Hata la nansa. Le « festival de la révolution » de Regueb de 2012. Les « régions du centre » de la Tunisie entre relégation sociopolitique et espoir.

Au cœur du gouvernorat de Sidi Bouzid, une région agricole qui fournit 35 % de l’agriculture au pays, la deuxième édition du festival de la révolution s’est tenue dans la ville de Regueb du 23 au 25 mars 2012 sous l’initiative de jeunes artistes de la ville. Ce festival est avant tout un festival apolitique et les organisateurs et artistes n’appartiennent à aucun parti lors du déroulement du festival, ni gauche laïc ni islamiste.
Autour de la thématique générale de l’art et la citoyenneté, différents domaines artistiques comme la musique, le cinéma, la photographie, la vidéo-animation ont trouvé leur unité dans une volonté d’arts alternatifs, novateurs et expérimentaux. Cet évènement a tenu à initier une « rupture », tant avec la conception de l’art véhiculé en Tunisie (et ailleurs) qu’avec l’ancien système politique tunisien. L’objectif était aussi de « réécrire l’histoire », une histoire locale qui mettrait en avant certaines batailles et certains « héros » clés de la région, alors sous-évalués par l’histoire nationale. Pour cela, certains « vieux » de la région, anciens combattants pour l’indépendance du pays, ont relaté l’Histoire, sous une tente au pied de Jbel Gobrar.
La comparaison s’est avérée cruelle avec la première session du festival qui s’était tenue dans l’euphorie de mars 2011 et au sein de laquelle beaucoup de familles de Regueb avaient participé, dans une chaleur, une proximité et une solidarité dignes des jours qui suivirent le 14 janvier 2011. Une critique du festival a pu émaner de certains habitants, alors frustrés de ne pas voir évoluer la situation socioéconomique de cette région, comme le prouve la naissance récente d’une association de femmes travailleuses alors en lutte pour une amélioration de leur condition de travail dans les champs. Mais l’implication des habitants n’en est pas restée moins importante : de la restauration, au logement en familles de Regueb, en passant par le service de sécurité, qui a embauché pour l’occasion des jeunes de Regueb alors repérables par le port d’un tee-shirt  » sécurité – jeunes de la révolution (chabab athaoura) ».
Car les anciens réflexes étaient, eux, bien au rendez-vous : absence des médias tunisiens et internationaux contrairement à la première session qui avait drainé des journalistes d’el Watania 1 et 2, Al Jazeera, Hannibal et Nessma TV, absence de soutien du ministère de la Culture, pied de nez aux promesses de la révolution de s’intéresser et soutenir les « régions de l’intérieur » pour ne pas dire les « régions marginalisées » et de mettre à pied d’égalité les différentes régions du pays. Ainsi, toutes les initiatives du festival ont été personnelles et bénévoles. Souhaitant dénoncer avec humour l’absence de soutien de la part du ministère de la Culture, l’affiche du festival arbore ironiquement un tampon qui annonce « festival certifié non soutenu par le ministère de la Culture ».
La programmation artistique a fait venir des artistes du monde arabe et d’Europe – Égypte (l’artiste Maryam Hassan, Laila Abdelaziz, Ismail Hafedh pour un atelier de vidéo animation intitulé : « Houtafet » (un des slogans de la révolution), Allemagne (l’artiste Monika Witte pour un atelier vidéo animation avec la céramiste Hbyba Harrabi), Syrie (Naissam Jalel, musicienne, soliste) , France (Yann Pittard, luth)- et organisé des ateliers pour les enfants de la région, comme l’atelier photographie qui a exposé les travaux des enfants de la première édition du festival en mars 2011. Le groupe de rap de Bizerte « Armada Bizerte », qui avait l’an dernier participé à la première édition, a écrit une chanson en hommage à la ville de Regueb et est resté trois jours, se produisant à différents endroits comme Jbel Gobrar, dans une ambiance fusionnelle avec les jeunes de Regueb. Cette collaboration symbolique Bizerte/Regueb, une ville du Nord, une ville du Sud, représente un exemple même de démantèlement du régionalisme, des rivalités régionales qui entachent la Tunisie d’aujourd’hui.
Enfin, l’historienne tuniso-française, Jocelyne Dakhlia, a offert une conférence intitulé « les artistes et la révolution : compliquer l’engagement ». Dans un simple café, entre joueurs de cartes et fumeurs de chicha qui tantôt tendaient l’oreille, tantôt reprenaient leurs activités, un public d’artistes et d’intellectuels étaient venus pour l’écouter. Cette conférence est apparue le lendemain, dimanche 25 mars, comme brulante d’actualités puisqu’elle y a évoqué le tandem art-islam, souvent opposé depuis l’Occident (un artiste ne peut être qu’anti-mouvement islamiste), mais qui s’avère parfois solidaire (des œuvres d’art puisent dans le lexique musulman). Jocelyne Dakhlia a soulevé le fait que l’on ne doit pas se demander ce que les artistes peuvent faire pour la révolution mais ce que la révolution peut faire pour les artistes, inversant ainsi la perspective. Elle a aussi relativisé le rôle de l’artiste dans le soulèvement de 2011 (voir l’article à paraître de Lilia Blaise sur Slate Afrique.com).
A long terme, ce festival souhaite contribuer au « développement » de la ville de Regueb, par une plus grande visibilité nationale, un attrait pour le tourisme et des opportunités d’implantation de projets culturels au cœur de cette ville qui a offert les premiers martyrs de la révolution, au nombre de cinq, le 9 janvier 2011.  Parmi ceux là, on compte une jeune femme, Manal Bouallagui, maman de deux enfants, dont un garçon de 4 ans.

Crédit photographique : Rafaâ Lahiani


Une réflexion au sujet de « Hata la nansa. Le « festival de la révolution » de Regueb de 2012. Les « régions du centre » de la Tunisie entre relégation sociopolitique et espoir. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *