L’IRMC : un espace de « convivialité » scientifique et d’échange intellectuel

Photo Sihem
Photographie de Sihem Najar

Loin d’être conçu en dehors du paysage scientifique et intellectuel tunisien, l’IRMC a réussi à devenir, durant vingt ans d’activités scientifiques, une référence incontournable dans le domaine de la recherche sur le Maghreb. Lieu de rencontre, de réflexion, de diffusion et de formation, cette institution a pu suivre, encadrer et soutenir la recherche dans les différentes étapes de son élaboration. Héritier de son « ancêtre institutionnel et scientifique » : le Centre de Documentation Tunisie-Maghreb (CDTM) (1980-1991), l’IRMC s’est forgé la consistance d’une tradition qui puise sa richesse dans l’apport de plusieurs générations tunisiennes, maghrébines, françaises et euro-méditerranéennes. Il est certain que la force de cet institut réside dans sa capacité à évoluer dans le temps tout en veillant à fonder les attributs de l’identité sur des cadres géoculturels différents (maghrébin, euro-méditerranéen) entre lesquels les liens ne sont pas toujours faciles à faire (centres d’intérêt divergents, traditions et langues de recherche différentes, conflits historiques difficiles à porter, etc.). Mon rapport avec l’IRMC m’autorise à porter un regard où proximité et distance se conjuguent pour mettre en exergue ce que je considère comme étant les traits distinctifs qui donnent à ce centre de recherche sa puissance et son rayonnement :

L’IRMC, un lieu idéal pour la production scientifique : en tant que chercheure tunisienne à l’IRMC, je constate que ce cadre de travail réunit les conditions nécessaires qui donnent à la réflexion dans ses différentes étapes, son milieu nutritif, si je puis me servir de cette métaphore biologique. En effet ici se croisent des générations différentes, s’expriment des projets de chercheurs déjà bien reconnus par la communauté scientifique et d’autres qui sont à leurs premiers balbutiements : cadre de communication, tradition et convivialité, atténuent la distance susceptible de décourager l’échange et créent des points de rencontre difficiles à trouver ailleurs.

1L’IRMC, une source d’alimentation de la recherche scientifique : les ressources dont dispose l’IRMC (fonds documentaire d’une grande richesse, publications pluridisciplinaires…) reflètent le même souci de couvrir l’état de la recherche sur les pays étudiés. Le chercheur trouvera à sa disposition les principaux « ingrédients intellectuels » de ses projets scientifiques touchant à des questions sociales prioritaires, à l’histoire, à la géographie, à l’art, à la religion, etc.

L’IRMC, un point focal dans le domaine de la recherche sur le Maghreb : depuis sa création, ce centre joue un rôle crucial au niveau de l’intégration des chercheurs tunisiens dans des réseaux internationaux, notamment à travers les réunions de programmes qui rassemblent des chercheurs issus de plusieurs pays travaillant sur des champs de recherche variés. Ces rencontres qui sont systématiquement couronnées par des publications contribuent à la diffusion des travaux scientifiques de chercheurs tunisiens à l’extérieur du pays. Sur un autre plan, en offrant la possibilité de monter des projets de recherche et de formation dans le cadre de structures scientifiques telles que l’ANR, le GDRI, les projets de coopération… l’IRMC impulse des chercheurs tunisiens à intégrer des réseaux régionaux et internationaux.

2L’IRMC, un espace de transmission intergénérationnelle : l’organisation des ateliers d’écriture à l’intention d’étudiants inscrits en Master et de doctorants tunisiens et d’une série de doctoriales dont plusieurs doctorants maghrébins et français ont bénéficié, offrent un cadre favorable pour la transmission intergénérationnelle des connaissances et du savoir. De telles activités permettent d’intégrer les jeunes chercheurs dans des réseaux nationaux, régionaux et internationaux.

L’IRMC, un espace de réflexion sur des questions prioritaires d’actualité. À l’IRMC, les universitaires tunisiens peuvent trouver l’atmosphère qui leur permet de s’interroger, de mettre à l’épreuve des hypothèses de travail et d’être à l’écoute du nouveau qui se forge ailleurs. Séminaires, journées d’études, invités de renommée internationale venus d’horizon divers… déploient tout au long de l’année les résultats de la recherche sur des questions de grande importance. À ce niveau un petit survol des vingt dernières années permet de voir à quel degré cet institut a réussi à suivre dans ses activités, le rythme de la recherche académique tout en étant attentif aux questions prioritaires des sociétés de la région. Etant à l’écoute des inquiétudes du présent, l’IRMC veille à garder ses distances de l’actuel pour faire entendre les voix qui suivent la généalogie des faits et inscrivent les problèmes des sociétés du Maghreb dans le rythme long et prudent de la recherche qui explore, fraie la voie loin des impatiences politiques ou médiatiques.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Sihem NAJAR

est sociologue, maître de conférences à l’Université de Sfax, détachée à l’IRMC de 2009 à 2013.

Pour citer ce billet : Sihem Najar, « L’IRMC : un espace de « convivialité » scientifique et d’échange intellectuel », Le Carnet de l’IRMC, 18 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1055


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *