Au CAWTAR (Centre Arabe pour la Formation et la Recherche) : une expérience inédite de formation à la recherche

Cette expérience est à l’initiative du CAWTAR (Centre Arabe pour la Formation et la Recherche), et de ses partenaires (l’Oxfam Québec, l’IRMC, l’ISSHT et la FSHST), qui ont lancé une recherche-action sur « Les femmes rurales et le développement local à Oued Sbeyhia – Zaghouan » en intégrant des étudiant(e)s de Mastère et de thèse en sociologie et développement.

L’intérêt de l’initiative est multiple : d’une part elle offre entre chercheurs confirmés et étudiants un cadre de travail qui permet d’assurer la relève en favorisant la transmission des savoirs et des connaissances à la nouvelle génération de chercheurs ; d’autre part elle a pour objectif d’inciter les jeunes chercheurs à s’intéresser à des objets de recherche portant sur les femmes rurales tout en les initiant à l’approche genre ; ensuite elle permet au centre de consolider sa stratégie en matière d’ouverture sur son environnement institutionnel (universitaire, de recherche, associatif) ; et enfin, elle offre aux étudiants la possibilité de mener une recherche appliquée en respectant les différentes étapes et exigences de la démarche scientifique (construction de l’objet, constitution de l’échantillon, réalisation du travail de terrain, analyse des données, rédaction d’un rapport d’enquête…). En ce sens, chacun des étudiants impliqués dans cette action a pu rédiger un document scientifique individuel (mémoire de Mastère ou rapport d’expertise) dans le cadre d’un projet de recherche collectif supervisé par une équipe de chercheurs-universitaires confirmés.

Cette expérience garantit l’articulation entre recherche fondamentale, recherche « utile » et demande sociale, ainsi que la possibilité donnée aux étudiants de mener leurs travaux en dehors des milieux « protégés » et dans un contexte institutionnel (expertise) structuré par les enjeux de la commande sociale. Ils peuvent prendre conscience des enjeux politiques et économiques qui se trament dans toute enquête, et se confronter aux problèmes méthodologiques et éthiques que pose l’accès au terrain. Ainsi sont combinés l’engagement opérationnel et l’exigence de la recherche universitaire, lors d’un échange intergénérationnel et d’un processus de production scientifique lors desquels l’étudiant découvre « les coulisses de la recherche » en réalisant un travail de groupe, sans pour autant perdre de vue son propre centre d’intérêt. Il faut en outre noter la finalité académique de cette action qui vise à intégrer les jeunes chercheurs dans la communauté scientifique lors d’un atelier d’écriture et de production d’articles (à publier sur les sites du CAWTAR et de l’IRMC) à partir des mémoires et des rapports réalisés.

Notons enfin la dimension régionale impulsée par le CAWTAR qui a lancé des enquêtes sur « Femmes rurales et développement local » au Liban, en Palestine et en Jordanie. À ce titre, l’atelier méthodologique organisé à Hammamet les 29 et 30 juillet 2011, a permis à chaque équipe nationale (composée de quatre chercheurs) d’affiner et d’adapter la méthode au contexte propre à son pays avec l’accompagnement d’un(e) expert(e) de l’équipe tunisienne pour partager l’expérience et les leçons. Les travaux de cet atelier ont pu sensibiliser les étudiants à l’intérêt de la démarche comparative selon des disciplines différentes et des contextes nationaux divers. Le CAWTAR souhaite pérenniser sur d’autres projets, cette expérience de recherche et de formation.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Sihem NAJAR, IRMC

(en collaboration avec Imed Melliti et Hayet Moussa)

 

crédit d’illustration : © Sihem Najar


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *