Son histoire, mon histoire…

Christiane Saddem
Photographie de Christiane Saddem

L’IRMC n’est pas seulement une institution avec ses chercheurs et leurs programmes, ce n’est pas seulement un outil qui produit du savoir et de la connaissance. C’est aussi et surtout un milieu de travail et de sociabilité, des valeurs partagées et une “culture” d’entreprise, un “esprit” maison garant d’une “productivité sociale” comme condition sine qua non de la productivité et de l’efficacité scientifiques. Nous avons voulu illustrer dans ce chapitre, le lien social et toute la proximité “irmcéenne” qui font de l’Institut une chaîne professionnelle où les uns n’existent que dans la complémentarité des autres.

Non je n’ai pas 20 ans ! Mais j’ai assisté à sa naissance en octobre 1992, j’ai même participé à l’accouchement en quelque sorte. Et j’ai bien connu son ancêtre, le CDTM, lui-même né en 1984, j’y étais aussi (décidément… quelle « sage femme » !) avec Anne-Marie, ma complice et amie qui m’a entrainée dans cette passionnante aventure, qui m’a fait découvrir le monde de la bibliothèque, et quelle bibliothèque ! des trésors y sont cachés… puis le monde des chercheurs (en sciences humaines et sociales). Je lui rends particulièrement hommage ici et j’ai plaisir à témoigner avec ce recul de quasi 30 années… J’ai donc supporté les 4 directeurs qui se sont succédés et aussi plus d’une trentaine de chercheurs (toutes catégories confondues). Je prends le terme à la fois au sens anglais donc positif, et aussi français donc pas tres gentil… (sorry mais c’est la vie !)

Les « petites mains »

En fait je veux surtout témoigner ici dans ma catégorie… celle des « administratifs », des « agents », et surtout les « permanents ». Les directeurs et les chercheurs passent et mettent sur pied et réalisent des programmes de recherche, souvent de grande qualité, qui enrichissent l’Institut et les enrichissent eux-mêmes, ils animent le théâtre irmcéen… c’est d’ailleurs parfois très animé… mais les rouages et le décor sont régulièrement entretenus pour que tout fonctionne grâce à des « agents » qui mettent leur savoir faire à leur service. Nous, les « agents » de l’IRMC, nous accueillons les chercheurs, les directeurs à leur arrivée et les fêtons lorsqu’ils partent, nous facilitons leurs recherches tout au long de leur séjour, en Tunisie, à l’étranger, nous veillons aux mille aspects « pratiques » qui leur permettent de concrétiser leurs idées, rencontrer d’autres chercheurs, échanger, écrire, effectuer des missions, organiser des réunions, préparer leurs publications,… nous sommes « les petites mains » de l’IRMC. L’IRMC, pour un temps, c’est la famille sur laquelle on peut compter dans une ambiance souvent amicale voire conviviale et bienveillante. Les directeurs et les chercheurs passent et la petite équipe des personnels administratifs, technique, de bibliothèque et du service publication est toujours la… depuis 20 ans… pour assurer la continuité. Il y a eu quelques départs, certes, mais peu ; elle s’est par contre étoffée au fil des années. Beaucoup ont d’ailleurs témoigné, chacun à sa manière, dans cette Lettre anniversaire.

Une grande « chaîne »

L’IRMC est une grande chaîne, les chercheurs partent mais reviennent aussi, les juniors reviennent en seniors, les seniors et parfois les directeurs reviennent en conférenciers, les réseaux des uns s’accrochent à ceux des autres, et nous, les « permanents » sommes toujours la pour huiler la chaîne, retrouver les anciens et accueillir les nouveaux, avec toujours autant de… plaisir.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Christiane SADDEM

est assistante de direction et coordinatrice scientifique à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Christiane Saddem, « Son histoire, mon histoire… », Le Carnet de l’IRMC, 13 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1147


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *