Vingt ans d’IRMC

Hayet Naccache
Photographie de Hayet Naccache

J’ai commencé par être vacataire pendant une courte période au CDTM (saisie des fiches d’ouvrages). J’ai été recrutée en 1992 pour assurer l’accueil à l’IRMC. Je m’occupais aussi de la diffusion de Correspondances, des invitations aux différentes manifestations et des fichiers d’adresses, du standard et des relations avec les fournisseurs en Tunisie avant de passer au secrétariat bilingue. On avait dès le départ un problème d’espace. J’ai beaucoup appris a l’IRMC et j’aime bien y travailler.

Temps forts et continuité

Parmi les temps forts, je citerai les changements de directeurs et le départ d’Anne-Marie Planel. Mais ce sont des changements dans la continuité : les chercheurs, pour la plupart, restaient en place et les grandes lignes étaient respectées, il n’y a pas eu de fractures. La continuité se faisait aussi par la documentation et la bibliothèque que beaucoup de chercheurs continuaient à fréquenter. Les arrivées et les départs de chacun, cela peut être frustrant, mais on s’y habitue. L’esprit de l’IRMC s’est construit avec le temps. C’est un style particulier, d’aide a la recherche, de faciliter la vie aux chercheurs qui travaillent sur la Tunisie ou sur le Maghreb. C’est aussi un lieu de rencontres, entre chercheurs tunisiens, français et d’autres nationalités : des réseaux se sont mis en place avec les programmes de recherche, avec une ouverture respectant la vie a Tunis et celle de ses universitaires. Cela a bien démarré dès le début : le lieu, la bibliothèque, les relations avec les chercheurs, les manifestations scientifiques, tout cela constituait un espace de liberté pour les universitaires tunisiens qui percevaient l’IRMC comme un lieu de liberté, autonome aussi bien du côté français que du côté tunisien. Puis il y a eu l’encouragement de la jeune recherche : les écoles doctorales ont été une pépinière qui a su évoluer avec le temps et avec les demandes des doctorants. Un autre temps fort a été l’introduction d’Internet qui a changé notre mode de travail tant en ce qui concerne la communication, que pour l’accès à l’information.

Des étapes et des réseaux

Ces 20 ans ont connu plusieurs étapes. Il y a eu beaucoup de politologues avec Michel Camau qui a fait démarrer les relations avec l’Algérie et le Maroc. Le CJB de Rabat a d’abord été une antenne de l’IRMC. On avait plus de rapports avec le Maroc du temps de Susan Ossman, mais moins avec la Libye à cause de la langue. Puis les liens avec la Libye se sont développés avec Nora Lafi et Hassan Boubakri, on a commence à travailler avec les Libyens francophones, comme Mahmoud Ed-Deek. Depuis quelques années, on constate une ouverture sur le Grand Maghreb de plus en plus importante. Avec Michel Camau, on avait beaucoup de moyens matériels, c’était comme s’installer dans un appartement avec de nouveaux meubles, c’était la « prospérité ». C’était aussi la rigueur, avec un esprit élitiste – dont certains se méfiaient un peu – mais c’était aussi la sécurité. Par la suite, Jean-Philippe Bras et Anne-Marie répondaient facilement aux demandes tunisiennes. Anne-Marie recevait beaucoup les chercheurs tunisiens. Cela a été un moment de forte ouverture côté tunisien. Dans les années 2000, on répondait plus aux demandes de l’IFC et de l’ambassade. À l’époque de Pierre Robert Baduel il y a eu à nouveau plus d’argent, les conditions de travail se sont améliorées avec la rénovation des bureaux, la mise à jour des ordinateurs et l’augmentation des salaires. C’était plus ferme et plus méfiant mais c’était une façon de protéger l’IRMC contre les autres services, contre le Gouvernement tunisien, contre le ministère. Cela n’a pas empêché l’IRMC de travailler avec les universitaires tunisiens, avec le CERES, l’université de Tunis, mais aussi le CRASC d’Oran, la Libye, l’IFC. En même temps, on accueillait moins de chercheurs. Vers 2008, des personnes qui ne venaient plus à l’IRMC sont revenues. Actuellement, on constate une ouverture sur la vie en Tunisie, un apprentissage de la recherche plus accessible ; l’écart entre les Français et les Tunisiens s’est beaucoup réduit et a entrainé une plus forte mobilisation tunisienne. L’ouverture s’est élargie sur d’autres institutions (INTES, ISSHT, musées…). Les écoles doctorales ont continué, moins dans le sens de cours dispensés et plus comme un cadre d’apprentissage à la recherche. C’est important de dire que les réseaux ne se sont pas seulement construits par les directeurs. Les chercheurs tunisiens et français contribuent à les construire. Chacun apporte son réseau, son bagage, les atouts de son institution et de sa discipline, les contacts de son programme de recherche : des historiens, des géographes, des économistes, des urbanistes, des sociologues. Au fil des années et des programmes, des réseaux et des relations se sont mis en place.

La révolution…

La révolution tunisienne a changé des choses. Les relations seront désormais différentes. C’était difficile de travailler avec les universités, à cause des procédures administratives. Il était impossible de décider seuls d’une date de séminaire ou d’une conférence, on devait attendre l’accord du ministre. Il fallait demander des autorisations 3 ou 6 mois à l’avance pour faire des enquêtes, pour passer par certaines personnes. On a pu organiser des séminaires et des rencontres dans des hôtels alors que les Tunisiens ne pouvaient pas le faire, on prenait alors pour eux la responsabilité du partenariat. Maintenant, c’est plus léger. L’IRMC est devenu un relais. Beaucoup de chercheurs, d’universitaires, de journalistes de toutes nationalités qui veulent travailler sur la Tunisie sollicitent l’IRMC. Les choses vont encore changer, quand on parviendra à plus de stabilité. On pourra instaurer une meilleure coopération universitaire et scientifique avec les institutions tunisiennes. Actuellement, l’IRMC n’est plus – comme avant – un des rares espaces de liberté à Tunis ; on peut discuter de tout, y compris de démocratie et de politique, dans beaucoup d’autres lieux.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Hayet NACCACHE

est responsable de la communication, à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Hayet Naccache, « Vingt ans d’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 16 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1155


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *