Tous les articles par irmc

Révolution de l’olivier en Tunisie

Texte extrait de la lettre adressée par l’auteur le 23 janvier 2011 à l’association Alfapsy (et à
son président, Paul Lacaze), en remerciements de son soutien au peuple tunisien

J’étais particulièrement sensible à vos mots ainsi qu’à vos pensées de soutien et de solidarité avec la jeunesse et la population tunisienne de la Tunisie profonde, qui ont construit cette Révolution, ceci sans armes mais avec beaucoup de cran et de courage, face à une gouvernance dictatoriale qui se donnait comme rempart, comme exemple et modèle sécuritaire à suivre contre tout risque présumé « de désordre et de dérive terroriste ».

Cette jeunesse et cette population de la Tunisie profonde a fait preuve d’une maturité politique et culturelle, s’adaptant à l’inexistence, au début, de tout cadre politique classique qui pourrait l’organiser, mais apte à user des moyens modernes de ce que l’on désigne de cyber-résistance… Cette jeunesse et cette population de la Tunisie profonde a dû offrir son lot de martyrs, hommes et femmes, tués pour une grande partie par des tireurs d’élite de la garde présidentielle, corps d’élite sous les ordres directs de Ben Ali et de son bras droit, le Général Ali Seriati. Ce dernier a continué son massacre du peuple en vue de créer le chaos et de justifier la nécessité d’un rétablissement du même pouvoir sécuritaire, ou à défaut, d’une nouvelle gouvernance prenant son fondement à partir du même modèle de maniements sécuritaires des idéologies.

Cette Révolution de l’Olivier, plutôt que du Jasmin (cette Tunisie profonde étant plus une région d’oliviers, de pommiers et de blé), vient à nous démontrer à tous que l’idéologie sécuritaire ne saurait constituer la base d’un mode de gouvernance (autre que fascisant et dictatorial) mais, comme le soulignait déjà Ibn Khaldoun, l’ancêtre de cette jeunesse tunisienne et de notre peuple, la sécurité se doit d’être un résultat, un aboutissement de l’exercice de la justice, dans le sens large de ce concept de ’Adl, c’est à dire la justice dans la répartition des richesses, la justice dans la répartition des valeurs économiques dans le cadre des échanges des produits entre les cités et les campagnes, la justice dans l’exercice pour chacun de ses droits et de ses devoirs. C’est dans ce sens qu’il affirmait « al-’Adl assâs al-’Imran » (la justice est le socle et le fondement de l’urbanisme).

En nous offrant cette Révolution, avec ce qu’il reste à faire pour la structurer et éviter sa manipulation et une éventuelle réorientation…, la jeunesse tunisienne, nos enfants ont créé l’évènement avec sa dimension régionale mais aussi universelle pour nous révéler à tous l’inefficacité, non seulement à long terme, mais même à moyen terme, de toute gouvernance qui se fonde sur les maniements sécuritaires des idéologies, contrairement à ce que pouvait en penser Michèle Alliot-Marie à partir d’une France oublieuse des mécanismes et facteurs ayant engendré la Révolution française et la Commune de Paris (voir l’histoire de la Révolution française par Louis Blanc, ouvrage qu’on a tendance aujourd’hui à refouler sinon à forclore).

C’est aussi en ce sens, mais à un autre niveau que l’on peut comprendre le discours de Kadhafi qui nous priait de l’écouter quand il clame que son ami Ben Ali demeurerait le mieux placé pour gouverner la Tunisie jusqu’à 2014, si ce n’est à vie. Mais, du point de vue des peuples, on comprend que les populations maghrébines et arabes ont organisé et organisent encore des manifestations de soutien pour notre jeune Révolution, au moment où les gouvernements arabes demeurent silencieux.

C’est en ce sens que l’on peut comprendre aussi le silence de tous les gouvernements européens, qui adhèrent en partie au maniement sécuritaire des idéologies comme mode de gouvernance en Europe même, ceci dans leur gestion de la crise économique et de la crise de société en rapport avec l’absence de justice sociale dans la répartition des richesses et avec, chaque fois, la désignation de l’immigré comme s’il était responsable de la crise du capitalisme financier en Europe, et de l’injustice sociale caractérisant (de l’aveu de tous les économistes) la gestion de cette crise.

Cette Révolution a déjà engendré en Tunisie l’émergence d’une extraordinaire liberté d’expression. Nous commençons à assister à des débats particulièrement riches, même si les animateurs de ces débats éprouvent encore beaucoup de difficultés et de savoir-faire dans l’animation de ces concertations de groupe. Mais, et c’est l’apport de cette Révolution, ils finiront par acquérir plus de professionnalisme. Quoi qu’il en soit, quelqu’un me disait au cours d’un entretien : « vous ne pouvez pas savoir ce que c’est la « Hogra » (le mépris doublé d’une indifférence), il faut la vivre pour le savoir… ». Et encore hier, mardi matin, Mr. X. me parlait quant à lui, comment toutes ces manifestations dans les rues de Tunis, comment la gestion des problèmes de sécurité dans les quartiers par des comités de quartiers, cela lui faisait peur et réveillait par moments son angoisse, mais ceci sans panique, au contraire, ajoute-t-il, « je me sens bien, je sens la « Fokhra » (la fierté) ; je me sens fier d’être Tunisien quand, à la télévision, je vois à travers différentes chaînes des manifestations de soutien à la Révolution tunisienne ».

A travers ces discours, cette Révolution a apporté aux Tunisiens les moyens de surmonter la Hogra ainsi que l’insoutenable étrangeté de se ressentir étranger, comme l’aurait dit Tawhîdi dans Ghorbat al-Gharîb (L’Etrangeté de l’étranger), de se ressentir étranger dans sa propre demeure, auprès des siens, et étranger même dans et à son propre corps. Cette Révolution a apporté et nous apporte, à nous autres Tunisiens, la Fokhra, la fierté, de réhabiter notre identité, de réhabiter notre corps, de réhabiter notre demeure, notre environnement, notre culture et notre histoire, ceci pour nous réapproprier un discours historicisé et historicisant, ouvert sur autrui, acceptant la différence par elle-même comme source d’enrichissement.

Je ne peux que remercier la jeunesse tunisienne et, parmi eux, mes propres enfants et petits enfants de m’avoir offert de renouer avec une flamme de militantisme, que j’avais depuis l’âge de 10-12 ans et que je croyais éteinte à jamais. Je les remercie de m’avoir offert aussi de vivre, avec eux, ces moments glorieux sans avoir à prendre la place qu’ils ont conquise, au prix quand même d’une centaine de martyrs, sans compter les blessés, surtout parmi la population de Sidi Bouzid, de Thala, de Regueb et de Kasserine. Mais, restons ensemble tous vigilants pour préserver la dynamique évolutive de nos acquis, et pour éviter les dérives dogmatiques quelles qu’elles soient et, encore plus, pour éviter les dérives sécuritaires.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Essedik JEDDI

Neuropsychiatre et psychanalyste, Tunis

 

crédit cartographique : © Intercarto

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Violence scolaire au Maghreb

Journées d’études – Tunis – 8 et 9 mars 2011

C’est sur cette thématique, très souvent d’actualité dans les médias, que se sont retrouvés à Tunis les 8 et 9 mars 2011, à l’initiative de l’IRMC et du Laboratoire du changement social de l’Université d’Alger, une vingtaine d’enseignants-chercheurs, de jeunes doctorants et de professionnels du monde de l’éducation afin de confronter grilles de lecture et réalités de terrain. Plusieurs points forts ont émergé :

– le caractère pluridisciplinaire des approches retenues, les perspectives démographiques, sociologiques, anthropologiques ou historiques apportant chacune leur pierre à l’édifice ;

– la triangulation des sources et des outils (corpus statistique, questionnaires, entretiens, observations in situ), les paradigmes évoqués se référant à la mobilisation des ressources, aux analyses en termes de don et de contre-don ou, dans une visée plus critique, aux concepts de domination ou de légitimation ;

– des préoccupations d’ordre méthodologique (appréhension et mesure des types de délits, fiabilité des données recueillies dans le cadre de la problématique du dark number) et définitionnel (qu’entendons nous précisément par violence, incivilités… ?)

– le souci de développer, dans une optique tocquevillienne, une démarche comparative prenant appui sur diverses études de cas ayant trait à la Tunisie, à l’Algérie, à la Mauritanie, à la Libye ou à la France (Nord-Pas-de-Calais, Alsace).

Le programme de la manifestation était structuré en quatre grandes parties. Dans un premier temps, étaient proposés des éléments de cadrage portant sur la caractérisation des échanges et des face-à face dans les cours de récréation, conçues comme espaces de jeu et d’opportunités (Tayeb Kennouche), sur la prise en considération de différents registres (physique, psychologique, verbal, symbolique) et de tout ce qui renvoie au subjectif, au ressenti ou à l’intentionnel (Hayet Moussa), ou bien encore sur le décryptage des spécificités socioculturelles (Mohamed Ahbiel) ou de la réception médiatique (Kenza Dali).

Après cet éclairage, place aux pratiques et aux représentations qui les sous-tendent. Les effets maître, classe et établissement occupent ici une place centrale, de même que les mécanismes de sélection ou d’orientation, lesquels peuvent conduire à la construction de l’échec scolaire et à la réactivité des élèves, ces derniers s’efforçant de sauvegarder leur estime de soi, de nier dévalorisation et déclassement en renversant les stigmates dont ils sont porteurs (Dorra Mahfoudh). La perception de l’équité, est-il souligné, apparaît centrale. On retrouve dès lors les débats classiques autour des inégalités ou des injustices, certains privilégiant les références à la « galère », à la « frustration » ou aux « cultures sur macadam », d’autres témoignant de leur intérêt pour les travaux de Pierre Bourdieu, de Christian Bachmann ou de François Dubet, sans oublier les contributions de Amartya Sen, de John Rawls ou de Charles Taylor.

Troisième moment clé : l’examen du rapport à l’autorité, celle-ci impliquant respect et vivre ensemble à travers un jeu de consentements réciproques qui passe par la constitution d’attentes morales conjointes et par la transmission de savoirs reconnus (Bernard Jolibert). La « socialisation des jeunes générations », pour reprendre une expression qu’aimaient à employer Emile Durkheim ou Ferdinand Buisson, n’est pourtant pas chose aisée car on assiste de plus en plus à un « relâchement des valeurs », à un « affaiblissement des normes » ou à un « effacement de la mémoire familiale » (Nourredine Hakiki), les enquêtes réalisées par Saïd Ghedir dans le Constantinois et par Amadou Sall au sein de la communauté Pulaar de Nouakchott étant à cet égard très instructives. La question du pouvoir ou de la gouvernance va ainsi de pair avec celle des styles pédagogiques à promouvoir et, plus généralement, avec celle de l’articulation famille/école/société (Fazia Ferraoune).

Le dernier atelier, consacré aux dispositifs et aux politiques de prévention, a mis l’accent sur les processus de décrochage ou d’absentéisme (Fatma Mediouni), la situation dans les zones d’éducation prioritaires et le poids des contraintes organisationnelles (Gilles Ferréol), la fréquence et le degré de gravité de tel ou tel comportement (Ahmed Mainsi), le sentiment de culpabilité ou de désaffiliation (Toufik Bissekri), les dynamiques d’apprentissage ou les stratégies parentales (Pascal Politanski). Des tensions plus ou moins vives peuvent de la sorte se manifester entre particularismes et universalisme, centralisation et territorialités, tradition et innovation, adaptation et réforme. Quelles que soient les réponses apportées, il ressort que ce n’est pas la multiplicité des actions entreprises qui est gage de crédibilité ou d’efficacité mais la disponibilité et la qualité de l’encadrement, des règles du jeu clairement définies ainsi qu’une volonté d’explicitation, de cohérence et de concertation.

Ces Journées, on le voit, constituent une entrée de choix pour s’interroger sur le lien social et la citoyenneté, la mixité et la sociabilité, la formation et les valeurs de responsabilité ou d’engagement… Autant de pistes qu’il conviendra d’approfondir cet automne à Alger avec comme « feuille de route » la nécessité :

– d’étoffer le matériau empirique (monographies, enquêtes longitudinales…) ;

– de faire montre de plus de technicité tant au niveau conceptuel que sous un angle plus méthodologique ;

– de bien décoder les discours, le plus souvent ambivalents, des différents protagonistes (lycéens, enseignants, personnels administratifs ou de surveillance,

experts, décideurs publics…).

Les Actes de ce prochain colloque devraient faire l’objet d’une publication, sous forme d’ouvrage, au printemps 2012.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Gilles FERREOL

Sociologue, Université de Franche-Comté

 

crédits photographiques : © Reuters ; Pixland/Corbis

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’orientalisme et après?

Séminaire animé par FRANÇOIS POUILLON et ALAIN MESSAOUDI – Tunis – 25 février 2011

 

Ce séminaire organisé à l’IRMC le 25 février 2011, s’inscrivait dans la recherche critique, impulsée par François Pouillon, sur la question de l’orientalisme vu du Sud. L’idée en était de montrer que l’orientalisme ne renvoie pas uniquement à des démarches occidentales ou métropolitaines, et d’analyser alors « la manière dont les acteurs du Sud se sont réappropriés, fut-ce après une critique radicale, les différentes versions (savantes ou culturelles) de l’orientalisme ».
Cette séance animée par François Pouillon, rassemblait des chercheurs tunisiens, en vue de la préparation du colloque L’orientalisme et après ? Médiations, appropriations, contestations, qui se tiendra à Paris les 15, 16 et 17 juin 2011. Les participants ont évoqué les différents cas de figure d’un même processus de construction d’un savoir sur l’Orient, puis sa réception et sa réappropriation par celui qui en est l’objet, et la production d’un autre savoir, comme un orientalisme retraduit, voire réorientalisé, par l’indigène.

De la construction de l’orientalisme à sa réception indigène. Les propositions sur ce thème renvoient plutôt à l’analyse de la construction d’un savoir orientaliste utile et repris par l’indigène. Dans cette perspective, Alain Messaoudi (EHESS, Paris) propose de se pencher sur les usages et enseignements de l’orientalisme savant, à propos de l’Encyclopédie de l’Islam, s’intéressant ainsi au processus de la transmission des orientalistes et de leurs élèves. Sihem Missaoui (Université de la Manouba) a souhaité traiter de la présence des premiers islamologues dans l’enseignement et la recherche universitaire, et voir comment des articles dits « orientalistes » passent dans les encyclopédies, « mais avec des fautes ou erreurs ». Ce qui y est dit sur l’Islam et sur ses usages peut-être récusé ou considéré comme idéologique. Se pose alors la question de l’efficacité de cette information pour des musulmans de culture arabe. Comme l’a rappelé François Pouillon, les intellectuels chinois estiment pour leur part que le travail effectué par les grammairiens orientalistes est sans grande utilité pour eux. Ce n’est pas le cas des grammairiens arabes, qui ont souvent repris les cadres et instruments de la grammaire élaborés sur leur langue par les occidentaux. Il y a ici l’idée d’une réappropriation positive du fait que les travaux des orientalistes ont pu enrichir les approches des grammairiens arabes, connivence résultant sans doute d’un recours commun aux concepts et formalisations aristotéliciennes. Autre réappropriation positive, celle que des intellectuels indigènes peuvent réaliser sur l’analyse des cultures et traditions populaires du Maghreb, souvent méprisées par la tradition savante, mais initiées par les orientalistes. C’est le cas, par exemple avec le recueil du patrimoine musical produit par le baron d’Erlanger et ses informateurs. Selon Ahmed Khoudja (Université de Tunis), ces traditions, jusqu’alors marginalisée dans la culture arabe, ont ainsi été promues par les folkloristes pour les intéressés eux-mêmes. Quelle est l’histoire de cette patrimonialisation : comment cette culture orale a-t-elle été récoltée et auprès de quels informateurs, puis transcrite et traduite ? Quels ont été les enjeux politiques et contextuels de ce savoir colonial à la fois refusé (ou récusé) et pourtant utilement repris durant la période des indépendances ?

D’autres travaux ont abordé la question de l’orientalisme du point de vue du projet de rapprochement avec les intellectuels locaux, qui en sous tend la réception. Pour Clémentine Gutron (EHESS, Paris), il s’agirait, pour illustrer la mise en place du mythe national, d’étudier la production allogène d’une archéologie nationale. Elle s’intéresse notamment à la figure de Paul-Albert Février, militant de la décolonisation, constructeur de la pré-indépendance algérienne et bâtisseur des idées d’on Orient nouveau à l’ombre des États nations. Pour Youssef Cherif (Université de Tunis) il faudrait enquêter à Columbia au centre des études pour la Palestine, dépositaire des travaux sur Edward Saïd, pour un état des lieux de l’influence de cet auteur-phare, de l’histoire institutionnelle des « post-colonial studies », et du projet idéologique qui les structurent.

Réception indigène et reconstruction de l’orientalisme. D’autres analyses nous confrontent à une réappropriation plus conflictuelle. C’est ainsi que Mouldi Lahmar (Université de Tunis) a proposé une réflexion sur « L’orientalisme en Libye : un savoir colonial indigène ? » Le projet est de réexaminer la manière dont les intellectuels libyens ont reçu les études orientalistes sur la colonisation – le grand corpus de De Agostini sur les tribus libyennes – et comment ils peuvent les utiliser pour réécrire la « vraie histoire » de leur pays. Ils remettent en cause tout d’abord les modes de recueil et la véracité de certaines informations qui n’auraient « pas été données correctement par la société locale ». Ils posent par la suite la question de ce que les orientalistes ont fait avec ces informations, ce qui pose problème moins de l’information elle-même que la manière dont elle est traitée et interprétée. Parfois, le traducteur reprend des informations de la source orientaliste et en change les entrées. Parfois aussi, « des choses ne sont pas traduites parce que considérées comme non-conformes ». L’ensemble de ces opérations marque la capacité de réappropriation et de rétablissement du traducteur face à ce qu’il estime être une « dérive orientaliste ». Ce qui soulève la question du droit de l’indigène à contester la réception orientaliste, mais aussi sa capacité à la reconstruire. Dans le même sens, Khaled Kchir (Université de Tunis) entend travailler sur le livre de l’érudit allemand, Welhausen, dont le texte (1924) sur l’histoire du prophète a été traduit en arabe dans les années 1950. Le traducteur utilise alors les notes de bas de page comme lieu de restitution de sa parole, rétablissant les choses comme il les conçoit et selon sa vision d’un pieux musulman. Dans ces différents exemples, le champ de l’orientalisme est limité par ce qui peut se reconfigurer en arabe. Dans son mouvement de réappropriation par l’individu, l’orientalisme est l’objet d’une rectification et d’une conversion ou correction de l’information captée dans celle reconstruite par le traducteur.

De la co-construction orientaliste à la réorientalisation. Il s’agit là de montrer comment l’indigène construit sa propre conscience et identité, indépendamment de la construction qu’en fait l’autre, mais non sans quelque intervention extérieure de sa part puisque cela consiste souvent à en reprendre les productions. Comment se co-construisent les identités collectives après l’orientalisme ? Mercedes Volait (CNRS, Paris) va analyser le projet artistique ou de société qui sous tendrait et regrouperait sur le marché de l’art orientaliste, les achats des collectionneurs du monde arabe à destination de leur société. De son côté Nabiha Jerad (Université de la Manouba) montre, dans le cas du discours publicitaire et de l’image touristique, comment le décolonisé devient sujet et non plus seulement objet du discours, en proposant au touriste sa propre image. Quelle image le tourisme national va t- il restituer au touriste tunisien ou à l’autochtone qui regarde son propre patrimoine ? Est-elle médiatisée par des sources et images produites ailleurs ? Ou est-elle conforme à sa propre représentation de soi (mais n’est-ce pas déjà une représentation médiatisée) ? Il s’agirait là, de voir comment l’orientalisme savant ou folklorique se réorientalise dans les échanges au quotidien (publicitaires, commerciaux) en relation avec l’indigène lui-même.

C’est d’une telle « réorientalisation » qu’ont parlé plusieurs autres intervenants. A ce titre, Charlotte Jélidi (IRMC) souligne des formes d’une « sur erlangidisation » de Sidi Bou Saïd, en référence au Baron d’Erlanger qui, contrairement à l’idée reçue, n’aurait pas imposé par texte de loi le bleu des boiseries de ce village. De son côté, Kmar Bendana (Université La Manouba) a placé ce processus de réorientalisation sur un terrain « Sud/Sud », en retraçant l’itinéraire d’Abdellaziz Talbi qui a réincorporé une culture orientaliste dans son combat politique puis intellectuel. Pur arabophone, sans accès direct aux langues européennes, il a utilisé les orientalistes traduits en arabe, intégrant aussi de nouveaux outils fournis pas la sciences européenne (historiographie, psychosociologie etc…) notamment sur l’écriture de la vie du prophète. Il est ainsi montré que l’orientalisme s’est diffusé et réincorporé dans les milieux arabes même quand ils n’y étaient pas convertis.

Dans le même souci de sortir de la dichotomie orientaliste/indigène, et de rechercher les espaces de négociation où les deux se rencontrent, Abdelhamid Hénia (Université de Tunis) montre que les orientalistes n’ont pas construit leur savoir juridique avec des informateurs qui n’auraient été que des aides et auxiliaires externes. Il donne l’exemple d’un savoir colonial juridico foncier qui a été créé avec la colonisation. Il explique que cette science dite « coloniale » constitue elle-même le produit d’une co-construction interactive entre les juristes français et tunisiens, une alliance entre ces deux élites qui ont construit un savoir juridico-financier dans leur double intérêt. Ils ont alors réagencé, en les reformulant et en les métissant, à la fois les concepts fonciers du droit romain et de la pratique juridique tunisienne. De la même manière, les Turcs, du temps de l’Empire ottoman avaient marié entre eux les droits hanéfite et le malékite pour créer une juridiction foncière avantageuse pour les citadins. Une telle approche conduirait, selon le souligne Hénia, à « banaliser » l’idée d’orientalisme, en montrant que le changement ne se réduit jamais à la seule intervention de facteurs extérieurs venant gommer toute participation des acteurs locaux.

Enfin, les différentes participations à ce séminaire ont bien montré à quel point ces analyses du décalage entre le discours des orientalistes et leur réappropriation ou rectification par les indigènes viennent enrichir la question de l’écriture de l’histoire et la perspective historiographique dans sa forme transcendante de « projet de moi vers l’autre » selon les formules du philosophe Husserl.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Pierre-Noël DENIEUIL

Sociologue, directeur de l’IRMC

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Quand les jeunes surpassent leurs ainés!

Une analyse rigoureuse, sereine et distanciée des enseignements du soulèvement populaire du 14 janvier serait utile pour comprendre les ressorts de l’évolution de la société tunisienne de ces dix dernières années, et certains de ces enseignements devraient même nous inciter à revoir radicalement les grilles de lecture dominantes jusque là. Pour illustrer mes propos, je me focaliserai sur le rôle des jeunes, toutes catégories sociales confondues, dans la cristallisation et la structuration de ce mouvement. Je constate d’abord que les chercheurs et acteurs politiques, du pouvoir de Ben Ali comme ceux de l’opposition indépendante, ont longtemps sous-estimé les nouvelles formes de politisation qui gagnaient la jeunesse tunisienne et notamment les diplômés de l’université. Avec Vincent Geisser, nous avons souvent voulu tordre le cou à quelques idées reçues à l’instar de celle-ci, que les jeunes Tunisiens étaient devenus matérialistes, voire « khobzistes », sans idéal politique et que leurs seuls désirs étaient de consommer les derniers gadgets à la mode, de regarder les matchs de football, et de n’avoir d’intelligence que pour la débrouille, etc…[1] Cette idée est totalement erronée et pour preuve ; l’intérêt qu’ils ressentent à chaque compétition électorale nationale en France essentiellement, en scrutant, et parfois dans les moindres détails, les joutes oratoires des candidats, leurs programmes et biographies, les débats télévisés qui les opposaient, etc… ; ce qui m’a permis d’affirmer que les jeunes Tunisiens vivaient des élections libres par procuration[2]. Pour la quasi-totalité de ces jeunes, le régime de Ben Ali apparaissait à leurs yeux, totalement archaïque et déconnecté de leurs aspirations de jeunes tunisiens du XXIe siècle. Les modes d’expression et de protestation contre Ben Ali auxquels ils avaient recours, se démarquaient nettement, dans leur forme et dans le contenu des messages qu’ils véhiculaient, de ceux de leurs aînés. Jadis, dans les années 1990, les opposants à Ben Ali s’appuyaient fréquemment sur la rédaction des pétitions, la distribution des tracts, les interventions dans les médias étrangers, la solidarité des organisations humanitaires internationales et, éventuellement, recouraient à la grève de la faim pour alerter l’opinion nationale et surtout internationale sur la nature foncièrement répressive du régime. Et leurs revendications s’exprimaient sous le mode d’un appel à la sagesse, à la responsabilité et au bon sens, pour éviter au pays des crises structurelles aigües, et les mots étaient souvent mesurés, pondérés, voire, parfois, conciliants. Certaines de ces figures étaient mêmes promptes à explorer des formes de négociation, voire, dans certains cas, des compromis avec le régime de Ben Ali. Aujourd’hui, avec l’arrivée d’une nouvelle génération née pour la plupart sous « l’ère de Ben Ali », des changements notoires allaient s’opérer dans ce sens. D’une part, le rôle sans précédent joué par les technologies de communication, essentiellement Internet, à travers les réseaux sociaux, d’un côté, et l’usage de la téléphonie mobile, de l’autre, fut déterminant. En effet, à côté d’un espace public complètement domestiqué par le régime où les espaces d’expression étaient quasi verrouillés, cohabitait une autre Tunisie dite virtuelle dans laquelle se déployaient plus de deux millions d’utilisateurs tunisiens, pour la plupart des jeunes. Grâce aux stratégies de contournement destinées à braver la censure, les jeunes nous apprenaient ainsi à naviguer à notre guise sur les sites interdits, à échanger des informations de toutes sortes entre nous et à diffuser des vidéos, parfois au ton caustique, sur les gens du régime ainsi que sur leurs dernières frasques et les blagues à leur propos. Dans le même temps, et par le truchement du réseau social le plus prisé, Facebook, ils nous apprenaient aussi à aménager des formes d’actions et de mobilisation qui étaient relayées dans la vie quotidienne – réelle – par les manifestations de rue, des mouvements de grève, les attroupements devant des bâtiments publics, la scansion des slogans, etc…. Et pour beaucoup d’entre nous, l’usage intensif et généralisé de ces technologies dans la conscientisation du mouvement et la chute du régime de Ben Ali, nous pousse à penser qu’il s’agit de la première « révolution numérique » dans le monde. D’autre part, l’apparition d’une nouvelle forme de mobilisation comme l’immolation par le feu devant des édifices publics a eu des effets réactifs à travers tout le pays. En effet, les images des corps des jeunes transformés en boule de feu qui circulaient travers les vidéos sur Facebook mais aussi, sur les chaînes satellitaires comme Al Jazeera qui les passaient en boucle, avaient donné plus de prégnance et de visibilité au mouvement populaire qui émergeait déjà. Et de ces nouvelles formes de contestation utilisées abondamment par les jeunes, les messages qu’ils faisaient circuler, s’opposaient nettement de ceux de leurs aînés par la radicalisation des termes, la dénonciation systématique du régime et surtout, par l’appel à la rupture totale et irréversible avec lui. Deux semaines après la chute de Ben Ali, peut-on affirmer que le régime de Ben Ali est complètement aboli ? L’avenir est encore incertain, les défis à relever sont encore énormes et des zones d’ombre persistent entre la politique du gouvernement intérimaire et les choix stratégiques de l’armée. Il serait donc hasardeux de se livrer à des conjectures dans ces conditions – uniques et exceptionnelles – qui caractérisent la Tunisie d’aujourd’hui !

 Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Larbi CHOUIKHA

Politogue IPSI, université de La Manouba

 

Crédit photographique : ©Zohra Bensemra – Reuters.


[1] Larbi CHOUIKHA, Vincent GEISSER, 2010, « La fin d’un tabou : enjeux autour de la succession du président et dégradation du climat social », L’Année du Maghreb, VI, CNRS/IREMAM.

[2] Larbi CHOUIKHA, 2007, « Les élections françaises au miroir de toutes nos frustrations », Attariq aljadid, n°58, mars,  3.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Perspectives à venir de la révolution tunisienne et défis à relever

L’inspiration fondamentale de la révolution a été jusqu’ici démocratique. Gardera-t-elle le cap jusqu’à l’instauration d’un système démocratique à l’abri de toute récupération, que ce soit pour restaurer le système contre lequel elle s’est levée, ou par des fuites en avant qui risquent d’accoucher d’une nouvelle dictature ? Les Tunisiens sont obligés de choisir très vite entre des options dont aucune n’est parfaite :

– La poursuite des purges répond à une exigence de justice qui risque de tourner à un cauchemar qui rappelle de sombres épisodes qui ont suivi de grandes révolutions.

– La demande d’élections immédiates, sans laisser aux différentes expressions de la société le temps de s’organiser, et avant de mettre en place un code électoral qui empêche qu’un courant, aussi important soitil, accapare les pouvoirs, risque de conduire à une impasse comme celle dont l’Algérie a du mal à sortir.

– Une solution proche de l’exemple Sud-Africain ne satisfait pas les exigences d’une justice qui oblige tous les salauds à payer la facture de leurs forfaits, mais elle peut préserver les chances d’une évolution pacifique vers l’instauration d’une société démocratique réconciliée avec elle-même.

Dans la situation actuelle, il serait plus prudent de se donner le temps et les moyens d’une transition maîtrisée. Le gouvernement provisoire qui doit gérer cette transition, doit se consacrer à la gestion des affaires courantes et à préparer les conditions d’une véritable transition démocratique respectant l’inspiration et les revendications du mouvement qui à conduit à la chute de Ben Ali et qui se poursuit en demandant le démantèlement des rouages de la dictature dont le noyau fondamental est l’Etat RCD et ses différentes ramifications politiques, économiques, culturelles et sociales. Durant cette période de transition, les expressions politiques et sociales auront le temps et les moyens de s’organiser, d’élaborer et de confronter leurs programmes à travers un débat démocratique qui n’exclut aucune expression ni aucune tendance aussi minoritaire soit elle et quelle que soit son projet ou son attitude par rapport au gouvernement de transition. Tout le monde doit bénéficier d’une totale liberté d’expression, que ce soit à travers les médias ou par des réunions et des manifestations publiques pacifiques, sans aucune forme de répression, de censure, ou de restriction. Une telle condition est le seul garant d’un choix démocratique éclairé où le peuple saura d’avance pour qui et pour quoi il sera appelé à voter librement et en toute connaissance de cause. De même, pour éviter que les élections ne conduisent à l’accaparation de tous les pouvoirs par un courant, aussi important, démocratique et populaire soit-il, il serait plus prudent de réviser préalablement le code électoral actuel pour adopter un système à la proportionnelle et prévoir la limitation des pouvoirs de l’exécutif. Je pense également, que la réforme de la constitution et différentes institutions, pour assoir un véritable système démocratique, doit faire l’objet d’un débat, quitte à confier à la future assemblée démocratique la poursuite de cette réflexion. En attendant, les commissions mises en place doivent continuer leur travail de réflexion sur ces réformes en ayant le souci de recueillir les avis de toutes les expressions politiques et sociales.

Il est difficile et inutile d’entrer dans le détail de ce qu’il faut faire durant les quelques mois de transition nécessaires pour organiser dans les meilleures conditions des élections véritablement démocratiques. Enfin, un choix lucide entre les différentes options prônées par les un(e)s et les autres ne doit pas passer pas les surenchères idéologiques, les insultes, les attitudes sectaires, les appels à l’exclusion et l’anathème, ou la confrontation dans la rue qui risquent de dégénérer en un engrenage de violence qui ternirait l’image d’une révolution jusqu’ici pacifique. La modestie s’impose à tous les protagonistes d’autant plus que personne ne peut revendiquer la paternité de cette révolution dont les principaux acteurs étaient des jeunes inorganisés et que tout le monde pensaient apolitiques et incapables de se mobiliser pour de grandes causes comme la démocratie, la liberté et les droits humains. Ils doivent avoir toute la place qu’ils méritent dans le gouvernement, les institutions et le débat concernant l’avenir de leur révolution. Les vieux, dont je suis, doivent mettre les fruits de leur expérience à leur service et ne doivent surtout pas leur disputer la place qui leur revient de droit.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Cherif FERJANI

Politologue, université de Lyon

 

Crédit photographique : ©Khaled Jomni – IRMC

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Tunisie, qu’est ce qu’une révolution non-religieuse?

Un événement inédit a ébranlé la paisible Tunisie. En près d’un mois ou presque (17 décembre 2010-14 janvier 2011), un peuple chasse son tyran. C’est du Sud que le processus a été déclenché. Et ses vents continuent à souffler. Aussi les observateurs sont-ils embarrassés, ne sachant s’il faut parler de coup d’État, de rébellion ou de révolution ? Ceux qui ont été surpris par le départ précipité du tyran placent leur confiance dans les services de renseignements et attendent une reprise en main par les tenants de l’ancien régime. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’ils le souhaitent rien que pour le plaisir de confirmer une vague intuition et peut-être des bribes d’informations qu’ils ont glanées auprès de « sources autorisées ». Leur maître à penser est Thierry Meysson. Il a déjà douté d’un 11 septembre 2001 planifié par Ben Laden alors que ce dernier a publiquement reconnu son forfait ! Des esprits brillants s’y sont malheureusement laissés prendre. Ils ne connaissent pas l’homme : Ben Ali est lâche. De l’aveu de son entourage immédiat, il a fondu en larmes la veille de son coup, le 6 novembre au soir… Un coup d’État se concocte dans le cercle restreint du pouvoir. Or, les premiers témoignages disponibles indiquent que Ben Ali s’est éclipsé discrètement laissant les siens dans le flou juridique et le désarroi politique. Un coup d’État sauve le régime. Le sien est menacé de disparaître. De multiples enquêtes criminelles sont ouvertes par le parquet de Tunis contre Ben Ali, son clan et son staff. Et le peuple en redemande ! Plus nombreux ceux qui parlent d’insurrection. Ben Ali a été chassé par un soulèvement populaire, mais la différence entre une révolte et une révolution est moins de degrés que d’échelle. Une révolte s’épuise, une révolution se prolonge. Une sédition finit par être mâtée, une révolution triomphe. Une révolte est limitée, une révolution est générale. Un soulèvement est une agitation, une révolution clôt un cycle. Une jacquerie produit du désordre, une révolution invente un ordre nouveau. Il suffit alors de compter les acquis des derniers jours pour se rendre à l’évidence qu’il s’agit bien d’une révolution. Ben Ali a été éconduit par des actes de bravoure exemplaires dignes d’une tragédie grecque, des protestations civiles qui ont déprimé les forces de l’ordre et même des batailles rangées. On comprend que les Tunisiens en soient légitimement fiers. Et ce n’est pas flatter l’égo d’un peuple humilié que de reconnaître son mérite, autant que d’autres peuples qui ont accompli de si grandes choses ! A juste titre, les nombreuses pétitions des intellectuels et leurs interventions écrites et orales témoignent d’une dignité retrouvée. Il existe enfin un critère fatidique pour savoir si la Tunisie a accompli une révolution : l’enthousiasme. Dans le Conflit en trois sections, Kant s’interroge sur les effets de la révolution française. Il dit que ce ne sont pas les acteurs qui qualifient la révolution (on le concède) mais ce sont les spectateurs lorsqu’ils sont saisis par l’enthousiasme (ce mélange de plaisir et de peine) pour ce qui est universel et partout moral dans l’événement. Tel est le cas de la révolution tunisienne. Elle réinvente à sa mesure les idéaux de liberté, de dignité et de justice. On se croirait dans n’importe quelle capitale postsoviétique, mais guère à Téhéran en 1979. Et le seul portrait exhibé par les manifestants est celui du Che ! C’est ce qui explique l’emportement qu’elle éveille, l’admiration qu’elle suscite, l’effet de contagion qu’elle diffuse. Partout dans le monde islamique, voire au-delà. Ceux qui mauvais spectateurs en doutent n’ont aucune idée de ce qui se joue dans le théâtre de la révolution. Ils confondent intelligence et malice (à ne pas confondre avec la ruse de la raison). Même la confiscation plausible de la révolution ne leur donnera pas raison.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Hamadi REDISSI

Politologue, université Tunis-El Manar

 

Crédit photographique : ©Lucas Mebrouk Dolega – EPA

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La brise des steppes sur… le littoral

Je ne peux m’empêcher, dans ce regard à chaud, de me retourner sur la propagation géographique du soulèvement du peuple tunisien pour se réapproprier sa liberté et sa parole. Faudrait-il rappeler que les foyers de départ de ce soulèvement du centre Ouest de la Tunisie correspondent aux gros bourgs ruraux «communalisés» dont la population varie de quelques milliers (Menzel Bou Zayane, Regueb…) à une dizaine de milliers d’habitants (Thala), ou encore servant de sièges régionaux du pouvoir central (Sidi Bouzid et Kasserine) qui ont fixé des dizaines de milliers de ruraux venus des campagnes environnantes depuis un demi siècle ? Pourquoi les populations de ces bourgs ont-ils pu entretenir la flamme de la révolte durant deux semaines avant que ne les rejoignent les populations des grandes villes littorales (Sfax en premier lieu, mais aussi Monastir, Nabeul et Sousse et surtout Tunis à la fin) ? Faudrait-il aussi rappeler que la Tunisie littorale, c’est-à-dire les deux tiers de la population tunisienne et les trois quarts des citadins, est restée à l’écart du soulèvement durant plus de deux semaines (entre le 17 décembre 2010 et le début du mois de janvier 2011) ?. Les instances locales et régionales de l’UGTT (Union Générale Tunisienne du Travail) des régions de Kasserine et Sidi Bouzid ont joué en réalité un rôle décisif dans l’allongement du souffle de la révolte. Ce sont également ces mêmes instances syndicales qui ont gagné l’adhésion des autres syndicats régionaux, surtout en direction du littoral et du Nord, et ont surtout fini par impliquer les instances dirigeantes de l’UGTT à Tunis. L’accélération de la contestation et son élargissement à la jeunesse et aux citadins du littoral, aux avocats, aux hospitalo-universitaires, aux étudiants et aux universitaires, dés les premiers jours de la nouvelle année, ont été déterminants dans son aboutissement. Si Sidi Bouzid et Kasserine sont généralement considérées comme l’arrière cours économique de la métropole sfaxienne, la mobilisation massive de celle-ci a apporté au soulèvement des steppes la force et l’ardeur nécessaires à son déferlement vers les villes littorales et en particulier vers le Grand Tunis. Peux-ton prétendre qu’il s’est agi là de l’une des rares occasions historiques où peuples de l’intérieur et populations du littoral, où paysans et citadins, se sont retrouvés réunis dans une même entreprise révolutionnaire ? Cette révolution n’a pas uniquement rapproché, pour un moment, des mondes géographiques distants, pour ne pas dire opposés, mais a aussi réuni des mondes sociaux et professionnels aussi différents que les jeunes, les chômeurs, les professions libérales, les fonctionnaires, les syndicalistes…etc. La question reste vigoureusement posée quant à l’attitude, et à la réaction, non seulement aujourd’hui mais aussi sur le cours et le moyen terme, de deux autres catégories de la population : les milieux d’affaires et, surtout, les bénéficiaires, directement ou indirectement, des avantages et de la rente générés par l’ancien régime?

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Hassan BOUBAKRI

Géographe, université de Sousse

 

Crédit photographique : ©Fathi Belaïd – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Pour que d’autres Bouazizi soient épargnés

Dans le formidable élan d’espoir que nous traversons depuis le 14 janvier, nos yeux voient défiler chaque jour des images incroyables, des scènes du réel jamais vues auparavant depuis que nous avons accédé à une vie adulte, depuis que la Tunisie dispose d’une infrastructure médiatique. Des témoignages de tous bords courent sur les vidéos, des reportages tous azimuts sont conduits par mille et un témoins, des caricatures drôles défilent sur nos écrans de télé et d’ordinateur, des sketches décapants nous font rire de milliers d’émissions et de discours subis dans la colère puis enfouis dans un coin de nos cerveaux indifférents. Nos oreilles saturées de langue de bois entendent des mots inventés par les jeunes, découvrent des slogans nés dans la rue, des paroles politiques émanant de citoyens, écoutent des chansons revendicatrices et des refrains recomposés sur des airs familiers. Nos radios sorties du formol nous donnent à interpréter des essais d’analyse d’innombrables interviewés, improvisent des débats entre intellectuels et membres de la société civile qui ne bénéficiaient que des micros de rares médias étrangers. Nos courriels abondent de messages de sympathie et d’admiration des amis du Maghreb, du Machreq, de France et d’Europe habitués à la prudence pour nous «protéger», d’abord incrédules puis qui se sont mis à croire à ce miracle que nous vivons enfin. Nous recevons des textes, nous envoyons des documents jusque-là interdits, nous rédigeons des commentaires qui étaient impossibles à échanger sans peur et sans risque. Nous nous écrivons enfin nos impressions, nous commençons à exprimer notre joie et notre deuil mêlés, nous relatons nos espoirs et nos angoisses, nous racontons nos attentes et nos craintes. Chaque jour, la peur recule, l’inquiétude s’atténue, la méfiance s’émousse tandis que des idées encore floues se mettent en place, des opinions s’ordonnent et des avis se croisent, engendrant des questionnements sur notre présent, des retours sur les événements depuis l’immolation de Mohamed Bouazizi jusqu’à la folle journée du 14 janvier. Entre l’information immédiate qui se bouscule et nos discussions passionnées, notre passé immédiat apparaît peuplé de trous noirs et notre histoire récente et lointaine pleine de faits connus apparaît comme incomprise dans sa longue durée et non reliée au réel qui nous envahit. Dans la houle de faits et d’événements qui nous submerge, nos consciences sont ébahies par notre jeunesse et son potentiel de vie, éblouies par le courage des hommes et des femmes, touchées par le bon sens contestataire des enfants. Notre existence publique bâtie sur des habitudes professionnelles perfusées de léthargie et des pratiques administratives que le temps a fini par enkyster dans notre cortex individuel et collectif était consolée par des satisfactions personnelles limitées, une créativité artistique contenue, des textes timides et pas discutés, des rencontres surveillées, une production culturelle vaillante mais non épanouie. Cette vie ressemble aujourd’hui à une hibernation qui  nous a conservés vivants, dans quelques niches, mais nous laisse lents à nous décongeler, indolents et mous, assommés et engourdis, inaptes à nous mêler encore à cette onde qui enfle et grossit. Il nous faut du temps pour accéder à la chaleur qui nous irradie, pour nous pénétrer des énergies du soleil que nous arrivons à percevoir, pour secouer une léthargie aujourd’hui métabolisée, pour comprendre les raisons du long silence que l’on a vécu et entretenu, pour déchiffrer les étapes qui nous ont conduits à accepter ce qui nous semble tout d’un coup inacceptable. Nous avons beaucoup à faire pour démêler toutes les accumulations nocives, pour assainir nos réflexes, pour guérir les plaies de nos institutions, pour assimiler les nouvelles graines que nous voulons semer, pour habiter la maison qui subsiste sous les décombres de l’ancienne, démolie par ce tremblement de terre béni mais dont nous devons récupérer le bon et le sain, extirper ce qui est avarié, abîmé, détérioré. Toutes les morts qui ont suivi celle de Bouazizi ont détruit la maison Tunisie mais dans le ciment qui entretenait un semblant de vie collective, dans l’enduit où se dessinait un simulacre de citoyenneté, dans la peinture d’un faux-semblant de démocratie, dans un fac-similé de prospérité, dans le décor d’une richesse de façade. En attendant de nous remettre de nos émotions, de nous dégeler, de nous défaire de nos mutismes, de prendre la mesure de notre absence aujourd’hui, de participer pleinement à cette vague salvatrice, d’exercer chacun de sa place et à sa place le rôle qui lui incombe à l’avenir, des Tunisiens ont pris les rênes de l’urgence, se sont mis au travail sur les décombres, apportent leur contribution à cette première phase d’une reconstruction qui promet d’être longue et difficile, d’un rétablissement lent et progressif. Donnons à ces «urgentistes» le temps de travailler pour nous donner le temps de réaliser ce qui nous arrive. Donnons-leur le temps d’agir pour réinvestir un lien social que l’on a eu le bonheur de découvrir pas mort, de réagir au jour le jour aux dysfonctionnements d’une communication encore trébuchante devant la liberté retrouvée, de pointer les injustices criantes qui empoisonnent notre vie sociale, de rebâtir les lieux du quotidien où va se communiquer le calme nécessaire à la reprise. Laissons-nous le temps de retrouver en nous et entre nous la confiance nécessaire pour reprendre l’activité économique qui nous lie au monde, pour réanimer la vie scolaire et universitaire qui tranquilliserait nos foyers demandeurs de savoir, pour commencer à vivre dans nos familles, nos bureaux, nos transports la diversité, la fluidité et la consistance qui font toute vie collective. Donnons-leur le temps à ces « pompiers » valeureux qui se sont jetés dans l’incendie d’extraire les dernières braises, de nettoyer ce qui risquerait de s’embraser pour que d’autres Bouazizi soient épargnés et pour que l’on commence à jouir de la beauté de ce qui nous arrive afin de le réinvestir dans une sérénité partagée.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Kmar BENDANA

Historienne, université de la Manouba

Texte publié dans la Presse du 26/01/2011

 

Crédit photographique : ©Fred Dufour – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le miracle de la liberté

Le soulèvement populaire qui a abouti en Tunisie à la chute de la dictature nous a tous surpris même si l’on s’y attendait. Pour les personnes de ma génération, celle de l’indépendance, c’est un miracle car nous n’espérions plus voir un jour, la fin du tunnel. Le vertige que nous donne le sentiment de libération est à la mesure de la répression qui nous était imposée depuis des décennies par un système de parti unique puis par un régime policier. Le temps n’est pas encore à l’analyse car les chercheurs, les penseurs les journalistes et les divers acteurs de la société civile qui ne répondaient pas à « la voix de leur maître » étaient réduits au silence, à l’invisibilité, voire à l’humiliation. Dans les sciences sociales notamment, les universitaires et les chercheurs ne disposaient d’aucune liberté. Les institutions de recherches (comme l’Institut National des Sciences de l’Education ou le CERES) ont été pendant longtemps vidés de leurs forces vives et réduites à de simples bureaux d’études répondant à des commandes. Privés de moyens, de structures et de liberté d’action, les sociologues ne pouvaient accéder au terrain, les enquêtes se faisaient presque clandestinement faute d’autorisation, les questionnaires étaient minutieusement examinés et « allégés » de toute information « subversive », les résultats censurés et les recherches restaient dans les tiroirs ou bien n’étaient publiées qu’après de longues années.

Depuis quelques jours les lieux de la ville comme l’avenue Bourguiba deviennent des espaces mixtes de manifestation, de revendication et de discussion. Des rencontres qu’on pensait difficiles entre générations et milieux sociaux différents se réalisent et les personnes (se) découvrent, par la liberté de parole, un vécu commun. Pour la première fois «La marche des femmes contre les violences, la pauvreté et les discriminations sociales et régionales », le samedi 29 janvier 2011 a réuni côte à côte des hommes et des femmes, des militants de tous âges qui scandaient les mêmes slogans : « Egalité hommes femmes dans la société, dans la famille et dans la politique ».

Les journées houleuses traversées nous ont permis de dépasser la crise de confiance et de redécouvrir la solidarité entre voisins, même dans les zones urbaines où elle semblait avoir disparu. Nous pouvons enfin nous sentir des citoyens tunisiens et l’affirmer avec fierté.

 Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Dorra MAHFOUDH-DRAOUI

Sociologue, université de Tunis

 

Crédit photographique : ©Khaled Jomni – IRMC

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une onde tsunamique

Nous devons distinguer entre l’acte de Bouazizi et la mobilisation générale qui s’en est suivie. Bouazizi a commis cet acte d’immolation parce qu’il n’a pas été reçu par une autorité locale, après avoir été frappé et insulté par une femme agent de police ou municipal. D’après sa sœur, dans la région, un homme frappé doit porter la robe et c’est là l’extrême limite de l’humiliation. Mais ce n’est pas cela qui a déclenché son acte, c’est lorsqu’on a refusé de le recevoir, le refus de parole. Bouazizi a un niveau bac, il veut laisser sa sœur faire des études, dans sa région il devrait avoir un statut, et contre ce statut il a dû vendre des fruits et légumes. Il pensait pouvoir convertir sa scolarisation, son capital culturel en capital économique, et il n’a pas eu cette possibilité. Car cette conversion exige une capacité psychologique de soumission et des relations sociales. Or Bouazizi n’a pas de relations sociales, dans sa région marginalisée tout est fermé, et il n’accepte pas la soumission clientéliste. Il n’a pas pu gérer la limite de la schizophrénie entre le statut social et les conditions de vie, et il a été conduit au suicide.

Et cela a déclenché un tsunami de mobilisation. Des jeunes qui n’ont pas le même statut que lui se sont identifiés à cet acte. Comme dans un théâtre, ils ont vécu leur expérience personnelle à travers cet acte. Bouazizi n’a pas fait cela pour être imité, mais il a été l’élément déclencheur. Ce n’est pas lui mais c’est le fait qu’il soit perçu « comme ». Son vécu a été lu comme une tragédie grecque. Il s’en est suivi, Facebook aidant, une mobilisation cathartique et générale, qui a touché toutes les catégories sociales. La matrice symbolique de ce mouvement est, accompagnée d’une demande économique, une demande de la libération de la parole, de respect de soi et de dignité, de sortie de cette condition schizophrénique et clientéliste. Le cas est arrivé à un moment de sensibilité générale, et les avocats des régions ont été les premiers à s’identifier à Bouazizi.

Un tsunami est un acte qui noie tout. Rien n’a résisté à cette onde tsunamique. Et c’est un mouvement interne. Il n’y a pas de chef, il n’a pas un guide, il n’y a rien d’extérieur, il n’est pas pensé à partir d’un projet ou d’une stratégie comme d’autres révolutions. Sa seule dynamique est la demande de respect, une matrice souterraine qui fait avancer l’ensemble sans acteur qui dirige et organise. C’est la dynamique elle-même qui marche. Personne ne l’attendait mais rien ne peut résister et plusieurs tendent à croire que rien ne peut l’arrêter. Le pouvoir a cédé devant ce mouvement qui balaie tout. Rien n’a pu résister. C’est une révolution de la parole libérée, et l’extraordinaire est qu’elle est contagieuse. Elle a changé l’ordre politique. Ben Ali n’est pas tombé par la faiblesse des institutions mais par la force du mouvement et sans violence. C’est fini, au moins de manière aussi radicale que la révolution française a balayé l’ancien régime.

Il peut y avoir des retournements, c’est fragile, mais on ne peut plus revenir en arrière. Le seul risque, et qui a été évité, était que la révolte des segments les plus radicaux de la jeunesse et de ceux qui n’ont plus aucune perspective de transformer leur capital culturel, entraîne une répression sanglante mobilisant alors l’armée. Scénario qui aurait entraîné l’alliance entre mouvements néo islamistes et néo marxistes, et la prise momentanée du pouvoir par l’armée. Mais l’armée a laissé la police faire son travail. C’est une option qui ne s’est pas déroulée, mais dont les éléments structuraux existent et étaient présents.

 Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Abdelkader ZGHAL

Sociologue, Tunis

(propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

 

Crédit photographique : ©Fathi Belaïd – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Pour le droit à la reconnaissance…

La « révolution » tunisienne a pris de vitesse citoyens et politiques, observateurs et intellectuels. Comment expliquer qu’un tel séisme politique puisse avoir lieu sans que l’on ait pu entrevoir ses prémices ? Comment donner du sens à une révolution qui s’est produite sans le concours d’un leadership politique proprement dit et sans le ferment idéologique d’un projet de société alternatif ? Comment un événement aussi éminemment politique a pu s’enclencher dans une société qui vit, depuis près de deux décennies, sans politique ou presque ? S’il est sans doute trop tôt pour pouvoir comprendre de manière satisfaisante ce qui est advenu, certains indices de ce qui vient de se dérouler sous nos yeux nous autorisent à risquer quelques réponses provisoires. Je pense à deux épisodes en particulier : le mouvement de protestation des sans-emploi prenant origine dans le geste sacrificiel public de Mohamed Bouazizi qui fut l’étincelle de départ de l’ensemble du processus ; le sit-in à la Kasbah, en face du Palais du gouvernement, des jeunes issus des régions intérieures défavorisées appelant à la démission du premier gouvernement postrévolutionnaire de Ghannouchi et à la dissolution du RCD.

Si les retombées politiques du suicide public de Mohamed Bouazizi relèvent d’une alchimie que l’on peut difficilement saisir sans une enquête historique minutieuse, ce geste symbolique fondateur ne fait qu’exprimer de manière paroxystique un malaise partagé et une grogne collective souterraine qui ne cessaient de faire boule de neige depuis longtemps. Ce geste ne vient pas seulement faire écho à d’autres antécédents, dont le suicide protestataire antérieur d’un autre « désespéré » à Monastir et, en particulier, à ce mouvement suicidaire collectif moins assumé que représentent les départs sur les embarcations de la mort de milliers de jeunes cherchant à rallier clandestinement la rive nord de la Méditerranée ; il prolonge un état de mal être largement répandu qui couve depuis des années, une sorte de « panne biographique » vécue douloureusement par une pléthore de jeunes privés d’emploi et qui peinent à accéder aux ressources de reconnaissance sociale que procure le travail. Plus insupportable dans le cas des jeunes diplômés, la crise de l’emploi n’a cessé d’interpeler sur la validité des modèles de justice instaurés par l’État postcolonial et bâtis, en partie, autour du principe de la méritocratie scolaire. En fait, et dans une optique plus large, la mise en danger de ces modèles de justice achoppe à la question de l’égalité des chances, dans une société où les privilèges de rang et de statut de naissance ont été battus en brèche par le procès de modernisation et suscitent majoritairement aujourd’hui de l’indignation.

Quant au sit-in de la Kasbah, il relève lui aussi d’une autre forme d’exigence de reconnaissance. En couvrant les murs du Palais du gouvernement et des ministères alentour de graffitis et de slogans qui célèbrent le noms de leurs bourgades, longuement abandonnées par les élites politiques de la Tunisie indépendante et laissées pour compte par les plans successifs de développement (Mazzouna, Rgab, Menzel Bouzayyan, Sidi Ali Ben Oun, etc.), et en dressant leurs tentes aux portes du Premier ministère, ces jeunes d’origine rurale et modeste ont parlé d’une même voix pour revendiquer le droit à une citoyenneté réelle qui implique l’accès à un certains nombre de ressources fondamentales et, avant cela, la capacité de faire entendre leur préoccupations particulières dans la sphère publique. A travers leur geste, c’est la misère on ne peut plus visible de la marge qui est venue investir la superbe du centre.

Cela dit, s’il est tout à fait possible de formuler quelques conjectures concernant le terreau dans lequel a pris naissance le ras de marée populaire qui a emporté le régime de Ben Ali, une énigme persiste : comment les différentes formes de mécontentement et de frustrations générées par vingt ans d’autoritarisme politique et d’injustice sociale ont pu s’exprimer dans un idiome politique audible et mobilisateur dans un pays où la politique n’était plus, et depuis longtemps, que souvenir ?

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Imed MELLITI

Sociologue, ISSHT, Tunis

 

Crédit photographique : ©Khaled Jomni – IRMC

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Au delà de la douleur

Tuer un homme pour sauver le monde, ce n’est pas agir pour le bien du monde.

S’immoler soi-même pour le bien du monde, voilà qui est bien agir (Confucius).

 

Ceux qui, aujourd’hui, se plongent dans les volumineux dossiers laissés par leurs prédécesseurs ministres, ceux qui entament avec foi et énergie la (re)construction de notre pays ou l’instruction de dossiers d’inculpés qui se croyaient « pas comme les autres », ceux qui planchent studieusement sur des articles de lois, des droits bafoués et des délits d’initiés, ceux qui accumulent avec générosité les initiatives citoyennes qu’ils découvrent ou redécouvrent avec bonheur, tout comme ceux qui ergotent en refaisant la Tunisie autour d’un café, ceux qui écrivent et répondent sans se lasser sur autant de murs virtuels à autant d’amis tout aussi virtuels, ceux qui se rendent compte qu’ils n’avaient jamais réellement saisi la portée du mot « liberté » sauf à l’envier aux Français devant un spectacle des « Guignols de l’info » ou une page du « Canard enchaîné », devraient se promettre en cette fin de mois de janvier historique de ne jamais oublier.

Ne jamais oublier tous ces courageux suicidés, aubes de vies désespérées, partis en cendres ou électrocutés, qui réveillèrent brutalement une population embrigadée ; ne jamais oublier ces innocents, acteurs ou spectateurs d’un juste soulèvement, aux vies arrachées par quelque balle minutieusement et traîtreusement tirée ; ne jamais oublier les images de profonde misère et de dénuement absolu, découvertes avec honte et incrédulité sur un écran de télévision ; ne jamais oublier nos frères citoyens venus de loin, transportés par un idéal et mus par une maturité politique insoupçonnée, pour camper de longues nuits devant un symbole de pouvoir décrié ; ne jamais oublier le puissant élan de solidarité qui fit que l’on se sentit réellement tous Tunisiens face à un danger commun.

Ces quelques jours nous ont appris et mûri bien plus que deux décennies de peur, d’oppression, de mutisme et d’injustices rentrées. Le tourbillon du quotidien, inévitable, devra toujours laisser intact la profondeur de leur impact. La construction d’un pays plus juste et plus libre ne peut se faire qu’en souvenir de ceux qui les ont initiés, en ont porté la flamme qu’ils crièrent, hurlèrent, scandèrent jusqu’à se sacrifier au plus profond de leur être, jusqu’à donner leur vie.

Si cette révolution qui n’a rien du jasmin car c’est tout simplement celle d’un peuple opprimé et que l’on croyait brisé, relayé par une Toile gigantesque doit, une fois ses cruelles et réelles souffrances apaisées, faire émerger de la terre rougie par le sang, quelque chose pour nos enfants, qu’il ne s’agisse alors que de liberté, d’égalité, de solidarité et de dignité. Tout le reste n’est que futilités. L’ambition politique qui ne saurait disparaître, les luttes partisanes qui doivent devenir une réalité, la vigilance constante pour préserver nos acquis ne devront jamais plus remiser les valeurs vraies et les réalités d’un peuple.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Amel AOUIJ MRAD

Juriste, université de Tunis-El Manar

 

Crédit photographique : ©Khaled Jomni – IRMC

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La révolte du peuple à l’heure des TIC : la communication « engagée », une puissance révolutionnaire?

Il est difficile, me semble-t-il, de penser la « Révolution de la dignité », en dehors de son ancrage culturel. Notre ère est celle de la culture numérique qui a prouvé qu’elle est capable, non seulement, de bouleverser les mœurs et les mentalités, mais aussi de constituer un instrument efficient permettant de renverser le pouvoir totalitaire en place. L’un des aspects qui ont fait la singularité de la révolution tunisienne est, sans conteste, la capacité de ses protagonistes à faire bon usage des TIC. Bien qu’il s’agisse d’un lieu commun, il importe de rappeler que ce sont la téléphonie mobile, qui s’est substituée à l’appareil photo, et l’Internet, en l’occurrence le réseau social Facebook, qui sont, en quelque sorte, les armes de cette révolution. Qui dit que les révolutionnaires sont désarmés n’a certainement rien compris des rapports de force qui ont transformé la donne politique et sociale en Tunisie. Loin de faire le panégyrique des TIC, il est important de reconnaître que la communication engagée constitue un moyen de mobilisation sociale et politique, donnant ainsi une nouvelle allure au processus révolutionnaire. Le cyberactivisme, engagé par des acteurs d’ici et d’ailleurs, a été le leitmotiv de cette révolution de la dignité, à telles enseignes que les TIC sont considérées comme étant un danger qui menace les régimes totalitaires. Le spectre numérique est de plus en plus pourchassé par ceux qui tiennent à préserver leur autoritarisme. Nous retiendrons de cette expérience révolutionnaire singulière trois aspects essentiels. Tout d’abord son caractère imprévisible et contingent ; ensuite son essence populaire, en tant que révolution à l’origine acéphale et, enfin son statut d’observatoire révolutionnaire dans la région.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Sihem NAJAR

Sociologue, IRMC, Tunis

 

Crédit de l’illustration : toutça.com

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Pour un renouveau politique du lien social

Des enquêtes menées dans les années 2000 sur les questions du micro-crédit et du lien social en région tunisoise, revues après les évènements, me conduisent à m’interroger sur quelques questions de fond : les associations vont-elles cesser d’être le produit de l’administration ? Les politiques publiques vont-elles continuer à multiplier des programmes d’interventions mal connectés à la société civile ? Les responsables administratifs pratiqueront-ils toujours la « langue de bois » ? Les chercheurs en politiques publiques et sociales, continueront-ils à rencontrer tant d’obstacles lors de la conduite de leurs enquêtes de terrain en matière de demande d’autorisation et de contrôle des objectifs et des enquêtés ?

Parler de société civile suppose « une forme de coupure entre un univers « politique » et un monde « civil » » (De maillard, 2002). Ce n’est pas le cas en Tunisie, où les politiques publiques ont étouffé la société civile. L’État contrôlait la liberté d’association (il fallait un visa du ministère de l’intérieur), au point que seules subsistaient des associations (professionnelles, patrimoniales, culturelles et sportives) appendices de L’État ou du RCD. Il a aussi cherché à contrôler le financement extérieur des ONG internationales. La culture associative dont la base est la démocratie participative apparaît dorénavant incompatible avec un système politique hiérarchisé et «descendant». Plus encore, l’État a tenu à neutraliser toute tentative associative en imposant sa propre « gouvernance » à la société civile, en créant ses propres associations (d’octroi de crédits aux entrepreneurs) qu’il nommait « ONG ». Ses politiques ont fonctionné par l’accumulation de toute une panoplie institutionnelle (programmes de développement urbain ou rural, création de l’ANETI, Fond de l’emploi 21/21 etc…) comme des « réseaux de consolidation » (Camau, Geisser, 2003), qui venaient renforcer la crédibilité d’un Etat se voulant « animateur » (Donzelot, 1996). Cette « étatisation du social » se traduisait par une inflation de structures à étiquette « solidarité » (Banque tunisienne de solidarité, Union tunisienne de solidarité sociale, Fond national de solidarité) envers les catégories les plus démunies, ou les diplômés du supérieur au chômage. Ces mêmes catégories lors des émeutes de 2010/2011, se sont retournées contre cette instrumentalisation du social, à laquelle ils n’ont plus fait confiance. Les causes de cette crise de confiance se situent aussi dans la lourdeur des procédures administratives d’octroi de soutiens, leur inefficacité (aides insignifiantes et très clientélistes), et l’absence de compétences locales des responsables administratifs. Il est à souhaiter pour l’avenir que les structures étatiques d’aide à l’emploi se simplifient et soient mises au service d’une efficacité locale moins procédurière et plus proche des besoins réels des populations.

Enfin, la langue de bois doit disparaître. Les termes employés en matière de développement sont ambivalents : les « ONG » n’en sont pas, la liberté associative est affichée mais contrôlée, la décentralisation n’est même pas une déconcentration et, les évènements l’ont montré, les régions sont restées abandonnées. L’appellation « développement local » reste toujours celle du ministère de l’intérieur… Il en est de même pour la notion de gouvernance (en réalité négociation consensuelle) utilisée à tort. C’est aussi le cas de la privatisation avec son apparence de passation de relais au secteur privé mais conçue plutôt comme moyen de renforcement de l’autorité de L’État. Jusqu’au terme de démocratie, positivement évoquée par La Presse au lendemain du discours de Ben Ali. On souhaiterait que le langage politique soit moins emphatique et plus « vrai », et que les politiques, mais aussi les administratifs, ne jouent plus avec le sens des mots et cessent d’en faire des « coquilles vides ». Durant la période Ben Ali, c’était au chercheur de décrypter l’ambigüité de cette instrumentalisation du langage. C’est à cette vigilance que nous, enseignants chercheurs en sciences sociales, devons appeler.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Houda LAROUSSI

Sociologue, INTES, Université Tunis Carthage

 

Crédit photographique : ©Zohra Bensemra – Reuters

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une révolution populaire sans les élites, menacée par les élites

La révolution tunisienne est à l’œuvre. C’est un moment historique capital pour la Tunisie, mais pas seulement, plein d’émotions et d’espoirs. Les masses populaires tunisiennes sont en train d’inventer une nouvelle manière d’agir sur le plan politique. L’originalité de cette révolution réside dans le fait qu’elle est spontanée, non programmée, et,

paradoxalement, pacifique. Un processus involontaire mais largement conscient, conduit dans le désordre des affrontements et des compromis par la masse des anonymes, ne se réclamant d’aucun leadership. C’est pour cela qu’elle avance au jour le jour en tâtonnant et au gré des circonstances. Un pragmatisme hautement créateur. Un accord mobilisateur autour d’objectifs communs sans aucune préparation préalable. Tout se passe comme si cet accord ne se fait qu’autour de ce qui bénéficie de l’unanimité de la masse des anonymes. Nous assistons, là, à une leçon magistrale et originale dans la manière de la construction de l’accord au sein d’une société.

Penser ce mouvement et s’échanger des idées sur ce plan est une manière d’aider à réaliser une meilleure intelligibilité de ce moment historique. Le devoir nous appelle tous pour contribuer à cet effort intellectuel. Il faut militer pour empêcher l’avortement de cette révolution salutaire pour le peuple tunisien, pour ne pas retomber de nouveau dans la dictature, dans le culte de la personnalité et la centralité de la pensée unique. Pour ce faire, il me semble qu’il est utile de militer pour un régime politique parlementaire qui coupe court à toute tentative de monopole de l’exercice du pouvoir par une seule personne comme ce fut le cas au temps de Bourguiba et de Ben Ali. Plus question de laisser surgir un nouveau président qui finira forcément par rééditer les épisodes de Bourguiba et de Ben Ali.

Il ne faut pas oublier que notre pays est fortement marqué par la domination des élites. Ces dernières tendent à imposer leur dictat en favorisant l’unicité en tout (dans le domaine politique et culturel plus particulièrement). Je sais que le mot élite est polysémique. Je l’utilise ici pour désigner la (ou les) catégorie sociale qui s’auto désigne comme telle et se donne le droit de diriger le peuple jugé par elle comme étant incapable de décider seul de ce qui lui convient ou ne lui convient pas. Ce peuple (sha‘b) très valorisé par le poète Abulkacem El Chabbi et par le syndicaliste Farhat Hached, est devenu progressivement depuis l’indépendance objet de stigmatisation par ces mêmes élites. Nous savons tous aujourd’hui ce que signifie dans le milieu élitaire des catégories comme « populaire ». Ces élites sont le produit, qu’on le veuille ou non, d’une forte hiérarchisation de la société. Rappelons-le : notre société est l’une des sociétés les plus hiérarchisées dans le monde arabe. C’est cette hiérarchisation qui a généré des élites très soudées – malgré les apparences – et surtout très conscientes de leur intérêt. Elles se sont concentrées pour l’essentiel à Tunis avec des assises solides dans les villes de l’intérieur. Ces élites (soudées et centralisées), fonctionnant sous le mode de l’unicité (ne l’oublions surtout pas), ont tout fait pour renforcer les conditions de la centralisation politique et du monopole de l’exercice du pouvoir. Il y va de leur propre intérêt. Les rivalités que l’on décèle au sein des élites sont commandées par des contradictions mineures dues à une compétition interne pour le monopole de l’exercice du pouvoir sans plus. Dans tout cela, le peuple (représenté de nos jours par ce qu’on appelle les classes moyennes) ne constitue dans la stratégie de ces élites que le milieu d’où l’on recrute des « clients » potentiels pour asseoir leur monopole de l’exercice du pouvoir et surtout renforcer leurs assises respectives au sommet de la hiérarchie politique.

C’est ce peuple aujourd’hui qui dit non à ces élites (toutes catégories confondues), et ce sont ces mêmes élites qui manoeuvrent maintenant pour récupérer les acquis de la révolution populaire et reprendre le pouvoir qu’elles sont sur le point de perdre pour toujours. Nous sommes à un moment critique où tout peut basculer dans l’un ou l’autre camp. Les jeux sont-ils faits ? J’ai encore confiance dans la volonté de ce peuple qui a affirmé, et continue à le faire, sa volonté de prendre son propre destin en main. Mais le risque de perdre tout, est grand. Il réside dans la manipulation de ce peuple qui reste, malgré tout, non encadré par des personnes intègres et surtout non élitistes. L’enjeu maintenant est de dénoncer ouvertement le jeu de ces élites jalouses de leur pouvoir. Pour cela, je pense que le mouvement populaire ne doit pas cesser sa pression et doit être prêt à tout moment à contrer toutes les manipulations. Le rôle des intellectuels (non élitistes) est de soutenir l’élan populaire en contribuant à le penser. Il faut une totale congruence avec ce mouvement populaire : se laisser guider par lui pour le soutenir, autrement dit juste l’accompagner dans sa

démarche. Car ce mouvement populaire a prouvé sa maturité. Il est très lucide, en tout cas mieux que tous les intellectuels tunisiens jusque-là. Cessons de donner des leçons à ce peuple si mur et si intelligent et efficace.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Abdelhamid HÉNIA

Historien, université de Tunis

 

Crédit photographique : ©Martin Bureau – AFP ; © Sondron, « La Tunisie en route pour la démocratie ».

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook