L’institution, son équipage et son jardin

Basouma0164
Photographie de Myriam Achour-Kallel

Mon premier contact avec l’IRMC a eu lieu à la fin des années 1990 lorsque, encore étudiante, je décidai de réorienter mon parcours vers l’anthropologie. Quand, par la suite, j’effectuais un travail de terrain pour ma thèse de doctorat, j’ai obtenu une bourse de terrain qui m’a valu ma première véritable présentation orale devant un auditoire ! (interne, constitué par l’équipe de chercheur-e-s de l’IRMC). C’était alors mon premier contact, agréable et accueillant, avec Hayet et Christiane. Mes contacts ultérieurs avec l’IRMC se sont faits via des collègues et des amis irmcéens mais aussi via les conférences qui y étaient prononcées.

Une fois ma thèse de doctorat soutenue, je commençai un cycle de pérégrinations prospectives : rendez-vous avec des acteurs de différentes institutions potentiellement intéressées par le domaine de la recherche en sciences humaines et sociales en Tunisie. J’assurai alors des cours à la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis mais, avec un parcours métissé, je n’avais pas encore obtenu de poste. Parmi ces institutions de recherche figurait l’IRMC. J’ai frappé à la porte, un jour d’été, discuté (agréablement étonnée que Christiane et Hayet m’aient reconnue, quelques années étant passées depuis notre première rencontre) puis revenue comme convenu avec un projet de recherche. C’est ainsi que les choses ont démarré. D’autres projets se sont enchainés depuis. Et c’est au fil de mes travaux personnels comme de ceux des autres que j’ai « expérimenté » l’IRMC.

J’ai été ravie, après quelques années de solitude doctorale, par les opportunités d’échange, de partage et de rencontres. Au sujet de nos orientations théoriques, de nos recherches, de nos insatisfactions ou de l’actualité politique de ces deux dernières années, les conversations formelles comme informelles avec les collègues font avancer. J’ai aussi vu comment l’ensemble de l’équipe s’impliquait pour faire aboutir les différentes manifestations et travaux de recherche : ouvrages, conférences, colloques, affiches… aboutissent en passant par celles et ceux qui préparent à la publication, se chargent des budgets, diffusent les informations, coordonnent l’organisation, s’attèlent à la logistique, s’occupent de la documentation ou tentent de déchiffrer la mystique de l’informatique. L’institution marche avec l’ensemble de son équipage : « chercheurs » comme « administratifs » participent, ensemble, au mouvement de l’Institut. Mais, dans ce tempo, le jardin y est aussi pour quelque chose…

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Myriam ACHOUR-KALLEL

est enseignante en psycho-anthropologie à la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis et chercheure associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Myriam Achour-Kallel, « L’institution, son équipage et son jardin », Le Carnet de l’IRMC, 9 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1101


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *