Le miracle de la liberté

Le soulèvement populaire qui a abouti en Tunisie à la chute de la dictature nous a tous surpris même si l’on s’y attendait. Pour les personnes de ma génération, celle de l’indépendance, c’est un miracle car nous n’espérions plus voir un jour, la fin du tunnel. Le vertige que nous donne le sentiment de libération est à la mesure de la répression qui nous était imposée depuis des décennies par un système de parti unique puis par un régime policier. Le temps n’est pas encore à l’analyse car les chercheurs, les penseurs les journalistes et les divers acteurs de la société civile qui ne répondaient pas à « la voix de leur maître » étaient réduits au silence, à l’invisibilité, voire à l’humiliation. Dans les sciences sociales notamment, les universitaires et les chercheurs ne disposaient d’aucune liberté. Les institutions de recherches (comme l’Institut National des Sciences de l’Education ou le CERES) ont été pendant longtemps vidés de leurs forces vives et réduites à de simples bureaux d’études répondant à des commandes. Privés de moyens, de structures et de liberté d’action, les sociologues ne pouvaient accéder au terrain, les enquêtes se faisaient presque clandestinement faute d’autorisation, les questionnaires étaient minutieusement examinés et « allégés » de toute information « subversive », les résultats censurés et les recherches restaient dans les tiroirs ou bien n’étaient publiées qu’après de longues années.

Depuis quelques jours les lieux de la ville comme l’avenue Bourguiba deviennent des espaces mixtes de manifestation, de revendication et de discussion. Des rencontres qu’on pensait difficiles entre générations et milieux sociaux différents se réalisent et les personnes (se) découvrent, par la liberté de parole, un vécu commun. Pour la première fois «La marche des femmes contre les violences, la pauvreté et les discriminations sociales et régionales », le samedi 29 janvier 2011 a réuni côte à côte des hommes et des femmes, des militants de tous âges qui scandaient les mêmes slogans : « Egalité hommes femmes dans la société, dans la famille et dans la politique ».

Les journées houleuses traversées nous ont permis de dépasser la crise de confiance et de redécouvrir la solidarité entre voisins, même dans les zones urbaines où elle semblait avoir disparu. Nous pouvons enfin nous sentir des citoyens tunisiens et l’affirmer avec fierté.

 Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Dorra MAHFOUDH-DRAOUI

Sociologue, université de Tunis

 

Crédit photographique : ©Khaled Jomni – IRMC


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *