Tunisie, qu’est ce qu’une révolution non-religieuse?

Un événement inédit a ébranlé la paisible Tunisie. En près d’un mois ou presque (17 décembre 2010-14 janvier 2011), un peuple chasse son tyran. C’est du Sud que le processus a été déclenché. Et ses vents continuent à souffler. Aussi les observateurs sont-ils embarrassés, ne sachant s’il faut parler de coup d’État, de rébellion ou de révolution ? Ceux qui ont été surpris par le départ précipité du tyran placent leur confiance dans les services de renseignements et attendent une reprise en main par les tenants de l’ancien régime. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’ils le souhaitent rien que pour le plaisir de confirmer une vague intuition et peut-être des bribes d’informations qu’ils ont glanées auprès de « sources autorisées ». Leur maître à penser est Thierry Meysson. Il a déjà douté d’un 11 septembre 2001 planifié par Ben Laden alors que ce dernier a publiquement reconnu son forfait ! Des esprits brillants s’y sont malheureusement laissés prendre. Ils ne connaissent pas l’homme : Ben Ali est lâche. De l’aveu de son entourage immédiat, il a fondu en larmes la veille de son coup, le 6 novembre au soir… Un coup d’État se concocte dans le cercle restreint du pouvoir. Or, les premiers témoignages disponibles indiquent que Ben Ali s’est éclipsé discrètement laissant les siens dans le flou juridique et le désarroi politique. Un coup d’État sauve le régime. Le sien est menacé de disparaître. De multiples enquêtes criminelles sont ouvertes par le parquet de Tunis contre Ben Ali, son clan et son staff. Et le peuple en redemande ! Plus nombreux ceux qui parlent d’insurrection. Ben Ali a été chassé par un soulèvement populaire, mais la différence entre une révolte et une révolution est moins de degrés que d’échelle. Une révolte s’épuise, une révolution se prolonge. Une sédition finit par être mâtée, une révolution triomphe. Une révolte est limitée, une révolution est générale. Un soulèvement est une agitation, une révolution clôt un cycle. Une jacquerie produit du désordre, une révolution invente un ordre nouveau. Il suffit alors de compter les acquis des derniers jours pour se rendre à l’évidence qu’il s’agit bien d’une révolution. Ben Ali a été éconduit par des actes de bravoure exemplaires dignes d’une tragédie grecque, des protestations civiles qui ont déprimé les forces de l’ordre et même des batailles rangées. On comprend que les Tunisiens en soient légitimement fiers. Et ce n’est pas flatter l’égo d’un peuple humilié que de reconnaître son mérite, autant que d’autres peuples qui ont accompli de si grandes choses ! A juste titre, les nombreuses pétitions des intellectuels et leurs interventions écrites et orales témoignent d’une dignité retrouvée. Il existe enfin un critère fatidique pour savoir si la Tunisie a accompli une révolution : l’enthousiasme. Dans le Conflit en trois sections, Kant s’interroge sur les effets de la révolution française. Il dit que ce ne sont pas les acteurs qui qualifient la révolution (on le concède) mais ce sont les spectateurs lorsqu’ils sont saisis par l’enthousiasme (ce mélange de plaisir et de peine) pour ce qui est universel et partout moral dans l’événement. Tel est le cas de la révolution tunisienne. Elle réinvente à sa mesure les idéaux de liberté, de dignité et de justice. On se croirait dans n’importe quelle capitale postsoviétique, mais guère à Téhéran en 1979. Et le seul portrait exhibé par les manifestants est celui du Che ! C’est ce qui explique l’emportement qu’elle éveille, l’admiration qu’elle suscite, l’effet de contagion qu’elle diffuse. Partout dans le monde islamique, voire au-delà. Ceux qui mauvais spectateurs en doutent n’ont aucune idée de ce qui se joue dans le théâtre de la révolution. Ils confondent intelligence et malice (à ne pas confondre avec la ruse de la raison). Même la confiscation plausible de la révolution ne leur donnera pas raison.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Hamadi REDISSI

Politologue, université Tunis-El Manar

 

Crédit photographique : ©Lucas Mebrouk Dolega – EPA


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *