plus, l’idée serait de mettre en commun et constituer un corpus théorique sur l’étude de l’eau en sciences sociales spécifiquement tourné vers la Tunisie.

Alia Gana (CNRS/IRMC) a évoqué le projet d’organiser un séminaire de plus grande ampleur associant deux approches complémentaires de l’eau : celle en termes de concurrence/conflits, et celle en termes de négociation/concertation. Thierry Ruf nous a informé de la volonté en cours de construire une formation pluridisciplinaire destinée aux acteurs de l’eau du Nord et du Sud de la Méditerranée.

La distance au terrain, la pertinence des comparaisons, le dialogue entre chercheurs et décideurs : autant de réflexions partagées par l’ensemble du champ des sciences sociales, et par les chercheurs et étudiants qui s’intéressent à l’eau en particulier. Ces questionnements encouragent un travail en réseau et un effort collectif sur le long terme, qui dépasse les frontières disciplinaires.

Irène CARPENTIER et Mathilde FAUTRAS

Pour citer ce billet : Irène Carpentier, Mathilde Fautras, « L’eau : objet de recherche, « miroir des sociétés » ? », Le Carnet de l’IRMC, 3 octobre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1647.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Compétition sur les ressources agricoles, disparition progressive de l’agriculture paysanne oasienne et conséquences sociales et environnementales. Le cas des oasis de la région du Nefzaoua dans le Sud-Ouest tunisien

IMG_2760
Parcelle dans l’oasis traditionnelle de Tenchig à Béchri (gouvernorat de Kebili), avec le système de production à trois étages. © Emna Khemiri

L’objet du travail de recherche que je mène actuellement porte sur l’étude de la compétition sur les ressources agricoles (eau et terre) dans les oasis de Kebili en Tunisie. Il s’agit pour moi de jeter la lumière sur les tensions et les contradictions qui existent entre, d’une part, les politiques tunisiennes de développement agricole et, d’autre part, les faits induits par la modernisation de ce secteur, entraînant la marginalisation économique et sociale des paysanneries locales, la surconsommation des ressources naturelles et la détérioration des écosystèmes et de l’environnement, en général.

Comme chacun sait, le secteur agricole n’a pas échappé aux tendances de modernisation et de mondialisation de ces dernières décennies, avec la libération de l’économie tunisienne engagée depuis 1986 et l’accord de libre-échange signé avec l’Union européenne en 1995.

Les effets de cette politique libérale sont particulièrement visibles dans le système agricole oasien. Ce dernier qui avait déjà commencé à mobiliser ses ressources hydriques avec les premiers forages de puits artésiens au début du XXe siècle, et qui avait connu de ce fait une nouvelle ère de prospérité, a été confronté, à partir des années 1970, à de grandes difficultés, suite au tarissement des sources d’eau naturelles et la baisse des nappes fossiles. On entre alors dans une période de pénurie d’eau, d’où la Promulgation du Code des eaux en1975 qui a visé à soumettre l’exploitation des eaux de surfaces et des eaux profondes à une réglementation rigoureuse.

IMG_2859
Les nouveaux investisseurs ne reculent pas devant le coût considérable des installations pour puiser l’eau avec un débit de plus en plus important, Beni Mhammed (gouvernorat de Kebili) © Emna KHEMIRI.

Mais de nos jours, on assiste à la multiplication de grandes exploitations privées qui opèrent en dehors du Code des Eaux, ce qui constitue une menace pour la pérennité des écosystèmes oasiens. En effet, les politiques agricoles basées sur une modernisation subventionnée ont, certes, augmenté les rendements agricoles et les revenus de certains exploitants par l’intensification de l’activité agricole et l’augmentation des surfaces irriguées en mettant l’accent sur le caractère performant de cette agriculture intensive. Néanmoins, cette dernière, a eu des retombées négatives tant sur les ressources naturelles qui sont aujourd’hui l’objet d’une compétition acharnée qui risque de les épuiser, que sur l’environnement naturel qui s’en trouve profondément bouleversé, favorisant l’avancée du désert et mettant en péril la vie de populations entières.

IMG_0976
Forage privé : au premier plan la partie visible du forage constitué par la pompe qui est actionnée par le moteur au second plan, El Massaid (gouvernorat de Kebili) © Emna KHEMIRI

Les nouveaux systèmes d’irrigation techniquement sophistiqués, ont mis à l’écart le savoir-faire traditionnel des paysans en matière d’irrigation, jugé inefficace et irrationnel. Des canaux cimentés et imperméables ont, donc, remplacé les rigoles en terre. La gestion traditionnelle des ressources qui s’articulait autour de l’ensemble des pratiques productives, de rapports sociaux et de règles consensuelles, est remplacée par une gestion administrative qui tarifie l’eau, fixe les conditions, les quantités, fréquences et tours d’irrigation, ce qui crée des conflits entre les oasiens et l’Administration. Cette tarification de l’eau met généralement les petits agriculteurs en difficulté vu qu’ils ont du mal à payer une eau de plus en plus chère, et pousse par contre les agriculteurs bénéficiant de plus de moyens à entreprendre des extensions hors du périmètre public irrigué et à creuser leurs propres forages leur permettant une totale indépendance, en plus de l’intensification de leur activité agricole.

Alors qu’au départ, la réalisation par l’État des forages profonds a été menée en vue de soutenir la production de dattes dans les anciennes oasis, ces forages servent actuellement à détourner une partie de l’eau vers de nouvelles terres et l’irrigation de nouvelles plantations ce qui a eu comme conséquence l’allongement du temps d’arrivée du tour d’eau et de provoquer la disparition des cultures maraichères ou fourragères de la strate herbacée comme l’orge et la luzerne. L’équilibre écologique et économique basé sur la diversification des productions est de ce fait perturbé.

Ajoutons à cette compétition sur l’eau dont tirent profit les grandes exploitations, une compétition sur les terres qui lui est corolaire. Les propriétaires qui disposent de moyens financiers, ont réussi à entreprendre des extensions. En effet, à la périphérie, dans l’extension des anciens périmètres irrigués et sur des terres collectives que les conseils de gestion attribuent aux membres de leurs communautés, se multiplient de nouveaux périmètres irrigués privés accueillant des exploitations intensives d’investissement fortement consommatrices d’eau et de terre. Dans ces nouveaux périmètres, qu’on appelle « palmeraies privées ou périmètres illicites », où les productions sont destinées à l’export et au marché national, l’eau des forages utilisée pour  l’irrigation n’est ni contrôlée à l’aide de compteurs, ni payée par les usagers.

Face à ces nouvelles difficultés économiques, les relations de compétition sur les ressources humaines ont provoqué une nouvelle dynamique sociale. Les petits paysans ne pouvant plus se suffire de leurs activités agricoles, travaillent comme journaliers chez les nouveaux grands exploitants et sont poussés à chercher leurs revenus parfois loin du secteur agricole. Les systèmes oasiens dont l’incontestable durabilité sur plusieurs générations successives est mise à l’épreuve depuis les toutes dernières décennies, vont-il disparaître par épuisement des ressources hydrauliques et réduction de la place et des fonctions de l’agriculture paysanne vivrière ?

Il incombe aux pouvoirs publics de faire le choix du développement durable, seul moyen capable de mettre fin à cette compétition sur les ressources, de maintenir les paysans sur leurs terres, de préserver des moyens d’exploitation respectueux de l’écosystème et de l’environnement et de protéger la biodiversité du système oasien.

Emna KHEMIRI

est doctorante en Géographie à l’Université Paris 10. Ouest Nanterre, laboratoire Mosaïques (UMR LAVUE). Elle a rejoint l’IRMC pour une Bourse Moyenne Durée (BMD) entre février et avril 2014.

Pour citer ce billet : Emna Khemiri, « Compétition sur les ressources agricoles, disparition progressive de l’agriculture paysanne oasienne et conséquences sociales et environnementales. Le cas des oasis de la région du Nefzaoua dans le Sud-Ouest tunisien », Le Carnet de l’IRMC, 30 septembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1635

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les réseaux transnationaux de commerce du « made in China » en Tunisie

doron1Ma recherche doctorale porte sur la chaîne (ou route) commerciale de lieux et d’acteurs reliant les producteurs asiatiques aux consommateurs tunisiens. Les produits Chinois, ou « chnawa », sont présents sur tous les marchés tunisiens et, depuis 2011, sur un nombre croissant d’étals dans les rues des principales villes tunisiennes. L’importation massive de ces marchandises bon marché mais souvent de faible qualité repose sur un dispositif marchand à la fois souple, discret et complexe, transgressant les frontières, les législations et les échelles pour déployer des réseaux d’affaire jusqu’en Chine. Cette étude me conduit à remonter le réseau des places marchandes d’importation depuis Tunis et la Tunisie, jusqu’en Chine (Guangzhou, Yiwu) pour comprendre comment la mise en relations des acteurs marchands et non marchands et des territoires à différentes échelles, permet l’approvisionnement des marchés de consommation à faibles revenus en marchandises du quotidien « made in China ».

Ce travail s’inscrit dans une lecture renouvelée de la mondialisation par le bas, attentive aux liens et aux connexions, cherchant à saisir les indispensables interactions entre acteurs et entre lieux hétérogènes de l’échange qui se jouent dans les espaces transnationaux du « made in China ». Mise en perspective par les socio-anthropologues (Portes, 1999 ; Péraldi (dir.), 2001 ; Tarrius, 2002 ; Bertoncello et al., 2009), celle-ci demeure encore peu développée en géographie. Cette lecture par les interactions entre les territoires et les liens sociaux constitue une approche stimulante pour comprendre comment se redéfinissent ces activités commerciales transnationales depuis une dizaine d’années.

Cette lecture territoriale de l’activité commerciale mondialisée s’intéresse à des territoires commerçants. L’analyse de l’ancrage territorial des réalités économiques (Grossetti et al., 2006 ; Guillaume, 2008), inspiré de la sociologie économique de Granovetter, doit permettre d’envisager les places marchandes où les acteurs de micro et petites entreprises mobilisent les ressources relationnelles nécessaires pour inscrire leurs activités dans la mondialisation, malgré un capital financier limité et une concurrence vive. Il s’agit donc de questionner l’insertion des acteurs et des lieux de l’échange dans la ville, en interrogeant au cœur de ces nœuds sur les routes transnationales, les interactions entre gouvernance métropolitaine, stratégie d’insertion dans les réseaux commerciaux et territoires commerçants.

Cette chaîne d’approvisionnement et ses ramifications nécessitent aussi de mobiliser une approche par les réseaux à différentes échelles. Les réseaux sociaux, ceux des entrepreneurs qui leur permettent de mobiliser les ressources nécessaires à leur activité économique transnationale. Les réseaux de lieux mis en relation par les routes commerciales du « made in China ». Les réseaux techniques de transport et de communication qui structurent et supportent les échanges et la mobilité des marchandises, des entre- preneurs et des informations. Ces réseaux se structurent à différentes échelles, locale, régionale et mondiale.

La méthodologie doit être adaptée à cet objet à la fois transnational et difficile à territorialiser dans les cadres topographiques traditionnels. Le territoire d’enquête doit être adapté à l’objet de l’enquête. Pour cela je m’appuie sur les méthodes de l’ethnographie multi située (déterminant les terrains en fonction des pratiques et des liens transnationaux, présupposant que le global est encastré dans le local, sur le terrain) et de l’ethnographie globale (qui cherche à voir comment les lieux se connectent entre eux). Ces méthodes établies principalement dans l’étude des phénomènes migratoires, répondent à un enjeu important de cette recherche : établir un territoire d’enquête qui ne se limite pas aux frontières nationales, et faire du réseau de lieux, d’acteurs, de routes, le territoire d’enquête.

doron3
L’étal d’un vendeur ambulant, avenue de l’Espagne, le 11 mars 2011 à Tunis © AFP

Dans le cadre de ma thèse, Tunis est un point d’entrée en aval dans la chaîne d’approvisionnement des marchandises « made in China ». À Tunis, le dispositif commercial d’importation et de diffusion des marchandises est polycentrique. Les principaux marché sont ceux du Sud-Est de la médina, à partir des rues Sidi Boumendil et de la Commission, espace commerçant central et en expansion vers l’intérieur de la médina comme en direction de la ville européenne ; le marché de Moncef Bey, dans le quartier des entrepôts de l’ancien port de Tunis ; le marché de Zahrouni, à l’ouest de l’agglomération et le souk Libya de l’Ariana au nord. À partir des premières enquêtes menées sur ces marchés, notamment auprès des grossistes et importateurs, trois routes d’approvisionnement se dégagent, témoignant d’une forte intégration des marchés tunisois dans un réseau régional de places marchandes.

Port de Radès - Tunis  © espacemanager.com
Port de Radès – Tunis © espacemanager.com

La voie libyenne a commencé à se structurer à partir des années 1970 avec la contrebande et la diffusion des produits subventionnés en Libye. Les souks Libya, marchés présents dans de nombreuses villes du pays témoignent de cette structuration ancienne. Aujourd’hui, ces marchés libyens ne diffusent plus les produits subventionnés en Libye mais les marchandises importées via le port de Tripoli et le marché frontalier de Ben Guerdane. Cette route est l’une des plus compétitives notamment du fait des faibles taxes appliquées en Libye, de l’expérience accumulée par les acteurs qui l’animent, essentiellement à Ben Guerdane ou encore de la disponibilité des devises que les importateurs trouvent sur le marché informel du change de cette ville frontalière. À l’instar de la voie libyenne, les routes algériennes forment un second dispositif de contournement de la fiscalité, des restrictions ou des contrôles à l’importation de l’État tunisien. Via les relais contrebandiers présents tout le long de la frontière et particulièrement dans le gouvernorat de Kasserine, les marchandises qui transitent vers la Tunisie proviennent essentiellement du souk Dubaï d’El Eulma, l’une des plus importantes place marchande d’importation du Maghreb. La voie maritime, via le port de Radès (Tunis) ou ceux du Sahel semble la plus directe. C’est aussi celle qui connaît les recompositions les plus fortes depuis le départ de Ben Ali en 2011. En effet, à la fin des années 1990, pour les marchands du secteur informel à Tunis, l’approvisionnement en Chine devient une activité non seulement tolérée mais encouragée et encadrée par les membres de la famille présidentielle. Toutes les importations sont faites par ces petits entrepreneurs au nom des sociétés des Ben Ali-Trabelsi. La marchandise est retirée au port sans douane mais en échange d’une somme fixe au conteneur (10000 euros environ). À partir de 2011, la révolution tunisienne et les révoltes arabes en général changent la donne. Le système clientéliste des importations asiatiques disparaît, les douanes sont rétablies, réactivant les voies de contournement libyenne et algérienne.

Sur chacune de ces routes et dans chaque dispositif marchand qui les structure, il s’agit d’affiner l’enquête. En effet, ces routes sont animées par des réseaux bien distincts, qu’il s’agisse des réseaux tribaux à la frontière libyenne, des réseaux de contrebande des régions du Centre-Est de la Tunisie dont les plus petits acteurs sont visiblement présents sur les étals occupant une part croissante des espaces publics de la capitale ou bien des anciens réseaux clientélistes qui n’ont pas totalement disparu. Il faut aussi replacer chaque route, chaque dispositif marchand et chaque réseau d’acteurs dans leurs contextes spatiaux et temporels pour en comprendre la structuration, la pérennité, l’efficacité et la labilité.

Adrien DORON

est doctorant en géographie à l’Université Toulouse 2 – Le Mirail (LISST-CIEU/LabEx SMS), sous la direction d’Olivier Pliez. Sa thèse s’intitule : « Territoires et réseaux transnationaux de commerce du « made in China » en Méditerranée ». Il a rejoint l’IRMC en tant que Boursier Moyenne Durée (BMD) en mars 2014.

Pour citer ce billet : Adrien Doron, « Les réseaux transnationaux de commerce du « made in China » en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 29 aout 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1580

Bibliographie

Bertoncello B., Bredeloup S., 2009, « Chine-Afrique ou la valse des entrepreneurs-migrants », Revue européenne des migrations internationales, vol. 25, n°1, 45-70.

Grossetti M., 2011, « Les narrations quantifiées », Terrains & travaux, n° 19, vol. 2, 161-182.

Péraldi M. (dir.), 2001, Cabas et containers, activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve & Larose.

Portes A., 1999, « La mondialisation par le bas, l’émergence de communautés transnationales », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 129, septembre, 15-25.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mohamed Bouazizi, l’ouvrier agricole : relire la « Révolution » depuis les campagnes tunisiennes

Article déjà paru sur le journal Jadaliyya.com, le 21 juillet 2014.

Bouazizi, l’autre histoire

On pourrait commencer l’histoire au début des années 2000. Mohamed, orphelin de son père, devient responsable de sa fratrie et doit subvenir aux besoins de sa famille. Lorsque son oncle maternel, Salah, achète une terre agricole de 18 hectares dans la région de Regueb (gouvernorat de Sidi Bouzid, Tunisie), Mohamed commence à travailler sur l’exploitation. Lui, Salah et d’autres membres de la famille ainsi que des ouvriers saisonniers s’occupent des oliviers et des cultures maraîchères irriguées (tomates, melons). Le projet semble bien lancé, profitant de l’eau souterraine de bonne qualité et du micro-climat qui fait la réputation de cette région et de ses cultures primeurs.

Après trois années, Salah doit commencer à rembourser les premières échéances du crédit agricole qui lui a permis de lancer son exploitation. Mais à partir de 2006, il rencontre des difficultés financières, et ses revenus de préparateur dans une pharmacie de Sidi Bouzid ne lui permettent pas d’éviter son endettement auprès de la Banque nationale agricole.

mathilde1
Des habitants de la région de Sidi Bouzid occupent une terre agricole qui a été saisie par la banque et revendue aux enchères en juillet 2010, Regueb. © S. Rouissi.

Après quelques années, la banque lance une procédure de contentieux et la terre qui avait été déposée en hypothèque est mise aux enchères. L’acheteur, un homme d’affaires originaire de la région de Sfax proche du littoral, avait déjà proposé de racheter la parcelle en question mais s’était heurté au refus de Salah. Le jour de la vente, il est le seul acheteur potentiel à se présenter au tribunal. Salah dénonce ce qu’il considère comme une injustice. Après avoir tenté plusieurs mois, sans succès, d’obtenir une intervention du Président pour régler ce conflit, il chasse les ouvriers du nouveau propriétaire et organise à partir de juin 2010 l’occupation du terrain avec des membres de sa famille, et des rassemblements avec d’autres propriétaires de la région dont la terre a été saisie par la banque dans des conditions similaires.

L’occupation des terres dure plusieurs mois. Au début, une soixantaine de personnes, Mohamed compris, se réunit et organise le sit-in autour de quelques tentes installées sur l’exploitation. Au fil des semaines, le nombre de manifestants diminue mais il demeure un noyau dur de quelques personnes qui se relaient sur les terres de Regueb, pendant que des négociations sont entamées entre Salah et le nouveau propriétaire.

Mohamed a perdu son revenu issu de l’agriculture, il est contraint de trouver un autre travail. Il trouve une place en ville, à Sidi Bouzid, pour vendre des fruits au détail avec une charrette, sans autorisation officielle. Le 17 décembre 2010, le gouverneur fait appliquer sans doute plus systématiquement qu’auparavant la législation qui interdit la vente sans autorisation sur la voie publique. D’autres versions disent que Mohamed refuse de soudoyer les agents de police pour continuer de vendre sa marchandise. L’essentiel est qu’il se voit confisquer sa balance, outil de son travail. Furieux, désemparé, il cherche à rencontrer le gouverneur, mais il se voit refuser l’entrevue. Il finit par s’emparer d’un liquide inflammable dans une épicerie voisine, et s’immole par le feu devant le siège du gouvernorat.

C’est l’histoire de Mohamed Bouazizi ; une histoire qui ne commence pas au moment où il s’est immolé [1]. Car l’histoire telle qu’elle est couramment racontée commence avec ce feu du 17 décembre 2010 : l’immolation, les rassemblements devant le siège du gouvernorat (qui comptent notamment ceux qui occupaient les terres à Regueb), la répression policière, la propagation des manifestations et de la révolte aux petites villes du gouvernorat, puis aux autres régions de la Tunisie. Cette histoire se focalise sur ce qui est considéré comme l’étincelle de la révolution tunisienne ayant conduit au départ du président Ben Ali en janvier 2011, et sur les formes qu’a pris le mouvement de protestation qui s’est développé et amplifié par la suite. Ce récit répété, qui semble avoir été analysé sous toutes les coutures, élude pourtant une partie importante de l’histoire de Mohamed Bouazizi – tout ce qu’il a vécu avant de s’immoler. Il passe également sous silence l’histoire rurale de la région de Sidi Bouzid, dont soixante-quinze pour cent de la population vit en milieu rural, et dont le secteur agricole emploie près de cinquante pour cent des actifs et fournit des revenus à la majorité des ménages.

Le rural passé sous silence

Comment expliquer ces silences narratifs, alors que certains travaux biographiques ont évoqué le passé rural et agricole de Mohamed Bouazizi [2] ? Pourquoi certaines catégories d’appartenance ont-elles été supprimées (ouvrier agricole, habitant d’une région à dominante rurale, militant contre une dépossession foncière) là où d’autres semblent avoir été créées (chômeur, diplômé, giflé) ?

Mohamed Bouazizi est devenu une icône de la révolution tunisienne, mais toute icône est socialement construite. Cette image résulte de la façon dont on veut voir (ou dont on veut nous faire voir) Mohamed : un jeune chômeur diplômé urbain, humilié par un agent de police, et non un homme dont la situation précaire résulte en grande partie de la crise du secteur agricole. Ce portrait a contribué à construire le récit dominant de l’étincelle de la révolution : plusieurs témoignages s’accordent à dire que les réseaux militants et syndicalistes locaux ont appuyé leur discours sur des rumeurs populaires, qui ont ensuite été largement relayés par les élites politiques et les médias dominants, sur la scène nationale et internationale. La rumeur du « diplômé-chômeur » a ainsi permis de rallier rapidement une grande part de la population autour de la perception du chômage et de l’aspiration – érigée en norme – à obtenir un emploi dans son domaine à la suite de longues études [3]. Ce discours à potentiel fédérateur a trouvé un écho particulier auprès des classes moyennes et aisées tunisiennes, notamment parmi les élites de l’opposition, et auprès de celles d’autres pays marqués par une crise de l’emploi dans un monde qui s’urbanise. De même, la rumeur de la gifle a sans doute contribué à cristalliser les contestations autour de l’atteinte à la dignité de Bouazizi, dans une région où la référence à l’honneur tribal constitue un éthos partagé au-delà des classes sociales. En même temps, on peut se demander si cet aspect du récit ne tend pas à entretenir un regard moderniste stigmatisant les « populations tribales », en réduisant la mobilisation à une révolte de la fierté, comme si celle-ci en était le seul facteur.

Certains journalistes [4] se sont attachés à déconstruire ce discours, mais les dimensions rurale et agricole de la vie de Bouazizi demeurent rarement mises en avant [5]. Localement, les désaccords internes à la centrale syndicale à propos de la place des syndicats agricoles dans la région n’y sont sans doute pas étrangers. De même, à l’échelle nationale, il faudrait approfondir l’étude des affinités historiques entre le principal syndicat agricole (Union tunisienne de l’agriculture et la pêche) et le pouvoir central.

Cette construction sociale du personnage Bouazizi a sans doute permis au mouvement de protestation contre les injustices de dépasser le contexte local, et de rallier à sa cause une part importante des habitants des zones urbaines du pays. Mais elle contribue – comme d’autres récits simplificateurs de la chute du président Ben Ali (coup d’Etat, orchestration étrangère) – à rendre inaudibles les voix des ruraux, et invisibles les catégories oubliées de la révolution, au premier rang desquelles les agriculteurs et la petite paysannerie, que les élites politiques refusent souvent de voir et d’entendre. L’ouvrier agricole qu’a été Mohamed Bouazizi est invisible, non parce qu’il n’existe pas, mais parce que certains refusent de le voir. Peut-être aussi parce que la terre de son oncle qui avait été saisie a pu être récupérée – rachetée – par Salah, à travers un arrangement à l’amiable conclu mi-décembre 2010 avec l’homme d’affaire, et la banque, qui lui a accordé un nouveau crédit agricole.

Il serait trop rapide de conclure avec l’idée que la dépossession foncière de Salah Bouazizi en 2010, qui est apparue localement comme un fait divers (relaté notamment par France 24 et le quotidien El Shourouq), soit à l’origine du processus révolutionnaire. De nombreux travaux [6] rappellent que ce mouvement a des racines profondes et multiples, qui remontent avant 2010 et qui concernent plusieurs régions, en premier lieu Ben Guerdane et Gafsa.

Cependant, l’histoire de cette dépossession et de la perte d’un emploi agricole doit être questionnée plus en profondeur [7]. L’analyse de l’évolution du secteur agricole et des inégalités sociales et politiques en milieu rural est indispensable[8], d’abord pour comprendre les fondements du processus révolutionnaire, et pour construire ensuite un nouveau projet de société en Tunisie.

Mathilde FAUTRAS

est doctorante à l’université Paris Ouest Nanterre, rattachée à l’École doctorale « Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent » de Paris Ouest, au laboratoire Mosaïques (UMR LAVUE) et doctorante associée à l’IRMC (Tunis).

mfautras@gmail.com

Pour citer ce billet : Mathilde Fautras, « Mohamed Bouazizi, l’ouvrier agricole : relire la « Révolution » depuis les campagnes tunisiennes », Le Carnet de l’IRMC, 23 juillet 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1572


[1] Cette histoire a été racontée par la journaliste Lydia Chabert-Dalix (Bouazizi. Une vie, une enquête, Tunis : Cérès Éditions, 2012), et reconstituée à partir d’entretiens réalisés dans le cadre de mes recherches de doctorat, auprès de Salah et d’autres individus ayant participé aux rassemblements contre les saisies de terre.

[2] Chabert-Dalix, op. cit.

[3] Ayari, Michaël Béchir, « La « révolution tunisienne », une émeute politique qui a réussi ? », in Amin Allal et Thomas Pierret (éds), Au cœur des révoltes arabes. Devenir révolutionnaires, Paris : Armand Colin, 2013

[4] Notamment : Ayad, Christophe, « La révolution de la gifle », Libération, [En ligne] http://www.liberation.fr/monde/2011/06/11/la-revolution-de-la-gifle_741980, 2011 (Consulté le 11 mai 2014) ; Pain, Juliet et Grira, Sarra, « Connaissez-vous Slimane Rouissi, l’homme qui a lancé la révolution tunisienne ? », France 24, [En ligne] http://tunisie.france24.com/2011/10/25/connaissez-vous-slimane-rouissi-l%E2%80%99homme-qui-a-lance-la-revolution-tunisienne/ , 2011 (Consulté le 11 mai 2014)

[5] Lire néanmoins : Dahmani, Frida, « Mohamed Bouazizi, un héros arabe », Jeune Afrique, [En ligne] http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2615p040-044.xml0/, 2011 (Consulté le 23 juin 2014)

[6] Notamment : Allal, Amin, « Réformes néolibérales, clientélismes et protestations en situation autoritaire. Les mouvements contestataires dans le bassin minier de Gafsa en Tunisie (2008) », Politique africaine, Vol.1, n°117, p.107-125, 2010 ; Daoud, Abdelkarim, « La révolution tunisienne de janvier 2011 : une lecture par les déséquilibres du territoire », EchoGéo, [En ligne] http://echogeo.revues.org/12612, 2011 (Consulté le 17 juin 2014) ; Meddeb, Hamza, Courir ou mourir. Course à el khobza et domination au quotidien dans la Tunisie de Ben Ali, Thèse de doctorat en science politique, Institut d’Etudes Politiques de Paris, 2012 ; Saïdi, Mohamed Raouf, « La paysannerie et l’insurrection de Sidi Bouzid (Tunisie). Les raisons d’une (quasi) absence », Journées d’études « Les (petites) paysanneries dans des contextes de mouvement-crise », Nanterre, 9 octobre 2013

[7] Cf. Fautras, Mathilde (à paraître), « Injustices foncières et mobilisations collectives dans les espaces ruraux de Sidi Bouzid (Tunisie) : aux racines de la « révolution » ? », Justice spatiale/Spatial Justice (http://jssj.org)

[8] Ayeb, Habib, « Le rural dans la révolution en Tunisie : les voix inaudibles », Demmer [En ligne] http://habibayeb.wordpress.com/2013/09/28/le-rural-dans-la-revolution-en-tunisie-les-voix-inaudibles/, 2013 (Consulté le 17 juin 2014) ; Elloumi, Mohamed, « Trois ans après : retour sur les origines rurales de la révolution tunisienne », Confluences Méditerranée, Vol.4, n°87, p.193-203, 2013 ; Gana, Alia (éd.), Dossier thématique : « Agricultures du Maghreb-Machrek à l’épreuve de la crise alimentaire et des révolutions arabes », Maghreb/Machrek, Vol.1, n°215, 2013

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Concurrences et conflits pour l’usage de l’eau en Tunisie : étude de cas dans la région du Cap Bon

Barrage sidi salem
Barrage Sidi Salem
© commons.wikimedia.org

Un contexte national marqué par l’explosion des besoins en eau et des risques accrus de pénurie

La Tunisie est le pays du Maghreb qui fait face aux risques les plus importants de déficit en eau. Avec une disponibilité de 470 m3/ha/an, le pays est aujourd’hui classé en situation de stress hydrique. Au risque de pénurie, s’ajoute un grave phénomène de dégradation et de contamination de la ressource, résultant de la surexploitation des nappes phréatiques (1/4 d’entre elles), de l’intrusion marine et de la pollution.

L’explosion des besoins en eau, liée à la croissance démographique, à l’urbanisation et à la diversification des activités économiques, entraîne une compétition croissante entre ses divers usages et remet en cause la place prépondérante de l’agriculture dans l’utilisation des ressources hydriques (83% des quantités totales utilisées). Après la mise en œuvre d’une stratégie axée sur la mobilisation maximale des ressources et la construction de grands barrages (95% des ressources sont déjà mobilisées), les politiques de l’eau ont connu d’importantes réformes au début des années 1990. Celles-ci ont visé une meilleure maîtrise de la demande en eau et un meilleur ciblage de son usage, à travers la mise en œuvre d’instruments tarifaires et la diffusion de techniques d’économie d’eau. Elles se sont aussi accompagnées de réformes juridiques et institutionnelles qui ont permis le transfert de la gestion à des associations d’usagers de l’eau, plus couramment nommées groupements de développement agricole (GDA).

Force est de constater cependant que le désengagement de l’État du secteur de l’eau n’a pas permis une « rationalisation » de sa gestion et une véritable autonomisation des GDA. L’explosion des besoins (eau potable et irrigation) conduit aujourd’hui à de nombreuses incohérences dans les politiques publiques, principalement liées à la poursuite d’une stratégie de gestion de l’offre, qui génèrent des conflits accrus et une montée des revendications autour de l’eau, surtout depuis la révolution tunisienne du 14 janvier 2011.

Le Cap Bon, une région méditerranéenne à vocation agricole soumise à de fortes menaces de pénurie d’eau

carte du gouvernorat de Nabeul, peninsule du Cap Bon
Carte du gouvernorat de Nabeul,
Péninsule du Cap Bon

La presqu’île du Cap Bon, située dans la Nord Est de la Tunisie, constitue un exemple intéressant pour illustrer les dynamiques actuelles du secteur de l’eau en Méditerranée et les conflits dont fait l’objet sa répartition entre différents usages et usagers. Le Cap-Bon est traditionnellement une région de culture maraîchère et fruitière intensive, qui fournit environ 16 % de la production agricole nationale, avec seulement 4 % de la SAU totale du pays. Il s’agit principalement de la production d’agrumes, de tomates, de pommes de terre et de la viticulture. Le développement de l’agriculture intensive et de cultures fortement consommatrices en eau y ont entrainé une surexploitation et une dégradation des eaux souterraines qui se traduit par une chute de la piézométrie et une baisse de la qualité des eaux, notamment en raison de l’intrusion marine. L’évolution de la région est marquée également par une forte urbanisation et le développement du tourisme sur les zones littorales qui entraînent une augmentation rapide de la demande en eau potable. En raison notamment du déficit en eau, les conditions de l’activité agricole se sont fortement dégradées, ayant pour conséquence un important mouvement d’abandon des terres, plus particulièrement dans les zones littorales. Ceci a conduit les pouvoirs publics à mettre en œuvre, dès la fin des années 1980, un vaste programme de mobilisation des ressources en eau pour la sauvegarde de l’agriculture irriguée et l’approvisionnement en eau potable des zones urbaines. Les infrastructures existantes incluent cinq barrages, auxquels s’ajoute le canal Medjerda-Cap Bon[1] qui assure le transfert des eaux du Nord à partir de plusieurs barrages construits sur la Medjerda, le fleuve le plus long du pays, et permet leur acheminement vers plusieurs périmètres publics irrigués de la région, situés dans les zones littorales.

Le Lebna au cœur d’un système d’interactions génératrices de tensions croissantes autour de l’eau

La zone d’étude, objet de l’analyse développée dans cet article, est celle du bassin versant du Lebna qui couvre une superficie de 200 km2. Son réseau hydrographique est constitué de deux principaux oueds, El Widien et Bou Dokhane qui se rejoignent en aval du bassin versant, à 3km seulement de la mer, pour former l’oued Lebna. C’est à la jonction des deux oueds qu’a été construit le barrage du Lebna, le plus grand du Cap Bon. D’une capacité initiale de 30 millions de m3, le barrage devait assurer l’alimentation de la nappe orientale du Cap Bon et l’approvisionnement en eau des périmètres aménagés pour l’irrigation, situés en aval du barrage (périmètres gérés par les GDA Ettadhamen et Barrage). Aujourd’hui, les eaux du barrage, dont la capacité de stockage a diminué en raison de l’envasement (23 millions de m3), sont également utilisées par d’autres usagers : les riverains du barrage, qui pompent directement sur la retenue, les périmètres irrigués situés en dehors du bassin versant, la compagnie d’exploitation et de distribution de l’eau potable (SONEDE), enfin les usines de transformation. Le bassin versant et le barrage du Lebna se trouvent ainsi au cœur d’un système d’interactions qui génèrent des pressions accrues sur la ressource et des conflits croissants entre usagers.

barrage de Lebna C Hichem Fennia
Barrage de Lebna
© Hichem Fennia

Basé sur les résultats d’une recherche en cours réalisée dans le cadre du projet Approche biophysique et socioéconomique de la gestion de l’eau dans la région du Lebna-Cap Bon (Programme Sicmed/ Mistrals-IRD/INRGREF/CNRS), cet article propose une analyse préliminaire des processus qui sont à l’origine de pressions et de tensions accrues autour de l’usage de l’eau et de leur impact sur les pratiques de l’agriculture.

Afin de prendre en compte l’ensemble des interactions à l’origine des tensions sur l’eau, la zone d’étude retenue par le volet socioéconomique de la recherche couvre le bassin versant du Lebna (interactions amont/aval) et inclut également l’espace constitué par les périmètres irrigués de la région qui utilisent l’eau du barrage Lebna. L’approche méthodologique combine trois niveaux d’analyse : l’échelle du territoire constitué par le bassin versant de Lebna et les zones situées en aval pour l’étude des concurrences et les conflits d’usages autour de la ressource en eau ; l’échelle infrarégionale pour l’étude des cadres institutionnels qui influencent la répartition des ressources hydriques entre différents usages et usagers, en particulier les dispositifs (institutions, associations d’usagers) qui organisent la gestion de l’eau et définissent les modalités d’accès à la ressource ; l’échelle de l’exploitation pour l’étude des stratégies d’allocation de la ressource aux différentes cultures, des facteurs qui les influencent et des logiques sociales qui les guident.

Des facteurs d’exacerbation des conflits d’origine multiple

Il ressort des entretiens effectués auprès des gestionnaires et des usagers de l’eau que les facteurs d’exacerbation des conflits autour de la ressource hydrique sont d’origine multiple. Il s’agit tout d’abord de l’explosion des besoins en eau potable dont la satisfaction est considérée comme prioritaire par les pouvoirs publics. Les prélèvements effectués par la SONEDE sur le canal Medjerda Cap Bon ont doublé depuis 1997 et aujourd’hui la répartition des volumes prélevés entre usages agricoles et non agricoles s’est inversée en faveur de la consommation en eau potable. En outre la compagnie des eaux a installé récemment une station de pompage et de traitement des eaux sur le Lebna, pour faire face au manque d’eau qu’a connu la région, suite à la sécheresse de 2009-2010. Pour répondre en particulier aux besoins des villes de Menzel Temine et de Kelibia, la SONEDE prévoit l’installation d’une nouvelle station de pompage et d’épuration permettant de doubler les prélèvements sur le Lebna.

La pression croissante sur les eaux du Lebna et les conflits qu’elle génère résultent également de la diminution des quantités d’eau disponibles pour les périmètres irrigués alimentés à l’origine par d’autres sources. L’épuisement de la réserve d’eau du barrage Chiba, aujourd’hui quasi-totalement envasé, oblige les irrigants des périmètres de Chiba et de Korba Menzel Temime à recourir au canal Medjerda-Cap Bon. Ceci se fait au détriment des bénéficiaires initiaux du canal qui sont les périmètres de sauvegarde de Diar Hojjej, Lebna village et Tafelloun. Ces derniers sont désormais conduits à prélever aussi sur le barrage de Lebna, au moyen d’une pompe diesel installée sur la rive droite du barrage. Depuis la sécheresse qu’a connue la région en 2009, les quantités pompées sur le barrage par les périmètres irrigués initialement alimentés par le canal Medjerda Cap Bon ont été multipliées par cinq. La pression sur les ressources du Lebna est aussi aggravée par l’extension de périmètres irrigués existants et l’aménagement de nouvelles zones d’irrigation pour satisfaire les demandes sociales. Ainsi, le périmètre public irrigué géré par le GDA Ettadhamen connaît actuellement une extension, dont la superficie atteindra 80 ha d’ici 2014. Cette extension doit permettre le développement des cultures céréalières et fourragères en irrigué et s’inscrit dans la stratégie mise en place pour faire face à la hausse des prix des matières premières agricoles sur le marché international.

Enfin, l’augmentation des besoins pour l’irrigation est liée au développement de cultures spéculatives plus consommatrices en eau, en particulier le développement de la culture de la fraise, dont les superficies s’accroissent à un rythme rapide et qui sont principalement destinées à l’exportation. Cette évolution a non seulement pour conséquence d’augmenter les besoins quantitatifs en eau, mais également d’étendre la période de pointe de la demande en eau, qui s’étale désormais de mai à septembre.

Des dispositifs de gestion locale de l’eau défaillants

Localisation, modèle numérique de terrain et vue satellitale des bassins versants du Lebna et de Kamech (Sicmed
Localisation, modèle numérique de terrain et vue satellitale des bassins versants du Lebna et de Kamech
© sicmed

Les tensions autour de l’eau sont aggravées par le dysfonctionnement des GDA en charge de la gestion de l’eau à l’échelle des périmètres irrigués. Tout d’abord, les GDA, dont les recettes proviennent exclusivement de la vente d’eau, sont confrontées à de sérieuses difficultés financières, liées principalement aux impayés (le taux de recouvrement des factures d’eau ne dépasse pas 40% des volumes consommés par les agriculteurs). Ce phénomène s’est aggravé depuis 2011 et l’endettement des GDA a des répercussions négatives sur leur capacité à assurer l’entretien des réseaux et l’approvisionnement en eau des adhérents. À cela s’ajoutent le manque de transparence dans la gestion financière des GDA et la faible légitimité des conseils d’administration, souvent contrôlés par les autorités locales et les acteurs économiques influents. Ceci donne lieu à des inégalités de traitement entre adhérents et génère des conflits, d’une part, entre agriculteurs, d’autre part entre les GDA et les agriculteurs qui se sentent lésés en matière d’accès à l’eau. L’exemple le plus frappant des positions inégales des agriculteurs par rapport à l’accès à l’eau est fourni par le GDA barrage, dont un des adhérents est une grande entreprise agricole. Cette dernière couvre 224 ha, soit 50 % de la superficie totale du périmètre (450 ha) et garantit de ce fait la moitié des recettes du GDA, ce qui lui donne un accès privilégié à l’eau et la dispense notamment des contraintes des tours d’eau, auxquels sont soumis les petits exploitants.

Les pressions croissantes qu’exercent l’explosion de la demande en eau, la mise en concurrence et l’aggravation des conflits opposant les usagers des différents périmètres irrigués donnent lieu à des protestations régulières de la part des bénéficiaires initiaux des eaux du barrage (périmètres Ettadhamen et Lebna Barrage) qui contestent la position influente de certaines associations d’usagers pour l’accès à l’eau du barrage. Nous avons déjà signalé l’exemple du GDA de Diar Hojjej dont le périmètre était initialement approvisionné par le canal des eaux du Nord, et qui prélève des quantités d’eau de plus en plus importantes, directement sur la retenue du barrage[2]. Les protestations, qui vont jusqu’au sabotage des installations sur le barrage, sont également le fait des agriculteurs situés en amont du barrage qui estiment être dépossédés de « leur » eau.

Des stratégies d’adaptation qui aggravent la pression su l’eau et les inégalités entre agriculteurs

Dans ce contexte d’exacerbation des pressions sur l’eau, diverses stratégies d’adaptation sont déployées par les usagers. À l’échelle des périmètres irrigués, on observe des stratégies d’autonomisation par rapport à l’organisation collective de la gestion de l’eau. Les GDA n’étant pas toujours en mesure de satisfaire les besoins en eau de leurs adhérents, en quantité et en temps voulus, plusieurs agriculteurs ont mis en place des solutions alternatives, telles que le contournement des tours d’eau, la construction de bassins de stockage et de réservoirs, l’acquisition de motopompes individuelles pour prélever directement sur le barrage, le retour à l’exploitation des puits et la construction de forages illégaux. Dans le périmètre d’Ettadhaman, irrigué au départ par les eaux du barrage Lebna, 40 % des eaux actuellement utilisées par les agriculteurs proviendraient des puits privés. L’administration régionale de l’agriculture avance par ailleurs le chiffre de 1000 forages construits de manière illicite depuis 2011, dans le gouvernorat de Nabeul. Ces stratégies ont pour effet d’aggraver les problèmes liés à la surexploitation de la ressource et se traduisent par un manque à gagner important pour les associations d’usagers qui assurent la vente de l’eau.

Les difficultés d’accès à l’eau conduisent également certains groupes d’agriculteurs à réduire les superficies cultivées en irrigué (cultures maraîchères, en particulier la tomate) et à réintroduire les cultures en sec (fourrages et céréales). L’abandon de l’irrigation, surtout par les plus petits agriculteurs, se traduit par une diminution notable du nombre d’adhérents des GDA[3].

Ces évolutions s’accompagnent de tendances contradictoires qui se traduisent chez les catégories d’agriculteurs les plus dotés par un développement important des cultures à forte valeur ajoutée et une intensification de l’usage de l’eau (en particulier pour la culture des fraises). Outre un phénomène de différenciation des exploitations du point de vue des systèmes de production, les enquêtes préliminaires font ressortir un mouvement de concentration des exploitations, notamment à travers le développement de la location des terres par des promoteurs agricoles extérieurs à la région. Ces dynamiques se traduisent par une différenciation sociale accrue au sein de l’agriculture de la région – autrefois dominée par la petite exploitation familiale – qui oppose de plus en plus fortement des petits agriculteurs marginalisés économiquement et un groupe émergent d’entrepreneurs agricoles insérés dans les marchés internationaux.

De la prédominance des solutions techniques à la nécessité de politiques publiques cohérentes et intégrant les multiples enjeux de la gestion de l’eau

Face à ces évolutions et en particulier à l’accroissement de la demande et des conflits autour de l’eau, les autorités publiques axent leur stratégie sur l’augmentation de l’offre d’eau, à travers les solutions essentiellement techniques : meilleure interconnexion entre barrages et rehaussement des retenues existantes, installation d’une pompe électrique sur barrage Lebna pour l’irrigation complémentaire des périmètres irrigués initialement par le barrage Chiba et l’approvisionnement en eau de ce dernier, dédoublement de la conduite des eaux du Nord-Chiba, dédoublement du Canal Merdjerda Cap Bon à l’horizon 2030, développement des eaux non conventionnelles (eaux usées, dessalement).

Sur le plan institutionnel, les solutions préconisées apparaissent contradictoires. Ainsi, on propose d’un côté de renforcer les capacités de gestion des associations d’usagers, de l’autre d’encourager la participation du secteur privé local et régional, à travers des contrats de partenariats public-privé. En l’absence d’actions d’appui concrètes aux GDA concrètes, ceci reviendrait à marginaliser ou à mettre à l’écart les usagers dans la gestion de l’eau. De fait, leur rôle se limite aujourd’hui à la vente de l’eau et comme cela a été souligné, leur nombre d’adhérents a connu une baisse notable. Et les stratégies individuelles d’autonomisation des irrigants par rapport à l’organisation collective de l’eau se développent. Signalons également que les difficultés de fonctionnement des GDA d’eau potable, aggravées par l’augmentation des impayés et le phénomène des branchements illicites au réseau, favorisent aujourd’hui le développement d’un commerce privé de l’eau qui échappe à toute réglementation, aussi bien en matière de prix, que de normes sanitaires.

Sur le plan des pratiques agricoles, les préconisations des pouvoirs publics, qui font également ressortir quelques incohérences, portent sur la réduction des cultures consommatrices en eau (la tomate) et l’augmentation de la productivité, l’amélioration des assolements, enfin le développement du maraîchage et des fourrages d’hiver (pour l’élevage laitier). Mais ces préconisations ne se traduisent pas dans des changements réels de pratiques, faute d’actions globales d’appui aux agriculteurs. Ainsi les incitations à réduire les superficies cultivées en tomates se heurtent aux difficultés de financement des agriculteurs qui trouvent dans les contrats de production passés avec les usines de transformation une solution à leurs problèmes de trésorerie.

En conclusion, la gestion de l’eau dans la zone d’étude met en évidence les incohérences des politiques publiques, guidées – au-delà des discours sur la rationalisation de la gestion de l’eau – par une logique prédominante de satisfaction de la demande et caractérisée par la poursuite d’une gestion de l’offre, au détriment d’une gestion durable et équitable de la ressource. Pour satisfaire cette demande, ce sont essentiellement des solutions techniques qui sont mises en avant, ainsi qu’une approche en termes de gestion de volumes d’eau plutôt qu’en termes de gestion de la variabilité temporelle de la demande d’eau (en fonction des saisons et des besoins des cultures). Les mêmes lacunes et incohérences continuent de caractériser les dimensions institutionnelles de la gestion de l’eau. Les actions d’appui aux dispositifs de gestion de l’eau à l’échelle locale restent limitées, voire inexistantes. Le désengagement de l’État de la gestion de l’eau, sans transfert de moyens aux associations d’usagers, ne permet pas à ces dernières de se dégager de la tutelle de l’administration (tarif, quotas d’eau, travaux de maintenance, etc.) et, qui plus est, les soumet au jeu des acteurs locaux les plus influents, comme cela a été souligné plus haut. Ces tendances se sont aggravées depuis la révolution et surtout depuis les élections du 23 octobre 2011 qui ont conduit à un affaiblissement de la capacité d’intervention de l’administration, laissant le champ libre au jeu inégal des acteurs. Ce laisser-faire participe également de logiques politiques et électoralistes dans le nouveau contexte ouvert par la révolution.

Alors que le contexte post-révolution favorise la montée des revendications pour un meilleur accès aux ressources, mais aussi l’ouverture de nouveaux champs d’action pour des acteurs émergents, la construction de politiques de l’eau cohérentes prenant mieux en compte les concurrences entre différents usages et territoires, ainsi que les interactions entre les dimensions sociales, économiques environnementales de la gestion de l’eau s’avère plus qu’indispensable.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Alia GANA

est directrice de recherche CNRS et sociologue à l’IRMC

alia_gana@yahoo.fr

Benjamin FOUILLEN

est doctorant en socio-économie

benjamin.fouillenmarcel@gmail.com

 

Pour citer ce billet : Alia Gana, Benjamin Fouillen, « Concurrences et conflits pour l’usage de l’eau en Tunisie : étude de cas dans la région du Cap Bon », Le Carnet de l’IRMC, 21 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1412

 


[1] Le canal Medjerda-Cap Bon, d’une longueur de 120 km, fait partie du plan directeur des eaux du Nord qui prévoit l’interconnexion des barrages pour assurer une meilleure répartition des ressources hydriques entre les régions du Nord, du Centre et du Sud. À partir des prises aménagées tout le long de son trajet, il assure l’approvisionnement en eau potable de la ville de Tunis, du Cap Bon, du Sahel et de la ville de Sfax. Le canal alimente également les périmètres irrigués de M’ghira, de Mornag et du Cap Bon et sert à la recharge des nappes de Khlédia et de Grombalia. La gestion du canal, mis en service en 1987, est assurée par la Société d’exploitation du canal des eaux du Nord, établissement public sous tutelle du ministère de l’Agriculture.

[2] La pression sur les ressources du Lebna est également favorisée par la différence entre le prix de vente de l’eau dans les périmètres initialement alimentés par le canal Medjerda Cap Bon (115 millimes le m3 ) et celui de l’eau prélevé sur le barrage (68 millimes le m3).

[3] Entre 2002 et 2012, le nombre d’adhérents du GDA Lebna Barrage est passé de 99 à 61, celui du GDA Ettadhamen de 276 à 203.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Commerce transnational et recompositions urbaines de deux places marchandes : une comparaison entre les quartiers-marchés de Medina J’dida (Oran, Algérie) et al-Muski (Le Caire, Egypte)

Bouhali_Photo1_Oran
Affluence au marché de Medina J’dida, mars 2013
© Anne Bouhali

Ma recherche doctorale s’inscrit à la suite de travaux de sociologues et de géographes ayant souligné très récemment la vitalité des espaces commerçants, et plus particulièrement des marchés urbains dans le monde arabe et méditerranéen (Mermier, Peraldi, 2010). Cette vitalité est à mettre en relation avec le processus de « mondialisation non hégémonique » que G. Lins Ribeiro définit comme « le flux transnational de populations et de biens impliquant de relativement faibles quantités de capital et de transactions informelles, parfois semi-légales voire illégales, souvent associé au monde en développement mais en réalité présent à travers le globe » (Ribeiro, 2012). Cette mondialisation permet ainsi aux plus pauvres et aux petites classes moyennes d’avoir accès à des biens de consommation courante à des prix attractifs. Elle met en relation pays producteurs (Asie du Sud-Est très largement) et pays consommateurs, notamment les pays en développement dont les classes populaires et moyennes sont en forte demande de cette consommation à bas prix (vêtements, textile, produits pour la maison, etc.).

Ce phénomène de mondialisation non hégémonique est visible dans de nombreux marchés, au Nord comme au Sud, et plus particulièrement dans les deux marchés qui sont l’objet de mon étude : le quartier d’al-Muski au Caire, en Égypte, et celui de Medina J’dida à Oran, en Algérie, qui sont des quartiers-marchés proposant à la fois vente de demi-gros et de détail. Le Muski est un quartier commerçant d’origine médiévale, à la forte centralité symbolique, anciennement politique, aujourd’hui encore religieuse et surtout commerciale. Il s’agit du plus gros marché de détail et de demi-gros du Caire. Quant à Medina J’dida, il s’agit d’un ancien quartier colonial oranais, contigu au centre-ville historique. Aujourd’hui, ces deux quartiers commerçants sont les réceptacles de cette mondialisation par le bas, et sont entièrement spécialisés dans le commerce transnational de biens de consommation courante.

Ma thèse vise ainsi à étudier les recompositions urbaines à l’œuvre dans ces deux marchés, connectés à d’autres places marchandes d’importance mondiale par des flux de marchandises, principalement en provenance d’Asie du Sud et du Sud-Est, mais aussi de l’Est de la Méditerranée (Turquie, Dubaï). Ces arrivées massives de biens, qui sont pour l’essentiel le fait d’hommes d’affaires ayant construit leurs réseaux commerçants entre monde arabe et Asie, sont à l’origine d’importantes transformations dans le tissu urbain, avec notamment un processus très dynamique de renouvellement urbain, entraînant des destructions du bâti ancien au profit de la construction de nouveaux malls et grands magasins.

Bouhali_photo2_LeCaire
Livraison des centres commerciaux récents de la rue du Muski, au Caire, avril 2012.
© Anne Bouhali

Ces marchandises entraînent également une transformation des paysages urbains, avec un envahissement des ruelles commerçantes par des produits de qualité moyenne voire très médiocre qui ont tendance à remplacer d’autres activités, comme le commerce de proximité dans le cas d’Oran, ainsi que les activités artisanales dans le cas du Caire, de même qu’une diminution de la fonction résidentielle de ces espaces. Le développement de ce commerce transnational, en lien avec un contexte économique difficile et un contexte politique troublé, a également été accompagné par l’explosion du petit commerce de rue et l’envahissement des espaces publics à l’intérieur même de ces quartiers-marchés par les stands de très nombreux vendeurs de rue. Il s’agit enfin de comprendre comment cette fabrique de la ville par le bas est appréhendée et gérée par les acteurs de la gouvernance urbaine – pouvoirs locaux, administration étatique mais aussi acteurs non gouvernementaux – qui agissent ou tentent d’agir sur l’urbain, dans des contextes que l’on peut qualifier de mouvementés, notamment en ce qui concerne l’Égypte de l’après printemps arabe.

Ma thèse propose ainsi une approche comparative d’un même phénomène – l’interaction entre fabrique urbaine et commerce transnational – par l’étude qualitative de deux places marchandes situées dans le monde arabe. Il ne s’agit pas d’une simple comparaison terme à terme qui serait uniquement fondée sur un recensement des points communs et des différences mais plutôt un aller-retour entre deux terrains qui permet d’enrichir à chaque fois mon questionnement sur les conséquences urbaines d’un commerce transnational très dynamique.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Anne BOUHALI

est doctorante en géographie à l’Université Toulouse 2 le Mirail.
anne.bouhali@univ-tlse2.fr

Bibliographie

Bouhali A,. 2013, « Medina J’dida, un quartier-marché mondialisé sur les routes algériennes du commerce transnational. Vers la définition d’une centralité commerçante régionale », Les Cahiers de

l’EMAM, « Les espaces transnationaux de l’Algérie contemporaine », à paraître.

Mermier F., Peraldi M., 2010, Mondes et places du marché en Méditerranée : formes sociales et spatiales de l’échange, Karthala-MMSH, Aix-en-Provence.

Ribeiro Gustavo L., 2012, “Introduction: what is globalization from below?” in G. Mathews, G. L. Ribeiro, et C. Alba

Vega (dir.),Globalization from below : the world’s other economy, London, New York, Routledge.

Pour citer ce billet : Anne Bouhali, « Commerce transnational et recompositions urbaines de deux places marchandes : une comparaison entre les quartiers-marchés de Medina J’dida (Oran, Algérie) et al-Muski (Le Caire, Egypte) », Le Carnet de l’IRMC, 4 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1380

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Modèle de développement et dynamique de redéploiement des entreprises italiennes dans la Tunisie post-Ben Ali

entreprises italienne en TunisiePourquoi la Tunisie est attractive pour les investisseurs italiens ?

La présence italienne en Tunisie date des années 1980. Plusieurs facteurs expliquent l’intérêt des entrepreneurs italiens vers le pays. Tout d’abord le cadre législatif pour les investissements étrangers est très favorable. C’est la loi 72 qui incite l’ouverture du pays vers l’investissement étranger en établissant un cadre très favorable pour les entreprises off-shore. Ce terme désigne les entreprises totalement exportatrices qui bénéficient d’un régime de zone franche, c’est-a-dire d’une exonération des taxes pendant 10 ans. Il s’agit d’une politique qui a favorisé énormément l’arrivée du capital étranger.

Ce cadre législatif est accompagné par un contexte socioéconomique intéressant. La présence de petites et moyennes entreprises locales du Textile-Habillement de plus de 30 ans fait de la Tunisie un pays attractif avec une main-d’œuvre à faible coût. Le textile en effet est un secteur à faible développement technologique dont le coût de la main d’œuvre est un facteur assez important.

La proximité avec l’Italie joue un rôle essentiel dans l’échange commercial avec l’Europe, plus particulièrement dans le secteur du Textile-Habillement où la livraison doit respecter des délais de plus en plus courts. C’est le système « just-in time ».

De plus, la présence d’infrastructures comme les hangars, l’aéroport et le port de Tunis et d’un réseau routier efficient permet un transport rapide de la marchandise à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Cette proximité est un des facteurs qui, malgré les incertitudes politiques d’aujourd’hui, joue toujours un rôle important pour le maintien de l’investissement étranger dans le pays. Encore aujourd’hui l’Italie demeure le deuxième partenaire commercial dans le textile-habillement.

Les entreprises italiennes du textile choisissent leur implantation selon une logique de proximité (logistique – par rapport au port de Tunis et à l’autoroute) et du cadre de vie (c’est-à-dire la possibilité de vivre selon un standing occidental). Ces usines se localisent sur la côte (du Grand-Tunis à Sfax) en suivant l’implantation de l’industrie tunisienne avec une concentration dans le Gouvernement de Monastir, pour la présence historique de Benetton et dans le Cap bon pour la présence d’un riche tissu d’entreprises dans ce secteur (Lainati, 2002).

La plateforme productive est parmi le système d’implantation le plus répandu dans le secteur textile. Il s’agit d’une forme d’organisation productive qui structure la production en réseaux. Les différentes phases de la production sont partagées parmi plusieurs entreprises externes. La plateforme est composée par le nœud de ce réseau qui joue un rôle de centre d’organisation. C’est l’entreprise mère qui choisit les entreprises partenaires et qui contrôle la qualité de la production à travers ses propres techniciens. Les relations commerciales, la recherche de nouveaux clients et parfois aussi la création de modèles sont tous gérés par l’entreprise au centre de la plateforme (Alaimo, 2012).

Ce réseau est dynamique grâce à la présence de sous-traitants flexibles (des petites et moyennes entreprises). Ces sous-traitants sont mobilisés selon : la spécialisation du sous-traitant, le type de commande, la période de production (période de creux et de plein) et la confiance établie dans le temps entre partenaires. La plupart des entreprises italiennes sont en fait des sous-traitantes.

Microsoft Word - 1. Alaimo_Coletto_Scroccaro_Lettre IRMC 2012.do
La présence des entreprises à participation italienne Textile-Habillement en 2012.
© Angela Alaimo

En quoi la Révolution a influencé les stratégies entrepreneuriales italiennes du textile-Habillement ?

Le 14 janvier 2011 a été un moment de rupture (Piot, 2011 ; Puchot, Mansouri, Nasraoui, 2011). On peut distinguer deux phases de réaction des entreprises face à la Révolution tunisienne. La première phase est celle des jours qui ont précédé et suivi la Révolution. Le personnel des grandes entreprises a quitté directement le pays avec leurs familles. Les entrepreneurs de petites et moyennes entreprises ont rapatrié leurs familles, tout en restant eux-mêmes sur place pour protéger leurs entreprises et leurs affaires. Les entrepreneurs qui sont restés, affirment que la Révolution n’a pas bouleversé longtemps leur activité et que la fermeture initiale a duré en moyens seulement quelques jours. La deuxième phase est l’actuelle transition. Selon la perception du risque, il y a eu différents types de stratégie entrepreneuriale.

Les grandes entreprises italiennes restent en Tunisie parce que le pays continue à offrir, pour le moment, des avantages dans la production : la disponibilité et le faible coût de la main d’œuvre, les avantages fiscaux. Par ailleurs, les grandes marques du textile peuvent compter sur d’autres sites de production, par exemple au Maroc où ils peuvent réorienter les commandes au cas où il y aurait de problèmes dans les entreprises tunisiennes.

La situation des petites et moyennes entreprises est variée. Certaines continuent leur production en Tunisie, tout en restant vigilantes par rapport aux conditions locales et mondiales ; d’autres sont rentrées en Italie pour réorganiser leur activité productive vers d’autres sites comme la Roumanie, la Serbie et la Macédoine. D’autres encore ont fait faillite ou bien ont fermé et rouvert pour bénéficier à nouveau de la défiscalisation sur les 10 ans. Malgré les problèmes initiaux, la situation s’est stabilisée quelques mois après la Révolution.

Les changements les plus importants se sont révélés au niveau des relations de travail à l’intérieur de l’usine, avec une augmentation des revendications de la part des ouvriers qui a mis en crise la position de pouvoir inconditionné de l’entrepreneur étranger. Partout des grèves, interdites avant la Révolution, se sont élevées. Ces revendications ont abouti à une augmentation des salaires, des demandes de titularisation et un accroissement de la stabilité du travail dans l’usine. Les revendications se localisaient surtout dans les villes où il y a plus d’usines et de travailleurs immigrés provenant de la partie Sud du Pays. C’est le cas de Grombalia, au Cap Bon, ainsi que de la Banlieue du Grand Tunis.

Le pouvoir des entrepreneurs envers les ouvriers est également diminué par la raréfaction de la main-d’œuvre. Cette pénurie est due à l’émigration des jeunes à l’étranger ou dans les villes principales. Ce fait implique un fort turn-over et le « vol » des ouvriers qualifiés par d’autres entrepreneurs.

Au niveau des relations entre les différentes entreprises il y a eu aussi une croissante précarité et des retards de payements. Ces difficultés ont affaibli les relations de confiance entre les entrepreneurs qui ont réagi en diversifiant leur production, en ouvrant plusieurs chaînes à la fois et en acceptant aussi des petites commandes qu’auparavant ils pouvaient refuser. C’est une stratégie pour diminuer le risque d’insolvabilité. Ces réactions ont permis l’épaississement du réseau local parce que la proximité garantit une meilleure possibilité de contrôle sur le travail des autres.

Microsoft Word - 1. Alaimo_Coletto_Scroccaro_Lettre IRMC 2012.do
© Angela Alaimo

« Made in Italy » ou « Made in Europe ? »

Avec l’entrée de la Roumanie dans l’UE en 2008 et l’augmentation des coûts de production, les flux de la production textile italienne, développés tout au long de la frontière européenne (Scroccaro, 2012), se dirigent vers la rive Sud de la Méditerranée (Alaimo, Pasquato, 2008). Ces réseaux et flux entre les rives Nord et Sud de la Méditerranée font émerger des espaces économiques circulatoires (Tarrius, 1993 ; Peraldi, 2005).

Ces espaces circulatoires sont alimentés par les réseaux et les flux transméditerranéens des matières premières et des produits, des capitaux, des technologies, des compétences et des ressources humaines (circulation et transfert des techniciens). L’émergence de ces réseaux transméditerranéens et donc des espaces circulatoires peut être illustrée par le cas de l’entreprise Modin que nous avons rencontré dans le Cap Bon et dont l’histoire est emblématique.

L’entreprise ferme son siège en Italie il y a plus de dix ans pour ré-ouvrir en Roumanie. Les activités vont assez bien, mais après 2008 les propriétaires envisagent de créer un autre établissement en Tunisie. La famille Modin rachète alors l’établissement d’un buyer italien, tout en maintenant l’établissement roumain. L’activité en Tunisie commence en mars 2010. La production haut de gamme reste en Roumanie, tandis que la production bas de gamme est réorientée en Tunisie. Quelques mois après, la Révolution a éclaté et la crise économique a bouleversé le déroulement normal de l’activité productive au tout début de la production. Aujourd’hui, malgré le contexte moins favorable, l’entreprise continue son activité en Tunisie, en liaison avec l’usine roumaine.

Cette « triangulation » de la production entre Italie, Roumanie, Tunisie fait désormais apparaître des plateformes productives et logistiques qui lient l’Europe de l’Ouest, les PECO (les Pays de l’Europe Centre Orientale) et le Maghreb. Ces nouveaux réseaux transméditerranéens de production répondent aux changements de l’économie mondiale, des modes de production (de la conception du produit jusqu’à sa logistique) et de la consommation (de plus en plus saisonnière et « just in time »).

La production « made in Italy » est alors éclatée et réinventée par la rupture de la liaison directe entre le produit et le lieu de production, car désormais on conçoit et passerait finalement du « Made in Italy » au « Made in Europe », comme soulignait l’entrepreneur de Modin pour indiquer l’importance de produire dans un espace de proximité à l’UE ?

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Angela Alaimo,
Docteur en géographie | ang.alaimo@gmail.com
Michele Coletto,
Doctorant en anthropologie | michele. coletto@ehess.fr
Alessandra Scroccaro,
Docteur en géographie | alessandra.scroccaro@gmail.com

Bibliographie

Alaimo A., Pasquato C., 2008, “Transformation processes to the district form: territorialities compared” in Worlds of new work? Multi-scalar dynamics of new economy spaces, Conference Papers, Commission on The Dynamics of Economic Spaces, International Geographical Union, 5th to 8th of August 2008, Department of Geography, Universitat Autònoma de Barcelona, Barcelona.

Alaimo A., 2012, La geografia in campo. Metodologia ed esperienze di ricerca, Pacini, Pisa.

Alaimo A., 2010, Il territorio preso nella rete.La delocalizzazione veneta in Tunisia, Thèse de Doctorat en Sciences Économiques Mention Économie des Transports, Italie, Université de Padoue.

Ben Hammouda H., 2012, Tunisie, économie politique d’une révolution, Éditions de Boeck, Paris

Cassarino J-P., 2000, Tunisian ‘New Entrepreneurs’ and their past experiences of migration in Europe, Ashgate, Aldershot.

Cherni, A., 2011, La révolution tunisienne.S’emparer de l’histoire…, Albouraq, Liban.

Ferjani M.C., 2011, “Inspiration et perspectives de la révolution tunisienne”, Confluences Méditerranée, 77, 13-28.

Kilani M., 2011, La révolution des braves, Simpact, Tunis.

Lainati C., 2002, Le imprese straniere in Tunisia. Nascita e sviluppo dei circuiti produttivi: gli italiani nel tessile-abbigliamento, Rapporto di ricerca del progetto ECOBAZ DGXUU-CE.

Peraldi M., 2005, « Affranchissement et protection : les petits mondes de la confection en Tunisie », Colloque Sousse, Actes du colloque de Sousse, Paris, Karthala.

Piot O., 2011, La révolution tunisienne. Dix jours qui ébranlèrent le monde arabe ?, Les Petits Matins.

Puchot P., Mansouri S. et Nasraoui R., 2011, Tunisie,une révolution arabe, Éditions Galaade

Scroccaro A., 2012, Des territoires aux territorialités multi-situées : réseaux de la production du « made in Italy » en Roumanie, Thèse de Doctorat, Université Paul Valéry Montpellier III et Université de Padoue.

Tarrius A., 1993. Territoires circulatoires et espaces urbains. Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 59-60, 51-60.

Veltz P., 2005, Mondialisation, villes et territoires, Ed. PUF, Paris.

 

Pour citer ce billet : Angela Alaimo, Michele Coletto, Alessandra Scroccaro, « Modèle de développement et dynamique de redéploiement des entreprises italiennes dans la Tunisie post-Ben Ali », Le Carnet de l’IRMC, 29 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1368

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et la Libye, de 2009 à 2012

Durant les années 2000, les actions de recherche développées par l’IRMC avec la Libye se sont heurtées au fort cloisonnement existant entre les institutions universitaires et les centres de recherche libyens, dû notamment à l’absence d’équipes de recherche permanentes. En marge de séminaires organisés à Aix-en-Provence et sous l’égide de travaux menés à l’époque par Olivier Pliez, deux missions de l’IRMC ont été conduites en Libye en 2001 et 2002, par Hassan Boubakri (géographe à l’Université de Sousse) et Jean-Philippe Bras (directeur de l’IRMC). En 2003 fut signée une convention entre le Markez el Jihad et l’IRMC. Le Markez el Jihad, fondé en 1977 par le Dr Mohamed Tahar Jarrari, possède une importante bibliothèque de cassettes numérisées sur la Libye. Il est devenu en 2010 le Centre des archives nationales et des études historiques de Tripoli. Une mission effectuée en 2005 par Pierre Robert Baduel (directeur de l’IRMC) a pu susciter le projet d’une confrontation d’historiens autour de la question de l’administration française du territoire du Fezzan après la Seconde Guerre mondiale. En mars 2009, l’IRMC a souhaité construire une stratégie de travail dans la durée en mobilisant des chercheurs de diverses disciplines (géographie, sociologie, histoire, sciences politiques, droit), et en confrontant deux types de regards, celui des chercheurs libyens sur leur propre société et celui des chercheurs tunisiens sur la société libyenne, mais aussi sur les relations croisées entre les deux pays et via une approche francophone. L’objectif de ce groupe était, d’une part, de participer à la mise en réseaux de chercheurs de différents pays maghrébins et européens et, d’autre part, d’amorcer un programme de recherche spécifique devant déboucher sur l’organisation d’une manifestation suivie de publications.

Il s’en est suivi en mai 2009 une mission à Tripoli réunissant le directeur de l’IRMC et quatre chercheurs tunisiens : Hassan Boubakri, Fathi Lissir et Mouldi Lahmar, coordonnée par Moncef Ouannès. Un séminaire interdisciplinaire fut alors organisé par l’IRMC à Tunis en décembre 2009 sur l’implantation militaire de la France au Fezzan entre 1943 et 1956. Les années 2010 et 2011 ont été consacrées à des échanges historiographiques et à la finalisation supervisée par Moncef Ouannès, d’un ouvrage en version bilingue (arabe/français) paru en octobre 2012, en coédition Cérès Éditions/Tunis, centre des Archives de Tripoli et IRMC, intitulé : Une histoire méconnue. Les relations libyo-françaises au Fezzan de 1943 à 1956. Regards croisés Libye, France, Tunisie.

couv fezzan
Couverture bilingue du livre édité par l’IRMC

Cet ouvrage retrace les grandes lignes de l’implantation de la France sur le territoire du Fezzan dans le Sud-libyen aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Il en analyse les visées politiques, les conditions d’occupation militaires et administratives, ainsi que le vécu des populations, de l’alliance à la résistance, jusqu’à l’indépendance libyenne et l’évacuation définitive en 1956. Dans un esprit de dialogue intellectuel entre les deux rives de la Méditerranée, ce livre rassemble des regards d’historiens, de sociologues, de politologues et de géographes libyens, tunisiens et français soucieux de croiser leurs savoirs. Du regard français, il ressort que cette période serait moins militaire que politique. Les Libyens de leur côté décryptent les dynamiques nationales et régionales (Algérie, Tunisie) des réseaux de résistance. Et les chercheurs tunisiens forts de leur regard distancié du pays d’à côté, se penchent sur les savoirs construits par la France, sur les stratégies d’alliances avec les dignitaires libyens, et les mémoires politiques.

Cette recherche a permis de livrer à l’actualité le portrait d’une Libye contemporaine comme cible et enjeu international majeur, en interaction constante avec les événements se déroulant aux différentes échelles : méditerranéenne, africaine, arabe et internationale. Il a ainsi été proposé un autre type d’écriture de l’histoire entre la France et la Libye et avec la Tunisie, qui consiste moins à « juger » qu’à « gérer un passé » pour construire un présent et à reconsidérer les faits en confrontant leur pluralité, en questionnant leurs interprétations. Il s’agit là d’une double initiative à poursuivre tant dans le domaine de la coopération multilatérale en sciences humaines et sociales que dans celui de la réécriture de l’histoire coloniale par la confrontation et l’échange interdisciplinaires sur des sociétés témoins et actrices des événements.

Publié en édition bilingue et au Maghreb par l’IRMC, il constitue un précédent historiographique en matière de traduction, et contribue ainsi a toucher un vaste public tant en Europe et dans la francophonie qu’au Maghreb et dans le monde arabe. Il ouvre la voie à une prochaine collaboration de l’IRMC avec le Centre des archives nationales et des études historiques de Tripoli, l’ISHMN (Institut supérieur d’histoire du mouvement national a Tunis), et la Casa de Velasquez à Madrid, sur l’histoire orale, ses techniques et ses méthodes disciplinaires, ses objectifs et ses finalités en matière de préservation des mémoires nationales.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

est sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et la Libye, de 2009 à 2012 », Le Carnet de l’IRMC, 11 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1266

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

Depuis 2008, date de la signature d’une convention avec le CRASC (Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle) d’Oran, l’IRMC entretient d’étroites relations avec la recherche et l’Université algérienne. Depuis fin 2008, les actions menées ont été soutenues par le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France d’Alger.

État de la recherche en Algérie

Le paysage algérien de la recherche a été structuré dans la dernière décennie par deux lois quinquennales, celle de 2002-2007 qui a précisé le statut des enseignants-chercheurs et des centres de recherche, puis celle de 2008-2013 qui a instauré une structure permanente et autonome de coordination de la recherche (DGRST, Direction générale de la recherche scientifique et technique ; CNRST, Conseil national de la recherche scientifique et du développement technologique ; CSNER, Conseil scientifique national d’évaluation de la recherche). Chaque ministère est doté d’une unité sectorielle permanente constituée d’experts. Les services actuellement en place toutes disciplines scientifiques confondues concernent 803 laboratoires de recherche repartis sur 36 universités, 15 centres universitaires, 16 écoles nationales, 5 écoles normales supérieures, 10 écoles préparatoires et 25 centres de recherche hors université. 25 000 étudiants sont actuellement inscrits en thèse, mais seulement 800 sont soutenues chaque année. On relève une difficulté qui est celle du manque d’enseignants de rang magistral, soit 11 000. De 2002 a 2007, l’Algérie a enregistré une forte croissance du nombre de ses chercheurs, alors que celui-ci déclinait parallèlement en Europe et aux États-Unis (4 %). Le secteur des sciences sociales occupe la 3e place après les sciences et techniques et les sciences fondamentales. En règle générale, on constate une désaffection de la présence des SHS dans la réponse aux appels d’offre proportionnellement à la part des autres sciences. En matière d’édition, le livre y représente un enjeu fort alors que les autres sciences privilégient la publication d’article. Notons la difficulté des chercheurs algériens à trouver une place dans des revues indexées.

Les partenariats scientifiques

AlgérieEn matière de recherche institutionnalisée, les deux principaux interlocuteurs de l’IRMC ont été le CREAD (Centre de recherche en économie appliquée au développement), partenaire d’un programme FSP avec le LISE CNAM (Paris) sur l’entrepreneuriat maghrébin, et le CRASC à Oran qui noue dès 1992 une pratique de recherche collective dans un contexte d’isolement international et de lent accompagnement des jeunes chercheurs. L’IRMC s’est attaché ces dernières années à construire un réseau multilatéral tenant compte des coopérations collectives entre chercheurs et institutions multiples, sur la base d’organisation de journées d’études et de séminaires débouchant sur des publications, et d’accueil régulier de boursiers et chercheurs. Un partenariat scientifique, soutenu par l’AUF a permis d’organiser des réunions internationales avec le CRASC d’Oran en avril 2009 et février 2010 sur la thématique de la crise du travail et de l’employabilité, en septembre 2012 sur le chômage et l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Il a permis de mettre en relation, sous l’égide de l’IRMC, l’équipe oranaise avec des enseignants chercheurs tunisiens de l’Université de Sfax, de l’ISSHT de Tunis, de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, de l’Institut national du travail et des études sociales de Tunis (INTES) et du LISE-CNAM/CNRS Paris. Dans cette perspective, un projet d’ouvrage est à l’étude sur les questions du chômage et de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, devant s’élargir prochainement aux chercheurs marocains. Enfin et simultanément, une autre collaboration de l’IRMC et du CRASC a donné lieu à l’automne 2012 à la publication conjointe (coédition) d’un ouvrage sur Le Maghreb et l’indépendance de l’Algérie, sous la direction de Amar Mohand-Amer et Belkacem Benzenine, à l’occasion de la célébration du cinquantenaire (1962-2012). Cet ouvrage, saisissant le « moment historique » dans un éclairage rétrospectif sur son devenir, traite de l’indépendance nationale et des processus de transitions politique et juridique, syndicale, économique et culturelle. Il en évoque les enjeux nationaux (position des Ulémas, statut des femmes, reconversion du mouvement national…). Il en questionne la confrontation et le devenir des valeurs coloniales et nationales – les anticolonialismes juifs et européens et l’idée de nation algérienne, l’exode des rapatriés, le devenir des Harkis. Outre l’originalité de son approche pluridisciplinaire – de l’histoire à la sociologie et à la littérature, en passant par les sciences juridiques, politiques et économiques –, ce travail s’inscrit dans un échange générationnel novateur. S’y font écho les analyses de chercheurs confirmés spécialistes des questions traitées, avec celles de nombreux doctorants qui livrent les conclusions de leurs premières recherches. Il s’agit là d’une innovation communicationnelle et éditoriale qui a pris la forme d’une publication simultanée. Grace à l’accord des deux centres et éditeurs, et sur la base d’un même manuscrit fabriqué par l’IRMC, cet ouvrage a pu sortir aux éditions Karthala en France, et aux éditions du CRASC en Algérie (sous le titre Les indépendances au Maghreb), ce qui lui garantit la meilleure diffusion de part et d’autre.

Une importante collaboration universitaire a été engagée en 2010 avec l’Université d’Alger 2 Bouzarea et son département de sociologie, avec le soutien du service de coopération universitaire du SCAC de l’Ambassade de France en Algérie. La thématique retenue en a été la question de la jeunesse et des violences scolaires au Maghreb. Une première rencontre s’est tenue à Tunis les 8 et 9 mars 2011. Celle-ci a associé l’IRMC, le Département de sociologie d’Alger, l’Université de Franche-Comté, avec le laboratoire C3S (Culture, Sport, Sante, Société) coordonné par Gilles Ferreol. Elle a réuni 15 chercheurs, dont 6 Algériens, 3 Français, 1 Libyen, 1 Mauritanien et 4 Tunisiens. Une seconde rencontre a eu lieu les 17 et 18 décembre 2011 à Alger, dans un partenariat renforcé avec les chercheurs tunisiens, par l’implication de membres de l’INTES). Ce colloque a rassemblé sous l’égide de l’IRMC une équipe de 7 communicants tunisiens, quatre français et un libyen. 5 communications ont été présentées par l’Université d’Alger 2. En présence d’un public d’enseignants chercheurs, d’étudiants, et de praticiens, évalue entre 100 à 200 personnes/jour. Les Actes de ces manifestations sont sous presse aux éditions Inter-communications (Fernelmont, collection « Mondes méditerranéens »).

Mises en réseaux et échanges scientifiques

En 2010, une importante mise en réseaux scientifiques a été conduite par deux chercheurs boursiers de l’IRMC. L’une sur « L’histoire de la nationalité algérienne et la constitution d’une nationalité post coloniale dans les pays du Maghreb » (Noureddine Amara), avec d’une part les Archives Nationales d’Algérie et d’autre part les Archives de Wilaya à Oran et à Constantine, en relation avec les Archives diplomatiques de Nantes ; dans ce cadre, a été organisé à l’IRMC le 30 avril 2011 une journée d’échanges scientifiques sur les « Nationalités et empires au prisme de la question de la souveraineté », par la mise en réseau d’historiens et de politologues sur « Etats et nationalités au Maghreb ». L’autre sur « Les artistes peintres et la guerre d’Algérie de 1954 à nos jours » (Emilie Goudal), avec le CCF d’Alger, le centre des Glycines, la bibliothèque du Musée national des Beaux-arts d’Alger, et le Centre des Archives du ministère algérien de la Culture. À ce titre, des contacts sont régulièrement entretenus avec le Centre d’étude et de recherche Les Glycines à Alger qui a reçu à plusieurs reprises des chercheurs de l’IRMC. Dans le cadre de l’animation et de la création de liens scientifiques depuis l’IRMC, notons de réguliers échanges visant à la construction de réseaux par la valorisation et la connaissance des travaux algériens à partir des programmes de recherche, des animations et des productions scientifiques de l’IRMC. Ainsi les rencontres sur Le Maghreb et ses africanités, l’identité nationale au regard de ses altérités coordonnées par Stephanie Pouessel, ont permis de mieux connaitre les travaux du CNRPAH d’Alger sur la negrophobie en Algérie, ou de l’Université de Birzeit a Ramallah (Palestine) sur l’intégration des Noirs en Algérie. De même les journées sur Les mouvements sociaux en ligne, cyberactivisme et nouvelles formes d’expressions en Méditerranée coordonnées par Sihem Najar, ont contribué à interroger « les mouvements sociaux en ligne et les nouvelles formes d’expression contestataire à travers l’exemple algérien » (Université d’Annaba), et « les jeunes et l’usage politique de l’Internet en Algérie » (CRASC d’Oran). Des contacts avec l’Université de Bejaïa ont de même été amorcés, notamment avec les Départements communication, économie managériale et sociologie sur les thèmes de l’entrepreneuriat transméditerranéen ainsi que sur les usages de l’Internet. À ce titre l’equipe de Bejaïa fait partie du projet de GDRI présenté par l’IRMC au CNRS sur les pratiques des NTIC en Méditerranée. Citons aussi les présences invitées de représentants du LISODIL Laboratoire de Linguistique, Socio-linguistique et Didactiques des Langues d’Alger 2 (programme Dire en langues coordonné par Myriam Achour-Kallel), et de l’Institut d’Archéologie d’Alger 2 (cycle tourisme et patrimoine). Outre l’accueil de nombreux chercheurs du CRASC, mentionnons l’invitation régulière de conférenciers algériens autour des animations scientifiques, telles les conférences de Mme Hallouma Cherif (Université d’Oran), sur « La construction de l’identité personnelle chez les algériennes », ou de M. Youcef Fatès sur « l’histoire des usages sociopolitiques et associatifs du sport en Algérie ».

Les formations doctorales

Poursuivant l’objectif d’encourager les jeunes chercheurs algériens, déjà maitres assistants à l’université, à finaliser leur thèse et à développer la méthodologie de la soutenance, l’IRMC a organisé en partenariat avec le Consortium des Universités de l’Est-algerien (universités de Skikda, Annaba, Constantine, Guelma, Oum el-Bouaghi) et avec le soutien du SCAC d’Alger, du 7 au 12 décembre 2009 à Hammamet, des « Doctoriales en sciences humaines et sociales : formation à la méthodologie et aux techniques de recherche ». Puis une seconde session s’est tenue à Sousse en décembre 2010, rassemblant sur cinq jours trente doctorants et 8 encadrants autour de deux objectifs : « la finalisation de la thèse » et « l’écriture des articles scientifiques », en collaboration avec le Consortium des universités de l’Est algérien et le CERES de Tunis et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Ces actions visent à assurer un soutien et un accompagnement méthodologique et théorique aux doctorants, en les aidant à dépasser les blocages, à s’intégrer dans le monde de la recherche et à valoriser leurs compétences en matière de rédaction d’articles scientifiques à partir des thèses en cours. Dans la même perspective, s’est tenu à Oran les 17-21 janvier 2013 une école doctorale algero-tunisienne (16 doctorants dont 8 Algériens, 8 Tunisiens et 6 encadrants) ayant pour thème « Les représentations sociales : théories et approches méthodologiques », co-organisée entre l’IRMC et la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Oran (Département de psychologie), la Maison du Doctorant (Universite d’Oran), l’Institut Supérieur des sciences humaines et sociales de Tunis, avec une conférence du Pr. Denise Jodelet, directrice d’études à l’EHESS Paris. Notons aussi dans le cadre de l’atelier doctoral Les méthodes d’observation en démographie et sciences sociales, Hammamet (Tunisie), 18-20 juin 2012 co-organisé par l’ED-FSHST-Tunis – INED Paris- IRMC-Tunis, CRASC-Oran, AMER-Maroc, la prise en charge et la formation de 5 étudiants du CRASC-Oran.

L’accueil des boursiers

Outre l’accueil d’une dizaine de séjours scientifiques de courte durée (avec le CRASC d’Oran, l’Université Abderrahmane Mira de Bejaïa), l’IRMC a mis en place avec le soutien du SCAC de l’ambassade France à Alger une coopération transversale Sud/Sud en matière d’accueil (un à trois mois), de boursiers francophones. À ce titre en 2010, 2011 et 2012, 12 bourses ont été accordées sur l’Algérie pour une durée de 27 mois. Leurs profils se décomposaient ainsi : résidents en Algérie sur un terrain de recherche situé en Algérie et en séjour dans une université française (cotutelle), résidents en Algérie et en séjour de terrain (comparaison) en France, résidents et inscrits en France ou en Europe et en bourse de terrain en Algérie, résidents en Algérie et inscrits dans des échanges Sud/Sud d’Algérie vers la Tunisie, dans une approche comparative et en séjour de thèse à l’IRMC, résidents en Tunisie et en séjour de terrain en Algérie. Les thématiques des travaux proposés recouvraient de vastes thématiques disciplinaires : le projet de vie des adolescents marginaux en réinsertion sociale à Oran (psychologie), les violences scolaires en milieu urbain sensible à Constantine (sociologie), les centralités périphériques des villes de l’Est-algérien (géographie urbaine), les associations féminines en Algérie, en Tunisie et au Maroc (sociologie), les petites et moyennes entreprises algériennes (socio économie), le colonialisme dans les relations franco-algériennes (sciences politiques), les politiques publiques et l’espace commémoratif de l’Algérie coloniale (histoire), les proverbes kabyles (socio anthropologie), les systèmes oasiens en Algérie (géographie rurale), la femme ibadite dans la région du Mzab (anthropologie), étude comparative de l’histoire des archives tunisiennes et algériennes (histoire)…

De manière à capitaliser et à valoriser les aides ici évoquées, l’IRMC étudie actuellement un projet de « seminaire-atelier d’écriture » rassemblant 15 boursiers algériens suivis par lui en 2010, 2011 et 2012, en vue de l’écriture d’un article synthétique et à paraître dans un collectif consacré à la jeune recherche, Penser la société algérienne aujourd’hui. Enfin, il importe de souligner que les actions conduites par l’IRMC ne s’inscrivent pas seulement dans une relation bilatérale entre la France et l’Algérie. Les chercheurs algériens reçus à l’IRMC ou invités dans des programmes en réseaux y découvrent notamment leurs homologues tunisiens ou marocains. L’IRMC devient alors un passeur, assurant en corollaire de sa présence francophone, une position de coordinateur scientifique international et de relais intra maghrébin.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013 », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1245

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Acquis et défis d’une recherche en partenariat

A-Gana2
Photographie de Alia Gana

Mon histoire avec l’IRMC est ancienne. Elle remonte aux débuts du Centre de Documentation Tunisie-Maghreb (CDTM), à la fin des années 1970. Le fonds imprimé de livres et de revues de l’Ambassade de France avait alors été rassemblé pour constituer un centre de documentation et de recherche accessible au public. C’est Anne-Marie Planel, historienne, qui a été chargée de l’inventaire et de l’actualisation du fonds et elle s’est acquittée admirablement de cette tache. Au début des années 1980, alors doctorante a l’Université Paris 10 et travaillant sur l’histoire agraire de la Tunisie, j’ai bénéficié de ses conseils éclairés pour mes recherches bibliographiques. Je me rappelle avec nostalgie cette époque bénie, ou le chercheur pouvait s’extraire des contingences du moment et se consacrer pleinement à sa science. Pendant près d’une année, je me suis familiarisée avec l’histoire sociale de la Tunisie, découvrant en particulier l’apport des ethnologues, souvent des Pères blancs, à la connaissance fine des sociétés rurales de ce pays. Le CTDM fut dès le départ un centre d’attraction et de rencontre de nombreux chercheurs tunisiens.

Bien plus tard, au moment de la transformation du CDTM en institut de recherche, j’ai été sollicitée par Anne-Marie Planel et le premier directeur de l’IRMC pour occuper un poste de chercheur détaché et ce afin de développer un programme de recherche sur l’agriculture et le monde rural. Malheureusement, ayant déjà fait le projet de partir aux USA, mon intégration à l’IRMC n’a pu se concrétiser. J’ai continué néanmoins à être proche de l’IRMC et à participer de manière ponctuelle à certaines de ses activités. C’est surtout depuis mon intégration au CNRS et l’arrivée de Pierre Noel Denieuil à la direction de l’institut que mes collaborations avec l’IRMC se sont renforcées : participation à l’animation de journées doctorales, contribution à des colloques et seminaires, etc. Avec mon affectation a l’IRMC et l’accueil d’étudiants français dont j’assure l’encadrement, mes recherches sont aujourd’hui inscrites à part entière dans les programmes de l’Institut. J’y ai trouvé tout le soutien pour développer mes recherches récentes sur les processus électoraux et les territoires et pour y poursuivre celles plus anciennes sur les dynamiques du monde rural et agricole.

Désormais à l’intérieur de l’institution, je perçois mieux les contributions scientifiques de l’IRMC, mais aussi les écueils susceptibles d’en limiter le développement. À travers l’accueil de chercheurs tunisiens en détachement, d’enseignants chercheurs et de chercheurs français en délégation ou en affectation, son centre de documentation d’une richesse insoupçonnée, ses conférences et ses séminaires, destinés également aux doctorants, ses nombreuses publications valorisant des recherches collectives, l’IRMC contribue de façon substantielle au rayonnement des recherches en sciences sociales sur le Maghreb, au développement des partenariats scientifiques avec les institutions et les chercheurs de la région, ainsi qu’à la formation de doctorants. Au cours des dernières années, les collaborations avec le réseau des IFRE, notamment le CEDEJ, le CJB, et aussi avec le SCAC d’Alger, ainsi qu’avec les universités de la région se sont renforcées. De nouvelles activités associent l’IRMC et l’IRD, institution de recherche française représentée en Tunisie et permettent des articulations entre recherches en sciences sociales et en sciences du milieu.

Placé sous la tutelle du MAE et en même temps USR rattaché au CNRS, l’IRMC bénéficie des ressources allouées par ces deux institutions, mais reste néanmoins confronté au manque de moyens nécessaires à la consolidation d’équipes de chercheurs permanents impliqués dans des projets collaboratifs. Ceci réduit la visibilité et les synergies entre des recherches entreprises plutôt sur des bases individuelles. La vocation généraliste des IFRE et en particulier de l’IRMC, qui se traduit par des projets traitant de thématiques diverses et relevant d’une diversité de disciplines en sciences sociales, contribue à réduire cette visibilité. Si l’ouverture et la diversité doivent être préservées, la définition de priorités thématiques, abordées dans une approche interdisciplinaire, pourrait contribuer à renforcer la cohérence scientifique et la lisibilité des programmes de recherche, ainsi que la visibilité de leurs résultats. La constitution au sein de l’IRMC d’équipes de chercheurs rassemblées autour de thématiques porteuses et de problématiques communes favoriserait la mobilisation de ressources, en particulier à travers des réponses collectives aux appels d’offres de l’ANR et de l’Union européenne. Un plus grand rayonnement des activités de l’IRMC à l’échelle du Maghreb passe également par des partenariats renforcés avec les institutions universitaires de la région et l’instauration de mécanismes favorisant l’organisation plus systématique d’activités communes, qu’il s’agisse de recherche, de formation ou d’activités de valorisation. L’insertion de scientifiques français dans des institutions tunisiennes, formule déjà expérimentée par l’IRD pour ses chercheurs affectés en Tunisie, contribuerait d’une manière efficace à développer les interactions entre chercheurs locaux et chercheurs rattachés aux institutions françaises.

Un renforcement des partenariats entre l’IRMC et des institutions de recherche et de coopération françaises représentées en Tunisie, tels que l’IRD, le CIRAD ou l’AFD, favoriserait aussi le développement de collaborations interdisciplinaires (sciences sociales et sciences biophysiques) et de projets orientés vers l’action. Il assurerait une plus grande complémentarité entre les projets et permettrait, pourquoi pas, de mutualiser des moyens et des ressources de plus en plus rares, y compris des locaux plus adéquats, qui font aujourd’hui défaut. Enfin, une réflexion sur des mécanismes et des espaces d’échange et de concertation, permettant d’associer les partenaires locaux et les chercheurs accueillis à l’IRMC dans la définition de programmes de recherche plus en phase avec les demandes sociales dans les pays de la région, s’avère plus que jamais nécessaire, en particulier dans le contexte ouvert par les révolutions et les processus de transition politique en cours.

En prenant de cours la plupart des analystes, la Révolution tunisienne et l’explosion des demandes populaires pour plus de justice ont interpelle les chercheurs spécialisés dans les études sur le monde arabe et maghrébin et, en mettant à mal les thèses de « l’exceptionnalisme arabo-musulman », ont fortement questionné leurs schémas d’analyse. Le renouvellement des approches théoriques et conceptuelles dans ce domaine passe certainement par un dialogue renforcé avec les chercheurs des pays concernés, par un plus grand ancrage des recherches dans les réalités du terrain, une écoute plus importante aux demandes sociales, et enfin une plus grande ouverture aux approches comparatives (Nord/Sud et Sud/Sud) et interdisciplinaires, permettant de dépasser les écueils des études spécialisées dans les aires culturelles. C’est là, à mon sens, le défi lancé aux instituts de recherche français à l’étranger! L’IRMC saura sans aucun doute s’engager plus en avant dans cette voie.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Alia GANA

est sociogéographe, directrice de recherche CNRS UM7533 LADYSS en affectation à l’IRMC de 2012 à 2014.

Pour citer ce billet : Alia Gana, « Acquis et défis d’une recherche en partenariat », Le Carnet de l’IRMC, 13 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1142

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain

Sylvie_Daviet
Photographie de Sylvie Daviet

Les IFRE : un outil exceptionnel pour la recherche

Passer deux ans à l’IRMC, c’est tout d’abord vivre l’expérience d’un institut français à l’étranger (IFRE). Et les Français ont beau s’auto-flageller de leurs multiples défauts et des dysfonctionnements de leur mère patrie, très peu de pays au monde sont capables d’entretenir des centres de recherche à l’étranger. Il nous faut parfois la remarque bienveillante d’un collègue d’une autre nationalité pour le réaliser. Sachons donc apprécier l’originalité et le potentiel de ce dispositif qui permet aux chercheurs en sciences sociales de s’expatrier, de quelques mois à quelques années, pour résider sur leur terrain d’étude, en bénéficiant de l’essentiel des services d’un laboratoire (bibliothèque, secrétariat, organisation de séminaires…). Autant de réalités matérielles évidentes sans lesquelles un intellectuel ne peut véritablement se livrer à l’exercice de sa pensée ; une pensée qui n’est jamais en apesanteur mais au contraire ancrée dans un milieu, un espace, une société. Être chercheur résident hors de France au sein d’un IFRE permet cette immersion, tout en étant assisté d’une logistique appropriée ; qu’il soit géographe, sociologue, historien ou politologue, le chercheur en sciences sociales prolonge en quelque sorte une tradition anthropologique en bénéficiant de cette immersion.

L’IRMC : un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain

Si les IFRE sont des avant-postes d’observation, l’IRMC est sans conteste un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain. Il faut le dire et, en tant que géographe sensible à la dimension géopolitique des faits et des institutions, je le dis pour deux raisons. Premièrement, parce que l’observation est une des briques fondamentales de la recherche scientifique dans le processus de production de connaissance, et contribue à légitimer la recherche en sciences sociales. Si des esprits prétendument rationnels en doutaient, ils auraient plus volontiers consacré les deniers publics aux seules disciplines ayant des retombées industrielles ou au remboursement de la dette, la révolution tunisienne et le printemps arabe sont fort opportunément venus rappeler qu’il était fondamental de connaître et comprendre les sociétés, que cette connaissance avait de la valeur et méritait un investissement. La portée des événements qui se sont enchaînés, tout particulièrement depuis le début de l’année 2011, a soudain, par effet de contexte, revalorisé le rôle stratégique de l’IRMC, comme celui des IFRE de la Méditerranée, dans un monde arabe en ébullition.

Deuxièmement, j’ai vécu au sein de l’IRMC une observation qui s’enracine dans le territoire, qui s’élabore dans de multiples partenariats pour coproduire la connaissance au sein d’équipes qui rassemblent des chercheurs des deux rives de la Méditerranée. L’effet de lieu implique un effet de réseau qui permet de tisser des liens avec les chercheurs et les institutions régionales. Il faut le dire et je le dis à l’heure où fleurissent des projets plus ou moins soucieux des exigences d’une coopération équilibrée.

2010-2012 : un moment d’histoire qui nous propulse dans un nouveau cycle

J’ai donc connu l’IRMC récemment, au cœur d’un moment d’histoire qui nous propulse dans un nouveau cycle à la logique encore incertaine. Et lorsque je parle d’un moment d’Histoire, le H majuscule n’est pas immérité car nous savons bien que, depuis la Tunisie, s’écrit la nouvelle page d’un monde où s’impose la « tectonique des sociétés », comme l’écrit Bertrand Badie. Arrivée en septembre 2010, j’ai pu connaître les dernières heures du régime de Ben Ali. Au cours de l’année 2011, en dépit de secousses multiples et parallèlement aux bouleversements opérés en Égypte et en Libye, c’est l’enthousiasme de la révolution en marche qui a dominé jusqu’aux élections du 23 octobre 2011. Au cours de l’année 2012, le contexte tunisien et régional s’est progressivement tendu. Ma mission en Tunisie s’est achevée à la veille des événements du 14 septembre 2012, marqués par l’attaque de l’ambassade des États-Unis à Tunis, deux jours après celle de Benghazi en Libye. D’autres événements ont traduit la montée d’une forme de violence à laquelle les Tunisiens n’étaient pas habitués ; mais la société civile est restée mobilisée, bien décidée à faire vivre l’espérance de jours meilleurs. Au cœur de cette actualité prégnante, les débats auxquels j’ai participé ont souvent été accaparés par les transformations au jour le jour de la situation politique. Il s’agissait pour moi d’observer et de comprendre. Dans ce climat passionnel et instable, ma préoccupation de chercheur est restée de conduire mon programme à son terme, tout en captant la façon dont les événements en cours métamorphosaient mon objet d’étude. L’accès à l’information et aux entrepreneurs est demeuré difficile, quelle que soit la conjoncture.

La reconfiguration des espaces et des enjeux méditerranéens

Si le vécu de mes deux années passées à l’IRMC est profondément marqué par la rencontre de cet humanisme tunisien, chaleureux et pétri de francophonie, mes réflexions de géographe pointent la reconfiguration des espaces et des enjeux méditerranéens. Le Maghreb relève bien de trois sphères d’appartenance : l’espace euro-méditerranéen, le monde arabe et l’Afrique. Si les dynamiques euro-méditerranéennes ont longtemps été dominantes, le printemps arabe en a révélé les fragilités. De multiples travaux en pointaient préalablement les signes, au point que l’hypothèse d’une « Méditerranée sans l’Europe » s’était manifestée non sans provocation (n°74 de Confluences Méditerranéennes), soulignant la complexité des rapports de forces dans une zone d’interface ouverte aux quatre vents de la mondialisation. Mon entrée dans cette problématique est partie de ma spécialisation géoéconomique, mais la nécessité d’une pluralité de regards et de disciplines s’impose évidemment pour prendre en compte un ensemble de dimensions culturelles, sociales et politiques… Tout en défendant la place de la géographie dans ce nouveau chantier scientifique, je n’ai donc pas cherché à être un acteur privilégiant le développement de ma discipline, je crois plutôt (et c’est même une conviction) à la nécessité de construire une interdisciplinarité audacieuse pour mieux répondre aux défis qu’exige de nous la complexité du réel.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Sylvie DAVIET

est professeur de géographie à Aix- Marseille-Université, UMR Telemme (7303). Elle a été chercheure en délégation CNRS à l’IRMC de 2010 à 2012.

Pour citer ce billet : Eric Gobe, « Des ingénieurs aux avocats ou de la dimension politique du fait professionnel », Le Carnet de l’IRMC, 10 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1129

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC, une porte ouverte sur la Tunisie et la Méditerranée

Mohamed_Elloumi
Photographie de Mohamed Elloumi

Ma collaboration avec l’IRMC remonte aux premières années de sa création et a pris la forme d’un poste de chercheur sur trois ans (entre 1993 et 1996) pour l’animation d’un programme de recherche, puis elle s’est poursuivie comme chercheur associé par la coordination d’un projet de recherche dans le cadre du programme MOST de l’UNESCO et elle a abouti à l’édition de deux ouvrages collectifs portant sur les mutations des sociétés rurales dans la région méditerranéenne, dans le contexte de l’ajustement et de la mondialisation. Mon recrutement à l’IRMC, a été justifié d’une part pour couvrir le champ du rural et de l’agricole ce qui est une gageure pour un institut plus orienté vers le monde urbain et l’histoire et parce que j’apportais un réseau de chercheurs méditerranéens travaillant sur ces questions et au sein duquel j’étais un membre actif depuis sa création au début des années 1980[1]. Mon passage à l’IRMC, puis la poursuite de cette collaboration a été pour moi une expérience riche et motivante à la fois sur le plan personnel et sur celui de ma carrière de chercheur.

Sur le plan scientifique deux éléments méritent d’être évoqués. Le premier concerne la rigueur scientifique. En effet malgré son jeune âge, ou peut-être à cause de cela, l’IRMC était très observé et se devait, de ce fait, de faire preuve d’une rigueur scientifique à toute épreuve. Cela a été pour moi un apprentissage de grande importance pour la suite de mon parcours de chercheur. Le second élément est la recherche de l’excellence. En effet mon passage à l’IRMC m’a inculqué une plus grande attention à la recherche du meilleur résultat en termes de valorisation des résultats des activités de recherche et d’animation scientifique.

Sur un plan plus personnel, mon passage à l’IRMC m’a permis de faire deux découvertes : la communauté des chercheurs tunisiens en sciences humaines et sociales et les recherches en sciences politiques. Du fait que mon parcours de jeune chercheur avait été basé jusque-là sur l’ouverture et l’insertion dans des réseaux de recherche internationaux plus que sur l’insertion dans la communauté des chercheurs tunisiens en sciences sociales, mon passage à l’IRMC m’a fait prendre conscience de ma faible connaissance de cette communauté et m’a poussé à mieux la connaître à travers les travaux de ses membres et surtout en faisant la connaissance d’hommes et de femmes de grande qualité. J’ai par ailleurs profité de mon passage à l’IRMC pour élargir mon réseau de collaboration à la partie orientale de la Méditerranée.

De par ma formation scientifique (ingénieur agronome à la base) j’avais peu d’affinité avec les sciences politiques qui étaient du fait du projet de l’IRMC et du profil de son directeur de l’époque le champ disciplinaire dominant. J’ai en effet découvert dans ce champ disciplinaire des apports forts intéressants pour la compréhension du monde et des sociétés méditerranéennes, même si par moment, le discours de certains chercheurs restait hermétique pour moi et que certains chercheurs appartenant à l’IRMC ou de passage faisaient preuve plus de la science de la logorrhée que réellement d’un esprit scientifique.

Je ne saurais clore ce rappel sans évoquer l’importance de l’appui qu’apportent le service administratif et le secrétariat pour la réussite des programmes de recherche et la finalisation des travaux dans les meilleures conditions. La compétence et le dévouement du personnel en question permettent aux chercheurs concernés et à l’IRMC dans son ensemble de multiplier les activités malgré la modestie de ses moyens humains et matériels. Cela permet aussi, malgré un certain esprit de compétition entre les chercheurs et leurs programmes respectifs, voulu par certains directeurs, de créer une ambiance empreinte de fraternité et d’amitié.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Mohamed ELLOUMI

est agro-économiste et chargé de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique de Tunisie (INRAT). Il a été chercheur à l’IRMC de 1993 à 1996.

Pour citer ce billet : Mohamed Elloumi, « L’IRMC, une porte ouverte sur la Tunisie et la Méditerranée », Le Carnet de l’IRMC, 4 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1020

 


[1] Il s’agit du réseau agriculture familiale comparée : RAFAC, constitue à l’initiative de Pierre Campagne autour de l’IAM de Montpellier.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les méthodes d’observation en démographie et sciences sociales

Compte rendu d’atelier de recherche sur « les Méthodes d’observation en démographie et sciences sociales » Hammamet- Tunisie, 18-20 Juin 2012.

L’École doctorale de l’Université de Tunis, l’Institut National des Études Démographiques (INED-France), Institut de recherches sur le Maghreb contemporain (Tunis) le laboratoire de recherche en Anthropologie de la Santé GRAS (Oran), et l’Association Marocaine de recherches et Études sur la migration (Amerm-Rabat) ont organisé entre le 18-20 Juin 2012 à Hammamet-Tunisie, un atelier de recherche sur le thème, les Méthodes d’observation en démographie et sciences sociales.

En rappel, cet atelier de recherche s’inscrit dans le cadre d’une continuité d’événements scientifiques organisés entre des chercheurs tunisiens et des chercheurs de l’INED et qui ont débuté depuis 2006. Avec l’implication de l’IRMC dans l’organisation, les rencontres scientifiques sont devenues plus consistantes et se sont focalisées essentiellement sur les questions de migration. Les précédentes rencontres avaient pour thèmes :

Migrations : Quelles perspectives. Nouveaux défis, nouveaux axes de recherche, ONFP, 29-30 novembre 2006, Tunis.

Les migrations internationales au Maghreb depuis le XVI siècle, « Colloque international », CERES-INES-EHESS, novembre 2008, Tunis.

Migration en Méditerranée et crise internationale, CERES-IRMC-INED, Colloque de 25-27 Juin 2009, Tunis.

Changements démographiques, territoire des populations et identité au Maghreb et en Méditerranée occidentale, Académie Tunisienne des Sciences, des Lettres, et des Arts-IRMC-INED, Colloque 26-27 Mai 2011, Carthage.

Le choix du sujet de cette année était motivé par le vide dont souffre l’Université tunisienne, notamment, dans les écrits sur la méthodologie de recherche en démographie. Pour cette raison, notre atelier de recherche avait pour objectif de :

1) Créer un courant d’échanges scientifiques entre les différents acteurs de la recherche en démographie au Maghreb et en France

2) Susciter parmi les étudiants maghrébins préparant des Masters et des Doctorats un intérêt pour les études et les recherches portant sur les questions de population.

3) Créer une dynamique de recherche commune autour des questions de population en général et cela en regroupant des chercheurs et des post-doc, ou des étudiants préparant des Master et des Doctorats, aussi bien dans les pays du Nord que ceux du Sud de la Méditerranée (perspective de codirection de thèses et mémoires).

4) Permettre aux étudiants maghrébins et aux jeunes chercheurs d’exposer leurs travaux, et de bénéficier de l’expérience acquise par des chercheurs plus expérimentés.

5) Consolider et étoffer le réseau de chercheurs de différents pays travaillant sur les mêmes axes de recherches.

6) Mobiliser les compétences dans les différentes disciplines (démographie, géographie, sociologie, économie, gestion, statistique, histoire…) et cela afin de converger vers une analyse multidisciplinaire et multiculturelle de la problématique de la population.

7) Fournir aux étudiants et doctorants maghrébins une plus grande ouverture et une formation sur les approches et les méthodes d’analyse utilisées en démographie et plus largement en sciences sociales

8) Apporter aux postulants européens une plus grande connaissance sur les sujets traités aux Sud, d’avoir une plus grande connaissance du terrain et d’élargir leur réseau de contact

9) Faire bénéficier les jeunes chercheurs maghrébins de séjours scientifiques ou d’un apport bibliographique que peuvent fournir une institution comme l’INED.

10) Permettre aux jeunes chercheurs français et éventuellement européens qui travaillent sur des sujets se rapportant au Maghreb, d’avoir un premier contact avec l’environnement universitaire maghrébin pour un éventuel séjour ou une éventuelle coopération de recherche.

11) Aider et préparer les jeunes chercheurs à faire la jonction entre les problèmes sociaux et politiques d’une part, les instruments statistiques et démographiques les plus aptes à leur traitement, de l’autre (modèles, théories, simulations).

Le public concerné était les doctorants intéressés par les questions de population, dans une démarche quantitative (traitement de bases  de données : enquêtes, recensement, etc.) ou qualitatives (entretiens, archives, etc…).

Par ailleurs, cet atelier avait pour objet l’approche des méthodes d’observation en sciences sociales à travers la présentation de différentes sources et différents outils de traitement.

– outils de la démographie (suivi de cohortes, analyse biographique…)

– sources en démographie (statistique publique, archives…)

– méthodes d’enquête (échantillon, questionnaire…)

– analyse des données (multivariée, logistique, …)

– traitement de données textuelles (questions ouvertes, entretiens…)

– méthode d’analyse de données longitudinales

– outils de la représentation cartographique

Cet atelier s’est tenu durant trois jours à Hammamet, et il a vu des interventions variées en fonction des thématiques de recherches des intervenants.  Les participants étaient composés de :

9 chercheurs de l’Institut National des Etudes Démographiques

5 chercheurs de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis

Monsieur le directeur de l’IRMC, lui-même chercheur.

Une doctorante de l’INED

2 Doctorantes de l’IRMC

3 Doctorantes de l’Université Mohamed V – Rabat.

5 Doctorants du CRASC-Oran.

Doctorants de l’Université de Tunis

Doctorants de l’Université de Sfax

Doctorants de l’Université du Centre

La séance d’ouverture a été présidée par le Pr Amor Belhedi. Dans son allocution d’ouverture de l’atelier de recherche M. Noureddine Kridis le doyen de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis a insisté sur l’importance des activités scientifiques réalisées en coopération notamment en sciences sociales. Il a souligné qu’il portera tout son soutien à ce genre d’initiatives qui ne peuvent être que bénéfiques pour la recherche et notamment pour les jeunes chercheurs.

Puis, se sont suivis les représentants des différentes équipes organisatrices, Mme France Guérin-Pace, responsable de l’UR 12 de l’INED, M. Pierre-Noël Denieuil directeur de l’IRMC, M. Adnane Hayder directeur l’école doctorale de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis et M. Hassène Kassar coordinateur de l’atelier de recherche. Tous les intervenants ont insisté sur l’importance de cet atelier de recherche. Aussi, ils ont souhaité que cette initiative devienne une tradition de coopération annuelle entre les différentes structures de recherches.

La première Séance a débuté par l’intervention de M. Ali Hammami, intitulée « L’enquête en sciences sociales : problèmes épistémologiques et de méthode ». M. Hammami part de la problématique d’absence de lien entre le cadre théorique et le travail empirique, entachant certains travaux de recherches, pour ainsi exposer un large aperçu sur les fondements épistémologiques d’une part, les méthodes et procédés scientifiques d’autre part, en sciences sociales. Le débat fondateur des sciences sociales repose sur des questionnements d’ordre ontologique, herméneutique et méthodologique. Il en découle des visions et des perceptions du monde différentes, donnant lieu à des processus et des moyens de travail adoptés diverses et variés.

La deuxième intervention fût présentée par M. Mohamed Ali Ben Zina intitulée « L’analyse par génération et l’analyse intergénérationnelle », M. Ben Zina a défini la notion de génération selon plusieurs auteurs (Auguste COMTE, Karl MANNHEIM…etc.), puis il a relevé l’intérêt de l’utilisation de la dite notion en sciences sociales, qui se situe dans trois faits : la mobilité sociale, la reproduction sociale et la transmission générationnelle. Par ailleurs, il existe plusieurs techniques d’analyse intergénérationnelle et d’analyse par génération : Le diagramme de LEXIS, la table de mobilité (ou table de destinée) et la table de recrutement. En illustration empirique, le professeur a exposé le cas de l’étude sur la mobilité éducationnelle en Tunisie.

La deuxième séance fût entreprise par Mme France Guérin- Pace et F. Maillochon intitulée « Echantillon et questionnaire d’enquête », dans cette communication les intervenantes ont expliqué l’élaboration d’échantillon dans le cadre d’enquêtes quantitatives et en absence de données socio-démographiques sur la population (théorie des sondages, base de sondage, tirage aléatoire et son amélioration par stratification ou par grappe). Dans le cas où les données sur la population mère ne sont pas disponibles, on procède par des enquêtes exploratoires probabilistes sans base de sondage dans le cas des TLS : Time Location Sampling (échantillon lieux-temps) ou les RDS Respondant driving sampling (échantillonnage déterminé par les répondants, boule de neige probabiliste).

La communication suivante de B. Garnier et A. Lebugle était intitulée « Cartographier des données statistiques » cette communication a pu intégrer aussi bien une approche théorique que pratique. Elle avait pour objectif de présenter aussi bien les données quantitatives que qualitatives sur une carte, d’identifier la finalité de la carte, de préparer les données, le fond de carte et les variables, de respecter les règles de sémiologie graphique et de créer une carte avec le logiciel Philcarto.

La communication de S. Hohmann : Recueillir le parcours de vie des migrants présentait une enquête auprès des travailleurs migrants en Asie Centrale par une  approche biographique. La chercheure a étudié la trajectoire de 35 migrants dans 7 villages tadjiks et a essayé de reconstruire l’histoire de l’enquêté ainsi que celle de son entourage. Elle a utilisé la méthode biographique Age-Evénement (ageven) pour retracer les événements marquants dans les parcours de vie des enquêtés.

A. Lebugle : Confronter et traiter des sources de données administratives. La chercheure a essayé d’expliquer comment estimer le taux de fécondité en cas de statistiques imparfaites et les différentes méthodes qui ont été utilisées en Iran pour pallier cette imperfection.

 J. Deauvieau : Traiter les données d’enquête par les méthodes d’analyse factorielle. Le chercheur a montré la logique générale de fonctionnement de la méthode AFC : L’analyse factorielle des correspondances utilisée pour explorer un tableau croisé et la méthode ACM qui est une extension de l’AFC quand le nombre de variables est supérieur à deux. En présence de variables numériques l’analyse en composantes principales ACP est utilisée. La séance a été appuyée sur des exemples concrets, et sur le logiciel libre TRIDEUX.

F. Guérin-Pace et B. Garnier : Traitement statistique de données textuelles. Les deux chercheures ont démontré les étapes du traitement des données textuelles (sélection des mots à analyser, construction des tableaux lexicaux et les différentes méthodes d’analyse utilisées : méthode factorielle, les méthodes de classification …) l’exposé a été appuyé par des exemples de logiciel de traitement de données qualitatives SPAD et ALCESTE

M. Blidon : Ethique, terrain et réflexivité. La chercheure a montré les différentes approches de l’éthique et présentation de quelques articles de la charte de l’Association française de sociologie sur la production des connaissances scientifiques, la propriété, le partage et l’archivage des résultats de la recherche, la diffusion de la connaissance, sur la responsabilités envers les subordonné(e)s et les collaborateurs, la responsabilité envers les financeurs, commanditaires, mécènes, clients…responsabilités envers les enquêtés. A la fin de la présentation la chercheure a exposé les règles de la CNIL/CNRS

Dernière journée de l’atelier

K. Kateb : Traitement statistique des enquêtes boule de neige. Exemple des migrants de retour quels impacts ? Quelle politique possible ? A travers trois enquêtes au Maghreb : 2003: Souss-Casablanca, 2006 : MIREM (Algérie, Maroc, Tunisie), 2008: Amerm (Tanger, Tétouan). Le chercheur a utilisé l’analyse multivariée et l’analyse factorielle, ainsi qu’une classification typologique des profils des migrants de retour appliquée aux enquêtes sur la migration de retour.

F. Maillochon : D’une approche individuelle à une approche relationnelle l’apport de la notion de « réseau social ». Cette approche se base sur un niveau d’analyse intermédiaire entre micro et macro-analyse c’est l’étude des relations plus que les individus. Elle privilégie l’étude des pratiques plus que les institutions et l’étude des processus plus que les formes. La chercheure a présenté quelques logiciels qui permettent de représenter graphiquement les « réseaux sociaux ».

A la fin de l’atelier, Madame France Guérin- Pace et Mr Hassène Kassar, se sont félicités du déroulement des travaux, et ont espéré que cet événement devienne une tradition annuelle qui regrouperait les démographes Maghrébins et Français.

Hassène Kassar, Sawssen Fray, Wafa Baba

 

Pour citer ce billet : Hassène Kassar, Sawssen Fray- Wafa Baba, « Les Méthodes d’observation en démographie et sciences sociales », Le Carnet de l’IRMC, 18 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/776

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook