La coordination d’un programme de recherche ou comment se libérer du cloisonnement disciplinaire et géographique

hassen_boubakri
Photographie de Hassen Boubakri

Mon intégration à l’équipe de recherche de l’IRMC en 1999 est intervenue à un moment que je considère comme étant « décisif » dans mon cheminement scientifique. En effet, durant de longues années, à l’image de beaucoup d’autres chercheurs tunisiens en sciences sociales en particulier, j’ai travaillé en solitaire, en raison d’abord, de l’absence de tradition de travail en commun entre les chercheurs. Ensuite, et surtout, en raison de l’absence de structures nationales (équipes ou laboratoires) de recherche. Je dois toutefois rendre justice à des collègues membres d’équipes de recherche en France en particulier (CNRS, LAMES, IREMAM, IRD…etc.) qui m’ont associé à des programmes de recherche souvent liés à la thématique migratoire. La coordination du programme de recherche intitulé « le Maghreb et les nouvelles configurations migratoires : mobilité et réseaux » au sein de l’IRMC, m’a en effet permis de me libérer de trois types de cloisonnement dans mes recherches :

Fin du cloisonnement géographique.

Mes travaux sur les migrations étaient cantonnés jusque-là dans un cadre géographique réduit, se limitant à l’axe France-Tunisie, ou à quelques régions fortes émettrices d’émigrés comme le Sud-Est ou le Sahel. La mise en œuvre du programme a permis de s’ouvrir à de nouveaux cadres géographiques : le Maghreb, la Libye, l’Afrique subsaharienne, la Méditerranée…

Fin du cloisonnement disciplinaire.

Cette expérience a été décisive dans mon ouverture sur les approches des migrations par les autres sciences sociales. À côté des géographes, ont également contribué au programme des sociologues, des juristes, des politologues, des démographes, des littéraires…. La sortie du « cloisonnement disciplinaire » a été pour moi encore plus concrète avec les travaux réalisés en commun avec des sociologues (S. Mazzella, M. Peraldi), des juristes (M. Ben Jemia, H. Chekir). Je regrette toutefois de ne pas avoir réussi à engager des travaux communs avec des économistes sensibles aux approches développées par la sociologie ou l’anthropologie économique au sujet de la mesure et de l’évaluation des transferts migratoires, de la compréhension des pratiques et des choix économiques et financiers des migrants dans l’utilisation (ou la non utilisation) des remises et de leur épargne.

Fin de la recherche solitaire ou en solitaire.

Le caractère international et transdisciplinaire de l’équipe de recherche avec laquelle j’ai travaillé a permis de développer de riches débats interdisciplinaires et une confrontation des paradigmes, des concepts et des approches mobilisés par les représentants des différentes disciplines participant au programme. Ce programme a enfin été l’occasion de développer de nouveaux objets de la recherche sur les migrations : migrations irrégulières (T. Bourguiba), migrations étudiantes (M. Charef et M. Wahbi), migrations des ressortissants de pays d’Afrique subsaharienne (O. Pliez, S. Spiga, M. Pellicani, L. Palmisano, M. Lahlou et M. Zouiten), migrations familiales (R. Lamine, H. Boubakri), statuts personnels et conflits (ou superpositions) des lois (M. Ben Jemia, H. Chekir, F. Ben Cheikh), les politiques publiques de gestion et de contrôle des flux migratoires (T. Palidda), bi-nationalité, citoyenneté et intégration des Maghrébins en Europe (H. Bousetta).

Il va de soi que mon engagement comme chercheur détaché auprès de l’IRMC pour conduire ce programme répondait aussi aux objectifs d’une politique scientifique développée par une grande puissance (la France), à travers ses Instituts Français à l’Etranger (l’IRMC, dans ce cas), dans le but de comprendre, et donc d’accompagner, les mutations politiques, économiques et sociales dans ses zones d’influence comme le Maghreb, ou dans les autres régions où elle a des intérêts substantiels à l’échelle planétaire. Dix ans après cette expérience, je garde de fortes attaches avec l’IRMC, par mon association à ses activités et aux manifestations scientifiques organisées en son sein. Les questions migratoires et l’évolution sociale et territoriale de la Libye font partie des thématiques fortes qui portent et justifient cette association.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Hassen BOUBAKRI

est professeur de géographie à l’Université de Sousse. Il a été chercheur à l’IRMC de 1999 à 2002.

Pour citer ce billet : Hassen Boubakri, « La coordination d’un programme de recherche ou comment se libérer du cloisonnement disciplinaire et géographique », Le Carnet de l’IRMC, 9 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1041


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *