Une onde tsunamique

Nous devons distinguer entre l’acte de Bouazizi et la mobilisation générale qui s’en est suivie. Bouazizi a commis cet acte d’immolation parce qu’il n’a pas été reçu par une autorité locale, après avoir été frappé et insulté par une femme agent de police ou municipal. D’après sa sœur, dans la région, un homme frappé doit porter la robe et c’est là l’extrême limite de l’humiliation. Mais ce n’est pas cela qui a déclenché son acte, c’est lorsqu’on a refusé de le recevoir, le refus de parole. Bouazizi a un niveau bac, il veut laisser sa sœur faire des études, dans sa région il devrait avoir un statut, et contre ce statut il a dû vendre des fruits et légumes. Il pensait pouvoir convertir sa scolarisation, son capital culturel en capital économique, et il n’a pas eu cette possibilité. Car cette conversion exige une capacité psychologique de soumission et des relations sociales. Or Bouazizi n’a pas de relations sociales, dans sa région marginalisée tout est fermé, et il n’accepte pas la soumission clientéliste. Il n’a pas pu gérer la limite de la schizophrénie entre le statut social et les conditions de vie, et il a été conduit au suicide.

Et cela a déclenché un tsunami de mobilisation. Des jeunes qui n’ont pas le même statut que lui se sont identifiés à cet acte. Comme dans un théâtre, ils ont vécu leur expérience personnelle à travers cet acte. Bouazizi n’a pas fait cela pour être imité, mais il a été l’élément déclencheur. Ce n’est pas lui mais c’est le fait qu’il soit perçu « comme ». Son vécu a été lu comme une tragédie grecque. Il s’en est suivi, Facebook aidant, une mobilisation cathartique et générale, qui a touché toutes les catégories sociales. La matrice symbolique de ce mouvement est, accompagnée d’une demande économique, une demande de la libération de la parole, de respect de soi et de dignité, de sortie de cette condition schizophrénique et clientéliste. Le cas est arrivé à un moment de sensibilité générale, et les avocats des régions ont été les premiers à s’identifier à Bouazizi.

Un tsunami est un acte qui noie tout. Rien n’a résisté à cette onde tsunamique. Et c’est un mouvement interne. Il n’y a pas de chef, il n’a pas un guide, il n’y a rien d’extérieur, il n’est pas pensé à partir d’un projet ou d’une stratégie comme d’autres révolutions. Sa seule dynamique est la demande de respect, une matrice souterraine qui fait avancer l’ensemble sans acteur qui dirige et organise. C’est la dynamique elle-même qui marche. Personne ne l’attendait mais rien ne peut résister et plusieurs tendent à croire que rien ne peut l’arrêter. Le pouvoir a cédé devant ce mouvement qui balaie tout. Rien n’a pu résister. C’est une révolution de la parole libérée, et l’extraordinaire est qu’elle est contagieuse. Elle a changé l’ordre politique. Ben Ali n’est pas tombé par la faiblesse des institutions mais par la force du mouvement et sans violence. C’est fini, au moins de manière aussi radicale que la révolution française a balayé l’ancien régime.

Il peut y avoir des retournements, c’est fragile, mais on ne peut plus revenir en arrière. Le seul risque, et qui a été évité, était que la révolte des segments les plus radicaux de la jeunesse et de ceux qui n’ont plus aucune perspective de transformer leur capital culturel, entraîne une répression sanglante mobilisant alors l’armée. Scénario qui aurait entraîné l’alliance entre mouvements néo islamistes et néo marxistes, et la prise momentanée du pouvoir par l’armée. Mais l’armée a laissé la police faire son travail. C’est une option qui ne s’est pas déroulée, mais dont les éléments structuraux existent et étaient présents.

 Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Abdelkader ZGHAL

Sociologue, Tunis

(propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

 

Crédit photographique : ©Fathi Belaïd – AFP


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *