Mon expérience à l’IRMC

Lassel
Photographie de Djaouida Lassel

Grâce à la bourse d’études de moyenne durée de l’IRMC, j’ai pu séjourner durant 3 mois (2011-2012) à Tunis. Ce séjour s’est inscrit dans le cadre d’un doctorat en sociologie débuté en octobre 2010, intitulé « Action des associations féminines : étude comparée sur l’évolution du statut de la femme en Algérie et au Maghreb (Maroc et Tunisie) ». Cette recherche s’appuie sur un travail de terrain important et le séjour en Tunisie était essentiel, notamment pour rencontrer les acteurs de la société civile s’étant engagés pour la défense des droits des femmes, dont entre autres l’AFTURD, l’ATFD, puis des responsables institutionnels autour de la condition féminine, ce qui a permis de donner corps à mon travail. Le second objectif de mon séjour était de bénéficier des ressources bibliographiques. La richesse de la bibliothèque de l’IRMC m’a permis de consulter les ouvrages et articles dont je n’avais pas encore pu prendre connaissance, et qui ne sont pas disponibles dans les bibliothèques aussi bien algériennes que françaises. Enfin, le troisième objectif de mon séjour était d’acquérir une nouvelle expérience dans la recherche en sciences sociales et de renforcer mes compétences de la pratique et de la culture scientifiques au sein de l’IRMC. J’ai pu y trouver un bureau ou travailler, avec accès à Internet, et des repas à partager avec toute l’équipe. Étant arrivée dans une période où les Tunisiens étaient à l’épreuve des premières élections révolutionnaires, ce fut l’occasion pour moi d’assister à un nombre de séminaires et conférences scientifiques extrêmement enrichissants, portant sur la démocratie, les transformations du politique en Tunisie et dans les pays arabes, etc. Par ce biais, j’ai pu avoir des discussions fructueuses et enrichissantes avec des conférenciers locaux et étrangers. En outre, j’ai eu l’occasion d’assister à d’autres conférences directement liées à mon sujet à travers d’autres institutions gouvernementales et associatives à Tunis et à Hammamet ce qui m’a permis de nouer de nouveaux contacts. Séjourner à Tunis était également propice à vivre le grand changement social que vient de connaitre la population tunisienne. Étant algérienne je me suis facilement intégrée dans l’environnement puisque je partage la même culture et la tradition, et je parle la même langue, ce qui m’a permis de renforcer des liens de solidarités et amicaux. Ce séjour à l’IRMC a été une réussite sur tous les plans : professionnel, académique et humain, je n’aurais pu rêver meilleur accueil et plus grande sympathie et soutien de la part de toute l’équipe de cet institut, son directeur, son personnel comme ses chercheurs.Je souhaite qu’à l’avenir, l’institut ne cesse d’être cet acteur de partenariat et continue à contribuer au développement de la recherche en sciences sociales sur la région maghrébine en collaboration avec la communauté scientifique française, européenne et maghrébine. J’invite tous les doctorants et chercheurs algériens qui mènent des recherches en sciences sociales et souhaitant vivre un séjour enrichissant humainement, scientifiquement et professionnellement à séjourner à l’IRMC !

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Djaouida LASSEL

est doctorante en sociologie à l’IREMAM (Aix-Marseille 1).

Pour citer ce billet : Djaouida Lassel, « Mon expérience à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1249


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *