L’IRMC un outil de coopération

Lazari
Photographie de Mohamed-Néjib Lazhari

L’IRMC est un outil particulier de coopération. Il a impulsé en Tunisie une communauté pour les jeunes chercheurs. Par exemple la mise à disposition de sa bibliothèque est un phénomène unique que l’on ne trouve pas dans les autres disciplines, avec pour effet de stimuler la circulation des chercheurs et la participation aux activités de l’Institut. Puis par le biais de son poste en détachement, de nombreux enseignants chercheurs tunisiens y ont transité et sont devenus chefs de laboratoire. Et tout cela a eu des effets démultiplicateurs sur d’autres, en palliant la mobilité parfois difficile avec la France et en contribuant à la formation. Puis il y a eu l’impact des rencontres avec les jeunes étudiants et doctorants lors des sessions doctorales.

L’IRMC a toujours joue un rôle de catalyseur et il doit s’y maintenir et renforcer une synergie des sciences sociales sur les réseaux nationaux, régionaux voire étendus à l’espace euro-méditerranéen, sans perdre toutefois son essence de coopération francophone qui est sa mission scientifique d’origine. Il doit aussi prendre la mesure des évolutions en informatique et en sciences exactes, et tenir compte de l’interférence qui existe entre les disciplines comme entres les sociétés. Par exemple les sondages d’opinion constituent un nouveau créneau pour les sciences sociales qu’il serait intéressant d’emprunter.

La coopération (que l’on peut définir comme savoir donner, savoir communiquer, savoir échanger) devient une association nécessaire dans un contexte où on ne s’en sort jamais seul. Et à ce titre, l’IRMC doit rester la locomotive d’un rapprochement des institutions universitaires. Et cela d’autant plus dans un contexte ou le CERES s’est trouvé marginalisé par rapport aux universités. C’est ainsi que certains chercheurs tunisiens ont trouvé à l’IRMC des choses qu’ils ne trouvaient ni au CERES ni ailleurs.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Mohamed-Nejib LAZHARI

est directeur des programmes et du Partenariat scientifique au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il est président du comité mixte de suivi franco-tunisien des activités de l’IRMC.

Pour citer ce billet : Mohamed-Nejib Lazhari, « L’IRMC un outil de coopération », Le Carnet de l’IRMC, 19 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/957


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *