L’IRMC ou l’ancrage dans son temps par le renouvellement

Romain Costa
Photographie de Romain Costa

Recruté en 2009 comme documentaliste puis secrétaire de rédaction a l’IRMC, dans le cadre d’un volontariat international en administration, j’ai eu la chance de travailler et d’apprendre le métier d’éditeur scientifique au côté d’Anne-Marie Planel. Lors de son départ à la retraite, on m’a proposé de prendre la relève dans ses fonctions éditoriales que j’occupe depuis 2011. Mes disciplines de formation étant l’archéologie et l’histoire antique méditerranéenne avec une spécialité en égyptologie, je n’étais pas prédestiné à travailler sur la période contemporaine et c’est pourtant cette particularité et cette distance critique qui semblent avoir joué en ma faveur au moment de mon second recrutement sur un contrat de l’IRMC. Dès lors, puis dans l’exercice de mes fonctions, j’ai compris que l’IRMC n’était pas un centre de recherche comme les autres puisqu’on me faisait confiance sans a priori sur ma formation et sans me restreindre a une « case » professionnelle.

Cette expérience personnelle, à la fois dans une fonction temporaire (volontariat) et une fonction permanente et de responsabilité (au service des publications), m’a permis de toucher du doigt une problématique dont on n’a pas forcement conscience. Une des difficultés majeures d’un institut de recherche, dont la majorité de ses acteurs est « en roulement » (directeurs, chercheurs, documentalistes et informaticiens), réside dans la continuité d’une politique générale de fonctionnement. Comment, en effet, préserver une identité, des partenaires, reconduire une image, une organisation, une communication quand les principaux leviers de l’institut sont sans cesse remplacés ? Comment poursuivre une tradition ou perpétuer un héritage quand les forces vives d’un jour sont renouvelées le lendemain, apportant avec elles, de nouvelles visions, de nouveaux outils et de nouvelles idées ?

La réponse s’impose d’elle-même, l’IRMC ne peut être réduit à une succession d’identités qui se dissolvent, se contredisent, se concurrencent, c’est le renouvellement qui est la seule identité de l’IRMC. Du fait de ses vingt ans d’âge et de ce perpétuel changement, l’IRMC n’a en effet pas le temps de se constituer un « bagage culturel » idéologique figé, il n’y a pas de recherches ou de disciplines favorisées, pas de réseau déjà constitué, pas de certitudes arrêtées ni de ruptures définitives et c’est ce qui en fait un lieu si particulier. Ce renouvellement encore à l’œuvre permet au contraire la remise en question, l’ouverture d’esprit, la mise à jour épistémologique et méthodologique, il permet d’échapper aux querelles des écoles de pensées, d’accorder une même importance à toutes les générations de chercheurs, de travailler sur tous les sujets, dans tous les réseaux, puisque le conservatisme et le confort n’ont pas le temps d’installer une routine, aussi bien pour les chercheurs que pour les personnels administratifs qui doivent eux aussi s’adapter à de nouvelles habitudes et de nouvelles manières de travailler.

L’institut, vingt ans après sa naissance, continue de se construire. J’essaye pour ma part de participer au-delà des publications, à la mise en place d’une communication virtuelle, poussant aujourd’hui la visibilité de l’IRMC sur les réseaux sociaux, HALSHS ou hypotheses.org, en l’inscrivant dans les programmes d’édition électronique afin de numériser et rendre accessible sur Internet l’ensemble de ses publications passées ou à venir. Ces innovations, comme toutes les autres, ne pourraient se faire sans ces apports successifs de personnels. Dynamisé par ses acteurs renouvelés et concrétisé via ses acteurs permanents, c’est la conjugaison de leur travail qui permet à l’institut d’être profondément ancré dans son époque et de traiter les questions de son temps. Cette « maison » aura donc de l’avenir aussi longtemps que le renouvellement sera à l’œuvre.

L’IRMC et sa visibilité numérique

Site Internet : http://www.irmcmaghreb.org/

Compte Facebook : https://www.facebook.com/IRMC.Tunis

Espace HAL SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/IRMC

Compte Twitter : https://twitter.com/IRMCtunis

Carnet de l’IRMC : http://irmc.hypotheses.org/

 

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Romain COSTA

est responsable des publications et des ressources électroniques à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Romain Costa, « L’IRMC ou l’ancrage dans son temps par le renouvellement », Le Carnet de l’IRMC, 01 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1003


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *