Du CDTM à l’IRMC

Photo Chérif
Photographie de Mohamed-Chérif Ferjani

Pour moi, l’IRMC c’était d’abord Anne-Marie Planel que je connais depuis 1980. J’ai assisté à la naissance du Centre de Documentation Tunisie Maghreb à la création duquel elle a consacré plusieurs années d’efforts discrets, constants et pleins d’abnégation. Seuls les chercheur(e)s qui ont profité des services de ce centre mesurent et apprécient à sa juste valeur le travail accompli par Anne-Marie au service de la recherche en Tunisie, au Maghreb, en France et dans les pays européens. C’est ce travail qui a permis la création de l’IRMC.

J’ai eu la chance de profiter des services de ce centre pour mener ma recherche doctorale. Grâce à Anne-Marie, j’ai connu par la suite tous les directeurs de l’IRMC, son personnel et une partie de ses chercheurs avec lesquels j’ai eu des collaborations concrétisées par des conventions entre le GREMMO, à Lyon, et l’IRMC. Dans ce cadre, des chercheurs du GREMMO dont moi-même ont fait partie du comité de lecture des publications de l’IRMC. Comme je l’ai précisé dans mes publications, l’IRMC a été l’un des centres où j’ai trouvé la documentation nécessaire pour la réalisation de mes recherches. Ses publications ont contribué à faire connaître mes travaux. Depuis 2009, j’ai participé aux écoles doctorales de l’IRMC avant de demander, fin 2010, une délégation CNRS pour y être affecté. J’y ai trouvé un cadre pour observer de près les évolutions que connaissent la Tunisie et les pays arabes ainsi que pour la réalisation d’un double programme de recherche : « Épistémologie de l’étude comparée des religions » et « Religions et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen ». Outre les séminaires et les colloques organisés dans le cadre de ce programme, mon rattachement à l’IRMC m’a permis de participer à d’autres programmes de recherche et de développer mes collaborations avec les universités et les centres de recherches en Tunisie, au Maghreb et dans les pays où l’IRMC mène des actions en partenariat avec d’autres institutions.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Chérif FERJANI

est professeur à l’Université Lumière Lyon 2, ancien directeur du GREMMO, chercheur en délégation CNRS à l’IRMC de 2011 à 2013.

Pour citer ce billet : Chérif Ferjani, « Du CDTM à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 18 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/942


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *