Un outil de coopération et de mise en réseau

Yamina-MATHLOUTHI-DALI
Photographie de Yamina Mathlouthi

Pour un chercheur en économie travaillant habituellement dans des labos mono disciplinaires, être à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) est une occasion précieuse pour pouvoir travailler dans un centre de recherche pluridisciplinaire en sciences humaines et sociales, c’est aussi une expérience très enrichissante qui m’a permis d’une part d’établir des réseaux de relations essentiels au développement de ma recherche, et d’autre part d’améliorer la coopération encore timide entre les acteurs de la recherche sur le Maghreb au moyen de rencontres, d’ateliers, de séminaires et de publications.

S’inscrire dans une diversité disciplinaire

À l’IRMC, les chercheurs sont bien outillés pour pouvoir suivre les évolutions de la société maghrébine sous plusieurs angles, disposant de relations de partenariats avec les intellectuels maghrébins et saisissant les bouleversements des systèmes politico-économiques des sociétés maghrébines, leurs projets de recherche privilégient considérablement l’approche pluridisciplinaire. Travailler selon cette approche change également la nature des rapports entre les chercheurs, pour mon cas par exemple, cette diversité m’a aidée à mieux répondre aux interrogations qui se posent au cours des enquêtes de terrain et à mieux cerner certains problèmes scientifiques. Les sujets proposés dans les séminaires et les conférences organisés par l’institution étaient de par leur diversité une excellente occasion pour s’ouvrir à d’autres sujets et paradigmes scientifiques. Je reste personnellement convaincue de la nécessite d’instaurer des synergies entre les différents axes de recherche et l’établissement de programmes de recherche fédérateurs susceptibles de répondre au mieux aux exigences de la période historique actuelle des pays du Maghreb.

Choisir son programme

Maghreb et sciences sociales 2008C’est l’une des raisons pour lesquelles j’étais séduite aussi à l’idée de travailler dans ce centre, cette liberté à laquelle je suis particulièrement attachée étant essentielle à la crédibilité de la recherche et au respect de la déontologie d’usage. Pourtant, elle n’est pas toujours acceptée par les autorités de tutelle et conduit dans certains cas à des crispations. Sur le plan financier et bien que le centre dispose de crédits modestes (et de plus en plus réduits, certes), il nous a quand même été possible de financer des recherches conjointes pour des budgets limités, ces travaux franco-tunisiens et plus généralement des projets franco-maghrébins centrés sur un projet spécifique sont une excellente occasion de faire travailler ensemble des chercheurs français et maghrébins, ces travaux de terrain effectués en commun permettent à leur façon un certain « partage du savoir ». Même si la mise au point de la problématique donne lieu, au départ, à des discussions scientifiques parfois difficiles, sur le terrain, la réalisation des entretiens permet souvent d’exploiter ces différences d’une manière très fructueuse.

… et s’outiller pour l’après

Les trois années passées à l’IRMC m’ont également permis de découvrir « le Maghreb » et de l’appréhender autrement. Ce territoire, en tant qu’objet de recherche, n’était analysé par les économistes, dont je fais partie, que sous le prisme économique pur, c’est-a-dire un ensemble de structures de production, de modalités de répartition des revenus et de circuits d’échanges internes et externes. Or, avec l’appui scientifique que ne cesse d’apporter l’institut aux chercheurs sur et pour le Maghreb, nous disposons aujourd’hui d’un ensemble de travaux de qualité qui ont le mérite de mettre à la disposition de la communauté scientifique, une panoplie de grilles de lecture aidant a analyser ce territoire comme « un construit social » plus qu’une aire géographique combinant ainsi des éléments de nature économique et sociale et politique. Avec « le Printemps arabe (?) », la pertinence de cette grille de lecture n’est plus à démontrer, permettant de suivre, avec la distance nécessaire pour la recherche, les évolutions et les ruptures qui ne cessent de se produire dans les sociétés maghrébines.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Yamina MATHLOUTHI

est économiste chargée de projets à l’AFD Tunis. Elle a été chercheure à l’IRMC de 2006 à 2009.

Pour citer ce billet : Yamnia Mathlouthi, « Un outil de coopération et de mise en réseau », Le Carnet de l’IRMC, 18 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1046


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *