Archives de catégorie : Economie

Le renouveau du micro-crédit en Tunisie ?

Le déséquilibre régional entre Nord-Ouest, Sud-ouest, Centre et littoral tunisien, longtemps conçu par les régimes établis depuis l’indépendance, n’a pas été sans conséquences sur la montée du chômage dans les régions les plus défavorisées.

Plusieurs acteurs publics, associatifs et internationaux, se mobilisent dans ces régions, dans le but d’y améliorer l’insertion des chômeurs sur le marché de l’emploi. À ce titre, l’une des solutions proposées est l’encouragement au travail indépendant, l’incitation à la création de la microentreprise par le biais du micro-crédit. Ce dispositif financier pourrait favoriser le développement des régions. Il est devenu une composante des programmes de développement et un chantier prioritaire du gouvernement transitoire.

Le micro-crédit est un outil qui n’est pas nouveau en Tunisie. L’État de l’ancien régime, par le biais de sa Banque tunisienne de solidarité et Enda Inter-arabe[1], institution de micro-finance (IMF), était le spécialiste de son octroi. Le nombre des personnes qui sollicitent ces organismes ne cesse de s’accroître. Une étude réalisée en 2010 et financée par l’Union européenne a estimé à un million le nombre de demandeurs potentiels de micro-crédits en Tunisie. Selon le cofondateur et président de l’association pour le microcrédit Babyloan, « il serait plus raisonnable de compter sur une population cible de l’ordre de 600 et 700.000 clients potentiels, soit 300 à 400.000 de plus qu’actuellement ». De son côté, Michaël Cracknell, secrétaire général de Enda interarabe, assure que « depuis la révolution, ce chiffre pourrait même être réévalué à la hausse ». À l’heure actuelle, tout au plus « un tiers de cette demande est satisfaite par Enda et la Banque Tunisienne de solidarité ».

Actuellement et depuis quelques mois, certains organismes internationaux de micro-crédit (Babylone, Cerise, Planète Finance) se mobilisent pour travailler en collaboration avec les organismes existant.

D’autres, tels que l’Adie (Agence pour le développement de l’initiative économique) sont déjà sur le terrain pour la création d’une future antenne sur le territoire tunisien. Le micro-crédit devient un enjeu de concurrence entre un secteur privé à but « social » mais lucratif, et des ONG inquiètes de cette réinterprétation économique de l’aide aux plus démunis. D’ailleurs en restent-ils la cible ?

Alors que Babyloan et Enda devraient bientôt nouer un partenariat, les deux spécialistes s’accordent à souligner que le nombre d’IMF en Tunisie doit cependant être « limité ». Outre leur propre intérêt, il s’agit surtout, selon eux, « d’éviter le risque de surendettement des emprunteurs », comme cela a pu être le cas en Inde avec une saturation du marché dominé par de nombreux bailleurs entre lesquels les emprunteurs peuvent alors « jouer », comme c’est pratiqué au Maroc.

Ainsi, on passe du micro-crédit à la micro-finance pour le développement des régions. Le dispositif présente plusieurs autres services parallèles (épargne, assurance, transfert d’argent etc.) pour une clientèle plus étendue. La micro-finance, elle, ne se limite plus aujourd’hui à l’octroi de micro-crédit aux pauvres mais bien à la fourniture d’un ensemble de produits financiers à tous ceux qui sont exclus du système financier classique et afin de développer leur activité économique. De son côté Jacques Attali, président de PlaNet Finance, tout en admettant que « la microfinance est essentielle pour le développement d’un pays », précise que, mal gérée, elle peut conduire à des risques de surendettement. Il faut aussi insister sur le fait, très évoqué par de nombreux acteurs tunisiens qui se réfèrent à la mauvaise expérience passée d’un microcrédit étatique d’assistance et de clientélisme, que le rôle de l’État ne serait pas d’accorder des micro-crédits, mais plutôt de refinancer des associations par des subventions ou des crédits à des taux d’intérêt plus bas que ceux du marché.

En ce sens, des enquêtes menées dans les années 2000 sur les questions du micro-crédit et du lien social en région tunisoise (Laroussi, 2009), revues après les évènements, conduisent à s’interroger sur des questions de fond : les associations vont-elles cesser d’être le produit de l’administration ? Les politiques publiques vont-elles continuer à multiplier des programmes d’interventions mal connectés à la société civile ? L’introduction de la micro-finance en Tunisie peut-elle à la fois échapper à cette « étatisation du social » connue sous Ben Ali, mais aussi à la privatisation de sociétés financières au détriment des ONG actrices de développement social local ?

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Houda LAROUSSI

Sociologue , INTES, Université Tunis Carthage

 

crédit photographique : © Tunisie projet ; IRMC-Karthala

 


[1] 165.000 emprunteurs actifs en 2011. Depuis 1995, plus de 818.000 prêts accordés, d’un montant moyen de 865 dinars, soit 440 euros.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La problématique de croissance dans la petite et moyenne entreprise privée en Algérie

Depuis la fin des années 80, l’application de réformes économiques a eu lieu en Algérie, ce qui traduit de nouvelles orientations de l’économie algérienne et une intégration dans l’économie de marché. Dans ce contexte de réformes et de mutations, les entreprises privées et notamment les PME, connaissent une nette expansion. Cette évolution est le résultat des mesures d’incitation et d’encadrement décidées par les pouvoirs publics, en faveur de la promotion et du développement des PME privées. Les statistiques montrent que près de 75 % des PME recensées ont été créées après 1993, et plus de 35 % après 2000, c’est-à-dire après l’adoption des nouveaux codes de promotion et de développement des PME[1].

En raison du rôle fondamental que jouent les PME dans le processus de développement économique et social dans plusieurs pays développés, l’Algérie a placé cette catégorie d’entreprises, principalement celle du secteur privé, au centre de ses préoccupations et de ses politiques industrielles, la considérant comme alternative au secteur public longtemps conçu comme moteur de création de richesses en dehors des hydrocarbures. En vertu de cette attention particulière, les petites et moyennes entreprises privées sont devenues prédominantes au sein de l’économie algérienne dans la plupart des secteurs d’activité. En effet, les derniers chiffres officiels indiquent que les PME privées représentent plus de 70 % des petites et moyennes entreprises locales.

Bien que le secteur des PME privées se soit fortement développé au cours des dernières années, ces entreprises présentent toujours des structures économiques, financières et organisationnelles jeunes et fragiles, et restent peu préparées à l’ouverture économique et à la concurrence des entreprises étrangères très compétitives, et ce, malgré les différents dispositifs mis en place par l’État en faveur des PME. En outre, ce secteur enregistre un rythme de croissance très lent (1,4 %), ce qui signifie que les entreprises privées algériennes ne parviennent pas à se transformer en moyenne ou en grande entreprise avec la taille et l’envergure nécessaires pour participer avec succès au développement économique et social de la société algérienne. Les données montrent aussi que ces entreprises, et particulièrement les plus petites d’entre elles, enregistrent des taux de rentabilité relativement élevés. Seulement, l’accumulation des profits de ces entreprises ne génère pas un processus de croissance et de développement.

Partant de ce constat de déficience, il nous semblait intéressant de poser un questionnement fondamental ; pourquoi les petites et moyennes entreprises privées algériennes ne connaissent-elles pas une trajectoire de dynamisme et de croissance et ne parviennent-elles pas à prendre de l’expansion dans leurs activités économiques ?

À partir de cette étude, nous allons appréhender ce phénomène dans une perspective sociologique en considérant l’acteur ou l’entrepreneur algérien comme unité de base de notre analyse. Nous essayerons de comprendre pourquoi les entrepreneurs ou dirigeants propriétaires des PME algériennes auto limitent la croissance de leur entreprise ou plus précisément ne cherchent-ils pas à la développer. Est-ce dû à une absence d’intention de développer l’entreprise chez ces acteurs ainsi qu’à la nature des motivations qui les ont poussés à créer leur entreprise, telle que la sortie d’une situation de chômage ou la recherche d’une qualité de vie meilleure ? Cette réticence au développement n’est-elle pas liée au sens que donnent les entrepreneurs algériens à leur entreprise en tant que propriété individuelle ou familiale qui est très loin du sens de la propriété économique ?

Tout ceci, en sachant que le processus de croissance et de développement d’entreprise comporte des risques pouvant entraîner jusqu’à la perte – totale ou partielle – de l’entreprise (par le recours à des moyens tels que l’ouverture du capital, le partenariat, le prêt bancaire…) et que l’entreprise est considérée par les dirigeants propriétaires comme moyen de promotion et d’obtention d’un statut social exceptionnel. Est-ce que le rôle social de l’entrepreneur assigné par son entourage et associé à cette position sociale spécifique, l’oblige à adopter des comportements qui sont loin de la rationalité économique ?

Ce rôle consiste surtout à répondre aux attentes de son entourage, principalement familial, pour protéger, d’une part, cette propriété qui ne reflète pas seulement le statut et la situation sociale du dirigeant propriétaire, mais aussi de celle de toute sa famille, et d’autre part, à assurer le rôle de soutien familial qui est une forme de devoir et d’obligation issue des valeurs sociales de la société algérienne. Nous pouvons également avancer que parmi les facteurs de cette réticence à la croissance de l’entreprise privée algérienne, il existe celui d’une culture de la méfiance qui s’est installée entre l’État et l’acteur économique privé, depuis la période de l’économie administrée.

Cette série de questionnements nous a menés à formuler des hypothèses pour expliquer ce phénomène de ralentissement de la croissance des PME privées algériennes : si le motif de la création d’entreprise est celui d’une volonté de sortie du chômage ou d’amélioration du niveau de vie, l’intention de développer l’entreprise est alors absente dans la vision future des entrepreneurs. Nous avançons, par ailleurs, l’idée selon laquelle l’entrepreneur s’abstient de s’engager dans un processus de développement et de croissance par peur du risque économique qui affecterait son statut social et celui de toute sa famille. Enfin, nous estimons que la relation spécifique qui s’est instaurée entre l’entrepreneur privé et l’État, qualifiée de prudence et de méfiance, fait que celui-ci repousse l’idée de développer son entreprise car elle ne serait que l’expression manifeste de sa richesse économique.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Zakia SETTI

est maître assistante en sociologie à l’université d’Alger 2 et chercheure associée au Cread. Sa thèse s’intitule «Problématique de la croissance des petites et moyennes entreprises algériennes ». Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière de Moyenne Durée (BMD) dans le cadre de la convention de partenariat passée entre l’IRMC et le SCAC/Ambassade de France en Algérie.

 

crédit d’illustration : © zoom algérie.com


[1] Loi sur la promotion des investissements (12 – 93) 05 Octobre 1993 et la loi (01 – 03) du 20 août 2001 sur le développement des investissements.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Libye : le temps de la reconstruction

Avec la chute probable du dernier bastion autour de la ville de Syrte et la fin des opérations militaires qui se profilent, se pose la question de la reconstruction économique de la Libye. Ce pays, sans avoir été dévasté a naturellement souffert du récent conflit. Avec ses réserves pétrolières et gazières, il dispose des moyens de sa reconstruction. Cependant cette richesse, concentrée exclusivement sur les hydrocarbures, n’a pas conduit à un véritable développement et à une diversification des secteurs économiques. Il faut donc non seulement reconstruire mais aussi tout simplement construire une économie moderne. Tout cela ne sera possible que si le Conseil National de Transition parvient rapidement à restaurer la stabilité et la sécurité, et c’est dans ce contexte que doit être pensé le rôle de la communauté internationale.

La Libye : un pays désorganisé plutôt que dévasté

Il est encore trop tôt pour faire le bilan des destructions engendrées par l’insurrection menée par le Conseil National de Transition depuis plus de sept mois. Les combats ont relativement épargné la région Est du pays et notamment la ville de Benghazi, ainsi que les villes du centre et du Sud. Ce n’est pas le cas de la Tripolitaine et notamment toute la région côtière à l’ouest de Tripoli. Au total, les infrastructures d’exploitation pétrolières et les terminaux d’exportation n’ont pas été trop touchés malgré des combats violents dans certains ports comme Brega.

Les destructions touchent cependant les bâtiments, les infrastructures de transport et de communication. Au delà des aspects matériels, ce dont la Libye souffre, c’est une terrible désorganisation de l’industrie et des services, ce qui rend la situation humanitaire très préoccupante. Il est nécessaire de restaurer d’urgence l’accès au gaz, à l’essence, à l’électricité, afin de remettre en marche les infrastructures sanitaires du pays. À moyen terme, il faut rétablir les réseaux de distribution commerciaux des biens de consommation de première nécessité. On ne peut pas vivre longtemps, même en Libye, sans magasins approvisionnés d’autant que l’essentiel des besoins alimentaires est importé.

La Libye un pays riche

La Libye dispose cependant des moyens de sa reconstruction. C’est sa chance. En considérant la richesse annuelle par habitant qui s’élevait à 14000 dollars par tête, ce pays était l’un des plus riches d’Afrique ! Son sous-sol est une véritable mine qui peut lui assurer des ressources pour plusieurs décennies. Aux réserves estimées de pétrole (60 milliards de barils), s’ajoute le gaz dont les réserves ne semblent pas même encore toutes identifiées. Il faudra un ou deux ans pour que la Libye puisse atteindre le niveau de ses exportations de pétrole d’avant le conflit et qui se montait à 1,5 millions de barils par jour, ce qui représente plus de 50 milliards de dollars d’exportation par an. Tout se passe comme si chaque libyen bénéficiait d’une rente annuelle de 10000 euros. Avec l’augmentation tendancielle du prix des hydrocarbures, ces montants pourraient doubler dans les dix ans qui viennent.

À ces ressources mobilisables à moyen terme s’ajoutent les avoirs gelés du régime Kadhafi dans les pays étrangers. S’il est difficile de faire des estimations précises, ces sommes représentent des montants considérables qui pourraient financer une grande partie de la reconstruction. Le CNT estime que 160 milliards de dollars sont répartis dans différents pays dont 30, 20 et 7,2 milliards respectivement aux États-Unis, en Grande Bretagne et en Allemagne. La Suisse détient environ 650 millions de CHF et souhaite remettre rapidement ses actifs, détenus par des entreprises publiques libyennes au CNT.

La Libye : un pays économiquement sous développé

Paradoxalement, malgré sa richesse, la Libye est demeurée une économie sous développée. Si dans les années 70 et 80, le régime Libyen a réussi à jeter les bases d’un État Providence en finançant très largement la construction de logement, d’hôpitaux et d’écoles, cela ne s’est pas traduit par une diversification et une véritable modernisation.

À part le pétrole, l’économie Libyenne est restée embryonnaire. Le secteur des services (commerce, transport, télécommunication) est rudimentaire sans parler du tourisme, de la restauration, de l’édition. Les services à la personne étaient essentiellement le fait de travailleurs sous qualifiés venant du Sahel assurant des tâches domestiques. L’exemple le plus frappant est le tourisme alors qu’il est susceptible de représenter un secteur d’exportation très important à l’avenir. Avec moins de 200000 visiteurs par an avant le conflit, la Libye était très en deçà de son potentiel et faisait figure de parent très pauvre face à ses deux voisins, la Tunisie qui accueillait annuellement 7 millions de touristes et l’Égypte qui en accueillait presque deux fois plus. Avec ses 1600 km de côtes, ses sites archéologiques, son désert, la Libye ne manque pourtant pas d’atouts.

Les conditions économiques de la reconstruction

Si la Libye dispose des moyens de financer, son développement, encore faut-il que deux conditions économiques soient remplies. Tout d’abord, il faut bien comprendre que les travailleurs étrangers dont le nombre approximatif était de 1,5 à 2 millions de personnes, soit un quart environ de la population, faisaient littéralement tourner la machine économique libyenne. De nombreux cadres d’entreprises venaient de Tunisie et surtout d’Égypte. Des travailleurs en provenance du Sahel assuraient des emplois dans l’agriculture, le commerce, le transport…

La plupart de ceux qui avaient un peu de moyens et notamment les cadres, ont rapidement quitté le pays tandis que les travailleurs sahéliens ont été suspectés d’appartenir à des groupes de mercenaires stipendiés par le régime voire victimes de règlements de compte. Plus d’un demi-million, certainement plus, auraient quitté le pays.

Par ailleurs, des investissements d’entreprises étrangères seront nécessaires pour remettre en état de nombreux secteurs économiques. C’est vrai dans le pétrole mais aussi dans les secteurs des télécommunications par exemple. Si l’engagement des entreprises étrangères dans les hydrocarbures se fera facilement en raison des perspectives de profits futurs, une véritable reconstruction du pays passera par des prises de participation et des investissements massifs d’entreprises étrangères.

La reconstruction en Libye prendra donc du temps. Elle ne sera possible que si le Conseil National de Transition parvient rapidement à restaurer la stabilité et la sécurité dans le pays. S’il réussit et si les Libyens entrevoient rapidement une possibilité d’amélioration de leur situation économique et sociale, cela sera décisif dans le bilan total d’une intervention étrangère qui fut un formidable pari géopolitique qui est loin d’être tout à fait gagné.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Jean-Yves MOISSERON

Économiste à l’IRD, rédacteur en chef de la revue Maghreb-Machrek

 

crédit photographique : © AP ; d’illustration : © AFP, BP Statistical review, EIA.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook