L’IRMC avant et après Ben Ali

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

Ma présence à l’IRMC de 2008 à 2013 aura été marquée par le grand séisme politique et idéologique survenu en Tunisie et dans le monde arabe. L’IRMC en a été un témoin majeur, l’évolution de sa situation et de ses actions en ont constitué l’une des expressions. Sa position d’operateur des sciences sociales lui a permis d’en devenir un observateur privilégié. Il en ressortira profondément transformé.

L’IRMC sous Ben Ali

Dès sa création, les autorités tunisiennes du Gouvernement Ben Ali avaient insisté sur la nécessité de maintenir une adéquation entre les actions scientifiques de l’IRMC et les besoins de la recherche en Tunisie. Ce fut chose aisée puisque de son côté l’Institut avait « l’ambition de s’intégrer dans le tissu tunisien de la recherche ». Dans ce contexte, sa légitimité s’est établie sur la base de la formation d’un comité mixte franco-tunisien, chargé d’effectuer un suivi de ses activités et de formuler des recommandations, composé de trois personnalités scientifiques tunisiennes et présidé par la Direction générale de la recherche scientifique (tunisienne). Ce comité « seul exemple de concertation bipartite sur les activités d’un Institut français de recherche à l’étranger », a joué un rôle primordial de caution scientifique et a pu depuis 20 ans faciliter l’obtention des autorisations d’enquêtes ou de recherches en archives, demandées régulièrement par l’Institut. À ce titre, chaque réunion annuelle du comité était pour les directeurs successifs une occasion de remercier la DGRST et de marquer leur bonne entente avec les autorités. Durant ces années, l’IRMC attirait surtout des urbanistes et géographes, des politologues ou des historiens du Maghreb. Avec peu de candidats depuis la France et parfois même une suspicion institutionnelle sur les chercheurs soupçonnés de travailler dans une dictature, il n’en demeurait pas moins que l’Institut apparaissait depuis la Tunisie « comme une bulle ou l’on peut faire des choses ». Hormis les réseaux internationaux d’interconnaissances qu’il a suscités, plus d’une quinzaine de jeunes chercheurs français et européens s’y sont formés, y ont fait des thèses, et ont intégré ensuite le CNRS, l’université, ou d’autres institutions de recherche.

Chercheurs et personnels y ont toutefois vécu en état de méfiance permanente et de vigilance constante. Lors de mon audition de recrutement, le conseil scientifique conscient de la situation, m’avait demandé mon attitude face a la dictature, en tant que futur directeur d’un centre de recherche scientifique. J’avais éludé en évoquant de possibles stratégies de contournements. Ceci étant, j’avais déjà conduit des les années 1990 à Sfax, puis au Sahel, de nombreuses enquêtes sans me préoccuper d’autorisations administratives et sans jamais avoir été inquiété. Mon arrivée a l’Institut en septembre 2008 fut toutefois marquée par deux temps forts : saisie en douane d’un livre sur les entrepreneurs tunisiens (que j’avais préfacé) écrit par un ancien militant de l’époque bourguibienne, puis par le cambriolage de mon ordinateur et de ma veste en cuir a mon domicile, sans nouvelles depuis.

Mes prédécesseurs et le personnel avaient auparavant du faire face à une censure régulière pour l’acquisition des nouveaux ouvrages de la bibliothèque, qui étaient soumis a une demande préalable auprès du ministère de l’Intérieur ou qui pouvaient être retenus lors du passage en douane. Nous étions amenés a pratiquer l’autocensure en évitant toute commande de livres portant sur les régimes autoritaires ou sur l’Islam politique. En 2009 et en 2010, il nous arrivait de censurer même nos propres éditions (tels des livres sur l’archéologie ou sur le microcrédit en Tunisie, dont nous avons expurgé des « noms » ou des analyses).

Nous recevions fréquemment des visites « de surveillance » lors de nos séminaires. Nous étions qualifiés par la police, de « local de l’opposition ». Et nos partenaires tunisiens soumis à autorisations rencontraient de multiples difficultés lors de l’organisation conjointe de manifestations scientifiques. De notre côté, pour l’affichage de nos activités de recherches, il nous arrivait de travestir certains sujets (les émeutes ouvrières et la démocratie locale a Gafsa devenaient « le développement local dans le bassin de Gafsa », et nos séminaires sur l’Islam parlaient plutôt des « recompositions religieuses »). Cela n’empêcha pas la conduite de recherches prémonitoires (Amin Allal) menées sur les révoltes de Gafsa en 2008, ou sur le rôle des avocats (Eric Gobe) dont l’Ordre avait déjà pris une certaine indépendance sous le Gouvernement Ben Ali. Enfin, dans ses relations avec la partie française et l’Institut français de coopération, l’IRMC et ses chercheurs, bien que dans la nécessité de « prouver l’utilité de leurs investigations », ont toujours maintenu une entente cordiale mais autonome au sein d’un dispositif de coopération multi institutionnelle, aujourd’hui qualifié de « diplomatie scientifique ».

La Tunisie comme observatoire des révoltes et des révolutions

Puis survinrent les événements qui conduisirent au départ de Ben Ali le 14 janvier 2011. Fin janvier 2011, la Lettre de l’IRMC publiait un dossier « à chaud » (le « miracle » de la liberté, premières émotions et retour de la parole) sur la révolution tunisienne. Un communiqué d’hommage et de solidarité des chercheurs de l’Institut y figurait. À une période où les diplomaties semblaient prises de cours et quelque peu déboussolées, la presse tunisienne a salué le positionnement de l’IRMC et des scientifiques français. La révolution tunisienne apparaissait alors comme « un vaste laboratoire d’expérimentation sociale » pour les sciences humaines et sociales et pour l’Institut. Les dossiers se sont renouvelés depuis dans chaque Lettre (avec plus d’analyses sur les élites, la citoyenneté retrouvée, l’apport des Tunisiens de l’étranger, le syndicalisme et les partis politiques, les identités nationales et l’idée de patrie etc.). Des séminaires sur les régimes autoritaires, le changement institutionnel et la constitution furent organisés a l’IRMC dès le 4 février 2011. D’autres suivirent sur les avocats tunisiens, la citoyenneté et l’éthique, la société civile, la géographie électorale, la comparaison Égypte/Tunisie. Les publics fréquentant l’Institut changèrent momentanément : moins d’universitaires et beaucoup plus de personnes dites de « la société civile », surtout préoccupées par le débat d’idées.

Mise en page 1Certains chercheurs ayant pu reconstituer de nouveaux lieux de rencontres, estimaient désormais, tout au moins au cours de l’année 2011, « qu’on a moins besoin de l’IRMC ». La révolution tunisienne n’est pas restée à l’écart du monde et s’est vite imposée comme un lieu privilégié d’interprétation des mouvements sociaux et politiques traversant les mondes arabes. En mai 2011, nous avions initié un débat comparatif sur la transition démocratique. Nous y évoquions les diverses logiques de modifications constitutionnelles proposées : au Yémen et en Syrie pour désamorcer la contestation, au Maroc et en Jordanie comme outils de démocratisation d’un cadre figé, en Égypte comme nouvelle source de légitimation (avec les premières élections) et en Tunisie (avec les sit-in et la rupture). Dans cette même période, la Tunisie vivait au rythme de l’exode libyen. Au moment même où l’Europe combattait l’afflux des migrants depuis la rive Sud, la Tunisie accueillait en une dizaine de jours plus de 100 000 Libyens qui affluaient vers le Sud tunisien (Djerba, Tataouine, Gabes, Sfax,…) et remontaient jusqu’a Tunis, fuyant les violences du régime de Khadhafi, et gérait les refugiés africains, asiatiques, de toutes nationalités, à ses postes frontières, en attente d’un accueil dans un pays du « Nord ». Des collectifs et caravanes de solidarité venant des quartiers, d’entreprises, d’écoles et d’universités se mobilisaient depuis Sfax, Sousse, Tunis et les régions de l’intérieur, apportant des couvertures, des vivres, des ressources médicales. On a pu y voir l’expression d’une conscience citoyenne et un premier apprentissage de la transition démocratique. Plusieurs chercheurs ont alors souhaité publier a l’IRMC leurs analyses sur la redécouverte de la société libyenne : depuis les fondements historiques de la production du leadership et l’installation du pouvoir de Khadhafi, jusqu’a l’impact de la rente pétrolière sur le repli de la société libyenne, en passant par les possibles de la reconstruction économique.

Des premiers points de comparaison ont dès lors été lancés entre les fondements tribaux et armés de la révolution libyenne, le pouvoir des urnes sous contrôle de l’armée en Égypte, et la déconstitutionnalisation de la Tunisie. Par la suite et jusqu’à ce jour, l’IRMC s’est fait observateur d’une dichotomie entre le temps révolutionnaire et le temps électoral, et du changement des enjeux. Un travail de lecture « territoriale » des processus électoraux dans les régions tunisiennes et selon leurs contextes locaux est en cours. Les premiers résultats mettent l’accent sur les votes modernistes de la capitale et des villes côtières, sur la présence du Parti Ennahdha dans les périphéries populaires, et sur les votes dits « populistes » dans les régions de l’intérieur. Enfin, deux séminaires ont été organisés autour d’une comparaison des processus électoraux et des mobilisations de la société civile entre l’Égypte et la Tunisie. Il en ressort notamment, sous le dénominateur commun d’un vote sanction contre les partis dominants, la vision d’un Islam majoritaire en Égypte, et des situations d’alliances et de compromis dans un débat autour de l’identité nationale en Tunisie.

L’IRMC aujourd’hui et demain

Les thématiques de nos recherches se sont trouvées transformées. Nos programmes et séminaires se sont étoffés de nouvelles problématiques telles que : les usages politiques du dialectal tunisien ou de la langue arabe, les discriminations raciales face aux Noirs de Tunisie, les minorités et la question berbère, la naissance sur Internet d’un nouvel espace public d’exercice de la démocratie, le cyberactivisme, les intérêts télévisuels et la coopération franco-tunisienne, les religions face a l’expérience démocratique, les enjeux de la laïcité, les oubliés de la révolution en milieu rural…

Djaouida 1
Doctoriales de Sousse, décembre 2010.
© Djaouida Lassel

Les mutations des mondes arabes ont aussi drainé vers l’IRMC de nombreux jeunes chercheurs européens en sociologie, sciences politiques, sciences de l’information et de la communication, venus d’Algérie, d’Espagne, d’Italie, de France. Beaucoup viennent « prendre la température » ou se confronter a une expérience sociale et politique exemplaire, sollicitent des accueils scientifiques ou des bourses. Ils sont engagés dans des travaux de mémoire sur le rôle de la chaîne Al-Jazeera en Tunisie, les associations féminines dans les révolutions, les instances juridiques de transition, les nouvelles cultures et les partis politiques, l’identité tunisienne etc.

La révolution s’est aussi manifestée dans les pratiques de recherche. On a noté un accès facilité au « terrain » et aux enquêtes, moins de procédures, sans rétention sur les archives pour les historiens, et avec des personnes ressources plus faciles a atteindre. On a pu assister à un rapprochement des journalistes et des chercheurs qui s’efforcent de communiquer avec le grand public, s’affichent dans la presse, sont sollicités par la radio et la télévision. Sur le plan de l’édition, les événements ont suscité une meilleure collaboration et des potentialités de coéditions avec des éditeurs tunisiens (dont deux ouvrages avec Cérès Editions), ainsi que des contrats de diffusion de nos ouvrages auprès des distributeurs locaux. Enfin, les rapports de l’IRMC avec les institutions françaises et la mission diplomatique ont changé : l’Institut doit tout d’abord répondre à une forte demande d’actualité, au détriment parfois de l’histoire ou de la recherche dite fondamentale, de la part du MAE et en matière de diplomatie scientifique ; il est interpellé par le CNRS, moins a l’écoute de la demande sociale en coopération et plus centre sur la production de savoirs d’excellence et de publications.

Enfin, et il faut s’en réjouir, l’Institut français attend de l’IRMC des interventions dans le débat d’idées et une valorisation de ses activités au sein d’un espace d’action culturelle dont le souci de résultats et de visibilité ne semblait pas, jusqu’a ce jour, toujours compatible avec la temporalité plus longue et scrutatrice, dubitative et interprétative du chercheur face a l’événement. En ce sens l’IRMC doit mieux communiquer sur sa vocation essentielle résidant dans ses valeurs internationales et même transnationales, qui en font un Institut non plus au service d’un seul pays ou d’une politique binationale, mais de valeurs scientifiques universelles et exprimées dans des actions multilatérales.

De nouveaux enjeux

La révolution tunisienne interpelle aujourd’hui la recherche en SHS dans son souci d’interrogation et d’interprétation des faits sociaux pour comprendre le poids du passé, le développement et l’économie de la région, les conflits institutionnels, les valeurs et identités, les normes juridico-politiques. Si l’IRMC a jusqu’à ce jour su répondre à l’appel, d’autres questions se posent désormais a lui, plus incertaines et soumises à l’évolution sociale, politique et culturelle des révolutions arabes. En Tunisie par exemple, les événements survenus ont mis à jour l’émergence d’une nouvelle société civile au point que beaucoup de Tunisiens avouent avoir méconnu et mal connaître encore leur pays et ses forces humaines.

L’IRMC avait jusqu’à présent travaillé prioritairement avec les universitaires francophones au bénéfice de leur opposition au régime autoritaire. Face à un changement de société ces mêmes universitaires se trouvent encore dans une « opposition ». Beaucoup, fragilisés, se retournent vers cette autre société civile qui se dessine, où la « modernité » va se reconstruire dans un dialogue avec une tradition qui n’échappera pas à l’emprise de la mondialisation. C’est dans cette nouvelle donne, restructurée notamment par une recomposition plus apaisée de l’ancienne ligne de fracture entre arabisants et francophones, et au cœur de la quête d’une identité nationale tunisienne, que l’IRMC devra se recentrer et élargir son public, sans nul doute par-delà son actuelle audience en langue française.

 ***

Après avoir servi la communauté scientifique en Tunisie durant cinq années, je quitterai mes fonctions de directeur de l’IRMC le 31 aout 2013. J’ai beaucoup appris, beaucoup reçu, beaucoup donné. J’ai eu la chance de vivre la révolution tunisienne et cette intense période, non achevée, de turbulences et d’effervescences sociales. À l’IRMC, j’ai eu la liberté totale de diriger, de proposer et d’échanger selon mes propres convictions intellectuelles et mes valeurs personnelles. En Tunisie, et de l’Algérie a la Libye, et sans autre prétention que d’être une interface multilatérale, un passeur lui-même de passage, j’ai la satisfaction d’avoir fait se rencontrer des institutions, des personnes, des idées.

Pour cela, j’ai été accompagné par une équipe (de services, administrative, éditoriale et scientifique) très exceptionnelle, je tiens à le souligner, qui a mis toutes ses ressources et toute son énergie au service de cet esprit « Maison » qu’est celui de l’Institut. Merci mille fois et de tout cœur (la recherche a aussi un affect) pour nos partages et nos échanges, à toutes celles et à tous ceux qui liront ces lignes et qui s’y reconnaîtront. Dans la réalité ou dans la mémoire, nous nous recroiserons certainement. L’IRMC, avec vous et moi, « c’était bien ».

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël DENIEUIL

est directeur de recherche au CNRS et actuel directeur de l’IRMC. Son mandat a débuté en 2008 et s’achèvera à l’été 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC avant et après Ben Ali », Le Carnet de l’IRMC, 17 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/928


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *