Mémoire de magasinier

Jela 2l
Photographie de Jellal Derouiche

Je suis arrivé en 1992/93 à l’IRMC lorsqu’il déménageait dans la maison actuelle. On installait les étagères et on apportait les boîtes de livres. Il n’y avait pas encore le studio des chercheurs. On a fait l’ouverture et on a commence à travailler à la bibliothèque. Il n’y avait pas encore de gardiens. Je rangeais les chariots et les livres. Je remplaçais Fathi le chauffeur et je faisais du bricolage par exemple pour des étagères mal fixées. Je faisais aussi des photocopies, c’était un très gros travail, qui concernait généralement des articles et quelquefois des livres. Cela c’était du temps de Michel Camau. Par la suite je faisais le collage des adresses pour la diffusion de Correspondances tous les mois puis tous les deux mois pour 3500 exemplaires. Avec Jean-Philippe Bras j’ai fait mes débuts de magasinier et là c’était un tout autre métier. Avant, nous avions des étagères fixes, ce n’était pas les mêmes cotes, c’était les vacataires de la salle qui se chargeaient de donner les livres. On avait alors d’autres cotes et les numéros d’inventaires ont changé. C’était classé par thèmes et disciplines, et on ne pouvait pas rajouter des livres entre les autres. Alors que maintenant les numéros d’inventaire viennent à la suite les uns des autres. Les magasins n’ont jamais été en libre accès, cela a toujours été interdit aux chercheurs du fait de l’exigüité des lieux.

Comme aide-bibliothécaire, je connais tous les magasins et la plupart des livres, je les ai tous en main. Je donne parfois des explications sur les livres disponibles. Beaucoup de chercheurs qui sont venus ici faire leurs thèses ont des postes maintenant. D’autres qui ont publié ont fait leurs livres dans cette bibliothèque avec moi. On a vu passer de nombreux politiques dans cette bibliothèque, Chabbi, Hammami, et des gens qui sont maintenant au Bardo à la Constituante. Maintenant on trouve tout sur Internet et la fréquentation s’en ressent un peu. Certains livres sont très lus, d’autres ne l’ont été qu’une fois ou deux, mais on ne jette jamais rien car un jour ou l’autre il peut être demandé. Ici tous les livres, même les moins demandés, sont utiles.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Jellal DEROUICHE

Magasinier

Pour citer ce billet : Jellal Derouiche, « Mémoire de magasinier », Le Carnet de l’IRMC, 24 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1200


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *