Les centralités périphériques et les recompositions territoriales en Algérie : l’exemple des villes de l’Est-algérien

Notre thèse s’intitule : « Les centralités périphériques et les recompositions territoriales en Algérie : l’exemple des villes de l’Est-algérien ». Elle se propose d’analyser des centralités commerciales en rapport avec les formes urbaines qui ont surgi depuis 1962 autour du noyau colonial et précolonial. En respectant la périodicité de leur création, la recherche analyse plusieurs types de périphéries, en partant de la ville de Constantine.

Deux échelles interfèrent dans la définition de ces recompositions territoriales :

L’échelle de l’agglomération. Il est question d’aborder quatre formes urbaines identifiant la ville multiple algérienne : le recasement, le lotissement, les secteurs illicites et les grands ensembles d’habitation “ZHUN” (Zones d’habitat urbain nouvelles).

L’échelle régionale. Intégrant plusieurs auréoles par rapport à Constantine, les analyses couvrent une partie du réseau des villes de l’Est algérien : le Khroub (1600 logements), Aїn Smara (souk informel), Ali Mendjeli (le centre), Ain M’lila (le village colonial) et El-Eulma (Dubaï).

Entre échelle locale et échelle régionale, l’objectif est de montrer comment, dans le cadre des centralités commerciales émergentes, des relations nouvelles se trament, des ramifications se créent, des polarisations commerciales en résultent, des territoires se recomposent et une métropolisation s’affine. Quels sont les acteurs qui sont derrière la mise en place de ces centralités ? Dans quel contexte économique et social émergent-elles ?

À l’échelle de l’agglomération constantinoise, de nouvelles centralités se sont mises en place en périphéries depuis cinquante ans maintenant. Éclatées, à l’image du tissu urbain fragmenté de la ville multiple, ces centralités sont diverses selon leurs formes, leur situation, leur contenant, leur contenu ainsi que selon le contexte économico social dans lequel elles ont évolué. À défaut d’avoir été programmées par le haut, ces centralités périphériques émergent en priorité dans l’informel ou dans le semi informel (secteurs qui sont à l’origine planifiés), et se renouvellent illégalement. Dans un premier temps il est question de savoir comment les centralités peuvent-elles émerger dans le cadre de processus illégaux ? Et comment ces processus illégaux offrent-ils une assise à l’appropriation ? Dans un deuxième temps, les exemples analysés font état d’une insertion des espaces dans l’économie mondiale. Une “mondialisation par le bas” transparaît. Elle est fabriquée par des entrepreneurs, les habitants commerçants, qui transforment leurs parcelles résidentielles et construisent des espaces commerciaux fortement puissants dont les plus célèbres sont les “Dubaï”. Ces mutations tendent-elles vers la « dubaïsation » des villes algériennes ? Et concourent-elles à insérer ménages et usagers de la société algérienne à l’économie mondiale ?

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Nadia KERDOUD est doctorante en géographie à l’université de Caen. Sa thèse sous la direction de Robert Hérin s’intitule : « Les centralités périphériques dans les villes de l’Est algérien ». Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière Moyenne Durée (BMD)[1].

crédit photographique : © Nadia Kerdoud


[1] Dans le cadre de la convention de partenariat passée entre l’IRMC et le SCAC/Ambassade de France en Algérie


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *