Entretien de Pierre-Noël Denieuil avec François Gouyette, Ambassadeur de France en Tunisie

ambassadeur de france en tunisie
Photographie de François Gouyette, ambassadeur de France en Tunisie

À l’occasion de cette livraison de La Lettre consacrée aux vingt ans de l’IRMC à Tunis, je vous remercie vivement d’avoir bien voulu accepter le principe de cet entretien à bâtons rompus autour des Instituts français de recherche et de la mission des sciences sociales à l’étranger. Je sais que vous connaissez bien le monde de la recherche, et je commencerai par une question un peu personnelle. Comment vous êtes-vous familiarisé avec les sciences sociales ?

Cette familiarité est naturelle si je puis dire, dans la mesure où j’ai fait des études de droit à l’Institut d’études politiques de Paris, mais aussi de langue arabe dans le cadre du cursus de l’INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales). Il est clair qu’il y a là une dimension de civilisation déterminante, et qui touche à l’histoire des relations internationales. Et c’est en m’intéressant à ces deux aspects que je me suis bien évidemment familiarisé avec les sciences sociales telles qu’on les conçoit dans le cadre de la recherche sur le devenir des civilisations.

Et avec les Instituts français de recherche à l’étranger ?

Dans le cadre des fonctions que j’ai exercées, j’ai pu me familiariser davantage avec les institutions françaises qui travaillent dans ce domaine et notamment les Instituts. La première expérience que j’ai eue du fonctionnement concret d’un Institut français de recherche, c’est à Damas en Syrie lorsque j’étais n° 2 de l’ambassade de 1990 a 1993, et Jacques Langhade, un arabisant de Bordeaux, dirigeait cette institution. J’ai pu y voir toute l’utilité d’un tel Institut, à la fois académique en terme de connaissance du terrain, mais aussi pour les relations qu’il pouvait entretenir avec les services de l’ambassade. Ma seconde expérience a été en Turquie lorsque n° 2 à l’ambassade en 1996-97, j’ai découvert l’IFEA (Institut français des études anatoliennes). C’est aussi un prestigieux Institut qui a toujours joué un rôle de veille non seulement sur l’époque ottomane mais aussi sur l’époque contemporaine, et qui était aussi étroitement associé à la vie de l’ambassade. Stéphane Yerasimos, aujourd’hui décédé, a été un grand directeur de l’IFEA, où j’ai eu l’occasion de rencontrer des chercheurs. Je me souviens aussi du directeur de l’Institut français pour l’Asie centrale basé à Tachkent, lors d’une visite que j’avais effectuée en Ouzbekistan dans une délégation qui accompagnait le président Mitterrand lors de son dernier voyage dans cette région en 1994. Et puis sur le Maghreb il y a bien sur le Centre Jacques Berque de Rabat et l’IRMC à Tunis.

Quel regard portez-vous sur les travaux de ces différentes institutions et plus particulièrement sur ceux de l’IRMC ?

Son directeur est associé à la vie et au travail de l’ambassade, il assiste périodiquement aux réunions des chefs de service. C’est un signe de confiance bien sûr, c’est aussi un signe qu’il est partie prenante de cette équipe de France que j’ai l’honneur de diriger ici. Et je considère que c’est un élément important de notre dispositif de coopération. Mais au-delà, car on ne saurait réduire la recherche sur le Maghreb contemporain à cette seule dimension, même si elle reste importante, il s’agit d’un observatoire diversifié et multiforme des réalités de l’histoire du protectorat et de la Tunisie d’avant le protectorat, mais aussi de la Tunisie d’aujourd’hui.

Dans la mesure où la mission de l’IRMC couvre « le Maghreb contemporain », peut-on dire que son action dépasse le bilatéral franco-tunisien ?

Je peux me référer à mon expérience récente de la Libye où j’étais ambassadeur et où pour la première fois j’ai pu connaître l’IRMC puisque j’y ai reçu avec vous les chercheurs tunisiens qui travaillaient sur la Libye autour de la relation franco-libyenne.

Aujourd’hui en Libye, la situation est telle que Tunis peut plus que jamais se voir conforté dans son positionnement de centre de veille à l’échelle régionale. De son côté l’Algérie qui est un pays majeur du Maghreb nécessiterait peut-être qu’un Institut lui soit consacré, même si son absence a ce jour s’explique sans doute pour des raisons historiques de la période du terrorisme. Mais que l’IRMC ait une vocation régionale qui couvre la Libye me paraît nécessaire. D’ailleurs les services économiques de l’ambassade couvrent aussi la Libye, et la vocation régionale y est à renforcer.

Vous avez employé le terme de « veille » à propos de la recherche, c’est-à dire… ?

Oui absolument. Je considère qu’un Institut comme l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, et comme d’autres instituts d’ailleurs, a une fonction de veille sur la société, et là on revient au primat de la sociologie dans l’approche du pays où nous nous trouvons. Il est évident que si on ne valorise pas cette fonction, il y aura un déficit dans la manière dont on peut tirer profit de l’existence d’un tel institut.

Vous parliez de l’IRMC comme d’un observatoire de la Tunisie d’aujourd’hui. Que peuvent en dire les sciences sociales ?

La sociologie peut être un angle d’approche particulièrement utile aujourd’hui dans un pays qui depuis la révolution est en train de chercher sa voie pour édifier un État démocratique et une transition, amorcée depuis deux ans maintenant – mais à l’échelle de l’histoire deux ans c’est bien peu – et que la France a choisi d’accompagner avec tous les outils de coopération, dont l’IRMC par sa spécificité. Je pense qu’il faut mettre l’accent sur le suivi, sur les études et la recherche contemporaines, sur l’observation des réalités politiques, économiques et sociales, sociologiques et culturelles de la Tunisie post révolution. C’est un sujet qui peut recouper d’ailleurs des travaux qui sont menés par l’IRD ou par d’autres organismes.

Cela ne signifie pas que les autres travaux sont dénués d’intérêt mais on est quand même aujourd’hui dans une phase qui requiert la mobilisation de toutes les compétences en matière de recherche et d’analyse, et les chercheurs doivent bien évidemment contribuer à cet important travail d’observation.

Par exemple ?

Vous évoquiez l’examen du projet de constitution, mais il peut y avoir d’autres sujets comme par exemple l’Islam tunisien dans sa diversité, les tendances qui le traversent, les mouvements qui le travaillent, et puis au plan sociologique aussi la compartimentation et la fragmentation de la société. On est aujourd’hui au lendemain d’une tragédie de l’immolation d’un jeune marchand ambulant qui rappelle deux ans plus tard celle de l’immolation de Bouazizi qui a été le point de départ d’une révolution encore inachevée, qui n’a pas rempli toutes ses promesses – mais sans doute ne le pouvait-elle pas – en termes de satisfaction des besoins de la population. On voit bien qu’il y a là des questions fondamentales qui mériteraient qu’un Institut comme l’IRMC se penche davantage sur les réalités socio économiques sans préjuger de ce que font d’autres par ailleurs.

Pensez-vous qu’un chercheur puisse se positionner comme un conseiller du politique ou de la diplomatie ?

Cela renvoie à la conception du rapport que l’on peut voir entre diplomatie et recherche. Cela suppose que soient clairement définies les missions de chacun ou que soit affirmé aussi le principe de l’indépendance qui doit s’attacher à la recherche et à la qualité et au statut du chercheur. Le chercheur ne doit pas se considérer ou être considéré comme un auxiliaire de l’État ou de l’administration. En même temps, je dirai que la recherche n’est pas neutre, elle s’inscrit aussi dans un contexte qui est celui de l’action d’un État. Il faut donc trouver un équilibre entre ces exigences : les exigences d’indépendance légitime du scientifique qui ne doit pas être soumis à des contraintes qui iraient à l’encontre de ses convictions et de sa conscience, et en même temps ne pas considérer que la recherche est quelque chose de totalement abstrait et ne s’inscrit pas dans un contexte. De surcroît pour un institut de recherche français, il ne serait pas compréhensible qu’il inscrive son action à l’extérieur de l’État qui le soutient. Je crois que tout est question de gradation.

Que pensez-vous de cette notion de « diplomatie scientifique » ?

Il est tout à fait pertinent de réfléchir à ce que peut être l’apport de ce que l’on appelle diplomatie scientifique. On parle beaucoup de diplomatie économique, la diplomatie scientifique est un concept moins familier mais qui a sa pertinence dans la mesure où la connaissance des pays et des sociétés avec lesquels nous coopérons, est un atout essentiel. Dans un monde extrêmement compétitif, la diplomatie française ne peut négliger aucune piste et aucune perspective pour renforcer sa position. Alors dans un pays comme la Tunisie, il est clair que l’existence d’un centre de recherche ou d’un vivier de chercheurs français et tunisiens doit être mise en valeur.

Pour terminer, que souhaiteriez-vous dire aux chercheurs de l’IRMC ?

Je reviendrai sur les propos que j’ai tenus sur l’utilité de l’Institut telle que je la conçois. Je crois que les chantiers sont nombreux, multiformes et pluridisciplinaires. La synergie avec l’IRD (l’Institut de recherche sur le développement) doit être renforcée, et il faut veiller à ce que plus de liens soit assurés entre ces instituts qui travaillent sur des secteurs et des domaines différents, mais qui peuvent aussi avoir un intérêt commun à travailler ensemble, ainsi qu’avec les autres instituts a l’échelle régionale. Puis sur le fond, le chantier de la révolution est ouvert. Il est d’une extrême richesse et se décline dans tous les domaines que j’ai déjà mentionnés, le politique, la constitution, les institutions, la sociologie, l’économie et la culture. Encore une fois j’insiste sur le principe de l’indépendance du chercheur mais qui ne suppose pas qu’il reste enfermé dans une bulle étanche face aux services de l’ambassade. Au contraire il doit y avoir synergie dans le respect de chacun, mais dans un but de connaissance et de compréhension du pays dans lequel nous vivons.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

François GOUYETTE

Ambassadeur de France en Tunisie.

 

Pour citer ce billet : François Gouyette, « Entretien de Pierre-Noël Denieuil avec François Gouyette, Ambassadeur de France en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 3 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1013


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *