L’espace public des internautes dans le contexte de la révolution tunisienne

Compte-rendu de conférence, IRMC – 23 septembre 2011

Dans le cadre du cycle de conférences lancé en janvier 2011, sur le thème Communication virtuelle et transformations sociales en Méditerranée, l’IRMC a invité Abdelkader Zghal, sociologue – président de l’Association Tunisienne d’Anthropologie Sociale et Culturelle (ATASC) pour donner une conférence intitulée : L’espace public des internautes dans le contexte de la révolution tunisienne.

Ce dernier a entamé sa conférence en insistant sur l’importance des slogans ayant rythmé le mouvement révolutionnaire en Tunisie. Un tel constat lui a permis de rendre compte d’une part du poids et du pouvoir des mots qui ont pourchassé l’ancien président et, d’autre part, du renversement des rôles : ce ne sont plus les leaders qui parlent, mais c’est plutôt le peuple qui n’a cessé de scander des slogans virulents envers le régime et ses partisans. Il a montré que des slogans tels que « le peuple veut faire tomber le régime », « l’emploi est un droit, Oh bande de pilleurs ! » ou encore « travail, liberté, dignité » expriment le début de la prise de conscience par les Tunisiens de la citoyenneté et de la liberté individuelle.

Sur un autre plan, Abdelkader Zghal a insisté sur l’intérêt de l’étude des réseaux sociaux, en tant qu’espace public informel parallèle qui dépasse l’espace territorial. Un tel espace public a favorisé l’émergence de nouveaux acteurs politiques situés en dehors du territoire matériel. Ces nouveaux acteurs, que sont les cyber activistes, sont porteurs d’une culture politique et d’un imaginaire social différents par rapport à ceux des leaders et militants classiques et développent un discours libertaire. Or cet espace public virtuel n’a pas été apprécié à sa juste valeur par les politologues et les chercheurs qui adoptent des modèles de pensée classiques (en l’occurrence le structuralisme et le culturalisme). Cela nécessite, selon lui, d’une part, un renouvellement des schèmes et des outils d’analyse et, d’autre part, une appréhension des mouvements contestataires en les situant dans le contexte de la globalisation post moderne.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

Sihem NAJAR, IRMC

 

 

 


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *