Nabiha Jerad, un an déjà

Nabiha JeradUne journée d’hommage et de célébration de la mémoire de Nabiha Jerad (1954 – 2012) a eu lieu le 2 novembre 2013 à l’Académie Tunisienne des Sciences, des Lettres et des Arts de Carthage (Beyt Al Hikma). La cérémonie organisée à l’occasion du premier anniversaire de sa mort a comporté des témoignages professionnels et amicaux qui ont éclairé le parcours et la formation de l’enseignante et de la chercheure et montré son large spectre relationnel, intellectuel et affectif. Les souvenirs évoqués par la vingtaine d’intervenants (collègues, famille, amis et étudiants) ont dépeint une universitaire, citoyenne et militante qui a traversé les frontières de son pays et de ses langues (elle était polyglotte), de sa discipline (la sociolinguistique) et de sa génération. Auteur d’une thèse sur les sabirs à l’époque coloniale -dont le doyen de la faculté des Sciences Humaines et Sociales a promis la publication- Nabiha Jerad était enseignante au département de français de cette institution et chercheure associée à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) depuis sa création en 1992. Ses préoccupations allaient de l’interrogation de la politique linguistique tunisienne de l’après-indépendance à celle des usages quotidiens des langues en Tunisie en passant par les slogans des annonces commerciales, la langue (de bois) des journaux ou l’iconographie des affiches publicitaires. Amatrice d’art et esthète au quotidien, Nabiha Jerad évoluait dans un cosmopolitisme naturel, intérieur et appliqué par lequel elle tissait des liens à travers tous ceux qu’elle touchait ou côtoyait. Son habilitation à diriger des recherches devait porter sur la publicité en Tunisie comme observatoire sur les questions de langue, de culture et de société et sa correspondance atteste qu’elle était sur le point de publier un ouvrage dont on espère la parution.
Elle a vécu la « révolution tunisienne » avec foi et sa fougue de linguiste a fécondé des analyses d’un « événement de langage » qu’elle a développées devant différents auditoires en Tunisie et à l’étranger. Défendant la complexité d’un terrain qu’elle connaît intimement, Nabiha Jerad essayait de dépasser en tant que sociolinguiste la bi-partition à laquelle ont commencé à se référer les politiques et les observateurs de la Tunisie post-14 janvier 2011. Cette journée d’hommage a été marquée par la parution d’un volume de Mélanges intitulé Émotion et connaissance (coordonné par ses collègues Amel Fenniche-Fakhfakh et Samia Kassab-Charfi, Imprimerie Finzi, 2013, 116 p.) et s’est achevée avec la projection d’un documentaire de 32 mn intitulé La Combattante et réalisé par Ridha Ben Yahya, membre du club médiatique culturel de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.
Par la teneur des témoignages, l’ambiance chaleureusement sobre qui a plané et la liberté de ton et de parole qui ont régné, cette journée d’échanges et de rencontre était à son image, cosmopolite, bien agencée et chargée d’émotion. Dans son déroulement et par certains détails, cet hommage à une intellectuelle authentiquement engagée s’inscrit dans les minuscules signes de changement charriés par cette période « post-révolutionnaire » que Nabiha Jerad a saluée et accompagnée avec passion sans avoir, malheureusement, pu prolonger tous les projets scientifiques et citoyens qu’elle portait.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Kmar BENDANA

est historienne à l’Institut supérieur d’histoire de la Tunisie Contemporaine (Université de La Manouba) et chercheure associée à l’IRMC.

kkbendana@gmail.com

Pour citer ce billet : Kmar Bendana, « Nabiha Jerad, un an déjà », Le Carnet de l’IRMC, 18 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1401


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *