L’IRMC, un pont entre les cultures

Charfi2
Photographie de Abdelmajid Charfi

Depuis l’indépendance, les relations entre la Tunisie et la France ne furent pas toujours sereines et harmonieuses sur le plan politique. En revanche, sur le plan culturel, des efforts soutenus de part et d’autre furent fournis afin de dépasser les difficultés héritées de la période coloniale et instaurer une coopération au profit des deux parties. La présence de milliers de coopérants français dans l’enseignement secondaire aux premières années de l’indépendance fut à l’origine de l’extension de la connaissance et de l’usage du français à un niveau jamais atteint durant les années du protectorat. En même temps, sans cette présence, la Tunisie aurait eu du mal à mener une politique ambitieuse de généralisation de cet enseignement. La jeune université tunisienne a également bénéficié de l’apport de dizaines de compétences françaises dans presque toutes les disciplines, ce qui lui a permis de connaitre un démarrage honorable.

L’IRMC s’inscrit naturellement dans cette coopération. Les Français le voulaient au départ un institut calqué sur les centres culturels français qui existent un peu partout dans le monde. Mais les Tunisiens étaient réticents à admettre l’installation sur leur sol fraîchement reconquis d’une institution étrangère sur laquelle ils n’avaient point le moindre droit de regard. Il a fallu attendre que les Américains acceptent le principe d’un comité mixte de suivi lors de la création du CEMAT pour que la partie française se résigne à accepter ce même principe. Ayant eu le privilège d’être désigné par les autorités tunisiennes de l’époque membre des deux premiers comités mixtes, tuniso-americain et tuniso-francais, je peux affirmer que la formule retenue est à maints égards une réussite. Formé, du cote tunisien, du directeur de la recherche scientifique au ministère de l’Enseignement supérieur, es qualités, et de deux universitaires, le comité de suivi de l’IRMC se réunit au complet lors d’une session annuelle, alternativement à Tunis et à Paris. C’est à lui que revient la tâche de tracer les grandes lignes de la politique de recherche, de documentation, d’accueil, d’encadrement et de coopération de l’Institut en fonction des différentes contraintes humaines et budgétaires. La présence de son directeur aux réunions annelles permet entre autre d’analyser les orientations de l’institution et de les infléchir éventuellement, afin que les choix effectués s’inscrivent dans la durée et ne dépendent pas uniquement de la personnalité et de la formation du responsable. Il s’agit surtout de concilier les attentes des deux parties et de les faire converger vers des actions où elles trouvent un intérêt réciproque.

Étant un institut de recherche en sciences humaines et sociales, l’IRMC est une institution qui occupe une place de choix à l’heure de l’impérialisme des sciences dures et de la technologie qui poursuit des objectifs immédiats de rentabilité économique. Les jeunes chercheurs trouvent en lui un cadre approprié pour se familiariser avec le terrain et explorer de nouveaux horizons, s’ils sont français et européens, et être en contact avec les recherches de pointe et les problématiques les plus récentes dans leur domaine, s’ils sont tunisiens. Les différents séminaires organisés au sein de l’Institut et les nombreuses conférences données dans son enceinte par des universitaires invités spécialement ou de passage à Tunis sont autant d’occasions pour débattre librement et en toute sérénité de questions qui concernent les différents aspects de l’homme et de la société, sans que les participants se soucient des conditions politiques conjoncturelles, favorables ou défavorables. Les résultats obtenus sont certes satisfaisants, eu égard notamment aux moyens limités mis a la disposition de l’IRMC. Mais beaucoup reste à faire. La coopération structurée avec les universités tunisiennes, aussi bien celles de la capitale que celles de l’intérieur, est encore limitée. Apres la création à Rabat du Centre Jacques Berque, qui s’occupe en premier lieu du Maroc et de la Mauritanie, l’IRMC ayant une vocation maghrébine devrait accorder plus d’importance aux sujets qui concernent également l’Algérie et la Libye, en plus de la Tunisie, ou plutôt aux sujets transversaux concernant tout le Maghreb. Les sciences de l’homme et de la société sont, comme toutes les sciences, universelles. Elles ne reconnaissent les frontières politiques, géographiques, religieuses ou linguistiques qu’en tant que réalités spécifiques incluses dans cette universalité. Soumettre ces spécificités à une perspective universelle est donc dans la nature des activités de recherche dans ces sciences.

Et là, l’apport de l’Institut est toujours le bienvenu, car il fait fonction de pont entre, d’une part, la culture tunisienne en particulier et la culture arabo-islamique en général, et, d’autre part, la culture française en particulier et la culture occidentale dans son ensemble. Le jour où il fera connaitre à la communauté scientifique européenne les préoccupations des chercheurs maghrébins exprimées surtout en langue arabe, et leurs contributions, aussi modestes soient-elles, à la science historique, sociologique, linguistique, juridique, religieuse, politique, économique, etc., il participera à faire de ce pont une voie de passage à double sens et non à sens unique. Œuvre exaltante qui nécessite de la clairvoyance, de la lucidité et du courage. Il n’est pas chimérique de penser que l’IRMC répondra chaque jour davantage à cette exigence de dialogue entre les cultures, et par suite d’entente entre les habitants des deux rives de la Méditerranée.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Abdelmajid CHARFI

est professeur émérite de Civilisation arabo-musulmane à l’Université de La Manouba.

Pour citer ce billet : Abdelmajid Charfi, « L’IRMC, un pont entre les cultures », Le Carnet de l’IRMC, 17 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1275


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

2 réflexions au sujet de « L’IRMC, un pont entre les cultures »

  1. j’ai connu l’IRMC depuis 17 ans, un bon cadre et une bnne ambiance pr travailler et suivre ses recherche….le problème est qu’on prend ou on recrute des chercheurs de nationalité française, etre docteur et tunisien cela ne vous permettra d’intégrer cette structure, c’est déplorable

    1. Je vous rappelle qu’il s’agit d’un centre français à l’étranger et que la loi française fixe ses règles de fonctionnement dans la mesure où ses dotations viennent exclusivement de France. Nous sommes donc contraints de nous tenir aux modalités de recrutement pour des contrats CNRS ou MAEE. Pour autant, on ne compte dans l’équipe de recherche permanente de l’IRMC qu’une minorité de chercheurs français. Je vous rappelle qu’un chercheur est détaché de l’Université tunisienne, que la grande majorité des chercheurs associés sont Maghrébins et que l’IRMC aide chaque année de nombreux doctorants tunisiens à travers ses bourses moyenne ou courte durée ou ses prises en charge de mobilités dans le cadre de programmes.
      Je vous encourage à regarder la composition des équipes de recherche depuis la création de l’IRMC, à lire la lettre de l’IRMC n°11 où de nombreux témoignages de chercheurs tunisiens disent exactement le contraire de ce que vous avancez…

Répondre à irmc Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *