IRMC, nous nous souvenons

Si les années passées dans un institut de recherche français à l’étranger sont intenses et primordiales pour apprendre nos métiers de la recherche, c’est aussi parce qu’elles sont des années de vie et d’amitiés. C’est de cela dont nous voulons témoigner dans ce texte, à quatre, pour le dire de manière incarnée. Les liens qui nous unissent se sont tissés à l’IRMC, dans les moments quotidiens avant tout. Ces liens perdurent au-delà de cet espace-temps IRMCéen, et continuent de faire partie de nos vies, y compris dans leur dimension professionnelle. Nous n’avons pourtant pas pris les mêmes chemins. Mais ces liens ont été, pour chacun d’entre nous, un moteur pour construire nos carrières qui sont variées et complémentaires et, en cela, assez représentatives des différents métiers liés à la recherche en sciences humaines et sociales auxquels prépare un centre à l’étranger. Ils continuent de nourrir nos avancées comme notre manière d’être reliés à la Tunisie. Ces liens sont enfin ceux construits avec l’équipe permanente, celle qui reste : des séquences de vie comme du grand mouvement de l’histoire. Dans l’ordre d’arrivée du quarte que nous formons ici :

Couv du livre Katia1999 – Katia Boissevain

« Je suis arrivée à Tunis avec une bourse et une très grande envie d’accomplir une recherche sur les liens entre une femme sainte et sa ville. J’ai appris chemin faisant que si c’était une sainte parmi les saints, ce n’était pas non plus n’importe qui. J’en suis repartie avec une thèse, deux bambins, deux bouquins, dont une revue qui n’en était pas vraiment une pour des raisons administratives – Alfa –, qui reste un magnifique souvenir de travail en commun, souvent sous l’oranger du jardin, avec Delphine et Kmar Bendana. En 2006, après un post-doctorat, j’ai rejoint Delphine à Marseille et Mathieu à la  MMSH d’Aix-en-Provence. Depuis, j’ai intégré le CNRS où je suis chercheure à l’IDEMEC. Sept ans de réflexion, c’est ce que l’IRMC m’a apporté ! Sept ans, ca peut sembler long, mais pourtant, c’est bien connu, le sept est un chiffre rond ».

2002 – Delphine Cavallo

« Arrivée en 2002 comme doctorante en sciences politiques, boursière d’aide à la recherche, je suis devenue ingénieure d’études à l’Université d’Aix-Marseille, responsable du pôle information scientifique du Centre pour l’édition électronique ouverte. Dans un environnement à la fois éloigné du centre qui encadrait mes recherches, et producteur lui-même de recherches parfois peu ou mal diffusées, l’expérience de cette double distance à l’IRMC a probablement aiguisé mon engagement dans la diffusion en libre accès de la littérature scientifique. Guider l’IRMC, ses chercheurs et ses accompagnateurs de la recherche parmi les outils que développe mon centre est aussi ma manière de remercier l’Institut pour la richesse intellectuelle de cette expérience, en faisant en sorte que d’autres y aient accès, ou qu’ils soient ».

2003 – Mathieu Coulon & Clémentine Gutron

« Respectivement recrutés à l’Institut comme Volontaire international – cartographe et doctorante – pensionnaire en 2003, nous sommes devenus ingénieur d’études (CNRS /MMSH) et chargée de recherches (FNRS/UCL) : ces parcours, à coup sûr, n’auraient pas été les nôtres sans les milliers de litres de café sirotés en groupe près du parterre de capucines, ni les centaines de paquets de 20 mars partis en fumée dans une atmosphère tantôt saturée par un parfum de jasmin ou par celui des savons Lux dont étaient dotés les cabinets d’aisances IRMCéens, sans ces heures de discussion et de confrontation avec tous ceux qui fréquentaient alors le Centre (chercheurs associés, hôtes scientifiques, visiteurs assidus de la bibliothèque etc.), bref, de partage ».

COUV Clementine GutronTunis était alors parsemé de grandes photos d’un homme à la coiffure noire corbeau impeccable, près desquelles nous avions appris à baisser la voix et à modérer nos propos. Certaines ont plus ou moins renoncé à porter des habits mauves, car tous les moyens de résistance valaient la peine d’être tentés. Mais pour autant, nous avons arpenté la ville, parfois le pays, ensemble ou séparément, guidés par nos recherches académiques et nos rencontres personnelles. C’est bien une évidence – mais rappelons-la tout de même en cette occasion particulière – : la recherche se fabrique au quotidien, dans un environnement physique et humain qui ne peut, de fait, être sans influence sur le travail du praticien des SHS. Comment conduire ses enquêtes et ses entretiens en Tunisie en l’occurrence, sans s’être, par exemple, exercé à la langue de ce pays par la récitation des histoires de Jhah lors de déjeuners pris en commun ? Nous voudrions ainsi rendre hommage à toutes celles et ceux sans lesquels l’IRMC ne serait pas ce qu’il est, à cette équipe technique et administrative permanente qui reste lorsque les personnels de recherche doivent partir… pour mieux revenir. Nous avons une pensée émue et reconnaissante pour Anne-Marie, à l’origine de toute cette histoire. Nous n’avons que des hamdoulilah à la bouche à l’évocation des repas confectionnés par notre mère nourricière, Latifa, puis des mercis, encore et toujours des mercis au trio prodigieusement efficace qu’incarnent Hayet, Christiane et Raja ; au duo de choc, autant accueillant que protecteur, Taoufik et Salem ; à Fathi, l’as du volant ; à Besma ou la reine des espaces insécables ; à Sawssen ou l’angélique gardienne de l’« Enfer » ; à Jellal ou l’esprit du lieu. Ce que nous avons appris ? À nourrir des questionnements, à démystifier la mloukhya et surtout, surtout, à travailler en équipe.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Katia BOISSEVAIN

est anthropologue, Chargée de recherche au CNRS, IDEMEC, Aix-en-Provence. Elle a été Boursière à l’IRMC de 1999 à 2003 et chercheure de 2003 à 2006.

Delphine CAVALLO

est responsable du pôle Information scientifique – Chargée de communication scientifique au CLEO, Marseille. Elle a été boursière à l’IRMC de 2002 à 2005.

Clémentine GUTRON

est chargée de recherche FNRS à l’UCL Louvain. Elle a été boursière à l’IRMC de 2003 à 2007.

Mathieu COULON

est ingénieur d’étude, LAMES, Telemme MMSH (CNRS). Il a été Volontaire international à l’IRMC de 2003 à 2005.

Pour citer ce billet : Katia Boissevain, Delphine Cavallo, Clémentine Gutron, Mathieu Coulon, « IRMC, nous nous souvenons », Le Carnet de l’IRMC, 17 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1174


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *