Perspectives à venir de la révolution tunisienne et défis à relever

L’inspiration fondamentale de la révolution a été jusqu’ici démocratique. Gardera-t-elle le cap jusqu’à l’instauration d’un système démocratique à l’abri de toute récupération, que ce soit pour restaurer le système contre lequel elle s’est levée, ou par des fuites en avant qui risquent d’accoucher d’une nouvelle dictature ? Les Tunisiens sont obligés de choisir très vite entre des options dont aucune n’est parfaite :

– La poursuite des purges répond à une exigence de justice qui risque de tourner à un cauchemar qui rappelle de sombres épisodes qui ont suivi de grandes révolutions.

– La demande d’élections immédiates, sans laisser aux différentes expressions de la société le temps de s’organiser, et avant de mettre en place un code électoral qui empêche qu’un courant, aussi important soitil, accapare les pouvoirs, risque de conduire à une impasse comme celle dont l’Algérie a du mal à sortir.

– Une solution proche de l’exemple Sud-Africain ne satisfait pas les exigences d’une justice qui oblige tous les salauds à payer la facture de leurs forfaits, mais elle peut préserver les chances d’une évolution pacifique vers l’instauration d’une société démocratique réconciliée avec elle-même.

Dans la situation actuelle, il serait plus prudent de se donner le temps et les moyens d’une transition maîtrisée. Le gouvernement provisoire qui doit gérer cette transition, doit se consacrer à la gestion des affaires courantes et à préparer les conditions d’une véritable transition démocratique respectant l’inspiration et les revendications du mouvement qui à conduit à la chute de Ben Ali et qui se poursuit en demandant le démantèlement des rouages de la dictature dont le noyau fondamental est l’Etat RCD et ses différentes ramifications politiques, économiques, culturelles et sociales. Durant cette période de transition, les expressions politiques et sociales auront le temps et les moyens de s’organiser, d’élaborer et de confronter leurs programmes à travers un débat démocratique qui n’exclut aucune expression ni aucune tendance aussi minoritaire soit elle et quelle que soit son projet ou son attitude par rapport au gouvernement de transition. Tout le monde doit bénéficier d’une totale liberté d’expression, que ce soit à travers les médias ou par des réunions et des manifestations publiques pacifiques, sans aucune forme de répression, de censure, ou de restriction. Une telle condition est le seul garant d’un choix démocratique éclairé où le peuple saura d’avance pour qui et pour quoi il sera appelé à voter librement et en toute connaissance de cause. De même, pour éviter que les élections ne conduisent à l’accaparation de tous les pouvoirs par un courant, aussi important, démocratique et populaire soit-il, il serait plus prudent de réviser préalablement le code électoral actuel pour adopter un système à la proportionnelle et prévoir la limitation des pouvoirs de l’exécutif. Je pense également, que la réforme de la constitution et différentes institutions, pour assoir un véritable système démocratique, doit faire l’objet d’un débat, quitte à confier à la future assemblée démocratique la poursuite de cette réflexion. En attendant, les commissions mises en place doivent continuer leur travail de réflexion sur ces réformes en ayant le souci de recueillir les avis de toutes les expressions politiques et sociales.

Il est difficile et inutile d’entrer dans le détail de ce qu’il faut faire durant les quelques mois de transition nécessaires pour organiser dans les meilleures conditions des élections véritablement démocratiques. Enfin, un choix lucide entre les différentes options prônées par les un(e)s et les autres ne doit pas passer pas les surenchères idéologiques, les insultes, les attitudes sectaires, les appels à l’exclusion et l’anathème, ou la confrontation dans la rue qui risquent de dégénérer en un engrenage de violence qui ternirait l’image d’une révolution jusqu’ici pacifique. La modestie s’impose à tous les protagonistes d’autant plus que personne ne peut revendiquer la paternité de cette révolution dont les principaux acteurs étaient des jeunes inorganisés et que tout le monde pensaient apolitiques et incapables de se mobiliser pour de grandes causes comme la démocratie, la liberté et les droits humains. Ils doivent avoir toute la place qu’ils méritent dans le gouvernement, les institutions et le débat concernant l’avenir de leur révolution. Les vieux, dont je suis, doivent mettre les fruits de leur expérience à leur service et ne doivent surtout pas leur disputer la place qui leur revient de droit.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Cherif FERJANI

Politologue, université de Lyon

 

Crédit photographique : ©Khaled Jomni – IRMC


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *