La brise des steppes sur… le littoral

Je ne peux m’empêcher, dans ce regard à chaud, de me retourner sur la propagation géographique du soulèvement du peuple tunisien pour se réapproprier sa liberté et sa parole. Faudrait-il rappeler que les foyers de départ de ce soulèvement du centre Ouest de la Tunisie correspondent aux gros bourgs ruraux «communalisés» dont la population varie de quelques milliers (Menzel Bou Zayane, Regueb…) à une dizaine de milliers d’habitants (Thala), ou encore servant de sièges régionaux du pouvoir central (Sidi Bouzid et Kasserine) qui ont fixé des dizaines de milliers de ruraux venus des campagnes environnantes depuis un demi siècle ? Pourquoi les populations de ces bourgs ont-ils pu entretenir la flamme de la révolte durant deux semaines avant que ne les rejoignent les populations des grandes villes littorales (Sfax en premier lieu, mais aussi Monastir, Nabeul et Sousse et surtout Tunis à la fin) ? Faudrait-il aussi rappeler que la Tunisie littorale, c’est-à-dire les deux tiers de la population tunisienne et les trois quarts des citadins, est restée à l’écart du soulèvement durant plus de deux semaines (entre le 17 décembre 2010 et le début du mois de janvier 2011) ?. Les instances locales et régionales de l’UGTT (Union Générale Tunisienne du Travail) des régions de Kasserine et Sidi Bouzid ont joué en réalité un rôle décisif dans l’allongement du souffle de la révolte. Ce sont également ces mêmes instances syndicales qui ont gagné l’adhésion des autres syndicats régionaux, surtout en direction du littoral et du Nord, et ont surtout fini par impliquer les instances dirigeantes de l’UGTT à Tunis. L’accélération de la contestation et son élargissement à la jeunesse et aux citadins du littoral, aux avocats, aux hospitalo-universitaires, aux étudiants et aux universitaires, dés les premiers jours de la nouvelle année, ont été déterminants dans son aboutissement. Si Sidi Bouzid et Kasserine sont généralement considérées comme l’arrière cours économique de la métropole sfaxienne, la mobilisation massive de celle-ci a apporté au soulèvement des steppes la force et l’ardeur nécessaires à son déferlement vers les villes littorales et en particulier vers le Grand Tunis. Peux-ton prétendre qu’il s’est agi là de l’une des rares occasions historiques où peuples de l’intérieur et populations du littoral, où paysans et citadins, se sont retrouvés réunis dans une même entreprise révolutionnaire ? Cette révolution n’a pas uniquement rapproché, pour un moment, des mondes géographiques distants, pour ne pas dire opposés, mais a aussi réuni des mondes sociaux et professionnels aussi différents que les jeunes, les chômeurs, les professions libérales, les fonctionnaires, les syndicalistes…etc. La question reste vigoureusement posée quant à l’attitude, et à la réaction, non seulement aujourd’hui mais aussi sur le cours et le moyen terme, de deux autres catégories de la population : les milieux d’affaires et, surtout, les bénéficiaires, directement ou indirectement, des avantages et de la rente générés par l’ancien régime?

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Hassan BOUBAKRI

Géographe, université de Sousse

 

Crédit photographique : ©Fathi Belaïd – AFP


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *