L’IRMC, une porte ouverte sur la Tunisie et la Méditerranée

Mohamed_Elloumi
Photographie de Mohamed Elloumi

Ma collaboration avec l’IRMC remonte aux premières années de sa création et a pris la forme d’un poste de chercheur sur trois ans (entre 1993 et 1996) pour l’animation d’un programme de recherche, puis elle s’est poursuivie comme chercheur associé par la coordination d’un projet de recherche dans le cadre du programme MOST de l’UNESCO et elle a abouti à l’édition de deux ouvrages collectifs portant sur les mutations des sociétés rurales dans la région méditerranéenne, dans le contexte de l’ajustement et de la mondialisation. Mon recrutement à l’IRMC, a été justifié d’une part pour couvrir le champ du rural et de l’agricole ce qui est une gageure pour un institut plus orienté vers le monde urbain et l’histoire et parce que j’apportais un réseau de chercheurs méditerranéens travaillant sur ces questions et au sein duquel j’étais un membre actif depuis sa création au début des années 1980[1]. Mon passage à l’IRMC, puis la poursuite de cette collaboration a été pour moi une expérience riche et motivante à la fois sur le plan personnel et sur celui de ma carrière de chercheur.

Sur le plan scientifique deux éléments méritent d’être évoqués. Le premier concerne la rigueur scientifique. En effet malgré son jeune âge, ou peut-être à cause de cela, l’IRMC était très observé et se devait, de ce fait, de faire preuve d’une rigueur scientifique à toute épreuve. Cela a été pour moi un apprentissage de grande importance pour la suite de mon parcours de chercheur. Le second élément est la recherche de l’excellence. En effet mon passage à l’IRMC m’a inculqué une plus grande attention à la recherche du meilleur résultat en termes de valorisation des résultats des activités de recherche et d’animation scientifique.

Sur un plan plus personnel, mon passage à l’IRMC m’a permis de faire deux découvertes : la communauté des chercheurs tunisiens en sciences humaines et sociales et les recherches en sciences politiques. Du fait que mon parcours de jeune chercheur avait été basé jusque-là sur l’ouverture et l’insertion dans des réseaux de recherche internationaux plus que sur l’insertion dans la communauté des chercheurs tunisiens en sciences sociales, mon passage à l’IRMC m’a fait prendre conscience de ma faible connaissance de cette communauté et m’a poussé à mieux la connaître à travers les travaux de ses membres et surtout en faisant la connaissance d’hommes et de femmes de grande qualité. J’ai par ailleurs profité de mon passage à l’IRMC pour élargir mon réseau de collaboration à la partie orientale de la Méditerranée.

De par ma formation scientifique (ingénieur agronome à la base) j’avais peu d’affinité avec les sciences politiques qui étaient du fait du projet de l’IRMC et du profil de son directeur de l’époque le champ disciplinaire dominant. J’ai en effet découvert dans ce champ disciplinaire des apports forts intéressants pour la compréhension du monde et des sociétés méditerranéennes, même si par moment, le discours de certains chercheurs restait hermétique pour moi et que certains chercheurs appartenant à l’IRMC ou de passage faisaient preuve plus de la science de la logorrhée que réellement d’un esprit scientifique.

Je ne saurais clore ce rappel sans évoquer l’importance de l’appui qu’apportent le service administratif et le secrétariat pour la réussite des programmes de recherche et la finalisation des travaux dans les meilleures conditions. La compétence et le dévouement du personnel en question permettent aux chercheurs concernés et à l’IRMC dans son ensemble de multiplier les activités malgré la modestie de ses moyens humains et matériels. Cela permet aussi, malgré un certain esprit de compétition entre les chercheurs et leurs programmes respectifs, voulu par certains directeurs, de créer une ambiance empreinte de fraternité et d’amitié.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Mohamed ELLOUMI

est agro-économiste et chargé de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique de Tunisie (INRAT). Il a été chercheur à l’IRMC de 1993 à 1996.

Pour citer ce billet : Mohamed Elloumi, « L’IRMC, une porte ouverte sur la Tunisie et la Méditerranée », Le Carnet de l’IRMC, 4 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1020

 


[1] Il s’agit du réseau agriculture familiale comparée : RAFAC, constitue à l’initiative de Pierre Campagne autour de l’IAM de Montpellier.


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *